1

Election : Tout candidat devrait produire un casier vierge

Juppe
On parle beaucoup en ce moment du livre “Pilleurs d’Etat”, dont l’auteur, Philippe Pascot, ancien adjoint de M. Valls à la mairie d’Evry et ancien conseiller régional socialiste, a été récemment interviewé par Jean-Jacques Bourdin, et vient de sortir un autre livre au titre évocateur de “Du goudron et des plumes”.
Constatant que beaucoup de parlementaires français sont en délicatesse avec la justice (en particulier pour des raisons fiscales), il propose que les candidats à une élection populaire soient obligés de produire un casier judiciaire vierge. Pourquoi seraient-ils dispensés de cette condition, qu’on impose à tout candidat à un emploi dans la fonction publique, par exemple pompier ou instituteur? Cela semble découler du bons sens! La moindre des choses qu’on soit en droit d’attendre de nos élus, c’est l’honnêteté!
Si on imposait cette règle, il est probable que tous les candidats déclarés à la future élection présidentielle ne seraient pas autorisés à participer à cette élection…à commencer par le grand favori actuel des sondages de la primaire à droite: il suffit de lire sa biographie, dans Wikipédia par exemple. M Juppé a été condamné le 30 janvier 2004 à 18 mois de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité dans l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris (sa propre secrétaire personnelle au sein du RPR était rémunérée par une entreprise, puis par la ville de Paris !). Compte tenu qu’il n’y avait pas eu d’enrichissement personnel et que ces infractions avaient été commises au profit de son parti politique, ces peines avaient été  réduites en appel à 14 mois de prison avec sursis et 1 an d’inéligibilité, et la présidente du tribunal exigeait l’inscription de cette condamnation à son casier judicaire. La Cour précisait: “il est regrettable qu’au moment où le législateur prenait conscience de la nécessité de mettre fin à des pratiques délictueuses qui existaient à l’occasion du financement des partis politiques, Monsieur Juppé n’ait pas appliqué à son propre parti les règles qu’il avait votées au parlement”. C’est malheureusement le cas de beaucoup de politiciens dont la ligne de conduite semble être: “faites ce que je dis mais non ce que je fais”…
Le même M Juppé avait dû, quelques années plus tôt, se défendre contre une plainte pour “prise illégale d’intérêts” déposée par l’association des contribuables parisiens, suite aux allégations du Canard Enchaîné en juin 1995, au sujet des appartements relevant des propriétés de la ville de Paris et occupés l’un par son fils et l’autre par lui-même. Le Procureur ouvre une information judiciaire, considérant que le délit de “prise illégale d’intérêts” est établi. Il propose cependant de classer le dossier si M Juppé quitte son appartement. Le Procureur Général décide, approuvé par le ministère de la Justice, que l’infraction n’était pas constituée et qu’elle était prescrite. M. Juppé est donc blanchi…mais la décision de classement lui impose de déménager, on se demande bien pourquoi si le Procureur le juge innocent! “Selon que vous serez puissant ou misérable…”
Nos politiciens se lamentent de la progression de l’abstention; mais comment s’en étonner quand on lit le livre de Philippe Pascot ? Alors, Mesdames, Messieurs nos dirigeants, courage ! Lancez un référendum d’initiative populaire ou votez une loi rendant obligatoire la production d’un casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection populaire, et vous verrez que les citoyens reprendront le chemin des isoloirs !
Henri Varin



Filippetti défend la préférence nationale pour les artistes, mais la condamne pour les ouvriers

filippetti.pas-la-bonne-cultureJ’entendais il y a quelques jours Madame Filippetti, sur un plateau de télévision, s’enorgueillir, devant M. Philippot, d’avoir instauré, quand elle était Ministre de M. Hollande, « l’exception culturelle française ». Madame Filippetti, qui est manifestement intelligente, voire brillante, ne se rend-elle pas compte que ce qu’elle appelle « exception culturelle française » n’est autre chose que la « préférence nationale » dans le domaine de la culture ? On peut dès lors se poser deux questions.
Pourquoi accorder aux seuls artistes la protection devant les menaces de la mondialisation, mais pas aux ouvriers, paysans, artisans, commerçants, etc. ? Si j’étais mauvaise langue, je  prétendrais  que les premiers font partie du cercle de la doxa bienpensante, mais que parmi les autres beaucoup se sont détournés du PS, et  osent même apporter leurs suffrages au FN ! Non mais des fois !…
Pour la bien-pensance, le FN n’est pas un parti « républicain »  parce qu’il préconise le principe de « préférence nationale » ; mais alors, Madame Filipetti ne peut pas prétendre appartenir au cercle républicain puisqu’elle-même défend ce principe dans le domaine des productions artistiques !
Henri Varin




La parité hommes-femmes aux prochaines cantonales : que faire en cas de changement de sexe ?

Afin de promouvoir la parité en politique, le gouvernement vient de décider une modification du mode de scrutin pour les élections cantonales : les électeurs devront voter pour un binôme composé d’un candidat homme et un candidat femme.

Mais je me demande si ce nouveau mode de scrutin est vraiment juste et efficace, au moment où le même gouvernement se propose de nous imposer la loi du « genre ». Imaginons un binôme composé de Monsieur Dupont et de Mademoiselle Durand. Si Monsieur Dupont se déclare du genre féminin, ou Mademoiselle Durand du genre masculin, voilà donc deux femmes ou deux hommes élus, et alors, adieu la parité ! Il faudra donc s’assurer, non seulement du sexe, mais aussi du genre des candidats : si le candidat de sexe masculin se déclare du genre féminin, alors il faudra trouver, pour compléter le binôme, une candidate de sexe féminin mais du genre masculin !… On n’a pas fini de rire… et de pleurer avec les socialistes au pouvoir !

Henri Varin