1

Florilège de déclarations d’imams de l’islam de France

Les citations de quelqu’un sont difficilement contestables lorsqu’elles s’inscrivent de manière récurrente dans un discours de haine, de ségrégation et d’apartheid religieux et social surtout si c’est l’idéologie qui sous-tend tout cela.

À travers les critiques, l’examen rigoureux et scientifique basé sur les textes coraniques les plus anciens et les plus purs et conservateurs et donc les plus authentiques, vous aurez toujours des personnages médiatiques musulmans ou non particulièrement brillants qui sauront travestir leur discours pour cacher la véritable nature de l’islam et défendre ses intérêts.

Fort heureusement, il y a quelquefois des  » ratés », la forme c’est le fond qui remonte à la surface, et pour le coup tous ces imams et idéologues se sont vraiment lâchés  pour notre plus grande compréhension.

Voilà un florilège de déclarations :

Double discours, manipulation, et’indices sur la véritable nature de l’islam authentique prêché par ceux qui participent à la violence et au terrorisme intellectuel, religieux et sociétal en France et en Europe.

De gauche à droite Abdelmonaïm Boussema, imam de Roubaix :

https://youtu.be/0GfMrZ9mOgI

https://youtu.be/jOaw-lN6OS0

Ismaël Mounir, imam de la mosquée de Longjumeau :

https://youtu.be/iSvGmPUalxk

Marwan Mohammed, porte-parole du CCIF , comité contre l’islamophobie :

Hassan Hiquioussen, l’un des membres fondateurs de l’UOIF ( Union des organisations islamiques de France) et des jeunes musulmans de France :

https://youtu.be/tkSURlmVpOM

Mohammed Bajrafil, imam, idéologue et éditorialiste :

https://youtu.be/PpFGlJyANhc

Rachid Eljay, imam de la mosquée de Brest :

https://youtu.be/m7Y5ePAARZE

En guise de conclusion, 2 vidéos :

1) l’allocution télévisuelle de Hassan II commandeur des croyants et ancien roi du Maroc, sur l’immigration musulmane en France :

2) Une conférence audio INCROYABLE qui résume à elle seule ce que pensent les musulmans des mécréants chrétiens et autres, qui n’a jamais été retirée, bien qu’ayant été signalée comme tant d’autres aux services de l’État :

https://youtu.be/iouCU2zlV9o

Luiz Viriate

 




La main du Tamkine, signe de reconnaissance des Frères musulmans

Avez-vous remarqué, voire identifié ces derniers mois, un geste qui apparaît de manière récurrente chez certains responsables islamistes en France et à l’étranger, et qui a déjà été observé par certains, passé sous silence.

Le geste consiste, en utilisant la main droite de préférence, à plier le pouce en augmentant les 4 doigts de la main.

Ce geste appelé Rabia (quatre en arabe) ou R4bia sert aux islamistes et aux Frères musulmans à véhiculer le message de leur confrérie, mais à la différence d’une quenelle de Dieudonné qui se veut être un message antisystème à l’égard des puissants, celui des islamistes est un véritable message politique prônant la violence, le passage à l’action et au terrorisme, pour subvertir le système politique en place.

Hassan Al Banna, le fondateur des Frères musulmans, a instauré, à la création de sa confrérie, que chaque nouveau membre dont la valeur a été vérifiée, prête allégeance selon une formule ésotérique invoquant  la violence pour défendre les valeurs de l’islam.

Et ce serment est toujours en vigueur dans bon nombre de mosquées de la confrérie, comme par exemple la mosquée de Bordeaux où l’imam autoproclamé Tareq Oubrou, vibrant admirateur d’Hassan Al Banna et lecteur de son « Al-Ma’thurât » continue de prêcher son idéologie.

https://youtu.be/yVPvu6nodEY

La symbolique de la R4bia reprend ces valeurs, et renvoie aux quatre étapes de ce que les Frères musulmans appellent le « tamkine » en arabe, la territorialisation ou la domination territoriale avec le quatrième pilier de l’allégeance, le jihad armé.

Les Frères musulmans  doivent être reconnus comme organisation terroriste par le Pouvoir français, les membres étrangers expulsés, et leur littérature interdite.

Luiz Viriate

 




Islamophobie : une arnaque pour nous faire accepter l’islam

L’islamophobie se définit comme la peur ou la crainte de l’islam ; le sens a été tordu vers la notion d’une hostilité envers l’islam et les musulmans.

Les courants intégristes implantés sur notre territoire tels que les Frères musulmans du CCIF tentent d’obtenir la qualification  de la critique de l’islam en  islamophobie pour mieux tirer bénéfice des frustrations, jouer sur les replis identitaires religieux des populations d’origine  et faire du religieux le critère absolu de différenciation, de partage.

Le Haut Conseil à l’intégration français rappelle qu’en République, la critique de la religion, comme de toutes les convictions, est libre, est constitutionnellement garantie et fait partie de la liberté d’opinion et d’expression, et ne saurait être assimilée au racisme et à l’islamophobie.

L’usage du terme islamophobie sert à tordre la perception du citoyen en édulcorant la réalité pour mieux la manipuler.

Les musulmans peuvent brandir l’islamophobie pour bannir toute critique de l’islam, cela ne doit pas nous décourager :

L’islam est incompatible avec notre société.

Qui tue qui en France et en Europe au nom d’Allah et du Coran ?

Depuis les années 80 et Abou Nidal, on dénombre plus de 200 attentats liés à l’islam perpétrés en France.

L’islamophobie sert en fait à cacher la francophobie pour la France et la christianophobie pour les Européens pour mieux accepter sans discussions l’implantation de l’islam en terre de mécréance chrétienne ; les déclarations  de différents agents d’influence en France permettent de réactiver le sentiment d’appartenance à l’Oumma, de volonté de domination et de sécession du pays.

Luiz Veriate




Macron et l’islam : la haute trahison érigée en système

Qu’est ce qui peut bien relier Emmanuel Macron, le Premier ministre Édouard Philippe, l’ancien Premier ministre Alain Juppé ou encore François Hollande ? Tous ont effectué un passage par la French American Foundation dans le cadre de son programme « Young Leaders ».

Depuis la fin des années 70, cette fondation privée organise des séminaires de deux ans où une douzaine de jeunes Français côtoient les élites américaines de la même classe d’âge. Officiellement, l’objectif est de favoriser le dialogue franco-américain. En réalité, il s’agit de bien faire comprendre aux futurs décideurs français – entrepreneurs, responsables politiques, journalistes – les bienfaits de la mondialisation à l’anglo-saxonne.

Ce programme est révélateur de la stratégie d’influence d’une grande puissance.

Cette même stratégie d’influence est aujourd’hui reprise par les pétromonarchies du golfe qui, sous couvert d’accords commerciaux bilatéraux juteux avec les puissances occidentales, veulent imposer un changement civilisationnel profond, en douceur, à travers la mise en place méthodique de l’islam sur leur sol.

Désormais, les grands pays occidentaux comme la France, détenteurs d’une industrie de l’armement, qui veulent pénétrer le marché moyen-oriental comme l’Arabie saoudite ou encore le Qatar, doivent montrer patte blanche et accepter ce qu’on leur demande, fermer les yeux sur le développement, le financement et l’implantation de l’idéologie de la confrérie des Frères musulmans.

Toute une génération d’énarques, d’inspecteurs des finances, d’agents du renseignements en fin de carrière sont ainsi recasés dans des agences de publicités ou de lobbying pour défendre l’intérêt des pays comme le Qatar et l’Arabie saoudite.

Ces structures privées n’hésitent pas à leur faire miroiter la perspective de gagner en quelques années autant que durant toute leur carrière passée.

Tentant ! D’autant qu’ils éprouvent le sentiment d’aller dans le sens de l’Histoire.

La fin de l’identité nationale et de la nation.

À l’image d’un Édouard Philippe qui, lorsqu’il était maire du Havre, n’a pas hésité à octroyer en toute connaissance de cause à une organisation islamiste, le « Havre du savoir « une dotation en milliers d’euros pour le développement de ses activités cultuelles et culturelles et à accepter la construction d’une mosquée affiliée aux Frères musulmans.

https://youtu.be/y7_HoqgRyUM

https://youtu.be/7uFCykXiedg

Quant à  monsieur Alain Juppé, ancien maire de Bordeaux, il a introduit médiatiquement un dénommé Tareq Oubrou, autodidacte autoproclamé imam et Frère musulman comme un des  dignes représentants de l’islam  « éclairé » de France, aujourd’hui décoré de la légion d’honneur.

Avec les conséquences que nous observons au quotidien, ces aveuglements et ces trahisons auront des implications encore plus graves dans le futur.

Nul doute que le moyen pour mettre fin à ces incuries est une mobilisation générale citoyenne.

Luiz Viriate




Le baiser du diable ou le double langage des hauts dignitaires musulmans


Le 4 février 2019, à Abu Dabi, l’imam Ahmed el-Tayeb, de la mosquée Al-Azhar en Égypte, par un discours suivi par celui du pape François, a appelé les leaders mondiaux à « arrêter l’effusion de sang, les pertes d’âmes innocentes et à mettre fin immédiatement à ce que nous vivons de conflits, de séditions et de guerres absurdes qui sont sur le point de nous mener vers un malheureux recul civilisationnel qui risque de déclencher une Troisième Guerre mondiale ».

Mais qui est cet Ahmed el-Tayeb et que représente la mosquée Al-Azhar pour l’islam et les musulmans ?

La mosquée Al-Azhar est LE PLUS ancien lieu d’enseignement islamique au monde, a vocation d’autorité sur le sunnisme et a été fondé vers l’an 1000.

C’est un organisme  islamique composé aussi d’une université  qui cherche à PRÉSERVER et à DIFFUSER le patrimoine islamique, le message de l’islam et son influence à travers le monde.

L’islam qui y est enseigné est l’islam « azharite », l’un des plus orthodoxes et conforme au fiqh (corpus législatif musulman ou droit musulman) et à la sunna ou voie révélée au prophète Mahomet par Allah à travers des gestes, des paroles, un mode de vie, une morale, une éthique que le prophète et ses descendants doivent rigoureusement observer, exécuter et transmettre aux musulmans et aux non musulmans.

Alors pour quelles raisons de telles rencontres, lorsque précisément les difficultés auxquelles le monde moderne est confronté en matière religieuse proviennent en grande partie du monde musulman et des édits religieux de la grande mosquée Al-Azhar où par définition rien ne peut changer ?

La première explication est la communication : convaincre en endormant les leaders occidentaux civils et religieux, les préparer à un discours ciselé sur mesure prônant la réforme, sans toutefois qu’elle n’arrive jamais en exonérant l’islam, ses religieux, son fiqh (droit religieux), sa sunna de tous les « crimes » considérés comme tels en Occident, commis au nom d’Allah, mais faisant partie du mode d’action normal (jihad) de tout sujet d’Allah.

Une deuxième explication tient aussi dans le fait qu’une grande partie du financement de la mosquée Al – Azhar provient de l’État égyptien (qui lui-même reçoit des milliards de dollars des Occidentaux).

La proximité idéologique, cultuelle, civilisationnelle, religieuse du grand imam de Al-Azhar, Ahmed el-Tayeb vis avis des Frères musulmans et des salafistes est révélateur, ses déclarations, avant sa rencontre avec le chef de l’Église catholique le 4 février 2019 sont révélatrices :

« Les livres dont nous avons hérité sont innocents et ont été maltraités par les ignorants et les indécents parmi nous. »

Ces livres d’exégèse coranique, de hadiths (faits et gestes de Mahomet rapportés) et de jurisprudence contiennent des prescriptions enjoignant de marquer les maisons des chrétiens, d’interdire la construction d’églises en terre d’islam, de tuer les apostats.

« Certains disent qu’il faut en finir avec ces livres. Mais comment alors comprendre le Coran  et la sunna ? »

« Quand ils (les réformateurs) disent qu’Al-Azhar doit changer de discours religieux, ceci ou cela, c’est comme  le mouvement d’un moulinet qui changerait ce discours religieux, appris de nos grands anciens. »

« Le Dr Ali Abdel Raziq (1888- 1966) ministre des Affaires religieuses, a tenté la séparation des pouvoirs du politique et du religieux mais il a perdu ses croyances et sa foi. Une large majorité d’oulémas (dans et en dehors d’Égypte et d’Al-Azhar) ont rejeté son travail et ses assertions, selon lesquels l’islam est une religion et non une politique. Ils ont bien plutôt affirmé que l’islam est religion et politique. »

En juin 2016, le grand imam appelle au bien-fondé du meurtre des apostats dans la législation islamique :

« On apprend dans la loi islamique (le fiqh) et selon des imams des quatre écoles juridiques que l’apostasie (le fait de quitter sa religion pour un musulman pour en rejoindre une autre) est considérée comme un crime et que l’apostat doit soit renoncer à son état, soit être tué. »

En décembre 2015, el-Tayeb  refuse de qualifier les membres de l’État islamique comme étant dans un état de mécréance (kufr ou kouffars), et les reconnaît pleinement musulmans : « Al-Azhar ne peut accuser un musulman d’être un mécréant aussi longtemps qu’il croit en Allah et au Jour Dernier – même s’il commet des atrocités… je ne peux dénoncer l’État islamique comme étant non musulman ».

Un universitaire d’Al-Azhar, professeur de droit musulman, le cheikh Muhammad 
Abdullah Nasr à la télévision  égyptienne :

« Al-Azhar ne peut condamner l’État islamique. L’État islamique est un sous-produit de l’enseignement d’Al-Azhar. Al-Azhard peut-elle se déclarer elle-même non islamique ? Al-Azhar dit que le califat est nécessaire et que le monde musulman doit l’établir. Al-Azhar enseigne que les apostats doivent être tués. Al-Azhar est hostile envers les minorités religieuses, et enseigne qu’il ne faut pas construire d’églises, etc. Al-Azhar défend la capitation de la jizya [taxe prélevée sur les chrétiens et les juifs]. Al- Azhar enseigne la lapidation des gens. Alors comment Al-Azhar peut-elle se déclarer elle-même non islamique ? « 

Le double discours est INCROYABLE, même pour quelqu’un qui ne connaît pas l’islam, sauf peut-être pour le chef de l’Église catholique apostolique et romaine dénommé François et qui charrie derrière lui  un milliard et demi d’âmes vers le gouffre…

Pour mettre en perspective ce double discours en France, voilà une petite liste des hauts dignitaires religieux islamiques (français ?) se réclamant de Al-Azhar et de son enseignement, implantés en France  et invités sur les plateaux télés avec l’assentiment et la complicité des hommes politiques de ce pays et qui constituent une véritable 5e colonne, qui menacent la cohésion nationale française, mais aussi la sécurité intérieure des pays européens voisins.

https://youtu.be/nHJYQruDPgw

Luiz Viriate




Esclaves chrétiens, maîtres musulmans : et si on rappelait l’Histoire aux Algériens ?

L’Histoire ne se répète ( presque) jamais, mais bégaie tout le temps.

L’illuminisme franc-maçon a fait des dégâts considérables, en France mais aussi en Europe depuis plus de cent ans, en coupant les citoyens français et européens de leur histoire, de leurs valeurs, de leur identité chrétienne, qu’ils soient pratiquants ou non, de leur mémoire.

Jusqu’à faire oublier l’histoire sanglante de l’islam en Europe à travers des figures historiques revisitées et un romantisme oriental qui n’a jamais existé, ni par son apport à la science ni à la culture occidentale.

Cette amnésie collective est presque incroyable.

Le fait que les autorités algériennes veuillent à travers leur nouveau  projet de loi criminaliser  » la colonisation » française  en oubliant bien opportunément de rappeler ce qui a conduit précisément à cette « colonisation »   montre bien qu’on peut tordre l’Histoire en manipulant les masses, jusqu’à en  faire oublier la période sanglante barbaresque et ses exactions sans nom.

Au début de 1505, les pirates de Mers El Kébir lancent des raids sur l’Espagne: Malaga, Elche et Alicante.

Les  Ottomans ne peuvent laisser les chrétiens dominer la mer et ils opposent, sous le commandement des chefs pirates, puis des émirs corsaires et enfin des amiraux du sultan, des flottes de plus en plus nombreuses.

Les royaumes d’Afrique du Nord, avec les pirates barbaresques, s’inscrivent dans l’histoire de l’Empire ottoman, de son expansion au-delà des mers, de ses entreprises contre Rome et contre l’Occident chrétien jusqu’à attaquer tous les navires marchands occidentaux qui croisent en Méditerranée et en Atlantique, réduisant les chrétiens capturés systématiquement en esclavage, grâce notamment à leurs razzias.

Entre 1450 ( ce qui correspond à l’offensive terrestre ottomane sur la Hongrie) et 1700, on dénombre 2,5 millions de chrétiens mis en esclavage par les musulmans.

En 1541, Charles Quint décide d’attaquer Alger afin d’en finir avec Barberousse et ses pirates barbaresques.

On estime que, depuis le début du XVIe siècle jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les seuls marchands d’esclaves de Tunis, d’Alger et de Tripoli ont réduit d’un million à 1 250 000 chrétiens européens en esclavage en « Barbarie ».

Travaillant  dans les carrières, les mines ou comme rameurs pour les pirates barbaresques.

C’est ce qui est arrivé à Hark Olufs, jeune marin danois capturé par les pirates barbaresques en 1724 :

https://youtu.be/t93t3vlaagI

Dans les deux premières décennies du XIXe siècle, les États-Unis d’Amérique remportent la première guerre barbaresque et la seconde guerre barbaresque contre les pirates.

Après que le bombardement d’Alger par les forces anglo-saxonnes néerlandaises en 1816 a immobilisé la flotte pirate, le dey d’Alger est contraint d’accepter les conditions d’une reddition.

La perte des hostilités formelles avec les puissances européennes et américaines signe, à cette période, le déclin des États barbaresques, dont les pirates barbaresques ne cessent pas pour autant leurs opérations.

Un autre raid britannique sur Alger a lieu en 1824.

En 1830, la France attaque Alger pour la placer sous le régime colonial, avant d’en faire autant pour Tunis en 1881.

L’Histoire ne se répète (presque) jamais mais bégaie tout le temps.

Faites le parallèle avec ce qui se passe en France et en Europe et vous comprendrez que tout musulman est considéré en Islam  authentique comme le vice-régent de Dieu sur Terre.

Quelles que soient les dénégations et les tentatives de désinformation consistant à attribuer à cette idéologie de nobles desseins.

L’idéologie précède les actes.

La continuité du fil historique est toujours là.

Luiz Viriate




Connaître l’ennemi : l’islam ! Combattre l’ennemi : l’islam !

Depuis 1975 et la fin de la crise pétrolière, la France n’a eu de cesse de donner des gages de bonne conduite auprès des pétromonarchies du Golfe afin de sécuriser son approvisionnement en hydrocarbures.

Jusqu’à accepter l’impensable : l’implantation massive et globale de l’islam en France.

Mais cela a commencé bien avant, avec l’installation de la Ligue islamique mondiale à Bruxelles en 1945 et les conséquences sur la Belgique : immigration, islamisation, attentats.

Le processus est toujours le même, et chaque phase prend plus ou moins de temps à s’articuler.

En 1982 madame Danielle Mitterrand, femme de l’ancien président de la République François Mitterrand, grâce son lobbying donnait une visibilité nationale et internationale aux Frères musulmans en leur octroyant une implantation physique à Château-Chinon.

Pendant des années Yussuf al Qaradawi, le plus grand savant des Frères musulmans, a pu prêcher en France en toute liberté avant d’être interdit de territoire et traqué par Interpol, réfugié aujourd’hui au Qatar.

Les idiots utiles, les manipulateurs, les corrompus ont bien joués leur partition.

Pourquoi autant d’agressivité chez les musulmans alors ? Pourquoi autant de prosélytisme, de lieux de cultes, de prières collectives, de « solidarités » ?

Tout s’explique par deux choses :

La première est politique et culturelle.

Elle a été décidée par 50 États musulmans  en 2000 à Doha au Qatar au cours de la 9e Conférence islamique mondiale et elle définie la stratégie coordonnée de ces États afin d’implanter de manière globale et durable l’islam en Europe et en France en utilisant les différentes diasporas musulmanes comme cheval de Troie, grâce à des « actions » sur le long terme.

https://www.isesco.org.ma/fr/wp-content/uploads/sites/2/2015/05/Strategie-action-culturelle-islamique.pdf

La deuxième explication est la méconnaissance de l’islam par les Français et les Européens qui ne peuvent pas comprendre ce qu’on leur cache.

Le musulman a des OBLIGATIONS INDIVIDUELLES, (jeûne, prière, zakât, pèlerinage, croire en Allah).

Mais aussi COLLECTIVES :

– Avoir des chefs :

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’un pratiquant de l’islam authentique ne peut obéir à un non musulman.

– Avoir des juges :

Un pratiquant de l’islam authentique ne peut reconnaître que le corpus législatif musulman comme seul valable : la Charia.

Qui est déjà appliquée  dans une partie de la Grèce, dans la région de Sparte depuis le XIXe siècle dans sa version « light ».

– Le jihad

La guerre militaire pour imposer l’ordre islamique aux non musulmans.

Recrudescence de « terroristes » et autres « déséquilibrés »  musulmans désignés comme tels par les médias.

– Le Califat

Se mettre sous l’autorité d’un chef politique qui saura appliquer l’intégralité du corpus législatif musulman dans la gestion d’un État.

Bien évidemment, aucun de ces éléments n’a jamais été dévoilé aux citoyens français.

Un conférencier, M. Alain Wagner, vous dresse un bref aperçu dans cette vidéo :

https://youtu.be/SMd10f5s9jw

En bon non musulman je vous citerai la Sourate 2 (La Vache), verset 193, l’une des plus lues dans les mosquées.

« Combattez-les sans répit jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de subversion et que le culte soit rendu uniquement à Dieu. S’ils cessent le combat, ne poursuivez les hostilités que contre les injustes récalcitrants. »

Il est temps d’avoir une prise de conscience globale sur ce qui se déroule sous nos yeux.

Luiz Viriate




Les musulmans feront 50 % de la population mondiale avant la fin du siècle

L’Islam n’est pas une religion, ni un culte. Dans sa forme, c’est un mode de vie complet.

L’Islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques, sociales et militaires. La composante religieuse sert à masquer toutes les autres.

L’islamisation d’un pays débute lorsqu’il y a suffisamment de musulmans à l’intérieur du pays pour commencer à revendiquer des accommodements religieux.

Lorsque les sociétés ouvertes à la diversité culturelle, à la rectitude politique et à la tolérance consentent aux demandes d’accommodements religieuses provenant de leurs communautés musulmanes, les autres composantes s’infiltrent progressivement.

Voici comment ça fonctionne. Aussi longtemps que la population musulmane demeure autour ou inférieure à 2 %, peu importe le pays, elle sera perçue comme étant une minorité pacifique, et non comme une menace par les autres citoyens. C’est le cas aux :

États-Unis – musulmans : 2,00 %

Australie – musulmans :2,25 %

Espagne – musulmans : 2,30 %

Italie – musulmans : 2,60 %

Entre 2 % à 5 %, la conversion des autres minorités ethniques et des groupes marginaux commence par le recrutement des détenus dans les prisons et des jeunes marginaux faisant partie des gangs de rues. C’est le cas notamment en :

Canada – musulmans : 3,0 %

Norvège – musulmans : 3,0 %

Danemark – musulmans : 4,1 %

Royaume-Uni – musulmans : 4,6 %

Allemagne – musulmans : 5,0 %

Lorsqu’ils atteignent 5 %, les musulmans exercent déjà une influence excessive en proportion de leur pourcentage de la population. Ils feront alors pression pour l’introduction de produits alimentaires « halal », (licites selon les standards islamiques) assurant ainsi l’embauche de musulmans pour leur préparation et le paiement par le consommateur d’une « taxe de certification halal » revenant aux seuls musulmans, mais aux frais et à l’insu de tous.

Ils augmenteront leur pression sur les chaînes de distribution alimentaires pour que celles-ci mettent ces produits en rayon, les menaçant de représailles allant jusqu’à la faillite s’ils ne se soumettent pas à leurs demandes. C’est ce qui se passe au :

Suède – musulmans : 4,9 %

Pays-Bas – musulmans : 5,5 %

Suisse – musulmans : 5,7 %

Trinité-et-Tobago – musulmans : 7,0 %

Parvenus à ce stade, les musulmans s’infiltreront graduellement dans toutes les sphères d’influence et travailleront afin que les gouvernements en place leur permettent de se gouverner eux-mêmes à l’intérieur de leurs enclaves-ghettos selon les lois de la charia, (lois issues du Coran) ; le but ultime des islamistes étant d’établir la charia dans tous les pays du monde.

Quand le nombre de musulmans approche 10 % de la population, ils accroissent le non-respect des lois allant jusqu’à les défier ouvertement afin de revendiquer des conditions de vie propres à leur culture et à leurs croyances. À Paris, on voit régulièrement des incendies d’autos dans les enclaves musulmanes. Toute action perçue comme étant antimusulmane provoque des soulèvements de foules et des menaces, comme à Amsterdam, où l’on s’oppose violemment aux bandes dessinées de Mahomet et des films sur l’Islam. Souvenez-vous de l’affaire « Charlie Hebdo » à Paris… De telles tensions se produisent à tous les jours, principalement dans les enclaves musulmanes en :

Guyane – musulmans : 7,0 %

France – musulmans : 9,6 %

Chine – musulmans : 10,0 %

Philippines – musulmans : 10,0 %

Thaïlande – musulmans : 10,0 %

Israël – musulmans : 16,0 %

Lorsqu’ils atteignent 20 % de la population, les pays d’accueil connaissent des manifestations de violence déclenchées la plupart du temps pour des peccadilles, la formation de milices djihadistes, des tueries, des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues juives comme en :

Russie – musulmans : 19 %

Inde – musulmans : 20 %

Kenya – musulmans : 33 %

À 40 %, les nations connaissent des massacres sporadiques, des attaques terroristes à répétition, et la guérilla militaire sans répit comme c’est le cas présentement au :

Tchad – musulmans : 50 %

Éthiopie – musulmans : 50 %

À partir de 60 %, les nations vivent la persécution sans retenue des citoyens non musulmans ; ceux qu’ils nomment les « mécréants », mais aussi les musulmans qui ne se conforment pas à l’idéologie intégriste – ceux que l’islam qualifie « d’hypocrites ». Intervient alors le « nettoyage » ethnique, l’utilisation de la charia comme arme de répression, et l’application de la « jizya » ; cet impôt que les non musulmans doivent payer aux musulmans. C’est ce que l’on observe en :

Bosnie – musulmans : 60,0 %

Malaisie – musulmans : 60,4 %

Qatar – musulmans : 77,5 %

Albanie – musulmans : 79,9 %

Au-delà de 80 %, l’intimidation est incessante, l’oppression et le djihad violent sévissent impunément, le nettoyage ethnique est étatisé allant jusqu’au génocide. Les intégristes chassent ou éliminent tous non musulmans car les pays qu’ils occupent doivent être 100 % musulmans comme en :

Indonésie – musulmans : 88,0 %

Syrie – musulmans : 90,0 %

Bangladesh – musulmans : 90,4 %

Jordanie – musulmans : 94,0 %

Égypte – musulmans : 95,0 %

Pakistan – musulmans : 96,3 %

Soudan – musulmans : 97,0 %

Palestine – musulmans : 98,0 %

Liban – musulmans : 98,0 %

Maroc – musulmans : 99,0 %

Turquie – musulmans : 99,8 %

Iran – musulmans : 99,9 %

Iraq – musulmans : 99,9 %

Lorsqu’ils atteignent l’objectif ultime de 100 % de musulmans, la soumission totale est assurée. Pour mémoire « islam » signifie « soumission ». Cela est supposé, selon eux, les conduire à la « Dar-es-Salaam », la maison islamique de la Paix.

Tous les habitants sont alors musulmans. Les madrasas sont les seules écoles, et le Coran est la seule parole tel qu’en :

Afghanistan – musulmans : 100 %

Arabie saoudite – musulmans : 100 %

Somalie – musulmans : 100 %

Yémen – musulmans : 100 %

Mais malheureusement, la paix ne survient jamais, car dans ces pays musulmans à 100 %, les plus radicaux exerçant un contrôle total et le pouvoir absolu satisfont leur soif insatiable de sang en tuant leurs coreligionnaires qui sont moins radicaux qu’eux…

« Avant l’âge de neuf ans, j’avais appris le canon qui régit la vie arabe : c’était moi contre mon frère ; moi et mon frère contre mon père, ma famille contre les cousins du clan ; le clan contre la tribu, la tribu contre le monde, et nous tous contre l’infidèle » (Leon Uris, « The Haj »)

C’est important de comprendre que dans certains pays, avec des populations musulmanes nettement inférieures à 100 % comme la France, les gens qui vivent dans ces enclaves-ghettos sont musulmans à 100 %. Cette population vit ainsi sous la loi de la charia. La police nationale française n’entre même pas à l’intérieur de ces enclaves. Il n’y a pas non plus de cours judiciaires d’État, ni d’écoles, ni de facilités religieuses non musulmanes.

En pareille situation, les musulmans n’intègrent pas la communauté élargie. Les enfants fréquentent la madrasa, ils n’apprennent que le Coran. Le seul fait d’avoir des contacts avec des infidèles est passible de la peine de mort. Conséquemment, dans certains endroits dans certains pays, les imams et les extrémistes exercent plus de pouvoir que les autorités élues et les forces policières…

Aujourd’hui, près de 2 milliards de musulmans constituent 28 % de la population mondiale. Cependant, le taux de natalité chez les musulmans dépasse, et ce de beaucoup, les taux de natalité des chrétiens, hindous, bouddhistes, juifs, et de tous les autres croyants ou non-croyants. Les musulmans dépasseront ainsi 50 % de la population mondiale avant la fin du siècle.

Veuillez s’il-vous-plaît transmettre cette information à tous ceux parmi vos proches qui s’inquiètent avec raison de l’avenir sombre qui attend les prochaines générations si nous n’avons pas le courage et la force morale pour renverser ce courant religieux maléfique pour l’humanité.

C’est aussi votre combat !

Luiz Viriate

______________________

Quelques citations célèbres…

Houari BOUMEDIENE Mohamed Ben Brahim Boukharouba (23 août 1932 – 27 décembre 1978) ancien président algérien – Siège de l’Onu, avril 1974 : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire ».

Atatürk, Mustafa KEMAL (19 mai 1881 – 10 novembre 1938). Fondateur et premier président de la République turque « Depuis plus de cinq cents ans, les théories d’un vieux cheikh arabe et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé tous les détails de la loi civile et criminelle. L’islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies ». « L’homme politique qui a besoin des secours de la religion pour gouverner n’est qu’un lâche ! Or, jamais un lâche ne devrait être investi des fonctions de chef de l’État ». « Mais pourquoi nos femmes s’affublent-elles d’un voile pour se masquer le visage, et se détournent-elles à la vue d’un homme ? Cela est-il digne d’un peuple civilisé ? Nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous ? Qu’elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n’aient pas peur de regarder le monde ! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple ! »

Recep ERDOGAN Premier ministre de confession islamiste de Turquie – Depuis l’avènement d’ERDOGAN les ténèbres sont de retour en Turquie. À nouveau, les imams aboient et les ayatollahs vocifèrent… « Les minarets sont nos baïonnettes, les dômes nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats ».

Père de FOUCAULD (15 septembre 1858 – 1er décembre 1916). Religieux français en Palestine puis à Béni-Abbés et finalement en Algérie. – Extrait de sa lettre à René Bazin en 1907 « Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du Medhi, il n’y en a pas : tout musulman (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi) croit qu’à l’approche du jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants. De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander la nationalité française : comment demander à faire partie d’un peuple étranger qu’on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même ? »

Général Charles de Gaulle (22 novembre 1890 – 9 novembre 1970) Général et ancien Président français. Unique grand Maître de l’Ordre de la Libération – 5 mars 1959 « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec turbans et djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme français, comment les empêcher de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ».

Sir Bertrand RUSSELL (18 mai 1872 – 2 février 1970), mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique et moraliste britannique. Prix Nobel 1950 : « Parmi les religions, l’islam doit être comparé au bolchevisme plutôt qu’au christianisme ou au bouddhisme. Le christianisme et le bouddhisme sont avant tout des religions personnelles, avec des doctrines mystiques et un amour de la contemplation. L’islam et le bolchevisme ont une finalité pratique, sociale, matérielle dont le seul but est d’étendre leur domination sur le monde ».

Nicolai SENNELS Psychologue danois. Étude sur l’intégration musulmane dans les sociétés occidentales. Recherche au cours des traitements thérapeutiques de jeunes musulmans internés dans la prison des jeunes de Copenhague : « L’intégration des musulmans dans nos sociétés occidentales est impossible. Premièrement, nous devons cesser immédiatement toute immigration de personnes en provenance de pays musulmans vers l’Europe jusqu’à ce que nous ayons prouvé que l’intégration des musulmans est possible. Deuxièmement, nous devons aider les musulmans qui ne veulent pas ou ne sont pas en mesure de s’intégrer dans nos sociétés occidentales, à construire un nouveau sens à leur vie dans une société qu’ils comprennent mieux et qui les comprend. Cela signifie les aider à démarrer une nouvelle vie dans un pays musulman. Non seulement les musulmans, mais les sociétés européennes en bénéficieront. L’immigration des musulmans de l’Europe vers les pays musulmans fonctionnera comme des ambassades pour des sociétés plus libres et plus démocratiques, en raison de leur expérience de vie dans des démocraties… L’unique chose que les émigrés musulmans craignent est le renvoi au pays «