1

USA : le docteur Zelenko guérit 100 % de ses patients à la chloroquine !

Macron et sa clique de pseudo-experts et laboratoires malfaisants : échec et mat par le professeur Raoult avec le renfort du docteur Zelenko.

Un nouveau test à plus grande échelle cette fois vient d’être effectué à New York par le docteur Vladimir Zelenko, médecin russe juif orthodoxe émigré aux USA.

Ce médecin de 46 ans est très apprécié de ses patients. Il se définit lui-même comme un « électron libre » de la médecine. Il a récemment effectué un test sur 350 patients infectés du Coronavirus avec de la chloroquine alors que ce produit était toujours interdit au moment où il a commencé ce test (il a été ensuite autorisé par la FDA).

https://twitter.com/Mareq16/status/1242773782437277696

https://www.facebook.com/pages/category/Family-Medicine-Practice/Vladimir-Zelenko-MD-PC-658536644233459/

Il dit s’être appuyé sur les études chinoises et sur celles du professeur Didier Raoult.

Les résultats qu’il a obtenus sont impressionnants ; réussite totale à 100 % !

Il ajoute que sa formule lui permet de débrancher l’assistance respiratoire de ses malades après seulement 3-4 heures !

Voici sa formule :

1 – Hydroxychloroquine 200 mg 1 pilule 2x par jour durant 5 jours

2 – Azithromycine 500 mg 1 pilule par jour durant 5 jours

3 – Zinc sulfate 1 pilule de 220mg par jour durant 5 jours

Vous remarquerez plusieurs choses.

1) Il a diminué la quantité d’hydroxychloroquine en passant à 400mg/jour alors que le professeur Raoult préconise 600mg et les Chinois 1g par jour. À 2g par jour, la dose est potentiellement mortelle.

C’est donc plutôt une bonne nouvelle de diminuer cette dose car c’est ce produit qui peut occasionner des effets secondaires plus ou moins importants. De surcroît cela pourrait permettre à certains malades (par exemple ceux en insuffisance cardiaque légère) de pouvoir bénéficier de ce traitement sans trop de problème alors qu’ils seraient écartés de cette possibilité si la dose de hydroxychloroquine était plus élevée.

2) L’antibiotique Azithromycine lui, au contraire, est donné à la dose maximale de 500mg/jour alors que Raoult préconise 500mg la première journée puis 250mg.

Ici je ne m’aventurerai pas dans ce débat d’experts mais j’ai toujours entendu dire qu’il fallait maintenir la dose initiale d’un antibiotique ; la tendance actuelle liée à des expérimentations font que l’on privilégie un traitement par antibiotique fort et le plus court possible.

Remarquons également que le traitement du docteur Zelenko dure 5 jours contre 12 pour celui du professeur Raoult. Différents autres pays (8 pour le moment) ont également adopté la chloroquine selon des procédures quelque peu différentes voir sur Twitter :

https://twitter.com/raoult_didier

Mais, à ma connaissance, aucun n’a prévu d’administrer du sulfate de zinc comme préconisé par le docteur Zelenko.

Alors pourquoi ce médecin administre-t-il ce zinc ?

Pourquoi le sulfate de zinc ?

Dans une étude publiée le 4 novembre 2010, son auteur (néerlandais) explique en détails le principe de fonctionnement du zinc qui inhibe l’ARN polymérase du virus. Cette démonstration est applicable également au Coronavirus.

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://journals.plos.org/plospathogens/article%3Fid%3D10.1371/journal.ppat.1001176&prev=search

Ici je vais laisser la parole à un spécialiste microbiologiste (Jean Lasson) qui va expliquer plus précisément ce mécanisme subtil. Accrochez-vous car il s’agit d’indications complexes.

Le zinc sous sa forme cationique Zn2+ inhibe l’ARN polymérase du Coronavirus. Ça se passe évidemment à l’intérieur de la cellule infectée. Le rôle de la chloroquine est de faire entrer le cation Zn2+ dans la cellule en l’aidant à passer la membrane cellulaire. En effet, la chloroquine est un  ionophore du zinc*. Sans zinc, elle n’aurait aucun effet. Il faut donc s’assurer que le patient n’est pas carencé en zinc.

  1. Comme tous les Coronavirus, le virus SARS-CoV-2 a comme génome un ARN simple brin (et non de l’ADN double brin comme notre génome). L’enzyme qui peut répliquer (faire des copies de) cet ARN s’appelle l’ARN polymérase ARN-dépendante (RPRD en anglais). Il est codé par un gène du virus et est spécifique aux Coronavirus (sauf erreur).
  2. Il se trouve que cet enzyme RPRD est inhibé (inactivé) par le zinc, sous la forme du cation Zn(2+). On comprend que si la RPRD est inhibée, le virus ne peut se multiplier. Mais pour cela, il faut, bien sûr, que le Zn(2+) rentre dans la cellule. Or, ce cation pénètre très mal dans les cellules, parce qu’il passe mal la membrane cellulaire. Pour lui faciliter le passage, il faut qu’une molécule l’aide. On appelle une telle molécule un ionophore. Et, clairement, la chloroquine est un ionophore du zinc. La chloroquine augmente la concentration de Zn(2+) dans la cellule (disons d’un facteur 10).

Ainsi donc voilà la raison de l’utilisation de sulfate de zinc par ce médecin russe de New York.

Le mécanisme d’action étant, je pense, meilleur encore que celui du professeur Raoult, il peut afficher un taux de succès record.

Question : mais pourquoi Didier Raoult n’utilise-t-il pas le zinc comme apport dans sa prescription ? Difficile de répondre à sa place car cet éminent virologue a évidemment connaissance de l’action du zinc sur les virus. Il est possible qu’il estime que ses patients ne sont pas a priori carencés en zinc. C’est peut-être ici la différence que l’on peut trouver entre un médecin allopathique qui essaye de soigner avant tout le malade par différents produits et le médecin naturopathe qui va tenter de comprendre les manques dudit malade. Dans ce domaine, il va immédiatement chercher s’il y a carence en zinc.

De surcroît, dans une autre vidéo d’explication du phénomène, on s’aperçoit que des graphiques semblent indiquer qu’il existe une corrélation directe entre le niveau d’apport en zinc et les chances de succès.

https://www.youtube.com/watch?v=BIymfznD7YA&feature=emb_rel_end

Le docteur Zelenko se définissant comme un électron libre du domaine médical, il a peut-être une approche moins officielle de la médecine ; ce qui lui a peut-être suggéré de considérer le problème de la carence en zinc au regard des études s’y attachant.

Conclusions :

Il est désormais urgent que ce protocole décrit soit utilisé le plus largement possible par tous les pays.

Maintenant interrogeons-nous sur le gouvernement français et son action dans cette affaire.

On nous dit que la chloroquine a fait l’objet d’une demande de classement pour substance vénéneuse par l’ex-ministre de la santé Agnès Buzyn en novembre 2019 et que, par conséquent, la relation de cause à effet ne peut pas s’appliquer à cette pandémie arrivée en France fin janvier 2020.

Cependant, des informations commencent à remonter à nos oreilles par internet.

Il semblerait que dès novembre 2019, à la fois des médecins chinois et des médecins italiens aient constaté de troublantes pneumonies chez certains de leurs patients ; pneumonies qu’ils n’ont pas réussi à soigner car ces patients sont décédés.

Ils ont donc alerté les services officiels compétents. D’ailleurs Agnès Buzyn, comme médecin, a elle-même reconnu que cela l’avait inquiétée à l’époque.

Alors, quand on sait comment les laboratoires pharmaceutiques sont à l’affût de la moindre alerte médicale pouvant leur suggérer de rentabiliser leurs recherches, on s’interroge sur l’action de Macron et sa clique qui ont tout fait depuis le début pour empêcher une défense efficace contre ce virus. Les déclarations bien tardives de la ministre à ce sujet en sont la confirmation.

Quant aux relations de certains des « experts » médicaux de ce gouvernement avec des laboratoires pharmaceutiques, elles sont légion. En particulier le médecin Karine Lacombe qui d’après le docteur Delépine, cancérologue reconnu, explique le conflit d’intérêt de celle-ci lorsqu’elle vient à la défense de Macron et critique les méthodes de Didier Raoult.

Dr Gérard Delépine : « Quand on nous dit que la chloroquine est dangereuse, c’est un mensonge »

Rappelons qu’un médecin a l’obligation (du Conseil de l’Ordre) d’indiquer, avant toute étude ou réaction publique, les relations qu’il entretient avec telle ou telle société ayant un lien direct ou indirect avec ses déclarations.

Quel est l’intérêt de tout cela ? À qui profite le crime ?

Dans le récent test européen commencé le 22 mars et appelé pompeusement Discovery, 3 200 personnes (dont 800 en France) contaminées par le Coronavirus vont être traitées en 4 groupes différents.

Un premier recevra un antiviral, le remdesivir

Un second un autre antiviral, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, ce dernier traitement étant associé ou non à l’interféron bêta

Un troisième recevra la chloroquine.

Un quatrième sans aucun traitement spécifique, uniquement par un traitement standard, ce qui a donné lieu à un coup de gueule largement justifié d’un médecin qui a dénoncé ce procédé.

Ensuite, un élément est particulièrement significatif de la volonté évidente d’écarter la chloroquine. En effet, sous la pression populaire, ce gouvernement de tarés a été contraint d’accepter d’accorder une autorisation d’utilisation de ladite chloroquine mais en précisant bien qu’elle pourra l’être uniquement dans les cas graves. Or le professeur Raoult a bien indiqué que la chloroquine n’avait plus aucune utilité lorsque le patient était en phase quasi terminale car dit-il : « ce patient n’a pratiquement plus de virus sur lui – il s’agit donc d’une très sévère pneumonie dans laquelle les poumons sont détruits ; la chloroquine est intéressante sur les cas naissants ou graves mais pas désespérés », donc exactement le contraire des déclarations gouvernementales. Si l’on voulait disqualifier un médicament, on ne s’y prendrait pas autrement !

Maintenant abordons les éventuels conflits d’intérêt.

https://blogs.mediapart.fr/bunchun/blog/250320/la-science-bon-dos-conflit-d-ego-ou-conflit-d-interet

Dans ce lien on retrouve plusieurs « grands médecins » conseillers de la clique Macron qui ont travaillé ou travaillent pour des labos développant les antiviraux cités plus haut sauf la chloroquine ! Bizarre, vous avez dit bizarre…

Et puis la chloroquine coûte 5 euros le traitement ; une misère pour un labo.

Alors qu’en déduire ? Et si toute cette affaire n’avait pas été montée de toutes pièces par ce gouvernement de pourris en accord avec ces fameux labos ?

Scénario ; on a vent de cas de pneumonie suspects. Certains labos voient là une opportunité bien juteuse, ils anticipent une épidémie (pas une encore une pandémie).

Macron agit en conséquence en favorisant l’absence de toute protection, de tests de dépistage, en écartant la chloroquine par décret, en paradant au théâtre pour rassurer le petit peuple, mais toujours sans vraiment mesurer l’ampleur du désastre auquel il a activement participé.

Manque de pot, un Gaulois réfractaire ou chef indien, un certain Raoult, met son grain de sel dans cette affaire. Voilà qu’il déclare qu’un simple traitement à la chloroquine détruit ces virus.

Comme c’est un éminent virologue, on ne peut pas l’éliminer comme ça. On va donc chercher à le décrédibiliser par tous les moyens. La suite, vous la connaissez…

Ainsi certains ont déposé plainte devant la Cour de la République pour non-assistance à personne en danger et autres sujets contre certains ministres. Personnellement je pense que cette plainte devrait être requalifiée en « crimes contre l’humanité » devant la Cour pénale de La Haye. Toute cette bande de malfaisants a sciemment organisé cette abominable curée.

Jean Gautier




Coronavirus : éléments simples pour survivre

 

À certains esprits chagrins (heureusement très peu nombreux) qui m’accusent de donner des faux conseils, je leur dis que je ne fais que reprendre des informations que j’ai trouvées dans des livres et/ou sur Internet et qui sont à disposition libre du public. Je ne donne pas de conseils, j’informe. Évidemment, cela suppose beaucoup de temps consacré à rechercher les bonnes informations. Je ne suis qu’un transmetteur d’idées, je n’invente rien et ne me targue d’aucun titre médical. J’ai simplement une assez longue expérience de ces produits que j’ai souvent expérimentés pour moi-même ou pour mes proches ou amis.

Quant à vos remarques concernant Voltaire, j’étais au courant de ces informations contradictoires mais je pensais tout simplement vous dire que je suis pour le droit à la liberté d’expression la plus totale.

Louis Pasteur aurait été le plagiaire de Jacques Antoine Béchamp (médecin-pharmacien-chimiste et découvreur des « microzymas » – 1816-1908) dont il a combattu les idées toute sa vie pour reconnaître avant de mourir que Béchamp avait raison.

Pasteur a émis une hypothèse fausse quand il a déclaré qu’il faut s’attaquer aux problèmes des infections en éradiquant le microbe. Car contrairement à cela, c’est le terrain qui est la base de l’infection et non les bactéries ou les virus eux-mêmes.

« Le microbe n’est rien ; le terrain est tout », citation de Claude Bernard, éminent professeur de médecine contemporain et opposé à Pasteur.

Aujourd’hui, avec cette pandémie non contrôlée ni combattue à la racine par la médecine allopathique (officielle), on en déduit que Claude Bernard avait raison.

Partant de ce principe, on comprendra aisément que le renforcement du système de protection individuel appelé système immunitaire sera l’objectif prioritaire pour combattre ce Coronavirus. Seul ce système de protection est capable de tuer ce virus en attente d’un hypothétique vaccin ou d’un médicament réellement efficace et sans danger.

De nombreuses recherches sont en cours – liste non exhaustive (avec une possible voie de succès avec l’hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine, un ancien médicament anti-paludique remis à l’honneur par l’éminent virologue Didier Raoult et peut-être aussi avec un concentré de l’armoise commune ou artemisia qui est également une plante antipaludéenne – expériences menées par des Canadiens).

L’Interféron Alfa 2b

Un médicament antiviral cubain a démontré son efficacité en Chine pour traiter des patients atteints du Coronavirus.

Parmi les 30 médicaments sélectionnés par la Commission nationale chinoise de la santé pour lutter contre le Coronavirus, on retrouve un antiviral cubain : l’Interféron Alfa 2b. Ce médicament est produit en Chine depuis 2003 par l’entreprise cubano-chinoise ChangHeber.

Plus de 1 500 Chinois ont été traités avec succès avec ce produit.

L’Interféron Alfa 2b a démontré son efficacité contre les virus présentant des caractéristiques similaires à celles du Covid-19. Ce médicament permet d’éviter les complications et la multiplication des symptômes chez les patients. Il ne s’agit donc pas d’un vaccin, mais d’un médicament servant à atténuer la gravité de la maladie. Jusqu’à présent, plus de 1 500 Chinois ont été traités avec succès avec ce produit. Plus de 15 pays ont déjà demandé à Cuba le droit de recourir à ce médicament, déjà utilisé au Venezuela, au Panama et au Costa Rica.

C’est en 1981 que Cuba a développé et utilisé pour la première fois des interférons (protéines naturellement produites par les cellules de notre système immunitaire) pour stopper une épidémie mortelle de virus de la dengue. L’isolement de Cuba voulu par les USA a forcé ce pays a effectué des recherches médicales sur des produits naturels efficaces, par manque de médicaments, avec des résultats très encourageants et souvent supérieurs aux recherches conventionnelles américaines. Le potentiel humain en matière de recherche était présent car Cuba possède un haut niveau de culture parmi la population.

Mais en attendant, ce sont des centaines de personnes qui perdent la vie chaque jour. Et il faut réagir très vite.

Le virus est le plus petit de tous les agents pathogènes. Il se compose d’un filament d’acide nucléique protégé par une enveloppe protéique. Il ne dispose donc pas d’un métabolisme propre et n’est pas en état de se reproduire de manière autonome, comme les bactéries : il a absolument besoin de la cellule d’un organisme vivant, l’hôte.

N’étant pas protégées par la peau, nos muqueuses – celles, par exemple, de nos voies respiratoires – sont les cibles privilégiées des attaques virales. Le virus s’accroche à une cellule, y pénètre, envoie son matériel génétique, forçant la cellule à le répliquer, à produire elle-même d’autres virus.

Les virus n’étant pas des cellules comme les bactéries, ils ne peuvent être éliminés de la même manière que celles-ci. Les antibiotiques n’agissent pas sur les infections virales (sauf dans certains cas précis liés par exemple à la pneumopathie – justement cas du Coronavirus ; pour cette raison le professeur Raoult a associé, dans un test récent de traitement par hydroxychloroquine, un antibiotique spécifique).

Le Coronavirus est un virus à structure ARN. Il est possible que les rayons ultraviolets du soleil UVA et UVB « cassent » ou modifient en quelque sorte cette structure (une société allemande travaille sur un vaccin en utilisant les modifications d’ARN ; Trump a voulu racheter très cher le brevet exclusif pour les USA). Cela pourrait laisser entendre que cette pandémie s’atténuerait à partir de l’été. Donc ce n’est pas tant une question de chaleur que de soleil, même si les deux sont souvent liés.

Cela, bien entendu au conditionnel car en principe les virus ne meurent qu’à partir d’une température de 60 degrés. Mais la chaleur pourrait ralentir leurs déplacements. Cependant, on constate par exemple que le Maroc ou l’Algérie commence à subir de plein fouet cette pandémie, or le climat de ces deux pays est beaucoup plus chaud qu’en France, sans parler d’autres nombreux pays également plus chauds dans lesquels ce virus est maintenant bien présent (par exemple l’Espagne).

Je vous propose donc de continuer le tour d’horizon des différentes options possibles.

Avertissement : ces indications ne permettent nullement de tuer le Coronavirus mais de fortifier votre organisme afin de mieux lutter contre lui. Certains, par exemple affirment que l’ail peut tuer ce virus. Cela n’est pas juste. L’ail va contribuer à augmenter votre résistance générale même s’il est reconnu comme étant un puissant virucide et bactéricide.

Les plantes qui augmentent la résistance de votre système immunitaire : Gingembre – ail – citron – cannelle – l’échinacée pourpre – thym – sureau noir – réglisse.

Le gingembre : améliore le système circulatoire en élargissant les artères, activant la circulation du sang et réchauffant le corps en entier. Il active également la transpiration, donc particulièrement indiqué si on a de la fièvre. On utilise principalement sa racine fraîche ou séchée, découpée, hachée ou en poudre. À associer avec du mille-feuilles ou de la fleur de sureau

L’ail : cette plante est connue depuis des temps forts anciens. Formidable plante antivirale et anti-bactéries

Sureau noir : action antivirale directe – empêche la duplication des virus

Échinacée pourpre ou angustifolia : forte action antivirale – canalise la fièvre – à combiner avec le sureau noir (teinture-mère de racines fraîches de préférence) – déconseillée aux jeunes enfants. Cette plante nous vient des Amérindiens qui l’utilisent depuis des centaines d’années

Réglisse – renforce la respiration – antivirale à associer avec du thym – du citron et de la cannelle. La réglisse est déconseillée aux insuffisants cardiaques ou hypertendus.

Les huiles essentielles anti-virales : (les plus puissantes)

Eucalyptus radiata et globulus – estragon – girofle – anis vert – origan – ravinstara

huiles essentielles anti-déficience immunitaire

cannelle de Chine – niaouli – origan – sarriette

voir le docteur Jean-Pierre Willem – meilleur spécialiste en huiles essentielles

Le microbiote et les prébiotiques :

« L’homme sage est celui dont l’intestin fonctionne bien » – Siddhārtha Gautama fondateur du bouddhisme

Le microbiote (anciennement appelé la flore intestinale) est absolument essentiel au bon fonctionnement du corps humain. Il est constitué de 100 milliards de bactéries qui occupent pour la plupart l’intestin grêle et le gros intestin. On en trouve également dans l’estomac et l’œsophage mais en quantité moindre. L’estomac possède un PH de 2, c’est-à-dire extrêmement acide. Quelques bactéries parviennent cependant à survivre dans ce milieu très hostile.

Ces bactéries représentent un poids de 2 kg environ ! Ce sont elles qui vont permettre au corps de fonctionner parfaitement. S’il y a déséquilibre de ce microbiote, la maladie s’installe. Les scientifiques sont désormais convaincus que l’on pourrait assimiler ce système à un deuxième cerveau à l’être humain tant son importance est grande.

L’alimentation est la base de son bon fonctionnement. Et par conséquent de la possibilité de lutter contre toute incursion de toutes bactéries ou virus pathogènes. Je vous laisse regarder sur internet la description d’une alimentation idéale pour entretenir ce microbiote.

La glutamine est l’élément clé son fonctionnement. On en trouve facilement sur internet sous forme de poudre ou gélules pour les personnes désireuses de renforcer ce microbiote. On peut parler également des yaourts. Il faut tout faire pour conserver des intestins en bonne santé et notamment dont la paroi ne fuit pas car dans ce cas, une barrière intestinale trop perméable est la cause de nombreux dérèglements dont certains très graves. Le syndrome de l’intestin qui fuit est la cause de nombreux problèmes de santé.

Docteur Stéphane Résimont – médecine fonctionnelle

Professeur Joyeux : https://professeur-joyeux.com/2014/08/06/role-immunitaire-intestin/

Face à la pénurie de masques orchestrée par ce gouvernement de criminels, on peut réutiliser les masques qui ont déjà servi. C’est de la médecine « de brousse ». On enferme les masques contaminés dans une boîte hermétique pendant 5-6 jours, au sec, et les virus sont tués ! Deuxième solution, on les fait chauffer à 70° pendant une heure dans un four (pas dans un micro-ondes à cause de la barrette métallique pour le nez), la texture des masques résiste très bien à la chaleur jusqu’à au moins 90°. Des médecins pratiquent ainsi car ils n’ont pas le choix. On peut également vaporiser abondamment un mélange d’eau et d’eau de javel (10 %) et laisser sécher durant 2-3 heures.

Comment porter correctement un masque FFP ?

Pour être efficaces, les masques doivent être correctement utilisés. Pour cela :

Se laver les mains

Placer le masque sur le visage, la barrette nasale sur le nez

Tenir le masque et passer les élastiques derrière la tête sans les croiser

Pincer la barrette nasale avec les deux mains pour l’ajuster au niveau du nez

Vérifier que le masque soit bien mis. Pour cela, il convient de contrôler l’étanchéité :

Couvrir la surface filtrante du masque en utilisant une feuille plastique maintenue en place avec les deux mains

Inspirer : le masque doit s’écraser légèrement sur le visage

Si le masque ne se plaque pas, c’est qu’il n’est pas étanche et il faut le réajuster

Après plusieurs tentatives infructueuses, changer de modèle car il est inadapté

Une fois ajusté, ne plus toucher le masque avec les mains

Un masque FFP mal adapté ou mal ajusté ne protège pas plus qu’un masque chirurgical.

Fabrication d’un masque :

On peut fabriquer soi-même un masque avec très peu d’ingrédients. Il y a sur internet de nombreuses vidéos d’explication. Je vous en donne une qui me paraît très simple. Vous prenez deux ou trois épaisseurs de papier genre Sopalin que vous placez l’une sur l’autre. Vous ajoutez une épaisseur qui sera à l’extérieur en papier de soie (pour les emballages délicats). Ce papier de soie à une texture très fine. Vous découpez l’ensemble selon un patron que vous aurez récupéré. Vous fixez l’ensemble avec du scotch large et vous fixez 2 élastiques.

Bien entendu ce masque n’aura pas la capacité de filtration d’un masque FFP2 ou FFP3 mais c’est mieux que rien. Il faut savoir que les masques FFP2 ou 3 ont une porosité de 0,6 micron. Or le Coronavirus mesure 0,1 micron. Donc a priori il devrait passer au travers mais il est projeté sur forme de gouttelettes beaucoup plus grosses. Difficile d’évaluer la porosité du papier de soie mais je dirais environ 2-3 microns. Vous avez également les sacs aspirateurs de type HEPA ou ULPA et beaucoup d’autres choses. Ensuite vous vaporisez le masque de fortune avec par exemple de l’argent colloïdal (qui tue 650 espèces de bactéries et de virus en moins de 5 minutes) et/ou bien quelques gouttes d’huile essentielle de ravinstara ou d’eucalyptus radiata.

Le jeûne :

Le jeûne est sans doute l’une des plus anciennes approches d’autoguérison.

Même dans la nature, les animaux cessent instinctivement de manger quand ils sont malades ou blessés. Le jeûne complet consiste à s’abstenir de tout aliment (solide et liquide), à l’exception de l’eau, pendant une période plus ou moins longue dans le but de reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme. Selon ses tenants, le jeûne contribuerait au maintien d’une bonne santé, au même titre qu’une saine alimentation, l’exercice physique et l’équilibre émotif.

Pratiquer le jeûne durant 3 jours par exemple 2 ou 3 fois par an peut être une excellente solution afin de débarrasser son corps de tous les éléments indésirables qui se sont accumulés.

Je vous renvoie vers internet où vous trouverez quantité d’informations sur cette pratique.

L’argile : l’argile qui guérit (presque) tout – qui tue les virus

C’est le naturopathe Raymond Dextreit (1908-2001) avec son livre mondialement connu « l’argile qui guérit », qui a popularisé l’usage de l’argile en médecine alternative. Il a parlé de l’argile en usage externe mais sa fille Micheline ainsi que le docteur Jade Allègre ont complété l’usage de l’argile en interne. Jade Allègre, tout d’abord naturopathe, a passé son doctorat de médecine en 2012 avec un mémoire consacré à l’argile.

(http://jade-allegrecom/publications/These_Jade_Allegre.pdf)

Cette remarquable femme médecin, dite médecin aux pieds nus, a passé une bonne partie de sa vie à se rendre chez les peuples pauvres afin de pratiquer sa science de la guérison par l’argile.

Micheline Dextreit :

https://www.youtube.com/watch?v=hoQeZxLPEWc

Jade Allègre :

https://www.youtube.com/watch?v=uEHu-8b5WfI

Devenez géophage, mangez de l’argile :

https://www.alternativesante.fr/argile/devenez-geophage-mangez-de-l-argile

Jade Allègre nous rappelle que depuis l’avènement des animaux et des hommes sur terre, ceux-ci ont toujours consommé de l’argile. Intervention passionnante de ce médecin.

La liste des éléments qui peuvent fortifier votre organisme afin de mieux combattre ce virus peut être encore longue, je vous renvoie à d’autres recherches. Merci de me faire part de vos remarques et observations.

Jean Gautier




Coranovirus : des recettes simples et pratiques

À l’heure où les informations les plus alarmistes nous viennent de partout, les pays se « barricadant » de plus en plus, je voudrais continuer le petit tour d’horizon des recettes simples pour tenter de se défendre de ce virus criminogène.

À la retraite, je suis passionné de médecines alternatives depuis de longues années :

J’ai constaté avec plaisir que mon précédent article a été lu déjà plus de 4 600 fois en quatre jours.

https://ripostelaique.com/si-vous-attrapez-le-virus-nallez-surtout-pas-a-lhopital.html

Ce qui démontre que ce genre de réflexion est très demandé des internautes et que contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire à force de désinformations, le site de Riposte Laïque n’est pas un site de fachos incultes mais de personnes intelligentes et sensées qui veulent comprendre et s’armer contre les incuries notamment médicales de ce gouvernement fantoche.

Après une première approche assez basique des solutions, je vais en proposer d’autres et approfondir celles dont j’ai déjà parlé, en espérant que cela ne donnera pas de mal au crâne à certaines personnes !

Tout d’abord quelques réponses aux commentaires de mon précédent article :

Bernard a fait une remarque justifiée concernant l’utilisation d’eau de Javel dans du savon à mains. Elle est vraie si on utilise du savon chimique (et/ou du produit vaisselle !). Or je parlais de savon naturel de type savon de Marseille fabriqué avec de l’huile d’olive et de la soude caustique, produit de base de l’eau de Javel.

Il est évident qu’il ne faut jamais mélanger de l’eau de Javel avec un produit chimique par risque de réaction gazeuse chlorée extrêmement dangereuse. Ce mélange était utilisé notamment durant la guerre 14-18 dans les tranchées par les deux camps allemand et français – on a vu le résultat effroyable sur les soldats.

Cela dit, il y a d’autres produits naturels qui peuvent remplacer l’eau de Javel… cherchez sur internet, c’est facile à trouver comme par exemple l’eau oxygénée.

Rappelons tout de même que récemment une étude scientifique a confirmé que l’eau de Javel était bien un puissant virucide contre le coronavirus ; on s’en serait douté !

Le degré de concentration de l’eau de Javel à 8 % dans de l’eau est de 1 part pour 50 ou bien 1 part pour 20 si on veut encore plus efficacité.

Une autre personne rappelle que le jeûne est également une bonne source d’éradication des virus, bactéries et autres nuisibles (attention pas les bonnes bactéries). Cela est vrai. Car le corps a besoin de temps en temps de se reposer de l’alimentation. Les cellules sont revigorées par ce moyen. Par contre j’invite les gens à la prudence et à pratiquer ce jeûne avec de sérieuses informations.

Ann nous rappelle la fonction du fameux Kombucha, la boisson des nomades mongols fabriquée à partir du champignon du même nom et qui est une symbiose entre les bactéries et la levure.

Cette boisson fermentée est miraculeuse contre toutes sortes d’infections, elle est fabriquée en général à partir de thé et de sucre. Je vous renvoie vers internet pour de plus amples explications.

L’internaute Clamp nous indique que la chaleur détruit le virus et qu’il suffirait de monter la température de son appartement à 30 degrés pour éradiquer ce dernier. Je suis au regret de lui dire que cela n’est pas juste. Ce virus, comme d’ailleurs la plupart des virus, est détruit à la température de 60 degrés minimum, pas en dessous. Et d’ailleurs si cette donnée était juste, on ne trouverait pas de cas dans les pays chauds. Or on commence à en trouver vraiment dans tous les pays, y compris en Afrique par exemple. Une étude américaine a expérimenté la résistance de ce virus en tenant compte à la fois de la température et du support sur lequel il se trouvait.

Alors il est vrai que ce virus meurt plus rapidement à une température de 20 degrés qu’à 4 degrés et encore plus vite à 40 degrés, mais par exemple à cette température il survit encore 8 heures !

De plus, ils ont constaté que le virus meurt plus rapidement sur de l’acier inox que sur du plastique mais encore plus vite sur du papier. Cela dit, pas d’enthousiasme, sur du papier il survit encore plus de 3 jours à 4 degrés ! Par contre il est dommage qu’ils n’aient pas procédé de même sur du cuivre ou de l’argent !

En réponse à Polyeucte qui s’étonne que personne ne parle du système d’air conditionné qui a envahi notre univers.

Effectivement ce système est fort préjudiciable pour la santé et est sans doute responsable de la diffusion dudit virus en accéléré.

Il faut savoir qu’en principe ces systèmes possèdent des filtres à air pour filtrer les impuretés. En général ces filtres ont des porosités calculées pour arrêter les pollens et autres particules se baladant dans l’air. Mais ils n’ont pas été calculés pour stopper des virus !

Ces filtres sont en général des filtres de type HEPA (comme ceux que l’on retrouve dans certains aspirateurs modernes). Or la porosité de la norme HEPA va de F6 à F9, voire U11. Ces signes sont distinctifs de la finesse des pores. U11 correspond à des pores de 0,4 microns environ, F6 à 0,7 microns. Ces valeurs sont également calculées en fonction de leur capacité à arrêter les particules et sont indiquées en pourcentage. 94 % d’arrêt pour un filtre U11 – 90 % pour un filtre F9 (pour info 95 % pour un masque FFP2 et 98 % pour un masque FFP3).

Le problème est qu’on est loin de la taille d’un coronavirus qui est de 0,1 micron en moyenne !

Si pour un masque FFP2 cela est suffisant car l’air n’est pas forcé et les virus sont sous forme de gouttelettes, dans le cas de ventilation forcée dans les systèmes de climatisation, ces virus passent très facilement au travers des mailles.

Seuls les filtres ULPA (et non HEPA) qui sont répertoriés  de U12 à U17 peuvent stopper ces virus. Les filtres U16 et U17 (porosité 0,12 micron et moins) sont utilisés dans les salles blanches en électronique ou dans les salles d’interventions chirurgicales.

Quant au chlorure de magnésium, Bernard fait la remarque concernant le produit vendu en pharmacie. Or je parle de Nigari qui est un sel naturel vendu sur internet ou en magasin bio. Celui vendu en pharmacie n’est pas naturel, il est obtenu avec de l’acide chlorhydrique.

Ce sel est obtenu naturellement par évaporation du sel de mer dont il est un des constituants. On le récupère également dans des mines de sel, notamment en Hollande (mines constituées après le retrait de la mer il y a plusieurs millions d’années).

Pour éviter le mauvais goût, il faut refroidir ce magnésium dans un réfrigérateur avant consommation ou/et encore le mélanger à du sirop ou jus de fruit.

Le chlorure de magnésium est laxatif à dose importante (plus de 1 litre). Mais cette diarrhée est plutôt facile à supporter et elle est l’indice que les bactéries et virus sont grandement éradiqués.

Les personnes malades des reins ne doivent pas boire ce produit (ou alors de façon très contrôlée) ; c’est un sel.

C’est le professeur Delbet qui a popularisé ce produit. En tant que professeur de médecine et médecin militaire durant la guerre 14-18, il manquait sérieusement de produits pour enrayer les graves infections des soldats blessés. Ce qui était la hantise des médecins de guerre. Il fallait combattre la gangrène gazeuse. Maladie effroyable qui infectait les tissus par l’intérieur, ce qui conduisait la plupart du temps à l’amputation avec un taux de mortalité très élevé.

À cette époque, on ne connaissait pas les antibiotiques ni même les sulfamides synthétiques. On soignait donc les infections par différents systèmes à base d’eau de Javel, notamment le système carrel-dakin avec de bons résultats mais pas suffisants et surtout trop lents.

Delbet a donc essayé le chlorure de magnésium en s’appuyant sur un ancien mémoire d’un chimiste français. Il a donc commencé à injecter le produit par intraveineuse puis ensuite par voie orale (voie Per Os : voir le détail de cette histoire sur Internet). Il a obtenu des résultats très conséquents. Les gangrènes étaient stoppées. Les infections supprimées. Il nettoyait même ses instruments chirurgicaux avec ce produit.

Le chlorure de magnésium a un effet phagocytaire sur les globules blancs et augmente ainsi votre défense immunitaire considérablement.

Donc en cas d’infection au Coronavirus ou de renforcement préventif de votre système immunitaire, voici ce que je vous propose dans la pratique :

Calculez 20 grammes de chlorure de magnésium et mélangez-le à 1 litre d’eau dans une bouteille. Remuez l’ensemble. Le sel se dissout très rapidement.

Placez la bouteille au réfrigérateur pour la refroidir (car le goût est moins mauvais pour boire).

Ensuite avalez un demi-verre de ce produit toutes les 2 heures jusqu’à terminer la bouteille.

Parallèlement prenez de la vitamine C (jusqu’à 8 gr par jour) qui sera fixée par le chlorure de magnésium. À partir du litre bu (et quelquefois avant) vous pouvez avoir la diarrhée mais elle est largement supportable et ne dure pas. Elle est le signe de la guérison proche. Si la guérison n’est pas encore obtenue, continuez le traitement jusqu’à 2 litres de chlorure de magnésium. Attention toutefois si vous commencez à avoir mal aux reins, stoppez la consommation. Dans le cas où c’est simplement pour renforcer vos défenses, vous pouvez diviser par deux ou trois les prises.

Personnellement je me suis équipé d’un petit appareil manuel pour fabriquer des gélules. Je fabrique donc mes propres gélules de vitamine C. Elle n’est pas liposomale mais on trouve sur internet la façon d’en fabriquer avec un simple appareil de nettoyage à ultrasons et de la lécithine de soja ou tournesol (bio). J’ai tenté l’expérience mais je suis revenu à mes gélules normales plus simples à conserver. On trouve également sur le net des gélules de vitamine C liposomale. Je m’interroge sur cette formule car normalement la vit C liposomale est sous forme liquide, mais il est possible que ce laboratoire ait trouvé réellement une formule de fabrication (fort complexe) de vit C en poudre.

Contrairement à ce que certains « sceptiques scientistes » affirment, le chlorure de magnésium (Mgcl2) fonctionne parfaitement et on obtient des résultats probants. Je dis à ces gens qui connaissent tout : essayez-le ou lieu de parler pour ne rien dire !

Ces fameux scientistes qui ne jurent que par la médecine dite « officielle », on ne les entend curieusement plus en ce moment. C’est plutôt bizarre. Cette médecine aurait dû nous « sauver » de cet affreux virus. Or voilà qu’elle se déclare impuissante ! On n’a de cesse d’entendre ici ou là sur le net que ça y est, untel ou untel laboratoire, ou équipe de recherche a trouvé le remède miracle. Et puis plus rien, on attend toujours…

Faites confiance aux médecines dites « parallèles » chinoise ou occidentale, qui ont prouvé leur efficacité depuis l’Antiquité quelquefois. Ce virus n’est qu’un virus comme les autres, il y en aura d’autres car l’humanité est confrontée en permanence à ces virus.

La médecine « officielle » n’est pas à rejeter dans son ensemble mais à utiliser avec discernement. Elle a prouvé son efficacité dans de nombreux domaines mais a également ses propres limites. Il faut être intelligent et prendre la quintessence de chaque science.

À l’issue de cette pandémie, j’espère qu’il y aura un remaniement global de l’approche médicale en France et ailleurs au vu de la constatation de la désastreuse gestion de l’équipe gouvernementale et notamment je m’étonne que depuis le gouvernement de Pétain, on a toujours pas rétabli par exemple le diplôme d’herboristerie en cherchant constamment des poux dans la tête de ceux qui osent défier le système médical en place et les faisant quelquefois lourdement condamner. Car les plantes peuvent beaucoup également dans ce domaine.

De même, on jette aux orties ceux qui proposent des solutions alternatives aux pratiques officielles qui s’arrogent le droit d’être de « vraies » sciences. Mais interrogeons-nous. Qu’est-ce que la médecine officielle ? Ni plus ni moins que le résultat de recherches, d’essais, de tests et de chance également. C’est la définition littérale du mot science. Pourquoi donc toute autre forme de recherche s’appuyant sur les mêmes principes serait-elle vouée aux gémonies par certains qui s’arrogent le droit de juger qu’eux seuls sont en capacité de détenir la science et la vérité ?

Cherchez à qui profite le crime… qui tire profit de ce système, et d’énormes profits…

Encore une fois, regardez la situation de quasi-panique actuelle…

Que fait-il ce système médical en ce moment ? Que proposent tous ces professeurs bardés de diplômes pour enrayer et stopper ce virus avec leur science infuse, quelquefois leur arrogance et leur mépris face à des gens de bonne volonté, intelligents qui proposent des solutions naturelles ?

Pourquoi n’y a-t-il aucune étude sérieuse concernant la vitamine C ou le chlorure de magnésium, ou alors des études biaisées ? Ces deux produits sont simples, très bon marché et… impossibles à breveter ! Donc ne cherchez pas plus loin que les labos pharmaceutiques qui vont jusqu’à fabriquer de fausses études « officielles » pour dénigrer ces produits.

La santé se trouve dans la nature… il faut simplement la chercher.

Après ce « coup de gueule », revenons à nos moutons ou plutôt à nos pratiques simples et rationnelles.

Au sujet de l’argent colloïdal. On peut même le fabriquer soi-même ; c’est d’ailleurs ce que je fais. Il s’agit d’une réaction par hydrolyse, c’est-à-dire le détachement des molécules (ici d’argent) par l’eau électrifiée. Il faut 2 bâtons d’argent pur à 99 %, constituant 2 électrodes, et les relier à une source électrique de courant continu, le tout plongé dans de l’eau pure distillée. (voir sur Internet,  nombreuses vidéos).

Il faut ensuite pouvoir mesurer la concentration des particules d’argent. Cela se fait avec un petit appareil vendu 10 euros sur internet. Ces particules doivent être les plus petites possibles avec une concentration maximale de 20 à 25 ppm. Au-delà de cette taille, les particules sont trop grosses. Donc si vous achetez le produit tout prêt sur internet, veillez à ne pas dépasser cette concentration.

Remarque : on peut utiliser également du cuivre ou de l’or colloïdal qui ont des propriétés assez similaires à celles de l’argent. On trouve sur internet des sprays associant les trois éléments qui sont redoutables d’efficacité notamment pour toutes les infections de la gorge.

Le cuivre a des propriétés bactéricides et virucides également remarquables ; une étude anglaise sur le cuivre a démontré, microscope électronique à l’appui, que ces virus et bactéries mouraient dix fois plus vite sur du cuivre que sur de l’acier inox par exemple. Suite à cela un hôpital londonien a été équipé de poignées, de rampes d’accès, de robinets, etc… en cuivre, et les problèmes d’infections nosocomiales ont fortement diminué. Pour quelle raison nos tuyaux d’arrivée d’eau sont-ils en cuivre ?

Quelques gouttes de cette solution versée à l’intérieur d’un masque renforcent son efficacité.

À ce sujet on constatera l’hypocrisie de l’UE car elle a banni l’utilisation de l’argent colloïdal en version interne, affirmant péremptoirement qu’il n’y aucune preuve de son efficacité (où sont les études la concernant ?) et des dangers (fictifs) d’utilisation, mais autorisé son utilisation externe. Que penser des groupes de pression, des scandaleux lobbys qui font l’assaut journalier de cette institution illégitime car non élue par le peuple ?

La propolis :

Olivia nous a rappelé ce produit qui est absolument fabuleux.

La propolis est fabriquée par les abeilles pour se défendre des infections extérieures et intérieures. Elle est récoltée par l’apiculteur. Les abeilles en tapissent leurs ruches afin d’empêcher toute mauvaise bactérie ou virus de pénétrer et de survivre en son sein. Et cela est particulièrement efficace. Elles entourent de propolis par exemple un insecte qu’elles ont tué alors qu’il avait pénétré dans leur ruche. Ce produit est bien connu des parents notamment pour enrayer les petits maux de gorge de leurs enfants, mais également pour les adultes. On peut l’utiliser aussi pour « boucher » une dent infectée provisoirement avant d’aller chez le dentiste. Cela fait comme une sorte chewing-gum que l’on peut mâcher préventivement avant l’hiver.

Les momies égyptiennes sont entourées de propolis afin d’éviter au maximum la putréfaction de leurs chairs.

On pourrait ajouter la gelée royale ou encore lait des abeilles. Elle est produite par les jeunes abeilles nourricières. Elle est très efficace contre les infections. Attention toutefois, ce produit est assez allergène. Il convient donc de le consommer à doses progressives.

La vitamine D :

Olivia nous rappelle la fonction essentielle de cette vitamine qui vient contribuer à renforcer le système immunitaire. Elle indique la forme Zyma D en gouttes qui est une forme de vitamine D animale. Il existe également de la vitamine D d’origine végétale mais qui est moins performante. Par contre la Zyma D peut ne pas convenir à certaines personnes allergiques à la lanoline de mouton (dans la fabrication de ce produit), je recommande alors la prise de vitamine D par des gélules souples (internet). À remarquer que la vitamine D3 est plus efficace que la vitamine D2 d’origine végétale. On trouve également cette vit D2 dans la levure de bière.

Zyma D contient 10 000 mu/ml de vit D3, flacon de 10 ml. Je recommande plutôt la prise par gélules dont la quantité de vit D est moins importante mais sur une plus longue période. Il vaut mieux prendre moins de vit D mais plus régulièrement. Les carences en vitamine D sont nombreuses dans la population et sont souvent méconnues. Ces carences peuvent être la source notamment de problèmes cardiaques mais également de problèmes de maladie de peau (psoriasis, acné etc.) de bien d’autres maladies. Un simple test sanguin en laboratoire viendra confirmer ou non cette carence. Test malheureusement non remboursé par la Sécurité sociale qui estime que c’est du superflu ! Or cette carence est la source de nombreux déséquilibres organiques.

Concernant l’utilisation de l’eau oxygénée :

Il est certain que son utilisation interne a de quoi surprendre. Chacun sait qu’on l’utilise notamment pour nettoyer les plaies et qu’il ne faut pas l’ingérer.

Et bien détrompez-vous.

Le professeur Ivan Neumyvakin est célèbre en Russie. Il a une renommée internationale. Il a notamment contribué à l’amélioration de l’hygiène dans les cellules spatiales russes mais il est connu également pour son combat afin de faire reconnaître l’utilisation en interne de l’eau oxygénée.

Il n’a pas inventé ce processus mais il l’a fortement démontré scientifiquement.

En effet, ce principe est connu depuis longtemps.

Au début du XXe siècle, le H2O2 (eau oxygénée) a été utilisé pour traiter plusieurs maladies, telles que la fièvre typhoïde, le choléra, les ulcères, l’asthme, la coqueluche et la tuberculose. Sa capacité à tuer les bactéries dans le corps humain était d’ailleurs bien documentée. Un manuel de médecine en 1922 décrivait l’emploi du peroxyde d’hydrogène par voie orale, par injection intraveineuse, et pour une utilisation majeure. Toutefois, lorsque l’industrie pharmaceutique a commencé à se développer, le H2O2 a été de plus en plus ignoré et finalement abandonné.

L’absorption de quelques gouttes d’eau oxygénée dans un liquide, est une véritable « chimio » sélective et douce, en effet, elle ne s’attaque qu’aux cellules en pleine activité, c’est le cas des cellules cancérisées, alors que les cellules «normales» sont en « repos relatif ».

ATTENTION TOUJOURS UTILISER L’EAU OXYGÉNÉE DE QUALITÉ ALIMENTAIRE (sans excipients), donc pas celle qui est vendue en pharmacie.

Le peroxyde d’hydrogène est produit par toutes les cellules de l’organisme pour de nombreuses raisons physiologiques. Les granulocytes produisent le H2O2 en tant que première ligne de défense contre les bactéries, les levures, les virus, les parasites, et la plupart des champignons.

Il est impliqué dans une voie métabolique qui fait appel aux différents types d’enzymes oxydés. Le peroxyde d’hydrogène est impliqué dans les protéines, les glucides, les lipides l’immunité, les vitamines et les minéraux, le métabolisme ou tout autre système. Nos études démontrent un effet métabolique de la perfusion intraveineuse du H2O2.

Effets secondaires et de toxicité de H2O2 : les perfusions de peroxyde d’hydrogène sont le fondement de toutes les thérapies offertes à l’hôpital de Santa Monica. Au cours des six dernières années, le personnel médical de HSM a administré plus de 30 000 perfusions de H2O2 sans une seule réaction négative au sérieux. Occasionnellement, un picotement ou une sensation de brûlure se produit.

Constatations : l’absorption de quelques gouttes d’eau oxygénée dans un liquide est une véritable « chimio » sélective et douce ; en effet, elle ne s’attaque qu’aux cellules en pleine activité, c’est le cas des cellules cancérisées, alors que les cellules « normales » sont en  «repos relatif ».

L’eau oxygénée ne doit pas contenir de stabilisant, mais celle stabilisée par la phénylamine n’est pas nocive. Sans stabilisant, il y a perte d’oxygène de seulement 10 % en quelques mois.

En France, les fournisseurs des pharmacies refusent de dire quel stabilisant est utilisé, aussi dans le doute, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas employer l’H2O2 vendu dans les pharmacies françaises.

Cependant, sur le Net, on peut voir qu’ils y mettent : acide phosphorique, pyrophosphate de sodium, salicylate de sodium, stannate de sodium.

Il est totalement incontournable, pendant la prise de H2O2, de prendre aussi des anti-radicaux libres.

Il y a tout lieu de penser que la prise d’eau oxygénée doit se faire loin de la consommation d’anti-radicaux libres, (SOD, sélénium, CoQ10, glutathion, vitamine C, E, D3, etc.). En tout cas, il faut éviter que ces produits se retrouvent ensemble dans les intestins.

On peut obtenir un résultat un peu similaire en ne consommant que du cru, car la cuisson enlève l’oxygène des aliments, mais il faut augmenter progressivement la proportion de cru afin d’éviter une crise de détoxication. Il en va de même pour l’absorption d’eau oxygénée, augmenter très progressivement.

Les perfusions de peroxyde d’hydrogène ne sont pas à notre portée, mais cela n’est pas grave, car, en buvant quelques gouttes diluées dans un verre d’eau non chlorée, les résultats sont vraiment à la hauteur des espérances.

Le prendre l’estomac vide. Une heure avant les repas ou 2 heures 1/2 après les repas. S’il est pris avec de la nourriture, il peut y avoir risque d’indigestion ou de vomissements. Certaines personnes qui le prennent avant de se coucher peuvent avoir des difficultés à dormir. (Pour l’instant, cela n’a pas été confirmé).

En cas de crise de détoxication, « fatigue, diarrhée, maux de tête, éruptions cutanées, nausée, symptômes pseudo-grippaux ou autres », ne pas s’arrêter, cela signifie que les bactéries mortes et les toxines sont évacuées de votre corps. En cas de crise de détoxication, il est préconisé de continuer tout en diminuant le dosage.

Pour limiter ou éviter les crises de désintoxication, faire, au préalable un grand nettoyage du foie.

Posologie « hyperprudente », afin d’éviter une crise de détoxication : eau oxygénée 2,5 (moitié de la normale) ou 5 volumes ; en fait, il vaut mieux être hyper-prudent, et cependant, même à ce si faible dosage, il y a un effet étonnant (à noter que les EU préconisent du 10 volumes).

– Prendre 1 goutte par jour dans un verre d’eau

– La semaine suivante, passer à 2 gouttes/jour

– Chaque semaine, augmenter de 1 goutte/jour, jusqu’à 18 gouttes/jour maximum

– Dès que l’on est à 2 gouttes/jour, prendre en 2 prises, lorsque que l’on en est à 3 gouttes/jour, prendre en 3 prises continuer jusqu’à rémission, puis diminuer progressivement.

Attention : ne mélanger l’eau oxygénée que dans un verre d’eau impérativement non chlorée.

Le germanium est indispensable pour la pénétration de l’oxygène dans la cellule. Sans prise de germanium il y a risque de nausées, ce qui veut dire que l’oxygène ne pénètre pas suffisamment dans la cellule.

Plus d’informations sur Internet, de nombreux sites en parlent…

En Russie, de nombreuses personnes se soignent seules en automédication, pourtant le système de santé russe est totalement gratuit. Cela c’est la réponse officielle. En fait cette médecine gratuite est très dévalorisée par le fait que les spécialistes sont peu nombreux et les médicaments restreints. Si vous voulez être bien soigné en Russie par la médecine officielle, il faut de l’argent. Or le salaire moyen d’une personne dans une ville autre que Moscou ou Saint-Pétersbourg ou ville  de plus d’un million d’habitants, est de… 250 euros mensuels. 300 euros pour un prof de maths avec 30 ans d’expérience ! Et le coût de la vie est 40 % moins cher à Moscou (et encore !) qu’en France et 70 % moins cher dans les autres villes moyennes. Le quota n’est donc quand même pas en faveur des Russes par rapport aux Français !

Il faut savoir cela, loin quelquefois de la désinformation en la matière.

On comprend dès lors que les gens se soignent par eux-mêmes.

La méthode de l’eau oxygénée est très populaire en Russie mais également la méthode du sauna. Vous savez ce fameux sauna qui peut faire peur aux Français à cause de sa radicalité parfois violente !

On va suer de toutes ses eaux dans un sauna, puis on court se rouler dans la neige en buvant quelquefois un petit verre de vodka au piment !  Hommes et femmes unis dans le même processus !

Et bien le résultat est que beaucoup de maladies sont éradiquées avec ce système ; le corps est purifié de toutes ses toxines. Ce n’est donc pas seulement une pratique qui peut sembler « barbare » pour un Occidental mais également une médecine naturelle efficace.

La chlorophylle magnésienne :

De structure semblable à l’hémoglobine, la chlorophylle est à la fois dynamisante, cicatrisante et antioxydante mais c’est avant tout au niveau de l’hygiène intestinale qu’elle est exceptionnelle.

Effets reconnus ou contestés

Sur les divers sites Internet qui traite de la chlorophylle, on retrouve les effets santé suivants qui ne sont pas tous prouvés ou reconnus :

  • Purifie le sang en oxygénant les globules rouges ;
  • Aide l’organisme à se libérer de ses toxines ;
  • Favorise l’alcalinisation ;
  • Désodorisant – bonne haleine ;
  • Aide digestive ;
  • Élimine les problèmes de constipation ;
  • Agit comme anti-inflammatoire ;
  • Antioxydant ;
  • Draineur de toxines associées au cancer ;
  • Désintoxique le foie ;
  • Offre des nutriments vitaux pour le système musculaire ;
  • Améliore la circulation ;
  • Renforce le muscle du cœur ;
  • Combat les germes ;
  • Favorise la guérison de la peau et des muqueuses (accélère la cicatrisation) ;
  • Soulage les symptômes de la cystite interstitielle (infection urinaire).

Ce produit vient donc en renfort de toutes les précautions prises pour renforcer le système immunitaire et notamment pour les personnes à risque connu comme l’insuffisance respiratoire et/ou cardiaque ainsi que les diabétiques.

Voir sur internet pour de plus amples explications.

La filtration de l’eau par filtre à fibres creuses :

Je ne vais pas me substituer à un site de « survivalisme » mais je voudrais aborder la question de la purification de l’eau sous l’œil de la pandémie qui arrive.

Il est possible que les services de filtration des eaux potables soient déficients suite à ce virus. Que va-t-il se passer alors pour les millions de personnes dépendant de l’eau du robinet ?

Et de toutes façons même en temps normal, combien de gens râlent au sujet du goût quelque fois assez immonde de cette eau chargée en chlore ?

Il existe à la vente (sur Internet) maintenant des petits filtres à visser sur le robinet ou à visser sur une bouteille afin de purifier l’eau.

Ces filtres coûtent entre 20 et 30 euros et sont très efficaces.

Les plus perfectionnés sont constitués d’un filtre au charbon activé qui détruit les mauvaises odeurs, les mauvais goûts de l’eau ainsi qu’il stoppe tous les produits chimiques et métaux lourds. Puis d’un filtre à fibres creuses (technologie relativement récente) qui filtre l’eau des bactéries et autres virus avec une porosité de 0,01 micron ! soit un centième de micron, soit 1 cent millième de millimètre !

Aucun virus même très petit et aucune bactérie ne peut passer à travers ce filtre.

Ces filtres sont en général indiqués pour pouvoir filtrer de 2 000 à 5 000 litres d’eau avant changement. On peut même boire directement l’eau d’une rivière avec !

Utiles également si on voyage dans des pays où la qualité de l’eau est très mauvaise. Ces filtres sont très légers (150 gr environ) et mesurent environ 20 à 30 cm de long, donc très faciles à transporter.

Et puis pour ceux qui achètent leur eau en bouteille, observez les économies que vous allez faire ainsi que la réduction de la pollution liée au plastique et la fin des corvées de chargement des bouteilles depuis le supermarché !

Une autre réflexion :

Attention à votre smartphone et autres objets de tous les jours. Une étude anglaise a comparé au microscope électronique la présence des bactéries et des virus dans la cuvette des WC et sur un smartphone. Savez-vous où se trouve la plus grande concentration de ces vilaines bébêtes ? Et bien sur le smartphone ! Alors nettoyez régulièrement votre outil préféré avec une solution à base d’alcool. Je dirais, deux fois par jour en ce moment de pandémie.

Je viens de lire que beaucoup de personnes refusent d’utiliser les barres métalliques notamment dans le métro et autres barres d’appui. J’ai déjà indiqué qu’il faudrait les remplacer par des barres de cuivre qui tuent microbes et virus. Le problème est qu’avec la délinquance actuelle, ces barres seront très vite coupées.

Enfin quelques autres réflexions concernant les personnes qui sont sous assistance respiratoire, en détresse respiratoire ou cardiaque suite à l’infection par le Coronavirus.

L’hôpital possède toutes sortes de « machines de guerre » pour tenter d’assister le malade souvent presque en phase terminale. Les équipes médicales font, à coup sûr un excellent travail et ce qu’elles peuvent. Mais posons-nous la question : pourquoi n’essaient-elles pas d’injecter de la vitamine C à forte dose à ces malades, ainsi qu’un traitement à base de chlorure de magnésium ? J’ai pu constater les effets quelquefois miraculeux de ces produits sur ce genre de pathologie lourde et souvent désespérée.

La vitamine C va booster le système immunitaire du malade et va assister sa respiration ainsi que son éventuelle faiblesse cardiaque (des essais concluants ont été réalisés à la clinique Mayo en Californie par le docteur Mathias Raph). Bien entendu AVEC le système mis en place par les médecins et non À LA PLACE de.

Je rappelle que contrairement aux rumeurs infondées concernant la vitamine C et sans doute véhiculées par ceux qui ont intérêt à vendre très cher leurs pseudo-remèdes, celle-ci n’a AUCUN effet secondaire moyen ou grave. Ce n’est d’ailleurs pas une vitamine au sens propre du terme mais plutôt un « alicament ».

L’alimentation est la base de la santé. Toutes les vitamines dont je parle sont à l’état naturel dans les produits de l’alimentation. Si vous avez une alimentation équilibrée, riche en légumes et fruits variés, vous avez en principe un système immunitaire fort. Mais certaines circonstances de la vie font que vous pouvez avoir des carences plus ou moins importantes. Alors l’utilité de ces compléments alimentaires est essentielle. Et puis certaines vitamines sont quasiment introuvables dans les aliments (par exemple certaines vitamines B) ou bien en très faible quantité. La nourriture moderne est souvent déséquilibrée ou bien l’homme ou la femme moderne n’a plus le temps de faire une cuisine saine et vigoureuse. Le problème de ces compléments se pose alors.

Voilà je pense avoir fait un petit tour des méthodes simples afin de lutter contre les virus. Je connais encore bien d’autres méthodes (notamment à base de plantes et d’huiles essentielles travaillant en synergie) dont je pourrai vous parler ultérieurement si cela vous passionne dans un prochain article.

N’hésitez pas à faire part, par vos commentaires, de la connaissance d’autres solutions.

Jean Gautier




Si vous attrapez le virus, n’allez surtout pas à l’hôpital !

Une question : savez-vous comment on soigne les malades du Coronavirus à l’hôpital ?

Qui s’est déjà posé cette question ? Réponse : on ne les soigne pas car on n’a aucun remède efficace ! On vous met dans une chambre, (stérile ou pas), quand il y en a une de libre et on vous donne des anti-douleurs de type paracétamol, et puis… et puis c’est tout ! On attend que la nature fasse son travail, la mort ou le rétablissement. Alors restez chez vous si vous êtes malade, d’autant qu’à l’hôpital, si vous n’étiez pas positif, vous êtes certain de le devenir là-bas ! Entre mourir dans un couloir d’hôpital, abandonné et mourir dans son lit…

Bon, la solution : renforcez vos défenses immunitaires avec de la vitamine C, du chlorure de magnésium – le chlorure de magnésium fixe la vitamine C. On le trouve en magasin bio ou sur internet et est vendu souvent sous le nom de nigari (cela sert à faire coaguler le lait de soja pour faire du tufu, fromage japonais. Mélangez 20 grammes de magnésium à un litre d’eau ; effet garanti. Cela coûte 5 euros le kilo. De la vitamine C vous en trouvez également sur internet, cela coûte 25 euros le kg. Prenez-en environ 8 grammes par jour. Ou alors encore mieux achetez de la vitamine C liposomale ou fabriquez-la (beaucoup de vidéos sur internet). Achetez de l’huile essentielle de ravinstara – très puissante contre les virus et mettez quelques gouttes dans un masque ou sur un morceau de papier genre sopalin et respirez durant 5 minutes – refaites cela toutes les heures. Achetez de l’argent colloïdal et buvez-en – L’argent est connu depuis des centaines d’années pour assainir l’eau. Les premiers colons américains mettaient des pièces d’agent dans leur eau pour la purifier. La NASA utilise des filtres à base d’argent pour purifier l’eau dans les capsules spaciales. L’argent tue les bactéries et les virus. Achetez de l’eau oxygénée et buvez-en un verre. Attention vous commencez par une goutte dans de l’eau puis vous augmentez la dose progressivement – regardez sur internet la façon de procéder. Il y a quantité d’autres remèdes à voir sur internet. Cela vaudra mieux que tous ces charlots de pseudo-spécialistes bardés de diplômes qui n’y connaissent rien, vous font miroiter des vaccins qui n’arriveront jamais ou alors dans deux ans et sont incapables de vous soigner.

Quant aux produits pour vous laver les mains. L’eau de javel est un excellent tueur de virus. Cela coûte trois francs six sous. Mettez quelques gouttes dans votre réservoir de savon lave-mains.

Pour les masques, fabriquez-les si vous n’en trouvez pas (modèles sur internet). Sinon vous pouvez utiliser des filtres à aspirateur de type HEPA ou même mieux ULPA qui filtre les micro particules. Il faut savoir que ce coronavirus est très petit, de l’ordre de 0,1 micron. Mais il ne peut se déplacer seul. Il doit absolument le faire avec des gouttelettes (de salive de toux etc.) donc, en fait, vous arrêtez les gouttelettes et vous stoppez le virus. Ensuite placez quelques gouttes d’huile essentielle de Ravinstara dans le masque. vous pouvez utiliser aussi des filtres à charbon activé sous forme de plaque de mousse à découper qui sont utilisées pour les hottes de cuisine et les inclure à l’intérieur du masque.

Dans une revue médicale, je viens de lire une info datée du 5 mars 2020 qui vient directement d’un médecin pédiatre belge qui travaille à Shangaï et qui est donc observateur direct de l’évolution du virus depuis le début. Il déclare plusieurs choses assez inquiétantes. Je résume :

1° la période d’incubation du virus peut s’étendre jusqu’à 27 jours (et non 14). Ce qui veut dire d’après lui que de nombreux cas infectés circulent et pour le moment ne sont pas déclarés ! Donc pandémie certaine à venir… Le nombre de cas va rapidement exploser

2° Il a été constaté, contrairement à ce que l’on entend ici ou là, que la maladie se déclare très souvent par un simple rhume, enfin ce que l’on croit être un simple rhume et plus rarement par de la fièvre de la toux etc.

3° Que de nombreuses personnes sont infectées et ne ressentent rien alors qu’elles représentent évidemment un danger énorme pour elles-mêmes mais surtout pour les autres

4° Que le gouvernement chinois a mis en place des mesures absolument guerrières pour endiguer ce virus et que désormais on commence à voir apparaître une réelle diminution des cas. Il déclare qu’il faudrait procéder de même dans nos pays mais que cela sera impossible à cause de notre système démocratique et des libertés individuelles. Il indique donc que cette pandémie va devenir un véritable fléau par manque d’anticipation de nos gouvernants et pas notre incapacité d’utiliser le même système qu’en Chine. Voilà, pas du tout rassurant tout cela !

Ce gouvernement de charlots est confirmé maintenant comme un gouvernement criminel. Depuis début janvier, on savait qu’il se passait quelque chose de grave en Chine. J’en suivais l’évolution. Fin janvier, la sonnette d’alerte était enclenchée. Que faisaient ces branquignols au gouvernement ? La Buzyn qui annonçait fièrement que « tout va bien Madame la marquise… » Le Macron qui pensait plutôt à son maquillage à 20 000 euros !

Et pendant ce temps-là le virus se développait à grands pas. Il était évident qu’il allait se répandre partout dans le monde au vu du nombre de déplacements gigantesques journaliers. Le virus ne connaît pas de frontières.

Et voilà qu’on nous refait le coup de Tchernobyl ; il va s’arrêter à nos frontières !

Résultat, plus de masques pour les médecins qui sont en première ligne, et bien entendu plus de masques pour la population. Des manifestations sportives ou religieuses encore récemment maintenues.

Dans mon coin, aucune information concernant la population ; tout le monde se balade sans aucun masque. Et voilà que l’autre beau parleur incompétent au ministère de la Santé qui nous dit que le masque ne sert à rien si on est en bonne santé !

Non mais c’est quoi, ce gouvernement de débiles mentaux ! Gouverner c’est prévoir, tu parles…

Chirac a eu tellement de casseroles au derrière qu’il aurait pu facilement remplacer celles d’un grand restaurant mais il a fait au moins une bonne chose : instaurer le principe de précaution dans la Constitution.

Ce gouvernement, en plus, ne sait pas lire…

Jean Gautier

NDLR : Dans un autre registre, lire également cet article de Guy Millière, paru sur Dreuz.

https://www.dreuz.info/2020/03/06/coronavirus-en-france-le-desastre-macron/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29