1

Ce qu’il convient de dire, et surtout de ne pas dire…

En cette ère moderne où l’inévitable mondialisation nous apporte en un laps de temps très court son lot de bouleversements sociaux, certains de nos compatriotes ont, je le comprends, beaucoup de difficultés à s’adapter à la nouvelle société qui se profile.

Ces difficultés les amènent  à avoir des réflexes de crispation identitaire et de rejet de l’Autre, et à dire un peu tout et n’importe quoi, ce qui leur vaut des procès désastreux.

L’être humain, devant la peur de l’inconnu, se raccroche d’instinct à ce qu’il connaît. C’est tout-à-fait normal, ne vous inquiétez donc pas car vous êtes en parfaite santé même si vous souffrez de ces symptômes.

Malheureusement, certains de vos adversaires ne sont pas aussi indulgents. Ils dégainent trop rapidement l’artillerie lourde, alors qu’une approche psychologique me semble beaucoup plus appropriée dans un premier temps.

Aussi, dans la plus pure tradition maoïste, je me propose d’entreprendre votre rééducation, et nous commenceront immédiatement par la

Leçon n° 1

 

De ce qu’il convient de dire et de ne pas dire

Ainsi ne dites pas « Il y a trop de mosquées en France », mais plutôt « J’en ai ras-la-casquette de ces temples shintos et de ces pagodes bouddhistes qui poussent sur notre sol comme des champignons ».

Ne dites pas « Les afro-maghrébins sont sur-représentés dans la délinquance », dites plutôt « Les Triades, les Yakusas et les Hell’s Angels commencent à poser de sérieux problèmes pour la sécurité publique dans de nombreuses villes françaises ».

Ne dites pas « Il y a trop de musulmans en France », dites plutôt « Je n’en peux plus de ces chrétiens fanatiques qui manifestent à tout bout de champ contre le droit à l’avortement ».

Ne dites pas « Que Marine Le Pen n’ait pas ses 500 signatures serait une catastrophe pour la démocratie », mais plutôt « Que ceux qui ne sont pas contents aillent vivre en Hongrie ».

Ne dites pas « Les salaires sont trop bas en France », mais plutôt « Les Chinois sont très heureux avec 100 € par mois ».

Ne dites pas « La France s’islamise », dites plutôt « Les Français, majoritairement athées, redécouvrent peu à peu la foi et la spiritualité ».

Ne dites pas « Le système maçonnique UMPS », dites plutôt « Le Front National fasciste et anti-républicain ».

Ne dites plus « L’immigration est une chance pour la France », précisez plutôt « La France a besoin d’actifs sur le marché du travail pour payer ses retraités ».

Ne dites pas « Il y a trop d’immigrés »,  dites plutôt « Notre patrimoine culturel et artistique s’enrichit à chaque jour ».

Ne dites pas « Je ne reconnais plus ma France d’antan », dites plutôt « Je suis un vieux crouton chauvin, xénophobe et raciste qui refuse de voir les bienfaits que lui apporte la mondialisation ».

Ne dites pas « La France croule sous le poids de sa dette », précisez plutôt « C’est la faute aux 35 heures mises en place par les Socialistes ».

N’affirmez plus « La délinquance explose en France », expliquez plutôt « Le Front National alimente en permanence un climat de peur et d’insécurité ».

Ne dites pas « Le profits mirobolants des Banques » mais posez-vous plutôt la question « Où placerez-vous vos économies si les Banques disparaissent ? ».

Ne dites pas « Les civilisations ne sont pas toutes égales », mais plutôt « Les civilisations se valent toutes, à l’exception de la civilisation occidentale, qui est très largement en-dessous des autres ».

Ne dites pas « Il n’y a plus de viande dans certaines cantines scolaires », mais dites plutôt « Avec l’accroissement de la population terrestre, nous devrons bientôt tous nous résoudre à manger des algues ».

Ne dites plus « Racisme anti-blanc », dites plutôt « Geste de légitime défense parfaitement justifié ».

Ne dites pas « Les entreprises françaises délocalisent à l’étranger », dites plutôt « Ce n’est pas en créant de l’emploi en France que les immigrés pourront retourner vivre dans leur pays d’origine ».

Ne dites pas « Quarante pour cent des jeunes des cités sont au chômage », mais plutôt « Quel prodigieux réservoir de talents et de créativité qui ne demande qu’à s’exprimer ! »

Ne dites plus « Certains quartiers sont devenus des zones de non-droit » mais plutôt « C’est à cause de Nicolas Sarkozy qui a supprimé la Police de proximité ».

Finalement, le dernier, et non le moindre,

Ne dites surtout plus « Le génie musical de Mozart », mais dites « La subtilité linguistique et la richesse littéraire des écrits et des œuvres de Cortex, ses mélodies sublimes ».

Jean Leclerc




Joël Locin, savez-vous que Jean-Luc Mélenchon est un rouage important du système ?

« Je voterai Mélenchon, mais je préfère Marine Le Pen à Hollande »

Monsieur Joël Locin,

Sachez que je respecte tout-à-fait votre choix de voter pour Jean-Luc Mélenchon. Chacun a bien le droit d’appuyer le candidat de son choix, c’est un droit  légitime.

Toutefois, la lecture de votre texte me laisse perplexe. Vous pensez voter pour Monsieur Mélenchon au premier tour, puis pour Marine Le Pen au second tour dans tous les cas de figure (M. Le Pen / F. Hollande ou M. Le Pen / N. Sarkozy), si toutefois le FN passe le premier tour.

C’est cette pirouette qui me laisse songeur. J’avoue ne pas comprendre comment on peut passer de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen.

Savez-vous réellement qui est Jean-Luc Mélenchon ?

Franc-maçon depuis 1983, à l’instar de très nombreux élus et hauts fonctionnaires de gauche comme de droite, Jean-Luc vient tout juste de l’admettre, finalement,  après 28 ans de secret et de dénégations. Enfin, mieux vaut tard que jamais.

Le moins que l’on puisse dire, donc, c’est que Jean-Luc Mélenchon fait partie du système. Ce qui n’est justement pas le cas de Marine Le Pen.

Je vous rappelle que, pour la première fois, le Grand Orient de France, principale obédience maçonnique de France, invite les candidats à la présidentielle à débattre devant les frères. Tous, enfin presque tous. Il en manque une, je vous laisse devinez laquelle. C’est la question à 500 €, malheureusement, elle est trop facile pour valoir 1 million.

Ensuite, Jean-Luc Mélenchon promet une hiérarchie des salaires de un à vingt, et un SMIG à 1700 €. Comme dit le dicton, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Vous pensez réellement que le MEDEF, Laurence Parisot en tête, vont accepter cela une seule seconde ?

Les grands patrons du CAC 40, qui sont depuis des lustres habitués à gagner plusieurs milliers de fois le SMIG, vont accepter de réduire plusieurs centaines de fois leurs salaires mirobolants d’une part, et mettre leur employés smicards à 1700 € nets ?

Et les actionnaires, cous croyez vraiment qu’il vont accepter cela broncher ?

Le SMIG passerait de 1200 € nets environ à 1700 € nets ? ? ? Allons, Monsieur Locin, nous ne sommes plus en mai 68.

Libre à vous cependant de croire que nous vivons en Bisounoursland.

Moi je crois qu’on vit plutôt en France, un pays où le patronat crie au tsunami économique dès que l’on parle de revaloriser le SMIG de 10 centimes de l’heure.

Votre discours serait beaucoup plus crédible au Royaume du Boutan, où l’on mesure le Bonheur National Brut. En France, ce qu’on mesure c’est le Produit National Brut, on carbure aux antidépresseurs et on se fiche éperdument qu’il y ait 12 000 suicides chaque année. Le bonheur individuel n’est pas une variable prise en compte dans l’économie capitaliste.

Je croirais plutôt à l’analyse d’Alain Soral. Jean-Luc Mélanchon, tout comme Daniel Cohn-Bendit, sont justement sortis des rangs des Socialistes pour y ramener les brebis égarées. Comme de bons bergers, leur rôle est de rediriger vers François Hollande les voix de tous ces gens qui, comme vous, sont totalement blasés et désabusés des Socialistes.

Mais bon, si vous croyez à la sincérité de Jean-Luc Mélenchon, je vous encourage à voter pour lui.

Je vous prie d’agréer, Monsieur Locin, mes salutations distinguées.

Jean Leclerc




Au cours des années 70, la France a fait le choix de se suicider

Je vais vous entretenir de l’identité nationale, un sujet qu’on se gardera bien d’aborder au cours des mois qui viennent.

Qu’est-ce qui constitue l’identité d’un peuple  ? Manifestement, ce sont ses coutumes, ses traditions, son histoire, sa religion, ses arts, ses valeurs, ses croyances, mais aussi sa composition ethnique.

En dépit de ce qu’en diront les révisionnistes, le peuple Français a été composé très majoritairement d’individus de race blanche depuis l’époque des Gaulois et des Romains.

Sinon, je vous invite à comparer l’équipe de foot de 1960 et celle de 2010, ce que vous pouvez faire facilement sur Google Images.

Il y a eu de l’immigration en France au cours de siècles. Mais les immigrés étaient européens, donc de race blanche. Il n’y a donc pas eu – ou très peu – de métissage, contrairement à ce que certains affirment haut et fort.

N’importe qui peut reconnaître un mulâtre ou un eurasien au premier coup d’œil.

Connaissez-vous beaucoup des spécialistes capables de détecter, simplement en le regardant, un individu « métissé » de père blanc Français et de mère blanche Anglaise, Suisse, Italienne, Américaine, Canadienne, Allemande ou Danoise ?

A ma connaissance, le métissage implique le mélange de deux races différentes, et non de deux peuples différents.  Je ne vois pas où se situe le métissage entre un Congolais et une Sénégalaise, un Yéménite et une Saoudienne, ou un Chinois et une Tibétaine.

Les négationnistes, ou les bobos gauchistes qui habitent les beaux quartiers protégés de tous les bienfaits de la diversité, me répondront que les races humaines n’existent pas.  Je pourrais rétorquer que les races de chiens, de chevaux et de chats n’existent pas non plus.

Je ne vois d’ailleurs aucune différence entre un Saint-Bernard et un Caniche. Il s’agit dans les deux cas de l’espèce « canis lupus familiaris ».

Je propose donc que le chihuahua devienne le chien officiel de toutes les Polices du monde. On économisera en nourriture, ce qui va dans le sens de l’écologie en plus.

Donc, si les races humaines n’existent pas, à quoi servent – entre autres – la LDH, la LICRA et SOS Racisme ? ? ? A combattre quelque chose qui n’existe pas, puisqu’il ne peut y avoir de racisme s’il n’y a pas de races.

Ce n’est donc pas d’associations antiracistes dont la France a besoin, mais d’hôpitaux psychiatriques destinés à soigner les cerveaux malades de tous ceux qui croient – à tort – que les races existent.

Le racisme, ce mot tellement galvaudé qu’il ne signifie plus rien, ne consiste d’ailleurs pas même à affirmer que les races existent, mais de prétendre la supériorité d’une race sur un autre. Ce qui n’est pas du tout la même chose.

Certes, une race peut être culturellement supérieure à une autre, sur un point très précis. En terme de technologie par exemple les Occidentaux ont longtemps dominé sans partage, et les Japonais ont été les premiers à leur contester cette suprématie, talonnés désormais par les Chinois et les Sud-Coréens.

C’est une évidence flagrante. Qui a réussi à envoyer des hommes sur la Lune ?

Cependant l’être humain ne saurait se résumer à de la technologie – si brillante soit-elle – qui en fin de compte ne règle strictement, mais strictement rien aux véritables problèmes de l’humanité.

Comme le disait à juste titre Raoul Follereau  « Avant d’envoyer des hommes dans la Lune, il serait peut-être opportun de les empêcher de mourir de faim sur Terre ».

Partout où l’homme blanc est passé, il a laissé son empreinte. Les occidentaux ont imposé partout leur modèle de civilisation, que ce soit en Afrique, en Inde, en Australie, en Amérique, ou en Indochine.

Pourquoi l’immigré se comporterait-il différemment ? Pourquoi devrait-il balancer par dessus bord sa religion, ses coutumes, ses traditions, ses valeurs, ses arts, ses croyances pour en adopter d’autres qui ne sont pas les siennes ?

Il est tout-à-fait légitime que de nombreux immigrés refusent de s’intégrer à un modèle de société qui n’est pas le leur. Je serai toujours le premier à l’admettre et je leur donne entièrement raison sur ce point.

Le pouvoir qui sévit en France, d’idéologie soixante-huitarde-trotsko-maoïste demande donc aux Français de souche, ainsi qu’à tous ceux et celles qui aiment la vraie France et qui s’y reconnaissent, de se débarrasser de leur identité.

Ce qui est tout-à-fait normal, puisqu’ils sont en train de nous en forger une nouvelle.

Rien que ça… Seulement cela… Comme si ce n’était rien, ou presque rien, de vouloir déculturer, détruire l’identité d’un individu.

Car l’identité d’un individu, qui comprends ses goûts, ses préférences, ses valeurs, ses croyances, ses traditions, ses coutumes, sa culture, sa religion, sa spiritualité, sa moralité, c’est précisément ce qui constitue sa personnalité. C’est ce qui fait la différence entre Gandhi et Pol Pot.

Bref, oubliez votre passé, reniez-le, oubliez vos valeurs, vos croyances, vos traditions, votre religion, vos coutumes, votre histoire, vos arts, jetez tout cela aux orties, désormais vous n’êtes plus rien, plus rien… Vous êtes dorénavant des disques durs qu’on s’apprête à reformater.  FORMAT C : voilà, tout est effacé.

Demande-t-on à l’immigré de faire une croix sur sa religion, ses croyances, ses arts, ses traditions, ses coutumes et ses valeurs ? Certainement pas. Une telle attitude serait considérée comme impérialiste, voire raciste, même faciste, sinon nazie.

Alors pourquoi le demande-t-on aux Français ?

On respecte l’immigré, ce qui est absolument louable et souhaitable. Mais le Français de souche, qui est dans SON pays (pour combien de temps encore ?), dont les ancêtres sont nés en France depuis plusieurs générations, est traité comme un étranger dans son propre pays.

La simple affirmation de sa culture est considérée comme un acte xénophobe. Or xénophobie implique extrême-droite, donc facisme, avec le qualificatif  nazi qui flotte bien entendu très bas au-dessus de la mêlée.

Vous comprenez donc comment la simple affirmation de sa culture amène le pauvre Français de souche à recevoir rapidement l’étiquette de faciste.

Mais bon, puisqu’on aura toujours affaire à des peuples de cultures différentes (les Français et les immigrés), il faut bien que l’un des deux s’intègre. C’est inévitable. Sinon, on débouche sur du communautarisme, qui ne semble pas être le modèle de société prôné par les élites.

Visiblement, il est plus simple de déculturer le Français et de lui imposer une autre culture que de faire le contraire.

Au cours de son histoire, la France a eu différentes religions. Les Gaulois étaient polythéistes. Puis il y eu une longue ère de chrétienté, comme en témoignent des dizaines de milliers d’églises ainsi que de nombreuses cathédrales par parsèment le pays.

Mais l’islam n’a jamais fait partie de l’histoire de la France. Si ce pays n’a jamais été musulman, il est par contre menacé de le devenir. Ce qui est très différent. L’islam n’est présent en France que depuis 40 ans, bien peu en comparaison de 20 siècles d’histoire.

Encore une fois, il est apparemment plus facile de faire vivre un athée, ou un chrétien, au rythme de l’islam que le contraire.

Au cours des années 70, la France a fait le choix de se suicider. Le taux de fécondité est passé sous le seuil de 2 à partir de 1976.

En fait, le gouvernement aurait dû prendre des mesures pour relancer la natalité.  Mais il a préféré combler le déficit de naissances par des immigrés dont, malheureusement – ce n’est pas de la faute aux immigrés, je le répète –  la culture, les traditions, les coutumes et les croyances se situaient aux antipodes de celles du Français moyen.

Aujourd’hui, la France récolte les fruits de cette politique. Je pense que ce n’est qu’un début. Les Français serons comblés au-delà de leurs rêves les plus fous.

Puisque des centaines de milliers d’Africains débarquent sur le sol français chaque année, je ne vois pas, à terme, à quoi pourrait ressembler la France, si ce n’est à l’Afrique.

Logique, non ?

A moins d’être assez naïf ou rêveur pour croire que les Alpes, la Méditerranée, les Pyrénées, les Vosges, le champagne, le Sauternes, le Château Cheval Blanc, les fromages, le bœuf bourguignon, le pot au feu, la choucroute, le cassoulet, les toiles de Cézanne, Renoir, Monet ou Matisse, le boléro de Ravel, Michel Sardou, Nolween Leroy ou Jean-Michel Jarre suffisent à transformer instantanément n’importe quel immigré en véritable Français de coeur.

Si vous faites partie de ceux qui y croient vraiment, je vous invite à aller mesurer le niveau de « diversité » lors des expositions GRATUITES qui ont régulièrement lieu au Grand Palais, au Musée de l’Orangerie, à l’Hôtel de Ville de Paris, au Petit Palais et ainsi de suite.

Mais bon… il est vrai que les banlieues sont très mal desservies par les transports en commun…  C’est pour cela qu’on met régulièrement le feu aux quelques autobus qui s’aventurent encore dans les quartiers.

Jean Leclerc




Les Québecois comme les Français ne veulent pas voir qui est aujourd'hui leur véritable ennemi

On annonce qu’au Québec le foulard islamique est désormais permis chez les agentes correctionnelles des prisons.
Le problème majeur du Québécois de base, c’est qu’il vit toujours en 1759, date de la célèbre défaite du Français Montcalm face à l’Anglais Wolfe sur les Plaines d’Abraham.
Le Québécois voit toujours en l’Anglais son pire et éternel ennemi, celui qui veut l’assimiler, le déculturer, l’exploiter, lui imposer sa langue et sa religion (en l’occurrence le protestantisme).
Pendant ce temps, le musulman a beau jeu, il a la voie libre, il gagne chaque jour du terrain, il impose progressivement ses valeurs et sa vision de la société au peuple Québécois.
Le problème est le même en France: l’immense majorité des Français sont restés bloqués sur 1940.
Le Français-type s’imagine encore et toujours que le SS Totemkopf et les chemises brunes renaîtront un de ces jours de leurs cendres tel le Phénix, s’il n’exerce pas une vigilance continue et n’est pas en proie à une paranoïa de tous les instants.
Dès lors, dès qu’il entend des mots odieux et abominables tels que patrie, traditions, race, nation, nationalisme, patriotisme, les connections neuronales s’affolent à mort dans son cerveau, le gros coup de pression lui monte à la tête, il voit rouge, et le pays est mis en état d’alerte DEFCON 4.
L’équation mathématique de base suivante est immédiatement écrite noir sur blanc :
traditions = peuple = populisme =  patrie = patriotisme = nation = nationalisme = race =  fascisme = racisme = antisémitisme = extrême-droite = nazisme = totalitarisme = camps d’extermination = chambres à gaz = guerre mondiale
L’image la plus adaptée serait la théorie du chaos selon laquelle l’insignifiant battement des ailes d’un papillon au Mozambique pourrait théoriquement déclencher un ouragan en Floride.
En l’occurrence, dans le climat de paranoïa et d’hystérie collective qui sévit en France, il semblerait établi de façon tacite que la simple prononciation de mots tels « patrie, race, nation, peuple » soit dangereuse au point d’être en mesure de générer la montée en puissance de régimes totalitaires fascistes et par la suite l’extermination de millions d’individus, par relation de cause à effet.
Le peuple Québécois et le peuple Français, l’un comme l’autre, sont tout-à-fait incapables de comprendre que l’ennemi d’hier n’est pas nécessairement éternel, que les mentalités changent au cours des décennies et des siècles, que la technologie évolue et surtout qu’un ennemi d’un genre nouveau peut avoir fait son apparition depuis la dernière catastrophe en lice.
Cet ennemi s’est révélé au monde depuis quelques décennies, et il opère désormais à l’échelle planétaire. Il n’y a pratiquement aucun pays qui n’échappe à son emprise. Il a le don d’ubiquité. Il opère partout sur la planète un long et fastidieux travail de sape. Il bâtit ses casernes, impose ses lois, pourrit toutes les sociétés de l’intérieur.
Il n’est pas à l’image de l’Aigle allemand ou l’Ours soviétique, car ce n’est pas un prédateur qui attaque sa proie de manière frontale.
Il agit plutôt comme un virus, il ronge de l’intérieur, gangrène les sociétés, affaiblit les défenses immunitaires des nations, détruit la cohésion et le tissu social, impose, par le biais du mensonge, de la manipulation, de la diversion, de la victimisation, de la violence ou de la menace latente, ses valeurs, ses dogmes, ses lois, ses traditions, sa religion. Il ne tolère RIEN qui lui soit étranger.
Ce procédé est certes plus long pour envahir un peuple ou un pays que de mener une guerre ouverte, mais il est tout aussi efficace, sinon plus.
La guerre-éclair permet la capitulation rapide d’un pays, mais la population entière, mis à part les traîtres et les collaborateurs, reste à soumettre, à pacifier, et se livre généralement à une résistance acharnée et continue.
Tandis que l’invasion par l’intérieur permettra, le jour où la France ou tout autre pays succombera, d’avoir affaire à une population déjà soumise, réduite au stade de dhimmitude.
Il est bien entendu inutile de nommer cet ennemi.
Jean Leclerc




La France n'est plus une démocratie, c'est une dictature UMPS

La France n’est pas une démocratie. C’est une dictature déguisée en semblant de pays démocratique.
En effet, une partie du peuple Français a compris depuis longtemps que seuls deux partis sont autorisés à être élus : l’UMP, et le PS.
D’où l’appellation d’origine contrôlée UMPS qui sert à désigner la dictature qui contrôle les destinées de ce pays.
Tous les autres partis, mis à part le cas particulier du Front National, existent uniquement dans le cadre d’une stratégie de diversion.
Nous savons tous pertinemment que François Bayrou, Jean-Luc Mélanchon, Éva Joly ou Olivier Besancenot ne seront JAMAIS élus. Pas davantage que Chasse, Pêche & Traditions.
Qu’à cela ne tienne, on ne leur demande pas d’être élus. On leur demande uniquement d’alimenter un pseudo-débat démocratique.  Leur existence ne sert qu’à faire croire à certains électeurs naïfs que la France est réellement un pays démocratique.
C’est une « diversité » politique de façade. Mais derrière les façades, les boutiques de ces partis sont en rupture de stock.
Le Front National, quant à lui, ne fait pas partie de la clique, pire encore, il est contre cette clique qui anéantit la France et le peuple Français depuis quarante ans. On lui réserve donc un traitement particulier, puisqu’il ne faudrait surtout pas que ce parti soit élu. Ce serait le tsunami.
Le Front National est en effet la seule et unique menace qui pèse sur cette dictature d’obédience largement maçonnique qui tient la France par les « couilles ».
Un pays où la totalité de la presse est entre les mains d’individus d’allégeance UMPS peut-il être qualifié de démocratique ?
Peut-on considérer comme démocratique un pays dans lequel un individu comme Bernard-Henry Lévy, qui n’est même pas un politicien, a plus de pouvoir que le Président de la République lui-même, au point d’être en mesure d’amener la France à déclencher une guerre ?
Un pays où certains individus comme Caroline Fourest, employés à temps plein, payés avec l’argent du peuple bien entendu, pour tenter d’anéantir un parti qui recueille 20% de l’électorat est-il un pays démocratique ?
Un pays où tous les instituts de sondage, aux ordres de l’UMPS, n’ont pour objectif que de confondre la population et d’influencer le résultat des élections est-il démocratique ?
Un pays où un parti qui recueille 15 à 20% des voix et qui n’a AUCUN député, AUCUN maire, AUCUN ministre, AUCUN sénateur est-il démocratique ?
Un pays où les élites dilapident l’argent du peuple comme bon leur semble, s’octroient tous les privilèges possibles et inimaginables, augmentent leur salaires pendant que la population se paupérise à vitesse grand V, votent des lois fiscales pour protéger leurs petits amis milliardaires, renflouent les banques à coups de milliards sans demander l’avis de quiconque serait donc une démocratie ?
Un pays où un sénateur-maire (Jacques Mahéas) est TOUJOURS en poste, malgré une condamnation pénale à une peine de prison pour attouchements confirmée par une Cour d’Appel serait donc démocratique ?
Donc, si j’ai bien compris, c’est cela la « démocratie ».
Si j’ai bien compris également, c’est le retour des chemises brunes avec le Front National  ???
Ah bon… Parfait.
Donc je suppose que Madame Christine Boutin, à l’instar de Marine Le Pen, est une crypto-fasciste également ???
Dans le cas contraire, l’UMPS pourrait peut-être m’expliquer pourquoi Madame Boutin peine tant à obtenir ses 500 signatures, avec seulement 125 obtenues jusqu’à maintenant ?
Madame Boutin constituerait-elle un danger pour la « démocratie » française ???
 
Marine Le Pen, quant à elle, est semble-t-il réellement un danger public pour la « démocratie ».
Mais puisque la France n’en est pas une, pourriez-vous m’expliquer ce que ça change pour le peuple Français ???
Jean Leclerc




Je m'appelle Mouloud et je souhaite un bon Noël 1472 (2050) à tous les Français

Bonjour !

Je m’appelle Mouloud et je souhaite à tous les Français une bonne année 1472  !!! (2050 pour les mécréants).

Vous l’avez deviné, je suis musulman, comme 70% des Français, le reste ce sont des Infidèles, principalement des athées et quelques chrétiens parmi le lot. Pour ces dhimmis, disons que c’est plutôt l’exode en ce moment, ils sont quelques centaines de milliers à quitter le pays à chaque année.

Je viens tout juste d’avoir 23 ans, et je suis heureux dans mon pays, la France.  Il y a quelques années, lors des Présidentielles, j’ai voté pour le PIF (Parti Islamique Français) qui a été élu, Inch Allah !!! La France est donc devenue la première République Islamique en Europe, et certainement pas la dernière !!!

Je n’ai pas connu la France d’il y a 50 ou 60 ans, mais mon grand-père m’en a pas mal parlé. Il faut bien admettre que nous, les musulmans, rêvions d’envahir ce pays depuis des siècles. On avait bien failli réussir en 732 après J.C., mais un certain Charles Martel nous avait mis les bâtons dans les roues à Poitiers.

Puis, ça a été des siècles d’attente et de frustration. Les Français étaient tout simplement trop forts. Vers le début des années 1960, ils s’étaient même constitué un arsenal nucléaire : de quoi rayer de la carte l’humanité toute entière. Une attaque directe contre ce pays était donc impensable et impossible.

Toutefois, malgré leur écrasante supériorité militaire et technique sur les musulmans, les Français avaient de graves faiblesses que nous avons su merveilleusement exploiter, grâce à l’aide d’Allah.

La première de ces faiblesses était que toute leur économie dépendait du pétrole. Les Français avaient soif de ce liquide comme des types qui auraient passé une semaine dans le Sahara sans la moindre goutte d’eau. Pour étancher leur soif de pétrole, ils étaient prêts à toutes les concessions. Or, les principales réserves de pétrole se trouvaient à cette époque dans les pays du Moyen-Orient.

Ils nous ont donc laissé construire des casernes, pardon, des Mosquées, dans tout leur pays. Je puis vous assurer qu’aucun village, si reculé et si isolé soit-il, ne fut épargné. Ce fut leur première erreur.

Leur seconde faiblesse était leur faible taux de natalité. Les Français n’avaient même pas un indice de fécondité suffisant pour assurer le renouvellement de leur peuple. Plutôt que de mettre en œuvre des moyens pour relancer la natalité, les politiciens de l’époque ont préféré ouvrir en grand les vannes de l’immigration, pendant des décennies et des décennies. Et qui immigrait majoritairement dans leur beau pays ??? Des musulmans bien évidemment.

Pire encore, ils avaient légalisé l’avortement. Il y en avait environ 200 000 à chaque année. Pas besoin d’être un grand mathématicien Arabe pour calculer le nombre de mécréants en moins que ça représente après 40 ans.

Bref, l’avortement a été du véritable pain béni pour les musulmans.

Leur troisième faiblesse, c’est que les Français étaient tellement obnubilés par la supériorité de leur race et de leur culture qu’ils s’étaient imaginé que le monde entier partageait leur point de vue. Les Blancs, il faut bien l’avouer, dominaient le Monde depuis 2500 ans : il y avait eu les Grecs, puis les Romains, les Portugais, les Espagnols, les Anglais, les Français, les Allemands, les Américains, et j’en passe.

Mais ils étaient bien naïfs pour croire que nous, les Musulmans, allions larguer par-dessus bord notre Religion,  notre Foi, nos coutumes et nos traditions pour intégrer leur société amorale, dépravée et matérialiste en échange d’une bagnole, de quelques barils de diesel et d’une poignée d’Euros – la monnaie de l’époque.

Les Français avaient en effet balancé leur religion – en l’occurrence le christianisme – depuis un siècle pour adopter une constitution laïque.

La France était donc  « officiellement »  un pays laïc. Ce pays comportait à l’époque, parmi les Français de souche,  des traîtres et des collaborateurs d’une ignominie et d’une veulerie inconcevable. Le genre d’individus qui auraient été immédiatement saignés comme des porcs, lapidés comme des chiens dans n’importe quel pays musulman.

Ces traîtres avaient instauré en France, officieusement, une véritable Religion d’État. C’était la Religion des Droits de l’homme, de l’Antiracisme et de la Liberté d’Expression.

Je vous vois venir avec vos gros sabots… vous vous dites, la France, ça devait être le Paradis Terrestre, le Jardin d’Eden.

Sur le papier, tout cela semblait en effet merveilleux, sauf qu’il y avait un hic…  un très gros hic…

Je vais vous expliquer, vous allez tout comprendre.

On pouvait par exemple, et c’était approuvé par tous les « intellectuels » et par la Presse, vomir sur le christianisme, mettre des excréments et de l’urine sur la croix de Jésus. Le public bobo applaudissait à tout rompre et en redemandait encore. On appelait ça de la « Créativité Artistique ». Ce genre de blasphème était protégé par la Liberté d’Expression.

Par contre, le petit artiste raté en manque d’inspiration qui se serait avisé de pondre une version analogue avec l’islam – disons le Shit Coran ou le Piss Mahomet – aurait été immédiatement traîné devant les tribunaux et aurait dû répondre d’accusations graves d’incitation à la haine raciale. Il aurait eu sur le dos SOS Racisme, la LICRA, MRAP, LHD, HALDE, et une bonne trentaine d’autres associations antiracistes. Tout cela bien entendu sans tenir compte la fatwa qu’on aurait mis sur sa tête.

Maintenant, imaginons l’individu qui avait tué un Juif. Il s’agissait donc d’un meurtre. Mais le caractère aggravant antisémite de l’assassinat faisait que l’acte atteignait le 9 sur l’échelle de Richter. Cela n’arrivait donc que très très rarement, car la tête brûlée qui commettait un tel délit prenait facilement la perpétuité.

Il arrivait aussi, très rarement également, qu’un Noir ou un Arabe soit assassiné par un Blanc. Encore une fois, ce type de meurtre était fortement aggravé en raison de son caractère raciste, mais un peu moins cependant que le cas antisémite. Disons 7 à 8 sur l’échelle de Richter.  Une fois encore, l’auteur pouvait s’attendre à écoper d’une très lourde peine.

Finalement, il y avait l’autre cas de figure, celui qui arrivait presque quotidiennement en France, c’en était d’ailleurs devenu aussi banal que les histoires de chats écrasés.

Un groupe de Noirs, ou d’Arabes, ou un mélange des deux, massacrait un jeune Blanc.

Les sismographes de l’époque n’étaient pas assez précis pour mesurer, sur l’échelle de Richter, l’intensité de ce type d’agression.

Ça commençait presque toujours par un prétexte futile : on demandait au Blanc une cigarette, ou son portable pour passer un coup de fil urgent.

Si le Blanc avait le malheur de refuser, on lui exposait la gueule, on lui niquait sa race. Le céfranc finissait souvent par décéder après avoir passé quelques jours dans le coma.

Généralement, les auteurs – dans la mesure où les keufs réussissaient à les arrêter – comparaissaient libres devant les tribunaux sous l’accusation de « violences en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Parfois aussi, le juge bobo – comme ils disaient dans le temps – estimait qu’il s’agissait simplement d’un « jeu entre gamins qui avait mal tourné ».

La justice de l’époque était à chaque fois totalement incapable, à cause des témoignages contradictoires des divers accusés et de l’absence de témoins directs, de déterminer qui avait fait quoi exactement.

En général, la Cour relâchait immédiatement un certain nombre d’inculpés, faute de
preuves, et les autres écopaient de peines légères avec sursis. Bref, personne ne mettait jamais les pieds en taule. Il faut vous rappeler qu’à cette époque, en France, les peines d’emprisonnement de moins de deux ans n’aboutissaient pas forcément à une incarcération.

Bon, voilà, c’est assez pour aujourd’hui, je poursuivrai une autre fois, maintenant faut que j’aille fêter la nouvelle année !

Inch Allah !!!

Jean Leclerc alias Mouloud




Une démocratie musulmane est incompatible avec le Coran

L’islam ne pourra jamais engendrer autre chose que des théocraties. Pourquoi ?
Parce qu’il est écrit dans le Coran qu’Allah est au-dessus de tout. Les lois humaines ne sauraient donc être au-dessus de celles d’Allah. Admettre le contraire revient à contredire le Coran, qui est le livre sacré de l’islam et auquel tout bon musulman doit se référer.
Une démocratie musulmane, dans laquelle un code civil, donc écrit de la main de l’homme, régirait les rapports entre les citoyens, serait donc absolument inacceptable.
Un vrai musulman, et je le comprends, ne peut accepter d’autres lois que celles d’Allah. Sinon, il renie sa religion.
C’est différent avec le christianisme. Car lorsque des Juifs demandèrent à Jésus s’il fallait payer l’impôt à César, Jésus leur répondit : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ».
Clairement, Jésus a établi une séparation nette entre les affaires de l’État et celles de Dieu.
Je ne crois pas une seule seconde que la France « laïque » et athée résistera longtemps au rouleau compresseur islamique. Ses défenses se lézardent jour après jour.
La France était jadis un pays chrétien, puis c’est devenu un pays majoritairement athée, maintenant, c’est en voie de devenir un pays musulman. Je suis pertinemment convaincu que la France deviendra un jour la première République Islamique d’Europe – malheureusement, et ce sera un désastre d’une ampleur jamais vue dans l’histoire de l’humanité.
Pourquoi ?
Parce que tout d’abord, ce pays n’a aucune épine dorsale. Il n’y a aucune solidarité, aucun tissu social entre les Français. L’égoïsme est Roi, chacun ne pense qu’à sa pomme. Personne ne semble réaliser ce que ce pays est en train de devenir.
Au mieux, la France deviendra une société métissée, anarchique et ultra-violente comme le Brésil, au pire, un enfer islamique comme l’Iran.
Les divergences d’opinions entre les Français de souche sont immenses. Il y a un nombre incalculables de traîtres et de collaborateurs métissophiles, immigrophiles, islamophiles, anti-chrétiens, pro-racaille, pro-délinquants, droit de l’hommistes, bobos, globalistes, anti-France, anti-Français de souche, mondialistes.
A commencer par tous ceux qui participent à la rédaction de ces torchons comme Libération, Marianne, Valeurs Actuelles, Le Point, Le Nouvel Observateur, Charlie Hebdo, et ainsi de suite.
Toute la presse, tous les médias abondent dans le sens de la destruction systémique et programmée de la nation française.
Jean-Luc Mélanchon, à quoi sert-il ? Il ne sera jamais élu, tout le monde le sait. Mais ce franc-maçon gagne des dizaines de milliers d’euros par mois pour être à la tête d’un parti qui n’est là que pour faire diversion et amuser la galerie.
Caroline Fourest, quelle est son utilité ? Ah oui, détruire le FN avec l’argent du peuple. On lui a confié comme travail à temps plein de tirer à boulets rouges sur Marine Le Pen.
Mais où ira se planquer cette homosexuelle lorsque les barbus imposeront leur charia ? ? ?
Je ne comprends même pas pourquoi le Front National leur fait peur à ce point. Même si le FN gagnait dans les urnes en 2012 (ce qui a environ 0,0000001% de probabilités de se produire), ils seraient capables d’annuler les élections, ou pire d’en truquer les résultats.
Bien sûr, mieux vaut tuer les idées du FN dans l’œuf que d’attendre qu’elles fassent des rejetons.
Ne trouvez-vous étrange que le scandale DSK éclate au moment même où il annonce son intention d’être candidat aux primaires socialistes ?
Car le comportement de chimpanzé en rut de DSK était connu depuis des lustres. Parmi la classe politique, c’était même un véritable secret de Polichinelle.
Le système n’en voulait pas, c’est une évidence, et comme il s’entêtait, on a ruiné sa carrière politique à tout jamais.
Les ennemis de la France sont beaucoup trop forts pour espérer un avenir meilleur. L’élection du FN, le seul parti qui pourrait changer quelque chose, est aussi improbable qu’une pluie de pièces d’or.
L’islam en France, de son côté, est un bloc de granit monolithique soutenu (entre autres) par l’argent des pays producteurs de pétrole.
Il ne faut pas être dupe : la majorité des musulmans soit-disant « intégrés » ne sont rien d’autre que des agents dormants. Ils ne sont «intégrés» qu’en apparence, mon expérience personnelle me l’a largement confirmé. Mais personne ne semble réaliser cela.
Je ne donne pas cher d’Israël le jour où les barbus seront aux manettes de l’État Français, avec 400 ogives nucléaires à leur disposition.
La maçonnerie s’imagine-t-elle pouvoir pourrir l’islam comme elle a pourri le christianisme ? Pour cela, il faudrait d’abord qu’ils réussissent à infiltrer l’islam, mais l’islam ne tolérant absolument rien à part l’islam (et encore, sunnite et chiites s’entretuent…), le projet s’annonce ardu, voire impossible.
Mohammed est devenu le prénom le plus octroyé à la naissance. Quelle belle preuve d’intégration ! ! !
Peut-on avoir meilleure preuve de la NON-intégration des musulmans en France et en Europe ? ? ?
Ou, comme le disait le traître et collaborateur Martin Hirsh, la vraie (dés)intégration, ne serait-ce pas plutôt quand les catholiques appelleront leur enfant Mohamed ? ? ?
Une bonne partie des musulmans vivant en France a voté pour le parti islamique lors des élections tunisiennes. Une preuve supplémentaire, s’il en faut davantage.
Le jour où un parti islamique se présentera aux Présidentielles, il ne faudra pas s’illusionner longtemps quant aux intentions de vote des musulmans vivant en France.
La France va bientôt être condamnée à disparaître définitivement, pour la simple et bonne raison que le FN ne pourra même plus mathématiquement être élu. Comment un parti tel le FN pourrait être élu lorsqu’il ne restera en France que 40% de Français de souche ?
Un pourra dire un grand merci à Simone Veil et sa clique qui, j’en suis absolument convaincu, retrouveront UN JOUR leurs véritables places dans l’histoire de la France : dans les poubelles.
Car l’avortement n’a pas été légalisé en France pour soulager les pauvres jeunes filles enceintes suite à un viol, c’est une pièce maîtresse dans l’anéantissement du peuple Français.
Qu’on l’approuve ou non sur le plan moral n’a aucune importance. La réalité démographique implique que chaque fœtus français avorté doit être compensé par un gentil immigré qui débarque en France avec sa merveilleuse et sublime culture pour nous enrichir de façon prodigieuse. Je vous laisse imaginer à quel point on serait crétins, incultes et ignares s’il n’y avait pas tous ces immigrés. Quelle chance ! ! !
Un immigré qui ne s’intégrera au mieux qu’en apparence, avec une charmante épouse voilée qui va pondre une belle petite couvée de délinquants, qui va siphonner la CAF, la sécurité sociale, les allocations logement, et ainsi de suite. C’est le profil-type de l’immigré en France.
Non pas parce que l’immigré est plus mauvais qu’un autre. Mais parce que la France puise la lie dans le fond du baril. L’intégration, de toute façon, ne peut plus fonctionner au-delà d’un certain seuil. On aurait beau prétendre qu’il est possible d’intégrer parfaitement 200 000 immigrés annuels, il ne serait pas possible d’en intégrer 5 millions.
Un entonnoir déborde inévitablement si on lui déverse le contenu d’un seau d’eau, n’importe quel taré congénital comprends cela, sauf la gauche bobo-métissophile-islamophile pro-racaille et la droite financière mondialiste pro-immigrés anti-France.
Il ne restera plus que deux alternatives aux Français: la guerre civile, ou finir comme des dhimmis, comme les Palestiniens dans la bande de Gaza.
Jean Leclerc