1

J'ai une pensée pour toutes les femmes du monde qui demandent à la France de tenir bon

Séance du mercredi 7 juillet 2010
Interdiction de la dissimulation du visage dans l’espace public
Discussion générale : intervention de Françoise Hostalier

Monsieur le président, madame la ministre d’État, mes chers collègues,
J’ai l’impression de revivre le débat qui s’est tenu ici même, il y a quelques décennies, au sujet de l’excision. Alors que nous nous battions contre cette pratique barbare, inacceptable, condamnable, d’autres, et pas des moindres, mettaient en avant le sacro-saint droit de vivre dans sa culture pour interdire de l’interdire.
Ainsi, il aurait fallu accepter que des femmes soient martyrisées et mutilées, uniquement parce que cela semblait correspondre à des coutumes culturelles.

Aujourd’hui, qui oserait encore défendre l’excision ? Qui ne reconnaîtrait pas que c’est une pratique barbare inventée par des hommes pour s’assurer la soumission des femmes à travers leurs souffrances ?
Dans un autre registre, il en va de même du voile intégral. Je suis très étonnée que d’éminentes personnalités, que des ONG pourtant en pointe dans les combats pour les droits de l’homme se mettent aujourd’hui, comme d’autres hier, du côté des bourreaux, sous prétexte de laisser la liberté aux victimes de choisir leur sort.
L’autre argument, plus subtil, serait d’arguer du fait religieux : « Ces femmes se couvrent comme le faisait la femme du Prophète ; c’est un acte de foi absolu ; nous n’avons pas à nous mêler de religion, c’est du domaine de la sphère privée. »
Je réponds : non ! Tout d’abord, ce voile intégral n’est absolument pas une prescription religieuse, comme cela a été dit à maintes reprises. Mais de toute façon, aucun espace, même privé, même religieux, ne saurait être une zone de non-droit. Les droits de l’homme, le respect de la dignité et de l’intégrité physique et mentale des personnes doivent être garantis par la loi à chaque fois qu’ils sont menacés, et ils ne se « saucissonnent » pas en lieux plus ou moins publics.
Partout en France, cette exigence est portée par notre Constitution. Et j’espère que nous voterons ce texte, qui permettra de clarifier cette question vis-à-vis de nos principes et de nos valeurs fondamentales.
Je voudrais, en cet instant, avoir une pensée pour toutes ces femmes qui attendent de nous de ne pas céder à l’obscurantisme et à la barbarie, comme l’a si bien rappelé, hier, notre collègue Nicole Ameline.
Je pense à toutes celles qui sont mortes en martyres parce qu’elles refusaient de se plier à ces rites d’un autre âge. Je pense à Neyma et à Jasmina, assassinées en Algérie par le GIA. Je pense à Shuraya et à Djimma, qui se sont immolées par le feu à Herat, en Afghanistan. Je pense à toutes les femmes qui se sont révoltées au péril de leur vie pour ne plus subir ces humiliations et ces persécutions.
Je pense à toi, Leïla, qui m’as dit à Alger, le lendemain du massacre de Bentalha, le 22 septembre 1997 : « Vous les Françaises, ne cédez pas, ne cédez jamais, car vous êtes notre digue contre l’intégrisme. Si vous cédez, nous serons noyées dans l’obscurantisme et la barbarie. » Leïla, c’est à toi que je dédie aujourd’hui mon engagement.
Comment pourrions-nous tolérer que s’affiche, dans les rues de nos villes, le symbole de la négation de toutes les valeurs que nous incarnons aux yeux de celles et ceux qui se battent, au risque de leur vie, pour la liberté, la démocratie et les droits de l’homme ? Notre devoir est d’être intransigeants avec cette pratique nouvelle et abusivement religieuse sur notre sol. Cette pratique est un abus de pouvoir de quelques intégristes sectaires, c’est une insulte à tous les musulmans qui ne demandent qu’à vivre en paix dans notre pays et à vivre en harmonie avec le monde d’aujourd’hui.
De plus, comme l’a rappelé hier notre rapporteur, l’une des raisons de notre présence militaire en Afghanistan est de libérer le peuple afghan du terrible régime des talibans. Dès lors, peut-on envoyer nos militaires risquer leur vie en Afghanistan pour défendre ces valeurs universelles dont nous nous réclamons tous, et laisser nos rues envahies par ce symbole de leur négation ?
La représentation nationale doit être unanime pour condamner cette pratique sur l’ensemble de notre territoire.
Marie-Françoise Hostalier




Le départ de Simon Blumental

Merci Brigitte pour ce beau message et cet hommage à notre ami Simon
Blumental.
J’apprends avec beaucoup de tristesse, en lisant le Riposte laïque de ce
jour cette nouvelle que nous savions inéluctable mais dont la
révélation est très brutale.
Simon appartient maintenant à notre histoire commune et sa mémoire,
aussi forte que l’était sa présence pourtant discrète, continuera à
guider ce combat redoutable qui nous attend contre l’obscurantisme et
l’intolérance.
Françoise Hostalier




Lettre ouverte au Président des Etats-Unis d'Amérique, Barack Obama

Nous avons reçu cette lettre ouverte de Françoise Hostalier, député UMP du Nord, adrssée à Barack Obama. Cette femme, déjà auteur d’une proposition de loi renforçant la laïcité dans les services publics, nous avait accordé une interview des plus intéressantes.
http://www.ripostelaique.com/Francoise-Hostalier-il-y-a-des.html
C’est avec plaisir que nous publions sa lettre, et que nous la saluons amicalement pour son combat inlassable pour la laïcité et le droit des femmes.
Cyrano
Bonjour,
J’ai été surprise et même choquée des propos de Barack Obama à propos de la laïcité. Certes, il est américain, mais je le pensais tout de même plus ouvert à la défense des droits des femmes…
Ci-joint la lettre ouverte que je lui ai adressée via l’ambassade des Etats Unis à Paris et adressée aussi à la presse.
Bien à vous.
Françoise Hostalier,
Député du Nord

LETTRE OUVERTE A BARACK OBAMA

Monsieur le Président,
Le discours que vous avez prononcé au Caire le jeudi 4 juin, se voulait un appel à tous les Musulmans pour leur tendre la main et ouvrir de nouvelles voies vers la réconciliation et la paix.
Je vous approuve totalement dans cette volonté et j’espère sincèrement que vous arriverez enfin à permettre que chacun fasse un pas vers l’autre.
Mais dans cette démarche, qui nécessitera des renoncements de part et d’autre, faut-il pour autant sacrifier la moitié de l’humanité, c’est à dire les femmes ?
J’ai été profondément choquée par vos propos sur le port du voile et par votre condamnation des Etats laïque sur ce sujet. Comment, en tant que Président du pays qui incarne pour beaucoup de peuple la liberté et l’espoir d’une condition meilleure, vous avez pu ainsi nier le combat de tant de femmes pour leur dignité et le respect de leur personne ?
Dans quelques jours, vous serez sur les plages de Normandie pour célébrer l’anniversaire du débarquement où tant d’hommes donnèrent leur vie pour lutter contre l’oppression. Aujourd’hui, la menace contre la liberté et la dignité des personnes est certes différente, mais elle est bien présente et de plus en plus menaçante.
Comment pouvez-vous à ce point ignorer ce que représente la laïcité et ignorer pourquoi en France et dans de nombreux pays d’Europe la question du port du voile islamique doit être règlementé. Contrairement à vos propos, il n’est pas question d’interdire à quiconque de pratiquer sa religion. Il est simplement question de ne pas permettre que certains imposent leur religion à d’autres ni par des signes ostentatoires, ni par des pratiques contraires aux Droits de l’Homme.
Vos discours, lors de votre campagne électorale, me laissaient penser que seriez parmi les premiers défenseurs de ces valeurs. Les petites filles aspergées d’acide en Afghanistan pour simplement vouloir aller à l’école, apprécieront vos propos. Les femmes enlevées et battues en Iran pour quelques cheveux dépassant de leur linceul noir, apprécieront vos propos. Les femmes algériennes qui ont risqué leur vie pendant la période des massacres du GIA en sortant tête nue dans les rues d’Alger, apprécieront vos propos. Les jeunes filles de nos banlieues qui nous remercient d’imposer la laïcité dans les écoles de la République et de les protéger contre des coutumes d’un autre âge, apprécieront vos propos. Car toutes, d’une manière ou d’une autre sont les victimes innocentes de l’intégrisme et de l’obscurantisme.
Comment pouvez-vous d’un côté mener un combat difficile contre les Taliban et de l’autre vous montrer si conciliant avec des pratiques qui insultent et humilient les femmes ?
J’espère sincèrement que vous accepterez de réviser votre jugement sur les lois en vigueur qui garantissent la laïcité en France et dans d’autres pays, mais que de plus vous défendrez la cause des femmes dont l’existence est niée sous la burka ou le tchador.
La réconciliation avec le monde musulman passera aussi par l’évolution des mentalités et je vous invite à vous appuyer davantage sur les musulmans modernes et ouverts, d’esprit plutôt que sur les intégristes.
Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de mon respect sincère.
Françoise HOSTALIER
Ancien Ministre, Député