1

Camarades socialistes, ne vendez pas Solférino, donnez-le aux migrants !

Lettre à Monsieur Cambadelis , aux actuels et aux anciens dirigeants du Parti Socialiste,

Mes chers compatriotes,

Les résultats des dernières élections  vous conduisent à envisager la vente du siège du Parti Socialiste, Rue de Solférino pour des raisons budgétaires bien compréhensibles, toutes ces sévères défaites ayant décimé vos sources de revenus faute d’électeurs, faute d’adhérents, faute de députés, faute de Président.

Votre démarche m’interpelle vraiment car vous, les pourfendeurs de la spéculation immobilière, vous les ennemis irréductibles du Grand Capital et, en même temps (comme dirait l’Autre), vous les tenants de la Solidarité, du Vivre-Ensemble, et de l’Accueil des étrangers sur notre territoire, vous les Exemplaires donneurs de leçon du Parti Socialiste n’avez pas pensé, un instant, à une alternative à la vente de Solférino qui vous grandirait et mettrait vos actes en accord avec vos belles idées (pour une fois) :

Il faut absolument faire don de Solférino, Siège du P.S., à la Mairie de Paris pour qu’elle puisse y loger gratuitement toutes les « Chances pour la France », ces « migrants » qui nous viennent par milliers de pays exotiques tellement enrichissants pour notre culture et notre histoire. Il ne faut pas laisser passer cette chance d’en accueillir plus encore en ouvrant toutes grandes les portes de Solférino pour qu’ils puissent nous envahir plus encore.

Je vous en conjure, ne vendez pas Solférino, offrez l’hospitalité au monde qui vient et ne sombrez pas dans la spéculation immobilière au risque de renier définitivement toutes ces belles idées, ces leçons de morale, avec lesquelles vous nous bassinez depuis si longtemps. Je sais que mon appel saura vous toucher car vous avez toujours plein la bouche du mot SOLIDARITE !!!!  Hé ! Oh ! La gauche !!! Un beau geste !!!!! Ne vendez pas Solférino !!! Donnez le aux « migrants ».

Lucie Martin




10 ans de Riposte laïque : les coulisses d’un anniversaire inoubliable

Oui. J’y étais.

Et ce fut remarquable. Tout y était ; de l’emplacement savamment choisi, à l’espace dans lequel nous pouvions nous déplacer aisément, à toutes les personnes qui ont composé cette merveilleuse journée.

Mais, pour celles et ceux qui n’ont pas eu la chance de vivre ces instants, je me dois de vous camper la scène.

Dans un grand centre d’affaires, l’espace Jean Monnet offre des couloirs larges et longs où l’on peut se croiser et échanger sans déranger qui que ce soit, ainsi que des salles immenses.

Celle qui a été choisie, de grande taille pour pouvoir recevoir le nombreux public, offrait de jolies tentures d’un bleu feutré, une moquette agréable à fouler et au fond, tout au fond, sur une belle et haute estrade, un pupitre émergeait en bois de qualité. Derrière se trouvait un immense écran où l’on a pu voir des intervenants de qualité et quelques vidéos.

L’organisation a été parfaite ; rassurante, de par son service de sécurité compétent et courtois, certes dissuasif mais discret ; mais aussi, par ses services comme la buvette où l’accueil souriant a fait merveille ; en passant par nos amis alsaciens qui ont préparé un agréable repas typique. A l’occasion, demandez leur adresse à Riposte et faites-les travailler. Je me suis laisser dire qu’ils fabriquaient aussi une excellente bière alsacienne…

Sur des choses plus basiques, mais essentielles, il faut signaler l’extrême propreté des lieux dans leur ensemble et, en particulier, l’espace toilettes hommes et femmes. Très propre. Comme quoi, lorsque nous nous retrouvons entre gens de savoir-vivre, tout va bien.

Et maintenant la cerise sur le gâteau… parlons de ce pour quoi nous étions venus.

Dès 8.30-9.00, j’ai ressenti une légère tension palpable, invisible, mais bien présente. Les gens s’activaient car il est certain qu’il fallait que cet anniversaire des 10 ans de Riposte Laïque soit un succès. 

Je vois, alors, Pierre veiller avec ses amis aux derniers préparatifs et je devine en le regardant qu’il est déjà dans son « match ». Le regard circulaire ; un petit mot amical à tout le monde ; deux ou trois réglages ; je me dis, cet homme-là est un meneur d’hommes, un « Leader-Manager » comme il en manque en France. Et, par expérience, je sais qu’il va faire quelque chose de grand ; j’ai hâte que la partie commence !

Autour de lui, Christine, élégante comme toujours, féminine comme jamais. Elle entoure Pierre sans le coller, apporte des touches par-ci, par-là. Elle est omniprésente et il ne fait aucun doute qu’elle veut que cette journée spéciale soit belle, motivante et réussie.

Et puis, il y a Marco. Il est partout. Dévoué, surbooké mais toujours disponible (on se demande comment il fait), il est le « régisseur » qui permet que tout soit parfait.

Enfin, tous ceux et celles que je ne cite pas et qui ont contribué à faire de cet événement un événement grandiose. MERCI.

C’est parti !

Pierre prend la parole. Une prise en main souple, agréable, et qui donne la trame de la journée. Comme à chaque fois, il suscite l’intérêt de la salle et glisse les premières « piques », des banderilles subtilement placées…

Les premiers intervenants prennent la parole ; les réalités sont exposées ; la salle est à l’écoute ; les gens savent, se doutent, et là ils comprennent que l’on ne joue plus, que l’on ne peut plus jouer.

Dans un timing parfait – ce qui est rare dans ce genre d’événement -, chaque intervenant, respectant les quinze minutes allouées ou pratiquement, y va de sa verve pour nous transmettre constats et analyses.

Ghislaine Dumesnil et Fanny Truchelut nous exposent faits et vérités vécus devant une salle attentive, consciente de la gravité de ce qui se passe sur notre territoire. On nous dépossède tout simplement de notre Pays.

Danièle Borer, Pascal Hilout, qui m’a promis de se fendre encore de nombreux articles pour notre plus grand bonheur, Maurice Vidal, à qui j’ai demandé de nous faire partager son petit accent enchanteur lorsqu’il écrit, l’excellent Maxime Lépante (par vidéo), et tous les autres ont contribué à présenter le visage de la France actuelle.

12.00-12.15 repas. En deux services. Ce qui nous a permis d’échanger, nous mélanger et, pour moi, de rencontrer la délicieuse Josiane Filio. Oui, c’est aussi cela être présent dans ce genre de colloque car nous pouvons approcher et dialoguer avec des personnalités connues et sympathiques. Et j’en ai profité !

14.00. C’est la deuxième mi-temps. On devine une montée en puissance et l’on ne s’y trompe pas d’autant que le Président de Riposte Laïque, Guy Sebag, a montré la voie.

Reprise en main ; le premier intervenant se présente. La salle est comble. Les tables où sont représentées les principales associations qui aiment la France, judicieusement installées à l’entrée de la salle par Christine Tasin, font merveille. Les gens se précipitent pour acheter des livres, instructifs, demandent des dédicaces et discutent avec leurs idoles résistantes. Tout le monde regagne sa place.

Et c’est Christine Tasin, la merveilleuse, l’unique, qui s’y colle.

Concise, précise, elle tape un grand coup d’entrée de jeu. Au moins, avec elle, c’est clair et net. La salle est captivée.

Les autres enchaînent dans un timing encore parfait ; tout est intéressant, même entre nous, nous nous le disons.

Mais, ce qu’il ne fallait pas louper, même si la journée a été parfaite, c’est le final de Pierre Cassen. EXTRAORDINAIRE ! Du jamais vu ! Après avoir remercié ses amis pour avoir brillamment apporté leur contribution à cette réussite qui, assurément, restera dans les cœurs et les esprits à tout jamais, il va faire un constat stupéfiant, absolument réaliste, qui va geler la salle dans un premier temps, en disant comme l’avait fait Aimé Jacquet à ses joueurs en 1998 :

« Si vous ne faites rien… On va perdre les gars.. On va perdre. »

Consternation dans la salle et prise de conscience de la gravité de la situation. Les gens sont scotchés aux lèvres de Pierre, qui n’est plus qu’un simple intervenant ; il devient le Leader que tout le monde attend. Et les gens ont raison.

Pierre enchaîne devant des visages attentifs et graves ; il argumente, étaye, analyse et offre au Peuple une alternative qui ne se refuse pas : la France ne peut pas perdre. La France vivra !

La salle ressent et vibre de la montée en puissance du discours de Pierre, qui ne parle plus désormais avec sa tête mais avec son cœur et ses tripes. Alors, comme un seul Homme, la salle frémit avant de se lever comme jaillissant d’on ne sait où, pour offrir une « standing-ovation » à un Pierre qui, sous les acclamations, aura du mal à faire entendre ses derniers mots : « VIVE LA FRANCE ! »

Les intervenants, tournés vers Pierre, l’applaudissent. Pierre n’est plus un « ré-informateur » ; Pierre est un leader incontestable.

Je ne vous cache, pas mes amis, qu’à l’écrire ma plume tremble encore de cette émotion qui a parcouru mon corps, tellement l’instant a été fort.

Puis, Karim Ouchikh rejoint Pierre au pupitre ; c’est la délivrance, l’union des âmes et des cœurs pour une « Marseillaise » d’une ampleur incommensurable. Quelle réussite !

MERCI !!! ET VIVE LA FRANCE !

Lucie Martin




Mes mésaventures avec la CAF

« N’ajoutons  pas à la démence du réel, la niaiserie d’une explication » 

Jean Rostand

A l’automne 2014 le propriétaire de mon ancien logement  recevait un courrier de la CAF de l’Ardèche qui m’était  destiné.

Il renvoie alors le courrier signalant que je n’habite plus à l’adresse indiquée depuis peu.

L’administration étant réputée pour son efficacité, il en recevra  ainsi une douzaine qu’il renverra régulièrement avec la mention « n’habite plus à l’adresse indiquée ».

Qu’à cela ne tienne, la CAF  se tournera alors vers mes parents  en 2015…

A leur tour, ils signaleront que je n’habite plus l’Ardèche depuis… 2003 !

Détail insignifiant vraisemblablement  puisqu’ils auront en 2016 la visite d’un huissier  émanant de la CAF  de l’Ardèche (du moins c’est ce qu’il prétendra  puisqu’à aucun moment il ne présentera sa carte ni aucun papier officiel d’ailleurs !).

En effet la dite CAF me réclame de l’argent.

Après m’avoir expliqué toute l’affaire par téléphone, je contacte alors la CAF d’Annonay  par téléphone en… mai 2017 (!) pour signaler que cette affaire avait peut-être assez duré et qu’il serait convenable d’y mettre un terme…

Madame Laura S. reconnaît alors l’erreur, « ça doit être  une erreur de la CAF des Yvelines… ».

En effet, entre-temps j’avais  reçu  à ma nouvelle adresse  (eh oui la CAF avait soudainement découvert que je n’habitais plus l’Ardèche ni mon ancien logement dans les Yvelines depuis 3 ans environ…) d’autres  courriers  de plus en plus comminatoires, me réclamant de l’argent trop perçu  de plus de  600 euros  en 2012…

Date à laquelle j’avais déjà quitté l’Ardèche depuis plus de 9 ans , fait maintes fois signalé …..

Finalement en juillet 2017 la CAF de l’Ardèche  « transmet » le dossier à la CAF des Yvelines.

Cette dernière  m’informe alors  qu’elle me ponctionnera désormais 48 euros  tous les mois, étant bénéficiaire du RSA  pour rembourser la créance due à la CAF… de l’Ardèche  pour un trop perçu de plus de 700 euros en 2013 !

S’ensuivront d’autres courriels de la CAF des Yvelines me  réclamant ensuite  un chèque de plus de 100 euros, cette fois ci  pour une créance dont la date n’est pas précisée ce qui évite bien des erreurs, vous en conviendrez !

A ce jour, après de multiples  courriels envoyés à la  CAF de l’Ardèche, des Yvelines  et des courriers recommandés avec AR que l’on ne réceptionne pas ou auxquels on ne me répond pas, l’affaire court toujours et je suis ponctionnée de 48 euros par mois   depuis le mois d’août  pour une somme que je n’ai jamais perçue !

Mais c’est normal, étant bénéficiaire du RSA  et  avec la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé pour des problèmes  de santé chronique, il faut bien prendre l’argent là ou il se trouve !

Salauds de pauvres !

Lucie Martin




Pourquoi, tous les matins, je me précipite sur Riposte Laïque

Excellents articles dans leur ensemble. On sent bien le bénéfice des vacances pour certains et j’ai noté un humour généralisé chez Toutes et Tous qui donne un piquant supplémentaire aux lecteurs. MERCI.

C’est effectivement le quotidien des Français qui « parlent » aux Français ; je pense, en particulier, au sujet sur La Baule car demain nous pouvons tous être confrontés à cette situation… Nous qui étions un Peuple tranquille, sommes « dérangés » par des imbéciles et vils provocateurs financés par « vos » dirigeants. Je dis « vos » parce que je n’obéis pas, moi, à des crétins que j’ai immédiatement identifiés comme islamo-collabos souhaitant la mort de nos valeurs et de nos liens patriotiques. (provoc.!)

 Martine Chapouton a lancé le bon sujet et la bonne question : et si nous boycottions tous Facebook ? Je n’y suis pas car, bien évidemment, c’est le meilleur moyen de montrer comment c’est chez vous… Aussi, prôné-je que tout le monde s’enlève de cette usine à espionnage notoire ! La conséquence sera telle que la Direction changera la zone d’application des « filtres » ou bien donnera de nouvelles directives plus souples.

 Merci à Toutes et Tous de savoir manier l’ironie avec tant d’aisance ; Cyrano qui interpelle sur la « justesse » de nos lois et règlements (port du casque) ; Paul le Poulpe qui nous rappelle que nous sommes encore libres de nous interroger (mort de Mme Bricq) et surtout de ne pas avaler ce que les médias d’Etat nous livrent ; Charles Demassieux qui nous donne l' »espoir » (Lagny) ; Alain Lussay (jolie poitrine de La Baule) et Josiane Filio que j’admire particulièrement pour sa plume sur divers sujets (Angot/Bricq).

Comme je ne peux pas citer celles et ceux qui contribuent avec talent, en général, je fais un appel du pied à Caroline Alamachère, en particulier, que j’aimerai lire un peu plus souvent.

Lucie Martin

 




L'intégrisme catholique ou la dé-intégration d'une communauté

Beaucoup de militants laïques, à juste titre, surveillent de très près l’intégrisme islamique. Mais il ne faut pas oublier, au prétexte qu’il est moins visible, l’intégrisme catholique qui risque de poser des problèmes majeurs dans quelques années, ne serait-ce que parce qu’il pourrait bien s’allier avec l’islam radical.
Très actif en France, l’intégrisme catholique se répand sournoisement à tel point que la télévision suédoise, pays où les catholiques sont moins de 5 %, s’alarme d’un processus de conversion à l’intégrisme catholique de jeunes suédois issus de milieux athées. On estime à 120.000 le nombre d’intégristes en France, mais leur part dans les catholiques pratiquants a été multipliée par 20 en 40 ans, passant de 0,5 % à 10 %.

Les intégristes catholiques ont calqué leurs nouvelles méthodes sur celle des musulmans et on assiste à un processus de « dé-intégration » inverse de celui des communautés immigrées. Alors que la « première génération » des intégristes catholiques (1970) était tellement intégrée dans la société qu’elle recrutait essentiellement dans la grande bourgeoisie, la « troisième génération » a plus de points communs avec les milieux islamistes qu’avec le reste de la population française dont on se demande s’ils en font encore partie !
Voici quelques points communs entre les deux intégrismes, le vert et le noir :
1 – Fort taux de natalité : les intégristes catholiques ont une natalité explosive, en augmentation continuelle, qui dépasse même celle des musulmans et des Africains ! Selon un reportage paru dans 20 minutes, elle est de 7 enfants par femme, alors que leur natalité était à peine supérieure à celle des Français en 1970 (3 enfants par femmes). Ces milieux sont donc constitués en majorité de jeunes, donc qui n’est pas prête de s’éteindre. Un jour viendra où ils seront majoritaires chez les catholiques, ce qui explique que Benoît XVI cède à toutes leurs demandes.
2 – Milieux fermés : en ce domaine, la troisième génération des intégristes catholiques a tourné le dos aux précédentes en appliquant un schéma d’immigré de première génération. Comme les intégristes musulmans vont souvent chercher femme ou mari en Turquie ou en Afrique du Nord, les intégristes catholiques se marient désormais exclusivement entre eux. Ils appellent même « mariages mixtes » les unions conjugales avec des Français. Une étude faite dans une paroisse du centre de la France a montré que tous les « couples mixtes » de la deuxième génération avaient cassé, généralement à cause de la différence grandissante du style de vie et de désaccords dans l’éducation des enfants. Les rares personnes épousant des intégristes catholiques sans en être sont « travaillés au corps » pour qu’ils se convertissent, ce qui est souvent le cas.
3 – Pauvreté et « exclusion » : Alors qu’ils étaient essentiellement bourgeois et électeurs de la droite conservatrice, les milieux intégristes catholiques se sont paupérisés dans ces 10-15 dernières années, ce qui n’est pas sans incidences sur le plan politique et sociologique. Cette paupérisation est due à deux facteurs : le premier, au fait qu’ils ont de plus en plus d’enfants à élever avec un seul salaire ; le second est que, dans l’ensemble, la « troisième génération » bien que plus diplômée que les précédentes, connaît une certaine difficulté d’insertion professionnelle, ce n’est plus une ascension mais une chute sociale. Ce qui implique salaire plus bas. Il y a aussi le cas des « convertis », ces gens devenus intégristes, généralement arrivés par le biais des partis d’extrême droite et dont le profil est assez typé : milieu populaire, diplômé et sans situation (ou situation en décalage avec les diplômes) trouvant dans la religion intégriste une « famille » voire une « patrie » de substitution.
Cette pauvreté peut avoir un impact électoral certain : perte de voix pour la droite réactionnaire qui pourrait se transférer sur la gauche (de nombreuses familles intégristes ne vivent que grâce aux allocations familiales, la gauche les augmentant plus souvent et la droite étant à leur yeux aussi favorable que la gauche à l’avortement et à la « décadence des mœurs », ils pourraient voter socialiste plutôt qu’UMP au 2e tour), abstention massive faute de candidat les intéressants (le FN en général et Marine Le Pen en particulier sont totalement discrédités dans ces milieux) et possible récupération par des mouvements de nature fascistes.
4 – Autarcie culturelle : Comme chez les intégristes musulmans, les intégristes catholiques vivent dans une autarcie culturelle totale : ils ont leurs journaux, leurs livres, leurs maisons d’édition, leur radio, leurs sites Internet et refusent tout apport extérieur. Même chose pour les écoles avec un réseau d’établissements hors-contrat et une université qui fait qu’un enfant intégriste catholique peut ne jamais côtoyer un autre enfant. Les intégristes n’ont pas la télévision (ils s’en sentent exclus), ne vont jamais au cinéma (sauf pour le film de Mel Gibson La Passion) jugé hostile à leurs « valeurs », n’ont pas Internet à domicile, bref, censurent et excluent tout vecteur culturel ne faisant pas de place à leur « culture » selon ce raisonnement : « pas de livres de mon bord à la bibliothèque, la bibliothèque ne veut pas de moi, je n’y vais pas… ». Un jeune intégriste bachelier est ainsi totalement déconnecté de la société : il connaîtra certes par cœur Racine ou Molière, mais pas un seul écrivain connu après 1940, pas une seule référence culturelle commune…
5 – Hostilité au « pays d’accueil » : La troisième génération d’intégristes catholique a tourné le dos avec l’esprit cocardier de leurs parents qui militaient souvent au FN. La France, ils la détestent, comme les petits musulmans fanatiques des banlieues. Leurs modèles : tous ceux qui ont trahis la France : les Vendéens réactionnaires de 1793, les collabos de 1944 (il suffit de voire que le modèle de la jeune génération n’est plus Vichy et Maurras mais le général nazi Degrelle), les terroristes de l’OAS… Ils se sont rapprochés des mouvements régionalistes comme Bloc Identitaire et rêvent même d’un état indépendant appelé Tradiland. La jeune génération admire la Russie de Poutine, l’Iran, est viscéralement hostile aux USA et à Israël, et prône l’alliance avec l’Islam contre la société française dégénérée. On voit même ça et là la défense de l’Islam radical sur les sites Internet intégristes. Le problème est que les deux intégrismes infiltrent l’armée…
6 – Solutions ? : Une politique active contre l’intégrisme catholique et pour la défense de la laïcité doit se développer en trois axes pour un but final : empêcher tout basculement dans l’action directe et toute alliance avec l’Islam.
– Premier point : savoir ne pas aller trop loin. Tout ce qui pourrait passer pour des « persécutions », notamment des fermetures d’écoles ou des condamnations de leurs « intellectuels » ou de leur « clergé » pour des délits d’opinion est à proscrire ou du moins à modérer. La forte solidarité de ce milieu fait que les dégâts seraient plus nombreux que les avantages. Saint-Nicolas-du-Chardonnet est l’exemple d’une gestion intelligente : les intégristes sont regroupés en une église, facile à surveiller. Les en exclure, outre le fait que cela ne sera pas sans morts, risque de les faire basculer dans une révolte désespérée, que l’on écrasera, certes, mais à quel prix…
– Second point, lien direct du premier : s’arranger pour qu’ils aient toujours quelque chose à perdre et également pour qu’ils ne puissent pas se présenter comme des « exclus ». Leur donner quelques églises de village pour qu’ils évacuent leurs chapelles en villes construites généralement à partir de lieux non prévus pour cela et qui leur donne un côté « exclus » dont ils tirent profit. De plus, la réfection et l’entretien de ces églises de village écornera sérieusement leurs réserves financières, qui ne seront plus utilisées à l’expansion. Même chose pour les aides genre RMI qui doivent être utilement. Qu’est ce qui est le plus profitable à la société ? Avoir des élites intégristes infiltrées dans la société ou – par un habile panachage de RMI, d’allocations familiales et d’aides sociales – les en maintenir en dehors avec juste ce qu’il faut pour qu’ils vivotent et ainsi les « neutraliser » ?
– Troisième point : donner habilement par des concessions sans intérêts l’impression qu’ils font partie de la communauté nationale, en donnant par exemple aux mères de familles intégristes catholiques des « médailles des familles nombreuses » (dont, apparemment, elles sont privées pour des raisons inconnues), histoire de leur dire « mais si vous êtes Français ». Ça ne mange pas de pain et ça désamorce. Même chose pour toutes leurs composantes : un prix littéraire de 4e zone pour un de leurs « écrivains », une ou deux nominations au Conseil Economique et Social… Cela pour éviter qu’ils ne se rapprochent des musulmans intégristes en leur fournissant les cadres qui leurs manquent, ce qui serait grave pour la survie de la République. Si on les humilie sans relâche, ils nous le feront payer par pure vengeance. A méditer.
Lucie Martin




Alliance extrême droite et islam, contre la République

Etudiante en histoire, je m’implique dans la lutte contre
l’extrême droite. J’ai remarqué que désormais, de plus en plus de jeunes
d’extrême droite ne font plus de l’Islam une priorité mais la font passer en second plan, après la destruction… de la France !
Je constate une mutation de leurs discours, notamment dans la nouvelle
génération. En lisant leurs sites et les écrits de leurs « intellectuels », je
note l’émergence d’une nouvelle tendance :
1 – Mépris de plus en plus grand pour la France, apologie du régionalisme – notamment breton, niçois, alsacien, flamand, occitan, corse et même maintenant vendéen chez les intégristes catholiques ! Ils parlent des Français comme d’un peuple étranger, ne se considèrent pas comme en faisant partie.
2 – Suite logique du précédent, discours virulent contre toutes les
institutions étatiques, notamment la justice, la police, l’éducation
nationale, ponctué parfois par des appels d’alliance avec les jeunes de
banlieues, voire même avec des gens comme la Tribu Ka ou Mohamed Latrèche.
3 – Attaques violentes contre le MEDEF, contre le patronat, accusation faite contre l’extrême gauche d’être « des larbins des capitalistes qui font entrer des immigrés pour le compte des patrons afin de détruire les acquis sociaux gagnés dans les luttes de nos parents ».
4 – Inversion totale des termes, avec des utilisations de formules genre « vous les Français » ou « nous qui sommes des métèques dans ce pays », « nous les citoyens de seconde zone… » avec appel à l’alliance des « métèques » (‘extrême droite, les cathos intégristes) avec les « barbares » (les immigrés, le Tiers-Monde) contre « la Cité ».
5 – Offensive tout azimuts vers certaines catégories de population :
a) – les petits blancs issus de milieux modestes, diplômés et au chômage avec des arguments du style : les bourgeois ont trafiqué le système pour vous empêcher d’accéder aux places auxquelles vous avez le droit en détruisant l’élitisme scolaire et en bradant les diplômes, avec la discrimination positive, ils vous crachent à la gueule en vous disant que la France n’a pas besoin de vous…
b) – les électeurs du FN, en médiatisant la moindre campagne, manif ou action anti-lepéniste et en leur disant : « vous voyez que ce pays ne vous aime pas, ce n’est pas votre pays, vous avez donc le droit à un pays indépendant… »
Campagne couplée avec de violentes attaque contre Le Pen et sa fille, jugés « soumis aux pouvoir », « ayant trahis »…
c) – les catholiques, pas toujours intégristes, en mettant en parallèle les réactions de l’Etat après des attaques présumées contre des églises, des cimetières ou des personnes catholiques avec celle contre les autres religions, donnant l’impression aux cathos qu’ils sont victimes de discrimination et de mépris de l’Etat, avec reprise du discours : « ce pays ne vous aime pas, ne vous a jamais aimé, vous êtes des métèques qui doivent trouver leur Cité ».
Le tout, théorisé, pour donner à ces gens l’impression qu’ils font partie
d’un peuple à part, différent du peuple français, un peuple qui doit être
indépendant.
6 – Sur le plan international, anti-américanisme viscéral, soutien à
l’Iran, à la Russie, au Venezuela, bref à tous les « ennemis » de l’Amérique.
Pour le moment, cette tendance peut paraître minoritaire, mais si jamais une puissance étrangère, je pense surtout à l’Iran, voire à la Russie, décidait de financer ces mouvements qui réinvestiraient l’argent dans le social, ça pourrait faire très mal !
Ils ont même « récupéré » le fait que sur votre site vous ayez déclaré ne pas vouloir d’eux (du moins ils l’ont compris comme cela) pour renforcer leur argumentaire sur l’exclusion.
Ils se disent exclus, les intégrists musulmans se disent exclus. J’ai peur
que les deux parties ne finissent par conclure une sorte de pacte contre la laïcité et que, par exemple, des pays musulmans en viennent à financer ceux qui il n’y a pas si longtemps criaient « les bougn…s dehors ! »
Bonne continuation pour votre site.
Lucie Martin