1

Twitt fatal : je revendique ce que j'ai écrit sur Valls

TchoRoucasLorsqu’il s’agit de commenter un texte, si minime soit-il, il faut juger du fond et de la forme.
En ce qui concerne le twitt fatal qui me vaut ma condamnation à une mort sociale et professionnelle, j’admets que la forme peut laisser à désirer, et que ce n’est pas ce que j’ai écrit de mieux. Les références au nazisme sont des arguments de gauchiste impubère, et j’ai glissé sans doute dans la banalisation du langage twitté. J’admets volontiers que la forme laisse à désirer. Mais en ce qui concerne le fond, je revendique totalement ce que j’ai écrit sur Manuel Valls.
Voila un homme qui est le chef du gouvernement, donc la plus haute autorité morale du pays, et qui pendant des semaines désigne à la vindicte publique 25 pour cent de l’électorat, soit un tiers du peuple français.
Il l’a annoncé à l’Assemblée Nationale : je vais stigmatiser le front national !
Cela veut dire quoi ? Simplement qu’il va accréditer et faire passer l’idée que nous serions des monstres racistes, des nazis et des homophobes.
Lorsque la violence et la bêtise reçoivent la caution morale de l’état, le résultat ne se fait pas attendre.
La mairie de Hénin-Beaumont incendiée, la maison d’un candidat FN également, des menaces de morts, une vieille dame de 83 ans sauvagement battue parce qu’elle collait des affiches du RBM.
J’ai eu le malheur et l’honneur de le dire, alors ils ont fait pression sur mon directeur (ils ne font jamais le sale boulot eux-mêmes) et il m’a viré.

Je l’avais dit aux assises sur la liberté d’expression : les patriotes et les Français doivent disparaître. Je suis le premier. A qui le tour ?
Jean Roucas




Nous, les petites gens qui dérangeons M. Valls

VallsMarionVous avez raison, monsieur Valls, nous, les petites gens avons bel et bien été trahis. Par vous et le monarque François le Mou. Vous avez eu raison de le dire à l’Assemblée Nationale, il est temps de dénoncer une odieuse mascarade, la vôtre.
Face à une Marion Maréchal Le Pen magnifique de dignité, de jeunesse et de vérité, vous avez donné l’image d’une haine bavante, éructante dans laquelle perçait toute la fureur (quand je vois votre visage crispé d’intolérance, j’ai envie d’écrire « führer ») que vous inspirent les petites gens, ces petites gens qui ne se laissent pas faire et qui contrarient vos projets d’anéantissement de la France.
Nous sommes des ouvriers, des artisans, des artistes, des mères de famille, des commerçants, et nous assistons désespérés à la mise en place quotidienne de votre politique suicidaire.
Nous vous dérangeons, c’est compréhensible, nous ne sommes pas dociles, nous vous avons démasqué et nous le faisons savoir.
Vous devez rêver d’une population d’immigrés que l’on peut acheter (avec nos impôts) par la construction d’une mosquée ou d’un centre culturel islamique, une population qui vous assurerait une réélection certaine en échange d’un laxisme total et d’une flagornerie sans borne. Un califat dont vous et François-le-Mou seriez les vizirs, en quelque sorte.
Mais c’est compter sans les petites gens, monsieur Valls, nous sommes un tiers de la population française, et demain nous serons encore plus nombreux.
Vous pouvez nous insulter quotidiennement, cela ne nous fera pas disparaître.
La poubelle de l’Histoire vous attend, et c’est le peuple de France qui refermera le couvercle.
Jean Roucas
 




Cran : débarrassons-nous au plus vite de ces Guignols

Y'a pas bon Taubira 3A Nice, le CRAN vient d’interpeller un pâtissier parce que la forme et la couleur de ses gâteaux évoquaient une forme pernicieuse de racisme colonial.
La polémique ressurgit, il y a quelques années, on avait supprimé du langage pâtissier les expressions « tête de nègre » et « nègre en chemise ».
Il faut pousser la répression plus en avant et interdire les religieuses et les pets de nonne qui sont une atteinte évidente au principe de laïcité.
Heureusement, le pâtissier niçois refuse de prêter le flanc à des accusations aussi tartes.
Ceci nous prouve cependant qu’avec l’interdiction de la fessée, le gouvernement a de hautes préoccupations, et, pour garder un langage pâtissier, je dirais qu’il y a  des tartes et des coups de pied aux miches qui se perdent.
Mais vautrons-nous avec humour dans le délire antiraciste des penseurs bobos, et interdisons à tour de bras au nom de la morale nouvelle, commençons par les bistrots. Plus question de commander un petit noir ou un petit blanc, de dire un jaune quand on commande un  pastis, et surtout pas une mauresque si on y rajoute de l’orgeat.
Supprimons aussi l’appellation barbe à papa qui pourrait choquer tous les enfants dont le père est djihadiste, donc barbu.
Et surtout, virons le plus rapidement possible tous ces guignols de la pensée unique, qui voient le racisme partout sauf là ou il se trouve.
Virons les en un éclair avant de nous retrouver chocolat.
Jean Roucas




Avec Valls-Hollande, fin de la liberté d'expression, la France devient fasciste

Ri7On est foutusEn Avril 1943, mon grand-père paternel a été raflé avec cinquante otages innocents et fusillé en représailles sur une petite route de campagne à proximité de la commune de Gignac, pendant que mon père moisissait dans un camp de prisonniers. Pour moi. Pour que je puisse vivre dans une France heureuse ou régnerait la liberté et la douceur de vivre.
J’aime la France, son esprit, sa culture, et c’est bien là mon crime.
Je n’ai jamais tenu de propos antisémites, je ne le suis pas. Je n’ai jamais tenu de propos racistes, je ne le suis pas.
J’ai simplement affirmé mon soutien à Marine Le Pen, car je crois avec sincérité que cette femme exceptionnelle est la seule planche de salut pour notre pauvre pays que l’on est en train de tuer.
A la suite de cette prise de position, les portes se sont fermées les unes après les autres.
Gardanne, Livry-Gargan, Coutances, Saint-Maximin, et aujourd’hui Saint-Pierre des Corps. J’ai été interdit et boycotté dans toutes ces villes d’obédience socialo-communistes.
Que faut-il en déduire ? Que le liberté d’expression n’existe pas pour les autres. Souvenez-vous de Faudel et d’Enrico Macias, traités comme des criminels dans les merdias simplement parce qu’ils avaient soutenu Nicolas Sarkozy. Enrico Macias, pour sauver la gamelle, a rallié Anne Hidalgo aux municipales, mais là, c’était franchement comique!
N’attendez pas de moi un tel retournement, je ne suis pas un petit oiseau de toutes les couleurs.
Le 11 Janvier, les maires de toutes ces communes ont défilé sous la bannière Charlie au nom de la liberté d’expression. C’est à classer avec les pantalonnades de Guy Bedos défilant avec les immigrés de Calais.
Une belle démonstration de la Tartufferie de la gauche.
Un pays dans lequel la liberté de s’exprimer devient le privilège des gens de pouvoir et de ceux qui les soutiennent est un pays fasciste. Comprenons-le avant qu’il ne soit trop tard.
Conservez Hollande ou élisez Valls, et demain ils rétabliront le délit d’opinion, les organes de presse au service du pouvoir et la prison pour les opposants.
Cette phrase de Danton résonne aujourd’hui cruellement à mes oreilles : « citoyens! on tue la liberté sous vos yeux, et vous laissez faire ? »
Un homme libre, aujourd’hui et à jamais. 
Jean Roucas
 




Les Dix commandements de la Libre Pensée contre les crèches

 

CrecheVu l’ampleur que prend l’affaire des crèches, je vous propose quelques suppressions à faire d’urgence pour ne pas choquer les communautés non chrétiennes.

1 – Virer Michel Sapin du gouvernement, son nom fait trop penser à Noël.

2 – Supprimer le Jésus de Lyon de la carte de tous les restaurants.

3- Ne plus employer l’expression  » se faire enguirlander », il y a le mot guirlande qui est une référence claire aux fêtes de Noël

4 – Ne plus vendre de produits vaisselles sous l’appellation Javel-Lacroix, mais Javel tout court.

5 – Supprimer du langage courant quelques expressions comme  » J’ai les boules » ou  » dis-moi ou tu crèches »

6 – Interdire de télévision Ségolène Royal, Najat Vallaud Belkacem et Marisol Touraine le 24 Décembre. Pas de dindes à la télé le soir de Noël !

7 – Interdire le petit Papa Noël de Tino Rossi à la radio, diffuser du rap à la place.

8 – Ne plus dire : mon fils bûche ses examens, le mot bûche étant une référence inacceptable à Noël, je vous propose : mon fils fagote pour ses examens.

9 – Plus de souliers devant la cheminée le soir de Noël. A la rigueur, des babouches.

10 – Interdire à Sheila de chanter  » comme les rois mages » dans ses concerts!

 

Je vous souhaite à tous et à toutes un joyeux N…oh pardon! j’ai failli commettre un crime contre la laïcité !

Jean Roucas

 




Zemmour, Tasin, Cassen : dans cette France trahie, il demeure des hommes d’honneur…

TCHOZemmourprisonnierA l’époque ou la France était déchirée par l’antisémitisme, menacée par la guerre qui grondait, en proie aux déchirements des factions, Dreyfus écrivait, dans sa case de l’ile du Diable : « Il se trouvera bien dans ce beau pays de France, un homme d’honneur qui ne craindra pas de prendre la parole au nom de la vérité. »

Dans cette France d’aujourd’hui, que les traitres dépouillent tous les jours de son identité, de sa culture, de ses traditions, il se trouve un homme d’honneur pour dire la vérité. Il s’appelle Eric Zemmour.

Dans cette France où la police ne s’occupe plus que de répression politique envers les opposants au régime de François le Mou et laisse les voyous saccager des quartiers entiers, incendier des véhicules, attaquer des cars de touristes, il y a pourtant des hommes et des femmes d’honneur qui disent la vérité. Ils s’appellent Christine Tasin et Pierre Cassen.

Dans cette France, à laquelle on veut porter le dernier coup avec le droit de vote pour les étrangers, pour fabriquer un électorat tout neuf au despote Hollande, il se trouve encore des hommes d’honneur qui parleront au nom de la vérité.

Comment les reconnaître ? C’est simple. Ils sont aujourd’hui salis, calomniés, insultés quotidiennement par les médias collabos, rejetés. On les traite de fascistes, de xénophobes.

On met en place avec toute la force médiatique d’ignobles campagnes de désinformation pour les faire passer pour des antisémites, et le plus triste c’est que même les juifs de France cautionnent cette mascarade sans voir l’abime dans lequel on va les précipiter en travestissant ainsi la vérité.

A moins qu’il ne se trouve dans ce beau pays de France quelques hommes d’honneur…

Jean Roucas

 




Contrairement à Noah et autres milliardaires exilés, je vis en France et y paie mes impôts…

NoahdieudonneEn ce moment, la collabosphère du show-biseness déploie toutes ses antennes pour nous tirer des larmes sur le sort du malheureux Yannick Noah ! Nous apprenons avec consternation que ses concerts sont boudés par le public. Va t-il connaître à son tour les joies du boycott ou alors le public deviendrait-il enfin intelligent!

Voila un monsieur qui vient de temps en temps en France, généralement pour promouvoir un album, et qui donne au peuple de France des leçons de civisme avant de regagner son paradis en Floride.

Il ne faut pas voter pour le FN, c’est pas bien, nous dit-il. Que connaît-il des problèmes quotidiens des français confrontés à l’insécurité et au chômage, au nom de quoi donne t-il des leçons ? Vit-il ici ? Non, monsieur Noah est un locataire privilégié qui n’habite même pas l’immeuble. Malgré ça,il nous sort une petite chansonnette moralisatrice anti FN, une blousette intitulée « Ma colére » pour stigmatiser les vilains fascistes que nous sommes. Une chanson qui ne vole pas haut et que Marine Le Pen a qualifié à juste titre de « musique d’ascenceur ».

Le résultat ne s’est pas fait attendre, le public boude ses concerts (on devrait plutôt dire ses meetings) ce qui me réjouit le cœur, car j’y vois un éveil de cette France qui en a marre de subir la propagande mielleuse et sucrée de tous ces artistes engagés d’opérette. N’est pas Brel ou Brassens qui veut.

J’appelle d’ailleurs le public de France à continuer sur cette bonne voie et à boycotter par la même occasion les autres tartuffes de gauche qui encombrent nos scènes et nos médias.

Moi je vis en France, j’y travaille (enfin, j’essaye!) et j’y paye mes impôts. Excusez-moi, messieurs les milliardaires exilés, ça me donne le droit de parler avant vous des problèmes que traverse notre pays.

Retournez dans vos paradis fiscaux et laissez-moi me battre pour la France, ici, chez moi.

Jean Roucas

Un citoyen libre qui depuis longtemps n’est plus sensible à vos grimaces.




Mes engagements m’ont fermé toutes les portes… sauf le Théâtre des 2 Anes

RoucasChers amis,

Je suis ravi d’être des vôtres.

Je ne veux pas me victimiser outre mesure, mais il est exact que mes engagements m’ont fermé toutes les portes. Les médias, bien sur, et aussi des salles de spectacle où je suis régulièrement déprogrammé à la dernière minute sans aucune raison  valable. Quelques villes m’ont claqué la porte au nez, Gardanne, Livry-Gargan, Alès, Saint-Maximin, etc…

TchoRoucasMais plus on me tape sur les doigts, plus je sens que nous touchons au but, c’est le dernier sursaut des sectaires et des collabos, ils n’ont plus d’autres arguments que le boycott et l’interdiction  arbitraire.

La France est en train de les rejeter en bloc. Le combat continue. Je suis avec vous de cœur et de plume. Churchill avait raison, les fascistes de demain s’intituleront eux-mêmes antifascistes, mais les actes parlent.

On ne peut être que de gauche dans ce pays quand on  est un artiste. Mon exemple mis à part, souvenez-vous du sort de ceux qui ont soutenu Sarkozy, Faudel, Enrico Macias.

Exception faite pour Enrico Macias qui, avec une souplesse politique étonnante, a soutenu Anne Hidalgo pendant les municipales. Il faut savoir se retourner à temps. Il n’y aura jamais de telle volte face de ma part. Je suis sincère.Qu’ils continuent à me taper sur la tête, qu’importe. Un jour, ils seront balayés par le peuple de France.

Au théâtre des Deux-Anes, dernier espace de liberté pour moi, je joue une revue politique incorrecte que j’ai écrite, avec mes camarades Jacques Mailhot, Florence Brunold et Michel Guidoni.

Venez-y, ça vaut le coup d’écouter des histrions qui n’ont pas peur de la maffia médiatico-hollandaise, et qui grattent avec délectation là ou ça démange.

Amicalement à vous et à tous les lecteurs de Riposte Laïque.

Jean Roucas

Théâtre des Deux Anes

100, boulevard de Clichy

75018 Paris

01 46 06 10 26 (de 11 h 30 à 19 heures)

t2anes@yahoo.fr

Tous les jours, sauf le lundi, à 19 heures. Samedi à 16 heures, dimanche à 15 heures.

 




Antisémitisme : M. Cukierman, cessez de mentir en accusant le FN !

nazislamist girlsLettre ouverte à M. Cukierman, président du CRIF.

Monsieur le Président,

En favorisant des confusions entre le FN et l’antisémitisme,vous fabriquez un écran de fumée derrière lequel se cachent les véritables assassins que nous connaissons tous. Merah et Nemmouche, ainsi que les trois agresseurs de Créteil, sont-ils membres du FN ou du RBM ?  C’est un manquement grave envers vos correligionaires qui continuent à subir d’odieuses attaques et des insultes au quotidien.

Marine Le Pen a raison, les juifs de France devraient rejoindre le FN, car c’est le seul parti qui défend aujourd’hui les vraies valeurs de la France, Liberté, Egalité, Fraternité, et j’y rajouterai Vérité.

Face à une situation  aussi grave que la montée de l’antisémitisme, votre attitude est aussi consternante que les larmes de crocodiles de Bernard Cazeneuve qui appelle les Français à se mobiliser face à une situation que le gouvernement contribue en totalité à aggraver de jour en jour en favorisant une immigration sauvage et incontrôlée, principal foyer du fondamentalisme actif.

Cessez d’accréditer des mensonges, monsieur Cukierman, il ne faut pas faire porter au véritables ennemis du peuple juif des costumes qui ne sont pas les leurs.

Je crois que c’est Charles Péguy qui disait que travestir la vérité vous rend complice des faussaires.

L’antisémitisme et le racisme font leur nid dans le mensonge. Songez-y.

Un  patriote qui vous salue fraternellement.

Jean Roucas.