1

L’abjecte Benbassa veut rééduquer les hommes : je pense à Staline, Mao, Pol Pot…

Après une journée de samedi très chargée, soirée détente devant Internet, au programme Z, non pas l’abominable Zorglub mais bien Zemmour un des rarissimes penseurs du paysage audiovisuel francophone, cerise sur le gâteau il reçoit Elisabeth Lévy dans l’émission ZɛN !

Je m’installe, plateau de saucisson sec pur porc et différentes boissons prohibées par la religion islamique sous la main, bref une soirée télé normale en Occident.

Je commence en douceur par sa chronique du vendredi dont le titre du jour est « Sommes-nous devenus américains ?»

Que dire si ce n’est qu’Éric Zemmour ne fait qu’énoncer avec truculence ce que tout le monde sait. Après un tel apéritif me voilà mis en appétit.

Je passe donc à ZɛN, le duo se révèle excellent face à une Michèle Alliot-Marie presque sympathique mais pas aussi finaude qu’elle ne le croit, la rencontre est agréable et l’on ressent le plaisir que chacun des intervenants prend dans cette belle passe d’arme.

Nos amis Z&N reçoivent ensuite Clémentine Autain et Élisabeth Lévy ni l’une ni l’autre ne se montreront très originales, leurs positions sont connues, la première se révèle un peu moins hystérique que d’habitude, sans doute perturbée par la solitude idéologique à laquelle elle n’est pas habituée. La seconde nous sort pas mal de lieux communs, mais sa verve, son vocabulaire, son ironie les rendent agréables à entendre. L’on, notera avec plaisir la leçon de politesse donnée à Clémentine Autain qui ne peut s’empêcher de lui couper la parole.
Les machos se réjouiront de la virile banderille tendrement plantée par Éric Zemmour lors d’un « Dégagez ! » sans appel dans une Élisabeth Lèvy manifestement admirative devant la mâle vigueur d’un Jean-Pierre Mocky attendu dans la partie suivante de l’émission.

Troisième partie d’émission, les trois hommes s’amusent les uns des autres, ils ne s’épargnent pas et en même temps cela se passe dans une atmosphère bon enfant rafraîchissante.

Je passe à un « Ca se dispute ! » où sans surprise Nicolas Domenach ne se montre pas à la hauteur de son adversaire, je n’ai rien de personnel contre M. Domenach, mais face à Zemmour il ne fait décidemment plus le poids.

Après un tel repas, il me fallait bien un pousse-café, j’ai donc une pensée particulière pour Eric Zemmour puisque j’ai prévu de déguster une Mandarine Napoléon tout en lançant « Ce soir ou jamais », fatalement l’affaire Cahuzac et ensuite un débat banal et mille fois vu et entendu sur la prostitution.

Et là Esther Benbassa tombe tous les masques, d’abord celui du manque de discernement en énonçant, avant de se corriger que c’est Marine Le Pen qui a mis l’argent de Jérôme Cahuzac en Suisse, heureusement je ne buvais pas à ce moment-là.
On se dit qu’après avoir proféré une telle ineptie elle va apprendre à se taire et là non pas du tout… Au-delà de la pénalisation des clients des prostituées elle veut les rééduquer… Je saute de mon fauteuil, recul de la bande de 10 secondes, je réécoute, oui j’avais bien entendu elle veut rééduquer, non pas les délinquants, les agresseurs, les criminels, mais bien les hommes qui passent un contrat de service avec de femmes qui fournissent ces services.

Ces services portent le nom de « plus vieux métier du monde » plus que certainement avec raison…

Outre l’aspect injuste de s’en prendre au dernier maillon de la chaîne ce terme de « rééduquer » m’interpelle et là ce brave Zemmour me déçoit un peu en entrant dans des considérations psychologiques que j’éviterai toutefois de qualifier de bazar et ce qui est rarissime chez lui il n’appelle pas un chat un chat mais use d’allusions assez peu explicites. Je les trouve inappropriées devant l’énormité qui vient d’être proférée car ce que moi j’ai ressenti, ce que j’ai vu derrière ce terme de rééduquer, ce à quoi j’ai immédiatement pensé ; c’est à la rééducation à la Staline, à la Mao, à la Pol Pot… tous dirigeants de régimes où il fallait également rééduquer, non pas ceux qui avaient des comportements asociaux, mais simplement ceux qui avaient le malheur de penser en dehors des limites tracées par les dirigeants. Le temps du retour des goulags se rapproche !

Jamais Esther Benbassa, n’avait osé aller si loin dans l’abjection, il me faudra dorénavant prendre des antiémétiques lorsqu’elle participera à une émission que je désire écouter ou regarder et j’ose espérer qu’il se trouvera un chroniqueur plus médiatiquement connu que moi pour décortiquer ce discours et énoncer tout ce qu’il sous-entend.

François Lallemand




Infections dues au halal en Belgique : AFSCA suite et fin… pour le moment

Alors que je n’attendais plus de réponse de l’AFSCA, j’ai reçu un courrier de leur part quelques heures après publication de mon article les mettant en cause sur R.L. Coïncidence ?

Reçu ce mercredi 27 juin à 17h45

Monsieur,

Je tiens tout d’abord à vous rappeler que la problématique de l’étiquetage de la viande provenant d’abattages rituels ne tombe pas sous la compétence de l’Agence alimentaire.

Contrairement à ce que je vous mentionnais précédemment, aucun agrément ou autorisation spécifique n’est octroyée par l’AFSCA à un abattoir pour pouvoir pratiquer des abattages rituels. La seule obligation des exploitants des abattoirs est de mentionner dans le registre informatisé des abattoirs, animal par animal, le mode d’abattage.

C’est sur cette base que je peux vous dire qu’en 2010, environ 8 % des bovins ont été abattus de manière rituelle dans nos abattoirs et cette proportion reste stable d’année en année.

En 2011, les abattoirs en personne morale suivants n’ont pas réalisé d’abattage rituel.

1. Association intercommunale mixte de l’abattoir de Chimay (NUE 2.160.593.737.)
Route de Charlemagne, 10 B
6464 Chimay (Province du Hainaut)

2. Metzgerei Michels SPRL (NUE 2.091.417.592.)
Bergstrasse Recht, 8
4870 Saint-Vith (Province de Liège)

3. Abattoir communal de Gedinne (NUE 2.161.543.941.)
Rue Albert Marchal, 2
5575 Gedinne (Province de Namur)

4. NV M Ryckaert (NUE 2.023.464.540.)
Slachthuisstraat, 20
9900 Eeklo (Province de Flandre orientale)

5. EEG Slachthuis Verbist Izegem (NUE 2.037.242.894.)
Gentsesteenweg, 78
8870 Izegem (Province de Flandre occidentale)

Les autres abattoirs ont réalisé au moins un abattage rituel. Les exploitants des abattoirs choisissent le mode d’abattage en fonction de la demande.

Chaque abattoir, quel que soit le type d’abattage pratiqué, est tenu d’appliquer l’HACCP afin de gérer les risques sanitaires. Ces abattoirs sont régulièrement contrôlés par l’AFSCA et l’expertise des viandes s’effectue en permanence par un vétérinaire chargé de mission. Sur base de notre expérience, rien ne permet de déclarer que les viandes issues d’un abattage rituel présentent plus de risques que celles issues d’un abattage classique.

J’espère avoir pu répondre à vos questions dans le contexte des compétences de l’AFSCA qui n’a pas à prendre position par rapport à l’abattage rituel. Cette dernière question relève du monde politique.

Ceci clôture nos échanges de mail sur ce sujet.

Cordialement,

Denuit Jean-Paul
Porte-parole

À la lecture de ce courrier plusieurs constats me viennent à l’esprit.

1. L’obsession de l’étiquetage qui ne dépend pas de l’AFSCA doit troubler le sommeil de M. Denuit, j’ai demandé une liste des abattoirs qui ne pratiquent pas l’abattage rituel, c’est tout ce que j’ai demandé à l’AFSCA, même si j’ai motivé ma demande par différents facteurs, donc certains il est vrai ne dépendent pas de cet organisme. Je constate qu’il a fallu pas moins de trois courriers avant d’obtenir une réponse. Ce fut aisé parce que c’était par email, je vous demande d’imaginer ce qu’il en serait pour un courrier classique par voie postale.

2. Le porte-parole d’une agence gouvernementale ne connait pas, sur un point essentiel, les compétences de l’agence pour laquelle il travaille. Dans toute autre fonction que relevant du fonctionnariat cela serait considéré comme une faute grave !

3. J’apprends que 8% des bovins sont abattus selon le rituel halal, ce qui doit en gros correspondre à la consommation de la communauté musulmane. Toutefois je constate que M. Denuit se garde bien de préciser ce qu’il en est pour les ovins, caprins et la volaille. Il est vrai que je n’ai pas demandé cette information. Ne pas me la donner alors que de façon transparente je montre mon intérêt pour l’aspect halal et ai spécifié à plusieurs reprises ne pas vouloir consommer halal, constitue une preuve de plus de la volonté des autorités de cacher l’information au public.

4. Enfin une liste des abattoirs qui ne pratiquent pas le halal, liste étonnamment courte et donc preuve qu’il y a bien un colonialisme alimentaire.

5. HACCP emploi d’un sigle abscons que je n’ai jamais vu, voyons voir ce qu’en dit internet, petite recherche vite fait : http://www.haccp-guide.fr/

6. Mensonge éhonté sur la différence de risque, différence dénoncée par de nombreux vétérinaires.

7. Je le sais que la position sur l’abattage rituel dépend du monde politique, mais je constate que l’AFSCA fait de la rétention d’information.

8. Fin de non-recevoir des échanges.

Puisque l’AFSCA s’est crue légitime d’enquêter sur mon compte, j’ai donc fait de même sur mon interlocuteur j’ai tout d’abord découvert cette page :
http://www.coveritlive.com/index2.php?option=com_altcaster&task=viewaltcast&altcast_code=e6591146b4&ipod=y

Les personnes intéressées pourront aller lire l’ensemble des échanges, ayant eu lieu le 15/6 entre M. Denuit et des auditeurs/téléspectateurs de la Radio Télévision Belge Francophone, je me contenterai ici de relever les éléments les plus pertinents et de les commenter

11h30 Jean-Paul Denuit: Manger de la viande crue présente un risque

Vivre représente un risque ! Concernant l’alimentation, et donc la viande, et donc la viande crue il est de la responsabilité de l’AFSCA de veiller à ce que ce risque soit le plus bas possible

11h34 jean-paul Denuit: Nous conseillons de rester vigilant

Bref à chacun de faire des études vétérinaires et de s’équiper d’un laboratoire d’analyse ; c’est ce que j’appelle se moquer du monde dans le cadre de la situation actuelle.

11h35 Commentaire de la part de jean-christophe pas de conséquence grave ? 47 décès en europe c’est pas rien quand même

Jean-Christophe n’est semble-t-il pas au courant de la centaine d’enfants qui meurent chaque année en France des suites d’infections par E.Coli Combien dans les autres pays ?

11h39 jean-paul Denuit: @Jean Christophe La situation en Allemagne n’a rien avoir avec le cas du Limbourg. Ici nous savons l’origine de la contamination et nous pouvons prendre des mesures

11h40 jean-paul Denuit: @La contamination au Limbourg se limitte à une carcasse d’animal.

11h41 Commentaire de la part de Laurence Une carcasse d’animal ? Comment est-ce possible mis à part un manque flagrant d’hyghiène ? Manque de contrôle ?

11h42 jean-paul Denuit: @Laurence Au moment de l’abattage ou de la découpe le contenu de l’intestin de l’animal a contaminé la viande.

Je crois savoir qu’en cas de rupture de l’intestin la bête doit être retirée de la commercialisation.

En l’absence d’éléments supplémentaires et vu que la carcasse a été contaminée par le contenu de l’intestin, la conclusion va de soi, pour qui a suivi les différents dossiers présentés sur R.L., il s’agissait d’une bête abattue rituellement et dont les parties non consommées par les musulmans ont rejoint le circuit de distribution classique.

11h43 jean-paul Denuit: @Laurence Les bonnes pratiques d’hygiène (désinfection des outils, nettoyage, …) n’ont pas été respectée dans ce cas.

Autrement dit, un employé, à moins que ce ne soit l’officiant religieux, a bâclé son travail. À défaut de savoir son nom, qui ne pourrait que conduire à un lynchage inacceptable, il serait bon de savoir si des mesures appropriées ont été prises à son encontre.

11h47 jean-paul Denuit: Il s’agit d’une contamination isolée. Les viandes commercialisées ne sont plus commercialisées. Il n’y a pas de raison de s’inquiéter

« Les viandes commercialisées ne sont plus commercialisées ». Oui mais encore ?

« Il n’y a pas lieu de s’inquiéter » ; les deux cas d’infection annoncés le 22/6 peuvent donc être rassurés : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1518/Sante/article/detail/1458644/2012/06/22/E-coli-deux-nouveaux-cas-de-contamination.dhtml

Monsieur Denuit montre dans ces échanges qu’il remplit sans remord son rôle d’anesthésiant sur le plus grand média francophone belge. Il est clairement démontré par de nombreux vétérinaires que le halal présente un risque supplémentaire, risque sur lequel M. Denuit reste silencieux.

Si j’en crois cette page : http://www.etaamb.be/fr/document_n2002008130.html et sous réserve d’homonymie, peu probable ; M. Denuit est ingénieur agronome, domaine dans lequel je ne mets pas en doute ses compétences qui justifient certainement sa place de Porte-parole de l’AFSCA.

Cependant quelles que soient ses compétences, à titre personnel, je ferai toujours plus confiance à un médecin-vétérinaire concernant les risques infectieux.

En conclusion, je constate un manque de transparence flagrant de l’AFSCA, AFSCA qui n’est qu’un des nombreux maillons des organismes de la santé publique, je continue mon travail d’investigation et je remercie Cathy pour l’aide qu’elle m’apporte dans le cadre de ce dossier.

Les personnes souhaitant me contacter ou m‘informer de leurs actions/courriers peuvent me joindre à : francoislallemand@gmail.com

Stop Au Colonialisme Halal !

François Lallemand




Infections dues au halal en Belgique : l’AFSCA refuse d’informer les consommateurs inquiets

Suite aux nombreux cas d’infection par E. Coli relaté dans la presse nationale belge, j’ai pris mon plus beau clavier et j’ai décidé d’écrire à l’AFSCA (Autorité Fédérale de Surveillance de la Chaîne Alimentaire) afin de m’informer.

Courrier envoyé le lundi 18 juin à 17h34

Madame, Monsieur,

Suite on nombreux cas d’infection par E.C. annoncés dans la presse nationale, je suis très inquiet.

Bien conscient que ce risque est accru par la méthode d’abattage rituel et plus spécifiquement par la méthode halal ; étant grand amateur de filet américain [steak tartare] et étant également au fait que cette viande vient de la partie avant de l’animal, la partie la plus susceptible d’être contaminée. Je désirerais obtenir un moyen garantissant le maximum de sécurité lorsque je fais mes achats, je vous saurai donc gré de me dire comment je puis être certain de ne pas acheter du halal. Si je pense plus particulièrement au halal c’est aussi parce que je connais la différence entre le halal et le casher et suis donc au fait de la différence de risque.

Au-delà de cet aspect sécuritaire qui est pour moi primordial, je tiens également à faire valoir ma liberté philosophique de ne pas cautionner cette méthode d’abattage qui amplifie inutilement la douleur de l’animal destiné à me nourrir, mais également ma liberté économique de ne pas financer le culte musulman au travers de la taxe sacramentelle perçue lors de l’abattage rituel. En tant qu’agnostique j’insiste particulièrement sur cet aspect économique car le fait de ne pouvoir choisir aisément une viande en provenance d’un animal abattu selon la méthode la plus appropriée selon les directives européennes constitue de fait une atteinte à ma « liberté de culte ».

Par souci d’honnêteté, je me dois également de vous signaler que je donnerai toute la publicité possible, sur internet, à votre réponse ou à l’absence de celle-ci dans un délai raisonnable.

D’avance je vous remercie

François Lallemand

Réponse m’est faite le mercredi 20 juin à 10h34

Monsieur,

A ce jour, la législation n’impose pas de mentionner la manière dont les animaux sont abattus, à savoir avec étourdissement ou sans étourdissement en particulier lors de l’abattage rituel. Il n’y a donc aucune obligation d’étiquetage à ce sujet. Cependant, si un abattoir procède à des abattages rituels, notre agence doit en être informée afin de pouvoir veiller au respect du bien-être de l’animal et de l’hygiène lors de l’abattage.

 Pour plus d’informations concernant la législation en vigueur, je vous invite à prendre contact avec Service Public Fédéral Santé Publique dont voici les coordonnées :

 Adresse générale

Service public fédéral (SPF) Santé publique,
Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement
Eurostation II
Place Victor Horta, 40 bte 10
1060 Bruxelles

Contact Center : +32 (0)2 524.97.97

E-mail : info@health.fgov.be

Nous vous remercions pour le mail que vous nous avez adressé ainsi que pour l’intérêt porté à notre agence.

Passez une agréable journée.

Bien à vous,

Giltay Tatiana
Point de contact AFSCA / Meldpunt FAVV
0800/13550

Insatisfait de la réponse mais estimant m’être peut-être mal exprimé je réponds le jour même à 11h46

Madame,

Je vous remercie de votre prompte réponse, mais vous bottez en touche, je vous demande donc de me fournir la liste des abattoirs qui ne procèdent pas à l’abattage rituel.

Vous disposez de la liste des abattoirs de Belgique, vous disposez de la liste des abattoirs qui pratiquent l’abattage rituel, par conséquent vous disposez de la liste des abattoirs qui ne pratiquent pas l’abattage rituel.

Je vous demande donc de me fournir cette liste. À défaut, la liste de tous les abattoirs de Belgique avec mention du fait qu’ils pratiquent ou non l’abattage rituel.

Je trouve pour le moins antidémocratique de devoir financer le culte musulman (puisque ce culte représente une très large majorité de l’abattage rituel) à mon insu et contre ma volonté vu la quantité d’animaux abattus rituellement , sauf à procéder à des contrôles personnels rigoureux et lourds sans compter une difficulté extrême à obtenir une information pertinente pour ce qui est des produits préparés.

Je sais très bien que ce n’est pas l’AFSCA qui promulgue les lois toutefois je vous invite à faire remonter cette protestation à qui de droit avec tout le poids dont vous disposez.

Je trouve également scandaleux de me voir obligé à prendre un risque sanitaire inutile parce qu’un tel affichage n’existe pas. Car le risque sanitaire est bel et bien réel, vous ne pouvez le nier, les nombreux cas d’infections par E.C. en Europe ces dernières années en sont une preuve plus que flagrante.

Je ne dispose pas de données historiques précises, mais je me demande quand même si cette augmentation des cas d’infection n’est pas due à la généralisation de l’abattage halal pour des raisons bassement économiques, ce en violation des règles européennes.

La dérogation couvrant l’abattage rituel ne devrait de fait que couvrir les besoins des communautés s’alimentant de la sorte. De plus les surplus (partie non consommées usuellement etc) devraient être assumés par ces communautés et non pas par l’ensemble de la population.

Le sujet est grave, gravissime même, en sus des aspects sanitaires et économiques, les aspects philosophiques ne sont pas à négliger et si selon la loi il est permis au musulman de manger halal de manière garantie, s’il est permis au juif de manger de casher de manière garantie, je trouve tout à fait anormal qu’il ne soit pas permis au chrétien de manger de manière garantie de la viande qui n’a pas été sacrifiée, la viande sacrifiée étant prohibée aux chrétiens (Actes des apôtres 15:28,29) et je trouve tout aussi anormal qu’en tant qu’agnostique je ne puisse faire le choix éclairé de mon alimentation.

Dans l’attente de vous lire,

François Lallemand

Je reçois une seconde réponde ce même mercredi 20 juin à 15h57

Monsieur Lallemand,

Conformément à l’arrêté royal du 11 février 1988, les abattages rituels doivent être effectués dans des abattoirs agréés ou temporairement agréés (lors de la Fête du sacrifice).

Pour pouvoir effectuer des abattages rituels, des dispositions spécifiques à l’infrastructure doivent être connues de l’AFSCA avant que l’abattoir ne puisse être agréé.

 Sur le site de l’AFSCA http://www.afsca.be vous trouverez via PROFESSIONNELS – PRODUCTION ANIMALE – PRODUITS ANIMAUX – ETABLISSEMENTS AGREES –  ETABLISSEMENTS AGRRES DANS LE SECTEUR DES DENREES ALIMENTAIRES – RAPPORT 1 la liste de tous les abattoirs d’ongulés domestiques de Belgique par espèce animale

SH pour abattoir
B pour bovins O pour ovins C pour caprins S pour solipèdes P pour porcs

Un abattoir agréé pour l’abattage rituel peut, en fonction de la demande commerciale, exécuter un abattage rituel ou non. Je ne peux pas vous communiquer des informations plus précises sur ce sujet.

Je vous invite donc à prendre contact directement avec les abattoirs de votre région.

J’entends bien votre demande mais je vous rappelle que nous sommes une agence de contrôle chargée de faire appliquer la réglementation. Les compétences normatives en matière d’étiquetage, de protection du consommateur ou des cultes sont exercées par d’autres instances.

Je vous prie de croire, Monsieur Lallemand, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Denuit Jean-Paul
Porte-parole

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire AFSCA
Food Safety Center
Boulevard du Jardin Botanique 55
1000 Bruxelles

02/211.82.51
0477/83.00.57

Remarquez le changement d’interlocuteur.

La réponse ne me satisfaisant pas je reformule ma question dans un courrier envoyé ce même mercredi 20 juin à 17h13

Monsieur,

J’ai pourtant bien l’impression de m’exprimer en français.

Votre organisme distribue la certification permettant l’abattage halal, nulle-part sur le document que vous m’avez indiqué ou dans celui reprenant l’explication des abréviations n’est mentionné le fait que l’abattoir en question pratique ou non l’abattage halal.

Par ailleurs une recherche sur le mot halal ne donne AUCUN résultat sur votre site, ce que je trouve pour le moins curieux puisque votre organisme dispose des informations sur les abattoirs qui sont agréés pour cette pratique. La liste de tous les abattoirs agréés de Belgique ne m’est d’aucune utilité si je ne dispose pas des informations complémentaires quant à ceux agréés pour l’abattage rituel.

Votre organisme dispose bel et bien de ces informations ainsi que vous le mentionnez dans votre réponse mais vous vous refusez à me les donner, de surcroît vous m’incitez à dépenser sur mes fonds et mon temps afin de prendre ces renseignements auprès de chaque abattoir de ma région ceci est parfaitement inadmissible en tant qu’organisme fédéral c’est à vous de me donner, à moi citoyen, les informations que je demande alors même qu’elles sont de votre ressort. Je répète : quels sont les abattoirs agréés par l’AFSCA pour l’abattage rituel ?

Je répète, encore, je suis consommateur de filet américain [steak tartare], de la viande crue, et je sais que généralement cette viande vient de l’avant de la bête, partie de la bête non consommée par les musulmans et qui donc se retrouve dans le circuit de distribution usuel. Je fais une démarche afin d’assurer ma sécurité alimentaire puisque, de fait, celle-ci ne l’est pas par les autorités compétentes, ce qui dénote d’une véritable problématique de fond.

D’autre part je viens de prendre connaissance de ce document, ci-joint, je suis parfaitement conscient qu’il s’agit de la France et qu’il peut y avoir des variations de réglementation que je ne connais pas en détail, toutefois l’islam est le même en France et en Belgique et je doute que la pratique d’abattage soient différentes dans les deux pays, cela ne fait qu’aggraver mon inquiétude.

Cette problématique d’un seul couteau qui sert pour les différentes opérations (contact avec la peau ET contact avec la viande), voir page 8 du document, est d’un point de vue sanitaire un élément qui favorise tellement le risque qu’il pose véritablement question, question qui est de la responsabilité de l’organisme pour lequel vous travaillez.

Pouvez-vous me dire s’il en est de même en Belgique ou pas.

Je reste, respectueusement, Monsieur Denuit, dans l’attente de véritables réponses à mes interrogations.

François Lallemand

Les courriers sont publiés tels quels, y compris mes fautes de français.

J’avais mis en copie de mes courriers un blogueur dont je suis les publications, il publie le 21 juin une synthèse des échanges :

http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2012/06/21/abattage-halal-ou-cachere-les-risques.html

De même qu’un extrait du dossier sur l’abattoir du Guéret que j’avais joint à mon troisième courrier

http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2012/06/21/l-utilisation-d-un-seul-couteau-pour-l-abattage-risques-sani.html

Et la liste des abattoirs belges, fournie par l’intermédiaire de Cathy et de Roger Heurtebise sur le site de Riposte Laïque.

http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2012/06/21/abattage-halal-ou-cachere-liste-des-abattoirs.html

Le vendredi 22 juin à 13h57

Je reçois un courrier du blogueur me signalant qu’il a reçu un coup de téléphone de l’AFSCA ! ? ! ? !

L’AFSCA lui signale qu’elle va apporter un complément d’information et me répondra également, à ce jour, mercredi 27 juin, je n’ai toujours pas reçu d’information complémentaire, alors même que la publication des échanges semblait à tout le moins gêner l’AFSCA aux entournures et que fournir ces informations rapidement lui aurait permis de rétablir son image.

D’autre part l’AFSCA se demande si je ne suis pas Français (J’écris filet américain pas steak tartare, cette subtilité a dû leur échapper, à moins qu’ils en soient ignorant) vu qu’ils m’auraient vu intervenir sur certains forums, ils ont donc dû mener une petite enquête rapide sur votre serviteur, ce qui, sans tomber dans la paranoïa me semble pour le moins inopportun, ils ont dû chercher à connaître mon audience, là je leur souhaite bon amusement… Surtout que le fait de publier sur des sites français en français ne signifie nullement que l’auteur soit Français, mais uniquement la preuve qu’il est francophone, ce qui était visible dans mon courrier, enfin je crois.

En conclusions non seulement il y a obstruction à l’information légitime, mais de surcroît la simple demande d’information, certes insistante devant l’absence de réponse, conduit à enquêter sur le requérant. Et après cela on osera encore parler d’État de Droit ?

Il est grand temps de faire pression sur ces organismes voici pourquoi je suggère à tous les lecteurs belges de R.L. mais également aux français, après tout il leur arrive de séjourner dans notre pays, à demander des comptes aussi bien à l’AFSCA qu’au Service public fédéral (SPF) Santé publique.

Voici les adresses email :

AFSCA : Meldpunt-Pointdecontact@favv-afsca.be
SPF : info@health.fgov.be

Les personnes souhaitant me contacter ou m‘informer de leurs actions/courriers peuvent me joindre à : francoislallemand@gmail.com

Stop Au Colonialisme Halal !

F.L.




Le péril fasciste vient-il de Marine Le Pen ou des amis de Jean-Luc Mélenchon ?

Je viens de lire l’article de Hubert Sage, au travers de ses critiques de Marine Le Pen, et de son éloge de Jean-Luc Mélenchon, la pensée qui me vient à l’esprit c’est tout simplement : fascisme !

Dans son article l’on constate les manipulations politiciennes usuelles des discours adverses, la constatation de ce biais amène donc à douter de l’objectivité du rédacteur.

Contrairement à ce qu’il affirme Marine Le Pen ne veut pas limiter le droit à l’avortement mais en contrôler les abus, (pour information, il se pratique en Belgique, mon pays, pays de dix millions d’habitants, un peu moins de vingt mille avortements annuellement, avec plus de deux cent mille par an il s’en pratique donc le double en France, cela pose je pense question), le droit à l’avortement est un avancée sociale sur laquelle il n’y a pas à revenir et sur laquelle Marine Le Pen ne veut pas revenir contrairement à ce qu’il prétend, cependant nombre des confrères de Monsieur Sage dénoncent des abus de ce droit, abus qui outre d’être coûteux pour la sécurité sociale représentent également un problème de santé publique, quand des jeunes filles de 18-20 ans en sont à leur quatrième voir cinquième avortement cela mérite que l’on se penche sur le problème en cessant de brandir l’étendard du droit à l’avortement, mais en examinant objectivement la situation et en prenant les mesures nécessaires.

Nous avons ensuite droit à l’invective, tout comme de la part de Jean-Luc Mélenchon, qualifier de « roquets » ceux qui voient en Marine Le Pen une alternative possible aux candidats du système UMP-PS en sus de ne pas être très courtois est la marque d’un mépris de ceux qui ne partagent pas ses idées.

Et nous avons ensuite droit à un discours sur la laïcité, la façon dont celle-ci est présentée me fait vraiment penser aux dogmes religieux tant il la sacralise. Il existe deux pays officiellement totalement laïcs dans le monde la Turquie et la France, la Belgique n’est pas laïque au sens qu’on lui donne en France puisque l’État subventionne différents cultes et cependant mon pays est cent fois plus laïc que la Turquie. La France est née de la chrétienté en voulant absolument nier cette histoire chrétienne, en refusant par exemple d’entretenir le patrimoine historique comme le suggère Monsieur Sage, il se montre l’idiot utile de ceux qui veulent détruire l’histoire et donc déraciner les Français de leurs terroirs. Il se dévoile ainsi en complice, sans aucun doute involontaire, de la pire idéologie mondialiste qui soit.

L’article titrait sur la volonté d’interdiction du FN, il se clôt sur le désir d’interdiction d’un autre parti, EELV, devant une telle attitude serait-il abusif de se demander si Monsieur Sage ne serait pas partisan d’un parti unique comme aux grandes heures du communisme ?

Et après cela il ose dire que le FN n’est pas démocratique ! Le dire est de toutes façons insuffisant encore faut-il le démontrer, et ni la question de la peine de mort, ni celle du droit à l’avortement, du droit du sol ou de la réglementation/limitation de l’immigration ne sont centrales dans la définition de ce qu’est une démocratie.

J’ai également lu les articles de Joël Locin où il n’a pas arrêté de nous seriner que Jean-Luc Mélenchon était formidable mais qu’il était mal conseillé, lui a-t-il échappé qu’au cas, heureusement très improbable, où Jean-Luc Mélenchon serait élu il garderait les même conseillers.

F comme Fasciste, N comme Nazi ! Vraiment ?

Dans ce cas pourquoi ce parti est-il qualifié d’extrême droite le fascisme et le nazisme sont deux idéologies qui puisent leurs sources à l’extrême gauche et si elles sont susceptibles de renaître ce ne sera certainement pas grâce au parti que préside Marine Le Pen mais plutôt par un retour aux sources…

François Lallemand




J’en ai marre de l’expression « musulmans modérés »

Cette expression est utilisée à toutes les sauces, elle se voudrait limitative de l’islamité elle fait autant sens que de dire d’une femme qu’elle est un peu enceinte.

Il faut bien garder en tête que les portes de l’ijtihad (interprétation du Coran) ont été refermées il y a plus de huit siècles et que le Coran est dogmatiquement incréé et émane directement d’Allah.

L’on ne cesse de nous marteler que les « musulmans modérés » sont une majorité qu’ils sont 90 à 99,99% en France (ou ailleurs en Europe), pourtant 40% des Tunisiens et Franco-Tunisiens en France ont votés pour des partis islamistes radicaux, il y a peu de chance que les tendances soient différentes pour les autres pays d’Afrique du Nord. Alors sont-ils réellement modérés ?

Mis à part les enfumeurs usuels que l’on invite constamment sur les plateaux de télévision où étaient ces modérés après les attentats de New-York, de Londres, de Madrid, de Moscou, de Toulouse ?

Je pense qu’il serait plus judicieux de les qualifier de musulmans silencieux, les musulmans qui ne parlent pas car ceux que l’on entend ce sont ceux qui disent et vivent le Coran, ce livre qui prône textuellement la mise à mort de ceux qui n’adhèrent pas à la religion islamique et ceux à qui la presse donne la parole sont ceux que je qualifie d’enfumeurs, leurs citations du Coran sont toujours tronquées, imprécises ne mentionnant pas la validité selon les règles d’abrogation. Ils ne parlent non plus jamais des fatwas prononcées par l’université d’El-Azhar, la plus haute autorité morale du sunnisme, que l’on pourrait comparer au Vatican catholique pour ce qui est de l’influence morale sur les ouailles.

Lorsque l’on lit les forums des sites musulmans, l’antisémitisme transpire dans quasiment chaque message, l’intolérance religieuse est commune, la volonté hégémonique patente, le suprématisme islamique constant, tout cela en parfait accord avec le contenu doctrinal du Coran.

Quelle modération peut-il y avoir lorsque ni l’Esprit ni la Lettre du texte qui établit le dogme ne peuvent être contestés, analysés, critiqués, réfutés ; lorsqu’ils doivent être acceptés et appliqués sans questionnement. L’islam n’est, à mon sens, ni modéré, ni modérable, certains voudraient rouvrir les portes de l’ijtihad, cela dénote très certainement d’une bonne volonté ; mais en quoi cela avancerait-il quand près d’un verset sur dix (environ deux cents appels à tuer les « infidèles » répartis sur environ six cents versets) est en rapport avec la guerre à faire aux non-musulmans ?

Bien sûr dans nos pays il y a également ce que l’on pourrait appeler les musulmans culturels, ceux qui ne prient plus, ceux qui ne vont plus à la mosquée ou uniquement à l’occasion des grandes fêtes religieuses… J’en ai connu plusieurs, le constat que j’en retiens est qu’ils restent souvent antisémites, l’antisémitisme est consubstantiel à la religion islamique et ravivé depuis six décennies, mais ne trouve pas, contrairement à ce qui est souvent dit, son origine dans la création de l’État d’Israël mais bel et bien dans le texte coranique.

Où sont les musulmans modérés ? Je n’en ai jamais vu, entendu, rencontré, j’ai vu des musulmans silencieux, j’ai entendu des musulmans qui mentaient de différentes manières, j’ai vu des musulmans culturels, j’ai aussi vu des musulmans vivant pleinement leur foi et appliquant les préceptes coraniques… mais des musulmans modérés, jamais, ce qui me semble normal tant il est difficile, pour celui qui veut vraiment respecter le Coran, de tuer modérément…

François Lallemand




Défense d'Eva Joly : le socialiste Gérard Filoche parle comme un adolescent attardé…

Suite à l’article de Roger Heurtebise, j’ai écouté l’émission « Carrément Brunet » du vendredi 15 juillet dans son entièreté, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre Gérard Filoche affirmer que seule la France fait un défilé militaire lors de sa fête nationale.
À tout seigneur tout honneur je commence par mon pays :
Belgique : fête nationale le 21 juillet
[youtube wxHkjBFqQpc] 
Espagne : fête nationale le 12 octobre

Madrid, Espagne. 12 Octobre 2010. Espagnol Legionarios marchant sur un défilé militaire.
Grand-Duché de Luxembourg : fête nationale le 23 juin
L.L.A.A.R.R. le Grand-Duc et le Grand-Duc héritier lors du défilé militaire à l’occasion de la fête nationale.
Italie : Le cas est un peu particulier avec deux jours fêtés, le 25 avril où l’on commémore la libération de l’Italie par les Alliés et les partisans et la fin du régime fasciste en 1945, mais aussi le 2 juin avec l’Abolition de la Monarchie et la proclamation de la République en 1946.
 Un défilé militaire à l’occasion des 150 ans de l’unité à Rome.
Royaume-Uni : anniversaire officiel de la reine fêté le premier, deuxième ou troisième week-end de juin, le samedi 11 juin cette année.
Documentaire en 8 parties
[youtube eHPGYVGPwkc]
Les autres parties sont accessibles à partir de ce premier lien.
Suisse : fête nationale le 1er août pas de défilé militaire, cependant…
Depuis 1909, c’est la fondation Pro Patria, héritière du Comité pour la Fête nationale, qui perpétue cet esprit de solidarité, notamment par la vente, chaque 1er août, d’un insigne commémoratif. Les fonds dégagés par les collectes sont surtout destinés à l’encouragement de projets en faveur de la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel, mais aussi à des fins sociales. Ainsi, à l’occasion de la collecte 2010, la 100ème, Pro Patria va contribuer à donner une demeure définitive au célèbre panorama de la bataille de Morat.
 
Loin des commémorations en grandes pompes et autres défilés militaires, le 1er août se vit dans les communes dans une ambiance joyeuse. Ainsi est-ce en toute souveraineté que chaque commune crée sa propre mise en scène pour célébrer l’évènement.
Donc pas de défilé national en Suisse, mais une commémoration martiale dans chaque commune ! Il convient également de se rappeler la forme particulière que revêt l’armée helvétique.
Je dois reconnaître que malgré de nombreuses recherches je n’ai pas trouvé trace de défilés militaires en Allemagne à l’occasion de sa fête nationale, le 3 octobre, qui commémore la réunification ce qui ne signifie bien entendu pas qu’il n’y pas de défilé de ce type, ne maîtrisant pas la langue de Goethe je me garderai bien d’être affirmatif quant à l’absence de tels défilés.
Il est assez usuel qu’un politicien  ne dise pas toute la vérité ; cela fait partie du jeu politique et de la diplomatie, nous le savons tous, mais qu’il mente de manière aussi éhontée et effrontée c’est rarissime, je rappelle ses paroles : « il y a de défilé comme ça le jour des fêtes nationales nulle part, nulle part ».  Et si Monsieur Filoche ne ment pas alors c’est qu’il est particulièrement ignorant des traditions et usages des pays voisins et dans ce cas on peut se poser la question de la pertinence de sa place au Conseil National d’un des partis politiques majeurs de France.
D’autre part je trouve particulièrement navrant de l’entendre qualifier de bellicistes ceux qui soutiennent ce défilé. Un défilé militaire est tout le contraire du bellicisme, il permet justement de montrer sa force et d’ainsi décourager les velléités d’attaque ; certes dans la situation actuelle la France risque bien peu de subir une agression de la part de ses voisins, mais la France a bien des ennemis dans le monde et il faut être sourd et aveugle pour ne pas le savoir. Mais ces défilés sont aussi l’occasion de montrer et de dire à ses alliés « Voyez de quoi nous sommes forts, vous pouvez compter sur notre soutien ! »
Le pacifisme béat et l’antimilitarisme peuvent se comprendre chez un adolescent alors qu’il est totalement ahurissant quand il vient d’un sexagénaire qui s’il a suivi l’actualité au cours de vie n’a pu que constater que de nombreux conflits ont été engagés dans le monde sur la période qu’il a vécue, que ces conflits soient justes ou non n’est pas la question et que qui dit conflit dit nécessité d’intervention armée.
Aussi je fais totalement mienne  l’analyse de Jean Robin qui voit dans les positions d’Eva Joly et de Gérard Filoche une attitude munichoise car ce n’est pas avec des bons sentiments que l’on fait la paix, la paix doit se gagner et ce depuis des millénaires l’histoire nous a montré que pour gagner et conserver cette paix il est, très souvent, nécessaire d’employer la force militaire.
Si vis pacem para bellum (Si tu veux la paix prépare la guerre)
François Lallemand




"Sciences et Vie" ou une manipulation rhétorique grossière sur le jihad

Les cahiers de Science et vie, juin-juillet 2011 : Les Croisades ; un exemple de manipulation rhétorique grossière
Dans l’article de Rafaële Brillaud, « De la guerre sainte et du jihâd » une phrase m’apparait pour le moi douteuse, et symptomatique de la façon dont les journalistes manipulent l’information jusqu’à en fausser la perception, aussi vais-je en faire ici l’analyse.
La phrase en question :
« Mais si le mot jihâd apparait dans 35 versets, 22 ont un sens général, trois désignent un acte purement spirituel et dix seulement se réfèrent au combat… »
Remarques préliminaires sur la langue française :
– Lorsque l’on fait une énumération de quantité l’usage tel qu’enseigné en CE1 ou CE2 veut que l’on utilise la même forme tout le long de la suite, soit uniquement des chiffres, soit uniquement des nombres exprimés en mots, mais pas un mélange des deux.
– Ce même usage veut également que cette énumération suivent une certaine logique le plus souvent chronologique ou dans le cas où le temps ne joue pas de rôle ; un ordre croissant ou décroissant de quantité.
Aucune de ces deux règles n’est respectée par l’auteur, ceci est toutefois anecdotique en comparaison du problème que je tiens à soulever.
Comme tout qui s’est un peu intéressé à l’islam le sait le terme de jihad revêt deux sens aussi appelés le petit jihad et le grand jihad, le petit jihad étant de nature guerrière et le grand jihad de nature spirituelle.
– 35 versets comprenant le mot jihad
– 22 où le sens est général, c’est-à-dire que l’on ne peut déterminer si le sens appartient à l’un ou l’autre catégorie, ou encore que le sens soit double
– 10 Où le sens est de nature explicitement guerrière
– 3 Où le sens est de nature clairement spirituelle
Or R. Billaud place l’adverbe « seulement « en rapport avec le nombre de dix versets guerrier, ce nombre n’étant pas le moindre de l’énumération l’adverbe fausse la perception générale de l’information donnée, un rédacteur objectif aurait en effet formulé l’information de la façon suivante :
« Mais si le mot jihad apparait dans 35 versets, 22 ont un sens général, 10 se réfèrent au combat et 3 seulement désignent un acte spirituel »
Il est patent qu’une telle formulation serait en contradiction avec la doxa politique et médiatique qui veut que l’islam soit une religion de paix. La manipulation est ici assez grossière et aisément détectable.
Par ailleurs elle comporte un second volet nettement plus mensonger quant à lui, il s’agit du commentaire accompagnant une photo d’un texte extrait du Coran :
« Selon le Coran, le jihâd est d’abord un effort qu’on exerce sur soi-même. Mais il peut prendre la forme de guerre contre l’ennemi. »
Affirmer cela c’est totalement ignorer la sourate neuf et ses prescriptions guerrières, prescriptions qui vu la position chronologique de la sourate ; avant-dernière dans l’ordre de révélation, ont prééminence sur tout ce qui se trouve avant.
D’autre part c’est à dessein que j’emploie le terme de mensonger, car l’islam ne se limite pas au Coran et lorsque l’on se penche sur les hadith, l’aspect guerrier de cette idéologie se révèle de manière nettement plus claire ainsi le huitième hadith nawawi nous en montre un peu plus :
« Il m’a été ordonné de combattre les hommes jusqu’à  ce qu’ils témoignent qu’il n’est d’autre divinité qu’Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, qu’ils accomplissent la prière rituelle, qu’ils acquittent l’aumône. S’ils exécutent ces choses, ils seront, à mon égard, garantis quant à leurs personnes et à leurs richesses, à moins qu’ils ne transgressent (ouvertement) la loi de l’ Islam, mais Dieu règlera le compte de leurs (intentions vraies) ».
Les « Quarante hadith nawawi », qui sont réalité quarante-deux sont considérés comme les plus importants pour les musulmans, si on devait apporter une comparaison dogmatique ce n’est qu’en rapport avec les « Dix commandements » qu’ils pourraient être confrontés. D’autre part l’injonction donnée à Mahomet s’adresse également aux croyants en regard de l’exemplarité du personnage : « Vous avez, dans l’Envoyé de Dieu [Mahomet], un beau modèle pour vous [musulmans]. » Le Coran, sourate 33, v.21.
Il s’avère donc que la formulation « il peut prendre la forme de guerre contre l’ennemi » est tout à fait spécieuse, puisque la prescription de guerre est très forte et donc le jihad doit, aussi, prendre la forme de guerre mais que de plus pour l’islam est ennemi tout ce qui n’est pas musulman, et que le coran interdit explicitement les alliances entre musulmans et non musulmans (3 :28, 3,85, 3 :118, 5 :51, 5 :80, 9 :23, 53 :29), ceci sans bien entendu oublier les versets 5 à 7 de la sourate 1, versets prononcés quotidiennement par les musulmans pratiquants et qui constituent un véritable camouflet et même une insulte pour les juifs et les chrétiens.
De nombreux autres aspects de l’article mériteraient également une analyse critique, cependant les exemples que j’ai pris suffisent à démontrer le manque de pertinence dans l’information donnée.
Les différentes publications de Science et Vie ne s’adressent pas au grand public mais à un public curieux et ayant généralement une formation académique supérieure à la moyenne ; c’est pourquoi je me dois de dire que je suis très déçu et même un peu surpris d’y trouver un tel manque d’objectivité scientifique. Trouver un tel article dans une telle publication est pour moi révélateur de la déliquescence généralisée de la pensée, cela sous des prétextes dogmatiques de tolérance, tolérance qui va jusqu’à ne pas trouver problématique une idéologie qui prône la mise à mort de ceux qui refusent d’y adhérer. Tolérance qu’en l’occurrence je n’hésite donc pas à qualifier de suicidaire.
François Lallemand




Réponse à Chems-eddine Hafiz, pour son livre « De quoi Zemmour est devenu le nom »

Monsieur,

Je viens de finir votre livre, cadeau de ma petite sœur à l’occasion de cette fête chrétienne et païenne qu’est Noël et où l’on s’échange des cadeaux en famille et entre amis. Votre livre « De quoi Zemmour est devenu le nom », est assez intéressant de par son contenu ; j’en ai apprécié le style fluide et donc la lecture aisée, mais c’est la seule qualité que j’y ai trouvée.

Á la lecture du quatrième de couverture je m’attendais à un portrait au vitriol, style que j’apprécie même pour les personnalités avec lesquelles je suis généralement en accord, j’ai été déçu. Dès le prologue vous reprochez à Eric Zemmour d’être médiatiquement partout, mais vous ne vous interrogez pas sur les raisons qui font qu’il soit maintenant partout, ce n’est pas arrivé d’un coup, ce succès il l’a construit patiemment en prenant le risque de parler vrai de dire à la télévision et à la radio ce que beaucoup ressentent, de mettre des mots sur le malaise qui traverse la société française et européenne, c’est cette véracité du discours qui a plu aux téléspectateurs et aux auditeurs et a fait sa réussite médiatique.

On a la confirmation dans ce prologue que vous êtes musulman, ce qui est votre droit selon la loi, après tout libre à vous de prendre Mahomet pour modèle, Mahomet dont la biographie d’Ibn Hicham nous apprend qu’il fut en fait un pillard, un assassin, un chef de guerre, un pédophile et un esclavagiste mais qu’il s’est également rendu coupable de génocide. L’on apprend également que vous êtes pratiquant donc que quotidiennement et à plusieurs reprises vous récitez la Fatiha, c’est-à-dire que vous insultez deux milliards de personnes, juives et chrétiennes, le tiers de la population mondiale. Je sais que vous nierez ces insultes, mais sachez que mes amis juifs et chrétiens se sentent profondément insultés par les versets six et sept de la sourate un.

Au chapitre un vous nous parlez de Trappes où E. Zemmour n’avait pas besoin de se rendre, il lui a suffi de visualiser le reportage d’Envoyé Spécial, réalisé en 2004 si mes souvenirs sont bons, que pour se faire une idée de ce qui s’y passe.

Au chapitre deux l’on a droit à un joli laïus contre la discrimination, votre aveuglement vous empêche de prendre conscience que la vie est par essence discriminante et ce dès la naissance, pas uniquement pour des raisons sociales, mais aussi pour des raisons tout simplement génétiques, certains naissent avec une meilleure santé que d’autres, avec de meilleures aptitudes physiques, voire (même si cela reste à démontrer) de meilleures aptitudes intellectuelles. Sous des prétextes de non-discrimination l’enseignement a été complètement sabordé, le bac ne vaut plus rien, refuser la discrimination, à la façon dont vous le faites, c’est nier que certains sont plus rapides, plus forts, plus intelligents, plus créatifs que d’autres ; bref c’est nier la réalité.

Le chapitre trois constitue une autre jolie négation du réel, celle de l’antisémitisme consubstanciel à l’islam, dont la simple lecture du Coran constitue une preuve flagrante au niveau dogmatique, quant au plan factuel il suffit de se rappeler de ce qu’il advint des Juifs des pays musulmans lors de la décolonisation ou plus récemment en Irak, en Égypte, sur la partie occupée de Chypre etc

Au chapitre quatre je me retrouve une fois de plus affligé devant le qualificatif de « triste » accolé aux soupes au cochon, le cochon ne vous en déplaise fait intégralement partie de la culture culinaire française et européenne et même si votre religion tout comme le judaïsme en interdisent la consommation en situation normale aucune des deux n’en empêchent la consommation en cas de besoin impérieux, ce qui est le cas des SDF ; nécessité fait loi. En vous focalisant sur le choix du cochon vous niez là aussi la réalité, réalité économique en l’occurrence, puisque la viande de porc est une des moins chères qui soient, ce qui pour l’organisateur constitue un élément d’importance ; mais que de plus c’est une des plus riches sur le plan diététique, notamment en raison de son grand apport en graisses ce qui en période hivernale est non négligeable.

Au chapitre cinq on a droit à un long discours sur le voile où vous reprochez à E. Zemmour ses positions mais où vous n’apportez aucune réponse, le voile islamique est pour moi un avilissement de la femme, une confirmation de l’infériorité de la femme telle qu’énoncée au verset 34 de la sourate 4. Son interdiction relève donc simplement de l’égalité à la française, celle du triptyque républicain, ce qui nous révèle une contradiction de votre part puisque vous vous prétendez républicain et musulman, il est dommage et dommageable que vous ne voyiez pas cette contradiction.

Le chapitre six est quant à lui risible, il vous échappe totalement que « Petit frère » est un roman et donc qu’à ce titre les dialogues des protagonistes ne peuvent être pris pour l’expression de la pensée de l’auteur, contrairement à ce qu’il pourrait en être pour un essai philosophique.

Au chapitre sept nous apprenons que les employeurs préfèrent éviter d’engager des musulmans, il serait intéressant de s’interroger sur les raisons de ce choix plutôt que de se focaliser uniquement sur le choix en lui-même. Vous nous y donnez aussi une liste de prénoms issus, dites-vous, de l’Ancien Testament, étant de culture chrétienne, j’ai eu beau chercher je n’ai pas trouvé de Jésus dans l’Ancien Testament. Par contre je n’ai guère été surpris de voir figurer, sur les dix prénoms énoncés, neuf prénoms masculins, oubliées Rachel, Sarah, Rebecca, Hannah… Sans compter que la description biblique de Jésus de Nazareth et de sa vie n’ont strictement rien à voir avec ce l’on trouve pour le Issa du Coran.

Le délit de faciès du chapitre huit est abordé avec le même biais, de tout temps les populations immigrées se sont révélées plus criminelles que les populations indigènes (autochtones si vous préférez), c’est un fait social reconnu, mais dans le cas des populations de religion ou de culture musulmane, ce surplus de criminalité est encore exacerbé, ce qui est normal vu l’exemplarité coranique de Mahomet, vous avez raison quand vous dites qu’il ne s’agit pas de génétique, mais vous vous refusez à voir les facteurs culturels. Vous trouvez très bien que la République refuse les statistiques ethniques, à titre personnel je trouve pathétique de se priver d’un outil sous des prétextes idéologiques, c’est à la fois contre-productif et dangereux, puisque cela revient à se mettre des œillères pour ne pas voir la réalité.

En ce qui concerne le chapitre neuf, Monsieur Zemmour n’a rien inventé, il lui a sans doute suffit de lire l’article qu’y avait consacré le quotidien d’Oran (dont on retrouve une trace ici http://www.algerie-dz.com/article10916.html ) il y a quelques années ou encore de superposer la carte de prévalence de la consanguinité dans le monde ( www.consang.net/index.php/Global_prevalence ) avec celle de la répartition des populations musulmanes. Le temps de parole à la radio et à la télévision étant limités cela contraint à parfois utiliser des raccourcis sémantiques, certes parfois regrettables, mais cela ne change rien au fond de l’élément abordé.

C’est dans le chapitre dix que l’on trouve la plus belle perle de votre ouvrage : « Pour une raison que l’on ignore le monde islamique a peu à peu décliné depuis les XIIIe et XIVe siècles. Loin des splendeurs de Bagdad et de la Perse, il peine à sortir de la pauvreté, sur laquelle fleurit le radicalisme ». Quiconque n’a ne fut-ce que quelques notions d’histoire en général et d’histoire du monde islamique en particulier peut pourtant faire deux constats assez simples. Le premier c’est que les portes de l’ijtihad ont été définitivement fermées au XIIe siècle ce qui a enfermé l’islam sur lui-même. Le second c’est que l’islam n’a jamais brillé que dans (je dis bien dans et non pas par) la conquête et la destruction d’autres civilisations, l’arrêt des conquêtes islamique a donc conduit à l’atrition culturelle, philosophique et intellectuelle du monde musulman. Alors que le monde non-musulman trouvait en lui-même et hors de lui-même ces nourritures, le monde musulman ne pouvait plus en trouver en dehors de lui et s’interdisait d’en trouver en lui (interdiction de la musique, de l’art figuratif, de la science qui contredit le Coran, Coran qui prétend textuellement que la Terre est plate, que l’embryogénèse commence par le squelette, que le soleil tourne autour de la Terre etc). Il y a bien entendu d’autres raisons mais ces deux-là constituent un bon point de départ pour une explication. Qui n’est pas ignorée de tous contrairement à ce que laisse supposer votre emploi du pronom « on ».

Dans ce même chapitre vous commettez un bel acte de takiya (le mensonge permis au musulman pour protéger ou propager sa foi) : « Le djihad c’est d’abord le combat que mène le fidèle contre lui-même pour accéder à la sainteté » ; quid de la centaine d’appels à tuer les non musulmans dans le Coran, sans parler de la proportion hallucinante de hadith qui se réfèrent explicitement au combat par les armes, Monsieur Hafiz, il serait temps que vous appreniez que la takiya ne marche pas avec ceux qui ont lu le Coran (plus particulièrement quand ils l’ont fait en tenant compte des règles d’abrogation), la sira, le tafsir et les hadith.

Dans le chapitre onze vous accusez E. Zemmour de jeter du sel sur les plaies du passés, pas un mot critique contre le réalisateur d’un film qui se veut historique, mais ne constitue qu’une manipulation. Vous critiquez ses citations de De Gaulle, vous les présentez comme anachroniques, alors que justement la situation dans les banlieues françaises ne fait qu’en montrer toute la pertinence, de même que ce que dirent Bossuet, Flaubert, Chateaubriand, Foucauld, Montesquieu, Malraux, Pascal, Churchill, de Paepe, Russell, Wafa Sultan, Taslima Nasreen, Ayyan Hirsi Ali et des dizaines d’autres personnalités éminentes. Une fois encore on peut donc constater votre manque d’objectivité analytique.

Je n’ai pas grand-chose à dire de votre chapitre douze, si ce n’est que vos larmes de crocodiles ne m’émeuvent pas.

Vous concluez dans votre épilogue sur la beauté de l’école de la république, mais omettez de dire que cette école, qui malgré ses défauts, apportait beaucoup, que cette école n’existe plus en raison justement de l’idéologie absurde du multiculturalisme.

Je tiens également à dire que pour ma part je me fiche de la déclaration de 1789 à laquelle vous faites si souvent référence, je ne suis pas Français (même s’il suffirait que je me présente dans la première mairie de France pour le devenir) je ne vis pas en France ; aussi c’est plutôt à la déclaration de 1948 que je me réfère et celle-ci précise bien dans son article 30 que les droits qu’elle donne ne peuvent être utilisés pour la détruire or la religion islamique est en opposition avec les 29 autres articles qui la constituent, là encore le Coran est une preuve à charge plus que suffisante, mais l’on peut aussi se pencher sur la caricature qu’en ont fait les musulmans dans la Déclaration du Caire de 1991.

Ma conclusion ; j’avais espéré un portrait au vitriol, certes j’avais été averti rapidement que ce ne serait pas le cas puisque vous l’affirmez vous-même, et en effet ce à quoi nous avons droit dans votre texte c’est à une plume trempée dans les relents gastriques de votre indigestion de la réalité. Réalité énoncée et dénoncée, parfois, rarement, maladroitement je vous l’accorde, par Eric Zemmour.

Enfin je me console, ma soeur m’a aussi offert le dernier album « Le chat » de Geluck, je suis certain d’y trouver une pensée plus profonde que dans votre livre.

Et pour en finir, j’espère réellement que justice sera rendue à Eric Zemmour dans le procès qui lui est injustement intenté par les tenants de la pensée inique, dont vous êtes un fier représentant.

François Lallemand




Réponse à Chems-eddine Hafiz, pour son livre "De quoi Zemmour est devenu le nom"

Monsieur,
Je viens de finir votre livre, cadeau de ma petite sœur à l’occasion de cette fête chrétienne et païenne qu’est Noël et où l’on s’échange des cadeaux en famille et entre amis. Votre livre « De quoi Zemmour est devenu le nom », est assez intéressant de par son contenu ; j’en ai apprécié le style fluide et donc la lecture aisée, mais c’est la seule qualité que j’y ai trouvée.
Á la lecture du quatrième de couverture je m’attendais à un portrait au vitriol, style que j’apprécie même pour les personnalités avec lesquelles je suis généralement en accord, j’ai été déçu. Dès le prologue vous reprochez à Eric Zemmour d’être médiatiquement partout, mais vous ne vous interrogez pas sur les raisons qui font qu’il soit maintenant partout, ce n’est pas arrivé d’un coup, ce succès il l’a construit patiemment en prenant le risque de parler vrai de dire à la télévision et à la radio ce que beaucoup ressentent, de mettre des mots sur le malaise qui traverse la société française et européenne, c’est cette véracité du discours qui a plu aux téléspectateurs et aux auditeurs et a fait sa réussite médiatique.
On a la confirmation dans ce prologue que vous êtes musulman, ce qui est votre droit selon la loi, après tout libre à vous de prendre Mahomet pour modèle, Mahomet dont la biographie d’Ibn Hicham nous apprend qu’il fut en fait un pillard, un assassin, un chef de guerre, un pédophile et un esclavagiste mais qu’il s’est également rendu coupable de génocide. L’on apprend également que vous êtes pratiquant donc que quotidiennement et à plusieurs reprises vous récitez la Fatiha, c’est-à-dire que vous insultez deux milliards de personnes, juives et chrétiennes, le tiers de la population mondiale. Je sais que vous nierez ces insultes, mais sachez que mes amis juifs et chrétiens se sentent profondément insultés par les versets six et sept de la sourate un.
Au chapitre un vous nous parlez de Trappes où E. Zemmour n’avait pas besoin de se rendre, il lui a suffi de visualiser le reportage d’Envoyé Spécial, réalisé en 2004 si mes souvenirs sont bons, que pour se faire une idée de ce qui s’y passe.
Au chapitre deux l’on a droit à un joli laïus contre la discrimination, votre aveuglement vous empêche de prendre conscience que la vie est par essence discriminante et ce dès la naissance, pas uniquement pour des raisons sociales, mais aussi pour des raisons tout simplement génétiques, certains naissent avec une meilleure santé que d’autres, avec de meilleures aptitudes physiques, voire (même si cela reste à démontrer) de meilleures aptitudes intellectuelles. Sous des prétextes de non-discrimination l’enseignement a été complètement sabordé, le bac ne vaut plus rien, refuser la discrimination, à la façon dont vous le faites, c’est nier que certains sont plus rapides, plus forts, plus intelligents, plus créatifs que d’autres ; bref c’est nier la réalité.
Le chapitre trois constitue une autre jolie négation du réel, celle de l’antisémitisme consubstanciel à l’islam, dont la simple lecture du Coran constitue une preuve flagrante au niveau dogmatique, quant au plan factuel il suffit de se rappeler de ce qu’il advint des Juifs des pays musulmans lors de la décolonisation ou plus récemment en Irak, en Égypte, sur la partie occupée de Chypre etc
Au chapitre quatre je me retrouve une fois de plus affligé devant le qualificatif de « triste » accolé aux soupes au cochon, le cochon ne vous en déplaise fait intégralement partie de la culture culinaire française et européenne et même si votre religion tout comme le judaïsme en interdisent la consommation en situation normale aucune des deux n’en empêchent la consommation en cas de besoin impérieux, ce qui est le cas des SDF ; nécessité fait loi. En vous focalisant sur le choix du cochon vous niez là aussi la réalité, réalité économique en l’occurrence, puisque la viande de porc est une des moins chères qui soient, ce qui pour l’organisateur constitue un élément d’importance ; mais que de plus c’est une des plus riches sur le plan diététique, notamment en raison de son grand apport en graisses ce qui en période hivernale est non négligeable.
Au chapitre cinq on a droit à un long discours sur le voile où vous reprochez à E. Zemmour ses positions mais où vous n’apportez aucune réponse, le voile islamique est pour moi un avilissement de la femme, une confirmation de l’infériorité de la femme telle qu’énoncée au verset 34 de la sourate 4. Son interdiction relève donc simplement de l’égalité à la française, celle du triptyque républicain, ce qui nous révèle une contradiction de votre part puisque vous vous prétendez républicain et musulman, il est dommage et dommageable que vous ne voyiez pas cette contradiction.
Le chapitre six est quant à lui risible, il vous échappe totalement que « Petit frère » est un roman et donc qu’à ce titre les dialogues des protagonistes ne peuvent être pris pour l’expression de la pensée de l’auteur, contrairement à ce qu’il pourrait en être pour un essai philosophique.
Au chapitre sept nous apprenons que les employeurs préfèrent éviter d’engager des musulmans, il serait intéressant de s’interroger sur les raisons de ce choix plutôt que de se focaliser uniquement sur le choix en lui-même. Vous nous y donnez aussi une liste de prénoms issus, dites-vous, de l’Ancien Testament, étant de culture chrétienne, j’ai eu beau chercher je n’ai pas trouvé de Jésus dans l’Ancien Testament. Par contre je n’ai guère été surpris de voir figurer, sur les dix prénoms énoncés, neuf prénoms masculins, oubliées Rachel, Sarah, Rebecca, Hannah… Sans compter que la description biblique de Jésus de Nazareth et de sa vie n’ont strictement rien à voir avec ce l’on trouve pour le Issa du Coran.
Le délit de faciès du chapitre huit est abordé avec le même biais, de tout temps les populations immigrées se sont révélées plus criminelles que les populations indigènes (autochtones si vous préférez), c’est un fait social reconnu, mais dans le cas des populations de religion ou de culture musulmane, ce surplus de criminalité est encore exacerbé, ce qui est normal vu l’exemplarité coranique de Mahomet, vous avez raison quand vous dites qu’il ne s’agit pas de génétique, mais vous vous refusez à voir les facteurs culturels. Vous trouvez très bien que la République refuse les statistiques ethniques, à titre personnel je trouve pathétique de se priver d’un outil sous des prétextes idéologiques, c’est à la fois contre-productif et dangereux, puisque cela revient à se mettre des œillères pour ne pas voir la réalité.
En ce qui concerne le chapitre neuf, Monsieur Zemmour n’a rien inventé, il lui a sans doute suffit de lire l’article qu’y avait consacré le quotidien d’Oran (dont on retrouve une trace ici http://www.algerie-dz.com/article10916.html ) il y a quelques années ou encore de superposer la carte de prévalence de la consanguinité dans le monde ( www.consang.net/index.php/Global_prevalence ) avec celle de la répartition des populations musulmanes. Le temps de parole à la radio et à la télévision étant limités cela contraint à parfois utiliser des raccourcis sémantiques, certes parfois regrettables, mais cela ne change rien au fond de l’élément abordé.
C’est dans le chapitre dix que l’on trouve la plus belle perle de votre ouvrage : « Pour une raison que l’on ignore le monde islamique a peu à peu décliné depuis les XIIIe et XIVe siècles. Loin des splendeurs de Bagdad et de la Perse, il peine à sortir de la pauvreté, sur laquelle fleurit le radicalisme ». Quiconque n’a ne fut-ce que quelques notions d’histoire en général et d’histoire du monde islamique en particulier peut pourtant faire deux constats assez simples. Le premier c’est que les portes de l’ijtihad ont été définitivement fermées au XIIe siècle ce qui a enfermé l’islam sur lui-même. Le second c’est que l’islam n’a jamais brillé que dans (je dis bien dans et non pas par) la conquête et la destruction d’autres civilisations, l’arrêt des conquêtes islamique a donc conduit à l’atrition culturelle, philosophique et intellectuelle du monde musulman. Alors que le monde non-musulman trouvait en lui-même et hors de lui-même ces nourritures, le monde musulman ne pouvait plus en trouver en dehors de lui et s’interdisait d’en trouver en lui (interdiction de la musique, de l’art figuratif, de la science qui contredit le Coran, Coran qui prétend textuellement que la Terre est plate, que l’embryogénèse commence par le squelette, que le soleil tourne autour de la Terre etc). Il y a bien entendu d’autres raisons mais ces deux-là constituent un bon point de départ pour une explication. Qui n’est pas ignorée de tous contrairement à ce que laisse supposer votre emploi du pronom « on ».
Dans ce même chapitre vous commettez un bel acte de takiya (le mensonge permis au musulman pour protéger ou propager sa foi) : « Le djihad c’est d’abord le combat que mène le fidèle contre lui-même pour accéder à la sainteté » ; quid de la centaine d’appels à tuer les non musulmans dans le Coran, sans parler de la proportion hallucinante de hadith qui se réfèrent explicitement au combat par les armes, Monsieur Hafiz, il serait temps que vous appreniez que la takiya ne marche pas avec ceux qui ont lu le Coran (plus particulièrement quand ils l’ont fait en tenant compte des règles d’abrogation), la sira, le tafsir et les hadith.
Dans le chapitre onze vous accusez E. Zemmour de jeter du sel sur les plaies du passés, pas un mot critique contre le réalisateur d’un film qui se veut historique, mais ne constitue qu’une manipulation. Vous critiquez ses citations de De Gaulle, vous les présentez comme anachroniques, alors que justement la situation dans les banlieues françaises ne fait qu’en montrer toute la pertinence, de même que ce que dirent Bossuet, Flaubert, Chateaubriand, Foucauld, Montesquieu, Malraux, Pascal, Churchill, de Paepe, Russell, Wafa Sultan, Taslima Nasreen, Ayyan Hirsi Ali et des dizaines d’autres personnalités éminentes. Une fois encore on peut donc constater votre manque d’objectivité analytique.
Je n’ai pas grand-chose à dire de votre chapitre douze, si ce n’est que vos larmes de crocodiles ne m’émeuvent pas.
Vous concluez dans votre épilogue sur la beauté de l’école de la république, mais omettez de dire que cette école, qui malgré ses défauts, apportait beaucoup, que cette école n’existe plus en raison justement de l’idéologie absurde du multiculturalisme.
Je tiens également à dire que pour ma part je me fiche de la déclaration de 1789 à laquelle vous faites si souvent référence, je ne suis pas Français (même s’il suffirait que je me présente dans la première mairie de France pour le devenir) je ne vis pas en France ; aussi c’est plutôt à la déclaration de 1948 que je me réfère et celle-ci précise bien dans son article 30 que les droits qu’elle donne ne peuvent être utilisés pour la détruire or la religion islamique est en opposition avec les 29 autres articles qui la constituent, là encore le Coran est une preuve à charge plus que suffisante, mais l’on peut aussi se pencher sur la caricature qu’en ont fait les musulmans dans la Déclaration du Caire de 1991.
Ma conclusion ; j’avais espéré un portrait au vitriol, certes j’avais été averti rapidement que ce ne serait pas le cas puisque vous l’affirmez vous-même, et en effet ce à quoi nous avons droit dans votre texte c’est à une plume trempée dans les relents gastriques de votre indigestion de la réalité. Réalité énoncée et dénoncée, parfois, rarement, maladroitement je vous l’accorde, par Eric Zemmour.
Enfin je me console, ma soeur m’a aussi offert le dernier album « Le chat » de Geluck, je suis certain d’y trouver une pensée plus profonde que dans votre livre.
Et pour en finir, j’espère réellement que justice sera rendue à Eric Zemmour dans le procès qui lui est injustement intenté par les tenants de la pensée inique, dont vous êtes un fier représentant.
François Lallemand




11 septembre 2001 : 9 ans et 16.000* attentats plus tard, qu'est-ce qui a changé ?

Il y a neuf ans dix-neuf musulmans détournaient quatre avions, en écrasaient deux sur les tours jumelles du World Trade Center, un sur le Pentagone, et les passagers du quatrième se sacrifièrent pour empêcher leur avion d’atteindre son but.
Ces attentats firent près de 3.000 morts, mais surtout ils ébranlèrent le monde, deux guerres furent déclarées à leurs suites.
Le plus important reste tu, tant par le monde politique, que par le monde médiatique, mais aussi par les autorités des différentes religions (l’agnosticisme et l’athéisme font figure d’exception à l’échelle mondiale) qui régissent la spiritualité de la plupart des habitants de notre planète.
Il est pourtant indispensable de bien intégrer que ces actes ignobles furent réalisés en conformité avec les prescriptions islamiques, ainsi que le confirme d’ailleurs Walid Shoebat (2).
Le Coran est formel, les infidèles (3) doivent être tués et dans le meilleurs des cas, pour les juifs (aussi appelés « ceux qui ont encouru la colère de Dieu ») et les chrétiens (aussi appelés « les associateurs ») assujettis.
Lorsque l’on parle du Coran il faut bien garder à l’esprit que pour le musulman ce livre est la parole directe de Dieu dictée à Mahomet et est de ce fait incontestable, contrairement aux textes de la Bible qui se veulent des textes écrits par des hommes inspirés par Dieu, étant rédigés par des hommes, ils peuvent donc être analysés, critiqués, voire réfutés ; le rapport du croyant aux textes canons est donc fondamentalement différent. Une autre différence qu’il importe de garder à l’esprit, spécialement quand on parle de la violence des textes bibliques, c’est que la violence dans les textes bibliques est narrative alors qu’elle est prescriptive dans le Coran.
Regardons de plus près deux versets de la Sourate 9, cette sourate est l’avant dernière (4) dans l’ordre de révélation, ce qui signifie que son contenu a prévalence sur les autres sourates en cas de prescriptions contradictoires.
Les extraits qui suivent sont tirés de « L’Exégèse du Coran » par Ismaïl Ibn Kathîr aux Éditions Dar al-Kotob al Ilmiyah
9 :5
Une fois dépouillés les mois sacrés, tuez les associants [Harkat Abdou, le traducteur, emploie le terme associant au lieu du plus communément usité associateurs] où vous les trouverez, bloquez-les, tendez-leur toutes sortes d’embûches. Seulement, s’ils se repentent, accomplissent la prière, acquitte la purification, dégagez-leur le chemin. –Dieu est tout pardon, Miséricordieux.
Cette traduction est assez absconse, on lui préfèrera celle de Kasimirski (5) ou d’Hamidullah (6) cependant, elle est utile afin de pouvoir suivre son analyse :
« Le segment tuez les associants est de portée générale : il s’applique à tous les associants. Mais l’avis qui prévaut dit que ce segment est spécifié par l’interdiction de combattre dans le Sanctuaire [NDLR La Mecque]. […] Le segment capturez-les, bloquez-les, tendez-leur toutes sortes d’embûches : prenez les comme captifs ou tuez-les, ne vous contentez pas de les trouver sur votre chemin, mais cherchez-les, harcelez-les, aller à eux et encerclez-les dans leurs places fortes, dans leurs forts, organisez-leur des embuscades, tout cela pour les contraindre à choisir entre la mort et l’Islam. »
9 :29
Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu ni au Jour dernier, ni n’interdisent ce qu’interdisent Dieu et Son Envoyé, et qui parmi ceux qui ont reçu le Livre [Les juifs et les chrétiens], ne suivent pas la religion du Vrai-et cela jusqu’à ce qu’ils paient d’un seul mouvement une capitation en signe d’humilité. (Traductions de Kasimirki (7) et d’Hamidullah (8))
« Le segment parmi ceux qui ont reçu le Livre, ne suivent pas la religion du Vrai : Les Gens du Livre, en déniant le Prophète, ont du même coup perdu toute croyance en chacun des envoyés précédents. Ces Gens du Livre ne font que suivre leurs opinions, leurs passions. S’ils étaient vraiment de croyants des Ecritures qu’ils ont eues, ils se seraient guidés à croire Muhammad. […] Le segment et cela jusqu’à ce qu’ils paient d’un seul mouvement une capitation en signe d’humilité : Les Gens du Livre la paient dans l’humiliation, l’avilissement, s’ils n’embrassent pas l’islam. »
Voilà donc ce que prescrit le Coran pour les non-musulmans, le seul choix est celui de mourir ou de subir un racket si l’on est juif ou chrétien. Vu les positions de ces versets ils ont prééminence sur tout versets précédent justifiant une quelconque tolérance.
Ces éléments sont assez courts que pour être compris de tous, y compris de nos dirigeants politiques et de la caste médiatique. Deux groupes de personnes qui, dans leur immense majorité, ne cessent de nous rabâcher que l’islam est une Religion d’Amour, de Paix et de Tolérance (Après ce qui vient d’être dit j’ose espérer que le lecteur comprendra que je préfère l’acronyme R.A.P.T. à celui de R.A.T.P. qui inverse les deux derniers termes, je le trouve plus approprié).
Malgré l’aisance qu’il y a comprendre et connaître les aspects belliqueux et délétères de la religion islamique, la majorité des hommes politiques et des journalistes reste dans le déni de réalité et les quelques rares qui osent dire les faits se font immédiatement taxer de populisme ou accuser de fascisme.
L’aveuglement est encore plus prégnant lorsque toute la presse publie avec jubilation, lors de l’intifada des banlieues en 2005 en France, un « appel au calme » de l’UOIF (9), appel qui est un véritable brûlot antisémite (10), mais aucun journaliste ne l’a fait remarquer, ils n’ont bien entendu pas lu les versets, cités de manière tronquées, dans leur entièreté, mais ces versets sont connus des musulmans. Ces mêmes journalistes sont pourtant aujourd’hui très forts pour s’offusquer de la montée de l’antisémitisme , or cet antisémitisme est intrinsèquement lié à la religion islamique, quiconque a lu le Coran et Mein Kampf ne peut que constater que le premier est bien plus antisémite que le second et nul ne peut ignorer où a mené Mein Kampf.
Nul politicien, nul journaliste pour faire le lien entre l’exigence de la capitation dans le Coran et les milliards d’euros ou de dollars qui sont déversés chaque année dans le monde musulman par les pays d’Europe, les USA, le Canada, l’Australie…
Lien qui devrait également être fait pour les aides sociales diverses qui sont généreusement allouées dans bon nombre de nos pays.
– Nul politicien, nul journaliste pour s’émouvoir de la mainmise de l’OCI (11) sur les instances de l’ONU.
– Courbettes du président des USA devant le roi d’Arabie Saoudite
– Réception en grande pompe de Khadafi.
– Réception en grande pompe de Boutéflika.
– Etc ad nauseam
– Silence sur le génocide au Darfour.
– Silence sur la situation dramatique des chrétiens aux Pakistan (12).
– Silence sur la situation ignominieuse des chrétiens en Égypte (comme partout dans les pays de l’OCI).
– Silence sur les ambulances palestiniennes qui transportent des poseurs de bombes en mission.
– Silence sur l’occupation de Chypre (un pays de l’Union Européenne) par la Turquie.
– Etc ad nauseam
Alors qu’est-ce qui a changé ?
Malgré, les leçons de l’histoire, malgré les actes hostiles récurrents, malgré la perte de souveraineté dans de nombreuses zones, malgré les crises financières, malgré l’exaspération grandissante des populations indigènes (13), politiciens et journalistes refusent d’agir, de voir, d’entendre… exactement comme dans les années trente.
Les castes politiques et médiatiques continuent à vivre dans leurs bulles respectives
Cependant une chose a changé, une chose honnie par ces politiciens et ces journalistes, cette chose c’est Internet et la possibilité, d’aller rechercher une autre information que celle distillée sur les chaines ou dans les journaux nationaux, c’est la possibilité d’accéder directement au contenu d’ouvrages sans avoir à les relire dans leur entièreté pour retrouver un passage clef et avoir ainsi la possibilité de le transmettre, de le faire connaître à d’autres.
L’information circule, ceux qui veulent être informés le sont et tous les discours des journalistes bienpensants, des politiciens hypocrites ont de moins en moins prise, encore trop hélas, car il leur reste facile de jeter l’anathème sur le peuple qui gronde, ils ont oublié ce qui à bien des époques et en bien des lieux est arrivé aux dirigeants qui refusèrent d’écouter la voix du peuple, spécialement quand celui-ci a faim de justice et de vérités.
Alors, faites passer le message : la religion islamique n’est pas une religion de paix, c’est une idéologie qui voue à la destruction tout qui refuse d’y adhérer, et tous les moyens lui sont bons pour provoquer cette destruction, que ce soit les méga-attentats comme ceux du onze septembre, ceux du sept juillet à Londres, ceux du onze mars à Madrid, ceux de Moscou ou des milliers d’autres partout dans le monde, mais cette destruction a aussi lieu au travers de toutes les revendications d’ordre islamique, exigences alimentaires, construction de mosquées, appel à la tolérance (toujours à sens unique), condamnation lénifiante des actes de terrorisme (et ainsi anesthésie mentale de ceux qui éprouveraient quelques réserves à l’égard de la religion islamique).
Un mot revient sans cesse dans le discours des journalistes et des politiciens, « islamophobie » afin de discréditer ceux qui dénoncent cette idéologie, pas d’amalgame nous disent-ils, là encore ils ne font que de démontrer leur ignorance (volontaire ?) des faits, notamment celui que l’occident est de culture gréco-romane, mais surtout de morale judéo-chrétienne et que pour l’occidental (dans son immense majorité) le commandement « Tu ne tueras point » fait partie intégrante de ses valeurs (il existe bien entendu quelques exceptions), tuer est considéré comme mal, comme mauvais… Alors que le musulman (de culture souvent fortement arabisée) est imprégné de la valeur « Tuez les infidèles ».et s’il existe bien un verset du Coran indiquant de ne pas tuer , celui-ci ne concerne que les musulmans entre eux (14).
Une phobie désigne généralement une peur ou une aversion irrationnelle ou pathologique, trouver détestable une idéologie qui prône la mise à mort de ceux qui n’y adhèrent pas est-il une phobie ou une attitude rationnelle envers une forme extrême de fascisme ?
– Les policiers qui dressent des PV pour excès de vitesse sont-ils des cinéphobes ?
– Les médecins qui dénoncent l’anophèle comme vecteur de la malaria sont-ils des entomophobes ?
– Les biologistes qui nous parlent de serpents dont le venin est mortel sont-ils herpétophobes ?
– Les expert du, contesté, GIEC sont-ils des thermophobes ?
Avoir conscience d’un danger et en parler n’est pas de la phobie mais du simple bon sens, bon sens qui semble singulièrement manquer à ces journalistes et à ces politiciens.
Alors que faut-il faire ?
Je pense que le meilleur moyen de forcer la prise de conscience, tant par les politiques que par ceux qui se donnent le nom de journaliste, est de répéter le contenu du Coran, de rappeler que selon le Coran Mahomet est le modèle à suivre (15) et que ce Mahomet, fut un pillard, un violeur, un pédophile, un assassin, un tortionnaire, un trafiquant d’esclave et s’est également rendu coupable de génocide (16) (17).

Il faut rappeler que ce n’est pas la politique d’intégration qui a échoué, puisque la très grande majorité des immigrés non musulmans s’est très bien intégrée, mais que partout dans le monde, et donc dans différents pays qui ont mené des politiques d’intégration plus que variées, les musulmans ne se sont pas intégrés et, le nombre aidant, ont des revendications de plus en plus poussées (18)…
Il faut cesser de vouloir à tout prix dissocier religion islamique et musulmans, d’une part parce que quiconque adhère à une idéologie fait siennes les valeurs qu’elle prône, mais d’autre part, et l’exemple encore une fois est parlant, si Churchill, De Gaulle, Roosevelt et Staline avaient décidé de lutter contre le nazisme et le shintoïsme sans faire la guerre à l’Allemagne et au Japon nous vivrions actuellement sous le Troisième Reich. Ce n’est bien entendu pas pour cela qu’il faut déclarer la guerre à l’OCI, mais il est toutefois indispensable de faire prévaloir les lois nationales partout sur le territoire, d’exiger l’application de l’article 17 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme (19) et surtout d’opposer une fin de non-recevoir permanente et définitive à toute revendication islamique.
Cela nous le devons, non seulement à la mémoire des milliers de victimes de la religion islamique en ce siècle, aux millions de victimes de cette idéologie au cour de l’histoire, mais surtout nous le devons à nos enfants et aux générations futures.
Il est clair qu’agir de la sorte conduira à une radicalisation d’une partie des musulmans, mais c’est aussi la chance de libérer ceux qui parmi les musulmans n’adhèrent pas à ces valeurs qui sont celles de la religion islamique, religion qui n’est la leur que par transmission culturelle mais dont ils ignorent souvent le contenu, il faut les aider à se remettre en question afin qu’ils puissent se défaire de ce joug qui menace l’humanité dans son ensemble. Wafa Sultan, Ayyan Hirsi Ali, Taslima Nasreen, Mina Ahadi, Chahdortt Djavann, Walid Shoebat, Ali Sina, Esan Jami, Ibn Warraq et des milliers d’autres se sont déjà libérés, pour le moment ils sont tous menacés de mort par ceux qui appliquent les préceptes islamiques qui ordonnent la mise à mort de l’apostat (20), il en reste plus d’un milliard qui attendent notre aide. Quant à ceux qui se radicaliseront il faudra être préparé à s’en défendre.
François Lallemand
PS : À ceux qui penseraient que je collectionne les points Godwin, je lance une invitation à se demander pourquoi Mein Kampf est un tel succès de librairie dans les pays de l’OCI et à consulter ce site : http://aval31.free.fr/
*Explication du chiffre 16.000 : liste exhaustive de ses attentats peut être consultée aux adresses suivantes
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2001-2003.htm
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2004.htm
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2005.htm
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2006.htm
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2007.htm
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2008.htm
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2009.htm
http://www.thereligionofpeace.com/attacks-2010.htm
http://www.thereligionofpeace.com/ (voir à la fin du premier tiers de la page)
2 L’Imam (le « prêtre » islamique) du comté d’Orange, en Californie, également invité au show de Tovia, et en désaccord avec les dires de Shoebat, dit que le Jihad représente une lutte interne et non un génocide d’infidèles, ainsi qu’Oussama ben Laden l’entend. Shoebat réfuta impassiblement les revendications de l’Imam en récitant verset après verset des écritures coraniques, dans son arabe original et le traduisant en anglais. « Il y a plus de cents citations de Mohammed en ce qui concerne les Jihad – Je pourrais réciter chacun d’entre eux mais ça nous prendrait toute la journée. Chacun d’entre eux se réfère spécifiquement au Jihad par le glaive, tuer et ne faire aucun prisonniers – avec seulement une citation se référant à une bataille interne appelée ainsi par Mohammed après la conquête et l’occupation totale de l’Arabie. » Walid dit que de telles revendications sont typiques des dirigeants islamistes en Amérique, et qu’elles sont naïvement avalées par les auditeurs occidentaux qui ne veulent pas croire que l’une des plus grandes religions du monde représente un danger pour l’humanité. […]
Lorsqu’on lui demanda s’il croyait que les musulmans d’Amérique adhéraient au programme du Jihad qu’il avait décrit, Shoebat apporta des précisions sur ses déclarations, « les Afghans aux U.S. et les Iraniens qui ont quitté l’Iran sont des gens particulièrement paisibles. Toutefois, les communautés de langue arabes en Amérique soutiennent vraiment Oussama ben Laden et le Hamas. » Il cita une corrélation directe entre l’adhésion à l’Islam et le soutien du terrorisme. Moins ils en savent à propos de l’Islam plus ils sont pacifiques. Il y a ceux qui rejettent les sources classiques et qui se focalisent sur les versets de paix du Coran, cherchent à dénaturer les versets parce qu’ils ne veulent pas s’engager dans la violence. Mais si ces prédicateurs veulent débattre avec Oussama ben Laden, c’est lui qui l’emportera, car les mots du Coran sont de son côté.
3 Selon le contexte, le terme infidèle, dans le Coran, désigne soit les non musulmans dans leur ensemble, soit les individus qui n’adhèrent à aucun des corpus bibliques ou coranique.
3 La dernière sourate est la sourate 110 qui se limite à quelques versets :
Kasimirski :
1 Lorsque l’assistance de Dieu et la victoire nous arrivent,
2 Tu verras les hommes accourir en foule et embrasser la croyance de Dieu.
3 Célèbre les louanges du Seigneur et implore son pardon, car il aime à pardonner aux hommes.
Hamidullah :
1 Lorsque vient le secours d’Allah ainsi que la victoire,
2 et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah,
3 alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon. Car c’est Lui le grand Accueillant au repentir
5 Les mois sacrés expirés tuez les idolâtres partout où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade ; mais s’ils se convertissent, s’ils observent la prière, s’ils font l’aumône, alors laissez-les tranquilles, car Dieu est indulgent et miséricordieux.
6 Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
7 Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son Apôtre ont défendu, et à ceux d’entre les hommes des Ecritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribu de leurs propres mains et qu’ils soient soumis.
8 Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés.
9 Le lecteur pourra prendre connaissance du contenu de cette fatwa, ainsi que d’une analyse en rapport avec le contenu du Coran à cette adresse : http://www.occidentalis.com/blog/index.php/lettre-ouverte-a-maitre-francis-spizner-par-messaoud-bouras
10 J’emploie le terme antisémite dans son sens premier, celui d’anti-Juif.
11Organisation de la Conférence Islamique, elle regroupe 57 pays et par voie de conséquence est la deuxième organisation internationale en nombre de membres. http://www.oic-oci.org
12 Dans les pays musulmans il est inconcevable d’être agnostique ou athée, il n’y a de place que pour les musulmans et une tolérance condescendante pour les juifs et les chrétiens quand il y en a.
Pour ce qui est de la situation actuelle des chrétiens au Pakistan voir :
http://www.drzz.info/article-islam-genocide-chretien-par-inondation-par-michel-garrote-56325299.html
13 Définition Petit Larousse Illustré 1990 :
1. Né dans le pays qu’il habite. Syn : aborigène, autochtone
2. Se dit d’une plante originaire de la région où elle vit
3. Originaire d’un pays d’outre-mer, avant la décolonisation.
14 17:35. Ne tuez point l’homme, car Dieu vous l’a défendu, sauf pour une juste cause ; celui qui serait tué injustement, nous avons donné à son héritier le pouvoir d’exiger une satisfaction ; mais qu’il ne dépasse point les limites en tuant le meurtrier*, car il est déjà assisté par la loi.
15 33:21. Vous avez un excellent exemple dans votre prophète ; un exemple pour tous ceux qui espèrent en Dieu et croient au jour dernier ; qui y pensent souvent.
16 Voir le défi d’Ali Sina (en anglais) :
http://www.faithfreedom.org/challenge.htm
17 Voir aussi :
http://www.thereligionofpeace.com/French/Pages/WWMD.htm
18 Voir http://scientifix.wordpress.com/2010/02/28/geo-politique-et-pourcentage-de-musulmans/
19 Voir fin de la page 5 : http://www.echr.coe.int/NR/rdonlyres/086519A8-B57A-40F4-9E22-3E27564DBE86/0/FRA_Conven.pdf
20 Voir http://www.de-la-vie.com/6-religions/reflectionssectes/19-adeptes-aux-ordres/adeptes-aux-ordres.htm Lire les paragraphes « Versets du Coran sur l’apostasie » et « L’apostasie vue par les hadiths »