1

La victoire de Poutine marquerait la renaissance de l’Occident

macronPoutine3.jpg

La Russie est en train de créer un champ de résistance mondial. Sa victoire serait une victoire pour toutes les forces alternatives, de droite comme de gauche, et pour tous les peuples. Nous entamons, comme toujours, les processus les plus difficiles et les plus dangereux.

Mais quand on gagne, tout le monde en profite. Ça devrait être comme cela. Nous créons les conditions d’une véritable multi-polarité. Et ceux qui sont prêts à nous tuer maintenant seront les premiers à profiter de notre entreprise demain.

Qu’est-ce que cela signifie pour la Russie de rompre avec l’Occident ? C’est le salut.
L’Occident moderne, où triomphent les Rothschild, Soros, Schwab, Bill Gates et Zuckerberg, est la chose la plus dégoûtante de l’histoire du monde.
Ce n’est plus l’Occident de la culture méditerranéenne gréco-romaine, ni le Moyen Âge chrétien, ni le XXe siècle violent et contradictoire.
C’est un cimetière des déchets toxiques de la civilisation, c’est l’anti-civilisation.
Et plus tôt et plus complètement la Russie s’en détache, plus tôt elle revient à ses racines. À quoi ? Aux racines chrétiennes, gréco-romaines, méditerranéennes, européennes… C’est-à-dire aux racines communes au véritable Occident.

Ces racines – les leurs ! – l’Occident moderne les a supprimées. Et elles sont restées en Russie.
La Russie n’est pas l’Europe occidentale. La Russie a suivi les Grecs, Byzance et le christianisme oriental. Et elle suit toujours cette voie. Oui, avec des zigzags et des détours. Parfois dans des impasses. Mais ça bouge.

La Russie est née pour défendre les valeurs de la Tradition contre le monde moderne. C’est précisément cette « révolte contre le monde moderne ». Vous comprenez ?
L’Europe doit rompre avec l’Occident, et les États-Unis doivent aussi suivre ceux qui rejettent le mondialisme. Et alors tout le monde comprendra la signification de la guerre moderne en Ukraine.

Beaucoup de gens en Ukraine l’ont compris. Mais la terrible propagande colérique libérale-nazie n’a rien laissé de côté dans l’esprit des Ukrainiens.
Ils reviendront à la raison et se battront avec nous pour le royaume de la lumière, pour la tradition et une véritable identité chrétienne européenne. Les Ukrainiens sont nos frères. Ils l’étaient, ils le sont et ils le seront.

La rupture avec l’Occident n’est pas une rupture avec l’Europe. C’est une rupture avec la mort, la dégénérescence et le suicide. »

Frank Buhler




Submersion migratoire : les solutions de Nicolas Dupont-Aignan

Pierre, ça existe ? Répondez, M. Cassen ! Avez-vous vu cette mère voilée expliquant à Macron que son fils lui avait demandé si le prénom Pierre existait vraiment ? Cette brave Belphégor couverte des pieds à la tête de couches de tissus islamiques se plaignait du manque de « mixité » dans son quartier… Ô Bonne Mère, et à qui la faute ?

Pourquoi les non mahométans fuient-ils vivre ailleurs, dès que quelques familles semblables à celle de cette dame viennent s’installer dans une rue ou un immeuble ? Avez-vous la réponse ? Moi oui, et je suis loin d’être le seul…

Nicolas Dupont-Aignan, de plus en plus excellent et en pointe dans ce combat, face à une Marine Le Pen qui semble souffrir d’un épisode « muette » transitoire, donne un constat et des solutions.

Pour le président de Debout la France, tout découle d’un constat : l’immigration n’est plus du tout contrôlée depuis Jacques Chirac… homme de gauche qui a utilisé la droite (comme Mitterrand, homme de droite avait utilisé la gauche).

Le constat est simple : 400 000 étrangers sont entrés sur notre territoire en 2020 et 1,5 million depuis 2017. Notre pays, en somme, est submergé et gavé comme une oie par toute la misère du monde et l’assimilation est devenue impossible avec des gens qui ne la désirent pas et veulent « nous imposer leurs mœurs » (Ch. de Gaulle).

Et NDA de proposer des solutions qu’il semble désormais le seul à vouloir défendre : blocage pour 5 ans de toute immigration, abrogation du droit du sol au profit du droit du sang, moratoire sur le regroupement familial, suppression des aides sociales pour tout « arrivant » pendant 5 ans, rétention administrative de tous les demandeurs d’asile jusqu’à la décision de l’Ofpra et expulsion immédiate si refus, expulsion après sa peine de tout étranger ayant été condamné à de la prison…

Ces propositions courageuses seront sûrement taxées de « racistes » par le microcosme bobo parisien, mais le député de l’Essonne conclut avec une « folie », il prononce le mot « remigration » ! Et même s’il ne le reprend pas à son compte, il n’hésite pas à dire que ceux qui ne sont pas bien en France seraient sans doute mieux dans le pays de leurs aïeux !

Juste bravo !

Frank BUHLER




Le scandale de l’ivermectine : le traitement interdit

Nicolas Dupont-Aignan a raison, il y a quelque chose de pourri au royaume de la médecine française et la tête du roi Véran risque de finir un jour sur une pique !

https://www.youtube.com/watch?v=YMWxyRwEhPs

Tout est dit dans cette vidéo du président de Debout la France (d’autre se taisent, c’est surprenant) qui se bat chaque jour sur les réseaux sociaux depuis un an contre la myriade de fautes, de délits, de crimes (décret Rivotril) et de scandales qui marquent la gestion du covid par le Gouvernement français.

Le plus pourri dans tout cela est la mise au grand jour des intérêts personnels et la corruption générale de la haute administration de santé et d’une foule de grands « pontes » de l’ex-« meilleure médecine du monde » par les laboratoires pharmaceutique qui, et ce n’est pas acceptable, ont totalement laissé de côté leur mission de soins au profit du… profit justement !

L’ivermectine à 8 euros est indéniablement efficace, très efficace et utilisée en masse à l’étranger : interdite en France… vu son prix.

De l’autre côté les anticorps monoclonaux ont démontré leur inefficacité, le traitements coûte de 1 000 à 2 000 euros et pour rien. La France en commande par centaine de milliers !

Comment en est-on arrivé à ce point ? Notre médecine était la première fierté de ce pays. Elle est en ruine. Le numerus clausus a abouti à une dramatique et grave pénurie de médecins (6 mois pour voir un ophtalmologiste par exemple en moyenne dans notre pays), les généralistes ne font plus de visites à domicile et font des horaires de fonctionnaires entre deux voyages sous les tropiques. On a vendu à la découpe et laissé délocaliser notre industrie pharmaceutique… Et tout cela sur fond de copinage, d’intérêts familiaux et de corruption par Big Pharma.

Il est temps de nettoyer les écuries d’Augias et de rouvrir des lits, c’est-à-dire d’embaucher des professionnels soumis à une très stricte charte déontologique avec des sanctions pénales. L’Ordre des médecin, dépassé et composé de professionnels qui « travaillent » avec des labos, doit être dissous. Il est temps. Un jour un virus VRAIMENT dangereux apparaîtra et nous ne pourrons pas faire face. Gardons en mémoire la grande peste noire qui tua 70 % de la population européenne à la fin du Moyen Âge… Face à cela le coronavirus n’est qu’une dérisoire grippette qui montre que notre système de santé corrompu et squelettique est incapable de faire face ! Et je ne parle même pas d’un gouvernement menteur et incapable. C’est quand qu’on reconstruit ?

Frank BUHLER

 




Nicolas Dupont-Aignan explose dans les sondages : Véran en ligne de mire

+5 points en quelques semaines dans les sondages, des vues Facebook par millions pour ses « live » quotidiens : le moins qu’on puisse dire est que NDA ne ménage pas sa peine.

Après avoir tenté en vain de trouver quelques députés courageux acceptant de déclencher avec lui l’article 68 de la Constitution visant à la destitution du président de la République, il demande aujourd’hui avec force et conviction la démission du ministre de la Santé. Une démission qui ne dépend que de nous et de notre capacité à nous mobiliser. Capacité évanouie dans la nature dès les 6 premières grandes actions des Gilets jaunes à la fin de 2018 ?

Le combat de NDA porte sur le traitement du covid. Force est de constater un véritable scandale d’État, ainsi que le clame le député de l’Essonne : notre pays ne s’occupe que de vaccination et pas du tout des traitements. Pire, le ministre de la Santé refuse de s’intéresser aux traitements. Pire, il bloque et détruit avec une monomanie quasi psychiatrique des pistes extrêmement prometteuses !

Ne revenons pas sur le traitement du professeur Raoult qui, après de fausses études commandées (par qui ?) dans les plus prestigieuses revues médicales mondiales, a fait ses preuves et est utilisé dans de nombreux pays du monde.

Inutile également de parler du traitement préventif Zinc + Vitamine D à hautes doses… Le neurologue Véran devait sûrement « avoir piscine » lorsqu’il en a été question dans ses cours de fac…

Mais ce que dénonce surtout Nicolas DupontAignan (NDA), c’est le refus du ministère de la Santé de prendre en compte les traitement prometteurs :

Spray nasal https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vrai-ou-fake-covid-19-peut-on-vraiment-affirmer-que-ce-spray-nasal-francais-nouvelle-generation-elimine-99-du-virus_4298179.html

Mais également un traitement qui a fait ses preuves et qui est utilisé dans trente pays du monde : l’ivermectine. Possédant des propriétés anti-inflammatoires intéressantes, ce médicament est en particulier utilisé dans le traitement de plusieurs pathologies, dont la gale et  l’onchocercose (ou cécité des rivières).

Et le pire reste à venir, un véritable scandale consistant à bloquer d’autorité le développement d’un traitement du covid découvert par l’institut pasteur de Lille et financé par le milliardaire Bernard Arnault :  https://www.sortiraparis.com/actualites/coronavirus/articles/230336-les-essais-sur-le-traitement-prometteur-de-l-institut-pasteur-de-lille-retardes-

Ce dernier article révèle bien un véritable scandale d’État. Donc l’honneur de NDA est la honte de la République, puisqu’il est le seul homme politique de premier plan à réclamer le démission de Véran. La France entière devrait l’exiger…

Frank BUHLER

Chèques à envoyer à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Pour virements ponctuels ou mensuels, nous demander notre RIB IBAN à redaction@ripostelaique.com



Montauban : scandaleux verdict de juges partisans, Brigitte Barèges destituée !

Connaissez-vous Brigitte Barèges ? Cette élue, 2 fois députée (elle ne l’est plus, cumul oblige) et élue 4 fois maire de Montauban (70 000 habitants) est ce qu’il convient de nommer une femme de droite, une « dure » fourvoyée aux LR et adorée de ses militants, alors que la direction du parti la tolère avec des pincettes. Anti-immigration, anti-mariage gay, une vraie Marion égarée chez les ventres mous de la fausse droite.

Hier, mon amie Brigitte a été condamnée par une justice rouge du tribunal de sa ville à 3 ans d’inéligibilité avec EXÉCUTION immédiate. C’est-à-dire que cette condamnation prend effet immédiatement et qu’elle a perdu instantanément ses mandats de maire de Montauban et de conseillère territoriale, sans attendre le délai suspensif de 8 jours pour faire appel, puis l’appel lui-même suspensif… normalement.

Certes, cette disposition existe mais elle est rarissime et réservée en général aux crimes de sang ou sexuels, alors que la culpabilité ne fait pas de doute ou est avouée…

Pourquoi un tel scandale ? Tout d’abord, Brigitte est avocate de profession et il lui est arrivé de plaider devant ceux qui l’ont condamnée. Une avocate, pugnace et sans concession. Vengeance, quand tu nous tiens…

Que lui reproche-t-on ? Que certains membres de son cabinet aient écrit des articles repris dans un journal local. Cela s’appelle un communiqué de presse ! Il faut donc démettre tout les élus de France selon le tribunal de Montauban ?

Là où ça se corse, c’est que, mécontente pour d’autres motifs de deux de ses collaborateurs, elle les avait licenciés. ET ces deux derniers d’aller se plaindre à la police et aux prud’hommes qu’il étaient employés fictivement puisqu’ils ne se livraient à aucun travail pour leur employeur (la mairie) mais se consacraient exclusivement à faire la promotion du maire (ce que font plusieurs personnes dans chaque « grosse » mairie).

Et patatras ! Des preuves existantes sont produites par la défense, les deux loustics, par peur de « dénonciations calomnieuses », se rétractent devant le tribunal, à l’audience, reconnaissent que la rédaction de ces articles était épisodique puis retirent plaintes et déclarations. L’affaire semble entendue et la relaxe inévitable puisqu’il n’y a plus d’accusateurs et de dossier. Et, pourtant, l’incroyable verdict tombe !

Les juges rouges du « mur des cons » se sont « fait » une « fasciste » !

Qui a confiance dans la justice de ce pays?

Frank BUHLER

 




Qu’est-ce que le gaullisme identitaire ?

« Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allé les voir ? Vous les avez regardés, avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante? 

Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey- les-Deux-Mosquées ! » 

Charles de Gaulle

Élysée, jeudi 5 mars 1959 

Le gaullisme, c’est cette phrase et tout le reste : le refus de la mondialisation, de l’atlantisme, de la chienlit… Des grand projets : centrales nucléaires, la caravelle (base du futur Airbus), sous-marins nucléaires, TGV…

Le gaullisme, c’est aussi dire merde aux Américains, quitter l’Otan, virer leurs bases de chez nous et aller crier « vive le Québec libre » au nez de l’oncle Sam et triompher à Mexico.

Le gaullisme, c’est haïr le communisme mais garder des relations froides mais courtoises avec Moscou et refusant de parler de « soviétiques » mais en disant toujours « les Russes », car il a fait confiance à ce peuple immense pour se débarrasser un jour ou l’autre de cet accident malheureux de leur histoire.

Par essence même, le gaullisme est identitaire…

et sera vainqueur, ou la France périra sous les coup du mondialisme cosmopolite de la finance. Parce que jusqu’à ce jour, le seul Président de la Ve qui ait su dire « non » au risque d’en mourir, au risque d’une guerre, extérieure ou civile, c’est de Gaulle. La terre entière se déplaçait pour voir cet homme qui avait fait de la France la 3e puissance mondiale (sommes-nous encore dans le top 10) étant campée sur ses positions, sur les refus des compromis ne nous étant pas bénéfiques…

« “Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts.

Charles de Gaulle

Mais avant tout le gaullisme, c’est la France avant tout !

Il est temps d’avoir un vrai gaulliste à l’Élysée. Lequel ? Il n’y en a pas 36…

Frank BUHLER

Porte-parole du Conseil national de la Résistance française

PS : OUI il est évident que le mot gaullisme provoque colère et haine chez les pieds-noirs et plus encore chez les harkis… Ils n’ont pas été bien traités et reçus en France. Cela et cela seul doit provoquer tristesse et regrets chez un gaulliste.

 




Biélorussie : aucune mesure contraignante, 6 fois moins de morts qu’en France !

Les manifestants manipulés par des agents de la CIA (qui ont été arrêtés) sont rentrés chez eux, compte tenu de la neige du froid, et d’un soleil qui se couche à 15 h 45. Il est désormais possible de s’intéresser de près à la gestion du covid par le Président Loukachenko.

Il est de bon ton, chez les bobos de l’Ouest, de se moquer de ce vieux moujik à l’accent paysan et dernier dinosaure de l’époque soviétique. Pourtant les dandies du marais et de l’Élysée ont reçu un grosse leçon de pragmatisme et d’efficacité.

Aux premiers jours de l’épidémie le Président parle à la télévision, ni mensonges ni comité bidon : « Il y n’y a pas de traitements et nous n’avons ni les moyens ni l’envie d’endetter les générations futures en arrêtant notre économie. On va vivre avec, essayez de vous protégez » et pour clore son discours une plaisanterie « pour combattre le virus conduisez un tracteur en plein air (son premier métier) et un peu de vodka ». Cette plaisanterie, bien entendu, a été prise (avec une mauvaise fois volontaire) au premier degré, par moquerie, par les journaleux bobos de cette France où tout était parfait (moquerie volontaire et demie)…

Depuis mars dernier, AUCUNE mesure contraignante n’as JAMAIS été prise en Biélorussie pour des résultats qui sont parmi les meilleurs d’Europe, si ce n’est les meilleurs. Pas de confinement. Les masques ne sont pas obligatoires. Les distances (suggérées) pas respectées… Bref, on « laisse filer » le virus. Mais tout les malades, mêmes légers, sont immédiatement placés à l’isolement à l’hôpital et soignés (et pas avec du Doliprane). Quel traitement ? À voir du côté de Marseille.

Les seules mesures imposées, quelques jours, concernent les étrangers entrants dans le pays. Aujourd’hui, un test positif et hop ! dans l’avion. Et la compagnie aérienne Belavia n’as jamais cessé ses vols réguliers.

Mais parlons chiffres

France  : 67 millions d’habitants – 62.800 décès – Entre 170 et 800 morts par jour la semaine de Noël

Biélorussie : 9 millions d’habitants- 1.385 décès – Entre 8 et 9 morts par jours la semaine de Noël

La Biélorussie par ratio de population fait donc 6 fois mieux que la France. Une vraie leçon qui fait mal et met en rage. Mais Raoult avait pourtant prévenu que le confinement aggraverait les choses. Ce pays, toute honte bue, a préféré lui faire des procès.

Et nos bobos imbéciles ricanent toujours et croient au vaccin sauveur dans un pays ruiné. Il est parfois désespérant pour un Français de voir à quel point nous sommes parfois pathétiques. La dernière fois c’était en mai 1940.

Le comité scientifique est aussi efficace que l’état-major général des armées en 1940.

Frank BUHLER




Les deux stratégies légales pour contourner le port du masque !

Les professeurs et les médecins, par dizaines, le disent : les masques chirurgicaux bleus sont totalement inefficaces pour protéger contre le coronavirus. Seuls les masques FFP2 introuvables en France actuellement ont une vraie efficacité. Dans ces conditions, pourquoi étouffer sous le soleil et avoir tant de mal à respirer ?

Il existe pourtant des moyens tout à fait légaux qui permettent de contourner l’obligation du masque. Tout d’abord selon que l’arrêté qui rend le masque obligatoire dans la rue est un arrêté municipal ou préfectoral, vous devez trouver et lire cet arrêté dans la commune concernée… si la seule mention est « le port du masque est obligatoire » sans préciser à quel endroit, vous devez porter le masque et vous pouvez parfaitement le porter autour du cou, ou sur votre coude et pourquoi pas sur la plage en cache sexe… Vous portez bien un masque, et vous devez exiger que cela figure sur le PV, alors bien entendu vous aurez une amende, mais vous pourrez la contester et le tribunal ne pourra que vous donner raison car il doit être indiqué précisément où et comment le masque doit être porté ; il doit être mentionné qu’il doit « couvrir les orifices nasaux, la bouche et le menton » ; si ce n’est pas le cas, mettez-vous le masque… où je pense !

La deuxième possibilité est d’ordre médical. Nous sommes tous gênés pour respirer avec un masque. Il est très simple d’aller voir un médecin, d’indiquer de façon claire et ferme que le masque provoque des difficultés respiratoires et demander un certificat médical interdisant son port et demandant le port d’une visière, vous pourrez ainsi respirer beaucoup plus librement en toute légalité…

Amusez-vous bien !

Franck Buhler




Biélorussie : tout le monde attend que Poutine siffle la fin de la récréation…

AFP PHOTO / POOL / SERGEI ILNITSKY (Photo credit should read SERGEI ILNITSKY/AFP via Getty Images)

Lors de mon dernier article, la soirée était calme (200 manifestants) et la partie semblait jouée alors que l’icône de l’opposition appelait à accepter le scrutin et à reprendre le travail, depuis la Lituanie où elle est volontairement en exil.

Biélorussie : tout comprendre sur les dessous des événements

En une semaine TOUT a changé et le maintien au pouvoir du Président Loukachenko est devenu au minimum incertain. Les acteurs sont les mêmes mais les joueurs donnés gagnants la semaine dernière ont sans doute dû se détendre un peu trop. La CIA est tenace…

Svetlana Tsikhanovskaïa, qui semblait avoir passé un deal avec le FSB russe pour que le calme revienne, et il revenait… fait soudain volte-face, se dit prête à assumer le pouvoir, et appelle le peuple à manifester. Même minoritaires dans le pays, et regroupés principalement dans la capitale, Minsk, qui compte 2 millions d’habitants dans un pays qui en compte 9, les opposants se mobilisent et une application américaine cryptée « Telegram » devient leur moyen de communication et diffuse des mots d’ordre dont l’origine est difficile à cerner… CIA es-tu là ?

Le phénomène est si massif que je reçois moi-même des notifications… 8 personnes que je connais à Minsk viennent de rejoindre Telegram !!! Regroupés dans des listes les opposants s’organisent, ou « sont organisés » avec une incroyable efficacité, et parviennent même à mobiliser environ 70 000 manifestants contre le Président ! Dans le même temps, une contre-manifestation réunit 10 000 personnes.  Mais la presse occidentale (qui n’est pas sur place et n’en sait rien) a « d’autres chiffres ».

Tout cela se déroule sous l’œil incrédule de l’immense majorité silencieuse de tout ceux qui ont connu l’URSS et pour qui manifester est, dans son principe même, hallucinant…

Poutine ne peut plus laisser faire. Son premier geste, très symbolique, est de déployer un groupement de missiles nucléaires tactiques mobiles sur la frontière. Par traité, il doit défendre la Biélorussie comme son propre territoire.

Il rappelle ce « détail » aux Américains, aux Anglais et surtout aux Allemands qui se montrent soudainement fort virulents… Les missiles sont dressés en position de lancement. L’avertissement est clair.

De par le traité d’union d’États, la Biélorussie c’est (un peu) la Russie.

Les choses se calment un peu dans les capitales de l’ouest. Personne n’oublie que les nouveaux missiles hypersoniques et spatiaux de la Russie lui donnent l’absolue supériorité militaire sur l’ensemble du globe pour au moins 15 ans, que les avions russes dominent largement les avions occidentaux et que la Chine, (qui s’est placée sous le bouclier nucléaire russe) a quelques centaines de millions de mobilisables… L’équilibre de la terreur n’existe plus, la Russie domine totalement.

Mais revenons à Minsk où le Président Loukachenko se croyait sorti d’affaire. Cette « 2e vague » (le terme est à la mode), est là, une vraie ! Et le vieux moujik qui dirige la République socialiste de Biélorussie se retrouve totalement perdu et enchaîne maladresses, déclarations contradictoires, provocations et apaisements. En vain : ceux qui ont organisé l’opposition avec « Télégram » manœuvrent leurs troupes…

Le KGB biélorusse est invisible et le MVD donne des signes de faiblesse… Une prime sonnante et trébuchante la semaine dernière était attendue. Elle n’est pas venue…

C’est donc le mercredi 19 août que tout va se décider. Loukachenko a appelé au secours la première puissance nucléaire mondiale et va faire (encore) allégeance. Il sera reçu au Kremlin. Mais Poutine, même s’il peut par sa seule force tenir en respect le monde entier, n’a sûrement pas envie de voir ses ultramodernes « Armata » (char le plus récent et moderne en service dans le monde) se balader dans les rues de Minsk comme autrefois leurs ancêtres dans les rues de Prague.
Le couperet va-t-il tomber ? Seul Poutine le sait et ce Grand maître du jeu géostratégique est capable de tout… attendons son verdict.

Franck Buhler




Biélorussie : tout comprendre sur les dessous des événements

En préambule l’auteur tient à préciser qu’il est divorcé d’une Russe de Biélorussie et remarié à une citoyenne de cette Biélorussie. Qu’il connaît bien le pays et est en contact plusieurs fois par jour avec des habitants de Minsk dans différents quartiers.

La Biélorussie est le dernier dinosaure de la guerre froide en Europe, le dernier pays où une inextricable jungle de services secrets divers se surveillent et avancent leurs pions pour prendre le contrôle de ce pays calme, sûr, propre et où la modernisation et le niveau de vie sont en constante progression. Un genre de « Suisse » de l’Est en somme.

Il faut garder à l’esprit que ce pays a un statut étrange…  Son indépendance est provisoire, par traité, et la Russie, qui n’y a pas commercialement intérêt, peut à tout instant activer le « traité d’union d’États » signé en 1999 et renouvelé en février 2019, et intégrer instantanément la Biélorussie à la fédération de Russie. De façon absolument légale et incontestable par l’Occident.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, une grande partie du peuple russe blanc (biélorusse) a été exterminé par les Allemands et la ville de Minsk entièrement rasée. Ce sont donc des personnes d’origine russe qui peuplent en majorité le pays et la langue biélorusse n’est plus utilisée, et souvent inconnue de la population. De plus ce pays n’a jamais existé, dans toute l’histoire, en tant qu’État indépendant jusqu’à l’éclatement de l’URSS, la Russie blanche indépendante est donc un accident de l’histoire.

Pour autant la population souhaite majoritairement le maintien de sa demi-indépendance compte tenu d’une tranquillité de vie et d’une absence de délinquance qui leur fait peur chez la « mère patrie » russe.

Le Président Loukachenko est au pouvoir depuis 25 ans. Mis en place par feu Boris Eltsine, tout comme Poutine, il s’agit d’un ancien chef d’un petit kolkhoze (ferme communiste), conducteur de tracteur. Un vieux moujik dont l’accent à couper au couteau fait beaucoup rire (en cachette) son peuple… En temps normal, aucune ville d’Europe n’est plus propre, calme et joyeuse que Minsk. Le grand bâtiment jaune du KGB (il a gardé ce nom en Biélorussie) fait certes un peu frissonner, mais c’est un genre de croquemitaine apathique qui n’a, habituellement, pas grand grand-chose à faire dans ce pays placide. Le MVD, rival du KGB, chargé de la police mais aussi de la surveillance politique est en concurrence avec l’autre service et les coups en douce ne sont pas sans rappeler les rapport d’autrefois en France entre police et gendarmerie.

Beaucoup de hauts gradés du KGB sont des anciens du KGB de l’URSS et nul ne sait vraiment les rapports qu’ils ont pu garder avec leurs ex-collègues qui aujourd’hui forment le FSB russe… Il existe donc un vraie incertitude sur ce que fait ou pas le KGB de Minsk. Loukachenko compte donc plutôt sur le MVD sans oser toucher au KGB. Un accident est si vite arrivé…

Le dernier élément de la pièce de théâtre qui se joue à Minsk est la présence de l’armée russe sur le territoire biélorusse et en particulier du centre de commandement des forces aériennes et spatiales de la Fédération de Russie.

Venons-en aux élections. Mon analyse personnelle me semble logique mais lorsqu’au moins 5 services secrets interviennent en même temps dans un pays opaque, tout reste possible.

Le peuple biélorusse, majoritairement, « aime bien » son Président mais une partie de la jeunesse, qui ne connaît pas son bonheur, rêve d’Union européenne et d’Occident… d’où une réelle envie de changement d’une partie de la population. Et cette nouveauté a fait peur à Loukachenko alors qu’il était ASSURÉ d’être réélu même sans tricher… Avec une estimation de 60 % des suffrages, selon les rares études disponibles.
Lorsqu’un animal sent la peur, les prédateurs rappliquent… CIA, FSB, GRU et KGB de Minsk se sont donc mêlés de tout ça, chacun voulant défendre ses intérêts :

La CIA, faire basculer à l’Ouest ce pays géographiquement ultra-stratégique et qui aurait pu lui servir de cheval de Troie pour déstabiliser la Russie ;

Le GRU (service espionnage et action de l’armée russe), repérer, bloquer et si possible faire avoir des « accidents » aux gens de la CIA ;

Le FSB, garder à tout prix la Biélorussie dans l’orbite russe et renforcer son pouvoir sur le KGB local ;

Le KGB biélorusse, maintenir la proximité avec Moscou et être plus efficace que le MVD pour remonter en grâce dans l’esprit de Loukachenko ;

Le MVD : prouver que le KGB est inutile et que sa police anti-émeute est le seul rempart du régime.

Et voilà que des candidats se présentent… qui est manipulé par qui ? Le Président perd ses nerf et fait arrêter l’un d’entre eux, pendant que l’autre part se réfugier en… Russie (le coup du FSB est raté). L’épouse du candidat arrêté se présente à sa place pendant que Loukachenko, coutumier du fait, accuse la Russie d’être responsable de tout ce « binz »…

La candidate restant seule en piste réussit à cristalliser autour d’elle les amateurs de changement mais, même s’il est CERTAIN que le Président sortant aurait de toute façon été réélu, ce dernier commence à perdre son sang-froid, se réconcilie la queue entre les jambes deux jours avant le scrutin avec un Poutine goguenard, lui demande son aide et met le MVD et l’armée en état d’alerte. Le FSB sous les ordre de Poutine s’en mêle à nouveau… Pendant ce temps internet est inondé d’infos « made in CIA », ce qui provoquera la veille du scrutin et pour plusieurs jours une coupure du net dans tout le pays.

Le jours du scrutin, le vieux renard, affolé sans raison proclame les résultats UNE HEURE avant la fermeture des bureaux de vote, donnant ainsi lui-même le top départ des troubles. La tricherie est évidente mais n’était pas nécessaire !

La CIA tente d’attiser le feu mais moins de 20 000 personnes (sources concordantes) manifestent le premier soir. Ils ne sont plus que quelques centaines à ce jour.
La candidate battue a en effet elle-même démobilisé ses troupes, leur demandant de cesser les manifestations et d’accepter le scrutin. Réfugiée en Lituanie avec ses enfants, elle attend son mari encore emprisonné à Minsk et il semble évident qu’elle a passé un « deal » avec le FSB.

Le jeu d’échec est terminé. Perdants : CIA, KGB, opposition au Président réélu. Vainqueurs : le Président réélu, le MVD et le FSB… ET le GRU ? Personne ne sais jamais rien de ce que fait le GRU.

Franck Buhler