1

Démembrement sectaire de l’humain : sexe, famille, culture, sciences…

Que dire de plus qu’Alain Falento sur, par exemple, l’assassinat de la France  ou encore que Béatrice Bourges sur  le “nouvel ordre mondial” (terme “complotiste” pour les petits sbires de la Secte SHAA) ?…

Rien d’autre que quelques arguments concrets en plus, et, peut-être, ici ceci, mais juste en passant, en vue d’informer  ceux qui pensent pouvoir (ne pas) œuvrer dans le transhumanisme chic :

” (…) La phalloplastie, c’est-à-dire la procédure permettant la construction d’un pénis, est en fait composée d’une série d’interventions chirurgicales espacées sur une durée pouvant aller sur quelques années. La première étape sera la création du phallus à l’aide d’un greffon de peau pris sur l’avant-bras ou le flanc du patient (ce qui laisse des cicatrices très visibles). Ce phallus, bien qu’ayant une longueur généralement satisfaisante, ne possède pas un gland qui procure une sensation semblable à celle du clitoris, car celui ci ne peut être greffé. Ceci veut dire que le risque de diminution du plaisir sexuel est bien réel. Attention, ceci ne veut pas dire que le néo-pénis ne permettra d’avoir de jouissance. Cela veut tout simplement dire que la personne devra réapprendre à vivre sa sexualité et à tirer son plaisir ailleurs que dans des terminaisons nerveuses. Pour certains hommes trans ou personnes trans-masculines, le sacrifice en vaut le coup; pour d’autres, la décision est beaucoup moins évidente. (…)”

Ainsi, même pour les adeptes transis, mais encore naïfs de la trans/formation queer (naïfs car il ne faut pas le dire, à l’école par exemple) l’adieu au “plaisir sexuel” est une donnée de fait lorsque l’on prétend faire fi du sexe “biologique” ; on pourra certes rétorquer que cela reste “subjectif” et qu’au même titre que ces arguments justifiant les “familles” mono-sexuées, le plaisir peut aussi s’être fané dans les couples “normaux”, tout comme ces enfants battus et/ou violés dans les familles dites “traditionnelles” qui auraient pu être plus “heureux” chez un couple mono-sexué, etc.

Sauf que la question première ne consiste pas, d’abord, à mesurer telle satisfaction, toujours relative en effet, mais à se demander, avant tout, comment un psychisme humain peut se constituer (et en jouir) sans altérité masculin/féminin ? C’est-à-dire sans cette reconnaissance par le sexe opposé en particulier parental indiquant déjà que l’on est bien perçu mâle ou femelle dans son comportement, sa joie, son jouir car le sexe ce n’est pas seulement de l’anatomie une excroissance comme des cheveux, la “biologie” étant bien plus que son substrat physico-chimique (ce qui ne veut pas dire qu’il suffirait de le déployer pour être comme le croit l’eugénisme en particulier racialiste).

En ce sens, l’attraction progressivement plus complexe de l’enfant envers son père ou sa mère ne relève pas mécaniquement/automatiquement d’un besoin énergétique comme s’ils étaient uniquement des sources de chaleur ou de protection lorsqu’il était bébé, mais, surtout, mais, d’abord, et au fur et à mesure comme ce besoin bio-psychique d’être de plus en plus reconnu comme étant capable de séduire lui-même aussi, et ce à tout point de vue, telle cette nouvelle symbiose bio-culturelle, en l’occurrence l’enfant en devenir, susceptible d’être, lui aussi ,admiré, aimé, une personne comme son père ou sa mère qui sont ses canevas, d’où l’importance de leur double présence…

C’est en effet ce qui permet à l’enfant de développer sa spécificité d’être un animal humain et non pas seulement un animal tout court ; cette “humanité” n’est donc pas “seulement” anatomique mais psychique, Joseph Nuttin, (1980, p.166) explique bien que le mâle humain est enclin à non seulement tester plutôt quantitativement l’étendue de son agressivité, de sa violence, d’être (au sens éthologique, voir aussi infra) comme ses performances topiques cherchant à marquer ses territoires, tel un félin, à se percevoir dans les territoires symboliques par la fierté, la vanité, le prestige, y compris ou sa dextérité à non seulement se déployer mais à se développer à court moyen et long terme ; la femelle, elle, étant encore plus à même d’œuvrer aussi ainsi dans l’étendue mais aussi dans la qualité du relationnel : c’est ce que par exemple soulignent non seulement Joseph Nuttin (supra), mais également Peggy Sastre dans La domination masculine n’existe pas, surtout lorsqu’elle indique comment le mâle peut se méprendre sur les signes uniquement amicaux émis par la femelle (2015, p. 61).

Ce qui implique de ne pas réduire la femelle à la seule maternité, puisque le relationnel s’étend certes à l’ensemble des territoires topiques mais aussi symboliques, esthétiques (qui n’est pas seulement la brillance plastique de couleurs et de formes mais la manière d’être du monde ou la séduction même, bien analysée par Jean Baudrillard) ; d’où aussi le fait par exemple que la Nation française est symbolisée par une femme, Marianne, et non par un homme, la Marianne de Delacroix n’exprimant pas spécialement la seule réplique de la Vierge: elle appelle au courage, à l’abnégation à l’émergence d’un nouveau Créé ; c’est aussi le Geste d’Ève défiant Dieu en prenant, elle, et la première, le Fruit de la Connaissance du Bien et du Mal (et Adam l’accompagne…) ce qui va bien plus loin que sa “soumission” au Diable car elle aurait pu, tel le Christ, ne pas le suivre…

Ainsi, les deux sexes, en cette altérité opposant, dialectiquement, quantitatif topique et qualitatif relationnel, cherchent alors par  et dans la présence de”l’autre” ce désir insatiable de se chercher soi-même jusqu’au bout des possibles ; ou comment atteindre la pleine présence harmonieuse et jouissive de se sentir vivant, c’est-à-dire ce qui (se) révèle ; par exemple comment son soi intime s’enrichit aussi par ce l’on procure à autrui comme joies et jouissances ; ou le fait de sentir que l’autre est rendu lui aussi heureux ; ce qui mesure bien ce que l’on est devenu soi-même : sommes-nous capables (ou pas) de (se) comprendre (dans) l’autre en particulier la femelle d’une part, le mâle d’autre part ? ; soit d’ailleurs le principe même de l’orgasme à deux, mâle et femelle, une mise en phase bien plus singulière grâce à cette altérité, là, celle précisément du semblable, à la fois même et autre, que dans le seul identique du pareil (ou l’homosexualité, voir ici Jacques Balthazart) ou encore celle du seul narcissisme solitaire aujourd’hui de plus en plus robotisé avec apparence humaine …Un narcissisme numérisé se vivant également à plusieurs

Aussi cette singularité, humaine, c’est-à-dire nécessitant une telle altérité non simulée, ne peut pas être perçue par l’analyse en “cisgenre” : celle-ci ne peut l’atteindre en effet tant son scientisme l’en empêche puisque réduisant  la matière vivante humaine soit à son complexe physico-chimique soit à son environnement normatif, évacuant  alors la singularité du psychisme a fortiori humain dans la seule technologie d’avoir ou non un “désir” de pénis ou une vulve puisqu’elle en fait même une nécessité ultime (du moins pour certains) ce qui s’avère être la porte ouverte au fond à la technologie des prothèses, dont ces poupées gonflables comme vu ci-dessus…

On voit bien d’ailleurs cette poussée scientiste (et affairiste) chez sa future grande”sœur” accompagnant toute cette transformation génitale qu’est Big Pharma réduisant déjà l’immunité à une “réaction” passive qu’il faut sans cesse exciter ou bloquer alors que sa constitution s’avère bien plus complexe aux dires des spécialistes….

Ce qui fait que ce scientisme rate également le fait que même le futur cyborg le plus accompli n’échappera pas à l’agressivité d’être (ce droit de nature des Anciens, dont Hobbes, Locke, repéré également par Darwin, Nietzsche, Lorenz, Laborit…) ou le fait de vouloir acquérir du pouvoir dans ses trois composantes (puissance à attirer, autorité dans la prestance, capacité à diriger selon sa compétence) afin de peser au sein des trois buts fondamentaux de l’aventure humaine comme le disaient également les Anciens : acquérir du pouvoir (dans ses trois composantes) posséder des richesses (symboliques également) chercher à être reconnu ou le prestige (tel le “respect” y compris déjà à ses “propres” yeux)…

Mais quel rapport à ce stade avec le “démembrement” non plus seulement de l’humain mais de la Nation Citoyenne France incarnée aujourd’hui par Marianne ?  Et quid du “nouvel ordre mondial” ? Davos, la Secte SHAA, etc.

Eh bien ce qui peut apparaître microscopique, local, lilliputien, lié au “hasard” des mutations de mœurs  et des nouvelles modes du quotidien, etc, s’agrège aussi en tendances longues : éparses au départ, mais qui, récupérées, embrigadées, peuvent servir de relais, de tremplins, pour réaliser, mailler, un programme d’action par certaines forces politico-économiques organisées (globalisées en FTN, en techno-structures interétatiques) comme profiter dans les programmes scolaires et les recommandations “sociétales” de tous ces questionnements plus du tout juvéniles face aux sollicitations esthétiques et comportementales d’adultes (comment parler de sexualité à… trois, six, même dix ans) solidifiées en ces produits symboliques bien trop crus pour leur “âge” comme si l’on voulait supprimer l’enfance cette perte de temps (et d’argent).

Idem pour ces publicités institutionnelles prônant le “multiculturalisme” afin de parachever la transformation de l’Europe en zone non seulement commerciale mais zone à crever à précisément démembrer (ZAD) et non pas à défendre comme le prétendent les orcs de la Secte SHAA ou l’Europe comme terrain vague à l’âme labouré bombardé déjà symboliquement par toutes ces séries détournant l’imaginaire séculaire contenu dans un conte et une rêverie en le cristallisant en purs objets propagandistes et non plus seulement en fantasmes et fantaisies cerfs volant au vent (sourire amical entre hommes transformés automatiquement en désir sexuel) à l’ombre des falaises rugueuses ou parsemées de “coquelicots jolis” attendant entendant le rire des amants et répercutant “le murmure de la ville” comme l’écrit Proust (À l’ombre des jeunes filles en fleurs, lui qui n’a jamais fait état de son homosexualité pas plus que Gide) tout cet effroi froissant fructueusement les âmes en joute se cherchant, sont alors happées par la nouvelle Toile idéologique et sa matrice Cyber-étatiste dont le moyeu scolaire viendra broyer au nom de “la” science SVT (voir les programmes de seconde) toutes leurs pétales printanières pour en faire ces médicaments mentaux d’adultes vendus pour devenir “ce que l’on veut” ; un vouloir hypothétique puisque voguant au gré des influenceurs du jour, mais servant de sédiment idéologique aux bonimenteurs, même assermentés…

Quant au “reste”, à la France par exemple, rappelons seulement la politique familiale instaurée par le social-étatisme d’un François Hollande, loin d’aider à contrecarrer les tendances de plus en plus erratiques de l’agressivité de la violence, d’être (ou ne pas être) depuis la “mort” des “grands récits”, loin de se battre pour plus de cette “cohésion sociale” promise, ce social-étatisme n’aura fait qu’affaiblir, fragmenter, selon le mot à la mode, les classes populaires et supérieures ; ne serait-ce qu’en manipulant déjà le quotient familial car s’il y avait de l’idée à intervenir dès le second voire le premier enfant chez les familles dites modestes ce n’était pas pour réduire la possibilité d’en avoir plus  dans les familles plus aisées comme ce fut le cas en rognant sur le quotient ; même les communistes étaient contre, à l’époque, car on ne touche pas à un acquis civilisationnel ; ce qui a eu pour résultat d’affaiblir l’ensemble, surtout articulé au refus de réformer/protéger le congé maternité empêchant par exemple les entreprises (certes étranglées par des coûts sociaux aux antipodes du dumping social propre au globalisme affairiste sous-traitant en Chine et… en Pologne…) de congédier les plus faibles dont les femmes et les plus de cinquante ans (blancs en plus) pour être plus compétitives au sein d’un marché déséquilibré par un libre-échange non régulé du fait de l’obsession anglo-saxonne américaine et allemande à réduire uniquement l’UE à une zone affairiste alors que la France aspirait à ce “plus” d’une Europe des “Patries”…

Celle-ci s’est fracassée peu à peu lorsque la normalisation globaliste (diffractée par zone de démembrement) exigeait de plus en plus d’économie d’échelle et, partant, une sous-traitance exacerbée entraînant les distorsions que l’on subit encore….

Bref, au lieu de redresser le bateau France, la branche française de la Secte SHAA s’empressa de commencer à le couler avec armes et bagages en 1992 malgré le sursaut de 2005 jusqu’à aujourd’hui lorsque l’on voit bien que c’est désormais ladite “Présidente” de la Commission Européenne, élue de nulle part, qui déclare la guerre à la Russie, mais oui, interdit à Frontex d’empêcher le nouveau trafic d’esclaves africains, mais oui encore, interdit aussi Russia Today et Spoutnik, -et pourquoi pas puisque la liberté est devenue chose ancienne, donc “d’extrême-droite”, tandis que cette Reine (celle de Blanche Neige) fait la leçon, entre deux tweets à Bourla (patron de Pfizer) au nouveau propriétaire de Twitter via l’un de ses Commissaires, français pour lui rappeler à plus de retenue ; tout en lançant sa nouvelle meute peuplée d’incontinents en insultes, tous ces nouveaux bandits de grand chemin que sont devenus les “journalistes” de cour, à l’assaut des “questionnistes”,  sus ! à Berkoff qui a eu le malheur d’inviter des analystes lucides et non pas stupides….

Pendant ce temps d’autres orcs de la Secte SHAA, drones trans-humains spécialisés dans la torture sociale, s’en prennent à un docteur en pharmacie, une psychiatre, un sénateur radiologue,toute une ribambelle de soignants pour avoir eu raison trop tôt ou refuser de salir leur honneur ce mot effacé du dictionnaire d’un Véran par exemple…

Démembrez vous dis-je ! Démembrez encore et toujours, l’Enfer reconnaîtra les siens…

Lucien Samir Oulahbib




Le RN et Reconquête incapables de stopper les milices Antifas, bras armés de la Secte

Hitler a pu arriver au pouvoir grâce aux “antifas” de son époque tant leur action violente épouvantait lorsqu’ils allaient casser du “social-traître” (puis Hitler, qui se disait de gauche, en récupérait certains car un bon communiste balèze est toujours utile – regardez Soral – à partir du moment où un juif ne le commande pas et qu’il aime bien les muslims) ; aujourd’hui leur violence sert son équivalent mou réélu avec sa moitié (pour la petite histoire observez ici comment “Bri-Bri”, à 1: 00: 50-57,  évite son frère).

Ces milices sont partout, comme leurs aînées bolcho-nazis… Au sein des universités, médias, institutions, partout, pourquoi ne seraient-elles pas devant un local de Reconquête à Marseille ?… Et leur action marche d’autant plus que les dirigeants de ce parti, comme ceux du RN, ne se démarquent pas tant que cela de la Secte globaliste au pouvoir : par exemple en défendant l’injection obligatoire pour les seconds ou la retraite à 64 ans pour les premiers…

Certes, il n’est pas ici dans l’intention de nier l’opposition véhémente, voire viscérale, entre les néo-nazis de gauche se prétendant “antifascistes” et les militants de Reconquête et du RN, sauf qu’il s’agit d’une opposition, agressive, oui, mais de type âprement concurrentiel (façon sabotage récent de gazoducs) au sens de se quereller bien plutôt autour du gâteau électoral et des miettes de pouvoir (financier aussi) qui reste encore au sein d’une UE complètement inféodée à la Secte Davos via leurs marionnettes allemandes et polonaises animées par des fils made in US.

Car autant Reconquête que le RN acceptent les principaux narratifs de la Secte SHAA sur les injections, les retraites, voire la confrontation avec la mafia ukronazie (qui s’entre-tue actuellement) même s’ils y mettent quelques ourlets et autres dentelles sémantiques (mais Mélenchon aussi…).

S’ils étaient autant que cela dans une réelle opposition frontale et non pas seulement concurrentielle, ils feraient de l’obstruction systématique provenant de la NUPES et de Renaissance une sorte de préalable constitutionnel jusqu’à refuser de siéger, porter plainte systématiquement, concentrer la totalité des prises de parole dans les institutions et dans les médias sur cette infamie voyant des affidés aux dizaines de millions d’assassinats du Goulag et des Colonnes Infernales les empêcher de parler manifester… L’exemple le plus symptomatique fut cette confrontation entre Zemmour et Mélenchon, ce dernier traitant de chien le premier sans que celui-ci ne se lève et dise enfin les quatre vérités contre ce vampire du sang ouvrier (il l’aurait même invité pour ses cinquante ans…). Comment est-il possible de fréquenter ces hypocrites telle aussi cette Autain hautaine avec les faibles soumises avec les forts jusqu’à les absoudre lorsqu’ils violent à Cologne (même si elle ne va pas quand même jusqu’à leur dire, comme elle vient de le faire ailleurs: “Mazel Tov”) ?

Lorsque le “Yéti” soi-disant ministre de la Justice demande au Parlement de l’UE la tête de Nicolas Bay, vice-président de Reconquête (et l’obtient) parce que celui-ci se serait opposé à la construction de la super-mosquée de Metz, on croît rêver : y a-t-il eu des manifestations immédiates de militants Reconquête devant le ministère de la Justice française alors qu’ AUCUNE ÉGLISE, TEMPLE, SYNAGOGUE sont permises dans les pays “amis” de Renaissance et de la Nupes dominés par le totalitarisme arabo-musulman ?… Non. Des rouspétances, des tweeters un peu querelleurs c’est tout (alors que Zemmour avait téléphoné à Ramadan pour le soutenir dans ses affaires de viols, Ramadan téléphonera-t-il à Nicolas Bay en retour ?…).

Des gens comme le ministre de la Justice, Autain, Mélenchon, Rousseau aussi, qui se targuent d’être les plus “antifascistes” sont en réalité les marchepieds du totalitarisme “en marche” alliant absolutisme religieux djihadiste et affairisme hygiéniste scientiste ; dommage qu’ils ne soient pas traités comme ils le méritent par une “opposition” qui s’avère être de pacotille.

Lucien Samir Oulahbib




L’alliance totalitaire Nupes-Macron ne peut que susciter le dégoût

Macron serrant la main de Melenchon
Macron serrant la main de Mélenchon

C’était évident: les oripeaux de la gaute ripolinée vert (de gris aussi) font fusion salace “contre” le RN sans autre état d’âme que leur hypocrisie crasse et cupide ; symbolisée récemment par leur énième refus de voter une motion de ce parti légal et même légitimé jusqu’au second tour des élections présidentielles ; d’où la nature anti-démocratique de tout ce mouvement issu du totalitarisme léniniste et qui n’ a bien sûr rien compris à la République ni aux Lumières façon Voltaire…

Banal cependant.  La vulgarité de cette fraction de plus en plus lilliputienne, bras armé de la Secte SHAA,  est connue, mais reste toujours aussi navrante à observer, avec Véran par exemple, un de ses Agents Smith une sorte de cyborg volontaire qui ment plus vite qu’il ne respire comme il l’a démontré récemment à TPMP face à Bercoff n’ayant que des arguments façon Chat-GPT bas de gamme à fournir ; Sandrine Rousseau est aussi du même acabit, en plus drôle néanmoins tant sa stupidité concurrence si bien son ignorance qu’elle le dépasse en mur du con, même si Mélenchon reste tout de même le premier Agent Smith hors catégorie tant sa sortie hors piste sur les milliardaires malaxée dans une grimace retorse façon sous-Marx de contrebande dont il a le secret (et qu’admire beaucoup Alain Duhamel) en dit long sur leur degré de nullité atteint et exprimé ces temps-ci par un certain Louis B, une sorte de fin de race prolétaroïde...

Néanmoins, et comme l’ont montré les trois dernières élections partielles, Nupes et Macronie sont de plus en plus les deux test/mont/icules de la v(i)erge Ursula qui v(i)ole à qui mieux mieux les droits d’Europa, pauvre “i”,  s’asseyant même dessus lorsqu’elle ne s’en lave pas les mains en Ponce-Pilate yogi pauvresse qui fait mine de s’offusquer à la mise en scène de Butcha, sûr que dans ce rôle la mère Rousseau en maîtriserait bien le Code.

Ces gens, pauvres petits palefreniers des écuries d’Augias, ne sont même pas à pleurer mais à écarter et vite, il faudra d’ailleurs assainir tous les lieux dans lesquels ils se sont montrés tant leur présence les aura affadis.

Lucien Samir Oulahbib




L’entrée en guerre sans le “dire”…

Zelensky (n’) est (pas) une marionnette tirée à hue et à dia “en même temps” par la mafia du cru et la Secte SHAA.  Noui. Certes, au départ son clan à Istanbul s’était dit qu’ils avaient perdu, mais c’était sans compter l’aide, désintéressée, de la  Secte qui a  fait abattre le négociateur voulant signer. Puis, comme les milliards affluaient, après tout Courchevel et les Bahamas valaient bien l’euthanasie de 180 000 personnes (et dix millions en exil depuis longtemps d’ailleurs).

Dans les vapeurs opiacées sur canapé et piano sexué mourir de rire fut choisi mais sans le dire…

Sans le “dire” (sans le discours) de la Guerre. D’où les atermoiements savamment entretenus de la propagande US excluant l’envoi d’avions alors que, sans eux, la protection des chars deviendrait inopérante… Il faut donc faire semblant d’être “poussé” comme le disent si bien les médecins-maires-généraux de plateau : si l’on ne veut pas que Poutine vienne se baigner à La Lanterne à la place de Bri-Bri  (à ne pas confondre, bien sûr, avec Brichel) “il faut envoyer les Rafales”

Pour quoi faire ? Les médias de grand chemin veulent quand même une justification à diffuser dans les chaumières chauffées à 19°. La version officielle serait de défendre là-bas “les valeurs” dominantes incarnées de plus en plus par les queer insectivores ouvertes au “monde” (façon first fucking) dont l’action “civilisationnelle” s’allie certes à celle des djihadistes chics (députés aux US, lords à Londres) mais comme ils ne sont pas affiliés à la Fédération de Russie tout va bien puisqu’il s’agit surtout de détruire (démembrer) celle-ci (sans le dire encore une fois) afin de récupérer les matières premières et empêcher qu’un modèle “autre” émerge face au transhumanisme cyborg.

D’ailleurs, un marchandage à haute intensité pourrait être effectué avec les maoïstes : vous lâchez Pou-Pou et vous prenez la Sibérie gorgée de gaz tout en la partageant avec le Japon. Les Mao hésitent parce qu’ils veulent d’abord dévorer  Taïwan, héritière légitime de la République de 1911 ; et puis l’Inde, voire le ¨Pakistan, l’Iran laisseront-ils faire ce démembrement qui les encercleraient ?… Déjà les confettis turcophones ne sont pas d’accord, pas plus que la Turquie, ce qui fait du poids dans la balance russe…

D’où se rabattre en attendant sur l’Europe : jamais deux sans trois, affaiblir durablement l’UE (développement durable) puis proposer un nouveau plan Marshall, un plan Biden (prononcez Biiden) ?…

Sauf qu’il ne faut pas “dire” (la Guerre) mais au contraire dire la Paix (celle de 1984) en avançant que c’est précisément parce que l’on veut défendre les “valeurs” (soit, rappelons-le, la paix queer insectivore anti-phobie anti-rassuriste et anti-complotiste) qu’il faut instruire les combattants anti-Poutine, et, pour le faire il faut (sollen) bien envoyer des enseignants (en surplus) par exemple des Mozart, non plus seulement de la finance mais de la grosse gâchette…

Lucien Samir Oulahbib




Non à l’interdiction des conférences même djihadistes en France

Il n’est pas sûr qu’interdire de telles conférences soit tactiquement judicieux ; pourquoi imiter les néo-léninistes ces bras armés de la Secte SHAA ? Certes, il serait possible concernant les djihadistes “modérés” (oxymore) de leur indiquer qu’ils devraient également inviter d’autres intervenants à même de leur porter la contradiction, mais il ne faudrait pas en faire un préalable ; par contre organiser en parallèle un débat public (et les inviter) sur “le refus djihadiste de la laïcité” ou l’interdiction d’établissements autres qu’islamiques en terre dominée par les arabo-musulmans seraient des initiatives stratégiquement opérantes (avec service d’ordre approprié évidemment).

Il ne se passe pas en fait un jour (ou deux) sans que l’on n’apprenne l’interdiction de tel ou tel “débat” (même sur “l’énergie” à Science PO Strasbourg) ; d’aucuns s’en étonnent d’ailleurs alors que la domination néo-léniniste (et aujourd’hui queer) sur la “gauche” s’est affirmée dès les années 70 (avec Althusser, BHL, etc. voir ce numéro de Dogma p.15) en ce sens où “la politique est la guerre continuée par d’autres moyens” cette inversion de la formule clausewitzienne reprise par Lénine.

Un Lénine bégayant  De Saint-Just : “pas de liberté pour les ennemis de la liberté” repris donc par ses jeunes émules post-68 (las d’un eurocommunisme mou à la Garaudy ou “ploum-ploum tralala” à la Cohn-Bendit ou Castro (l’architecte animateur “mao spontex” de VLR) comme indiqué dans l’article de Dogma ci-dessus) ce qui fait que le RN reste interdit dans les manifs, Némésis pourchassée, mais les bâchées tolérées et même admirées ; en “même temps” la CFDT est aussi parfois coursée dans les manifs traîne-savates selon le nombre de petits-bourges antifas (orcs de la Secte SHAA) en tête de cortège…

N’entrons pas dans cet engrenage : le principe voltairien ne se discute pas c’est le socle inflexible à opposer, y compris aux faux “libre-penseurs” qui refusent de distinguer cultuel et culturel dans une statue de la Vierge qui, à la différence de celle d’un Lénine déboulonnée, n’appelle à aucune intransigeance mais plutôt au respect d’un legs que l’on y croie ou non…

D’où en effet la nécessaire reformulation de la loi Gayssot qui avive en réalité les suspicions aboutissant comble de l’absurde à l’éviction d’un Bensoussan du Mémorial de la Shoah parce qu’il aurait été le messager façon Béart (Guy pas Emmanuelle) d’une vérité empirique : le juif est consubstantiellement visé comme falsificateur par les principaux textes musulmans, (et déicide par les autorités chrétiennes avant Jean-Paul II)  ;  cette absurdité, multiforme, (telle que juif=riche=milliardaire=Poutine) est avivée par le manque total de nuances dans l’enseignement du fait islamique en classe et aussi de ce qui s’est réellement passé en 1947-48 en Palestine (et qu’en est-il de Jérusalem depuis 70 au fond), ou en 1945 à Sétif, 1947 aux élections truquées en Algérie, 1954 en Indochine comme en Algérie le jour de la “Toussaint”, 1958 et son ” je vous ai compris”, 1962 (et le massacre d’Oran et des Harkis), etc.

Tout peut, doit, être discuté, même les chiffres… C’est là l’esprit français non ?…

Lucien Samir Oulahbib




Dieudonné et Soral : néo-cons, néo-libéraux…

Commençons par là : Dieudonné en répondant à Soral se dit, lui,  sur le chemin du Pardon, traverse le Purgatoire (mais fait toujours des quenelles alors qu’il y a bien d’autres moyens pour se moquer de BHL-Béchamel ou d’Attila-Attali) Soral reste lui toujours en enfer et refuse l’évidence : sa filiation avec le djihadisme khomeyniste montre au fond qu’il s’empâte toujours dans le remugle célinien de la défaite “d’un château l’autre” sinon rien, parlant pourtant de “raffinement” alors qu’il s’agit du confort petit-bourgeois de la lumpen intelligentsia revancharde et cuistre maudissant sans doute, dans son dernier râle de virilité, Charles Martel (comme Mélenchon et l’autre naze aussi) d’avoir gagné à Poitiers; mettant tout ce qui a suivi sur le dos du “sionisme international” ; pourtant, il n’est pas sûr que les Maîtres de la Secte qui règnent à Davos fassent partie de ce couinement-là, s’en servant plutôt qu’autre chose, tels ces roitelets allant quémander quelques pièces puisque à l’époque le prêt était interdit aux chrétiens …

Ce qui peut expliquer pourquoi certaines professions jugées “haram” furent investies par les juifs (et leur rouelle jaune) protestants métèques, d’autant plus qu’en effet “artistes et prostituées étaient dans la même catégorie” et nous eûmes avec la naissance du cinéma et du gramophone beaucoup d’acteurs musiciens chefs d’orchestre juifs ces professions étant dénigrés par l’aristocratie ruinée, sur la défensive jusqu’à Maurras, et ce depuis au fond la naissance de Versailles puis la nuit du 4 août 89 bien sûr… annulée par celle du 5 août 21 lorsque Macron (juif ? pas vraiment…) raya les droits inaliénables de la liberté de se faire injecter, une liberté que Dieudonné pense encore vouloir défendre dans sa recherche de Pardon : ” (…) que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre“, Soral en parfait soldat djihadiste khomeyniste lui en a jeté une comble de l’absurde…

Sur les néo-cons et autres néo-libéraux, un vrai fantasme de croire d’une part que les délires financiarisâtes des banques centrales soient du “libéralisme” même néo, Friedman s’en moquait royalement (rappelle Charles Gave sans cesse) jusqu’à prôner leur disparition, autant traiter Crésus de “néo-libéral” (ou de “juif” voir ci-dessus) ; d’autre part concernant les néo-cons qui seraient à la manœuvre contre la Russie c’est une galéjade, c’est bien plutôt les clans Bush Clinton Obama Cheney qui sont aujourd’hui transis de guerre, les néo-cons genre Fukuyama (et autres élèves de Léo Strauss qui, lui, n’a rien à voir là dedans mort en 1973 en plus) cherchaient plutôt à considérer que la chute du Mur de Berlin la faillite du communisme soviétique (reconnue par Poutine, même s’il en est nostalgique territorialement parlant) ouvraient la porte vers une réelle “alliance des civilisations” non pas à la Gate et Buffet ou Soros mais au sens d’une vraie gouvernance mondiale de type coopérative et non pas centraliste des problèmes qui se posent à l’Humanité tout en respectant nations et cultures mais ce en émulation pour le bien commun à la différence des relativistes culturalistes qui trouvent très bien que l’on excise les petites filles du moment que cela ne se fait pas en France…

Or, précisément, la France en tant que “Fille Aînée de l’Église” a pour tâche de porter l’Universel aussi haut que possible, sans pour autant le faire par l’épée comme il a été mal rapporté, l’épée du Christ ( Mt. 10:34) étant spirituelle autant que charnelle car s’il s’agit de chasser les marchands du temple il ne les tue pas (rappelle Dieudonné à Soral ci-dessus) personne ne peut tuer “au nom de Dieu”, mais au nom de la loi des hommes, oui, d’où déjà la guerre ensuite la sanction ultime, mais aussi toutes ces lois envieuses stupides qui font des “riches” (“puissants” en langage franc ou bas allemand) les parfaits boucs émissaires remplaçant les juifs pour l’extrême gauche qu’elle substitue cependant aux sionistes, tout en se soumettant elle aussi par l’antisionisme qui fait office d’anti-judaïsme chic mais également porté par les juifs de cour montrant ainsi du doigt un Zemmour parce qu’il aurait le malheur de critiquer leurs maîtres alors que l’alliance de fait entre la Secte et le djihadisme global, symbolisé par la dernière coupe du monde de football au Qatar, exprime bien au fond et plus largement qu’autant ce dernier que l’extrême gauche sont à la solde de la Secte SHAA qui se fiche comme de son premier shoot des origines du dernier enfourné à partir du moment où les royalties tombent royalement dans les paradis fiscaux car il n’y a pas que l’univers qui est devenu “multi” aujourd’hui…

Aussi est-il navrant autant que regrettable d’entendre à longueur de journée les vocables “néo-libéraux, néo-cons” repris par des “souverainistes” jouant faute de mieux peut-être aux néo-marxistes alors qu’ils font plutôt la part belle aux néo-léninistes qui emploient ces mêmes termes ayant pourtant autant à voir avec le libéralisme ou la pensée de Léo Strauss que le néo-léninisme (queer aujourd’hui) aurait à voir avec l’esprit voltairien défendant les libertés d’opinion et d’expression.  Le léninisme n’a jamais rien compris à la notion d’ “acquis civilisationnel” (comme le lui reprochait Rosa Luxembourg, marxienne, elle au sens de préserver les acquis objectifs) encore moins les trotskistes et maoïstes (affiliés à Staline on l’oublie : Bataille Sartre idem…) aussi leurs “leçons de morale” sur la Russie actuelle illustre surtout leur filiation idéologique au scientisme sectaire qui sans l’affairisme alarmiste ne pourrait pas entraver comme il le fait avec sa triple injonction actuelle (injections sanitaires vertes et militaires) le désir exprimé par les trois quarts de l’Humanité d’une coopération, libre, entre nations souveraines (ce qui va pousser maoïstes et djihadistes à lâcher prise) lasses du faux universalisme comportementaliste du progressisme “occidental” de surface alors qu’il est profondément totalitaire jusque dans ses viscères, ce qui nécessite(ra) d’en couper toutes les tentacules d’un seul coup cette Méduse.

Lucien Samir Oulahbib




L’atmosphère Chat GPT des va-t-en guerre

Les pue-la-mort  pètent la forme à tout va dans les “chat”formatés ;  ils pullulent  d’arborescence Chat GPT mal digérée par leurs boyaux mentaux qu’ils recrachent (tant bien que mal) sur les plateaux fromages des médias de grand chemin suintant cependant de plus en plus la mouise des perdants se recyclant faute de dixième vague virale dans l’hallali du meurtre par procuration: le dernier ukrainien ou russe allant de pair avec la dernière centrale à gaz allumée pour forger à l’équilibre le prix à payer du whatever it takes.

La lourde machine de l’engrenage 1914, coup de revolver au départ de Sarajevo plusieurs dizaines de millions de morts quatre ans à l’arrivée, refait surface façon Terminator IV.  Alors que “la faim tue dans le monde un être humain toutes les quatre secondes“, cherchez l’erreur…S’il y avait “vraiment” un “gouvernement mondial” cherchant à s’occuper des affaires humaines au mieux comme le subodorait le mandat onusien…

Nous n’en serions pas là aurait chanté Lennon à Woodstock (où es-tu ?…) une naïveté certes (Fonda mettant le racisme sur le dos du réchauffement ou l’inverse GPTO au secours “chattent” les faux Pinocchio) mais tout de même, il paraît d’ailleurs que le secrétaire général actuel de l’ONU n’est pas content (du tout) de l’envoi de chars en Ukraine, arrête ton char (pense éberlué Chat j’ai pété…un câble ? Dirait, peut-être, Rémy de Juste Milieu ou presque…).  Pendant ce temps (soyons sérieux) les quelques spécialistes de la chose rament n’ayant pas le bon logiciel dans la tête (en attendant la balle s’alarme Régis de Castelnau).

Arno Klarsfeld certes s’en va pétitionner pour la “paix” en renvoyant bien sûr dos-à-dos les “détestables” proche de la version Clinton sur les électeurs de Trump (“pitoyables”) ce qui est bien à la mode aujourd’hui tant le parti de la Guerre est binaire et surtout puissant et qu’il faut montrer patte créole si l’on ne veut pas être traité de “racaille”par Pilotis ou en “faillite morale” par l’EX-Presse un torchon si faisandé qu’il risquerait de boucher les latrines les plus turques ce qui s’avère être un exploit peut-être concurrencé par Hibernation en chute libre tous deux ayant une “moralité” au dessus de tout soupçon avec carte de “prêche” dirait Praud (alpagué lui aussi comme “méchant”) au sermon subventionné (mais il ne faut pas le dire juste le murmurer) comme chacun sait…

Ces cerveaux à un neurone et demi (les autres ont fui) auraient donc bien besoin de Chat machin chose; mais celui-ci a encore un langage châtié et (prétendument) mesuré que ces feuilles de choux ne possèdent plus, journaux locaux germanopratins que l’on sert aux Deux magots (public et privé) avec le croissant vert que l’on déverse aussi à l’autre W.C nommé Science Po de chambre queer ou latex (mais ne pas trop coller aux murs des directeurs soudain se défenestrent). A force de trop fumer la moquette entre deux lignes blanches les seules qui restent encore admises dans leur couleur d’origine…

Lucien Samir Oulahbib




Le Giec sur BFM-Business : « Nous n’avons plus que 3 ans… »

A picture taken on August 17, 2019 shows bergy bits and growlers floating in front of the Apusiajik glacier, near Kulusuk (aslo spelled Qulusuk), a settlement in the Sermersooq municipality located on the island of the same name on the southeastern shore of Greenland. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)

Même les partisans transis de cette verve réchauffiste tempèrent cette prévision apocalyptique de “la fin du monde dans trois ans” (en quelque sorte) ; avec New-York sous l’eau, etc. Il n’empêche que ce qui semble bien être devenu un sortilège alarmiste s’avère bel et bien claironné sous le vocable “urgence climatique” sur toutes les ondes y compris celles des radios “professionnelles” comme BFM business (le 26/01 vers 18 h 30) à propos de “l’urgence de l’énergie verte” très lucrative en réalité malgré son efficacité quasi nulle…

Or ce sortilège alarmiste (qui n’a aucun fondement sérieux sinon des projections) EST bien à la base de tout ce qui se passe actuellement en matière de “transition” (énergétique avec des éoliennes inutiles, alimentaire avec les insectes qui se substitueraient peu à peu aux animaux producteurs de “méthane”…) ; ce qui produit une “éco-anxiété” entraînant alors un accroissement des angoisses (consommation encore plus effrénée d’anxiolytiques et de drogues) jusqu’au refus de procréer parmi les jeunes générations engluées de plus en plus dans cette propagande homicide et ce depuis leur naissance (d’où l’appel à l’immigration pour compenser) alors que tout est sinon faux du moins très exagéré et ce sciemment (ce qu’indiquent les vrais spécialistes qu’écartent bien sûr le GIEC et les médias sous son influence uniforme).

Une telle régression du jugement s’observe également pour la Covid alors que l’on s’aperçoit de plus en plus que le danger létal est plutôt venu du refus de donner des traitements précoces et d’injecter à la place une substance aux résultats éphémères et contre-productifs (effets indésirables en croissance chez les plus jeunes, besoin de renouveler plusieurs fois par an l’injection sans analyse des conséquences…).

Bref, tout ce tintamarre, agrémenté cependant de courbes très télégéniques, révèle déjà une chose : l’illettrisme croissant des élites en matière épistémologique : des projections statistiques ne restent que des spéculations surtout lorsqu’elles reposent seulement sur des hypothèses non vérifiées comme la hausse du CO2 corrélée sans preuves aux températures météorologiques alors que l’histoire du climat montre l’inverse et ne peut être observé que sur un temps long (au moins trente ans) ; d’autant que, par exemple aujourd’hui, le Pôle Nord reconstitue ses glaces, la neige tombe encore y compris en plaine (alors qu’il y a dix ans elle devait disparaître) et qu’aucun lien sérieux ne peut être fait entre intempéries exceptionnelles et impact de l’activité humaine, même si celle-ci est bien sûr perceptible en matière de pollutions diverses qui sont cependant peu à peu prises en compte depuis les années 80 d’où par exemple l’excellence française en matière d’expulsion de gaz à effet de serre…

Mais rien n’y fait, le « narratif » ne bouge pas, alors que par exemple le nucléaire civil reste une solution d’autant plus raisonnable que ses déchets sont de plus en plus réductibles par les surgénérateurs – qu’un lobby pro éolienne (articulé pourtant au charbon et au gaz) a réussi à briser en France (mais pas en… Russie) et ce même si aujourd’hui le gouvernement en place fait miroiter qu’il “va” rectifier le tir (alors que la facture électrique explose…).

L’illettrisme est en fait profond par exemple en matière “scientifique” dont les champs sont souvent confondus avec la technologie ce qui n’a rien à voir ;  nombre de civilisations avaient des mathématiciens mais la technique est née en Occident (puis est maintenant bien répandue) en tant que croisement incessant d’hypothèses formalisées en équations et d’expérimentations permettant de les vérifier ; d’où la constatation qu’il n’y a pas de différence de nature mais de degré entre sciences de la matière de la vie de la société, ce qui implique qu’il n’y a pas de sciences “dures” ou “molles” ; vous aurez beau manipuler avec dextérité nombres d’équations, pas un seul téléphone portable n’en sortira ; et il ne suffit pas de poser une équation en système ouvert comme la Terre la Vie la Société puisqu’une succession de variables peut en s’enchaînant créer une distorsion dont l’accumulation peut faire émerger une bifurcation, une rupture, non prévisible sinon à court terme et encore comme un tremblement de terre, une tempête, une émeute…

Aussi ce n’est pas parce que nous sommes entourés de machines de plus en plus “intelligentes” (au sens d’être capables d’auto-générer des relations dont l’arborescence est déjà programmée par des “si alors” et “si et seulement si”) que cela signifie que n’importe quel quidam ânonnant le mantra ” les chiffres cela ne se discute pas” ait raison, bien au contraire (si l’on en croit Churchill d’ailleurs…) et pourtant les “élites” (au niveau intellectuel de plus en plus médiocre) viendront parader avec, tout en traitant de “charlatans” ceux qui nuancent de tels propos ignares… Une sorte de nouvelle Numérologie avec sa Mystique et ses grands prêtres…

Pourtant comme l’avait écrit Raymond Boudon : « Rien, ni dans la physique ni dans la poésie, ne permet de démontrer ni que le physicien comprenne mieux la physis que le poète, ni que le poète la comprenne mieux que le physicien ». (À quoi sert la notion de « Structure » ? Paris, Gallimard, 1968, p. 226 note 10).

Lucien Samir Oulahbib




Même Paul Bocuse et Ménard s’y mettent, dans le “trans”

“Transition alimentaire” pour Bocuse,  transition militaire pour Ménard,  ou comment manger les vers par la racine ou l’inverse, tel est aussi l’adage de la commission européenne venant de donner son aval pour la “poudre”…d’insectes à prendre par le peuple, les rien et sans-dents, avec dans le paquet Bonux un p’tit Léopard 2 pour commencer avalé en Rafales à l’ombre d’Abrams …

C’est donc pour de vrai : personne, aucun ange Gabriel n’arrêtera le bras de l’injection globale en sauce sur fond d’inflation roulé en canapé vert (de gris) et renvoi à la Saint-Glinglin toute négociation, omerta, économie et propagande de guerre en augmentation l’hiver 2023 commence en fanfare, non ?…

Le plus étouffant cependant consiste à avaler cette pâtisserie de “shit” que la Secte SHAA a concoctée  dans sa furie bien dans la suite des idées persécutrices mises en place depuis trois ans (déjà) : forcer les gens à prendre un passe (les laisser souffler un peu) et rebelote (anxiétés multiformes entretenues sans cesse) tout en leur disant : et pourquoi pas boire et manger avec une once de poudre de perlimpinpin ?…

Une sorte de rouleau d’hiver compresse paix et espoirs pour en faire une pâtisserie éco-djihadiste permettant aux zombis d’assassiner prêtres jeunes femmes, hommes s’interposant ou les petits meurtres en “amis” puisque tomber sous les coups d’un néo ou post/trans créolien déjanté (dé-genré) compte pour du “beur”…

Une vieille blague qui apparaît désuète comme le black-blanc-beur d’autrefois (dans la ville de Foix) ces trois B effacés remplacés par bêtise-blanchiment-baston, guère de “basta!”. Alors que la situation empire mais se trouve récupérée par les mêmes  traîne-savates République-Nation protestant contre celui qu’ils ont élu ou acceptant les diktats de marionnettes non élues mais bénéficiant de sacs d’euros  bien garnis pour accompagner leur sac Hermès…

Peine perdue (en guise de pain) dans la tronche une tranche nucléaire promise de plus mais une bombinette à recevoir si cela continue et avec tous les honneurs médailles en chocolat ou presque. Sous le regard mitraillette des professeurs de la Secte promettant d’abattre désormais les récalcitrants s’ils ont échappé aux effets (in)désirables…

Bonjour chez vous N°6…

Lucien Samir Oulahbib




Les jurés soumis au procès d’Axelle symbole de l’effondrement français

Est-ce le syndrome de Stockholm, l’expérience de Milgram, la peur tout bonnement d’une réactivité mafieuse assassinant témoins jurés juges et autres, mais aussi l’empathie malsaine inculquée depuis le primaire présupposant que chaque immigré est une victime du colonialisme et chaque blanc un nazi, et pour “preuve” le frère d’Axelle qui “aurait fait un tel geste…” semblable à ces manifestants des Patriotes qui “auraient fait un tel salut…” ? Est-ce ceci, cela ?…

Tout cela à la fois sans doute ; avec en plus la psychorigidité croissante des membres de la Secte SHAA qui chassent en meute, le tout y compris sur d’autres terrains : la hargne entêtée à punir les soignants suspendus, à détruire le matériel de protestation des masques blancs, à brûler le drapeau, à injecter de force des substances aux effets incontrôlables à tour de bras, à imposer des migrants pour qu’ils se constituent de fait en enclaves, à faire de la sexualité une “identité” politique se substituant à l’identité “nationale”, parachevant ainsi la déchéance de la personnalité complexe au profit d’une individualité interchangeable – une variété parmi d’autres diff-errances, tout cela “en même temps”, certes, mais sans doute à hiérarchiser, ventiler, selon les endroits et situations ; sans oublier le rapport miteux/mité au “travail”, aux ressources humaines dont la crise énergétique et le haro sur les “superprofits” montrent bien en quoi l’arbre cache la forêt et que la montagne des “protestations” n’accouche à chaque fois que de souris souriant sur le trajet Nation-République et puis basta après avoir écouté les retraités de la LFI bégayer “le droit à la paresse” en petits-bourgeois ronflants ; et tout ce gouffre et trous noirs ambiants en guise d’esprit du temps montrent bien enfin que cette fin de civilisation à l’instar d’une fin de “race” animale engendre pour de bon mais comme prévu le fléchissement final de l’aurochs sur ses genoux, la tête volontairement bien tendue afin que le couperet puisse bien couper le cou d’une tête de toute façon disparue ou mise en automatique.

Automatisme psychologique ; dernier avatar de l’inconscient lorsque se détachant du subconscient le Soi (Sujet, acteur, agent) n’aperçoit même plus par exemple que son bras bouge qu’il a des tics parle à voix haute énonce des propos abjects sans honte puisque tout “sur-moi” (éthique) aura été démembré et remplacé par de la propagande orwellienne bas de gamme genre le blanc et l’homme sont des salauds ou haute gamme style l’Ouest “impérialiste” peut cependant se racheter en disparaissant par l’implosion de son “genre” ses frontières ouvertes au tout venant et l’envoi de ses chars Leclerc... (En attendant les F-machin chose)…

Dans cet état d’hypnose métapsychique que sécrète la croyance détachée de tout doute et introspection (interdits car susceptible de laisser de l’espace à une liberté de conscience) il est impossible de ramener quiconque à la raison, du moins à court et moyen terme, pour preuve les 12 ans donnés à “l’homicide” d’Axelle : “ceci n’est pas un meurtre” dernier avatar de l’art contemporain destroy ayant pris possession désormais également de la sphère juridique.

Aussi assistons-nous, en cinémascope et même 3D, au glouglou du Titanic France-UE entouré d’icebergs miroirs indiquant le contraire (les médias) et d’ours blancs sympathiques (milliardaires à la Musk, miraculés, eux…) tout en ayant l’impression cependant et pour l’instant de voir cet engloutissement en narrateur omniscient : dedans certes, mais aussi dehors ; sauf que ce dernier point s’avère illusoire car hormis ceux qui sont déjà réellement dehors, en Suisse aux USA voire en Russie, “nous” sommes, nous les sans-dents et gens-de-rien, dans la nasse ;  à l’instar des Juifs allemands qui n’y croyaient toujours pas, même après la Nuit de Cristal, ou des Juifs français, même après que Pétain n’ait signé les lois interdisant aux Juifs, français, tout un ensemble de métiers, même avant que la Milice par la suite n’entame elle aussi la Solution Finale (même après le “Je vous ai compris” de 1958…) une Milice que l’on retrouve aujourd’hui ressuscitée dans la Milice Antifa qui se comporte à l’identique (quasi…) se contentant via sa frange “soft” (gramscienne) d’empêcher pour l’instant les universitaires journalistes hauts fonctionnaires de faire leur métier jusqu’à les détruire socialement avant d’ordonner indirectement à sa frange “hard” (redskins) de les massacrer par automatisme psychologique volontaire (ou l’auto-endoctrinement) ne nécessitant pas de donner des ordres pour y aller franco : le complot est partout tout en n’étant nulle part…

Reste pour les contrer à créer des îlots de combat en sourdine, des lieux pour se ressourcer, être protégé, reconnu, aimé, une entre-aide entre combattants de la France Libre saison deux… Vaste programme…

Lucien Samir Oulahbib