1

Voulons-nous toujours plus de mosquées ?

Erdoganmosquees.jpg

Alors qu’il y a déjà huit mosquées à Metz et des dizaines de salles de prière réservées aux musulmans, il est question de bâtir une nouvelle mosquée dans cette même ville, comme si les mosquées déjà existantes ne suffisaient pas ! Ce que nos élus semblent ne pas avoir compris, c’est que ce ne sera jamais assez, les musulmans étant convaincus d’agir pour la Vérité ! Et voilà comment, peu à peu, mais de façon sûre, la France s’islamise. Or, dans une France islamisée, adieu le pluripartisme, adieu la démocratie, adieu la liberté d’expression, adieu l’humour, adieu les caricatures, adieu les fêtes musicales, adieu les cafés et leur terrasse, adieu les décolletés et les jupes, adieu les jeux de plage et les femmes en maillot de bain, adieu les fantaisies à la française, en un mot adieu la vie telle que nous l’aimons ! Est-ce cela que veulent nos responsables politiques ? Réfléchissent-ils avant de prendre une décision de cette importance ? Ont-ils seulement lu le Coran ? Je crains que nous ayons affaire ici soit à des ignorants qui ignorent jusqu’à leur ignorance, soit à des inconditionnels de la tolérance, qui n’ont toujours pas compris que tolérer l’intolérance c’est faire le jeu de l’intolérance et, par suite, être soi-même intolérant !

Que les choses soient claires : la France n’a jamais été un pays musulman, et ne doit pas le devenir… sauf à vouloir disparaître !

Maurice Vidal




On n’en a pas fini avec le voile !

Et ça repart sur le voile, comme si, depuis l’affaire survenue en 1989 dans le collège Gabriel-Havez, de Creil où trois jeunes filles refusèrent d’ôter leur foulard en classe nous n’avions toujours pas compris la signification de ce «fichu fichu».

Soyons clairs : le voile n’a rien à faire dans un pays laïque, sauf à manifester son désaccord avec les valeurs de la laïcité. Or, afficher un tel désaccord, c’est dire qu’on se moque des valeurs de la République, auxquelles on oppose ostensiblement d’autres valeurs, en l’occurrence les valeurs de l’islam.

Certes, on a le droit de préférer les valeurs de l’islam à celles de la République. Mais dans ce cas, il faut aller au bout de sa propre logique et vivre dans un pays musulman. La preuve : si pour quelque raison que ce soit, je devais m’installer dans un pays musulman, je demanderais à mon épouse de se voiler dès lors qu’elle sortirait du domicile conjugal, et moi-même je porterais la djellaba, le respect des valeurs du pays d’accueil étant une des conditions du «vivre-ensemble».

On objectera, toutefois, que nombre de femmes voilées qui vivent en France sont nées en France, et qu’à ce titre elles ont le droit de s’habiller comme bon leur semble.

Comme bon leur semble ? Vraiment ? Jusqu’à porter la burqa ?

On voit bien qu’il y a là quelque chose d’insoluble, pour la bonne raison que l’islam ne saurait se dissoudre dans un pays non-musulman comme le sucre se dissout dans l’eau. En effet, l’islam n’a qu’un but : islamiser la Terre entière. De plus, sa force est considérable, car elle émane du Seigneur des Mondes !

Nos responsables politiques feraient bien de s’en souvenir.

Maurice Vidal




La guerre révèle ce qu’est la nature humaine

Entre le président de l’Ukraine et le président de la Russie, qui dit le vrai, et comment en être sûr ? Une revendication politique ou territoriale vaut-elle qu’on envahisse un pays et qu’on aille jusqu’à détruire ses villes et ses infrastructures ? Y a-t-il une cause qui puisse justifier cela ? De même, y a-t-il une cause qui puisse justifier que des femmes et des enfants soient massacrés – sans oublier les jeunes soldats que l’on envoie se faire tuer sur le front ?

Quand donc les hommes comprendront-ils qu’ils sont en eux-mêmes peu de chose puisqu’ils sont mortels ? Quand donc mettront-ils un terme à leurs rivalités politiques ou autres ?

L’humanité étant tout sauf humaine, nous connaissons la réponse, et c’est bien là le drame de notre condition. Les fauves ont au moins le mérite d’afficher leur vraie nature, alors que les hommes se perdent en protocoles et autres falbalas, sur fond d’entretiens diplomatiques et de palais présidentiels.

Or, l’humanité ne sortira jamais de cette hypocrisie mondiale, qui lui tient lieu de signature universelle.

Et pendant ce temps, des millions d’êtres faméliques meurent, dans l’indifférence générale.

Ah ! ils sont beaux les Droits de l’Homme ! Ah ! elles sont belles nos messes pontificales et nos réunions à Matignon ! On ne peut, d’ailleurs, pas faire plus beau. Mais en même temps on ne peut pas faire plus faux !!! Étrange paradoxe, donc, que cet être appelé « homme », alors que l’animal l’habite intégralement, toutes griffes dehors !

Maurice Vidal




Tant qu’il y aura des hommes, il y aura la guerre !

Russieguerre.jpg

La guerre est un conflit armé entre États, pays, clans, etc. Les combats qu’elle engendre annihile de facto la Déclaration des Droits de l’Homme, et ouvre la porte aux razzias, invasions, boucheries et atrocités en tout genre, sans parler des destructions matérielles considérables, comme on peut le voir aujourd’hui en Ukraine.

Or, comment se fait-il que de telles horreurs puissent exister en ce début du vingt-et-unième siècle, c’est-à-dire après les abominations des deux guerres mondiales et des guerres coloniales qui ont ensanglanté le vingtième siècle ?

La réponse est dans la nature humaine, faite d’orgueil et d’ambition.

En conséquence, pour que la guerre ne soit plus possible, ce n’est pas dans la course aux armements – ces derniers seraient-ils conventionnels, nucléaires, chimiques ou bactériologiques qu’il faut se lancer : c’est dans une authentique révolution visant à changer la nature humaine afin de la rendre vraiment humaine, c’est-à-dire bienveillante à l’égard des vivants que nous sommes, quelle que soit leur nationalité.

Mais ce que je dis là relève de l’utopie, et pas de n’importe quelle utopie : l’utopie dont je parle est éternelle. C’est pourquoi la guerre sera toujours la loi du plus fort, au point de devenir plus forte que tout, y compris de l’humanité, car on n’arrête pas le progrès, surtout celui des armes !

Maurice Vidal




Le feu nucléaire ne peut qu’assombrir l’horizon !

Contrairement à ce qu’affirment les Grands de ce monde, les armes nucléaires ne permettent à aucun peuple les détenant de vivre en sécurité, tant sur le plan civil que sur le plan militaire. Quant à se prétendre vainqueur en cas de conflit armé n’utilisant que les armes conventionnelles, c’est aller vite en besogne, les vrais vainqueurs étant, en l’occurrence, les marchands d’armes ! Or, cet état de fait ne cessera qu’avec la fin des armes, autrement dit jamais, car « l’homme est un animal à mousquet » (Anatole France) ! Les armes nucléaires ne sont donc pas un gage de paix, mais un facteur d’inquiétude mêlée d’angoisse et de terreur, les frappes atomiques ne faisant pas dans la dentelle. En effet, ce qu’elles disent, c’est exactement ceci : « Si tu me tues, je t’extermine ! ». Voilà où nous en sommes.

Pessimisme ? Non ! Réalisme ! Après avoir connu, grâce à Céline et fort intelligemment le « voyage au bout de la nuit », nous risquons aujourd’hui de connaître mais dans un tout autre registre la nuit au bout du voyage !

Maurice Vidal




La guerre est la pire des catastrophes !

guerre-mondiale3-448x293

De toutes les catastrophes que les hommes ont subies, la guerre est de loin la plus dévastatrice. À côté, un tsunami, aussi gigantesque soit-il, n’est qu’une vaguelette ! Pourtant, les hommes n’ont jamais renoncé à faire la guerre, et c’est cela qui est désespérant ! Que faut-il donc pour que cesse pareille barbarie ? Que tous les peuples vivent dans l’opulence et partagent les mêmes valeurs ? Que tous les territoires aient les mêmes richesses et la même superficie ? Que chacun comprenne qu’il est l’autre de l’autre, et que cet « autre »  est mortel  ? Devons-nous multiplier les réunions diplomatiques, les échanges de bons procédés, les négociations en tout genre ? Faut-il créer une monnaie unique et, dans le même temps, supprimer les frontières ? Faut-il raviver l’optimisme du Premier ministre David Lloyd George qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, déclara au Parlement britannique : « J’espère que nous pourrons dire que cette matinée fatidique a mis fin à toutes les guerres » ? Mais on sait aujourd’hui ce qu’il est advenu de cet optimisme. En réalité, l’Histoire a toujours été violente, et elle l’est encore aujourd’hui, comme le prouve l’agression de l’Ukraine par la Russie.

Maurice Vidal




Islam : Nos politiques se doivent d’agir !

Europe-expulsant-musulmans-dehors.jpg

Et ça repart de plus belle sur le port du voile – qu’il ne faut surtout pas interdire, car l’interdire serait « raciste », « fasciste » et, bien sûr, « islamophobe » ! Les musulmanes ont donc le droit de le porter où bon leur semble, même dans les piscines municipales ou sur un terrain de sport ! Après tout, en France, chacun a le droit de se vêtir comme il l’entend, et de se baigner de même, n’est-ce pas ? Par conséquent, au lieu de nous plaindre, reconnaissons que nous avons de la chance de vivre en France, pays où la tolérance a toute sa place.

Il reste qu’en prenant la place que nous savons – voire toute la place ! – , la tolérance risque de nous perdre, comme nous perdrait l’idée d’ouvrir en grand les portes d’un sous-marin en plongée ! En effet, que ressentons-nous lorsque nous voyons dans les rues ou les grandes surfaces de notre pays un nombre important de femmes voilées ? N’avons-nous pas sous nos yeux le commencement de la fin de tout un peuple ? Et ce peuple n’est-il pas le peuple de France ? Dès lors, pourquoi nos responsables politiques n’agissent-ils pas en conséquence ? N’ont-ils pas le devoir de faire preuve – en ce domaine comme en d’autres – de courage et de fermeté ? Car dénoncer ce qui est – notamment s’il s’agit de l’islamisation de la France – relève aujourd’hui d’un acte de courage dans une France où la parole libre est vouée aux gémonies.

Jamais je n’aurais pensé qu’au pays de Descartes, de Malraux et de Valéry, on en pût arriver là. Et pourtant !!!

Maurice Vidal




Le Pouvoir ne pense qu’à lui !

Ça y est : la porte des médisances, des mensonges et des traquenards en tout genre est désormais grande ouverte ! Que dis-je ? Il n’y a même plus de porte pour retenir les torrents de boue auxquels vont être confrontés les candidats à l’élection présidentielle, cette dernière rappelant, en l’occurrence, les arènes romaines où combattaient les gladiateurs.

Il est vrai que le Pouvoir n’attend pas, et qu’il n’est dévolu qu’à un seul : que nous soyons ou non en démocratie, le Pouvoir est toujours sans partage.

De ce fait, comment imaginer que les choses puissent changer après le deuxième tour de l’élection présidentielle ?

Certes, d’aucuns affirment, non sans raison, que la seule nouveauté pourrait venir d’Éric Zemmour, dont les analyses politiques sont on ne peut plus justes. Mais ce dernier est déjà voué aux gémonies, en raison des vérités qu’il assène !

Autrement dit, la France se cadenasse elle-même, ce qui ne peut que réjouir tous ceux qui veulent sa disparition en tant que nation laïque et républicaine, à commencer par les islamistes.

Hélas ! plus le temps passe, plus cela devient évident. Mais le Pouvoir n’a que faire des évidences ! Ce qui l’intéresse, c’est lui, et rien que lui !

Tant que nos gouvernants vivront dans l’opulence, tant que leur protection personnelle et financière sera assurée, rien ne changera, hormis le visage de la France !

Maurice Vidal




La France a besoin d’un vrai chef d’État !

Tant que nos gouvernants n’auront pas l’étoffe d’un de Gaulle, la France ira à vau-l’eau, comme cela arrive pour une entreprise qui fonctionne mal et qui, de ce fait, court à sa perte.  C’est dire que la France a plus que jamais besoin d’un chef d’État doté des capacités nécessaires pour gouverner, ce qui non seulement ne s’apprend pas mais encore n’est pas donné à tout le monde. Or, le Pouvoir actuel est à l’opposé de ces capacités-là : il est fade et sans relief hormis les vulgarités d’usage ! ce qui non seulement facilite le non-respect de la France, mais encore l’encourage !

Ne soyons donc pas surpris si les incivilités se multiplient, sans même parler des violences qui font la une de nos faits divers.

Quant à ceux qui crient leur haine de la France sous l’œil même des caméras tant ils sont assurés de leur impunité, que faut-il en penser sinon qu’ils sont la preuve vivante d’une non-assimilation pleinement réussie ?

On objectera qu’il est vain d’écrire ces lignes, car cela ne change rien.

C’est possible, quoique cela ne soit pas certain.

C’est la raison pour laquelle il faut que ces choses soient dites, et que des mesures drastiques soient prises en conséquence.

Mais qui, en haut lieu, aura le courage d’agir ainsi ? Qui se montrera à la hauteur de sa tâche? Ce chef tant attendu existe-il ?

J’ai peur, en écrivant ces lignes, de ressembler à «ma sœur Anne», qui ne voyait «rien venir» !

Maurice Vidal




La présidentielle sera décisive pour la France !

Les jours passent et la vie politique suit son cours, avec ses inconséquences et ses mensonges, sans se soucier le moins du monde du quotidien des Français, ces derniers ne devant compter que sur eux-mêmes.

En effet, le Pouvoir est ainsi fait qu’il ne voit que lui. C’est d’ailleurs facile à comprendre : quand on est au sommet de la montagne, les personnes qui vivent dans la vallée semblent être des fourmis, si bien qu’elles deviennent sans importance.

Or, cette perception des choses ne changera pas… du moins dans l’esprit de ceux qui sont au sommet.

Mais il arrive que des sommets explosent sous la pression du magma : on appelle cela des volcans.

Ceux qui nous gouvernent auraient tort de ne pas réfléchir à cette réalité, car le peuple français est magmatique. La preuve : les prix augmentent, les bas salaires stagnent, l’immigration n’est plus une « chance pour la France », et l’insécurité montre aujourd’hui son vrai visage. Qui peut croire que cela va perdurer sans la moindre explosion ?

Et, en même temps, comment cela pourrait-il ne pas perdurer si ceux qui nous gouvernent sont reconduits lors de la prochaine élection présidentielle ?

C’est dire à quel point les dimanches 10 et 24 avril seront déterminants pour notre avenir.

Puisse les Français en avoir clairement conscience et, par suite, ne pas se tromper dans leur choix !

Maurice Vidal