1

Samuel Laurent : « Pendez les Blancs », c’est digne de Brassens

Si l’on voulait établir grossièrement une catégorisation des journalistes en France, nous pourrions identifier parmi eux des frustrés déplorant que leur métier n’informe plus, des autruches qui s’accommodent de faire bouillir la marmite et des idéologues zélés qui auraient en temps d’Inquisition fait pâlir Torquemada.

Bien au-delà de cette dernière catégorie, il y a Samuel Laurent.

Samuel Laurent, c’est l’homme des « Décodeurs » du Monde, qui affirme sans rire que Zemmour prend ses sources sur le site d’Alain Soral.

Samuel Laurent, c’est aussi l’homme qui trouve « effrayant » que les sites de la réinfosphère soient jugés plus crédibles que Le Monde.

Son métier : traquer les « fake news » de la « fachosphère » et faire juger en place publique ses colporteurs.

Lors de sa chronique dans « C à vous », notre grand sensible semble bien en peine d’arguments convaincants pour dédouaner Nick Conrad et ses appels au meurtre. Du coup, il invoque la liberté de parole d’un Georges Brassens, pourtant fruit d’une époque (il ne l’a pas connue, excusons-le) où l’expression revêtait un sens bien différent qu’aujourd’hui.

 

quand-le-journaliste-samuel-laurent-compare-le-rappeur-qui-veut-tuer-des-bebes-blancs-a-georges-brassens

Liberté, certes, mais pas vraiment de toutes les paroles.

Éric Zemmour est traîné dans la boue, livré à la vindicte populaire et banni des chaînes de télévision pour avoir reproché à la mère d’une chroniqueuse un prénom africain.

Marine Le Pen est mise en examen et soumise à une expertise psychiatrique pour avoir montré la barbarie de l’EI, en réponse à Bourdin qui la comparait au monstre islamique.

Patrick Jardin est raciste car il refuse que le djihadiste Médine vomisse sa haine au Bataclan et combat les collabos qui tuent sa fille une seconde fois. 

Christine Tasin est traînée au tribunal et condamnée à 1 500 euros d’amende pour avoir dit, après l’ignoble assassinat du couple de policiers de Magnanville au nom du jihad : « Islam assassin ». 

Pierre Cassen est raciste et condamné à de la prison avec sursis car il publie des textes qui dénoncent l’islamisation de la France, la soumission de ses politiques. 

Gérard Boyadjian est raciste car il parle franchement aux assassins et tous ceux qui font de notre pays un territoire de guerre ouverte entre islam et civilisation européenne. 

Mais Nick Conrad, qui chante qu’il « rentre dans des crèches, […] tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps », ne propose rien d’autre qu’un « message d’amour en profondeur » un tantinet maladroit.

 

https://www.lci.fr/social/plb-selon-nick-conrad-le-clip-pendez-les-blancs-n-est-pas-un-appel-a-la-haine-defend-le-rappeur-sur-rtl-2099637.html

 

Le rappeur ne cherchait là qu’à « inverser le système, pour que tout le monde se rende compte de la situation » du racisme terrible que subissent les Noirs. Nous voilà rassurés : ce digne héritier de La Fontaine use simplement à sa manière de l’art de la métaphore.

Les efforts de Samuel sont remarquables. Ils risquent cependant de rester vains. La poussière est de plus en plus difficilement dissimulable sous le tapis pour les chevaliers blancs de la pensée correcte.

La rhétorique officielle a du plomb dans l’aile. Les faits se multiplient, la réalité s’immisce dans la fiction bien-pensante, la propagande perd pied.

Pour contrecarrer sa baisse continue d’autorité, le « système politiquement correct » vire de plus en plus à l’autoritarisme. Du classique dans les régimes totalitaires. Nous pouvons nous attendre à un durcissement dans les mois, les années à venir. Signe de la fin d’un règne ?

 

Lou Mantély




Allemagne : l’assassin afghan se dit mineur, il n’écope que de 8 ans !

Tandis que le grand humaniste Bono distille à coup de voix qui déraille la haine des « fascistes », une nouvelle attaque venue de la diversité s’est produite « chez nous », à Trappes. Un individu « non radicalisé » (on respire) vient de tuer toute sa famille (père, mère, sœur) avec un couteau.

https://www.sudouest.fr/2018/09/02/drame-familial-pres-de-cannes-un-homme-tue-sa-famille-a-coups-de-couteau-5355128-10407.php

Voilà qui clôt deux mois de juillet-août fort intenses en matière d’attaques au couteau. Je vous laisse apprécier cette liste non exhaustive.

http://www.fdesouche.com/?s=couteau

Mais le prédicateur Bono continue de nous assurer que le problème vient des terribles fascistes de Chemnitz (Allemagne).

Dans cette ville de 240 000 habitants, un clandestin a tué un homme de 35 ans, le 25 août dernier.

Des milliers de personnes s’étaient rassemblées dans la ville, à plusieurs reprises, pour dénoncer le laxisme des autorités et de la justice à l’endroit de l’immigration massive et de ses méfaits.

L’extrême gauche est venue bien évidemment provoquer tout ce beau monde. Samedi, ils étaient trois mille à vouloir en découdre avec les horribles fachos. Si la police est parvenue à éviter le pire, la dispersion des cortèges a tout de même dégénéré en heurts. Dix-huit blessés recensés.

Le peuple se bouge, ce n’est pas d’hier, mais il n’est pas certain que les « élites » comprennent bien vite la leçon. Aujourd’hui, la justice allemande a rendu son verdict concernant une autre chance-pour-l’Allemagne, un Afghan qui a assassiné une jeune fille en 2017.

Un magnifique article de Ouest-France nous relate les faits.

« La justice allemande a infligé, ce lundi 3 septembre, une peine de huit ans et demi de prison ferme à un migrant pour le meurtre d’une adolescente. 

« Identifié comme Abdul D., le jeune demandeur d’asile a comparu devant une juridiction pour mineurs, à huis clos, car il affirme avoir 15 ans au moment des faits. Un expert a évalué son âge entre 17 et 20 ans. Les juges ont renoncé, dans le doute, à une juridiction pour adultes. »

Intéressant. Au prix où l’on paie les expertises, ce serait peut-être plus judicieux de s’en passer directement ? Il est afghan, musulman, il a tué avec un couteau, donc il était mineur. Huit ans ferme, aménageables en stage d’un an à Heidelberg.

« Les faits remontent au 27 décembre 2017. Selon plusieurs témoins, l’accusé a suivi son ancienne petite amie, Mia, dans une droguerie de Kandel. Il l’a poignardée sur place à sept reprises, avant d’être stoppé par des passants dans la rue. »

Le tout conclu par un élargissement et une analyse tout à fait objectifs.

« L’AfD mène dans tout le pays et depuis longtemps une campagne concernant les agressions au couteau dans les villes allemandes, dont se rendraient coupables en nombre les demandeurs d’asile. Ce que n’étayent pas les statistiques de la police.

« Dernier exemple en date: Chemnitz dans lex-RDA, où la droite ultra allemande organise depuis plus dune semaine des rassemblements visant à dénoncer la criminalité des migrants, suite à la mort à coups de couteau d’un Allemand de 35 ans. Une affaire pour laquelle la justice a arrêté un jeune demandeur d’asile irakien et un complice présumé syrien. »

Probablement des mineurs. On les enverra aussi à Heidelberg, afin qu’ils passent de bons moments avec leur coreligionnaire.

Nous avons un concert à préparer, à Chemnitz, pour lutter contre les horribles manifestants d’extrême droite. Seul hic, le grand prêtre Bono, qui s’est éraillé la voix, ne pourra être des nôtres, quel dommage !

Lou Mantely




Après Adama et Théo, ils tiennent une nouvelle « victime » de la racaille policière

 

Le jeune délinquant Aboubakar Fofana, ayant tenté de se soustraire à un contrôle de police à Nantes, manquant selon les forces de l’ordre de tuer plusieurs personnes dont des enfants dans sa fuite, est donc mort de sa belle mort, au djihad, combattant les forces impures de la flicaille mécréante et islamophobe. Voilà pour les « faits ».

Mais ce qui compte dans cette affaire, n’en doutons pas, ce n’est pas la réalité, mais l’émotion. Et là, les professionnels, c’est-à-dire les journalistes, prennent leur plus belle plume pour tartiner leur papier-cul à valeur rajoutée. Après avoir autant mené campagne en faveur de Macron et des migrants, ils méritaient bien une belle romance comme celle d’Aboubakar. 

Rappelons en quelques lignes quel personnage a été éliminé par un courageux policier. Selon Valeurs actuelles, « natif de Garges-lès-Gonesse (Val d’Oise), il était déjà connu pour des faits de vol par effraction, menaces de mort, vol en bande organisée et association de malfaiteurs. Sa voiture avait en outre été signalée dans le cadre d’une enquête pour trafic de stupéfiants. Au moment de son interpellation, il était recherché pour vol en bande organisée et recel, et usurpait l’identité de Mamadou D. pour échapper à la surveillance des forces de l’ordre. »

On imagine donc qu’il a dû, durant le contrôle, se montrer tout à fait coopératif, présenter patte blanche (noire, pardon), décliner sa véritable identité, avouer ses faits et gestes les moins défendables, battre sa coulpe en rythme et promettre de reverser l’ensemble de son argent sale planqué entre deux murs à la section locale des Restos du cœur.

Car, d’après ses proches, Aboubakar Fofana, c’était « « une crème ». Ce type « hyper gentil » et « très intelligent » était venu vivre chez sa tante il y a deux ans, en provenance de la région parisienne. « C’était quelqu’un qui mettait l’ambiance (cela reste le cas même après sa mort, ndlr), super-respectueux », raconte Saïd En Emer, 32 ans, le président du club de foot du quartier où jouait Aboubakar. « Il rigolait avec tout le monde, était super souriant… Moi, je le considérais comme mon petit frère, confirme Christian, 36 ans, un « grand » du quartier. C’était quelqu’un de non-violent, respectable et respectueux de tout le monde… Il n’était pas dans les conflits de quartier : il était plus dans la médiation qu’autre chose.» 

 Source : http://www.liberation.fr/france/2018/07/04/homme-tue-par-la-police-a-nantes-on-a-l-impression-qu-il-y-a-une-envie-d-etouffer-toute-voix-discord_1664157?xtor=rss-450

 C’est donc une nouvelle victime de la violence des hommes en uniforme, pour nos thuriféraires de la très riche immigration. Ainsi, BFM Tv veut nous faire croire qu’ils disposent d’une vidéo exclusive, sur laquelle on peut assister à quelques secondes du contrôle. Visionnage d’expert à l’appui, « on ne voit pas de policiers derrière le véhicule, ni d’enfants présents sur les lieux contrairement au rapport d’intervention de la police, qui évoque quatre enfants dont deux qui auraient été sauvés par un fonctionnaire lorsque le jeune homme a tenté de prendre la fuite en marche arrière. »

 Source :https://rmc.bfmtv.com/emission/jeune-homme-tue-a-nantes-ces-videos-d-habitants-qui-contredisent-la-version-des-policiers-1483658.html

 Pas de chance, une autre vidéo, qui circule bien, celle-là, montre clairement que des enfants rodaient autour des fourgons de police, juste à côté de l’endroit où les fonctionnaires ont effectué le contrôle.

 https://www.cnews.fr/videos/france/2018-07-06/jeune-tue-nantes-les-images-du-controle-didentite-qui-mal-tourne-787579

 Mais on a déjà constaté, après le « K Théo », que les images ne contiennent pas la réalité, mais que cette dernière se situe uniquement en islam, idéologie dont notre « crème » renversée pouvait se revendiquer sans coup férir.

 Et qui dit islam, dit djihad, donc tentative, par tous les moyens, de conquérir les territoires non encore soumis à la secte du prophète pédophile et à son armée de zombies. De là, les attaques qui surviennent depuis trois jours à Nantes ne souffrent aucunement d’un manque de justification.

Les pouvoirs publics ont depuis longtemps choisi leur camp, celui de la dhimmitude. Une nouvelle preuve a été apportée par la réaction du maire de Nantes, Johanna Rolland. Sa première pensée va pour ce « jeune ».

https://www.youtube.com/watch?time_continue=11&v=jkro6_V_spE

 Le policier, qui a tenté de sauver la vie de ses collègues et d’enfant, alors qu’il avait été mis au charbon par ces mêmes politiques dans une cité où tout règne sauf l’ordre républicain, qui est maintenant la cible de menaces de mort et a vu sa photo diffusée sur les réseaux sociaux, qui se trouve dans la considération des élites quelque part entre le pestiféré et le lépreux, pourra bien cuver sa nuit difficile en garde-à-vue. Quel que soit le résultat de l’enquête, il est, comme dans le « K Théo », irrémédiablement coupable.

 Le maire de Nantes n’a en revanche pas souhaité commenter l’incendie de sa voiture personnelle lors des émeutes. Ces jeunes sont pleins de bonne volonté, il ne faudrait pas les contrarier dans leurs tentatives de s’exprimer comme tout bon citoyen. D’ailleurs, ils ont sans doute fait une erreur et voulaient probablement viser la voiture d’un membre du Front national.

Le policier a modifié sa version après sa garde-à-vue, arguant que le coup de feu était parti par accident et non dans le cadre de la légitime défense. L’idée selon laquelle Aboubakar pût tout de même être dangereux durant sa fuite, que le policier pût comme tout être humain commettre une erreur dans une telle situation de stress et de danger ne changera pas la litanie de nos merdias : c’est clairement une bavure de la sale flicaille, et un argument pour prétendre que les pires racailles dans les banlieues portent un uniforme bleu. Très pratique, après le flop de l’affaire Théo et les inquiétudes grandissantes du peuple quant à l’invasion migratoire africano-musulmane.

 La roue de l’Histoire écrase toujours, sur son passage, quelques martyrs.

Lou Mantely




Pendant que Macron insulte l’Italie, Salvini s’allie à l’Allemagne et à l’Autriche

 

Notre président a beau faire croire qu’il sauve les apparences, qu’il est un grand humaniste, son décor de Potemkine parvient de moins à moins à dissimuler l’inconsistance de sa politique.

Comme avec Trump au G7, comme avec son « renouveau de l’Europe » auquel il est le seul à croire, les beaux discours masquent mal l’ineptie du pouvoir qu’il est censé détenir.

Accuser Salvini de « cynisme » ne change rien à l’affaire. Le chef de la Lega agit en conformité avec le programme pour lequel il a été élu. Un programme qui, contrairement à celui de Macron, vise à protéger son peuple.

Les chiens aboient, mais la caravane passe.

« Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a annoncé mercredi 13 juin la création d’un « axe » entre les ministres de l’Intérieur autrichien, allemand et italien pour lutter contre l’immigration illégale dans l’Union européenne, alors que les Européens se déchirent sur cette épineuse question », lit-on sur France Info.

Ainsi, certains dirigeants européens préfèrent les actes aux grands discours. Voilà qui nous change du communicant siégeant à l’Elysée.

Le signataire allemand de l’accord n’est autre que Horst Seehofer, du CSU. Ce « droitiste » est un fervent opposant à la politique (et à la personne) d’Angela Merkel. C’est l’autre bonne nouvelle de cette entente : la chancelière allemande se retrouve de plus en plus esseulée dans sa tentative d’obtenir un pacte sur l’accueil des clandestins en Europe au prochain sommet de l’Union européenne (fin juin).

Outre les dirigeants autrichien et italien, Merkel a contre elle les Pays-Bas, le Danemark, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie… Bref, voilà qui commence à faire beaucoup.

Ajoutons qu’elle ne voit pas d’un bon œil les prétentions de Macron, lequel se rêve (il peut toujours, c’est gratuit) nouveau patron moral et politique de l’Europe des technocrates, et l’on comprend que la chancelière n’est pas dans une position confortable.

Le réveil de certains dirigeants constituera, s’il se révèle sincère, l’espoir des peuples. Et il n’y a aucun « cynisme » là-dedans. Le cynisme vient au contraire de la position immigrationniste visant à accueillir toute la misère du monde. Ceci dans une Europe qui n’a plus rien à offrir, en dehors de son héritage civilisationnel dont les nouveaux arrivants ne veulent d’ailleurs pas entendre parler.

Voir l’excellente intervention d’Olivier Pirra (merci à Jean-Louis Chollet).

https://www.facebook.com/olivier.pirra/videos/872373569629813/UzpfSTEwMDAwMDYzMzk1NjQ1ODoxOTI0NDg0NTU0MjQ5MzI0/

On se souvient que l’Australie a de son côté fermé les ponts. Un général, dans une vidéo officielle, incite les candidats à la migration illégale à rester chez eux. Faute de quoi, ils seraient priés de revenir d’où ils viennent.

https://www.youtube.com/watch?v=BypuBsE_Eq8

https://www.youtube.com/watch?v=BypuBsE_Eq8

Et cela fonctionne : plus aucun mort dans les routes fluviales clandestines vers le pays des kangourous. Et si nos grands humanistes de l’Aquarius en prenaient de la graine? Leur objectif n’est-il pas de sauver le maximum de vies?

A écouter absolument, l’analyse livrée par Alexandre Del Valle sur le sujet (Merci à Maxime Lepante) :

https://www.youtube.com/watch?v=8yyKjhYREgg

Je laisse à Alain Finkielkraut le soin de conclure, sur une note que j’apprécie grandement et qui résume parfaitement mon point de vue :

« Le roi Salomon suppliait l’Eternel de lui accorder un coeur intelligent. Au sortir d’un siècle ravagé par les méfaits conjoints des bureaucrates, c’est-à-dire d’une intelligence purement fonctionnelle, et des possédés, c’est-à-dire d’une sentimentalité sommaire, binaire, abstraite, souverainement indifférente à la singularité et à la précarité des destins individuels, cette prière pour être doué de perspicacité affective a, comme l’affirmait déjà Hannah Arendt, gardé toute sa valeur.

Dieu cependant se tait. (…) Il ne sort pas de son quant-à-soi, Il n’intervient pas dans nos affaires. Il nous abandonne à nous-mêmes. »

Dont acte.

Lou Mantely




Pour Muhammad, ce sont les racistes qui montent un buzz contre Médine !

Notre société, toujours plus menacée par des tueries musulmanes, laisse le Bataclan, théâtre de la haine islamique le 13 novembre 2015, accueillir l’impénétrable artiste du Dhjiad, « Médine ». Concert prévu en octobre.

Bien évidemment, la part de Français à qui il reste un morceau de cervelle monte au créneau.

https://twitter.com/hashtag/PasDeMedineAuBataclan?src=hash

C’était sans compter sur Marwan Muhammad. Jamais en panne d’inspiration lorsqu’il s’agit de soutenir un frère musulman, le président du CCIF nous accuse tous de « racistes » qui veulent simplement « monter un buzz ».

Et il n’oublie pas de préciser que Damien Rieu, de Génération identitaire, commet un quasi crime en se demandant si le commando du 13 novembre aurait attaqué la salle si Médine s’y produisait…

Tout cela est fort intéressant.

Médine, c’est l’homme qui s’affiche avec un joli T-shirt noir et jaune, avec un beau dessin. C’est très tendance, je vous assure.

Avec Médine, on franchit une nouvelle étape dans la « takkya », ou « dissimulation ». Fini de proclamer officiellement l’islam « religion de paix ». Cette fois, on appelle à suivre la charia, à couper des mains, à crucifier les laïcards. Dans le titre « Don’t Laïk », notre glaive de l’islam lance gratuitement des fatwas contre les patriotes, dont une contre Pierre Cassen, placé aux côtés de Nadine Morano et de Jean-François Copé (interdiction de rire).

Mais tout ça, c’est en réalité faux, bien sûr. Les détracteurs de Médine sont pareils aux frères Kouachi : « En tentant de tuer le caractère caricatural et provoquant de mon morceau, vous ne faites ni plus ni moins la même chose de façon symbolique, que ces deux bourreaux ont fait aux auteurs de « Charlie Hebdo »», nous explique-t-il.

Il ne fallait déjà pas croire ce que l’on voyait. A présent, il ne faut pas croire ce qu’un barbu musulman nous dit. Il faut seulement s’imaginer que ce sont de braves gens qui nous veulent du bien. C’est d’ailleurs connu : le suicide par entaille des poignets passe mieux dans un bain chaud.

Pour Médine, le Bataclan, c’est presque un rêve qui se réalise. Il ne cesse d’ailleurs de le clamer dans une chanson sortie sur son dernier album, en avril dernier : « Tout ce que je voulais faire, c’était le Bataclan. » Par la voix ou par le sabre, tout le monde a droit à son djihad !

C’est d’autant plus truculent que Jules Frutos, codirecteur du Bataclan, avait bien dit qu’il n’inviterait en aucun les Eagles of Death Metal, groupe qui se produisait au moment de l’attaque du 13 novembre.

La raison ? Eagles of Metal avait dit la vérité. Notamment sur les vigiles musulmans et les cris de joie des islamo-racailles de banlieue.

« Sollicité par l’AFP, le codirecteur du Bataclan, Jules Frutos, n’a pu être joint », nous dit-on. Bon, pas si grave, il nous a déjà tout dit…

Lou Mantely




Théo en garde-à-vue : Hollande va-t-il le sortir de là ?

 

La vie est terrible. Elle donne l’impression que certains sont destinés à être et rester des victimes. Malmenés par le système, écrasés par leurs semblables, broyés par la vindicte populaire. Jamais, au grand jamais, ces martyrs de l’éternel ne connaîtront le repos.

Théo Luhaka, cascadeur du derche, est de ces héros de la passion. Dans sa chair, il endure toutes les peines que notre époque fait reposer sur ses épaules (tout de même bien charpentées).

Après avoir subi le racisme, l’autorité professorale, l’exclusion scolaire et sociale, la violence, la haine de l’extrême droite et le JT de Jean-Pierre Pernaut, il est désormais la cible toute trouvée de la racaille en uniforme qui infeste nos sympathiques quartiers périphériques.

Non contente de lui ponctionner les fesses à la matraque, de dénigrer sur son compte en arguant que jamais il n’a été violé, voilà que les policiers fascistes le traquent jusque dans chambre. Mais où s’arrêtera l’oppression ?

Notre ami serait impliqué, avec quatre membres de sa famille, dans une vaste affaire de détournement de fonds. Riposte laïque avait déjà, à de nombreuses reprise, évoqué le sujet. 

https://ripostelaique.com/bref-le-malheureux-theo-et-sa-famille-ont-juste-detourne-670-000-euros.html

 https://ripostelaique.com/loncle-de-theo-ministre-au-congo-rien-a-voir-avec-les-670-000-euros-detournes.html

https://ripostelaique.com/et-si-maintenant-on-approfondissait-laffaire-theo.html

 https://ripostelaique.com/affaire-theo-quel-dommage-que-le-ridicule-ne-tue-point.html

« Théo, le jeune homme gravement blessé à l’anus lors d’une interpellation à Aulnay-sous-Bois en 2017, son grand frère Mickaël et quatre autres membres de leur famille ont été interpellés mardi matin à Aulnay-sous-Bois par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, selon une information du Le Parisien confirmée par Europe 1. Ils sont soupçonnés d’escroquerie aux aides de l’État.

Cinq interpellations et placements en garde à vue. En mars dernier, Mickaël L., 34 ans, avait été convoqué par la police judiciaire mais ne s’y était pas rendu. Cette fois-ci, les forces de l’ordre sont allées le chercher au domicile de ses parents. Ils ont également interpellé et placé en garde à vue Théo et quatre autres membres de leur famille. »

Source :http://www.europe1.fr/societe/aulnay-sous-bois-theo-et-quatre-membres-de-sa-famille-interpelles-pour-des-soupcons-descroquerie-3672203

Ce qui a le don d’agacer son avocat. On le comprend : après les mensonges éhontés de Théo, son obstination, ses hurlements à la théorie du complot et sa stratégie d’évitement (« Je ne me souviens plus… »), voilà que la défense est dans de beaux draps. Tachés…

« Nous avions pourtant écrit depuis de nombreux mois [aux policiers] en indiquant qu’ils se tenaient à la disposition des enquêteurs pour répondre à toutes questions. Et on voit, et c’est assez malheureux, que la police a décidé de venir les interpeller alors qu’une simple convocation suffisait. Et donc ça augure d’une certaine volonté de nuire, au moins sur le plan de l’image »

Une « simple convocation » à laquelle le Sieur Théo aurait, nul doute, opposé un « empêchement », comme il l’a fait pour le rendez-vous médical censé révéler la nature réelle de ses blessures à l’anus.

« Les investigations portent sur le fonctionnement de trois associations, dont « Aulnay Events », présidée par le frère de Théo. Une deuxième association, domiciliée dans le XVIIIe arrondissement de Paris a également fait l’objet d’un signalement, en avril 2017.

À chaque fois que Mickaël L. recrutait des salariés sous contrat d’avenir, ceux-ci n’étaient pas payés et l’Ursaff ne percevait pas les cotisations, sauf lorsqu’il s’agissait de l’un de ses proches, explique Le Parisien. Or les associations ont reçu des subventions de plusieurs centaines de milliers d’euros de l’État pour ces contrats. À titre d’exemple, Théo aurait reçu à lui seul 52.000 euros. »

Sans doute une manière d’anticiper les indemnités qui lui sont dues, après la terrible agression policière dont il a été victime ?

Lou Mantely




Berlin : Un « déséquilibré » brandit un couteau dans la cathédrale…

Feu de joie en la cathédrale de Berlin ce dimanche après-midi, vers 16 heures. Les policiers allemands ont dû tirer sur un homme de 53 ans armé d’un couteau, alors que l’édifice religieux abritait une centaine de visiteurs.

https://www.welt.de/vermischtes/article176937972/Berlin-Polizist-schiesst-auf-Oesterreicher-im-Berliner-Dom.html

Notre client manifestait apparemment beaucoup d’enthousiasme à l’idée de fréquenter le lieu saint. Il se serait montré « déchaîné » : cris, menaces, agitation extrême tout en brandissant son couteau. Cela aurait quelque peu inquiété les hôtes de la cathédrale, habitués à une ambiance un tantinet moins tumultueuse.

Une employée de la cathédrale a donné l’alerte. Une équipe est arrivée, tout d’abord pour tenter de calmer l’individu. Sans succès.

Il a donc été décidé de le maîtriser. L’intervention s’est révélée difficile, et l’homme s’est rebellé. Il a blessé l’un des agents avec son arme.

Son collègue a donc tiré sur l’agresseur. Ce dernier se trouve actuellement à l’hôpital.

Le policier blessé est lui déjà sorti de l’établissement de soin dans lequel il avait été admis. Il ne présentait que des blessures légères.

Pour l’heure, on nous dit qu’aucun élément n’accrédite la thèse d’une attaque islamique…

Que l’individu, que la presse qualifie d’« Autrichien », soit ou non un apport culturel pour l’Europe, il est clair que les attaques répétées des musulmans contre les églises et les chrétiens ont pu inspirer des esprits perturbés.

On se souvient de cette voiture lancée volontairement contre une pizzeria, en août dernier à Sept-Sort (77). Une jeune fille de 13 ans avait perdu la vie. L’auteur n’était pas musulman – mais aurait-il agi de la même manière s’il n’y avait eu auparavant tous ces islamistes et leurs véhicules-béliers ?

Lou Mantely




Le tueur de Liège était sorti de prison… la veille

Le tueur de Liège avait obtenu une permission de sortie de prison… hier

On connaît désormais le nom du tueur musulman de Liège. Un certain Benjamin Herman, délinquant notoire.

Il était sorti de prison… la veille. Incarcéré depuis plusieurs années, Herman a bénéficié d’une permission lundi soir, une quinzaine d’heures avant son attaque. Preuve que la justice belge sait agir en parfaite synchronisation : si elle l’avait retenu un jour de plus, le petit soldat d’Allah aurait manqué son rendez-vous avec ses 77 vierges. Avec un tel plat au menu, impossible d’être en retard.

A noter que Herman a probablement commis un meurtre le lundi soir, soit dès sa sortie de prison, consécutif à un braquage effectué à l’aide de deux complices. Encore le signe d’un système qui fonctionne à merveille, sa permission ayant été accordée dans le but de faciliter sa réinsertion.

Entre ces deux missions d’intérim, il s’est gentiment rendu chez sa grand-mère, afin de s’enquérir de sa petite santé. Les guerriers du djihad sont décidément de grands enfants au cœur tendre.

Vols à l’arraché, cambriolages, braquages, coups et blessures… Le profil de ce converti de 35 ans ressemble étrangement à celui de ses copains de Molenbeek, de Trappes ou de Toulouse. De vulgaires sales gosses devenus délinquants, puis gangsters, et enfin criminels de l’islam. Tout cela suit bien la voie droite vers Allah, pourvu que les exactions affectent en premier lieu les kouffars.

Notre ami se serait « radicalisé en prison ». Un argument de plus pour les militants des peines alternatives ? Ce serait aller bien vite en besogne, dans la mesure où « radicalisation » signifie, dans la novlangue, ni plus ni moins qu’une conversion à l’islam.

Si la prison est un haut-lieu de la prédication islamique, les quartiers peuplés d’étrangers et/ou d’ouvriers sont tout autant des lieux où les recruteurs gonflent les rangs de l’armée djihadiste. Du coup, on pourrait peut-être penser à un stage à Chamonix, pas encore complètement ravagée par la peste islamique. Mais je m’aperçois en le disant que cette idée a déjà largement fait florès dans l’esprit fécond de nos magistrats.

En cette période de ramadan, propice aux crimes islamiques, on peut s’attendre à accuser de nouvelles foudres d’Allah et de ses sbires. La véritable question est : quel est le prochain lieu élu à la venue de la divine parole ?

Lou Mantely

http://resistancerepublicaine.eu/2018/05/29/le-tueur-de-liege-avait-obtenu-une-permission-de-sortie-de-prison-hier/




Le « comique » N’Gigol : « La France est un vieux pays tenu par de vieux Blancs »

On vit une époque formidable, il ne faut cesser de le répéter. Une époque où l’on sait traiter les abominables islamophobes tels qu’Eric Zemmour à leur juste mesure.

Pendant que les juges le condamnent à 5 000 euros d’amende et que le CSA met en demeure Europe 1 pour lui avoir donné la parole, les journalocrates se pâment devant un assemblage de « phrases discriminatoires » anti-Noires entendues lors d’un casting dans le cinéma français (chacun ses problèmes).

Nul ne s’étonnera que dans ce contexte, Thomas N’Gigol puisse, à une heure de grande écoute, regretter que la France soit « un vieux pays tenu par de vieux Blancs ».

https://podcast.rmc.fr/channel36/20180504_gg_8.mp3?listeningSessionID=5aec5c1f1de87f85_8045_qwqUWaYO__000000004Pm

(à 21:12)

C’est tout à fait novateur, comme concept, vous l’aurez constaté, et c’est philosophiquement très élaboré. Peut-être faudrait-il tout de même préciser à N’Gigol que la France est, et reste, un pays de Blancs européens, qui constituent encore la majorité de sa population, et que, si cela venait à changer, on ne pourrait plus vraiment appeler ce pays la France. Mais ne lui livrons pas toutes ces informations d’un seul coup, nous risquerions de le traumatiser.

Et puis, quand on y regarde deux minutes, où vont les plus de 100 milliards d’euros dépensés dans la « Ville »depuis quarante ans, politique poursuivie avec le récent Plan Borloo ?

Ici la carte 2016 du dépistage de la drépanocytose, juste pour vous donner un indice.

Tout cela est truculent.

Attention, pas de racisme ! La très juste « Ligue de défense noire africaine » est prête à sévir.

Elle a visiblement le bras long : après le tohu-bohu provoqué par un militant très engagé dans une banque des Hauts-de-Seine, voilà qu’elle parvient à faire censurer les Identitaires de Toulouse sur Facebook.

https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/midi-pyrenees-politiques-france3/2018/05/04/facebook-ferme-les-pages-de-generation-identitaire-dont-celle-de-toulouse.html

https://www.valeursactuelles.com/societe/generation-identitaire-un-membre-harcele-par-la-ligue-de-defense-noire-africaine-95179

Des gens très engagés das la « cause noire », comme vous pouvez le constater.

http://www.fdesouche.com/1000333-quand-le-leader-de-la-ligue-de-defense-noire-africaine-se-faisait-voler-par-des-migrants-arretez-nous-ne-sommes-pas-des-blancs

Ce « leader » crache tranquillement, dans ses « chansons », qu’il « préfère le Coran, nique le Pape et l’Eglise ».

https://www.youtube.com/watch?v=EUUYw42jzOc

https://www.youtube.com/watch?v=EUUYw42jzOc

Plus aisée, la menace contre les chrétiens : ils ont l’égorgement moins facile.

Lou Mantely




Dupont-Aignan parle d’invasion migratoire : traîné au tribunal !

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde », disait Camus. La Licra et le parquet de Paris ont trouvé la solution : pour ne plus faire de mal du tout, ils veulent simplement qu’on arrête de nommer les choses. En tout cas celles qui dérangent.

Nicolas Dupont-Aignan vient d’en faire la triste expérience. Comparaissant hier devant la fameuse 17e Chambre pour un message posté sur Twitter (sic), il voit prononcé contre lui un réquisitoire digne des pires procès staliniens.

Valeurs Actuelles résume l’affaire comme suit :

« Le 17 janvier dernier, le député de l’Essonne avait écrit sur twitter : « En 2016, les socialistes compensent la baisse de natalité par l’invasion migratoire. Le changement de population, c’est maintenant ! ». La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) avait signalé les propos du parlementaire, à l’époque candidat à l’élection présidentielle, et le parquet avait donc engagé des poursuites. Le procureur a requis 5.000 euros d’amende avec sursis. Partie civile, la Licra a demandé notamment 5.000 euros de dommages et intérêts. Délibéré le 6 juin prochain. »

Je laisse l’avocat de NDA vous faire un rapide compte-rendu de l’audience :

https://twitter.com/DLF_Officiel/status/981902699527589888

Ce jeune homme nous paraît cependant bien naïf. Ne soyez pas étonné, Monsieur Lempereur : la France devient une dictature. Ceux qui s’opposent à l’invasion migratoire ne sont plus des adversaires politiques pour les gauchistes, mais de véritables ennemis, des personnes à abattre. Contrairement aux djihadistes partis combattre en Syrie, qui seront, eux, accueillis à bras ouverts et constitueront dans un futur proche de parfaits petits citoyens, écolo-responsables et membres bienfaiteurs de L214.

Les procureurs ne sont pas en reste, comparés aux juges et jurés, dans cette chasse aux sorcières menées contre les patriotes. Mais, au-delà de toutes ces belles âmes, magistrats, politiques, grands patrons, les associations antiracistes raflent sans nul doute la palme des Torquemada Awards©.

Et si Le MRAP et SOS racisme méritent bien une mention, c’est la Licra qui peut garder le trophée pour elle toute seule. L’association se vante d’ailleurs, sur son site internet, d’avoir fait ouvrir plus de quatre-vingts procédures pour « incitation à la haine » ou autre délit d’opinion pour la seule année 2016.

Rappelons ce qu’elle fait vivre à notre cher fondateur Pierre Cassen depuis des années, et qu’il ne s’est d’ailleurs pas gêné de dénoncer tout récemment, en pleine audience :

https://ripostelaique.com/au-tribunal-pierre-cassen-compare-la-ldh-et-la-licra-a-pinochet-et-a-staline.html

La Licra et tous ces chevaliers blancs de l’antiracisme s’imaginent sans doute que les problèmes disparaîtront si on cesse de les nommer. Malheureusement, c’est une stratégie qui n’a pas vraiment porté ses fruits par le passé. De mémoire d’homme, jamais un problème ne s’est résolu lorsque ses dénonciateurs n’avaient plus voix au chapitre.

D’ailleurs, Eric Fottorino, ancien directeur du Monde, ajoutait à la formule de Camus : « Ne pas nommer les choses, c’est nier notre humanité ». Mais, le bonhomme venant de lancer un site internet en ligne, concurrent des journaux « officiels », je me demande si j’ai vraiment le droit de le citer.

Il y a fort à parier que la décision des juges fera jurisprudence pour l’expression « invasion migratoire ». Cas échéant, nous avons du souci à nous faire, à Riposte laïque : à vue de nez, nous l’employons à peu près quarante fois par semaine !

Juste une question pour nos amis de la Licra : si on ne les a pas entendus en 1991, après les propos de Giscard publiés dans le FigaroMag, c’est qu’ils étaient trop occupés avec le « bruit et l’odeur » du discours de Chirac à Orléans, c’est ça ?

Lou Mantely