1

Tariq Ramadan en tournée, Pierre Cassen perquisitionné : vive la France des socialauds !

cazeneuve-collabo
Le 3 octobre 2013, j’étais au Casino de Montreux, et j’avais fait connaissance de Pierre Cassen, à l’occasion de son duel contre Hani Ramadan.

Dois-je dire, en tout bien tout honneur, ne souhaitant pas avoir d’ennui avec Christine Tasin, que je suis tombée sous le charme de cet orateur exceptionnel.

Le contexte était pourtant fort difficile. La salle paraissait hostile. Environ 140 personnes, dont une quarantaine de « Suisses de souche », comme vous diriez, vous autres Français. Le reste était constitué de musulmans, dont de nombreuses femmes voilées.

Six gardes du corps, tous barbus, quadrillaient la salle. On ne savait pas qui les avait fait venir, mais ils étaient impressionnants, et plutôt inquiétants. On sut par la suite que c’était l’inimitable Blancho, fils de famille suisse converti à l’islam, qui en avait pris l’initiative, pour impressionner les copains du prédicateur genevois Hani Ramadan.

J’avais été impressionné par le calme et la décontraction de Pierre. Il avait même été présenté à Hani Ramadan, avec qui il donnait l’impression de discuter courtoisement.

Le débat m’avait confirmé cela. Le fondateur de Riposte Laïque, avec une maîtrise admirable de son sujet, avait rendu coups pour coups, répondu précisément à chaque attaque perfide d’Hani Ramadan. Celui-ci lui avait fait le coup, d’entrée, de Marine Le Pen, il lui avait répondu par un rappel de son interview dans Le Monde, sur la lapidation.

Le résumé de de débat, qui dura plus de deux heures, montre un orateur sûr de son fait, qui a dominé, sans conteste, le pourtant réputé frère de Tariq. Ce qui m’a vraiment surprise, c’est la manière dont Pierre s’est fait respecter par les musulmans, tout en leur disant des choses désagréables.

Mais ses propos étaient incontestables, évitant toute agression inutile. Il leur a dit qu’ils respectaient ceux qui avaient des croyances et des convictions, et qu’ils en avaient. Il a ajouté que eux, les musulmans, n’accepteraient pas le dixième, dans leurs pays, de ce que subissent les Européens de la part de leurs coreligionnaires. Il leur a fait savoir que ceux qui ne voulaient pas respecter les lois du pays, Suisse ou France, n’avaient pas leur place sur notre continent, et devaient rentrer chez eux. Il ne s’est pas laissé démonter quand Hani Ramadan a fait le coup de la comparaison des juifs et des musulmans dans les années 30, lui rappelant que sa mouvance, les Frères musulmans, était du côté du nazisme en 1940, et avait participé à la persécution des juifs. Il a pulvérisé une jeune femme qui se plaignait de ne pas avoir le droit de porter le voile, et qui se disait française, malgré tout. Il lui a dit qu’elle n’était pas française de coeur, mais seulement de papier.

Il a repris plusieurs hommes surexcités, dont un qui lisait un texte de Christine Tasin en tremblant de colère. Il a remis les pendules à l’heure, sans énerver la salle.

A ma grande surprise, à la fin de la soirée, tout le monde paraissait content, alors que les échanges avaient pourtant été parfois très vifs. Certes, pratiquement tous les « Suisses de souche » sont allés le voir, et le féliciter. Mais j’ai vu que les musulmans respectaient Pierre pour ses propos, et surtout son courage de les tenir, devant eux, en les considérant comme des adversaires, des guerriers. Il leur avait dit clairement que lui, Pierre Cassen, était autant attaché à sa culture et à sa civilisation que les disciples d’Allah l’étaient à la leur. Et que donc il y avait une contradiction, qui ne pourrait être surmontée que s’ils renonçaient à vouloir imposer leur dogme à des gens qui avaient davantage de droits qu’eux sur cette terre. Sur le voile, il avait été sans concession. Il avait même fait rire la salle (du moins les Suisses) en évoquant les charmes féminins, expliquant à Hani Ramadan qu’il était dommage que son épouse cache l’ensemble de ses attributs féminins sous un voile. Le prédicateur, d’abord amusé, n’avait pas apprécié la fin de l’Histoire…

De manière surprenante, à la fin, quelques musulmans étaient venus lui serrer la main, d’autres voulaient discuter avec lui. Aucun n’avait été agressif verbalement, à l’issue du débat, alors que Pierre avait tenu des propos sans concession.

Quand je revois ce débat (ce que je viens de faire), je ne peux m’empêcher de penser que si j’étais dirigeante de la France, après Charlie Hebdo, le Thalys, Hervé Cornara et le Bataclan, je ferais tout pour que le discours de Pierre soit accessible à tous les Français, et je demanderais à ce qu’il soit invité le plus souvent possible dans les médias.

Quand je vois les procès dont votre équipe fait l’objet, et la perquisition, à peine croyable, qui vient de se dérouler chez Pierre Cassen, à qui ils ont osé volé ordinateurs et téléphones, je me dis qu’Hani Ramadan – qui s’est depuis distingué en expliquant que l’attentat raté musulman du train Thalys était un coup du Mossad et des Américains – devait bien rigoler. En effet, en plein Etat d’urgence, la France tolère la propagande de son frère Tariq, qui fait un tour de France où on lui déroule le tapis rouge. Et que dit-il ? Tel un vulgaire Mélenchon, il joue du social, parfois avec l’islamo-collabo Plenel, pour culpabiliser la France, et dire que la « radicalisation » des musulmans vient du racisme des Français et des ghettos. En période de guerre (dixit Valls), votre pays la France laisse donc l’agent de l’ennemi, le représentant des Frères musulmans, faire le propagande de ceux qui rêvent de « dar al islam ».

Et pendant ce temps-là, après avoir persécuté l’animateur de Fdesouche, Pierre Sautarel, la police de Cazeneuve, obéissant à la justice « Mur des Cons », vient piquer le matériel d’un de vos meilleurs combattants contre l’islamisation de la France.

La France de Hollande-Valls-Cazeneuve, c’est donc : 150 Français tués par des musulmans en 2015, vive l’islam de France, feu sur les Résistants.

Qu’est-ce qu’ils doivent se marrer, quand ils parlent de la France, les frères Ramadan et l’ensemble de leurs coreligionnaires !

Mireille Greschter




Marre des gémissements des pauvres musulmans

Terroristesauter
L’opération de com‘ continue. Le petit toréador colérique se félicite que 2000 perquisitions aient permis de découvrir une trentaine d’armes de guerre. 1,5% de réussite, alors que les journaux affirment que 11.000 kalashnikovs sont cachées dans les caves des cités, c’est maigre.
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/etat-d-urgence-manuel-valls-se-felicite-du-resultat-des-perquisitions_1741496.html
Il y a manifestement une volonté de ne pas prendre de risques. De ne pas envoyer la police et l’armée perquisitionner dans les banlieues. Sarkozy avait osé agiter ses petits bras en parlant de kärcher, mais personne dans ce gouvernement de droite à l’époque n’avait eu le courage de faire le nécessaire. Il est évident qu’on pourra encore moins compter sur la gauche pour faire le sale boulot.
Les zones de non-droit restent taboues, l’économie parallèle liée au trafic de drogue est préservée, on nie les problèmes en espérant que les petits dealers occupés par leurs transactions ne penseront pas à se radicaliser.
Les « gentils » continuent à grands coups de padamalgamm de nier les liens entre ces « minorités », les trafics en tous genres et le rapport à la religion. Tout se mêle pourtant. Les membres d’une même famille, frères, cousins, sont, tour à tour, dealers, criminels, trafiquants, bons musulmans, apprentis terroristes, touristes syriens, etc. Une mère de 7 ou 9 enfants vient pleurnicher en arabe à la télévision que ses enfants sont de bons fils, qu’elle ne comprend pas. Nous, non plus : depuis 40 ans qu’elle vit en France ou en Belgique, Fatima n’a pas cessé de pondre mais n’a manifestement pas réussi à apprendre un mot de français! Les fils en question n’ont aucun repère. Ces « p’tits beurs » ne savent pas s’ils doivent être fidèles au pays et à la culture – idéalisés – de leurs parents ou à leur pays d’accueil.
Les gentils pointent la faillite d’un système, les lacunes de l’enseignement, les échecs de l’intégration, tout ça n’est pas de leur faute…
Ce sont des conneries. Depuis 35 ans, la gauche bien-pensante joue les agences touristiques. Appelle les réfugiés économiques. Leur dit de venir avec leurs traditions, leurs religions et leur culture. Ne changez rien, ne faites pas d’effort, vous êtes des victimes, c’est à la société de s’adapter. Donc Fatima n’a pas appris le français. N’a jamais pu discuter avec un instituteur. Les gamins sont restés livrés à eux-mêmes,
Dans « les Ritals », Cavanna citait son père qui lui disait : « la patrie, c’est là où qu’il est le travail. » Grammaticalement ce n’est pas parfait, mais l’ouvrier faisait l’effort de parler en français avec son fils. Qu’il avait prénommé François. Le rapport n’est pas le même quand on vient pour toucher des allocations et qu’on continue à appeler ses enfants Ahmed, Karim ou Salah.
Depuis l’instauration de l’état d’urgence, les perquisitions ont lieu. Mais pas dans les banlieues. Pas à Marseille où une fusillade avait éclaté le jour même de la visite du premier « sinistre ». Pas dans les cités toujours sous la coupe des revendeurs. Les pétochards au pouvoir ont inventé l’état d’urgence homéopathique. Tranquille. Une personne à la fois. Les cibles faciles.
Ce n’est pas comme ça qu’on résoudra le problème.
Mireille Greschter




Réfugié, à 20 ans tu refuses de te battre pour ton pays ?

migrants à CagliariLettre ouverte à un réfugié syrien
Salut,
Je t’ai vu à la télévision dimanche soir. Tu débarquais triomphant de ton bateau pneumatique sur cette île. Je t’ai entendu jubiler, que tu avais 20 ans, que tu étais chrétien et que tu fuyais la guerre.
Les médias occidentaux, gangrénés par des journaleux gauchisants ne savent plus quoi faire pour essayer de nous culpabiliser. J’avouerai que ces images et ton discours m’ont mis mal à l’aise. Alors j’ai réfléchi. Ce que j’ai à te dire ne va pas te plaire. Ça ne plaira pas non plus à tous ces humanitaires, ces comités de soutien et ces ONG qui t’utilisent comme matière première de leur petit business.
Si toi qui as 20 ans refuse de te battre pour ton pays, qui va le faire?
Je vais faciliter ta réponse. Il te suffira d’évoquer les points Godwin pour me discréditer. Tant pis, les leçons de l’Histoire seule peuvent nous éviter de refaire indéfiniment les mêmes erreurs. Il y a 71 ans, l’Europe a connu un autre débarquement. Des gamins de 20 ans comme toi sont venus par milliers.
Pas pour nous envahir, mais pour nous libérer. Pas pour lâchement sauver leur cul, mais pour se battre. Ils sont morts pour des idées, pour un rêve de liberté, dans un pays qui n’était même pas le leur. Parce que c’était des hommes de devoir et qu’il fallait le faire.
Je ne dis pas qu’ils sont morts en héros. La mort n’est jamais belle. Certains ont atrocement souffert, d’autres sont morts comme des chiens. Mais ils l’ont fait.
Tu commences à comprendre où je veux en venir? Je sais bien qu’il y a des perspectives plus réjouissantes que de devoir prendre les armes et se battre. Le politiquement correct et la bienpensance dominante font que l’on glorifie désormais les fuyards et les déserteurs. Sache qu’il y a encore dans cette Europe de sans-couilles quelques hommes d’honneur, quelques patriotes, – estampillés vieux cons rétrogrades par toute la frange des fiottes qui te soutiennent -, pour qui tu n’es qu’un lâche.
Tu n’as pas de courage, tu n’as pas d’honneur, tu n’as plus de pays. Je ne te méprise pas, tu n’en vaux pas la peine. Tu as réussi à escroquer tes parents pour avoir de quoi payer les passeurs, tu continueras à vivre en parasite puisque c’est comme ça que ça fonctionne et que c’est l’idéal qu’on t’a fait miroter.
Il y a cette autre question qui découle de la première et qui entretient mon malaise.
Si tu n’aimes pas assez ton pays pour te battre pour lui, que viens-tu faire chez moi? Ne me dis pas que tu vas aimer ma patrie comme la tienne: tu viens de lui tourner le dos! Au moindre problème tu reprendras ta route. Je sais que je ne peux pas compter sur toi.
Je suis un sale con nationaliste. Mes écrits puent l’extrême-droite. On m’accusera d’être xénophobe, que mes propos sécrètent la haine. Tes nouveaux petits copains médiatico-humanitaro-donneurs de leçons ne vont pas me louper.
Tu peux me haïr, c’est facile. Mais sache une chose: dans 30 ans, quand tu regarderas en arrière et que tu verras ce gosse de 20 ans qui a refusé de se battre, tu te détesteras. Tu comprendras ce que je voulais dire. Mais il sera trop tard.
Tant pis pour toi.
Mireille Greschter




Islamisation de la France, fantasme ou réalité, de Philippe Randa (3 volumes)

av mosquéeLes amateurs de TV-Libertés connaissent Philippe Randa pour sa participation régulière à Bistro-Libertés. Il savent moins que l’homme est écrivain et éditeur. C’est au titre de cette dernière fonction qu’il nous propose un livre en trois ouvrages, intitulé « L’islamisation de la France, fantasme ou réalité… »
Certains lecteurs de Riposte Laïque pourraient s’étonner d’un tel titre, et qu’on se pose encore la question. Mais nous sommes dans un pays où un Raphaël Liogier, bardé de diplômes, nous raconte que c’est un mythe, alors sachons apprécier qu’un éditeur qui n’est pas en pointe dans le combat contre l’islam propose un ouvrage à ses lecteurs où le débat démocratique permet de traiter le sujet.
Dans cet ouvrage, on aura en effet le plaisir de lire ou relire des articles de contributeurs réguliers de Riposte Laïque, comme Robert Albarèdes, Pierre Cassen, Alain Dubos, Empedoclatès, Paul Le Poulpe ou Christine Tasin. On y lira également d’autres textes d’auteurs qui ont tout compris sur la réalité de l’islam, et son esprit conquérant.
Les articles concernés sont les suivants :
– Les accointances obscènes et dangereuses du gouvernement socialo et du Qatar, de Robert Albarèdes.
– Hollande, le dépeceur de la France, de Robert Albarèdes.
– Trotskistes d’Allah et chiens de garde du capital, par Pierre Cassen
– Bordeaux, Strasbourg, Nogent : la guerre de l’islam contre notre civilisation, par Alain Dubos.
– Non, l’islamophobie, ce n’est pas de la musulmanophobie, par Christine Tasin.
– M. Valls, allez-vous participer au bain de sang de l’Aïd ?, par Alain Dubos.
– Par son silence complice, Pena Ruiz se comporte en porteur de valises de l’islam, par Paul Le Poulpe.
– Ce n’est pas à cause des fanatiques que l’islam fait peur ! C’est à cause de l’islam tout court, par Christine Tasin.
– Le Bête immonde de l’islamisme est enfantée par le ventre fécond de l’islam, par Empedoclatès.
Mais les habitués de notre site qui achèteront ce livre auront sans doute des haut-le-coeur quand ils liront Arnaud Guyot-Jeannin, et surtout deux de nos têtes de Turc préférées, Nicolas Gauthier, de Boulevard Voltaire, et l’avocat Nicolas Gardères.
Le premier nous propose un article intitulé « L’islam contre les islamo-racailles de banlieue », où il explique que les apprentis djihadistes n’ont rien compris à la religion d’amour du Prophète. Dans une autre contribution, il nous explique que l’islam n’est pas le problème, mais peut devenir la solution. Le deuxième nous sort le grand jeu : « De la lepenophobie à l’islamophobie, contre le choc des civilisations ». Quant à notre inimitable avocat, il nous fait l’apologie du voile à l’université, article déjà paru dans « Le Monde ». Il proposera également un autre article, « Moi, avocat de Riposte Laïque, anti-patriote et pro-islam », où il se plaindra du traitement que certains lecteurs de notre site lui réservent.
Nos lecteurs auront également sans doute du mal avec les quatre entretiens spécifiques publiés dans cet essai. Nicolas Gauthier y interroge Tareq Oubrou, Alain de Benoist (qui renvoie dos à dos christianisme et islam). Puis nous avons droit à l’interview de l’ineffable père Michel Lelong, dont notre ami René Marchand a déjà pointé du doigt l’esprit soumis et collabo, et pour finir, on devra subir l’enfumage de Camel Bechikh !
Comme l’écrit Philippe Randa dans son introduction, « Les avis proposés dans les trois volumes… sont parfois contradictoires, mais peut-il y avoir de débat autrement ? ».
Après la lecture de ces quatre entretiens, on ne peut que confirmer qu’il y a vraiment des contradictions énormes entre les contributions proposées. C’est justement tout l’intérêt de cet ouvrage, que de permettre à chacun de lire des contributions antagoniques, qui peuvent permettre, pour nos lecteurs, de mieux connaître encore, si cela est nécessaire, les arguments de nos adversaires, et parfois ennemis.
Ne boudons pas notre plaisir, outre les remarquables textes de nos auteurs, de découvrir également d’excellentes contributions de Jean-Yves Le Gallou, Yves-Marie Laulan, Aristide Leucate et une trentaine d’auteurs, ainsi que les dessins amusants de Pinatel et Ignace.
Mireille Grestscher
Pour commander les livres :
http://www.francephi.com/cgi-bin/ava_mail/mail.cgi?flavor=archive;list=fphi;id=20150423114344
 




Guillaume Faye explique la logique islamisatrice de la réforme Belkacem

BelkacemGuillaume Faye, pour qui nous faisons souvent des exceptions à notre ligne, qui consiste à ne publier que des exclusivités Riposte Laïque, nous propose, cette semaine, une lecture particulièrement lucide et pertinente de la réforme scolaire de l’Education nationale, impulsée par Najat Vallaud-Belkacem. Il y évoque notamment la logique islamisatrice de ces nouveaux programmes, qui ne font qu’accompagner le changement de peuple et de civilisation que subissent les Français.

M.G

Nouveaux programmes scolaires : détruire l’identité nationale

Les programmes scolaires revisités par Mme Najat Vallaud-Belkacem mettent l’islam en valeur et tentent d’abolir la transmission de la culture française et européenne. Cette entreprise, fort bien ciblée, est parfaitement corrélée au processus d’immigration de peuplement invasive, de colonisation et d’islamisation. Les nouveaux programmes prévoient qu’une partie de  l’histoire de France sera facultative (chrétienté médiévale) mais l’histoire de l’islam (truquée, on peut le prévoir…) obligatoire.
La logique islamisatrice
On croit rêver : en effet, dans les nouveaux programmes du collège concoctés par la ministre de l’Éducation nationale, Mme Najat Vallaud-Belkacem, l’histoire de la chrétienté médiévale, des Empires byzantin et carolingien ou de la période des Lumières devient facultative. En revanche, en 5e, l’étude des débuts de l’expansion de l’islam est… obligatoire ! Le Conseil supérieur des programmes (CSP), peuplé d’islamo-gauchistes, a parfaitement validé ces choix. Ils entrent dans le projet d’effacer progressivement le récit de la mémoire historique nationale française au profit de l’identité des ”nouvelles populations”, selon le souhait du think-tank Terra Nova. Pour l’essayiste Dimitri Casali « on veut gommer les racines chrétiennes de la France ». C’est vrai, mais ce constat est insuffisant, il faut aller plus loin encore. Il s’agit tout simplement d’islamiser (et d’arabiser) l’enseignement de la mémoire historique dès l’adolescence.
Mais on cherche aussi à faire reculer dans les programmes tout ce qui pourrait heurter les musulmans  le christianisme, les Lumières, etc.  « À croire qu’il ne faut pas heurter certaines sensibilités religieuses », remarquait pudiquement Hubert Tison, secrétaire général de l’association des professeurs d’histoire-géographie. Tout cela sous le prétexte d’”alléger les programmes” qui seraient trop chargés. En réalité, dans les collèges à forte proportion ou à majorité d’élèves musulmans issus de l’immigration, pour ne pas ”créer de problèmes”, on laisse aux professeurs le soin de faire l’impasse sur les sujets qui fâchent.
En revanche, tous les élèves, même dans les classes sans musulman, devront obligatoirement étudier l’histoire de l’islam ! On se doute qu’elle sera enjolivée et expurgée de ses sombres réalités – comme par exemple l’esclavagisme des Africains, les raids barbaresques, les persécutions d’infidèles, etc. Derrière cette démission, cette soumission à l’islam, on retrouve aussi les pratiques soft-totalitaires de l’Éducation nationale, adepte du bourrage de crâne idéologique. Parmi les enseignements obligatoires, on trouve la traite négrière transatlantique et les conquêtes coloniales présentées comme des agressions ; toujours le même objectif : culpabiliser l’histoire de France.
Abolition et substitution  de la mémoire
Mme Najat Vallaud-Belkacem sait ce qu’elle fait. Avec la complicité des idéologues de l’Éducation nationale et la bénédiction de François Hollande, elle milite activement pour accélérer l’islamisation. En tant que féministe, adepte de la théorie du genre, égalitariste forcenée, elle semble ne pas percevoir l’insurmontable contradiction de sa position. Mais peu importe : pour elle, sans doute, la dépossession de l’identité française est prioritaire et corrélée à une volonté de procéder à une acculturation arabo-musulmane. Tout se passe comme si l’islam devait devenir, par force, ”notre histoire”, comme si nous devions l’incorporer dans notre mémoire. Cela correspond au dogme (de type stalinien) de l’idéologie dominante, maintes fois asséné en dépit de toute vérité historique, selon lequel ”la France a toujours été un pays musulman” ou un pays d’immigration et de mélanges permanents, sans identité fixe. Un récent rapport sur l’intégration parle, sans rire, de la« dimension arabo- orientale de notre identité ». Le n’importe quoi, le mensonge historique, au service du fanatisme idéologique.
Dans les nouvelles réformes de déconstruction de l’identité européenne de la France, on trouve également le torpillage de l’enseignement du grec ancien, du latin et de l’allemand, destinés à disparaître progressivement  ou à devenir anecdotiques et marginaux. Et à cela, s’adjoint logiquement  le renforcement des ”enseignements de langues et de cultures d’origine” (ELCO). Il s’agit de faire apprendre les cultures et surtout les langues de leurs origines ethniques aux jeunes élèves issus de l’immigration, majoritairement l’arabe et le turc, qu’ils maîtrisent souvent mal ou pas du tout. Ces enseignements concernent aujourd’hui 92.500 élèves dont 87.000 dans le primaire, population scolaire en augmentation de 16%  de 2010 à 2015. En parallèle, l’enseignement grammatical et lexical de la langue française est volontairement torpillé. Les deux entreprises sont logiquement liées.
Il s’agit, outre la furie égalitariste et anti-élitiste du nivellement par le bas (notamment avec la suppression des classes bilangues), terriblement nuisible pour les classes modestes, de supprimer de l’enseignement non seulement l’héritage du christianisme mais aussi celui de la culture gréco-latine, pareillement reniés. Ethnocide culturel.
Les idiots de la République
C’est assez extraordinaire : la République renonce à l’intégration et à la francisation – encore plus à l’assimilation. Elle promeut le communautarisme ethnique et l’islamisation (tout en prétendant combattre l’islamisme !). En réalité, le pouvoir a pris acte des réalités démographiques et de l’immigration massive qu’il a favorisées depuis des décennies. M. Valls a déclaré le 5 mai 2015 devant les députés, fustigeant ceux qui s’opposaient à la réforme des programmes : « c’est une nostalgie que vous essayez de défendre, une nostalgie d’une France qui est celle du passé ».  Autrement dit, la ”nouvelle France” doit abolir la mémoire et l’identité de l’ ”ancienne France”. Les Français de souche doivent renoncer à leur identité et à leur ethnicité mais….pas les immigrés  allochtones ! Quant aux étrangers qui ont choisi l’assimilation française et européenne, ils sont tout autant méprisés.
M. Valls a avoué par ailleurs que «  le terme d’intégration ne veut plus rien dire ». Il lui préfère celui de « citoyenneté » Naïveté totale : la citoyenneté républicaine est totalement incompatible avec l’islam ! Et la vraie citoyenneté (voir Aristote) n’est possible qu’entre sociétaires qui possèdent les mêmes valeurs, la même mémoire ; autrement, c’est la rupture communautariste assurée avec, au bout, la guerre civile probable. Cette idéologie d’un angélisme crétin et, au fond, haineuse de l’identité européenne et française, a également été formulée par M. Sarkozy (mais, chez lui, par calcul politicien et non par fanatisme idéologique comme chez M. Valls) quand il a déclaré, repentant : « quand j’étais président de la République, je n’aurais pas dû parler d’identité nationale mais dire que je voulais défendre les valeurs de la République ». Quelle république ? Une future république islamique ?
Il y a fort à parier que la droite, si elle revient au pouvoir en 2017, n’osera pas remettre en cause les mesures de démolition de Mme Vallaud-Belkacem.
Vers l’inévitable affrontement
La conscience nationale, les traditions autochtones sont donc traitées de ”nostalgie” ringarde, voire criminelle, par les collaborateurs de l’immigration massive et de l’islamisation. En revanche, les ” nouveaux Français” issus de l’immigration sont choyés comme jamais ; leur religion, leur culture, leurs langues sont mises en valeur et enseignées. Outre les nombreux privilèges, subventions, protections dont ils bénéficient par ailleurs. Ils sont flattés parce que leur nombre croissant fait peur. La tradition et la mémoire sont suspectes voire détestables quand elles concernent la France, son identité et son histoire ; mais elles sont formidables quand elles concernent les populations migrantes et, en particulier l’islam ; cet islam sur la véritable nature duquel on se bouche les yeux, soit par bêtise et ignorance, soit par pusillanimité et lâcheté.
Tout cela est parfaitement antidémocratique puisque la majorité des Français refuse cette politique de capitulation et de soumission. Mais la démocratie n’est pas le bac à sable de l’idéocratie de la gauche idéologue ou de la droite capitularde.  Cependant ces nouvelles mesures imposées par l’oligarchie à l’Éducation nationale sont la conséquence logique de l’immigration hors contrôle et du différentiel démographique intérieur : elle  a pris acte, avec jubilation, qu’intégration et assimilation étaient désormais quantitativement impossibles. C’est aux Français de souche de s’adapter, de renoncer à eux-mêmes, à leur enracinement. Leur histoire est terminée, forclose.  L’oligarchie (voir les analyses de Terra Nova) se dit et espère que dans pas si longtemps la véritable minorité visible, ce seront les Français de souche.
Mais est-ce bien sûr que cette stratégie réussisse ? Pas certain. Car les oligarques à la tête de la République française ont négligé les effets dialectiques de leurs décisions. À toutes choses, malheur est bon.  Autrement dit, en renforçant le communautarisme, notamment musulman (et en combattant par ailleurs l’islamisme et son terrorisme, contradiction absolue), les gouvernants renforcent par ailleurs la rupture  polémique  entre la France de souche et la ”nouvelle population”. Ils confortent des identités hostiles les unes envers les autres, dans leur rêve ”républicain” pacificateur. Ils préparent la guerre civile ethnique globale, qui impliquera évidemment, nécessairement l’islam, en Europe même.  Ils jouent avec le feu comme des enfants avec des allumettes. Ceux qui ont créé le chaos, irresponsables, seront dévorés, comme les enfants de Saturne.
Guillaume Faye
http://www.gfaye.com/nouveaux-programmes-scolaires-detruire-lidentite-nationale/
 




Marignane : l’islamo-journaleux Askolovitch salit la victime et plaint les assassins

Ri7AskolovitchNos confrères de Cultural Gang Bang viennent de publier un florilège d’interventions de « polémistes » à propos du meurtre commis contre Jacques Blondel à Marignane. Les interventions de Claude Askolovitch, chroniqueur à Marianne, sont particulièrement odieuses.

Cet homme n’aurait pas fait ça, il ne serait pas mort et ces 2 petits voyous qui avaient braqué un bureau de tabac minable ne seraient pas devenus des assassins.(…)

Ce que je veux dire, c’est qu’il n’a pas été abattu de sang-froid. Il a été abattu par deux petits voyous absolument minables qui avaient braqué un bar tabac minable et qui se sont vus aller en taule parce qu’une espèce de dingue avec un bébé dans sa voiture était accroché au fusil. (…) Il n’aurait pas bougé, il ne serait pas mort, on n’en parlerait pas.

Politiquement, je pense que Manuel Valls, qui a raison globalement, joue avec les lignes et les frontières en érigeant en héros, même s’il est infiniment respectable et pitoyable, un homme qui agit comme il ne faut pas agir, ne serait ce que pour se préserver soi-même et les siens.

(…)

Ce type, ce monsieur, est infiniment pitoyable parce qu’il est mort. Tu ne peux pas l’ériger en exemple. Il laisse une veuve et des orphelins et il a transformé des petits voyous merdeux en assassins, c’est un gâchis terrible.

http://www.culturalgangbang.com/2013/08/il-ny-aura-pas-de-representation.html

Parallèlement, un dossier complet est publié sur Fdesouche.

http://www.fdesouche.com/400337-marignane-13-un-sexagenaire-tue-par-balles-pour-avoir-tente-dempecher-un-braquage#more-400337

De telles citations méritent, on en conviendra, ce que les profs de lettres appellent une explication linéaire.

« Deux petits voyous » : le chef, Marwan Rezgui, 18 ans, est un délinquant multirécidiviste, et déjà plusieurs fois condamné. C’est un peu loin du voleur de poules à l’ancienne.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oOzK4-Y0pIY

« Absolument minables » : minables peut-être, mais en attendant déterminés, professionnels, armés et très dangereux ; au point que le maire, M. Éric le Dissès en a réclamé l’intervention de l’armée.

« Un bureau de tabac minable » : sans doute le propos le plus odieux du journaleux Askolovitch, il donne une mesure du respect que cet oligarque de la bien-pensance journalistique peut éprouver envers les gens ordinaires, en l’occurrence ici de petits commerçants. Bien évidemment, le caractère « minable » du bureau de tabac laisse entendre que le braquage n’aurait en définitive que très peu d’importance. On rabaisse les victimes pour mieux excuser le crime.

« Se sont vu aller en taule » : quel drame pour les deux petits anges braqueurs !

« Une espèce de dingue avec un bébé dans sa voiture » : c’est vrai que les gens qui haïssent les braqueurs sont des fous. Pensez donc ! Les jeunes des cités sont tellement sympathiques ! Il ne demandaient qu’à s’amuser, il fallait les laisser faire (position sans cesse revendiquée par Askolovitch). Le coup du bébé, c’est pour accentuer la « dinguerie ».

« Était accroché au fusil » : très curieuse conception de la balistique. A croire qu’il l’aimait ce fusil ! Té, peuchère, il devait vouloir se suicider !

« Il n’aurait pas bougé, il ne serait pas mort, on n’en parlerait pas » : un peu comme Monsieur de Lapalisse qui, cinq minutes avant sa mort, était encore en vie… Mais au delà, peur-panique qu’on évoque le moindre fait divers. Dans le cerveau bien-pensant d’Askolovitch, la seule insécurité qui existe, c’est le fait… que les gens parlent d’insécurité ! Laquelle, au pays des bisounours, n’existe pas.

Allusion à Manuel Valls : Valls aurait raison, outre un fayotage typique des gens du beau monde, soutien inconditionnel d’Askolovitch à un ministre qui ne fait rien (c’est le moins qu’on puisse dire) contre l’insécurité, se contentant d’imiter, de manière ridicule et encore moins crédible, les coups de gueule, sans effets, du Président Sarkozy. Ensuite condamnation sans appel de la légitime défense (« agir comme il ne faut pas agir »). Mais comme Marianne ne veut pas perdre trop de lecteurs, « l’espèce de dingue » au bébé est redevenu un simple individu « pitoyable », mais « respectable ». En définitive, Askolovitch dit à peu près tout et son contraire, procédé typique de la langue de bois.

« Il laisse une veuve et deux orphelins » : Oh, le méchant, quelle inconscience !

« Il a transformé des petits voyous merdeux en assassins, c’est un gâchis terrible » : là, c’est l’apothéose.

Accusé Jacques Blondel, levez-vous ! Vous êtes reconnu coupable d’influencer en mal la jeunesse de notre beau pays. Votre mauvaise influence a transformé deux jeunes un peu chahuteurs en assassins. Vous avez gâché leur vie. S’ils ne vous avaient pas tué, ils auraient pu continuer d’exercer leurs activité professionnelle en toute tranquillité. Vous entravez le droit à la délinquance ! C’est votre faute, Blondel, s’ils se baladaient avec des armes. Il faut bien qu’ils puissent se défendre contre les commerçants du quartier ! Accusé Blondel, je vous condamne à la peine de mort pour activités de résistance au crime et cruautés sur jeunes gens.

Voilà en gros ce à quoi se réduit le réquisitoire du procureur Askolovitch.

Il termine en traitant les deux caïds de petits merdeux. Il est à souhaiter qu’Askolovitch les rencontre un jour et réitère devant eux son insulte. Il comprendra ce que signifie la stratégie du chaos à laquelle il participe.

Mireille Greschter




Valls laisse la racaille faire mourir un bébé et terroriser une famille de « sales blancs »

Islamectomie Plus PédaloVidéo terrifiante de la charmante patriote « La Blonde de Youtube », intitulée Que justice soit faite, M. Valls,  qui raconte le calvaire d’une famille de « sales céfrancs », insultée, agressée, dont la maison a été saccagée à plusieurs reprises, et dont la mère, terrorisée, a fini par rater son accouchement. Un témoignage ahurissant, à ne manquer sous aucun prétexte. Le témoignage d’une France qui se débat dans la terreur au quotidien.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=yLBJx4pvObA[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=yLBJx4pvObA

Mireille Greschter




La France de François Hollande est une anarcho-tyrannie

Pedalo 210

Le but de ce petit article, classé dans la rubrique « A lire, à voir » n’est pas de faire un résumé complet de la situation de la France face à l’insécurité. Mais il renvoie à quelques articles de fond consacrés au concept d’anarcho-tyrannie, concept inventé par le journaliste américain Samuel T. Francis, de tendance à la fois anticapitaliste et paléoconservatrice. Samuel T. Francis pensait, à la fin du XX° siècle, que l’anarcho-tyrannie gagnerait progressivement l’Europe et les États-Unis. Décédé en 2005, il ne se doutait peut-être pas que la France de François Hollande serait un véritable laboratoire à ciel ouvert du totalitarisme anarcho-tyrannique.

L’anarcho-tyrannie, parfois nommée anomo-tyrannie (tyrannie anomique) est un système étatique et oligarchique de contrôle social pivotant sur deux axes : 1) la mise en place de protections insolites accordés aux délinquants et criminels (anarchie) ; 2) la criminalisation des gens respectueux de la loi, des innocents (tyrannie).

Nos confrères de Fdesouche ainsi que d’autres sites ont consacré de bons articles à la question, auxquels nous renvoyons ici :

http://www.fdesouche.com/4404-anarcho-tyrannie

http://www.fdesouche.com/53054-le-billet-de-father-mac-etat-police-et-insecurite

http://en.wikipedia.org/wiki/Samuel_T._Francis

A noter que des concepts assez semblables à ceux de Samuel T. Francis ont été largement développés par le philosophe suisse Éric Werner, le penseur de l’après-démocratie.

http://www.fdesouche.com/50553-insecurite-et-nomenklatura-eric-w

http://www.dailymotion.com/video/x5cng1_eric-werner-ne-vous-approchez-pas-d_news

Nous citerons seulement un passage très significatif, extrait du premier article de Fdesouche :

Les lois censées protéger les citoyens contre les criminels ne sont souvent pas appliquées, même si l’état est parfaitement en mesure de le faire.

L’état instaure progressivement tyrannie et oppression par l’application de lois telles que :

  • la criminalisation de ceux qui respectent la loi,

  • l’imposition (fiscale) exorbitante,

  • une réglementation bureaucratique,

  • le viol de la vie privée

  • le sabotage d’institutions sociales, telles que la famille ou les écoles de proximité,

  • l’imposition du contrôle des esprits par le truchement de la“formation à la sensibilité” et la rivalité multiculturelle,

  • la création de lois telles que l’incitation à la haine ou contre la détention d’armes à feu, le désarmement des citoyens qui sont par ailleurs respectueux des règles (des lois qui n’ont en revanche aucun impact sur les criminels violents qui obtiennent des armes de manière illégale).

Samuel Francis avance que cette situation concerne l’ensemble des États-Unis et l’Europe.

Nul doute que la France de Hollande, plus encore que celle des gouvernements précédents, colle parfaitement à cette description !

Mireille Greschter




2 mois de prison ferme pour Nicolas, 23 ans, prisonnier politique de Hollande-Valls-Taubira

Nicolas, prisonnier politique français

On trouvera dans les liens suivants des informations terribles sur le sort réservé à Nicolas, 23 ans, prisonnier politique français coupable de s’être enfui, chargé par la police, lors d’une Manif pour Tous; les juges de Taubira et les flics de Valls se sont bien occupés de son cas. On comparera bien entendu avec le sort réservé aux agresseurs du RER D ou encore avec une affaire de rebellion, concernant une antifa, nettement moins sanctionnée.

http://www.itinerarium.fr/nicolas-prisonnier-politique-dans-la-france-socialiste-de-2013/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Itinerarium+%28Itinerarium%29

http://www.lerougeetlenoir.org/les-breves/info-nicolas-condamne-a-deux-mois-de-prison-ferme

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/19-06-2013/frederic-pichon-le-jeune-nicolas-dormira-ce-soir-a-cote-des-dealers-des-assassins-et-des-violeurs-pour-lesquels-christiane-taubira-estime-que-la-prison-nest-pas-la-solution

https://fr-fr.facebook.com/prisonnierpolitique.fr

Comparez avec :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2013/06/18/Elle-refuse-le-test-ADN-100-jours-amende-a-10-1513486

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/19/01016-20130419ARTFIG00567-attaque-du-rer-d-la-surprenante-relaxe-d-un-prevenu.php

http://www.francetvinfo.fr/attaque-du-rer-d-jusqu-a-dix-mois-de-prison-avec-sursis-pour-les-agresseurs_345544.html

Photos horrible de Nicolas, ficelé comme un saucisson, la torture n’est pas loin, on en conviendra.

Voilà comment on traite un jeune sans histoire en France, ficelé comme un saucisson, nez écrasé contre une banquette, dans une position intenable

Nicolas, prisonnier politique français

Mireille Greschter

Post-scriptum : François Hollande avait deux engagements : la justice et la jeunesse !

http://lelab.europe1.fr/t/hollande-je-veux-etre-juge-sur-la-justice-et-la-jeunesse-2354

 

 




Trois discours islamistes différents, mais un même objectif : la conquête de la France

fmobama

Outre la traditionnelle dissension entre les chiites et les sunnites, outre les sempiternels conflits, souvent sanglants, entre des courants fort distincts à l’intérieur même de l’islam (mais en définitive, tous aussi islamiques les uns que les autres), notre bonne vieille nation française est victime aujourd’hui d’une OPA multiple, celle lancée par un islam majoritaire, mondialiste, proche des Frères Musulmans, de l’UOIF et du CCIF, financé par des oligarques mondialistes non-musulmans tels que George Soros, et un autre islam, nettement plus marginal, enveloppé d’une vague rhétorique antimondialiste, anti-sioniste, anti-Soros, anti-banksters, et parfois même pro-française, bref : une sorte d’islamo-indépendantisme, proche de théoriciens comme Alain Soral, et allant jusqu’à séduire de jeunes penseurs, brillants par ailleurs, comme Adrien Abauzit.

[youtube]joEtWtH3PBs[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=joEtWtH3PBs

Cet « islamo-indépendantisme », qui va jusqu’à se répandre en déclarations hostiles à l’immigration, ou à la délinquance, et qui tient, sur certains points, un discours identique aux sites patriotiques tenus par des Français de souche, se divise lui-même en deux tendance, l’une très « soft », les Fils de France, et l’autre, beaucoup plus « hard », le site Islam et Info. Il n’est pas impossible que sur le sol des autres nations européennes, ces deux tendances, un islamo-mondialisme sous contrôle oligarchique, et un islamo-indépendantisme refusant (officiellement, du moins) toute inféodation aux banksters et autres milliardaires, se disputent également des parts de marché.

Sur page FB de l'UDMF

Cela étant, cela ne saurait tromper les patriotes authentiques que nous sommes.

*

Islamo-patriotisme ?

A Riposte Laïque, nous avons bien perçu la nature intime des Fils de France et de Camel Bechikh : une sorte d’islamo-patriotisme pro-français, qui paraît très sympathique au premier contact, surtout avec le coq gaulois en logo, et qui finalement ne trompe personne. Les Fils de France ont le goût du patriotisme, la couleur du patriotisme, mais ce n’est pas du patriotisme. D’ailleurs, l’islamo-patriote Bechikh se trouve être un proche de l’islamo-mondialiste Tarek Obrou ! Du reste, Alain Soral devrait surveiller ses fréquentations, lui qui dénonce l’islamo-mondialisme des Frères Musulmans tout en copinant avec le prétendu islamo-indépendant Camel Bechikh, qui se révèle être de l’UOIF… laquelle est plutôt proche des Frères Musulmans ! Le fond de cette affaire est résumée dans l’article de fond : Après Frigide Barjot et Dupont-Aignan, Fils de France va-t-il enfumer le FN ?

fdef

http://ripostelaique.com/decortiquer-lart-de-lenfumage-et-la-takkya-de-camel-bechikh-et-de-fils-de-france.html

http://ripostelaique.com/apres-frigide-barjot-et-dupont-aignan-fils-de-france-va-t-il-enfumer-le-fn.html

*

Djihado-indépendantisme…

Quant à Islam et Info, entre son présentateur barbu en kamis blanc, Elias d’Imzalène, et les déclarations réitérées contre les « dégénérés de Riposte Laïque », nul doute qu’il ne s’agit pas d’amoureux de la France. Certes, ils parviennent à séduire de brillants patriotes comme Adrien Abauzit (qu’allait-il faire dans cette galère?), mais l’opération séduction, là non plus, ne trompe personne. On trouve sur le site Islam et Info de bonnes informations, notamment sur les liens entre le milliardaire George Soros et les islamo-mondialistes. Le site Islam et Info semble à la pointe de la lutte contre ces islamo-mondialistes, puisque l’article cité ci-dessous condamne avec une grande fermeté « Oumma.com, SaphirNews, le CCIF, Al Kanz qui ont su, eux, dire non à l’État français… pour mieux se vautrer aux pieds des financiers cosmopolites et de l’ambassade américaine… ». A Riposte Laïque, nous détestons nous aussi les oligarques mondialistes et leurs alliés, mais cela ne nous rend pas le site Islam et Info sympathique pour autant. La phrase mentionnée sous-entend qu’il faut « savoir dire non à l’État français », mais sans se vautrer, etc. Bref, entre les islamo-mondialistes qui se vautrent devant Soros et les djihado-indépendantistes qui refusent de se vautrer, il y un point commun : la haine contre tout ce qui n’est pas le dar-el-islam. On se souviendra notamment de la « réponse à l’apostat Pascal Hilout, amis des dégénérés de Riposte Laïque ».

Logo Islam et Info

http://www.islametinfo.fr/2012/11/12/edito-quand-la-campagne-contre-lislamophobie-du-ccif-est-financee-par-des-banksters/

http://www.islametinfo.fr/2013/02/23/edito-reponse-a-lapostat-pascal-hilout-de-risposte-laique-le-coran-est-parfait-tel-quil-est-yacine-zerkoun/

france

Ainsi, un patriote qui s’acoquine avec des islamo-patriotes ou avec des djihado-indépendantistes pour contrecarrer les islamo-mondialistes fait penser à ces électeurs français qui ont voté Hollande pour adoucir (sic) les effets de la mondialisation capitaliste ou qui croient encore que Mélenchon et ses antifas sont les ennemis de la finance internationale…

NI ISLAM, NI OLIGARCHIES !

Mireille Greschter