1

Librairie au Puy : 8 mois de harcèlements gauchistes pour nous faire partir

artsenracines.jpg
À la suite de la manifestation « antifasciste » non déclarée organisée samedi dernier 5 janvier dans le but de faire fermer notre librairie, des militants « antifas » locaux ont tenté de nous associer insidieusement à une agression qui se serait produite lundi soir au Puy-en-Velay. Le mouvement « antifa » RAFAHL 43 laisse volontairement planer une confusion entre notre librairie et les motivations racistes qui auraient accompagné cette agression. Certaines personnes vont plus loin en accusant un prétendu « groupe » auquel notre librairie serait liée.
J’apporte bien évidement un démenti formel et prie les individus en question de vérifier leurs dires avant de porter des accusations publiques sans aucune preuve. Cette agression ne me surprend pas, étant donné l’augmentation de l’insécurité au Puy, mais je ne vois pas ce que notre librairie a à voir là-dedans. Il n’y a pas de « groupe » au sens d’une organisation officielle structurée comme le RAFAHL 43 qui se réjouit publiquement de l’agression en pleine rue d’un ami qui était venu samedi dernier pour nous aider à nous protéger – il y a eu plusieurs témoins dont aucun n’est intervenu. Nous sommes une SARL impliquant seulement mon épouse et moi-même.
De plus, je connais parfaitement ma clientèle régulière et ils ne sont pas franchement du genre à agresser des innocents. Il s’agit pour l’essentiel de jeunes travailleurs, de familles et des personnes plus âgées. D’ailleurs, si mes amis présents samedi dernier – qui, comme certains l’ont fait remarquer, ne sont pas allés plus loin que devant ma librairie – ce qui est normal étant donné qu’ils étaient venus pour cela – avaient cherché la violence, ils seraient certainement allés à la rencontre des manifestants contre notre librairie. Or, c’est exactement l’inverse qui s’est produit puisque plusieurs « manifestants » ont tenté de venir jusqu’à la librairie avec des intentions peu amicales, en hurlant des slogans malgré l’arrêté préfectoral l’interdisant et ont été arrêtés.
Aucun de mes amis n’a jamais commis d’agression gratuite ni n’a été impliqué dans quelque violence que ce soit qui soit liée à notre activité et quand bien même ça aurait été le cas, je ne suis responsable que de mes propres actes.
Nous avons ouvert il y a maintenant huit mois et n’avons jamais cherché autre chose que proposer une offre culturelle à travers des livres, des œuvres d’art et des événements. Il nous aurait été facile de répondre par la violence à toutes les provocations que nous avons subies gratuitement depuis notre ouverture (je vous rappelle que nous avons subi huit actes de vandalisme contre notre vitrine dont un jet de pavé, deux manifestations agressives initiées dans le seul but de nous faire fermer, les deux étant non déclarées, qu’un ami à moi s’est fait agresser samedi alors qu’il venait nous protéger, je passe sur les insultes proférées par des personnes courageuses qui partent en courant juste après, sur les mauvaises blagues au téléphone et aux commentaires provocateurs sur notre page Facebook).
Les faits sont limpides : des individus et des organisations cherchent à entraver notre liberté d’entreprendre pour des raisons idéologiques, j’en veux pour preuve la manifestation de samedi dernier, prévue avec un mois d’avance, sans aucune justification puisque c’était pour nous une journée de travail comme une autre. Le seul but était de faire fermer un commerce en tentant d’instaurer un rapport de force et d’agiter l’opinion contre nous.
Or, nous n’avons jamais répondu par la violence à aucune de ces actions. Nous n’avons jamais fait l’objet de la moindre interpellation allant en ce sens ni nos clients réguliers. Au contraire, nous avons multiplié les appels à l’apaisement – j’ai même donné une conférence de presse allant en ce sens. Il y a malheureusement au Puy des gens qui revendiquent le monopole culturel et qui sont prêts à toutes les basses manœuvres pour cela. Mais nous ne nous laisserons pas faire et nous continuerons notre travail, que cela leur plaise ou non.
Je me suis d’ailleurs rendu au commissariat du Puy-en-Velay pour déposer plainte contre ces accusations diffamatoires.
Maxime Sanial
Arts Enracinés
https://arts-enracines.fr/
https://www.facebook.com/ArtsEnracines
https://t.me/artsenracines

https://www.instagram.com/arts.enracines/




Le Puy : la librairie « Arts enracinés » toujours ouverte, n’en déplaise aux gauchistes

Bonjour à tous et merci beaucoup à Riposte Laïque d’avoir partagé mon communiqué consécutif aux actes de vandalisme que nous avons subis, ainsi qu’à chacun de ceux qui nous adressent des messages de sympathie et des dons pour nous aider à faire poser un rideau métallique.

Puy-en-Velay : la librairie « Arts enracinés » vandalisée par les gauchistes

Contrairement à ce que certains ont pu croire, nous sommes toujours ouverts. Nous avons fait poser un contreplaqué temporaire qui rend notre vitrine moins visible mais nous sommes toujours là, à nos horaires habituels c’est-à-dire du mardi au samedi, de 10 h à 19 h.

Comme l’a supposé Patphil, certains membres du « collectif antifasciste » ont été jusqu’à affirmer que notre vitrine a été vandalisée par « nos amis » pour faire accuser les gauchistes.

Il faut être averti pour garder son calme face à une telle mauvaise foi. Mais heureusement, les nombreux soutiens moraux et financiers que nous recevons nous motivent beaucoup dans notre combat.

J’ai mis en ligne la réponse publique que j’ai donnée suite à ces accusations :

https://www.youtube.com/watch?v=AZVRg4fvnZ8&feature=emb_title

Merci à vous et au plaisir de vous recevoir.

Maxime Sanial

 




Le Puy : nous osons présenter des ouvrages chrétiens en devanture…

Je remercie vivement la direction du site Riposte Laïque pour son soutien et pour la publication de mon communiqué initial. Je vous remercie également pour tous vos commentaires bienveillants. Je tiens en particulier à adresser mes remerciements à Mme Christine R. qui m’a adressé un beau courrier de sympathie et d’encouragements.

Je tiens d’abord à apporter une correction : dans l’urgence, je m’étais contenté de lire la page Facebook des articles de L’Eveil et de Zoom. Suite à des commentaires critiques sur les articles en question, je me suis rendu sur leur site et ai alors lu l’intégralité des articles qui sont clairement malveillants à notre égard. Sans justifier explicitement ces manœuvres, le ton général revient à dire que lorsqu’une librairie ose vendre des livres de Céline et présenter en devanture des ouvrages chrétiens et des portraits de Jeanne d’Arc… Il n’y a pas de quoi s’étonner d’être victimes d’une campagne de calomnie et d’appel à la censure – a fortiori quand les mal-pensants s’opposent à la tyrannie « sanitaire » et – ô comble des combles – osent prendre la parole à la Manif’ pour tous.

En effet, le monopole de la culture semble réservé à la gauche et beaucoup de gens ont l’air très ennuyés qu’un espace de liberté puisse avoir pignon sur rue en plein centre-ville du Puy et rencontrer du succès. L’un des hauts représentants du fameux « collectif » qui nous attaque, Olivier Belhomme, est le patron d’une maison d’éditions « pour enfants », L’atelier du poisson soluble, qui promeut ouvertement l’idéologie LGBT et la théorie du genre. Cette charmante personne qui n’a bien sûr jamais osé se présenter dans notre magasin pour voir ce qu’il en est, est par ailleurs le responsable local de l' »Union communiste libertaire » qui nous attaque. Tout un programme…

Nous avons prévenu la police de ces agissements et déposé une main courante pour le cas-où les choses dégénéreraient car, lorsqu’un « collectif » distribue des tracts nous accusant d’être de dangereux extrémistes violents et mentionnant notre adresse, l’idée n’est pas de nous faire de la publicité. Il s’agit clairement d’une tentative d’intimidation pouvant déboucher sur des dégradations de biens privés et des violences.

Pour ce qui est de la violence, il est amusant que la gauche et l’extrême gauche employant de telles méthodes nous accuse d’être violents parce que nous vendons quelques livres. Il s’agit de l’habituelle inversion accusatoire. D’ailleurs, si on regarde l’histoire, la droite est assez exceptionnellement violente. Et pour cause, l’anarchie sanglante répandue au nom d’idéologies destructrices car déconnectées des réalités charnelles… nous la laissons bien volontiers à nos adversaires qui s’en chargent avec beaucoup d’application. Nous voulons simplement vivre en paix et en sécurité dans notre pays, pouvoir être fiers de notre travail, être libres d’apporter une éducation saine à nos enfants, avoir un droit de contrôle sur les allées et venues d’étrangers sur notre territoire… et un gouvernement garant de l’intérêt national.

Pour répondre à la question sur les manifestations, j’y suis tous les samedis après-midi tandis que mon épouse garde le magasin ouvert (nous ne voulons pas leur donner le plaisir de nous voir fermer le samedi après-midi). Les bons côtés d’une entreprise familiale…

Je vous remercie encore.

Vous nous trouverez, si vous êtes de passage au Puy, au 25 rue Raphaël, dans la ville haute et médiévale, à deux pas de la Cathédrale.

Pour ceux d’entre vous qui n’avez pas la chance de visiter notre bonne ville, je vous donne rendez-vous sur notre site de vente en ligne :

http://arts-enracines.fr/

Mais aussi sur notre page Facebook :

https://www.facebook.com/ArtsEnracines/

Sur Telegram :

https://t.me/artsenracines

Et sur Instagram :

https://t.me/artsenracines

Maxime Sanial

Arts Enracinés




Le Puy : campagne de la gauche contre la librairie « Arts enracinés »

Ce message pour vous informer que notre boutique Arts Enracinés subit depuis ces derniers jours une campagne très agressive de la part de diverses personnalités et organisations de gauche et d’extrême gauche du Puy-en-Velay visant à nous faire interdire par les autorités (ils ont reçu une fin de non-recevoir car nous ne faisons, bien sûr, rien d’illégal) et à monter la population locale contre notre commerce et leurs gérants. Ils ont distribué des tracts en place publique ainsi que dans les boîtes aux lettres de la ville.

Par ailleurs, ils ont convoqué la presse locale (l’Éveil, Zoom d’Ici et Le Progrès) pour répandre leur campagne. Je tiens à préciser que L’Éveil et Zoom d’Ici se sont conduits de manière tout à fait correcte. Ils sont venus au magasin pour recueillir notre version et ont diffusé dans leur article les deux points de vue sans prendre parti (L’Éveil était déjà venu pour faire un article sur nous lors de notre ouverture). Par contre, Le Progrès s’est contenté de diffuser la propagande du « collectif » en question, présentant leurs fantasmes comme des faits objectifs (heureusement, ce torchon est très peu lu par chez nous). Dans le tract comme dans le communiqué de presse du Progrès, l’adresse de notre boutique est donnée, accompagnée de propos diffamatoires, nous faisant passer pour des gens d' »extrême droite ultraviolente ». L’intention n’étant pas de nous faire de la publicité, on peut clairement supposer que ces gens ont diffusé notre adresse pour nous attirer de graves ennuis. Le Puy étant une ville moyenne, on sait assez vite à qui on a affaire et mes informations me confirment que l’opposition municipale de gauche participe activement à cette campagne agressive, haineuse et ordurière en la personne de Laurent Johanny, tête de liste d’opposition (Générations) aux dernières municipales et de représentants d’EELV, LFI, la CGT et Sud.

Heureusement, cette campagne a eu pour l’instant des effets extrêmement positifs sur notre activité : ils nous ont permis de nous faire connaître bien plus auprès de la population locale. Les nombreux soutiens qui nous sont parvenus depuis deux jours et les commentaires sur les pages Facebook concernées nous confirment que nos concitoyens ne sont absolument pas dupes – dans leur ensemble – de ce qui se passe. Entre une boutique accueillante et un collectif de fouille-merde (dont aucun membre n’a jamais mis le nez dans notre magasin), la part des choses est vite faite et ces gens se montrent tels qu’ils sont. Le seul ennui est que notre adresse et nos photos étant diffusées largement avec une étiquette diffamatoire, nous sommes subitement devenus célèbres dans notre ville avec les avantages et inconvénients que cela comporte. Mais, je tiens à le rappeler, les témoignages qui me sont parvenus jusque-là témoignent d’un large soutien de la part des Ponots.

Je vous serais très reconnaissants de communiquer sur les agissements des nervis de gauche, ne serait-ce que pour montrer (une fois encore) leur conception des libertés publiques…

Voici les articles en question (je vous envoie le tract en pièce jointe).

https://www.leveil.fr/puy-en-velay-43000/actualites/le-puy-un-collectif-alerte-sur-lideologie-dextreme-droite-d-une-librairie_13990268/

https://www.zoomdici.fr/actualite/la-crainte-dune-montee-de-lextreme-droite-au-puy

Le torchon ne fournit l’intégralité de ses « articles » qu’aux abonnés payants. Cela dit, ils reprennent le même ton que le « collectif » de censeurs.

https://www.leprogres.fr/economie/2021/07/26/l-opposition-et-des-syndicats-avertissent-sur-l-implantation-de-l-extreme-droite-en-ville

Maxime Sanial