1

Le suicide d’un pays par imbécillité haineuse

 

« La droite, majoritaire en voix, est victime de sa désunion criminelle » Gilles-William Goldnagel.


Libanisation de la France :

Aujourd’hui, avec Macron à l’Élysée et un groupe mélenchoniste important à l’Assemblée, la France est en voie de libanisation accélérée :
– les massacres de Charlie Hebdo, de l’Hyper-cacher, du Bataclan, de Nice…
– la sauvagerie générale au Stade de France…
– les meurtres constants, par égorgement, décapitation, défenestration, percutage en refus d’obtempérer… de policiers, de policières, d’enfant juifs dans leur école, de vieilles dames ou de vieux messieurs juifs, de curés, d’enseignants, de jeunes filles, dans des gares ou dans des églises, de chauffeurs d’autobus au travail, de pères de famille attendant la sortie de leurs enfants des écoles, etc.,etc., tout cela nous en donne un avant-goût sinistre.
Les « progressistes » Macron et Mélenchon entendent tous deux dissoudre la France, chacun à sa manière, et les patriotes ne pourront pas les en empêcher, du fait de la désunion ordonnée par les dirigeants des Républicains et du Rassemblement National.
 
Choix funeste de la désunion des patriotes :
En refusant la main tendue par Éric Zemmour, pour une union des patriotes et de la droite, les dirigeants des Républicains et du Rassemblement National ont commis une grave erreur : ils ont donné carte blanche à Macron/Mélenchon pour achever de détruire notre pays.
Les Français vont finir par se réveiller de la torpeur où les a plongés la propagande lancinante, mensongère et abrutissante des médias « politiquement corrects » (... Zemmour « polémiste d’extrême droite », « raciste », « nazi », « misogyne », « homophobe », etc.), et se rendre compte de la gravité de la situation.

Ils ne pardonneront pas à ceux, Républicains ou RN qui, n
e voyant que le court terme, ont fait passer leur esprit partisan avant le salut de la France, et ont refusé l’union des patriotes.
Ils seront par contre reconnaissants à des personnalités courageuses et clairvoyantes, comme Gilbert Collard, Guillaume Peltier, Jérôme Rivière, Philippe de Villiers, Christine Boutin, Patrick Buisson, Damien Rieu, Marion Maréchal et d’autres, qui ont montré qu’ils n’étaient pas de vils politicards carriéristes, mais bien plutôt des patriotes intègres, soucieux du salut de la France à long terme et soutenant l’union de la droite patriote.
Une explication possible à cette faute grave des dirigeants des Républicains et du Rassemblement National :
Il se pourrait bien que les préjugés antisémites aient joué un rôle dans ce choix de la désunion : « Un juif à l’Élysée? Pas question ! ».
Éric Zemmour, intègre, motivé par son seul patriotisme, doué d’un charisme unique et qui remportait l’adhésion de foules enthousiastes, d’une énergie remarquable, avait beau être le seul candidat à voir clair, vraiment déterminé à faire les choix et à prendre les décisions indispensables pour sauver le pays, des remugles antisémites persistants ont fait que la France s’en est privée et a persisté dans le macronisme autodestructeur.
Certains commentateurs sont tout heureux d’annoncer que « Zemmour a échoué », qu’il « a tout raté », que « c’est fini pour lui », etc. 
En fait, cette histoire ne fait que commencer : le pays est égaré, divisé au-delà du supportable. Les bureaux de vote sont pratiquement déserts. Les électeurs sont dégoûtés par l’offre. Le pays n’est pas représenté par ceux qui plastronnent au gouvernement. Au fur et à mesure de la dégradation inéluctable du pays en Macronie invertébrée (le « quoi qu’il en coûte », le « en même temps » des cabinets de conseil étrangers, etc.;), le recours à Éric Zemmour et à sa proposition d’union des patriotes va inéluctablement s’imposer comme seul espoir de salut pour la France.
Un antécédent à la présente situation autodestructrice :
En février 1955, le gouvernement Mendès France est tombé et Mendès France a été insulté à l’Assemblée nationale (« sale Juif » etc.).
Pourtant, en 8 mois, ce gouvernement avait mis fin à la guerre catastrophique d’Indochine, négocié l’autonomie de la Tunisie, et amorcé des contacts avec des personnalités algériennes, contacts qui semblaient pouvoir éviter un conflit et déboucher sur un partenariat satisfaisant pour les deux parties.
L’action de Mendès France en Tunisie a permis de ménager la sécurité, les intérêts et propriétés des Français de Tunisie (y compris de ma propre famille…), et d’éviter un conflit inutile.
En faisant tomber Mendès France en février 1955, l’Assemblée nationale a choisi la voie de la guerre, qui a fait tout perdre aux Français d’Algérie, y compris trop souvent leur vie même, des foules de civils français ayant été massacrées lors de l’accession de l’Algérie à l’indépendance, devant les grilles fermées des casernes françaises, qui avaient ordre de De Gaulle même de ne pas les  protéger et de les laisser mourir sous le couteau des émeutiers « indépendantistes », au nom des accords boiteux d’Évian. Les harkis ont aussi été abandonnés honteusement par la France.
Par pur antisémitisme imbécile et haineux, la France a donc choisi, en 1955, de sacrifier finalement la vie et les biens de ses propres citoyens, et l’honneur de la Nation, plutôt que de laisser un homme d’État intègre les sauver, et tout cela simplement parce qu’il était juif.
Or si les politiciens carriéristes ambitieux abondent, les hommes d’État intègres et de grande qualité sont trop rares : un pays ne peut s’en priver sans conséquences graves, qu’ils soient juifs ou pas.
Une question de survie civilisationnelle :
La haine antisémite contre Léon Blum, puis contre Mendès France, puis enfin aujourd’hui contre Éric Zemmour est une haine autodestructrice : cet antisémitisme persistant, pourtant finalement dénoncé par la Déclaration Nostra AEtate de Vatican II, en 1965, est une vraie malédiction pour la France car elle condamne le pays au mélanchono-macronisme destructeur !
L’antisémitisme débile est l’exact contraire de cette solidarité indispensable qui, seule, permettrait à notre civilisation commune judéo-chrétienne (vraie civilisation de justice et de liberté, issue des patriarches, de Moïse et des prophètes d’Israël, selon les termes même de Nostra AEtate..) de combattre efficacement l’islamo-gauchisme insidieux, prétendument « progressiste », mais en fait foncièrement totalitaire !
Jean-Loup Mordekhai Msika



Le « Change » utopique d’Obama arrive à grands pas…

Dans « Brave New World », de 1946, et dans « 1984 » de 1947, Haldous Huxley et George Orwell nous avaient mis en garde contre les dérives utopiques vertigineuses et terrifiantes, et invités à souhaiter une société moins « parfaite » et plus libre (1).

Avec Staline, Hitler, Mao, Pol Pot… on a vu ce que donnait la « perfection » concoctée par des cliques autoritaires.

On voit ce que cela donne aujourd’hui avec Xi Jinping, Kim Jong-un, Maduro ou Khomenei…

Mais, malgré ces exemples préoccupants et même tragiques, et depuis l’élection d’Obama en 2008, la tentation utopique refait surface en Occident, encouragée par l’Union européenne et les rencontres du Forum économique mondial, avec la promesse d’un grand « changement » qui va tout remettre en question, vers la « perfection » tant attendue, et pour la « justice sociale », la modernité, le passage à une échelle mondiale, l’ouverture des frontières, le partage équitable des ressources du monde, le recul de la misère, de la faim, de la maladie, le salut de la planète, etc., etc.

En 2020 et 2021, on constate une précipitation des crises, une accumulation simultanée de phénomènes préoccupants, tels que :

– les tensions et divisions exacerbées de la société américaine, avec radicalisation du parti démocrate et mise en œuvre de fraudes électorales massives qui ont abouti à la mise en place d’une administration démocrate Biden/Harris très problématique, qui affaiblit considérablement les USA (élection la plus contestée dans l’histoire des États-Unis) ;

– la division abyssale des USA entre « progressistes » démocrates et conservateurs partisans de Trump ;

– les abus du Big Tech américain (Microsoft, Apple, Facebook, Tweeter, Amazon, etc.) qui exerce une influence monopolistique sur l’information (censure), la politique (propagande) et le commerce mondiaux ;

– l’évacuation subite des forces américaines d’Afghanistan, qui permet l’effondrement du gouvernement de ce pays et la prise de pouvoir des talibans, islamistes totalitaires, proches de Daesh, le tout sans concertation avec les alliés, UK, France, etc.  dont les ressortissants et alliés se retrouvent piégés ;

– l’abandon massif des armes et matériels de l’armée américaine, armes et matériels qui se retrouvent dans les mains des talibans, soutiens du terrorisme islamiste international ;

– un afflux de réfugiés afghans vers l’Occident, qui vient s’ajouter aux masses de réfugiés de Syrie, d’Irak, du Yémen, de Libye, de Tunisie, etc. ;

– l’égarement d’un pays comme la France avec les « zones de non-droit » qui fragmentent son territoire national, zones ex-françaises, par centaines, où la police, les pompiers, etc. ne peuvent plus pénétrer ;

– les divisions radicales au sein de « l’Union » européenne , ayant mené à son échec cuisant du Brexit ;

– la trahison des accords sur Hong Kong par la Chine communiste qui y étend brutalement sa dictature, tout en menaçant Taïwan et en procédant à un génocide des Ouïghours ;

– la « pandémie » partie de Wuhan et la « crise sanitaire » mondiale ;

– la corruption galopante par les milliards de l’industrie pharmaceutique ;

– le règne inquisitorial du « politiquement correct », à l’Université et dans les médias ;

– le fait que les potentats arabes du pétrole, ou des milliardaires (utopistes délirants…) comme Georges Soros ou Bill Gates achètent et contrôlent les Universités d’Occident ;

– l’annonce obsédante de la fin du monde par le réchauffement climatique, pour dans 10 ans, dans 5 ans, pour dès demain, avec promotion, et même imposition très contestable de la voiture électrique, des éoliennes, etc. ;

– le projet mondialiste « multipolaire » antiaméricain du Forum économique de Davos ;

– les attentats, conflits et guerres islamistes incessants ;

– l’armement nucléaire de la Corée du Nord et de la République islamique d’Iran ;

– Le soutien de l’Europe aux terroristes et aux dictateurs palestiniens Mahmoud Abbas à Ramallah et Yahya Sinwar à Gaza, contre la démocratie israélienne ?

– etc. ,etc.

Existe-t-il un lien et une relation directe entre le beau programme de l’Utopie « mondialiste » qui avance aujourd’hui et tous ces évènements divers qui nous interpellent ?

Le Monde libre a subsisté jusqu’à présent : mais jusqu’à quand ?

___________

« Change » (Le grand « changement » de l’Amérique souhaité et annoncé par Obama) :

Jamais depuis 1946, la réalisation du « Meilleur des Mondes » entrevu avec effroi par Aldous Huxley, n’a paru aussi proche qu’aujourd’hui, car en 2021, le grand changement (« Change » annoncé par le démocrate Hussein Obama en 2007, lors de sa campagne présidentielle… ) vers un monde « parfait » à la Huxley, est de nouveau d’actualité, à la suite de la fraude électorale massive qui a volé sa victoire à Trump et installé à la Maison Blanche Joe Biden, une marionnette sénile qu’Obama manipule en l’entourant de ses fidèles et de ses proches.

Pendant les 8 années de ses 2 mandats à la Maison Blanche, Hussein Obama a activement préparé un basculement progressif vers un monde (« parfait ») d’où seront enfin radicalement « bannis » – nous assurait-il – les inégalités, le racisme, la maladie, le désordre, le réchauffement climatique, la montée des océans, etc.

Un monde où tout le monde serait identifié, reconnu (reconnaissance faciale), évalué, noté, localisé, soigné, vacciné régulièrement et en somme « autorisé » (dans certaines limites définies par une gouvernance mondiale et une Intelligence artificielle qui mènera enfin le monde entier vers le grandiose  « Progrès » défini par une élite éclairée).

Ce serait le grand « Top down » (2), efficace, rationnel et définitif, pour un « monde parfait», conçu par Obama en haut, pour nous tous en dessous…!

Sur foi de quoi les vieux gauchistes enthousiastes d’Oslo lui accordèrent rien moins que le Prix Nobel de la Paix !

La surprise Trump :

Malheureusement pour Obama et son utopie, en 2016, l’élection inattendue de l’homme d’affaires et patriote Donald Trump a perturbé le grandiose projet « Change » qui devait en principe se parachever sous une présidence de Hillary Clinton.

Le promoteur Trump fut candidat à la présidence pour mettre enfin un terme au projet Obamanien utopique de « Change » radical des USA. Il ne souhaitait rien imposer « d’en haut », lui, mais au contraire faire confiance aux initiatives multiples, et certes parfois contradictoires et imparfaites du tout un chacun, libre d’entreprendre au gré de sa fantaisie, de ses rêves…

Il est lui même un entrepreneur accompli, mettant les mains dans le cambouis, prenant des risques et des responsabilités pour obtenir les résultats de ses efforts, résultats spectaculaires !

Et ce « Bottom up » (3) du rêve américain, qui libère les énergies et responsabilise chaque individu a certes mené les USA à une prospérité inégalée dans l’histoire de l’humanité. Cette prospérité attire les immigrants du monde entier comme un aimant. Ils cherchent désespérément à fuir l’enfer de la dictature (Le « Top down » local, justement !), le sous-développement, la corruption et le fanatisme meurtrier.

Pour Obama, un « suprématisme » à abattre.

Mais cette prospérité exceptionnelle des USA était insupportable à Hussein Obama, « community organizer », formé à l’action revendicative victimaire (4) : car pour lui, cette prospérité « inégalitaire » des USA par rapport au reste du monde, ne pouvait exister qu’aux dépens justement du reste du monde, victime d’un « suprématisme blanc » et judéo-chrétien, « colonial », « impérialiste », et d’une « domination culturelle »…

 La civilisation judéo-chrétienne du Monde libre avait bien, la première et la seule au monde, affirmé l’égalité en droits de tous les êtres humain, la sainteté de la vie (« tu ne tueras point »), aboli l’esclavage, et condamné le racisme (5).

Elle propose une liberté et une justice de valeurs universelles, auxquelles tous les peuples du monde peuvent adhérer pour en jouir, en sortant ainsi de la misère et de la brutalité (avec liberté d’expression et de croyance, alternance démocratique, justice indépendante, égalité devant la loi…)

Mais Obama devait néanmoins, quand même, pour promouvoir son utopie « Change », rabaisser les USA au  niveau du reste du monde, et réduire l’influence de cette civilisation judéo-chrétienne « dominante » (en fait, le Monde libre, auteur de la Déclaration universelle des droits de l’Homme..), en y opposant la vigueur d’un islamo-gauchisme conquérant et brutal, ennemi de la liberté, le tout au nom d’un égalitarisme universel revanchard.

Obama avait le projet utopique d’un monde radicalement « changé », dans lequel les USA affaiblis, divisés par ses discours victimaires, sa réglementation « environnementaliste » tatillonne, etc. ne seraient plus une superpuissance, le leader du Monde libre, mais un simple partenaire, entre autres, dans un monde « multipolaire » avec de nouvelles puissances (la Chine communiste, l’Iran islamiste, l’Europe « progressiste », etc.) qui pourraient lui damer le pion.

Ce projet convenait admirablement à tous les charmants « utopistes » qui se réunissaient à Davos, à l’instigation de Klaus Schwab : ils adoraient Obama et allaient détester Trump qui risquait de faire dérailler leur glorieux projet d’utopie.

Islam et gauchisme :

Islam et gauchisme sont deux systèmes autoritaires, exigeant selon le cas une soumission aveugle aux décisions aberrantes et dogmatiques des représentants autoproclamés d’Allah sur terre ou des représentants autoproclamés « du peuple », Comité Central, etc… sous lourdes peines de condamnation définitive pour hérésie ou au goulag selon le cas.

Islam et gauchisme sont toujours prêts à s’allier dans un premier temps, pour supprimer toute liberté, quitte à s’entre détruire ensuite pour le pouvoir (6).

Élevé comme musulman (7), dans le système scolaire indonésien, Hussein Obama s’est évertué, une fois élu président des USA, à cultiver la division et à convaincre les minorités qu’elles ne sont que des victimes dans le pays en fait le moins raciste du monde, qui a élu un Noir, justement, à la magistrature suprême, mais pays dont il a lui même encouragé :

– le saccage par les hordes marxistes violentes, antichrétiennes, antisémites, racistes, de Black Lives Matter, et d’Antifas ;

– la dérive vers le wokisme débilitant et paralysant, dans les médias, les universités, la culture… pour un vernis  prétendument « progressiste », tout en soutenant dans l’ombre aussi bien Morsi et les Frères musulmans, l’État sslamique Daech, que la République islamique d’Iran et aujourd’hui un retrait ignominieux des USA, par sa marionnette Biden, pour livrer l’Afghanistan et tout l’Asie centrale aux talibans, pour une grande revanche de l’islam, « humilié » par la civilisation occidentale judéo-chrétienne et « blanche ».

Des alliés pour la création du « Meilleur des mondes » :

Il fallait à Obama des alliés pour son grand projet du « Change » radical universel. Des alliés qui tous verraient de bon gré l’humanité se soumettre aveuglément à une nomenclatura, une élite éclairée, « progressiste » et suprêmement rationnelle, dont ils feront partie, eux, bien entendu, en attendant de se combattre et de s’entre-détruire pour le pouvoir.

Il les trouva souvent réunis à Davos, par Klaus Schwab, au FEM.

Justement :

– la Chine communiste esclavagiste, avec son président à vie Xi Jinping, souhaite rivaliser avec la puissance des USA où règne une liberté arrogante et insupportable. Elle a déjà acheté la famille Biden et soutient Obama/Biden ;

– L’Iran fanatique des ayatollahs hurle : « Mort à l’Amérique » et travaille l’ensemble du monde musulman pour l’opposer à l’Oncle Sam et effacer Israël et les racines mêmes de la Bible abhorrée. L’élection du faible Biden fut pour les ayatollahs une excellente nouvelle, de même que la victoire des talibans ;

– Black Lives Matter et Antifas exigent brutalement la disparition du « suprématisme blanc » et l’établissement de la « justice sociale » : ils mettent les USA à feu et à sang et les gangs des banlieues françaises leur emboîtent le pas ;

– les dirigeants de « L’Union européenne » en déroute, qui se sont servis grassement et ont mené le continent à la ruine.

Quelques « intelligences supérieures » peuvent également épauler Obama dans son projet utopique de « Change » vers un « Monde parfait » ;

– L’eugéniste milliardaire Bill Gates par exemple, qui annonce son intention de vacciner l’humanité entière pour lutter contre la surpopulation ( ?…) ;

– les dirigeants milliardaires du Big Tech de Californie, qui ont réussi à acheter les membres du Congrès américain pour empêcher, à leur profit, l’application des lois anti-trust. Ils n’hésitent pas à abuser de leur situation de monopole et de leurs finances extravagantes, au service d’une idéologie « progressiste » simpliste, en allant jusqu’à censurer la parole du président Trump ;

– Georges Soros ; le boursicoteur génial et haineux, qui avait ruiné la banque d’Angleterre, et finance la gauche la plus extrême et violente ;

– Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial qui réunissait les chefs d’État, partisans d’un monde « multipolaire », où l’Amérique serait « remise à sa place » (par Chine communiste et Iran islamiste par exemple !) et le Monde libre privé de leader ;

– le guru infaillible Attali (monsieur « je sais tout ») ancien « cornac » de Mitterrand  (lequel Mitterrand prétendait aussi, en son temps, « changer la vie » en toute simplicité…) ;

– Joe Biden, « élu » à la présidence des USA en novembre 2019, dans des conditions scabreuses de fraude massive. Gravement sénile, son accession à la Maison Blanche revient en fait à inaugurer un troisième mandat de 4 ans pour Obama, qui l’entoure de ses fidèles et va le piloter fermement ;

– Emmanuel Macron, (qui se voit lui-même comme l’Obama français ?) niant l’existence d’une culture française, et mettant un genou à terre à Alger pour expier les prétendus « crimes contre l’humanité » de la France, blanche et chrétienne, contre les peuples musulmans et « de couleur » injustement « opprimés » ;

– la Commission européenne, aveugle et corrompue, désirant imposer de Bruxelles, à tout un continent de 27 pays, et au reste du monde, ses prétendues « valeurs » universalistes, progressistes et environnementalistes ;

– le prince Charles, en quête d’une influence que sa médiocrité ne lui apportait pas, et voyant dans cette « pandémie » l’occasion pour lui de changer le monde de A à Z, à Davos, alors qu’il est incapable de s’habiller sans ses valets…

– le transhumaniste visionnaire péremptoire Laurent Alexandre ;

– etc. , etc.

Le règne inquisitorial du « politiquement correct », à l’Université et dans les médias :

Sous prétexte de « progrès », les utopistes pensent pouvoir ostraciser, exclure, menacer tous ceux qui osent exprimer des opinions différentes : ceux-ci sont insultés et traités de « réactionnaires, fascistes, racistes, antisémites, islamophobes, homophobes, misogynes, obscurantistes, etc. », « déplorables » (par Hillary Clinton), « ceux qui s’accrochent à leur bible et à leur fusil » (par Obama), etc. justement par ceux-là mêmes qui sont les vrais racistes, antisémites et fascistes totalitaires.

Il s’agit de faire taire les réfractaires à la magnifique utopie, par la terreur, en instituant une inquisition woke, politiquement correcte, particulièrement dans les universités, écoles de journalisme, etc.

La priorité absolue : abattre Trump  et lui barrer la route définitivement

Obama et ses alliés utopistes, y compris l’« État profond » par lui infiltré dans les rouages de l’administration (8), un parti démocrate radicalisé et hystérisé (9) et les « mainstream medias » achetés et corrompus, entreprirent donc de saper la présidence Trump (avec la prétendue « Russian collusion » totalement calomniatrice, les tentatives successives d’impeachment, la censure de la parole du Président, etc..), puis d’organiser une fraude à grande échelle, pour voler sa réélection à un Président exceptionnellement populaire et dont l’action avait été vraiment bénéfique pour l’économie et l’emploi aux USA, ainsi que pour la paix dans le monde.

Patriote résolument déterminé à défendre une civilisation de liberté et de responsabilité individuelle contre une utopie élitiste prétendument « progressiste » qui n’apporte en fait jamais que de la soumission et du malheur, Trump devient donc  l’homme à abattre, par TOUS les moyens. Ce sera l’obsession d’Obama et de l’acharnée et corrompue Nancy Pelosi, leader de la (courte) majorité à la Chambre des Représentants.

Le Covid, une aubaine, au secours de l’Utopie :

La prétendue « pandémie » du Covid, concoctée dans les labos chinois de Wuhan, financée et brevetée  par le Dr. Fauci, directeur du Center for Disease Control, se présente alors comme une aubaine pour Obama et ses partisans, contre une présidence Trump, trop populaire et gagnante.

Xi Jinping s’arrange pour que des porteurs du virus chinois le répandent dans l’ensemble du monde qu’il entend affaiblir pour le dominer.

Il s’agit en fait d’une forme d’infection virale respiratoire qui ne menace vraiment que les personnes très âgées et affectées par des comorbidités telles qu’obésité, hypertension, diabète, carence en vitamine D du fait de l’âge, etc. soit en fait les personnes qui souffrent le plus et décèdent des grippes annuelles habituelles.

De plus, des traitements préventifs et précoces existent, qui renforcent le système immunitaire, font tomber la charge virale et évitent les complications.

Mais certaines stratégies mensongères devaient néanmoins permettre de créer une panique artificielle, pour justifier les confinements et couvre-feux qui vont soumettre la population, affaiblir les petits entrepreneurs indépendants et imprévisibles, au bénéfice des grands groupes, plus fréquentable par la nomenclatura, et surtout compromettre la réélection de Donald Trump à la présidence, tout en donnant à Macron un prétexte pour supprimer les libertés et conserver le pouvoir en France.

En France, Le Covid est ainsi reçu comme une aubaine par le gouvernement.

Macron, très mal élu, est contesté et détesté par les Français (des personnes qui « ne sont rien » selon lui).

Il voit dans cette « pandémie » l’occasion de soumettre les Français à son autorité, pour raison « sanitaire » : il proclame donc « l’état d’urgence ».

De même, l’Union européenne corrompue, divisée, contestée depuis le Brexit, voit dans le Covid une aubaine pour « resserrer les boulons » et s’entendre avec le Big Pharma (très généreux).

Dramatiser, pour instiller la peur et susciter la soumission :

Pour que cette « pandémie » puisse paralyser effectivement l’économie florissante des USA, et compromettre la réélection de Trump, il fallait en exagérer la gravité, pourtant comparable à celle des grippes annuelles des années précédentes.

Rien à voir avec Ebola, par exemple, à la mortalité alarmante.

(une simple comparaison avec la mortalité des années précédentes prouve cela de manière irréfutable, et c’est pour cela que les médias ne l’évoquent jamais : ils évitent soigneusement le sujet et ne mentionnent avec insistance que les « morts du Covid » de 2020 et 2021, comme si personne n’était mort en 2016, 2017, 2018, etc.)

L’Organisation mondiale de la Santé, dirigée par  le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, financée et contrôlée en grande partie par l’eugéniste Bill Gates, et sous influence directe du Parti communiste chinois criminel, se prête à toutes les fraudes tendant à dramatiser la « pandémie » du Covid, à en exagérer et même favoriser la mortalité, à proscrire strictement prévention et soins, à encourager des confinements dramatiques et inutiles destinés a affaiblir le Monde libre.

 Faire l’impasse totale sur la prévention ; les soins précoces, et présenter la « vaccination » comme « la seule solution » :

Pour tous les acteurs, le parti d’Obama, celui de Macron ou de Bruxelles, etc. il fallait collaborer avec les grandes (et généreuses) entreprises pharmaceutiques productrices des vaccins, et faire l’impasse sur la prévention efficace par vitamine D et Zinc (10) ainsi que sur les traitements précoces existant, quitte à calomnier, diaboliser et insulter le grand professeur Raoult (11), traité de charlatan parce que, médecin avant tout, il soignait avec succès ses malades, et sauvait des vies dans l’urgence, en prescrivant l’hydroxychloroquine, même si non encore formellement homologuée par de longues études en double aveugle, « avec placebo », etc. Le gouvernement français en vint à interdire la libre pratique de la médecine de ville, les premiers « soins » n’étant accordés qu’à l’hôpital, en réanimation, donc bien trop tard… On voudrait liquider tous « les vieux » pour ne plus avoir à leur verser leur retraite que l’on ne s’y prendrait pas autrement !

Le Covid au service de l’Utopie :

Le Covid servit de prétexte à la pratique massive et frauduleuse des votes par correspondance, fraude organisée par le parti « démocrate » contre Trump et pour l’Utopie obamanienne.

Macron entend lui aussi prolonger coûte que coûte la « pandémie », avec de « nouvelles vagues » successives de « variants » divers, pour suivre cet exemple, contrôler l’élection de 2022 et assurer sa réélection.

Car les utopistes pensent que la fin recherchée, l’avènement d’un « Monde parfait », justifie tous les moyens : les « démocrates » et autres « progressistes » trichent mais conservent ainsi tant bien que mal leur bonne conscience.

Ainsi, Trump ayant été écarté par la fraude, le sénile Biden sert de marionnette à Obama, qui l’entoure de ses partisans et lui téléphone ses instructions quotidiennes (c’est après tout son ancien Vice-Président docile et sans convictions ni talent particuliers…).

Vaccination obligatoire pour le monde « parfait » qui vient :

Avec la « vaccination » universelle obligatoire contre le Covid, le Big Pharma  est entré dans la danse, avec des profits en centaines de milliards, qui permettent d’acheter les uns et d’écraser les autres.

Cette « vaccination » devait en principe rester expérimentale jusqu’en janvier 2023.  Sa mise en pratique de manière générale n’a été autorisée que sur la base d’un mensonge avéré : c’est l’affirmation mensongère de l’absence de tout traitement possible, affirmation qui a mené à l’interdiction abusive et criminelle des soins préventifs et précoces salvateurs et à des décès évitables.

Car, puisque les traitements « n’existaient pas », il a bien fallu les interdire, hydroxychloroquine, Ivermectine, etc… par décrets signés du ministre Véran et du Premier ministre Philippe…

Abus criminel sur mensonge grossier, etc. ,etc.

Du fait que des soins préventifs et précoces permettent en fait de soigner et sauver les personnes âgées et même fragiles, cette « vaccination » est inutile. Or elle est aussi dangereuse car elle déstabilise le système immunitaire naturel, entraîne des coagulations diffuses dans les organismes (dans au moins 62 % des cas) coagulations bloquant la circulation du sang pour détruire l’organisme, et favorise la mutation du virus en de multiples variants qui commencent à infecter largement Islande et Israël, par exemple, pays où le taux de vaccination est le plus élevé.

Mais peu importe, car une humanité « parfaite » doit être « vaccinée » à l’emporte-pièce, selon les diktats simplistes de l’élite utopiste éclairée…

Ainsi, « Big Brother » va pouvoir recenser les réfractaires à la merveilleuse utopie, ceux qui prétendent s’informer et décider par eux- mêmes au lieu de s’incliner passivement devant Big Brother, Allah ou le Comité central !

Il va identifier les dangereux indociles qui ne veulent pas faire comme tout le monde, suivre les instructions et céder à la propagande lancinante du gouvernement et des médias (« Le vaccin est la seule solution », « seule solution «, « seule solution « , « seule solution «, « seule solution »…).

Propagande ? Oui ! Car l’essentiel du personnel politique, médiatique, médical et de la magistrature est à vendre – il suffit d’y mettre le prix, et les poches du Big Pharma et du Big Tech sont profondes – ou à contrôler par des menaces variées, selon le cas, ce qui favorise la soumission des uns et des autres, et l’avancée revancharde de l’utopie obamanienne, avec ses petits soldats Biden, Macron, Von der Leyen et Cie… et ses gros financiers qui pourront s’enrichir encore beaucoup plus…
L’utopie va peut être vaincre, nous enchaîner pour notre « bonheur » et imposer un « Monde parfait » en « Top down » intégral, avec disparition de notre glorieuse et unique civilisation judéo-chrétienne de justice et de liberté…

L’imposition de l’utopie autoritaire pourrait bien être sans retour possible, comme en Chine communiste, par exemple, où la population est asservie et terrorisée depuis 3 générations complètes, les contestataires disparaissant vers les hôpitaux « psychiatriques » pour prélèvements d’organes forcés !

C’est le but que poursuit Hussein Obama en ce moment même, quand il prend son téléphone tous les matins pour donner ses instructions à son pathétique pantin Biden, lequel fait mine de trôner dans le bureau ovale…

Il va ensuite appeler son petit copain Macron pour lui conseiller de s’accrocher au pouvoir, en 2022, coûte que coûte, pour « la bonne cause », «  le progrès », avec des votes par correspondance par camions entiers…

Ainsi, le « Meilleur des mondes » utopique pourra nous être imposé, de gré ou de force, « pour notre bien » of course !

Jean-Loup Mordekhaï Msika

Le 26 Aout 2021

_______________

Notes:

(1) Épigraphe du « Meilleur des Mondes » d’Huxley, par Nicolas Berdiaeff :

« Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu’on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante : Comment éviter leur réalisation définitive ? … Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle ou les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d’éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins « parfaite » et plus libre. »

(2) Le « Top Down » consiste à imposer autoritairement, d’en haut, toutes les décisions d’une élite « éclairée » à l’ensemble de la société, comme en Chine communiste, par exemple.

(3) Le « Bottom Up » permet le libre engagement, l’expression, la participation, la contribution, le contrôle de tous, depuis la base: c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, selon la Constitution Américaine, par exemple.

(4) Obama fréquenta pendant 20 ans une « église » militante noire, dirigée par le « pasteur » Jeremiah Wright, anti-américain et antisémite haineux :

– décoré et subventionné par le dictateur Mouammar Khadafi,

– admirateur et ami de Louis Farakhan, le dirigeant raciste et antisémite de la « Nation of Islam » ,

un « pasteur » qui ordonnait  a ses ouailles: « Ne chantez pas : Que Dieu bénisse l’Amérique ! Chantez : Que Dieu maudisse l’Amérique ! »

 (5) Esclavage et racisme qui sont par contre plus vivaces que jamais dans le reste du monde, Afrique et Moyen Orient musulmans, Amérique latine, « paradis » communistes, etc.

(6) En Algérie dans les années 50 comme en Iran en 79, par exemple, la gauche communiste s’est d’abord alliée aux islamistes, avec un naïf projet de partage du pouvoir qui a bien entendu avorté et s’est conclu par sa destruction sauvage, son éradication totale.

En France ou aux USA, au XXIe siècle, la gauche, incorrigible, est prête à foncer encore et encore dans le même piège « islamo-gauchiste » mortel !

(7) Hussein Obama veut obtenir une grande revanche pour le monde islamique, éternel « victime des croisades, du racisme et du colonialisme », son sous-développement endémique et son marasme profond étant toujours de la faute « des autres », des chrétiens, des « colons », des juifs, des « sionistes », des blancs, etc. et jamais de la sienne, alors qu’il s’autodétruit allègrement en pratiquant avec acharnement l’intolérance, la corruption, la misogynie, et la violence la plus cruelle, au point que ses peuples sont prêts à risquer la noyade pour tenter d’échapper à un enfer sur terre!

(8) À titre d’exemple, Hussein  Obama a nommé à la tête de la CIA (Central Intelligence Agency) John Brennan, un diplomate converti à l’islam, à la suite d’un long poste en Arabie saoudite et d’un pèlerinage enthousiaste à la Mecque, et l’a chargé de détruire la présidence Trump avec de fausses accusations de collusion avec la Russie, etc…

(9) Le parti démocrate nouveau, influencé par la présidence Obama, est représenté à la House of Representatives et au Congrès par toute une équipe démocrate (the « squad ») de communistes antiaméricaines, racistes et antisémites, telles que Rachida Tlaïb, Ilhan Omar, Alexandra Ocasio-Cortez, Ayanna Pressley, etc. dont la raciste démocrate d’extrême gauche Kamala Harris qui a été « élue » à la Vice-Présidence des USA !

(10) La quasi-totalité des personnes décédées du Covid étaient en carence grave de vitamine D qui rendait leur système immunitaire naturel fragile. Cette carence est particulièrement fréquente chez les personnes âgées et elle peut se corriger facilement par des produits comme le Stérogil (8 gouttes par jour) ou par l’alimentation (sardines, maquereaux – des poissons très bon marché, huile de foie de morue, etc.), encore faut il le vouloir et le promouvoir au niveau national, dans le cadre d’une politique sanitaire véritable, à moins que le but du pouvoir ne soit de maximaliser les décès pour terroriser la population, la soumettre, la rendre docile et lui imposer une « vaccination » expérimentale, dangereuse et parfaitement inutile, sauf à enrichir le Big Lab et ses alliés..

En fait, le ministre « de la Santé » Véran, par exemple, celui même qui avait interdit les soins par les médecins de ville et la prescription du traitement précoce par la Chloroquine, a totalement banni le mot Vitamine D de son vocabulaire (il ne l’a pas prononcé une seule fois !) alors qu’il s’agit du meilleur renfort au système immunitaire naturel de chacun…

Au lieu de soins préventifs et précoces calibrés soigneusement par chaque médecin pour chacun de ses patients, le gouvernement Macron a imposé une stratégie nationale générale à l’emporte pièce, identique pour 65 millions de Français, quels que soient leur âge et leur état de santé, avec vaccination universelle et obligatoire, présentée mensongèrement comme « seule solution », ce qui est un contresens du point de vue médical… Dans quel but et dans quel intérêt ?

(11) La trahison inique du prof. Raoult (dont le « crime » et d’avoir voulu privilégier avant tout les soins pour sauver ses patients…), par des « médecins » (l’Ordre des médecins créé par Vichy), mandarins  inféodés aux Labos, en conflits d’intérêt, et une presse et des médias appartenant à quelques milliardaires pour qui roule Macron, fait penser aux attaques révoltantes, au milieu du 19ème siècle, contre le médecin obstétricien hongrois Ignace Semmelweis qui préconisait simplement le lavage de leurs mains par les médecins pour éviter les décès très fréquents, entre 5 et 12 % des accouchées, par suite des fièvres puerpérales. L’Académie viennoise de Médecine mena une violente campagne contre cet excellent médecin, qui avait raison, seul contre tous, comme Galilée et Copernic avant lui, sous prétexte qu’il n’apportait pas de « preuve scientifique irréfutable » de la nécessité du lavage des mains après dissections de cadavres et avant les accouchements – on n’avait encore jamais vu de microbes à l’œil nu!

Semmelweis se permettait néanmoins, jeune médecin, d’avancer « insolemment » des recommandations à la vénérable Académie de médecine qui finit par lui retirer son diplôme et par l’empêcher d’exercer la médecine.

L’Académie se fichait éperdument de savoir si les recommandations de Semmelweis permettraient de sauver les jeunes mères : seule comptait son autorité indiscutée et définitive !

Elle fit tout pour écraser Semmelweis, le faire taire et le mener à la ruine…

La scandaleuse « disqualification » du prof. Raoult prétendument « controversé » (et des professeurs Perronne, Montagnier, etc.) est du même acabit, et témoigne du même mépris pour le salut des patients, sauf que le prof. Raoult est, en plus d’être un admirable médecin fidèle à son serment d’Hippocrate, un éminent infectiologue et chercheur, mondialement reconnu.