1

En 48 heures, j’ai subi deux procès politiques ahurissants

Dans un contexte où le harcèlement judiciaire s’abat sur nombre de patriotes, nous avons rencontré Jérémie Piano, un des responsables de Génération Identitaire, que le régime veut dissoudre…

Riposte Laïque : D’abord, où en sommes-nous, sur la procédure de dissolution de Génération Identitaire ?

Jérémie Piano : En mai dernier le juges des référés en Conseil d’État a refusé malgré notre « référé liberté » de suspendre la dissolution de Génération Identitaire. Le 16 juin, nous avons enfin eu une audience auprès du Conseil d’Etat durant laquelle notre avocat a pu démonter un à un les « arguments » du dossier constitué à notre encontre. Dans quelques semaines, la décision sera rendue et le CE validera (ou non) la dissolution de notre mouvement survenue en Conseil des ministres, à l’initiative de Gérald Darmanin.

Riposte Laïque : Vous avez donc eu affaire à la justice, en deux occasions, la semaine dernière. Pouvez-vous nous expliquer cela. Première affaire ?

Jérémie Piano : En effet la semaine fut chargée puisque se tenaient mercredi et vendredi derniers deux procès contre Génération Identitaire. Le premier incriminait à la fois Thaïs d’Escuffon et moi-même, tous deux anciens porte-parole du mouvement, pour des propos tenus par communiqué vidéo lors de l’opération Defend Europe Pyrénées. Pour nous faire payer la surveillance pacifique de la frontière franco-espagnole et la protection du col du Portillon – point de passage de milliers de migrants clandestins – le procureur de Saint-Gaudens cherche à criminaliser nos propos ! Pour avoir déclaré que « notre peuple est submergé et assassiné par cette immigration massive », Thaïs est poursuivie pour « injure raciale », tandis que pour avoir dénoncé « l’invasion-migratoire » et appelé « la jeunesse de France et d’Europe à se révolter contre la destruction de notre identité », je suis poursuivi pour provocation à la haine raciale. Pire encore que ce procès inique, les réquisitions délirantes du procureur qui réclame à notre encontre pas moins de 4 mois de prison avec sursis et 4000 euros d’amende. Le tribunal rendra sa décision le 9 septembre.

Riposte Laïque : Et le deuxième procès ?

Jérémie Piano : À peine remis du procès de l’avant-veille, je recevais vendredi dernier le verdict d’un autre procès intenté contre un militant aixois et moi-même pour avoir collé à Aix-en-Provence des affiches de Génération Identitaire, sur lesquelles étaient inscrites Immigration, Islamisation, Racailles – Reconquête. Pour avoir eu le tort de dénoncer la sacro-sainte immigration à travers ces quelques mots, j’ai été condamné pour incitation à la haine raciale, à 1500 euros d’amende dont 1000 avec sursis. S’opposer à l’immigration, à l’islamisation et à la racaille est donc passible d’être condamné aujourd’hui en France. Comble de l’indécence, nous devons donner un euro symbolique à des associations politisées et qui plus est grassement subventionnées (avec nos impôts) comme SOS Racisme comme la Ligue des Droits de l’Homme, celles-là même qui nous ont trainé en justice. Alors, non pas pour une question de montant mais pour une question de principe, à cette condamnation du 18 juin, je fais appel.

Riposte Laïque : Quel est votre regard sur les élections départementales et régionales qui se sont tenues dimanche ?

Jérémie Piano : Je regrette fortement cette abstention record qui a fait mentir les nombreux sondages et pronostics en faveur du Rassemblement National, et donc en faveur du camp patriote. En tant que provençal et en tant qu’identitaire, je souhaite ardemment la victoire de Thierry Mariani, mais celle-ci me parait à présent très difficile. Je note comme beaucoup d’observateurs que gagner ne serait-ce qu’une région servirait de tremplin au RN en vue des élections présidentielles, tandis que l’inverse bénéficierait plutôt à l’émergence d’Éric Zemmour dans le cadre d’une éventuelle candidature pour 2022.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Jérémie ?

Jérémie Piano : Je souhaiterais faire la promotion auprès de vos lecteurs de l’Association de Soutien aux Lanceurs d’Alerte, dont Thaïs est la porte-parole et qui vient en aide aux anciens militants de Génération Identitaire dans le cadre de leurs persécutions judiciaires : https://asla.fr/faire-un-don/

Merci à vous pour cet entretien, et merci à ceux de vos lecteurs qui nous soutiennent !

Propos recueillis par Pierre Cassen




La dissolution de Génération Identitaire, une agression contre le peuple français

Dès que nous avons appris la dissolution de Génération Identitaire, nous avons, entre autres réactions, sollicité Jérémie Piano, un des leaders du mouvement, pour recueillir ses premières réactions…

Si tous ceux qui nous soutiennent manifestent avec nous…

Riposte Laïque : Vous venez d’annoncer que le gouvernement a lancé la procédure de dissolution de votre mouvement. Quelles sont les échéances, et qu’allez-vous faire ?
Jérémie Piano : Sur les plans juridiques et politiques, nous avons quelques jours pour rendre nos « observations » au gouvernement et pour organiser un rassemblement contre la dissolution de Génération Identitaire. Ces observations ne changeront probablement rien à notre sort. En revanche, le rassemblement de ce samedi pourra faire pression sur le gouvernement, à condition d’être massif et populaire. Pour cela, nous avons besoin de la participation des grandes personnalités politiques de la droite, capables de mobiliser des milliers de Français derrière elles. Marine le Pen, Marion Maréchal, Éric Zemmour et bien d’autres nous soutiennent déjà de manière officielle contre cette dissolution ! S’ils joignent l’acte à la parole et marchent à nos côtés lors de ce rassemblement, le Gouvernement se verra alors obligé de revenir sur sa décision.

Cette dissolution est une atteinte grave au peuple français, qui ne supporte plus l’immigration

Riposte Laïque : Je présume, qu’à défaut d’être surpris, vous êtes scandalisé, par une telle décision qui ne repose sur rien, au niveau juridique ?

Jérémie Piano : Cette décision est d’abord une grave atteinte à la liberté d’expression, à la liberté d’association et à la démocratie. C’est ensuite une grave atteinte au peuple Français, qui ne supporte plus l’immigration et qui compte notamment sur Génération Identitaire pour le défendre face à la politique multi-culturaliste du gouvernement. Nous ne sommes pas surpris car, terrorisé par nos récents succès et notre popularité grandissante, le gouvernement ne pense plus qu’à une chose depuis des semaines : se débarrasser de Génération Identitaire et, par ce biais, tenter de faire taire les Français contestataires. Cette dissolution est aussi un coup politique destiné à calmer les pressions de la gauche, très critique envers le gouvernement depuis les mesurettes prises à l’encontre des islamistes dans la loi sur le séparatisme. Elle ne repose donc sur rien de juridique, et nos avocats – Gilles-William Goldnadel en tête – feront tout pour annuler cette injuste décision politique dans les mois à venir.

Ils ne pourront en revanche jamais dissoudre le sens du devoir de nos militants

Riposte Laïque : Cela signifie-t-il que, si la dissolution était confirmée, vous ne pourriez plus militer ?

Jérémie Piano : Nous ne pourrons alors plus militer collectivement, car une « reconstitution de ligue dissoute » pourrait aller jusqu’à envoyer certains d’entre nous en prison. La question du militantisme devra donc être répondue par chacun de façon individuelle : où suis-je le plus utile à mon pays et à ma cause ? Pour ma part, je passerai probablement de l’activisme à une autre forme de militantisme politique, mais je serai toujours là demain, au grand dam du gouvernement. S’ils peuvent dissoudre une structure, ils ne pourront en revanche jamais dissoudre le sens du devoir de nos militants ni leur volonté d’agir pour la France et pour l’Europe.

La place d’un patriote est d’être à nos côtés, samedi à 14 heures, à Paris

Riposte Laïque : Que proposez-vous aux patriotes qui souhaitent vous aider ?

Jérémie Piano : La place d’un patriote, d’un identitaire, d’un Français qui a à cœur de se battre pour son identité et pour sa liberté se trouve au rassemblement de ce samedi à 14 h. Je compte sur chacun d’entre vos lecteurs capables de se rendre à cette manifestation de se joindre à nous pour défendre un mouvement qui depuis des années, est en première ligne pour défendre notre pays face à l’immigration-invasion, l’islamisation, le racisme anti-blanc, l’insécurité, notre remplacement. Parlez de cet événement autour de vous, mobilisez-vous, ne laissez pas la dictature s’installer !

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Jérémie ?

Jérémie Piano : Le lieu exact du rassemblement sera communiqué dans quelques jours, lorsque nous nous serons entendus à ce sujet avec la Préfecture. Restez alertes !

Propos recueillis par Pierre Cassen



Chèques à envoyer à Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Pour virements ponctuels ou mensuels, nous demander notre RIB IBAN à redaction@ripostelaique.com



Pour Macron, pas un Français ne doit vivre sans côtoyer d’immigrés

Génération Identitaire, en quelques jours, a fait la une de l’actualité. D’abord en faisant avec la frontière espagnole la même opération de sécurisation que celle du col de l’Échelle avec la frontière italienne. Ensuite par la présence, sur le plateau de l’émission de Cyril Hanouna, de leur porte-parole, Thaïs d’Escufon, dans une ambiance très hostile, et enfin, ce jour, par la déclaration du ministre de l’Intérieur, évoquant travailler à la dissolution du groupe patriote. D’où la pertinence de cet entretien avec Jérémie, un des principaux animateurs de GI. 

Nous sommes en train de gagner la guerre culturelle et idéologique, face au multiculturalisme

Riposte Laïque : Il y a quelques mois, vous nous expliquiez, dans ces colonnes, le sens de votre engagement, depuis dix ans, au service de votre pays et de son identité.

https://ripostelaique.com/dix-ans-de-militantisme-a-generation-identitaire-pour-defendre-mon-peuple.html

Depuis cet entretien, on a l’impression que la France entière parle de Génération Identitaire, et que vous suscitez de plus en plus de haine, disons le mot, de la part de la gauche extrême, mais pas seulement d’elle, comme on l’a constaté à l’émission de Cyril Hanouna, ce jeudi. Comment expliquez-vous cette hystérie contre vous ?

Jérémie Piano : Il est vrai que nous sommes de plus en plus incontournables et cela fait peur tant à nos « élites » multiculturalistes qu’aux militants gauchistes et aux islamistes. Tous ce beau monde, qui fait la pluie et le beau temps depuis des décennies, se sent menacé dans son hégémonie. Les éditoriaux de Christophe Barbier sont remplacés par ceux d’Éric Zemmour, les livres d’Attali sont remplacés par ceux d’Obertone, les actions de Greenpeace par celles de Génération Identitaire. Leur monde s’effondre, et la guerre culturelle et idéologique que nous leur livrons tourne progressivement en notre faveur. Génération Identitaire s’est imposé dans le paysage politique et se fait le relais d’une très grande partie des Français. Nous sommes donc l’ennemi à abattre.

L’émission « Balance Ton Post » a été pour nous une franche réussite

Riposte Laïque : Estimez-vous que le fait de participer à ce genre d’émissions, qui constituent de véritables embuscades, avec un rapport de forces inégal contre la mouvance patriote et identitaire, est utile à la cause ?

Jérémie Piano : Parler pour la première fois de remigration – soit le retour au pays d’origine d’une majorité d’extra-européens présents sur notre sol – à une heure de grande écoute, devant 800 000 téléspectateurs, pour la plupart subjugués par notre militante, est une formidable victoire pour le camp patriote et identitaire. En plus de populariser cette solution que nous apportons à la question du Grand Remplacement, Thaïs a pu se faire la porte-parole non seulement des Identitaires mais également de toute une partie des Français, en parlant d’immigration massive, de racisme anti-Blanc, d’insécurité, en faisant lumière sur l’origine des divers agresseurs et harceleurs. Si le plateau ressemblait évidement à un tribunal politique et que chroniqueurs et présentateur se sont distingués par leur bêtise et leur agressivité, les Français ont pu nous écouter et même leur infliger un sévère camouflet en votant très majoritairement contre notre dissolution au soir de l’émission. Nous avons été largement soutenus sur les réseaux sociaux, beaucoup de jeunes nous ont contactés pour s’engager et Génération Identitaire est désormais connu de tous. Cette émission fut donc une franche réussite.

Il y a encore des magistrats qui font du droit, et pas de la politique

Riposte Laïque : Vous avez eu deux bonnes surprises judiciaires, en quelques mois. D’abord, en appel, à Poitiers, suite à votre action sur la mosquée en construction, vous avez été relaxés en appel. Ensuite, suite à votre action du col de l’Échelle, à la frontière italienne, vous avez été relaxés, en appel, alors que vous aviez été lourdement condamnés en première instance. Comment expliquez-vous cette soudaine bienveillance de quelques magistrats à votre égard ?

Jérémie Piano :  Il ne s’agit pas tant de bienveillance que d’impartialité. Les cours d’appel ont simplement été plus regardantes sur les principes du droit français et ont fini par casser les décisions prises par des juges ayant fondé leurs condamnations sur des motifs politiques et non pas sur des principes juridiques. Nous sommes évidemment très heureux d’avoir fini par gagner ces longues batailles judiciaires, mais nous restons attentifs !

Nous avons encore deux procès qui nous attendent

Riposte Laïque : Avez-vous d’autres procès contre vous qui sont en cours ?

Jérémie Piano : Oui, nous sommes actuellement poursuivis pour deux autres actions : l’occupation des locaux de SOS Méditerranée ainsi que celle du toit de la Caisse d’allocations familiales de Bobigny (93). La première action a consisté à déployer une banderole depuis l’intérieur des locaux de cette association immigrationniste qui affrète l’Aquarius, sur laquelle était inscrite « SOS Méditerranée, complice du trafic d’êtres humains » pour sa connivence avec les mafias de passeurs. La banderole de la seconde action réclamait à la CAF de Seine-Saint-Denis « de l’argent pour les Français, pas pour les étrangers ».

Notre action à la frontière espagnole a montré l’inaction du gouvernement

Riposte Laïque : Pourquoi cette nouvelle action, cette fois à la frontière espagnole, qui a déchaîné les passions contre vous ?

Jérémie Piano : Cette mission Defend Europe Pyrénées est la suite des missions Defend Europe Alpes et Méditerranée ayant pour but de protéger l’Europe des vagues d’immigration clandestine. Puisque, selon la préfecture de Haute-Garonne même « le risque migratoire » était fort et la « menace terroriste élevée » nous nous sommes rendus sur place afin de surveiller la frontière mais aussi pointer du doigt l’inaction du gouvernement dans la protection de nos frontières. Pour preuve, le col du Portillon, théoriquement fermé, n’était pas surveillé par les forces de police et de gendarmerie à notre arrivée. Notre action, visant à réclamer des moyens supplémentaires dans la défense de nos frontières, a donc également permis de mettre le gouvernement face à ses manquements, peu soucieux de la sécurité des Français.

Le robinet immigration-invasion continue de couler sur une France déjà inondée

Riposte Laïque : Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, l’année 2020 aurait été marquée par une baisse de l’immigration, à cause de la crise sanitaire. Cela vous paraît-il crédible, sur ce que vous voyez sur le terrain ?

Jérémie Piano : Qu’il y ait une légère baisse de l’immigration parce qu’il est plus difficile de se mouvoir dans le contexte de la crise sanitaire, c’est fort probable, mais qu’est-ce que cela change ? Les clandestins continuent de traverser chaque jour nos frontières et le robinet de l’immigration-invasion continue de couler sur une France déjà inondée.

Pour Macron, pas un Français ne doit vivre sans côtoyer d’immigrés

Riposte Laïque : Ce gouvernement a promis, en 2021, de déplacer 30 000 clandestins dans les régions et les campagnes, pour désengorger les grandes villes, et notamment Paris. Comment la France des Gilets jaunes, celle des campagnes, peut-elle s’organiser, pour refuser cette invasion qui va transformer son mode de vie ?

Jérémie Piano : Ce gouvernement n’aura eu de cesse de mépriser les Français et tout particulièrement ceux de la  France périphérique. Après avoir accentué leur pauvreté, Macron va leur ajouter de l’insécurité. Le mot d’ordre de l’État est en réalité le suivant : pas un Français ne doit vivre sans côtoyer d’immigrés. Pas un village de campagne ne doit échapper à l’invasion migratoire. Le grand tort des Gilets jaunes fut de ne jamais s’attaquer à l’immigration. Cette fois, il ne faudra pas occuper des ronds-points mais des centres d’hébergements !

S’ils veulent nous dissoudre, je leur souhaite bien du courage 

Riposte Laïque : Ils paraissent nombreux à exiger votre dissolution, et l’extrême gauche à Darmanin lui-même, qui l’a évoquée ce jour. Êtes-vous inquiet ? 

Jérémie Piano : Si Darmanin se dit scandalisé par notre mouvement et réclame notre dissolution, c’est parce que Génération Identitaire est un acteur politique incontournable – en témoigne notre passage sur l’émission Balance ton post et le soutien qui en découle – mais également parce que nous n’avons de cesse de renvoyer le gouvernement face à ses responsabilités devant l’ensemble des Français. Le gouvernement veut museler ses opposants ? Je leur souhaite bon courage, car rien ne peut justifier légalement notre dissolution.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Jérémie ?

Jérémie Piano : Je vous remercie de nous avoir donné la parole et invite tous vos lecteurs à signer et à partager autour d’eux cette pétition en notre soutien :
http://www.france-petitions.com/petition/664/petition-contre-la-dissolution-de-generation-identitaire

Propos recueillis par Pierre Cassen




Dix ans de militantisme à Génération Identitaire, pour défendre mon peuple

Le samedi 13 juin dernier, Génération Identitaire effectuait une action de grande ampleur lors du rassemblement du collectif  « Justice pour Adama » sur la place de la République. Je reviens pour les lecteurs de Riposte Laïque sur cette action au fort retentissement médiatique, ainsi que sur la genèse de mon engagement militant au sein de Génération Identitaire.

À l’âge de 15 ans, je tombe à la sortie du collège sur des autocollants – collés aux poteaux qui jouxtent mon établissement – aux slogans tels que « Kebabs, mosquées : assez », « Stop au racisme anti-Blanc » et « Pas de mosquées chez moi ». Ces slogans m’interpellent, me choquent, me parlent. En tant que jeune Français confronté quotidiennement à l’immigration, à l’insécurité et à l’islamisation de mon quartier, ces paroles résonnent en moi et me montrent que certains Français, conscients de leur identité, se dressent contre le remplacement de leur peuple. Très rapidement, je les contacte, les rencontre, et m’engage au sein de ces jeunes défenseurs de l’identité française et européenne.

Le 18 juin 2010, j’apprends que le Bloc Identitaire et Riposte Laïque organisent l’apéro saucisson-pinard, happening réussi qui alerte la société française sur l’islamisation de notre pays. Très rapidement, je participe à ma première manifestation au sein des Identitaires. Il s’agit de manifester à Béziers pour la libération de René Galinier, un pauvre grand-père ayant tiré à la carabine sur ses cambrioleurs, entrés par effraction dans son domicile. Nous réclamons le droit à légitime défense, le droit de nous défendre, le droit de vivre en sécurité dans notre propre pays.

En octobre 2012, notre mouvement devient Génération Identitaire et réalise sa première grande action, l’occupation du chantier de la grande mosquée de Poitiers. Je fête mes 18 ans sur le toit de cette mosquée cathédrale, tenue par les islamistes, symbole de l’islamisation de notre pays. Notre action est à son tour le symbole d’une jeunesse qui se dresse contre l’invasion de la France et de l’Europe. Cette action, fortement médiatisée, est le point de départ de la reconquête de notre terre. Notre mouvement se fait connaître, se développe dans d’autres pays européens tels que l’Autriche, l’Italie, l’Allemagne. Au fil des années, les grandes actions de notre mouvement se poursuivent : occupation du siège du parti socialiste, occupation des axes de communication entre Calais et la jungle de Calais, missions « Defend Europe » en Méditerranée et dans les Alpes, occupation des locaux de SOS Méditerranée, de la Caf de Bobigny dans le 93…

Je participe à la plupart d’entre elles et devient l’un des cadres du mouvement, tandis qu’il acquiert toujours plus de notoriété et qu’il se développe au Danemark et en Hongrie. Malgré la censure et les nombreux procès, Génération Identitaire est en première ligne pour défendre notre peuple. Plus que jamais, Génération Identitaire était en première ligne ce samedi pour défendre notre peuple face à ceux qui, profitant de l’actualité internationale, déversent leur haine des Blancs dans la plus grande impunité. Face à 20 000 racailles rassemblées sur la place de la République afin de demander « justice » pour Adama, nous avons réclamé « Justice pour les victimes du racismes anti-Blancs ». Accompagnés du hashtag « White lives matter », ce sont ces mots qui étaient inscrits sur l’énorme banderole de 10 x 6m déployée par les militants identitaires, à une hauteur de 30 mètres, face à la foule en délire qui nous insultait de « sales Juifs » et de « sales Blancs », nous donnant raison dans l’instant.

Les militants francophones de la mouvance « Black lives matter » ont montré leur vrai visage, face caméra, suite à l’action des Identitaires qui, une fois de plus, ont recentré le débat politique sur les thématiques qui comptent pour le peuple français et ont tourné en ridicule la mobilisation de leurs adversaires politiques. En témoigne l’attaque des « antifascistes » sur le toit de l’immeuble que nous occupions, repoussée en seulement quelques secondes par les militants de Génération Identitaire. Contre toute attente et à seulement 14 contre 20 000, la victoire médiatique, symbolique et politique revenait ce jour-là à cette jeunesse qui a fait le choix de la résistance. Cette victoire, nous la dédions à toutes les victimes du racisme anti-Blancs, ces victimes qui n’intéressent ni les médias ni les politiques, qui ne suscitent ni compassion ni émeutes, celles dont on oublie l’existence, celles dont on s’est souvenu quelques heures ce samedi, place de la République.

Partout où notre peuple, notre histoire et notre identité seront en danger, vous nous trouverez !

Jérémie Piano




Génération Identitaire organisera d’autres manifestations

Quatre jours après la marche de Génération Identitaire contre l’islamisme, pour défendre la France, il nous a paru intéressant de connaître le regard d’un des principaux organisateurs, Jérémie Piano, que nous avions interrogé une semaine avant l’initiative. 

Riposte Laïque : Vous avez été l’un des organisateurs de la manifestation de Génération Identitaire, ce dimanche, dans les rues de Paris. Quel premier bilan tirez-vous de cette initiative ?

 

Jérémie Piano : Cette mobilisation est une réussite. Elle a rassemblé plus de 1 000 personnes à Paris pour dire stop à l’islamisme, malgré la censure de la quasi-totalité de nos moyens de communication sur internet. Privé de liberté d’expression, Génération Identitaire est malgré tout parvenu à organiser cet événement en battant ses précédents records d’affluence.

 

Riposte Laïque : Les chiffres avancés sont de 200 dans les médias traditionnels, 500 dans d’autres, et 1 000 chez nous, selon la comptabilité de quelques rédacteurs présents. Soit tout de même nettement moins que la manifestation des islamistes et des gauchistes, une semaine plus tôt. Comment expliquez-vous cela ?

 

Jérémie Piano : Les deux mobilisations ne sont pas comparables. La manifestation contre l’islamophobie a bénéficié d’une intense couverture médiatique en amont, sans compter les réactions du gouvernement et de l’ensemble de la classe politique. Pour notre part, aucun média mainstream n’avait relayé l’annonce de notre manifestation et Génération Identitaire est d’autre part largement censuré sur l’ensemble des réseaux sociaux. Compte tenu de ces difficultés, réussir à faire déplacer plus de 1 000 personnes constitue justement un succès indéniable.

 

Riposte Laïque : Un commentaire sur le traitement médiatique qui vous a été réservé ?

 

Jérémie Piano : La palme de la fake news revient sans aucun doute à Libération pour qui nous n’étions « que quelques dizaines » ! Un tel traitement démontre surtout leur volonté de nous nuire par tous les moyens. Pour ces journalistes, il ne s’agit pas tant d’informer que de lutter contre ce que nous représentons grâce à leur carte de presse.

 

Riposte Laïque : Apparemment, la mouvance dite « antifa », pourtant très active la veille, aux Gilets jaunes, n’avait pas mobilisé contre vous. Comment expliquez-vous cela ?

 

Jérémie Piano : Par leur absence de courage. En-dessous d’un ratio de 10 contre 1, ils attaquent rarement.

 

Riposte Laïque : Cette initiative, et le fait que vous ayez élargi votre audience habituelle dans les manifestations, vous donne-t-elle envie de recommencer au plus vite ?

 

Jérémie Piano : Génération Identitaire organisera d’autres manifestations à l’avenir, cependant celle-ci réagissait à une actualité précise, à savoir l’attentat de la préfecture de police le mois dernier. Une réponse du peuple français à cette énième attaque devait être apportée. Pour les prochains mois, nous continuerons d’agir via le militantisme quotidien dans nos fédérations, de notre campagne hivernale Génération Solidaire qui vient au secours des Français vivant dans la rue, ainsi que par les modes d’actions qui ont fait la renommée de notre mouvement.

 

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

 

Jérémie Piano : Nous vous remercions encore une fois d’avoir incité vos lecteurs à défiler aux côtés de notre mouvement ce dimanche. Nous étions en première ligne contre l’islamisme tout d’abord mais aussi contre l’islamisation, l’invasion-migratoire et le remplacement de notre peuple. Partout où notre identité est assiégée, Génération Identitaire continuera d’occuper le terrain. 

 

Propos recueillis par Pierre Cassen




Pourquoi vous devez venir manifester contre l’islamisme le 17 novembre

À l’heure où d’un côté les tribunaux judiciaires et médiatiques condamnent unanimement Éric Zemmour – à qui nous apportons tout notre soutien – et que de l’autre les islamistes et la gauche française (Jean-Luc Mélenchon en tête) défilent dans les rues de la capitale ce dimanche afin de faire valoir leurs revendications communautaristes, il convient de rappeler quelques faits.

Le 13 novembre 2015, le sang de notre peuple coulait dans nos terrasses et dans nos salles de concerts : 131 morts, 413 blessés – dont 99 grièvement – et des centaines de familles à jamais brisées. Le 3 octobre 2019, nos services de sécurité étaient attaqués de l’intérieur : un policier converti à l’islam, habilité secret-défense, assassinait quatre de ses collègues en les poignardant. Un scandale d’État qui révèle l’ampleur de l’infiltration islamiste.

C’est en réaction à ce second événement que Génération Identitaire vous appelle à manifester, ainsi qu’en mémoire du 13 novembre. Nous appelons à une mobilisation massive contre ceux qui, entre ces années 2015 et 2019, ont massacré notre peuple, de Nice à Tarbes et de Saint-Étienne-du-Rouvray à Strasbourg. Nous devons faire face à ces ennemis de l’intérieur qui écrasent nos enfants les soirs de feux d’artifices et tirent sur nos familles dans les marchés de Noël. Descendons dans la rue contre ces islamistes qui nous ont déclaré la guerre, pendant que l’État s’obstine à croire qu’il y a plus d’ennemis en Syrie qu’en Seine-Saint-Denis.

C’est donc au peuple de France qu’il incombe de marcher contre ses ennemis et de faire entendre sa voix dans les rues de Paris ! Pour nos morts, pour notre peuple et pour l’avenir de notre pays, le dimanche 17 novembre à l’initiative du Collectif Stop Islamisme, nous marcherons contre les djihadistes et tous ceux qui les soutiennent.
Face aux islamistes défendons la France !

Jérémie Piano, militant de Génération Identitaire