1

Il fut un temps où les cathos n’étaient pas soumis à l’islam

Il est des phrases, des expressions, des paraboles, des maximes qui, parce que détournées ou sorties de leur contexte, prennent un sens autre dans la bouche de celui qui les prononce.

On pourra me rétorquer que je m’apprête à faire de même, ce que, par souci d’objectivité, je ne nierai point, mais je le ferai, par souci d’équilibre !
En effet, avec cette dictature de la pensée, tout étant dirigé dans le même sens, il est sain au moins d’opposer une vision différente… saine et salutaire quand il est question de survie… survie d’un peuple, d’une civilisation, de son Histoire, de ses racines…
Et c’est de celles-là dont je vais parler : des racines chrétiennes de la France, depuis Clovis.

Il était quelques grincheux ici-même qui avaient égratigné des auteurs relatant ces racines chrétiennes, alors que l’on est sur un site qui se dit « laïque »… mais et alors ? Cette laïcité interdirait que l’on évoquât nos racines sous prétexte qu’elles fussent chrétiennes ?

Une vision de notre Histoire commencerait pour eux, comme pour nos insoumis, gauchistes et Verts en 89 ? Qu’est-ce à dire ? Une rétrospective amnésique ? Un arbre aux racines écourtées au maximum et qui survivrait ? Concédons à ces révisionnistes que leurs Danton et Robespierre écourtaient très souvent et en très grand nombre… pas les plus belles références, hormis chez nos communistes et gauchistes qui ont continué à apprécier l’élimination d’adversaires aux opinions divergentes faisant plus de 100 millions de morts !

Alors, oui, un Charlemagne me remplit de joie et suis ravi que le pape Benoît XVI l’ait considéré comme un Bienheureux. Oui, ravi de dire Saint Louis plutôt que Louis IX à la façon du guévariste Mélenchon et fier qu’il participât aux Croisades et luttât contre les musulmans pour libérer le tombeau du Christ jusqu’à en mourir ! Oui, ébloui par sainte Jeanne d’Arc, qui sut défendre notre pays jusqu’à y sacrifier sa vie brûlée sur un bûcher…

Pourquoi citer ces trois personnages célèbres de l’Histoire de France ? Parce qu’ils sont pour nous des modèles de résistance… et les saint Louis et sainte Jeanne d’Arc sont canonisés, c’est-à-dire que l’Église les a considérés comme ayant une vie exemplaire que les chrétiens peuvent prendre en modèle ; cela justifie que l’on peut être chrétien avec les armes à la main lorsque c’est une question de survie pour un peuple, pour une civilisation face à une barbarie sanguinaire ! Depuis déjà trop longtemps, nous avons enduré face à des bourreaux de différents pays qui se servent de la religion islamique pour nous combattre et nous exterminer ; il est donc judicieux, précautionneux, salvateur d’avoir d’autres armes… ce qui n’exclue point, pour les chrétiens, leur autre arme, la prière !

Point n’est dans mon intention de me poser la question de savoir la façon dont perçoivent certains prélats, chantres du « vivre-ensemble » et                               « Pas- d’amalgames », ces saints héros de notre Histoire ? Ce n’est point la question dans ce papier ; je développerai ce sujet qui me tient à cœur une autre fois ; je suppose simplement que pendant la guerre, ils auraient approuvé la Résistance, donc les armes pour combattre l’ennemi ! Et que au Sahel, les aumôniers militaires ne disent pas à nos soldats de tirer en l’air ou à blanc, en se laissant mitrailler !

Mieux est de citer deux autres pères de l’Église.
Bossuet : « L’islam ! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’Univers ».

Le Bienheureux Charles de Foucauld, tué par ces mêmes musulmans : « Tout musulman croit qu’à l’approche du jugement dernier, le mahdi surviendra, déclarera la guerre sainte, déclarera l’islam par toute la Terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non-musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard par lui musulman ou ses descendants. ».

Je vois juste que l’on est en guerre, c’est même redit de façon officielle. Et qui dit « guerre » dit « ennemi »… et celui-ci est à l’intérieur. On a même réussi à dire que l’islamisme pouvait naître de l’islam.

Donc, au vu des attentats islamistes qui ensanglantent le monde, sur différents continents, dont le nôtre, et que sur notre pays, cela fait des décennies qu’ils sont là sans que l’on ne réagisse, hormis les fleurs, les nounours et les bougies qui n’ont jamais effrayé ces conquérants barbares, je ne suis pas, comme ces porteurs de pancartes « Même pas peur ! » et « Vous n’aurez pas ma haine ! », ni comme ces chrétiens à « tendre l’autre joue » mais plutôt à prendre exemple sur ces personnages glorieux et saints, héros de notre Histoire de France.

Loïc Mansard
Professeur




Au Coffin du racisme et de l’appel au meurtre !

En intitulant mon article, je pensais évoquer l’absurde et le surréalisme tant à la fois cette personne et ses propos sont complètement déconnectés de la réalité.
Mais j’ai trop d’amour pour ces façons artistiques de dire les choses que je n’emploierai point ces termes ! De plus, en ce qui concerne Alice Coffin, ils seraient inappropriés car elle ne raconte pas cela d’une façon fictive, non, elle croit délivrer une réalité que nous, pauvres diables d’Hommes, ne verrions point !

Il faut dire que ses « compagnons de lutte », que ce soit les Verts ou les LGBT de tous sexes et genres, ne l’aident pas à y voir bien clair ! Inutile ici de rappeler les délires des nouveaux élus islamo-gauchistes ces derniers temps !

Ce que je puis déplorer aujourd’hui, c’est d’avoir à consacrer un temps précieux à des gens qui nous en font perdre et qui, jadis, n’auraient jamais été connus !
Pourquoi le faire alors ? Parce que nous sommes contraints d’équilibrer la balance avec l’énorme chambre à écho que sont les médias.

Donc, dans le genre « tribunal médiatique », le « sévice public » (payé par nos deniers) a la part belle ! Donc, ces France Info, France Inter et autres « France » qui n’ont plus rien de « France » et ce sur quoi s’insurge régulièrement Gilles-William Goldnadel. Ainsi, sur la 5 propagandiste, entre « Le petit Journal » et « C à vous » avec A-É Lemoine et Cohen, on est dans l’apothéose ! On y voit se gausser l’hypocrite au sourire dédaigneux et au regard supérieur, qui laisse développer les thèses pour lesquelles il abonde et qui caricature, déforme, triture toutes réflexions qui lui hérissent le poil ! Il suffit de voir l’accueil de Onfrayou Zemmour et les comparer à celui de Coffin.

https://www.youtube.com/watch?v=KMeTMpujBu8

Édifiant ce deux poids-deux mesures !

Comparons ces propagandistes et Sonia Mabrouk qui pose une question simple à Alice Coffin sur son indignation à géométrie variable quand celle-ci s’indigne de son éviction de « L’Institut Catholique de Paris » (contractuelle dans le privé) pour militantisme et qu’elle approuve ses amis syndicalistes d’étudiants cogneurs qui interdisent de parole, pour une seule conférence de Sylviane Agacinsky, agrégée de philosophie, à l’université de Bordeaux (établissement public !). Quelle ouverture d’esprit pour des gens dont le futur métier devrait être l’amour de la réflexion et du débat, et quelle autorité pour un président d’université de faire respecter ce droit à l’expression !

À cette question de Mabrouk sur la généralisation des mâles en mal absolu, que répond-elle ? Difficile à décrypter si on n’est pas un spécialiste du langage des signes et pas facile quand c’est à la radio pour lire sur les lèvres (oh, quel mauvais esprit machiste-dominateur vous avez !) : « se gratter la tête », « se tirer les cheveux courts en brosse » c’est quoi ? Et ensuite « se gratter la gorge » et « Euh » ça veut dire quoi ? Quand il y a plein de « euh » de suite, c’est différent ? Enfin, arrive apparemment quelque chose qui ressemble à une phrase « Le discours de généralité, c’est un discours politique ». C’est enfin une phrase, certes, mais qui n’est point un argument, c’est une apparence d’aphorisme, « à faux risques » devrais-je dire ! Voyant que ça faisait vraiment court, elle rajoute « Tout discours politique, historique, sociologique est à base de généralité »… ce qui est sûr, c’est que son affirmation est une généralité ! Et que dire quand elle rajoute, sans l’ombre d’un scrupule : « Les hommes sont encore trop nombreux à nous traumatiser » donc « je me permets de dire les hommes » !!

Autre remarque, non des moindres, avec un argument que j’affectionne ; si l’on change un mot en le remplaçant par un autre, on doit approcher l’objectivité, non ? Donc, dans le slogan criminogène de Coffin où elle incite à tuer les hommes, remplaçons « hommes » par « migrants » ou « mineurs isolés », que se passe-t-il ? Dans un cas, Éric Zemmour se fait illico poursuivre en justice par plainte du parquet, dans un autre cas, rien, pas le moindre frémissement dans la sphère politico-médiatico-judiciaire ! Reprenons son appel au meurtre et changeons « hommes » par « islamistes » ou « mineurs isolés » comme le ferait Zemmour et ce sont les cris des Bisounours effarouchés ! Et là encore, ni la direction de la chaîne, les journalistes ne se désolidarisent pas du propos ! (Ces mêmes avaient refusé la venue de Louis de Raguenel, ancien de Valeurs Actuelles, comme chef de la rédaction !). Et rien du côté du CSA, ni bien sûr du parquet ! Bernard Antony lui, la poursuit avec « L’Agrif » pour « racisme anti-hommes ». Après tout, comme le « féminicide » est apparu comme si seul les crimes sur les hommes étaient pris en compte, alors, pourquoi pas ? D’autant que les hommes vont être une minorité ostracisée avec Alice !
Ah, je rêve d’un petit débat entre elle et Agacinski, Zemmour ou Onfray, et là on aurait le désert culturel asséché de l’une ne pouvant puiser dans le puits de connaissances et de réflexions des autres !

D’ailleurs, j’allais oublier, Coffin ne veut désormais écouter que de la musique composée par des femmes et lire uniquement des bouquins écrits par des femmes… S’il vous plaît, faites-lui rectifier son tri, elle a exclu George Sand, pensant que c’était un affreux mâle tortionnaire !

Loïc Mansard
Professeur

NB : j’aurais pu ajouter comme échantillon sur la façon dont cette élue Verte n’arrivait absolument pas à passer outre la simple injure, sans arguments. Ainsi aux « G.G. », elle affirmait que « le masculiniste » Dupond-Moretti tenait des propos abominables… peut-être est-ce vrai, peut-être est-ce faux, j’attends toujours, comme les gens sur le plateau, des exemples.

https://www.actualite24.fr/eric-dupond-moretti-pris-a-partie-par-une-elue-eelv-dans-les-grandes-gueules-le-debat-vire-au-clash-video/




Herblay : deux flics criblés de balles et on mégote sur « ensauvagement »…

À Herblay, deux policiers en civil, qui planquaient, se font surprendre, extraire de leur voiture par trois sauvages, qui leur prennent leurs armes et leur tirent dessus à multiples reprises, en en blessant un très grièvement (entre la vie et la mort avec fracture du crâne et 4 balles dans le ventre) .
Mes pensées vont à eux et leurs familles, en souhaitant qu’ils reprennent goût à la vie !

Je ne sais rien des faits précis, donc je me garderai bien de toute analyse ; je constate juste que, une fois de plus, ce sont les racailles qui tirent et non les policiers !

C’était chez nous… nous sommes dépossédés de notre territoire, maintenant c’est chez eux, chez ces monstres qui règnent en maîtres pour commettre tous leurs trafics, délits ou crimes. On nous disait, pour nous réconforter, “surtout vous ne réagissez pas en cas de menace, de cambriolage, d’agression, vous prévenez la police !”…

C’est effectivement rassurant ! Quand on voit ces policiers sur qui on tire et on roule ! Quand on voit qu’ils n’osent plus intervenir dans des zones de non-droits… oui, le mot est lourd de sens ; il est utilisé depuis bien trop longtemps ! Cela traduit un manque de volonté évidente pour appréhender, sanctionner, pour expulser, pour éradiquer. Un manque évident de revenir sur l’une des plus grosses sources du problème, l’immigration massive et incontrôlée !

Et on va tergiverser pour savoir si « ensauvagement » ou « séparatisme » sont les bons mots et on ne soigne toujours pas les maux… que dis-je, on ne prévient pas les maux ! Tout ça par peur de dire les termes qui « stigmatiseraient » et feraient « l’amalgame », voilà où l’on en est ! Les uns ont culpabilisé les autres et tous ces irresponsables couards, hypocrites, idéologues, collabos ont acheté la paix civile et leurs voix futures !
Mais ce ne sont pas les seuls coupables, car lorsque l’on parle des voix, ce sont celles de tous ces votants également couards, hypocrites, idéologues ou collabos ! Le reportage édifiant sur une mosquée salafiste fermée et les réactions de ces habitants benêts, naïfs aveugles et soumis disant « ben, pourquoi la fermer, ils ont le droit de faire leur prière !! » en disait long sur le degré de réflexion et la curiosité de ces votants !
Eux aussi devraient la fermer !

C’est vrai, je le concède humblement, quel drame, quel gâchis… ces « Chances-pour-la-France », un Hugo, un Pasteur et un Monet… si seulement Dupond-Moretti avait joué au baby-foot avec eux et si Macron, Darmanin et Blanquer leur avaient fait apprendre l’arabe, ils se seraient bien intégrés et ces faits tragiques ne se seraient pas produits !!

Donc, oui, Monsieur Dupond-Moretti, cette “France coupe-gorge” n’est qu’un simple ressenti !
Et oui, Monsieur Macron, vous avez bien fait de supprimer votre mot stigmatisant “séparatisme” !

Loïc Mansard




Pour Veyrat-Masson, Marine parle insécurité parce que c’est la mode !

 

Ben voyons ! Pour dénigrer le propos développé par Marine Le Pen ce dimanche à l’Université d’été, Mme Veyrat-Masson (inévitable sur chaînes publiques et privées, chercheuse et directrice de laboratoire au CNRS, historienne, sociologue des médias, enseignante à Sciences Po etc. etc.), ne trouve rien de mieux que de dire, sur BFM : « ce thème de l’insécurité, c’est « un thème à la mode » ! ».

Ben oui, bien sûr, vous savez, les thèmes des discours sont comme les défilés haute couture, ou les couleurs des tissus d’ameublement ou des voitures, ou le hit-parade de chansons, c’est basé « sur la mode » ! Vous voyez, ce sont des sujets qu’on impose aux Français… malgré eux ! Les Français voudraient évoquer autre chose, mais c’est de cela dont ils vont parler, parce que cela leur sera imposé dans leur subconscient par les aigris, les moisis, les recroquevillés et les réseaux de la fachosphère ; ceux que Dupond-Moretti voudraient dissoudre…
« La mode » de Mme Veyrat-Masson, c’est le « ressenti » de l’avocat de Merah et des djihadistes, quoi !! Mais elle nous prête un pouvoir que nous n’avons pas, nous, les exclus du débat politique sur les médias, nous, les bannis des juridictions du « Mur des Cons », nous, les pourfendus des lycées et universités ! Comment réussir à imposer le « ressenti » ! Eux ont moins de mal à matraquer leur idéologie et leur pensée unique avec « raciste », « extrême-droite », « front républicain » et autres slogans !

Alors, plusieurs remarques :

1) Cette chercheuse, qui continue à chercher pour nous grâce à nos « sous-sous », évoque « le thème à la mode » comme elle et d’autres disaient pour les discours des souverainistes « le fond de commerce », équivalent élogieux à un « fond de culotte » ; ou comme ces mêmes gens de cette caste médiatico-politique qui parlaient de « surfer sur les peurs ! ».
Dites-moi, de quels discours de quelle personnalités politiques utilise-t-on des termes aussi réducteurs et aussi péjoratifs ? Dit-on d’une tirade de Mélenchon que c’est « un fond de commerce » ? Dit-on du propos des Verts qu’ils « surfent sur les peurs » ? Dit-on que les discours de Macron font et l’un et l’autre « en même temps ?! »
Ah, il me faudrait chercher au CNRS pour avoir, peut-être, une réponse !!!

2) Déjà, par définition, on ne peut utiliser ce mot « mode », car il signifie « éphémère », et recouvre de la « frivolité et du superflu » ; il est souvent lancé par couturiers, designers, personnalités qui vont créer un phénomène qu’un grand nombre va suivre : donc là, ceux qui font ces discours seraient ceux qui lancent une mode ? Par quel miracle ? Et ceux qui suivent la mode, c’est qui ? Ceux qui sont dans le « ressenti » et non les Français victimes au quotidien ?! Allons, un peu de sérieux et surtout de respect !
Si c’est « à la mode » comme elle dit, c’est bien parce que cela revient tout le temps dans l’actualité ; et si on en parle depuis des décennies, ce ne peut plus être un épiphénomène ! Et si ces faits d’ensauvagement sont récurrents, c’est parce qu’ils ne sont jamais combattus !

3) Mais quel outrage, quel manque de respect proférés par cette femme vis-à-vis de tous ces Français qui subissent non pas « cette mode », mais cette violence !!
Pour elle, la société qui se délite, les guets-apens et caillassages sur les policiers, les pompiers, les ambulanciers, les prisons surpeuplées, le laxisme judiciaire, les dealers, les fraudeurs de toutes sortes, les clandestins, les djihadistes, radicalisés et « fichés S », les imams salafistes, les multirécidivistes en pleine nature, les non-reconduites à la frontière, les musulmans qui placent l’islam au-dessus de la République, les zones de non-droit, les attaques au couteau, les viols, tortures, meurtres, attentats, ce ne serait qu’un « phénomène de mode » !

Quand un homme, une femme se font frapper à coup de tournevis, de marteau, de bouteille, de battes de base-ball, de poignard, ils ne le subissent pas pour être « à la mode ! ».
Si des femmes se font violer, torturer, tuer, ce n’est pas pour être « à la mode » !
Et si, dans des discours, on est « à la mode », ce n’est pas pour suivre « celles qui sont à la mode », les victimes, mais c’est pour désigner les coupables, tous les coupables, et y exposer les solutions radicales pour endiguer le mal voire le réduire au mieux !

Il manque à cette consultante média, spécialiste de communication, beaucoup de vocabulaire… ou alors elle le restreint, elle, pour être « à la mode » de la bien-pensance et pourfendre les populistes qu’elle exècre !!

Alors, au nom de toutes ces victimes du quotidien, je suis outré que cette fonctionnaire puisse sortir un tel blasphème à toutes ces victimes blessées dans leur chair, ces familles endeuillées et meurtries à vie, à toutes ces victimes décédées ne pouvant lui rétorquer : « On aurait aimer vivre sans suivre la mode ! ».

Loïc Mansard

Professeur




Obono : le choc des images serait-il plus fort que le poids des maux ?

Suite au brouhaha de l’épiphénomène Obono-bobo, dont hélas, on est contraint de parler parce que la résonnance est telle que c’est impossible de ne point réagir, on peut extrapoler sur deux choses :

1°) Le scandale, le déchaînement et le jugement sont décrétés par la gauche moralisatrice et celle-là inclut les plus extrémistes d’entre eux ; et ces cris d’horreur sont amplifiés par la chambre d’écho qu’est la sphère médiatique ; et comme on connaît la multitude de journalistes engagés qui, depuis très longtemps, déverse sa propagande, cela n’a rien d’étonnant ! Rappelons aussi le bourrage de crâne idéologique fait dans l’enseignement.

2°) Selon la formule célèbre d’un hebdo, on peut jauger « du poids des mots et du choc des photos », même quand c’est détourné de son but initial d’une manière machiavélique (le cas de l’image de « Valeurs Actuelles »). On peut constater et l’ai constaté dans les salles de rédactions : « le choc de l’image » prend le dessus sur « le poids des mots », semble-t-il. L’image « passe » moins aisément que le texte ! Ainsi, pour le cas de V.A., cette fiction aurait été juste écrite et aucun scandale ce week-end !

« Mais alors, à propos d’images, on va se lancer dans des comparaisons avec celle de V.A., chiche ? »
« OK ! »
« Le Père, le Fils et le Saint-Esprit se sodomisant, Giscard tête de n…., Morano enfant trisomique, la Sainte Vierge violée par les Rois Mages ? »
« Ce sont des journaux satiriques, voyons ! »
« Ah bon, alors « Le Monde », c’est un journal satirique avec le dessin du Pape et de l’enfant de chœur ? Et Ruquier, chaîne publique, avec Marine le Pen en étron, c’est quoi ? »
«  Oui, mais ce n’est pas raciste ! »
« Ah voilà, le mot magique est lâché, « raciste » ! Là encore, il faudrait s’accorder sur le mot… mais un exemple qui ne prêtera pas à débat « Les Français aussi cons que des nègres », raciste alors ? »
«  Non, parce que c’est dans un journal satirique ! »
« Ah, encore…alors, quand c’est dans un journal satirique, ce n’est plus raciste ! Donc ça n’était plus raciste lorsque le dessinateur tué par les islamistes Charb caricaturait Taubira en singe ? »
« Ben …oui ! »
« Ben non justement, pas bien, parce que lorsque Miège dessinait un singe pleurant parce qu’il avait été caricaturé en Taubira, Miège était poursuivi en justice !
« Ah, oui, mais c’est nauséabond, c’était dans un hebdomadaire d’extrême-droite ! »
« Donc encore vos étiquettes permissives ou non ; donc on peut tout dire mais pas partout… pourtant, lors des obsèques des dessinateurs de Charlie, à la question : « Peut-on rire de tout ? » Taubira avait répondu « On peut tout dessiner, y compris un prophète parce qu’en France, pays de Voltaire et de l’irrévérence, on a le droit de se moquer de toutes les religions ».
« Oui, le blasphème, on peut ! »
« Et puisqu’on peut tout dessiner, on peut donc dessiner Obono en esclave, d’autant plus que c’est pour dénoncer l’esclavage ! C’est quand même bien moins ambigu que Sarkozy en Hitler sur les affiches des jeunes PS, non ? »
« Euh ! »
« Et les affiches de la CGT « La police tue ! », avec une mare de sang, c’est quoi ?
« Allons, c’est une formule ! Mais ne niez pas que la police est r…»
« Pas qu’une formule, l’image soutient ce slogan infâmant ! Et ça ne vous gêne pas, dans ce cas, de stigmatiser ! Allez, passons aux photos horribles de camps de la mort, par exemple, c’est bien dans un souci pédagogique ? »
« Oui »
« Mais c’est déjà bien difficile d’évoquer la Shoah dans des collèges et lycées « sensibles », non ? »
« Certes, mais vous savez, juifs, musulmans… »
« Alors, peut-on leur parler des leçons de l’Histoire ? »
« Ah oui ! »
« Donc, pourquoi ne pas montrer les photos de telle et telle personne égorgée, décapitée ? »
« Par respect des familles. »
« Alors, la photo du petit Aylan, pas de problème ? »
« Pour l’exemple ! »
« Alors, pour l’exemple, les photos des victimes du Bataclan, de Nice et d’ailleurs, toutes ces photos d’attentats islamistes devraient être autorisées, recommandées ! »
« Les enfants voient tellement de violence ! »
« Oui, donc, l’exemple, le « plus jamais çà », les leçons de l’Histoire, non seulement c’est valable juste dans quelques cas, mais il arrive que ce soit condamnable ?! »
« Comment çà ? »
« « Oui, M. Le Pen et G. Collard sont poursuivis en justice pour avoir montré les photos des crimes de Daesh ! »
« Ben vous savez l’extrême-droite, voyons ! »

« Oui, c’est donc bien çà, on en revient toujours avec vous à qui sont autorisées ou non l’indignation, la dénonciation, la mise au ban ; vos tribunaux révolutionnaires avec leur moraline à géométrie variable sont toujours bien là ! »

Loïc Mansard Professeur




En direct d’un après-match de foot, en France, avec le ministre…

Nous avons le privilège et l’extrême honneur de pouvoir accompagner le ministre de l’Intérieur, G.M. D. avec les policiers de la Brigade de la Répression Violente Motorisée:
« Merci M. le Ministre, de venir avec nous voir cette liesse populaire et bon enfant ! »
« Normal, Mesdames-messieurs, votre chaîne TV WC est une des nombreuses chaînes objectives, et je tenais à lui montrer que moi aussi, je partageais leur avis sur tout ! »
« Nous sommes flattés, M. le Ministre ! »
« Et vous verrez que je suis un homme de terrain, et que force sera à la loi ! »
« Comment cela, la force ? »
« Oui, fermeté sur le port du masque et les distances sanitaires, sinon, PV voire plus ! »
« Donc, pas d’hydrox… »
« Ah, votre humour ! Allez, hop ! À cheval ! »
« Et le ministre de sauter à califourchon sur la selle d’un des motards de la BRAV, geste habile hérité probablement d’ancêtres aux gestes analogues avec les bourricots ou les chameaux !… Habitude peut-être aussi avec certaines arrivistes, mais cela ne nous regarde pas ! »
« Nous voilà déjà arrivés… vous voyez ça, action-réaction ! »
« Oh, Monsieur le Ministre, on voit déjà la foule en liesse pour fêter la défaite d’un club français, avec des drapeaux algériens, marocains, tunisiens, ivoiriens !… »
« Parfait… et qatari ? »
« Ah oui, ainsi que saoudiens avec le sabre d’amour de l’islam ! »
« Ouah ! Ouf ! »
« Tiens, déjà les feux d’artifices ? »
« Ils ont bien fait ça ! C’est qui, le PSG, la mairie de Paris, le ministère des Sports, de la Culture ? »
« Oh, attention, Monsieur le Ministre, les fusées sont lancées à l’horizontale ! »
« Ah, ça ! Je reconnais le sens artistique de Roselyne ! L’originalité de cette femme ! Son sens créatif rose bonbon ! Elle est parfaite dans ce poste du ministère de la Cul… ouh là là, elle n’est pas passée loin, quand même, celle-là ! »
« Mais pourquoi toujours dans notre direction ? »
« Oui, il doit y avoir un message d’artistes engagés ! Il faut que je décrypte ! »
« Oui, en attendant, on se réfugie là, M. Le Ministre ! »
« Et le préfet, il n’était pas du même monde que les « Gilets jaunes », mais il doit être du même monde que ces supporters, non ?! Il pourrait nous dire si c’est bien des pavés, cailloux et bouteilles qui se mêlent aux fusées pour commémorer la défaite… et là-bas, M. le Ministre, on n’intervient pas, on dirait qu’il y a des jeunes qui cassent des vitrines de magasins ! »
« Oh, vous savez, la déception de la défaite… »
« Oui, mais là, ils pillent ! »
« Que voulez-vous, ils ont été tellement dans la privation ! »
« Oui, mais pourquoi ne pas empêcher de défoncer ces voitures ? »
« Elles n’appartiennent pas à des gens d’extrême droite ?! »
« Oui, mais le gars qui saute à pieds joints sur le capot ? »
« Mais il a son masque, regardez donc ! »
« Et les autres qui incendient les voitures avec des cocktails Molotov ?! »
« Mais non, vous voyez bien qu’ils portent des cagoules, des casques de moto ou de chantier avec visière, des capuches et des écharpes palestiniennes ! »
« Oui, mais ceux qui nous caillassent, là-bas ! »
« Observez bien, Messieurs, qu’ils respectent les distanciations sociales ! »
« Et ceux qui poursuivent et assaillent nos collègues dans ce fourgon de police ? »
« Notez-le n° du véhicule ! »
« Et ceux qui balancent les barrières sur nos collègues ? »
« Ce sont des gestes-barrières, allons ! Vous voyez, Messieurs, il faut éviter d’être dans la stigmatisation de la racaille ! Il faut freiner vos pulsions sauvages ! Ne pas être dans la provocation ! Savoir ne pas bouger quand on est agressé de manière coutumière ! Vous savez bien que la haine entraîne la haine ! Ce ne sont que des incivilités ! Soyons pour la paix des BRAV. Ha ! Ha ! Ha ! »
« Oui, mais pourquoi est-on là, et 3 000 de plus ?! »
« Pour pouvoir arrêter les dangereux individus qui eux, ne portent pas de masques… vous voyez bien que ceux-là sont tous encapuchonnés, encagoulés ; en revanche, tenez, cette vieille dame, à son âge, elle va filer le Covid à tout le monde à toussoter sous les gaz lacrymos alors qu’elle est dans une des rues où le port est obligatoire ! Allez, embarquez-moi cette criminelle ! ».

« Ah, que c’est palpitant de vivre en direct de tels hauts faits en compagnie des BRAV.! Merci M. le Ministre, à vous les studios ! »

Loïc Mansard 




Tanguy Lekermarec a reconnu avoir mis le feu à la mosquée de Brest !

« Comme nous vous l’avions annoncé, c’est bien Tanguy Lekermarec qui a mis le feu à la mosquée de Brest ! Tous nos soupçons se sont avérés exacts ; ce Breton bretonnant, vieux chouan aigri, dont les voisins nous disaient qu’il ne parlait à personne, qu’il bougonnait en mâchouillant sa pipe d’écume, qu’il soufflait dans son biniou d’une façon agressive et haineuse, est bien l’auteur de ce drame qui, non seulement a secoué toute la communauté musulmane, mais toute la société française, dans son ensemble, quelles que soient les origines ! Ce suspect, dont nous vous avions tout de suite révélé l’identité, allait à chaque fois au festival celte, ne ratait jamais une cérémonie religieuse sur l’eau pour les marins péris en mer et l’on apprenait par la suite qu’il possédait une grande collection d’armes dangereuses comme des bombardes, importées du temps des croisades, guimbardes et autres instruments de bardes ; on a retrouvé aussi des messages d’allégeance à de Charrette et La Rochejaquelein, ainsi qu’un poème d’André Chénier entourés de fleurs de lys ; des sculptures de Saint Louis et Jeanne d’Arc se trouvaient également dans sa chambre ; bref, le suspect avait toutes les caractéristiques d’un vieux franchouillard n’acceptant ni le progrès, ni les autres peuples ou religions.

Après les visites éclair d’un grand nombre de ministres, ce sont celles du président de la République et son Premier ministre qui se sont agenouillés, puis aplatis devant les cendres du bel édifice relatant le style typique des années 2010/2011 marié avec bonheur au style islamique ; dans ce criminel incendie ont disparu, outre tous les tapis de prières et babouches auxquels l’incendiaire avait mis le feu, mais aussi le Coran, avec ses sourates incitant au djihad, au califat, et à la charia ainsi que le sabre de paix ! Bref, des semences cultuelles qui incitaient à un « vivre-ensemble » fertile !

Ces pertes sont inestimables, et le chef de l’État a garanti que tout serait remis en l’état dans l’année à venir et à l’identique, sans concours d’architectes pour une vision plus moderne à la place du croissant ; par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a promis une justice exemplaire, car il a garanti que cet homme n’était pas un déséquilibré, mais un dangereux croyant catholique intégriste ! C’est tout à fait le portrait typique d’un « identitaire rabougri, replié sur lui-même et excluant toute invasion étrangère », selon ses propres termes ; et c’est pour cette raison que l’imam s’est ravisé et ne lui a pas confié les clés de la mosquée !

Mais comment alors…  et c’est à ce moment-là que je me suis réveillé, instant où la télé restée allumée montrait Marlène Schiappa dire : « Tout étranger coupable de violences racistes n’a pas vocation à rester chez nous ! »

Mais incendier une cathédrale (de plus œuvre classée au patrimoine), c’est moins grave et ça n’est pas un acte raciste, « ce n’est juste qu’une incivilité » ; de plus, « il n’y a pas mort d’homme » a dit son avocat, et soyons lucides, cet orgue baroque de 5 500 tuyaux ayant jadis joué du Bach, Buxtéhude, Franck, Widor ou Vierne était inutilisé ; il était remplacé judicieusement par des compositions plus riches pour tams-tams et danses aux offices et cérémonies. Heureusement que les autorités religieuses, le maire, les associations, éveilleurs de consciences et autres paroissiens ont péché ou ont menti (selon qu’on est dans le cultuel ou culturel) pour que ce brave Rwandais, torturé par le remords, puisse rester sur notre territoire, alors que l’État dictatorial français, connu pour son extrême intransigeance, voulait l’expulser en 2019 !

Dupond-Moretti va voir si ce « déchiré par la vie » ne peut avoir un stage de poneys et de graffs d’intérêt général et Darmanin des cours de français car, au bout de dix ans, il ne parle toujours pas la langue ; c’est pour cela qu’à son grand désespoir, il n’a pas pu avouer la semaine dernière aux enquêteurs qui l’interrogeaient.

Loïc Mansard, professeur.




J’ai trouvé pourquoi les églises et les cathédrales brûlent

Notre-Dame Fire Paris; Shutterstock ID 1370949875; Purchase Order: ARTnews

Les caillassages, les courses-poursuites avec la police, les guets-apens dans les cités de non-droit, on croyait que c’était grave, mais les médias, les députés, ministres ou juges nous affirmaient que c’était juste des incivilités !

Les tirs à armes réelles sur les pompiers, ambulanciers ou forces de l’ordre, la bien-pensance nous expliquait que c’était juste une réaction logique, compréhensible et saine de gens opprimés, stigmatisés et que l’on avait ghettoïsés, alors que nous, naïvement, en voyant jadis les générations d’immigrés de pays européens s’intégrer, s’assimiler au destin national, nous avions négligé, méprisé l’ampleur du problème !
Les attentats nous faisaient découvrir régulièrement que les auteurs étaient des déséquilibrés alors que nous, populistes naïfs ou suspicieux, pensions que c’était dû aux fous, certes, mais aux fous d’Allah ! Il fallait stopper cet amalgame insupportable !

Lorsque les incendies de voitures se sont propagés aux gymnases et écoles, puis ensuite aux églises et cathédrales, on s’est dit que, après les symboles de l’État, de la Nation française, c’est à ceux de la religion chrétienne, de la tradition judéo-chrétienne de l’Occident que des islamistes ou gauchistes s’en prenaient ; là encore, nous faisions fausse route avec notre esprit obtus de complotiste d’extrême-droite !

Et notre cerveau trop étroit avait du mal à croire aux versions officielles de l’accidentel : les cierges gigantesques brûlant pendant des heures sous le chêne multi-centenaire de la voûte, les mégots de mariejeanne à côté des tuyaux d’orgue oubliés par l’organiste babacool dans les vaps, le chalumeau laissé malencontreusement allumé par le sacristain faisant de la sacrée sculpture à ses heures perdues… Non, même si nous avions fait des efforts pour comprendre ce que nos enquêteurs nous distillaient, relayés par nos médias, nous restions déconcertés, parce que pas éclairés !

Ouf, heureusement, j’ai compris maintenant ! Tous ces chroniqueurs inspirés des chaînes publiques ou privées, les ailes griefs et les apathiques et tous les écolos m’ont ouvert les yeux, c’est bien à cause du réchauffement climatique que nos édifices religieux brûlent ! Et c’est pour cette raison que l’on n’arrête jamais les incendiaires criminels ! Mais mon cheminement a été long, car mon cas était grave, j’étais en plus un climato-sceptique ! Heureusement que les Verts islamistes et les Verts zadistes, bien relayés par nos médias VRP, ont alarmé sur ce futur tragique et qu’ils ont surfé sur les peurs !

Diable ! Si seulement ces chrétiens faisaient édifier des cathédrales uniquement en béton, ça ne se produirait pas ! Ce matériau semblait même être la solution pour un médecin à la TV.
Ah oui, tiens, c’est vrai, ça n’arrive pas aux mosquées !
Je ne comprends pas effectivement que dans les siècles passés les maîtres d’œuvre, constructeurs, architectes aient conçu une toiture en chêne pour Notre-Dame et les facteurs d’orgues aient fabriqué ces énormes instruments en bois, étain et plomb !
Encore que cela n’empêche pas le millier d’églises et de cimetières d’être dégradés et profanés chaque année ! Et les tombes, les calices, les vitraux ou les murs ne sont pas tous faits de bois !

En attendant, tous nos donneurs de leçons après coup s’inclinent tristement devant le patrimoine qui disparaît, pleurent sur ce qui sera l’absence de touristes, partagent la douleur de la ville, mais prennent soin de ne pas s’unir à la communauté chrétienne touchée encore en son cœur, comme ils s’empresseraient de le faire avec d’autres cultes !

Quant au toubib, j’espère qu’il préconise de meilleurs remèdes pour le cœur… que pour le chœur !

Loïc Mansard
Professeur




Sus aux punaises de lit !


Quelle est soudain cette volonté impérieuse de la part de Jupiter et son gouvernement de vouloir éradiquer les punaises de lit, juste après l’affaire Grivois ??!!… D’où viennent ces punaises de plus en plus gênantes ? « Ça vous gratouille ou ça vous chatouille ? »!
De la Grivois gate (ou plutôt gagate ou bragate !!), on ne retiendra qu’une chose, que de Paris, il s’en branle… Ce qui prête à sourire aussi, c’est la façon dont nombre de ses amis de la classe médiatico-politique, qui vénéraient le « Il est interdit d’interdire » et les dessins salaces de Charlie, se sont offusqués par des « Oh ! » de vierges effarouchées et ont apporté leur apitoiement sur le sort de ce pauvre travailleur manuel parisien !! Des « Oh! » alors qu’il ôtait le bas !
C’est alors que, soudain, on saute sur l’occasion de censurer qui, quoi ?… Les réseaux sociaux… ils étaient pourtant très bien, ces réseaux sociaux, il y a peu ! Ils avaient toutes les qualités puisqu’ils avaient bien contribué à l’élection de Jupiter avec ses faux soutiens… Mais voilà, ensuite et hélas, ces moyens d’informations sont devenus très très méchants et pervers, souvenez-vous : ils ont relayé, par exemple, les infos sur un proche du Président, issu de la diversité, son garde du corps promu d’un coup colonel, avec tous ses passe-droits et toutes ses frasques, la photo du Président-donneur de leçons en sandwich entre deux Antillais au doigt d’honneur, délinquants dépoitraillés, de Castagneur frotti-frotta en boîte de nuit, du homard bio du ministre vert, entre autres !
Cela a démontré la vérité de la fable : « Le réseau du plus fort est toujours le meilleur ! »…
Loïc Mansard, professeur




Info, intox : ne pas avaler le coup de la peste brune

Quand on regarde les affiches de 68, nombre d’entre elles pourraient être reprises aujourd’hui avec ô combien plus d’exactitudes que jadis : « les cadences accélèrent, le chômage aussi », « élections, pièges à cons », « la presse ment », « La beauté est dans la rue », « réformes, chloroforme »…Et cependant, un demi-siècle s’est écoulé et rien n’a changé, ou plutôt presque rien, si ce n’est que nombre de ceux qui les scandaient, anciens gauchistes de tout poils, ont depuis occupé le pouvoir politique et médiatique ! Ces nantis hors-sol, eux et leurs héritiers méprisent les gueux qu’ils ont l’outrecuidance de dire défendre dans des cabinets ministériels et autres commissions « Théodule » et « phobes », ou au sein de ces salles de rédaction aux ordres du pouvoir !

Et arrêtons-nous un peu sur ces derniers cas : le peuple n’étant pas écouté par la plupart des élus se trouve désespéré en constatant qu’il ne l’est pas plus par ces médias qui devraient être une forme d’échos amplifiés à leurs cris de détresse ; non, car ces derniers sont l’écho des propos de leurs copains du système politique ; d’où l’immense courroux de ces Français face à cette désinformation. Ne serait-il pas sain que le peuple se révoltât contre la propagande en redoutant la dictature ?
Mitterrand vantait la multiplication des radios libres pour glaner la pluralité de l’information ! Vous la voyez, la diversité des points de vue sur les plateaux de télé, sur les chaînes de radio ? Vous en voyez beaucoup de débats équilibrés avec des gens d’avis vraiment contraires ? Vous en voyez beaucoup, des gens du peuple interrogés dans des vrais « micro-trottoirs » ? N’y a-t-il pas des gens célèbres hors « pensée unique » censurés partout ? Remarquez-vous le nombre d’infos glanées sur les réseaux sociaux non rapportées sur les médias ? Déplorez-vous aussi ces émissions similaires à un tribunal révolutionnaire ?
Alors oui, comparaison est raison ! Ainsi, est-ce que les gauchistes d’alors avaient déposé une autorisation de manifester chaque jour de Mai 68 ? S’inquiétaient-ils d’enfreindre la loi ? Compatissaient-ils à la détresse des propriétaires de voitures ou de magasins vandalisés ou brûlés ? S’alarmaient-ils sur l’image dégradée du Quartier Latin, de Paris, de la France ?

Et dernièrement, avez-vous entendu ces journalistes dénoncer tous ces millions d’euros de dégâts après les manifs d’extrême-gauche de Rennes ou de Nantes, ou celles des « zadistes », ou celle du 1er Mai, ou après les émeutes d’une semaine suivant la prétendue bavure policière sur le pauvre séant du pauvre Théo ? Se sont-ils inquiétés quand les gens étaient aux Champs-Élysées lors du Mondial et se sont-ils alarmés face aux saccages qui ont suivi et du peu d’arrestations ? Se sont-ils catastrophés face à l’irresponsabilité des « Nuit Debout » pendant les périodes de Vigipirate, avec la crainte d’une récupération politique ? S’indignent-ils sur l’entrave d’étudier dû au blocage de lycées et universités pendant des semaines ? Et de circuler à cause des prières de rues ? Se tourmentent-ils sur les colossales gabegies dénoncées par la Cour des comptes ? Se désolent-ils de voir que les moyens mis en œuvre pour enfreindre les actions des Gilets jaunes n’ont jamais été mis en action dans des cités de « non-droit » ? S’affolent-ils sur les milliers de voitures incendiées en fin d’année, les centaines de mosquées salafistes, les 20 000 radicalisés islamistes, les djihadistes de retour ? Mettent-ils en parallèle les sans-papiers bénéficiant de l’AME et le sort de nos concitoyens ne pouvant payer leurs frais médicaux, leur maison de retraite ? Se soucient-ils que l’ennemi n°1 recherché par toutes les polices pouvait se dissimuler dans un niqab pourtant interdit par la loi ?

Non, bien sûr, car, depuis le temps qu’on vous le rabâche, le danger, ce sont les séditieux de la peste brune qui cassent, tuent et font les attentats ! Heureusement, il y a des spécialistes extraordinaires en plateau TV qui reconnaissent au loin, dans les fumées des milliers de gaz lacrymo, le profil-type du gars d’ultra-droite, si, si, si !! Là d’ailleurs, on a le droit au délit de faciès et à la stigmatisation, c’est même un devoir citoyen !! Quel décalage entre ces privilégiés gagnant ces sommes énormes, avec leurs abattements d’impôts, leurs frais de représentation, leurs repas à 200 euros, leurs cocktails parisiens et les Français lépreux confrontés avec les réalités du quotidien ! Dire que ces nantis ne pourraient propager leurs mensonges idéologiques dans des journaux devant disparaître depuis longtemps sans l’aide continuelle de l’État, c’est-à-dire nous ! Mais ces propagandistes ont le culot sournois de faire croire que ces pauvres Français qu’ils méprisent seraient contre la liberté de la presse ! Ces Français réclament, en vain, que ce qu’ils subissent soit relaté et non censuré ou déformé par ces journalistes liés au pouvoir et à la finance !

Décidément, comme avaient mis en garde en 68 ceux qui dénigrent le peuple aujourd’hui, « l’intox est à domicile » !

Loïc Mansard
Professeur