1

Et maintenant, le troisième tour par législatives interposées!

Hier, 1er Mai, 116 400 « idiots utiles de Macron »  ont arpenté le bitume , selon une coutume  aujourd’hui obsolète, pour s’opposer, au nom des « Travailleurs » , au représentant de La City, de Davos, du CAC 40  (et de Rothschild ) qu’ils avaient élu… une semaine avant !

Idiots utiles de Macron, certes, mais très conscients de leur idiotie politique et de leur ineptie humaine : le Roussel, celui qui représente le moribond Parti Communiste Français, le Martinez, de la squelettique CGT polluée par les immigrés islamiques (en particulier), le Mélenchon (pour lequel ont appelé à voter les imams de France et d’Arabie -1), qui avaient appelé à manifester,  savent ce qu’ils font et en faisant manifester leurs ouailles et en faisant voter (directement et indirectement) pour  Macron, l’homme de la Mondialisation et des féodalités financières apatrides…

… et leurs troupeaux, éructant et cassant, savent aussi qu’ils  agissent pour empêcher Marine Le Pen, le « camp populiste et le RN, de représenter légitimement la totalité du « peuple travailleur de France, couches moyennes et retraités inclus… le « peuple des Travailleurs » qui est aussi un peuple de l’Histoire de France et de l’identité française.

C’est que les élections législatives s’approchent, et représentent le véritable « troisième tour » de la présidentielle.

Le Mélenchon ne s’y est pas trompé : après s’être hautement gargarisé, matamore de la politique et pantin des mondialistes, d’être l’opposant à Macron, il a été son premier collabo en lui adressant, le soir du 10 avril, un message de soutien et d’aide... et en s’agitant pour se faire passer comme « le premier ministre la cohabitation d’avec Macron », lui qui est pire que le président en ce qui concerne l’immigration écrasant le peuple de France, l’islamisation tuant notre identité, notre histoire, nos valeurs, sans parler de ses penchants sociétaux vers l’américanisation de la société française.

Nous ne devons pas nous tromper : Mélenchon est un ennemi de la France, du peuple de France, des « travailleurs de France » qu’il prétend représenter et qu’il « sodomise » allègrement.

Le scrutin à venir doit s’appuyer sur le scrutin présidentiel, et, s’il y a un danger à éviter, c’est celui du découragement, du renoncement, qui ouvrirait la porte à une abstention favorisant le destructeur Macron et le fossoyeur Mélenchon.

Les 12 et 19 juin, chacun doit confirmer son vote du 24 avril et, si possible, partout « à la base », l’amplifier afin de donner aux représentants du « camp populiste » une force    tellement puissante qu’elle pourra freiner les catastrophes que le futur mandat de Macron prépare.

Dans ce contexte, tous ceux qui, pendant la campagne des « présidentielles », ont agi pour affaiblir le « camp populiste » en favorisant un candidat de division et en vilipendant celle que le Peuple de France, dans sa « force travailleuse », ses « structures les plus actives » et ses tranches d’âge les plus dynamiques, a choisie librement et nettement, doivent aujourd’hui se regarder froidement et analyser leurs erreurs en tentant de les corriger les 12 et 19 juin.

 Ils n’ont pas d’autres choix : le paysage politique français d’aujourd’hui, ne permet plus de faire croire à  une « union des droites » alors que le clivage « gauche-droite » a été effacé et que les électeurs LR-UMP ont, très majoritairement,  rejoint Macron

Prétendre l’inverse relève de l’aveuglement, du stupide… ou de la manœuvre politicienne.

Ce qui est en jeu, c’est de faire basculer la partie de l’électorat de Mélenchon qui n’est ni « bobo » de « gauche », ni « issue de l’immigration banlieusarde plus ou moins islamisée ».

Ce qui est en jeu, c’est de détacher de Macron la partie du Peuple le plus modeste qui se laisse berner par ce bateleur de foire….

Ce qui est en jeu, c’est de réinsérer  ceux qui ont choisi l’abstention parce que découragés ou désespérés….

Ce qui est en jeu, c’est d’amener les « couches moyennes », urbaines notamment, à comprendre que la Mondialisation va les détruire….

Ce qui est en jeu, c’est de lutter contre les chimères dont se sert le pouvoir en place pour détourner les citoyens du réel et de la réflexion (comme le pseudo réchauffement climatique d’origine anthropique, la prétendue « crise du covid » , l’illusoire « transition énergétique » et autres fadaises qui occupent largement les médias aux ordres.)

La nature du scrutin à venir, son cadre profondément anti-démocratique, font qu’il conviendra d’avoir,  pour le second tour, des candidats qui atteignent, au premier tour, les 12,5% d’inscrits nécessaires,

Il  faudra choisir la meilleurs chance dans chacune des 577 circonscriptions, et éviter les cadeaux stupides comme les alliances de complaisance.

Au second tour, nous devrons être tous derrière celui qui, représentant le « camp populiste », aura été choisi par les électeurs eux-mêmes, car toute abstention favorisera et Macron et Mélenchon

Notre responsabilité » est donc pleinement engagée.

Jean des Entamures

1- https://www.lepoint.fr/presidentielle/quand-les-imams-et-les-predicateurs-appellent-a-voter-jean-luc-melenchon-01-05-2022-2473914_3121.php




Après le 24 avril : comprendre avant d’agir !

Il faut analyser avec lucidité  le scrutin présidentiel qui vient d’avoir lieu les 10 et 24 avril 2022 et tenter  de comprendre l’image politique nouvelle qu’il donne de l’électorat de notre pays.

Cela demanderait, sans doute,  un peu plus  de recul, mais, aujourd’hui, en première approche, on peut dégager quatre axes dominant le nouveau  paysage politique français.

Tout d’abord, l’agonie totale des anciens partis majeurs, qui ont gouverné la société française depuis 50 ans (au moins) et qui se retrouvent (PCF, PS, LR-UMP ) à l’état de dinosaures haletant  sous assistance respiratoire . Le clivage « gauche-droite » qui a scandé la vie politique depuis la Libération est terminé !

C’est la confirmation d’une  analyse que nous avons déjà faite ici, même si nous savons que, du fait de l’inertie « politique », de leur enracinement dans les territoires, de leur existence historique, ces partis vont encore avoir une certaine influence, surtout pour continuer à agir contre le « mouvement populiste » et enfumer une partie non négligeable de l’électorat français.

Ensuite, la reconduction de l’ OPA  mondialiste des « oligarchies financières apatrides » sur notre pays et notre Nation,  portée par leur serviteur  Macron, initiée partiellement en 2017,et  consistant à construire une « grande force centriste majoritaire » incluant l’ancien Centre, une (grande)  partie du PS, une majorité des LR-UMP, et des écolos-bobos avides de places.

Avec ses 27,8% au premier tour, Macron (piloté par ses maîtres de La City et de Davos et Young Leader de la French American Foundation) n’a pas totalement réussi son opération, d’où sa volonté actuelle d’élargir sa clientèle et de gratter sur « toutes les terres » pour assurer son second mandat.

Puis,  la polarisation autour de Mélenchon de plusieurs électorats, polarisation qui aurait pu lui assurer le succès si le « camp populiste » s’était plus fortement cassé comme l’espéraient beaucoup qui prétendaient en être.

 C’est que Mélenchon  est un triple soutien de Macron  et, s’il a proposé ses services à ce dernier, c’est qu’il sait que lui, Mélenchon, bloque un vrai électorat populaire (ouvriers, employés, couches moyennes,  artisans et entrepreneurs, fonctionnaires et employés des services publics) afin de l’empêcher de rejoindre Marine Le Pen qui est la vraie – et la seule – représentante réelle de cet électorat.

C’est qu’il sait aussi qu’il pilote un électorat « bobo de gauche » représentant l’aspect libertaire, communautariste, multiculturaliste, climato-idiot, « woke », de la Mondialisation, qui  n’ira jamais renforcer le camp populiste parce que cet électorat, idéologiquement « américanisé » est un soutien objectif de la Mondialisation globale à laquelle il apporte une caractéristique sociétale, culturelle, idéologique, notamment en prônant l’immigration à outrance, en institutionnalisant le communautarisme et le vote communautaire, en déstructurant la langue française, essence de notre identité.

Il sait enfin qu’il a avec lui, majoritairement, l’électorat d’origine immigrée, de quelque génération que ce soit, qui a transformé l’ancienne « ceinture rouge de Paris » en « ceinture vert-islam », qui s’entasse dans les banlieues et cités des grandes et moyennes villes,  et qui veut imposer ses lois religieuses et civiles face aux lois laïques de la République.

Ce sont les générations (une, deux, trois,) immigrées « francisées », qui vivent des « miettes de la mondialisation » ( économie illégale et assistanat social), qui servent de « valets » aux couches sociales supérieures,  qui sont protégées par les « élites », dont elles assurent les « différents services » : cet électorat, souvent analphabète et propice aux pires tricheries électorales in situ,  est un danger réel pour l’avenir de notre pays, de notre peuple.

Mélenchon sert Macron, objectivement et subjectivement, mais une grosse partie de son électorat, trompée depuis des années, peut ouvrir les yeux. si nous savons la déterminer, nous  adresser franchement à elle et l’éclairer.

Enfin, il y a le « camp populiste » (mot que j’emploie pour désigner les patriotes-souverainistes-identitaires-sociaux) que Macron n’a pas réussi à éliminer en 5 ans de gestion et que les sondages de juin 2021 portaient à 32/ 33% (en moyenne) avant que n’apparaisse le Zemmour qui n’a rien apporté à ce camp , sinon la zizanie née des ses certitudes imbéciles : je suis le seul à rassembler la droite, je suis le seul capable de battre Macron, je suis le seul capable de régler les problèmes de notre pays, Marine Le Pen est une « loser » et une incompétente… et autres inepties !

Je n’aurai pas la cruauté ici de me réjouir   des  « inconséquences révélées » de ce nouveau « docteur Coué »,  de m’esclaffer de ses rodomontades, ni même de m’attrister de son « opération division » qui a empêché Marine Le Pen d’arriver à 30%  (ou plus) des voix, ce qui aurait parfaitement changé la donne pour ce second tour. Et pourtant, l’examen des résultats du second tour montre que partout où Marine a atteint et dépassé les 30% au premier tour, elle a dépassé les 50% au second.

On ne peut se réjouir de l’échec patent de son opération politicienne dont, sans aucun doute, le financement et l’espace médiatique ont été réglés par une équipe de mondialistes du CAC 40 et de Davos….car ses 7% et le climat délétère qu’il a fait régner dans « le camp populiste » ont préparé le terrain à Macron, tout en ouvrant un espace au dangereux Mélenchon. Remarquons, toutefois, que, sous couvert d’union, il continue ses injures et dépréciations à l’encontre de MLP et du RN, essayant de faire oublier sa déroute électorale.

Mais l’essentiel est là : Marine Le Pen a résisté à toutes les tempêtes, venues des mondialistes ou de son propre camp (les plus dures, sans aucun doute), elle a conforté une position que d’aucuns croyaient inexistante, et ses 13,3 millions de voix portent  aujourd’hui l’espoir de notre peuple face aux « oligarchies financières apatrides » qui dirigent le « monde Occidental ».

Le paysage politique français est donc bien celui que la Mondialisation structure : un paysage urbain où dominent les « forces mondialistes » composées des «  vecteurs et gagnants » de la mondialisation : couches sociales « supérieures »,  moyennes « hautes », structures financières, économiques, commerciales,  culturelles, idéologiques,  médiatiques… bref, tous ceux qui font « la Mondialisation » et en vivent largement en s’abstrayant de ses contraintes (77% des « couches supérieures ont voté Macron, 70% des retraités aussi)… forces urbaines renforcées par les  banlieues et cités dominées par les différentes immigrations  de masse d’hier et d’aujourd’hui,  encadrées par les dominants islamiques, mafieux et politiciens en place, organisées en communautés, clans et tribus ethniques, linguistiques, religieuses.

Et, de fait, ces deux axes constituant la présence de la Mondialisation dans notre société se réalisent dans toutes les structures politiques, syndicales, culturelles, idéologiques qui la pilotent :

Ce n’est donc  pas un hasard si tous les syndicats, toutes les « familles de pensée », toutes les « églises » (catholique, protestantes, juive, musulmane et FM) ont agi contre la candidate MLP.

Ce n’est donc pas un hasard si « humanitaires », « sportifs », « artistes et comédiens », « élus » se sont mobilisés contre elle.

Ce n’est donc pas un hasard si l’unanimité des médias de toutes sortes s’est élevée  contre ce qu’elle représente.

Ce n’est donc pas un hasard si le pouvoir en place et les  « intellectuels » de la « doxa » dominante ont agité la peur,  la fibre « morale » et les « références historiques manipulées » pour la combattre au mépris de toute vérité.

Et ce qu’elle représente, face à tout cela, c’est justement « la périphérie », les couches laborieuses de notre Peuple et ses forces vives des 24 à 59 ans, les plus modestes et les plus humbles du peuple de France, les plus dignes aussi et les plus attachées à leur histoire et à leur pays.

 Ces forces sont majoritaires, c’est sûr : il faudra leur donner l’expression politique capable de les représenter dans leur totalité afin de construire la nouvelle majorité que les 13,3 millions de voix du 24 avril annoncent.

C’est cette tâche qui nous incombe aujourd’hui.

Jean des Entamures

 

 

 

 




Le 24, contre les dominants, pour amener Marine à l’Elysée

MarineFrance2.jpg

…. enseignant (retraité), citoyen laïque  attaché à son libre arbitre, homme de raison et d’équilibre, dimanche 24 avril 2022, je serai face à une multitude d’adversaires (d’ennemis ?) dont le seul but est de détruire ce que je suis, ce qu’est la France historique, ce qu’est la Nation française souveraine, ce qu’est l’espace laïque et démocratique de la République.

 Electeur lucide et responsable,  j’aurai face à Moi, du côté de Macron : 

tous les partis de la France de ces 40 dernières années, aujourd’hui en ruines, totalement  responsables de notre décrépitude, entièrement prébendiers et obsolètes…

 tous les syndicats , avec en tête la CGT, la CFDT, Sud, la FSU et même  la FNSEA, qui ne sont que conglomérats d’apparatchiks nourris d’argent public et européen, ayant trahi depuis longtemps les « travailleurs » et exploitants  qu’ils étaient censés défendre, avides de rester accrochés à leurs pouvoirs exorbitants….

toutes  les organisations patronales (Medef en premier) qui se goinfrent à la table du CAC 40, de La city, de Davos et autres structures où elles se retrouvent « entre elles » pour dépouiller notre Peuple et notre Pays de sa véritable richesse… ….

 toutes  les « familles » idéologiques et « de pensée », églises et obédiences confondues, mosquées et temples unis, synagogues et loges réunies,

tout ce que notre pays compte d’associations prétendument « humanitaires », « anti racistes » ou « défenseurs de la planète et du climat érigé comme une religion inattaquable »,  qui cultivent l’exclusion et le mépris de tous ceux qui ne pensent pas comme elles, qui sont prêtes à les  envoyer au goulag  et qui se gavent avec nos impôts…

tout ce que notre pays renferme de « médias » (merdias ?) , quelles qu’en soient les formes, qui, tous appartiennent aux tenants du CAC 40 et de Davos, qui, tous, publics ou privés, organisent la propagande du pouvoir en place….

tous ceux qui s’autoproclament « les zélites » parce qu’ils « se seraient  donnés la peine de naître » ou parce qu’ils auraient fait « quelques études » ou parce qu’ils auraient tenu les bonnes postures pour servir de valets aux dominants….

tous ceux qui, issus du show biz, du  sport ,du  « spectacle » et du cinéma,  osent se prévaloir, pour nous circonvenir,  de leur vie « hors sol », de leurs paradis suisse ou monégasque, de leur image valorisante parce qu’ils tapent dans un ballon, le manient habilement  ou déclament sur scènes ou en studios des textes que leurs auteurs leur feraient « rentrer dans leur gorge » s’ils étaient encore vivants ….

Oui, le 24 avril, je ferai face à ces « dominants » mondialistes,  immigrationnistes, islamocompatibles, méprisant le Peuple qu’ils aliènent et exploitent afin de le transformer en masse moutonnière obéissante, bêlante, atrophiée du cerveau et paralysée par la peur.

Je serai donc, ce 24 avril 2022, avec Marine Le Pen, seule représentante des « classes moyennes » comme des « couches populaires », seule porteuse d’espoir pour ceux qui travaillent, ceux qui ont travaillé (et méritent de se reposer dignement), ceux qui vont travailler demain dans une France réindustrialisée où l’école et la formation prépareront au mieux les nouvelles générations.

Le 24 avril 2022, vous serez donc avec moi pour amener Marine Le Pen jusqu’à l’Elysée !

Jean des Entamures

 

….

 

 

 

 




Avec Marine Le Pen, dégageons Macron et ses complices!

Ils sont sortis, ils sont tous là  ….

Ils ont jailli férocement,  braillant à qui mieux mieux : sus à « l’extrême droâte » !

Ils  sont sortis   de leurs tanières putrides, de leurs égouts pestilentiels, de leur grottes  pré-historiques,  de leurs  gîtes empuantis, des forteresses  qui les protègent, des structures politico-sociales  où ils se gavent, des théâtres où ils bâfrent, des stades où ils se goinfrent …

La bave aux lèvres, l’injure à la bouche, le fouet à la main,  ils occupent tout l’espace médiatique, qui est d’ailleurs à leur service car ce sont leurs frères qui y règnent, pour terroriser le peuple, menacer les citoyens, manipuler l’opinion.

C’est que l’enjeu du 24 avril est de taille : depuis 40 ans, ils ont tous les pouvoirs en France, ils dominent tous les espaces : social, sociétal, politique, économique, culturel, idéologique, éducatif….

Depuis 40 ans, et encore plus depuis 2012 où s’engage l’opération Macron, d’abord avec Hollande (pour mieux tromper l’électeur)  puis directement en 2017 , ils règnent sans partage et en  sont au moment où ils vont pouvoir réaliser leur projet : détruire la France dans son identité, son unité, sa souveraineté d’Etat libre… détruire le Peuple de France dans sa spécificité, son histoire, ses mœurs et ses principes, ses valeurs et ses espoirs… détruire l’individu « français » dans son espace de liberté, de libre arbitre, de libre accès à la parole, à la pensée, à la sécurité.

En diluant la France dans l’Europe de Maastricht et de Lisbonne, en l’attachant à l’OTAN, bras armé des USA, en accrochant ses finances, son économie, ses valeurs aux féodalités financières apatrides qui pilotent (à leur profit) la Mondialisation, le Macron a commencé son oeuvre destructrice et cynique et n’envisage rien d’autre qu’avoir 5 années de plus pour l’achever.

Face à lui, le projet politique global de Marine Le Pen apparaît comme un frein au projet mondialo-européiste et comme  le moyen de retrouver tout ce qui a été largement entamé.

Alors on comprend mieux que le ban et l’arrière ban de tout ce que la France compte de mondialistes corrompus, d’européistes prébendiers, de « zélites » gavées  de subsides et de gloriole aient été rappelés au secours de la marionnette mondialiste élyséenne  dont La City et Davos tirent les ficelles.

Pêle mêle : la caste estudiantine petit bourgeoise  et parasitaire et sa suite gaucho, les écolos bon teint et autres illuminés « défenseurs du climat », toujours prêts à crier « au fascisme «  qui menace notre pays quand  ce sont eux qui ouvriraient  les portes des camps de « rééducation » s’ils  arrivaient  au pouvoir….

Les squelettiques organisations syndicales (CGT et CFDT réunies) , nostalgiques des goulags staliniens où l’apparatchik moustachu Martinez nous enverrait,  à l’imitation de son vrai maître, qui trahissent chaque jour davantage le monde ouvrier et employé et qui se gargarisent de slogans imbéciles  et éculés contre « l’extrême droâte » pour se prouver qu’ils existent encore.

Les associations prétendument « humanitaires et anti-racistes », dont il faut prendre les noms par antiphrase, toujours à crier « au loup »  pour recevoir leurs prébendes  annuelles , toujours à qualifier « l’autre » de « raciste » parce qu’elles ne peuvent pas encore l’envoyer en prison, et à occuper l’espace médiatique par leurs dirigeants bien nourris d’argent public et boursouflés de vanité inepte.

Les structures « morales, idéologiques et religieuses » , comme « les Frères Trois-Points » » ou les hautes autorités religieuses (mettons à part les groupes islamiques, Frères Musulmans inclus,  qui vont passer allègrement de Mélenchon à Macron pour pouvoir continuer à imposer leurs caïds dans les cités et banlieues de France), même si l’Eglise, cauteleuse à souhait, joue les Raminagrobis, louvoyant hypocritement pour ne pas désigner celui pour qui il faut voter face à celle pour qui il ne faut pas…

Les « anciens partis politiques », tous unis, pour une fois, non contre Macron qui a détruit notre peuple et notre Nation, mais contre Marine Le Pen qui, elle, veut les remettre à flots. Il n’est pas jusqu’au dinosaurien cadavérique et putride Roussel  qui  n’appelle, lui, le soi disant « représentant de la classe ouvrière »  à voter Macron, l’homme du CAC 40, de Davos, de La  City et de Wall Street ! Pauvre Marchais… Pauvre misère… Dors sous la terre… Dors sous « Le Capital » !

Oui, l’enjeu est capital !

Et l’on aimerait que dans les quelques jours qui restent, tous ceux qui se réclament du « populisme », de « l’identitaire », du « patriotisme », du « souverainisme » , du « Peuple de France historique et travailleur » , se jettent dans le combat (le dernier combat ?) contre Macron et pour Marine Le Pen.

Leur honnêteté intellectuelle et politique se mesurera à la qualité et à la quantité de leurs efforts.

En attendant, dimanche 24 avril, dégageons Macron !

Que pas une voix ne manque à Marine Le Pen !

Jean des Entamures




Avec Marine Le Pen, dégageons Macron !

Il faudra bien, un jour,   analyser le scrutin de dimanche dernier et tenter de décrire et de comprendre l’image politique nouvelle qu’il donne de l’électorat de notre pays.

Il faudra bien aussi éclairer franchement la tentative de division et d’effacement (presqu’avortée) du « camp populiste » opérée par Zemmour, ses soutiens, son équipe, ses « sponsors »,  ses « ouailles » aveuglées, tentative qui aurait pu aboutir à la présence de Mélenchon au second tour !

Cela demandera un peu de recul, au moins jusqu’après le 24 avril, même si, aujourd’hui, on peut dégager quatre axes dominant le nouveau  paysage politique français.

Tout d’abord, l’agonie totale des anciens partis majeurs, qui ont gouverné la société française depuis 40 ans (au moins) et qui se retrouvent (PCF, PS, LR-UMP ) à l’état de dinosaures haletant  sous assistance respiratoire . Le clivage « gauche-droite » qui a scandé la vie politique depuis la Libération est terminé !

Ensuite, la reconduction de l’opération mondialiste portée par Macron, initiée partiellement en 2017, consistant à construire une « grande force centriste majoritaire » incluant l’ancien Centre, une (grande)  partie du PS, une majorité des LR-UMP, et des écolos-bobos avides de places. Avec ses 27,8%, Macron ( piloté par ses maîtres de La City et de Davos) n’a pas totalement réussi son opération d’où sa volonté actuelle d’élargir sa clientèle et de gratter sur « toutes les terres » pour assurer sa réélection.

Et aussi, la polarisation autour de Mélenchon de plusieurs électorats qui aurait pu lui assurer le succès si le « camp populiste » s’était plus fortement cassé comme l’espéraient beaucoup qui prétendaient en être. C’est que le Méluche est un triple soutien de Macron : je n’ai pas attendu son message à Macron en vue du second tour pour le dire.

S’il lui a proposé ses services, c’est qu’il sait que lui, Mélenchon, bloque un vrai électorat populaire (ouvriers, employés, couches moyennes,  artisans et entrepreneurs, fonctionnaires et employés des services publics) afin de l’empêcher de rejoindre Marine Le Pen qui est la vraie –et la seule- représentante réelle de cet électorat.

C’est qu’il sait aussi qu’il pilote un électorat « bobo de gauche » représentant l’aspect libertaire, communautariste, multiculturaliste, climato-idiot, « woke », de la Mondialisation,  ….qui  n’ira jamais renforcer le camp populiste.

Il sait enfin qu’il a avec lui, majoritairement, l’électorat d’origine immigrée, de quelque génération que ce soit, qui a transformé l’ancienne « ceinture rouge de Paris » en « ceinture verte » , qui vit des miettes de la Mondialisation et qui veut imposer ses lois religieuses et civiles face aux lois laïques de la République .

Mélenchon sert Macron, objectivement et subjectivement, mais une grosse partie de son électorat, trompée depuis des années, peut ouvrir les yeux.

Enfin, il y a le « camp populiste » que Macron n’a pas réussi à éliminer en 5 ans de gestion et que les sondages de juin 2021 portaient à 32% (en moyenne) avant que n’apparaisse le Zemmour qui n’a rien apporté à ce camp , sinon la zizanie née des ses certitudes imbéciles : je suis le seul à rassembler la droite, je suis le seul capable de battre Macron, je suis le seul capable de régler les problèmes de notre pays, Marine Le Pen est une « loser » et une incompétente. ( florilège raccourci !) Je n’aurais pas la cruauté ici de me réjouir ici  des assertions de ce nouveau « docteur Coué « , de m’esclaffer de ses rodomontades, ni même de m’attrister de son « opération division » qui a empêché Marine Le Pen d’arriver à 30% des voix, ce qui aurait parfaitement changé la donne pour ce second tour.

Car l’essentiel est là : Marine Le Pen a résisté à toutes les tempêtes, venues des mondialistes ou de son propre camp (les plus dures, sans aucun doute), elle a conforté une position que d’aucuns croyaient inexistante, et elle porte aujourd’hui l’espoir de notre peuple face aux « oligarchies financières apatrides » qui dirigent le « monde Occidental ».

Il faut donc gagner le second tout, dégager Macron, faire bloc autour de Marine Le Pen, mener une campagne active, individuelle et collective , pour lui apporter la majorité des suffrages.

A ce propos, les Zemmour, Dupond-Aignan, Collard, Marion Maréchal, De Villiers, Ravier et consorts… j’en passe et des plus fringants d’hier : ils sont où ? Ils spéculent sur des sièges de députés que leurs 7 % ne leur donneront jamais ?

Non, non…. Que tous ceux qui se réclament du « populisme », du « souverainisme », du « patriotisme », de  l’identité historique de la France, de la valeur de son espace laïque et démocratique, de son attachement aux libertés individuelles et collectives….

Que tous ceux qui veulent une société vivant en pleine sécurité, en harmonie, où se reconnaissent les vraies valeurs du travail et du mérite personnel, où  s’organise l’indépendance économique…

Que tous ceux qui tiennent aux valeurs essentielles de la famille, de l’équité sociale, d’une vraie justice au service des individus et des citoyens

Que tous ceux qui ne veulent pas voir notre Pays  disparaître dans un magma idéologique  et communautarisé destructeur, perdre sa souveraineté  dans une Europe toutou des USA et de l’OTAN,  s’affaiblir et s’appauvrir dans tous les domaines, agissent sans relâche ni faiblesse d’ici au 24 avril pour dégager Macron et porter Marine Le Pen à l’Elysée.

La France est  « sous une grêle » qui la détruit : fou  ( et criminel ) qui fera le délicat…

Jean des Entamures

 

 




À ce jour, Zemmour est un frein pour le mouvement populiste !

Regardons les sondages pour la future présidentielle depuis juin 2021 :

Certes, ce ne sont que sondages, photographies électorales à un moment donné, mais si on considère qu’ils sont pertinents pour la « percée zemmourienne » (1), il faut également les admettre dans leur globalité, surtout si, comme ici, ils concernent les 4 derniers mois et tous les instituts de sondage (2)… sinon, on n’est qu’un hypocrite parfaitement stupide !

Malgré la crise et la sidération politiques depuis début 2020, on remarque que la situation électorale est particulièrement stable, figée même, et que les forces en présence sont identiques à celles de 2019.

Laissons de côté la « prétendue gauche », immigrationniste, islamophile, libertaire et laxiste en matière de sécurité, qui a laissé tomber son électorat (qui d’ailleurs l’a abandonnée)  et dont le rôle n’est que de conforter l’aspect sociétal et idéologique de la mondialisation…

Oublions les attardés « écolos », qui veulent nous « refaire remarcher à quatre pattes » et qui enfilent les inepties comme d’autres les perles… tout en se gavant de ce qu’ils prétendent interdire aux autres !

Et attachons-nous aux deux leçons essentielles de l’état actuel de l’opinion populaire tel qu’il transparaît des sondages cités ci-dessous.(2)

Bien qu’il dirige le plus antidémocratiquement possible par l’abus « d’ordonnances »,

bien qu’il ait une large majorité dans tous les organismes du pouvoir étatique,

bien qu’il commande à tous les médias, écrits, parlés, écrits, publics et privés,

bien qu’il occupe seul l’espace politico-médiatique depuis deux ans,

bien qu’il joue au Père Noël avec l’argent de nos impôts et taxes, avec notre dette abyssale, en promettant tout et n’importe quoi (« les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent » dit l’adage)

bien qu’il ait terrorisé le peuple de France en jouant de la peur qu’il a politiquement créée dans cette période « virale »,

Le Macron reste à son niveau de 2017 !

Il n’a rien gagné, rien conquis, son parti est une simple valetaille exsangue, ses ministres des robots imbéciles ânonnant une parole inepte, ses soutiens des bénis oui-oui  ridicules et obtus.

Politiquement, il ne tient que par la terreur administrative et médicale, par  des forces de l’ordre décérébrées, par la propagande éhontée et mensongère des moyens de communication de masse, par une administration « brejnévienne » à faire pâlir de jalousie l’ancienne URSS…

Mais, face à ce vide intellectuel, à cet autoritarisme obtus, à cet échec sécuritaire, économique, social et sociétal (par l’immigration et le communautarisme cumulés à l’islamisation de la France), qu’y a-t-il ?

Les sondages le disent : seule la force du  « populisme » peut renverser l’ordre établi en 2017.

Seule la force du « populisme rassemblé »… mais, malheureusement, ce n’est pas le cas.

Pire, on a l’impression que les « populistes » jouent contre eux-mêmes en se divisant par plaisir et stupidité, par vanité et intolérance… à moins que ce ne soient que manœuvres occultes parfaitement orientées.

… En juin, en août, début septembre, le mouvement populiste (Zemmour absent) c’est entre 30 et 32 % des intentions de vote.

À la mi-septembre, Zemmour en piste, c’est toujours 31 % de ces mêmes intentions

Cette candidature n’apporte rien au mouvement populiste. Elle le divise et répartit les voix à l’intérieur de l’ensemble, au point qu’elle va permettre à la voie LR d’apparaître et de jouer la seconde place face à Macron…

Zemmour monte, MLP descend, NDA disparaît, mais le total est le même, et si le résultat final répartit les voix équitablement entre ces postulants « populistes », il ouvrira une voie royale au candidat LR à venir, qui ne sera d’ailleurs ni Bertrand ni Pécresse.

Quant à imaginer un Zemmour cumulant toutes les voix du RN (et y ajouter les voix « de la droite parlementaire »), c’est se ficher totalement du citoyen et ne rien comprendre à la réalité politique de notre pays. D’ailleurs, si par extraordinaire et malheur, le Zemmour parvenait au second tour, il ferait encore moins de voix que MLP en 2017.

Il reste au « mouvement populiste » 6 mois pour se ressaisir et construire une vraie alternative au pouvoir actuel dont la malfaisance dans tous les domaines est notoire.

Sinon, nous aurons un duel blanc bonnet/bonnet blanc .

Jean des Entamures

1 –https://www.lepoint.fr/politique/presidentielle-2022-macron-et-le-pen-font-course-en-tete-zemmour-gagne-du-terrain-21-09-2021-2444076_20.php

2- https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_sondages_sur_l%27%C3%A9lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2022

 




« Kakou patenté » et galéjeur de première : Macron tel qu’en lui-même !

Tout droit sorti de sa cage aux folles élyséenne, « l’homo deviaticus » est venu frétiller du popotin devant l’aréopage marseillais des soumis et des politicards locaux, encadré par sa cour de fonctionnaires aux ordres (et une palanquée de CRS nettoyeurs), cajolé par tout ce que la France compte de « merdias » aux ordres et de service (dit) public de l’information à la sauce « Pravda » brejneviènne.

Il a débarqué sur le Vieux Port… et ça a été Noël…

Plein les poches de milliards qu’il avait, le bonhomme…

Aujourd’hui pour Marseille… demain pour Lyon, puis Bordeaux, puis Lille, puis Nantes… et puis… et puis… la campagne électorale ne fait que commencer et le déviant élyséen est frénétique à force de vouloir sa réélection…

Notre pognon de dingue ? Mais c’est pour lui, pour ses fesses et son bon vouloir… tout comme le service public d’information, c’est pour lui, pour son aura, pour sa campagne… les journaleuses et journaleux en bavent jusqu’à l’overdose à force de lécher le fondement élyséen.

D’accord, c’est pas le premier à lâcher un pognon de dingue pour Marseille : Eyraud et Valls l’avaient fait avant lui (6 milliards d’euros quand même) sans parler du couple Borloo-Sarkozy et sans remonter à Tapie… Tapie, vous savez, le ministre de la Ville de Mitterrand qui voulait lutter contre le FN à coups de milliards dans les cités de non-droit, naissantes à cette époque. Voulez-vous que j’aie la cruauté de rappeler ici son bilan ?

Mais le bavasseur élyséen, qui sait tout cela, n’en a cure : il s’agit pour lui de tromper, de manipuler, de faire semblant… le peuple est si crédule (on le voit parfaitement avec la pseudo-pandémie du Covid), il est tellement attaché à l’apparence, à l’image (eh ! Il n’est pas mignon, le Macron, avec sa houppette décolorée rousse sur le front ?), il est tellement moutonnier (comme dirait mon ami Panurge…).

Alors, il y est allé… et à fond !

D’abord, il s’est rincé la dalle au thé à la menthe (eh, bonhomme, à Marseille, c’est le « jaune »… C’est vrai que pour quelqu’un qui aime le noir luisant…) dans la communauté qui a engendré la délinquance et le terrorisme locaux…

Puis il est allé, toujours sous une haute protection « kaboulienne », faire « guili guili » aux enfants d’une école « populaire », sûr de ne pas être mis en difficulté !

Enfin il a aligné les chiffres et les promesses… des milliards comme s’il en pleuvait… des éducateurs et des formateurs à la pelle… des emplois à gogo… des aides tous azimuts… des rénovations urbaines partout… des forces de l’ordre et des caméras encore plus nombreuses (il faut bien multiplier les cibles pour des voyous de plus en plus nombreux)… et même des juges nouveaux (sans doute encore plus bobos, encore plus laxistes, encore plus gauchos que les actuels !).

Un inventaire à la Prévert, sans tête ni queue (euh…) … un dégueulis obscène et mensonger… un mépris total de la démocratie et du citoyen de notre pays.

Cerise sur le gâteau… et ironie involontaire : faire de Marseille une « ville cinéma » comme s’il ne s’y jouait pas chaque jour une télé-réalité sur les règlements de comptes, un film sur les « bas-fonds » ou un feuilleton sur les « mafias » !

Remarquez, sur place,  ça a plutôt rigolé.

Sur les « check points » qui contrôlent les accès aux cités, toujours oubliés par les caméras et les forces de l’ordre… dans les mosquées et autres lieux de culte où les imams se sont tapés sur les cuisses tant ils ont de prise sur la population par charia interposée… dans les bandes de dealers et autres voyous, qui vont récupérer rapidement les subventions aux associations et animations… et utiliser à leur profit toutes les aides prétendument dirigées vers l’emploi… et qui n’hésitent pas à diriger une vraie institution de travail illégal dans le BTP et les emplois afférents aux mairies de secteur tandis que les clans, familles et tribus accaparent toutes les formes de l’assistanat social qui va être abondé !

Il n’y aura pas de soins efficaces aux métastases cancéreuses marseillaises (à côté desquelles le covid-19 est un amuse-gueule) tant qu’il n’y aura pas de vrai diagnostic. Et tant que les élus dirigeant ne viendront pas d’une majorité « populiste » organisée autour des seuls   (FN-RN) qui ne sont pas compromis ici avec les responsables depuis 40 ans.

Car Marseille, c’est le résultat atroce de l’immigration africaine, du Proche-Orient et de l’océan Indien (exemple des Comores), immigration extensive depuis 40 ans,

C’est le produit de l’islamisation galopante et de la « charia », du communautarisme des clans et des tribus primitivistes dominantes,

C’est la conséquence de l’assistanat social qui cultive le refus du travail et d’insertion sociale, de la désertification économique de la région, de l’économie illégale sous toutes ses formes qui tue l’idée même de travail,

C’est l’issue logique de l’action contre-nature des élus locaux et territoriaux, (et des autorités religieuses locales) de leur soutien massif à l’immigration de masse et à l’islamisation de notre pays, de leur complicité (ainsi que celle des syndicats ouvriers et patronaux)  avec la voyoucratie des cités (qui s’est substituée à celle du milieu traditionnel à dominance corse), véritables mafias politiciennes corrompues et délinquantes depuis, au moins, Deferre.

Jean des Entamures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Afghans, dehors ! Immigration Zéro !

Bien au chaud dans sa « cage aux folles » élyséenne, « l’homo deviaticus »  histrionique impose, du haut de ses 24 % prétendument représentatifs (3 % pour son parti LREM aux dernières régionales) une immigration tous azimuts en forme de tsunami destructeur et ruineux.

Et le voilà qui utilise l’affaire afghane pour accueillir encore plus d’individus totalement congelés du cerveau (mais fort habiles à la kalach et au couteau) venus de cette lointaine contrée totalement soumise à l’islam le plus rétrograde, le plus séparatiste, le plus létal (encore que tout ceci soit une caractéristique majeure de cette pseudo-religion) et propres à achever la destruction de nos ressources publiques tout en tenant allègrement les murs des maisons qui leur seront attribuées et en se distrayant de toutes les formes de l’économie illégale et délictueuse. Leurs prédécesseurs, congénères ou non, à Marseille comme à Cavaillon (1),  leur  montrent la voie !

Toutes les manipulations, tous les mensonges, tous les prétextes sont bons au déviant élyséen (mais c’est la même tactique pour la pseudo-crise sanitaire ou le prétendu réchauffement climatique d’origine anthropique) pour faire avaler au peuple de France le poison (ici de l’humanitarisme immigrationniste) qui va le détruire.

Il s’agirait de protéger les femmes afghanes des affreux talibans islamiques (qu’en France aucune autorité musulmane ne condamne d’ailleurs : un signe !) : outre que dans les « accueillis » il n’y a que peu de femmes (eh, oui), là-bas, les femmes, dans leur grande majorité, acceptent toutes les caractéristiques de la « charia »… et si ici les « féministes » veulent protéger les femmes des nocivités destructrices de cette loi islamique, elles peuvent commencer par agir dans les quartiers islamisés qui fleurissent partout !

Quant à donner l’asile à tous les soldats de l’armée afghane en déroute, partis dare-dare plutôt qu’avoir à se battre, comme à tous ces hommes valides et en pleine santé venus se planquer ici pour y  apporter danger, délinquance et insécurité, non merci !

D’autant que nous assistons, là-bas, au dernier épisode d’un feuilleton géopolitique commencé en 1979 par l’intervention soviétique, poursuivie en 1989 par le retrait soviétique sous la pression des moudjahidine fabriqués par l’alliance USA-Pakistan-Arabie saoudite qui les a financés et armés, et à l’origine de Ben Laden et d’Al-Qaïda, avant que les USA n’interviennent directement en 2001 après que leur projet de gazoduc pour faire transiter par l’Afghanistan les ressources pétro-gazières de la Caspienne eut échoué, et que les factions rivales musulmanes se furent déclaré la guerre. (2)

L’implantation  des USA leur permettait, de plus, de cerner et la Russie nouvelle et la Chine, leurs ennemis déclarés (exemple de leur politique globale du « containment »).

Aujourd’hui, retour de bâton : les USA fuient, la queue entre les jambes, sous le regard amusé de Poutine qui a replacé ses billes sur place (via l’Alliance du Nord et Massoud) tandis que la Chine rigole en envoyant force messages vers les talibans et en proposant ses services pour créer les voies de communication (nouvelles routes de la soie) qui lui permettront de gérer les ressources minérales afghanes (3).

Quant aux habitants de ces contrées, outre qu’il n’existe pas de peuple afghan, il faut comprendre qu’‘il s’agit d’ethnies, de tribus, de clans, de familles, tous soumis à l’islam le plus imbécile, le plus cruel, le plus anachronique (caractéristiques pléonastiques) mais tous en guerre les uns contre les autres, prêts à se vendre au plus offrant et se nourrissant des trafics les plus délictueux .

À propos de « trafics », on pourrait d’ailleurs ici se demander qui a armé les talibans qui ont su renouveler leur armement depuis les belles années pro-américaines 1980-2000. On pourrait sur ce point tourner son regard vers la péninsule arabique qui, c’est à remarquer, n’accueille point de réfugiés afghans… je dis ça, je dis rien !

Bref, dans ce maelström géopolitique, les initiatives du déviant élyséen, bien au chaud dans sa « cage aux folles », ne sont que de nature à nous détruire encore plus en ajoutant au poids de l’immigration tsunamique imposée à la France depuis 1974 (dont les conséquences sont aujourd’hui mesurables comme le montre l’étude ci-dessous (4) une autre immigration encore plus ruineuse, encore plus porteuse de dangers, encore plus létale pour notre identité, nos valeurs historiques de laïcité et de démocratie, nos mœurs et notre mode de vie.

Il est temps que cet histrion élyséen soit bouclé dans sa cage dorée avec ses amuseurs déhanchés et accroché au pilori de la justice publique.

Jean des Entamures

 

1 – https://ripostelaique.com/a-marseille-tous-les-politicards-sont-pourris-sauf-stephane-ravier.html

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/cavaillon-les-fusillades-se-multiplient-sur-fond-de-trafic-de-drogue-20210826

 

2- https://www.chroniquesdugrandjeu.com/2021/08/l-histoire-a-de-ces-tours.html?utm_campaign=_ob_pushmail&utm_medium=_ob_notification&utm_source=_ob_email

3 – https://www.bfmtv.com/economie/international/avec-le-retour-des-talibans-la-chine-avance-ses-pions-en-afghanistan_AV-202108160071.html

4- https://www.causeur.fr/immigration-et-demographie-urbaine-les-cartes-a-peine-croyables-de-france-strategie-208601?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=0c80117fe6-Newsletter_4_fevrier_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-0c80117fe6-57990749

 

 




À Marseille, tous les politicards sont pourris, sauf Stéphane Ravier

Mort de rire… Je suis mort de rire !

D’accord, ce n’est pas charitable… Se réjouir de l’auto-effacement des racailles marseillaises issues de l’immigration (et islamisées de surcroît) par la grâce efficace des « kalachs », ça fait désordre (quoique…). (1)

Non, non… ce qui me fait me tordre de rire, c’est la future initiative de « l’homo déviaticus » histrionique de l’Élysée qui, la semaine prochaine, à la suite de Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, va nous présenter un énième plan « pour la sécurité et le développement » de ces cités immigrées (appelées plus précisément « zones de non-droit »), plan qui va coûter « un argent de dingue » (comme les précédents), qui va ne servir à rien (sinon à alimenter les caisses des délinquants islamiques et des profiteurs issus de l’immigration), qui n’a de raison d’être que de permettre l’éventuelle réélection de « l’homo déviaticus », et d’abêtir encore plus les compatissants hypocrites (de  « gauche » et de « droite », cathos authentiques et musulmans victimaires par nature) !

Parce que, si des quartiers entiers de vos villes, à Marseille, à Lyon, à Bordeaux, en Île-de-France (et partout ailleurs : 1500 « zones de non-droit » recensées, quand même) sont soumis à la loi des délinquants de première, deuxième et troisième générations immigrées (et de culture islamique), c’est tout simplement parce que Macron, Hollande, Sarkozy, Chirac, Mitterrand ont largement ouvert nos frontières à tout ce que la planète compte de décérébrés et d’inutiles, largement soumis à la religion mortifère et anachronique qu’est l’islam, venus ici pour bouffer l’assistanat social qui ruine nos finances publiques, se gratter les roubignolles en tenant les murs, s’épanouir dans toutes les formes de l’économie illégale et de la délinquance.

Et vous n’êtes pas au bout : ne voilà-t-il pas que le « déviant élyséen » accueille sans rien demander des dizaines de milliers d’Afghans, totalement congelés du cerveau mais fort habiles à la « kalach » et au couteau !

À  Marseille comme ailleurs, il n’y a pas que « la drogue » pour asseoir la criminalité et la violence, il y a aussi le travail illégal (50 % de la main d’œuvre BTP en PACA est « clandestine »), le « tombé du camion », les vols (à la tire ou dans les villas de la périphérie), la prostitution. Tout ça permet à toute une population qui n’a rien à faire chez nous (et qui y est venue sans que l’on nous demande notre avis) à « rouler BMW ou Audi ou SUV quelconque… » tout en bénéficiant de la socialisation par l’assistanat social, les soins gratuits et le logement social, logement social (payé par l’APL) accaparé par ces importés, ce qui pousse ceux qui travaillent avec des revenus modestes à aller vers l’habitait privé dont les loyers sont indécents.

D’accord : « l’homo deviaticus » élyséen n’est pas tout seul. Les vierges  (par antiphrase…) effarouchées qui, de Samia Ghali à Muselier, de Payan à Coppola, de Rubirola à Vassal, gémissent hypocritement devant la destruction de la ville qu’ils sont censés gérer ne peuvent qu’apporter le dégoût et la nausée les plus intenses quand on sait que c’est grâce à leur marigot putride  coco-écolo-socialo que les hordes immigrées ont pris possession de Marseille… Marigot putride largement abondé par les flux des Républicains à la sauce « Gaudin » comme par les godillots-déchets que sont les LREM locaux.

Disons-le tout net : ici, à Marseille, les seuls qui ont lutté, qui ont dit « non », qui ont les mains propres de tout sang des citoyens, ce sont les élus du FN-RN représentés hautement par Stéphane Ravier.

Tous les autres, oui, tous, et surtout tous ceux qui iront se pavaner autour du « déviant élyséen » et se montrer derrière les caméras de la valetaille médiatique (ou dans les colonnes des  journaleux lécheurs de « La Provence ») ne sont que des minables, accapareurs de prébendes, assoiffés de « sièges électoraux », destructeurs de la France, de la Nation, de son peuple. (2)

Maintenant, il faut être honnête : comme l’on n’est pas obligé de se droguer pour vivre (et de cultiver par là toute une économie criminelle), on n’est pas obligé de voter pour ces gens-là dont on sait pertinemment que, s’ils sont autant immigrationnistes et islamophiles, c’est à des fins électoralistes, c’est pour avoir « leurs gens de maison » à bon compte, c’est pour pouvoir bénéficier de jouets pour leurs parties fines du samedi, c’est pour satisfaire sans risques leurs vices inavouables… et, plus généralement, pour permette au patronat, dont ils sont l’émanation, de bénéficier d’une main-d’œuvre abondante et à bon marché, et de tuer le combat social en le remplaçant par le combat des communautarismes.

Oui, nul n’est obligé de voter Payan, Muselier, Macron… surtout quand un mouvement aussi puissant que celui du Rassemblement National propose une alternative de rupture.

Jean des Entamures

1 – https://www.lepoint.fr/faits-divers/marseille-deux-fusillades-font-trois-morts-en-une-nuit-22-08-2021-2439701_2627.php

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/la-guerre-de-la-drogue-secoue-marseille-20210823

2 – https://www.causeur.fr/immigration-et-demographie-urbaine-les-cartes-a-peine-croyables-de-france-strategie-208601?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=0c80117fe6-Newsletter_4_fevrier_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-0c80117fe6-57990749

 

 

 




Mises au point avec ceux qui veulent enterrer Marine Le Pen

Le constat est clair : à la veille du second tour,  toute la caste politique (syndicale et religieuse) est à l’offensive. Tous contre les candidats du Rassemblement National….

Tous : « gauche traditionnelle », « écolos », « droite LR », « LREM et Centre ». Tous : immigrationnistes, islamophiles, communautaristes, multiculturalistes, adversaires de la Nation, du Peuple historique, de l’identité française.

Tous : apôtres de la « cancel culture », de la destruction de notre langue, de la bien pensance  et de la « repentance » permanente, de la destruction de la famille,  de la culture LGBT, de l’aliénation « anti raciste » et « théorie du genre ».

Tous savent qui est vraiment leur adversaire, voire leur ennemi.

Mondialistes, européistes, soumis à la loi des oligarchies financières apatrides, ils savent qui combattre. A l’opposé de ceux qui, sautant comme des cabris en criant « identité », « souveraineté », « liberté de pensée et de parole », « valeurs et principes de notre Histoire », s’efforcent d’affaiblir en permanence le seul camp qui peut les protéger tout en ne sortant jamais de leurs studios médiatiques (ou de leurs claviers d’ordinateurs)  pour aller affronter le terrain électoral.

A ce propos, on attend les appels de Dupont-Aignan, de Philippot et du couple Bompard-Laupies en faveur des listes du RN qui vont affronter, in situ, les mondialistes sus recensés. Ils ont ici pourtant l’occasion de montrer de quel camp ils sont.

Dans le même esprit, on aurait aimé que ceux qui, derrière leur micro, se désolent que « l’offre politique » ne soit pas conforme à ce que penseraient 70% de Français, n’aient pas eu le courage de monter leur propre liste régionale, en Ile-de-France par exemple, là où plus de la moitié de la population est immigrée, islamisée : bref, correspond à ce qu’ils réprouvent chaque soir dans le média qui leur sert la soupe.

Après tout, la Laupies de Tarascon a osé, et elle a fait campagne pour « la candidature Zemmour » (c’était le seul contenu de son discours), elle a fait 1,64%  et n’a guère mobilisé les électeurs. Par charité d’âme, je ne ferai aucun commentaire.

Bien entendu, ce qui caractérise ce scrutin, c’est l’abstention de masse : 34% de votants.

Mais il est curieux que les « analystes les plus confirmés », en tentant d’expliquer ce désastre « démocratique » aient oublié la raison conjoncturelle essentielle qui l’éclaire : le Peuple de France n’est pas encore totalement sorti de l’état de sidération dans lequel l’a poussé la « crise sanitaire », il est resté sur la lancée des Municipales (où l’abstention a aussi été massive) et si dimanche dernier les bureaux de vote étaient vides, les centres de vaccination étaient complets. Ces scrutins étaient secondaires pour la majorité d’un électorat paralysé par la peur du Covid et complètement congelé face à toute réflexion politique depuis 18 mois.

18 mois pendant lesquels, d’ailleurs, maints contributeurs de RL n’ont cessé de traiter les Français de tarés, d’imbéciles, de soumis : bref de tous les noms d’oiseaux possibles et imaginables. Et d’un seul coup, d’un seul, ces Français auraient retrouvé leur lucidité de citoyens libres ?

D’autant que les départementales-régionales, il y a longtemps qu’elles n’intéressent plus personne : dans les années 80/90, lors des Cantonales, dans les grandes villes, la participation était aussi faible que dimanche dernier, et personne n’arrive aujourd’hui à s’identifier à sa Région. L’abstention de dimanche s’inscrit dans une abstention habituelle. C’est un tort, c’est dommage, mais c’est ainsi.

Ajoutons que la pouvoir en place, organisateur, a tout fait pour faire oublier ces scrutins (se sachant en échec, il avait intérêt à minimiser la participation) et que les médias en général n’ont pas joué le rôle d’information qu’ils auraient dû jouer.

Si d’autres raisons conjoncturelles (comme la date choisie ou la confusion des scrutins) peuvent avoir freiné la participation, écartons l’idée saugrenue que c’est aussi « le manque d’offre politique » : il y avait plus de 10 listes par Région balayant le champ des possibles… Ainsi, dans le Grand Est, la liste Philippot, qui s’appuyait sur NDA et une mouvance chrétien-démocrate, n’a mobilisé personne (30% de votants dans cette région….) et est resté à 6,95%, servant seulement à affaiblir le RN. Bompard-Laupies en PACA avaient enfourché le cheval « Zemmour » : j’en ai parlé un peu plus haut. Et les anti-covidistes présents ont fait un fiasco (1).

Toute analyse de ce scrutin doit prendre en compte ce fait essentiel : avec 34% de votants, on ne peut avoir une image vraie de la situation politique actuelle, tout au plus, une esquisse.

Cette faible participation sert d’abord les sortants dans ces types d’élections locales et territoriales. La pseudo-victoire LR (et assimilés) est due au fait que, par le clientélisme électoral, les réseaux locaux, les accointances municipales dans chaque commune (la Région et le Département distribuent des subventions aux communes), les sortants peuvent mobiliser un électorat dense qui modifie d’autant plus les pourcentages que la participation est faible (je laisse de côté les manipulations de vote comme les 82% de votants de la prison de Melun, ou le vote des EHPAD, et la fraude, dont on va voir les effets en PACA dimanche prochain).

C’est là l’essentiel de l’explication du succès en trompe l’œil  des sortants, surtout LR (mais aussi PS), ce qu’on avait déjà remarqué lors de Municipales l’année dernière.

Il reste qu’on peut remarquer que, malgré la présence permanente de l’Elysée (le freluquet a sillonné la France avant le scrutin), l’envoi de ministres « de choc » sur le terrain, la propagande permanente de l’ensemble des médias pour ses candidats, le parti présidentiel disparaît  des radars et montre ce qu’il est : une brigade de godillots prébendiers ânonnant la parole présidentielle, hors sol et simplement tenus par la caisse de résonance de la propagande d’Etat (et les structures de gouvernements mises à sa disposition).

La (prétendue) « Gauche » (PS-PC-Ecolos-LFI) est ramenée à la portion congrue quand elle ne dirige pas une Région, forte seulement du vote des quartiers immigrés des villes et des campagnes, et de l’Ile-de-France où (peut être) 50% de la population est d’origine africaine et de culture musulmane. En PACA, en fin du siècle dernier, PS, PCF, Verts, c’était 40 à  50% de l’électorat. Dimanche dernier, 16,89% !

Il n’y a plus rien à attendre de ces gens-là, qui sont les fournisseurs d’immigrés acculturés et de main d’œuvre à bon marché pour le patronat, qui sont les destructeurs des valeurs et principes laïques, identitaires et historiques qui nous fondent, qui sont les fossoyeurs de notre souveraineté.

Le résultat global des listes RN est insuffisant, en régression par rapport à 2015, mais au dessus des autres régionales passées, l’abstention ayant frappé davantage les couches populaires qui forment la base de l’électorat du RN. L’espérance était forte, le résultat déçoit d’autant plus que les vautours, qui comme chacun sait, ne sont que des charognards avides de cadavres, accourent afin d’achever (croient-ils), pour leur compte ou pour celui de leurs sponsors, un cadavre qui, malheureusement pour eux, n’en est pas un.

Avant d’aller plus loin, arrêtons nous sur l’exemple intéressant de la PACA, exemple évacué totalement par le chroniqueur estampillé « populiste » de CNEWS-BOLLORE. Le résultat (en tenant compte de la faiblesse de la participation : 34%) est conforme à ce que les sondages annonçaient, qui étalonnaient Mariani de 37% à 42% ( il a fait 36,28%), Muselier de 32% à 35% ( il a obtenu 31,91%) et le rassemblement hétéroclite gauche-écolos de 18 à 20%  (16,89% en fait)….

Mariani portait l’élargissement du RN, Muselier réalisait l’alliance LR-REM, et, pour le second tour, le Muselier va réunir LR-LREM-Ecolos-PS-PCF (avec le soutien de LFI). Il serait intéressant que tous ceux qui rêvent de chasser Macron et qui s’agitent du bocal sur RL (ou à la télé) se mettent sérieusement à réfléchir à ce qu’est le combat électoral, la réalité du Peuple de France, le jeu politicien, et les moyens de chacun pour y jouer.

Dimanche prochain, Mariani sera peut être battu, mais ce qui se passe ici prépare ce qui va se passer en 2022, à moins que quelque diviseur téléguidé et masqué sous un discours « clivant » et énergique, ne vienne apporter au pouvoir en place la division de son camp adverse, division dont il a besoin. Mais peut-être la manœuvre est-elle plus subtile : préparer l’émergence d’un duel « blanc bonnet »/« bonnet blanc ». A suivre.

Il reste que le RN doit, comme on le dit au rugby, revenir aux fondamentaux : le rejet de l’immigration (moratoire et référendum doivent être popularisés), l’assimilation des immigrés légaux et francisés par le respect strict de la laïcité (et le refus des autres), le refus de toute dérive religieuse de quelque ordre que ce soit, la fin de tout communautarisme, le combat sans faille contre l’insécurité sous toutes ses formes, la fin de l’assistanat social, l’éradication de l’économie illégale, un certain protectionnisme économique et la valorisation des circuits courts, la réindustrialisation de la France et son indépendance énergétique, la  souveraineté nationale face à l’Europe et à l’OTAN, la revalorisation de la famille et la fin de la PMA-GPA, le refus de la « cancel culture » …

Bref, il est temps de parler haut et fort et d’agir en conséquence : l’élargissement du mouvement, s’il suppose compromis, doit rejeter toute compromission.

Le temps de l’agitation politicienne va s’ouvrir. S’il n’y a pas de crise économique forte, de tensions géopolitiques bouillantes, ou de retour de la peur sanitaire (ou de toute autre peur fabriquée du type « dérèglement climatique d’origine anthropique ») le vrai combat commencera en octobre pour s’épanouir en janvier 2022.

Il faudra alors choisir son camp.

Jean des Entamures