1

M. Hollande, avez-vous réellement une stratégie pour combattre les islamistes ?

Il y a quelques semaines, j’interpellais en direct, sur France Inter, l’ambassadeur de France en Syrie : «   M. l’ambassadeur peut-il nous confirmer la présence  d’étrangers notamment des djiadistes aux côtés des forces rebelles ? Et j’avais rajouté : « La France, dans son soutien à ces rebelles,ne prend-elle pas de gros risques ? »

La réponse dite avec beaucoup de précautions :  Madame vous avez raison de vous poser ces questions ; engagés parce que  nous sommes sensibles aux aspirations de liberté, nous sommes vigilants ;notre soutien exige  le respect de la diversité .

En ce qui concerne la présence de combattants étrangers, leur nombre est très restreint ; il faut regarder cela très sérieusement. Il faut qu’Achar parte.

Depuis, le nombre de djiadistes a considérablement augmenté et ce n’est plus un secret.

Après avoir ouvert la boîte de Pandore en Lybie, la France n’a pas à se féliciter des  rébellions successives en Tunisie, Egypte, portées aux nues par nos politiques et médias «  en chambre » ;peu de clairvoyance, refus de voir la réalité qui se profilait dès le début des évènements :la prise de pouvoir par les  islamistes.

Mais la France, au nom de ses grands principes « révolutionnaires »  à géométrie variable  n’en est pas restée là.

Rien ne l’arrête. On envoie des troupes au Mali, pour une opération qui est vouée à l’échec, on se dresse sur ses ergots pour défier l’Europe qui ne se décide pas à intervenir en Syrie.

Alors, Monsieur Hollande, puisque c’est vous qui êtes au pouvoir maintenant, avez-vous consulté l’Assemblée Nationale et le Sénat avant de décider une intervention ? Vous ne vous êtes pas privé de reprocher, et avec raison, ce déni de démocratie à votre prédécesseur .

Les médias font des comptes contradictoires sur le nombre de victimes en Syrie, mais j’attends toujours la communication du nombre de victimes en Lybie occasionnées par les bombardements aériens : silence assourdissant.

Vous voulez armer les rebelles ; êtes-vous dans la capacité d’attribuer d’une manière sélective des armes redoutables qui , si elles tombaient entre les mains des djiadistes pourraient se retourner un jour pas très lointain sur des avions de ligne ?

Enfin, Monsieur Hollande vous voulez armer des djiadistes en Syrie, frères de ceux que vous allez combattre au Mali.

Il serait bon que vous vous intéressiez à ce qui se passe sur le sol français ; les apprentis djiadistes semblent en nombre croissant. Avez-vous une véritable stratégie pour les combattre ou vous contentez-vous d’une vulgaire tactique médiatique ?

Mireille Kukawka




Hessel : mort d’un imposteur que la charia n’a jamais indigné

A l’heure où les pleureuses médiatiques nous ressassent les hauts faits d’armes d’un homme qui, à un âge avancé, a voulu faire un coup médiatique (et il l’a parfaitement réussi avec l’aide des petits marquis de l’information qui sévissent notamment sur nos radios publiques), je voudrais apporter un message discordant.

Je reprendrai ici quelques extraits d’articles que j’ai écrits en 2011 et 2012.

Indignité, indignation : ce second mot est très à la mode depuis qu’une icône de la  « bien pensance » a commis un petit fascicule de banalités, une énumération digne du catalogue de la Redoute, encensé par toute la gauche germano-pratine.

Mais votre  indignation est à géométrie variable.

Je  vous ai cherché, mais en vain, lors des rassemblements en soutien aux coptes d’Egypte ou aux chrétiens assassinés en Irak, je vous ai cherché mais en vain, lorsque le pouvoir a été confisqué en Iran par des ayatollahs qui n’ont aucune légitimité, je vous ai cherché, mais en vain, lors de manifestations de soutien au Darfour.

Vous êtes-vous penché sur le sort réservé aux femmes, aux mariages forcés de jeunes filles, aux exécutions d’homosexuels, aux lapidations dans ces pays où règne la Charia ?

La liste est longue du malheur des peuples en souffrance, des enfants soldats,  des enfants esclaves, des enfants bombes humaines.

Vous êtes par contre très présent pour joindre votre voix à ceux qui prônent le boycott, quand ce n’est pas la disparition de l’Etat d’Israël, boycott interdit par la loi.

Enfin l’imposture : vous avez laissé croire que vous avez participé à la rédaction de la constitution de 1948 (le grand âge et la perte de mémoire  n’expliquent pas tout !).

Votre passé de résistant ne vous exonère pas de la critique que l’on peut avoir à votre égard. Si le Général  de Gaulle avait déjà dit que « la vieillesse est un naufrage », je rajouterai, d’une manière beaucoup moins élégante, qu’il est regrettable que l’être humain ne se bonifie pas avec le temps !

Alors, messieurs les journalistes, un peu de retenue ! Aiguisez vos plumes pour défendre des femmes, des hommes qui, sont les vrais  héros et victimes  de notre temps, celles et ceux qui, au péril de leur vie bravent des monstres qui les ont réduits en leur pouvoir en Iran, en Arabie saoudite, au Darfour, au Mali, en Tunisie, en Egypte…

Mireille Kukawka




Monsieur Hollande, la jeunesse, la laïcité et le Front national

La jeunesse

Quand il ose, sans rire, dire que sa priorité est la jeunesse et que l’on voit lors de ses meetings au premier rang , un parterre de notables d’un âge certain et d’un certain âge(  je ne fais pas du « jeunisme », faisant moi-même partie de cette tranche d’âge !)  on ne peut que s’étonner : mais où sont les jeunes ? Ne vous inquiétez pas, ils sont là agitant des drapeaux au signal convenu ;on se croirait à Guignol !

Mais parlons sérieusement ;est-ce que Monsieur Hollande et ses affidés pensent un seul instant que la  vacuité de ses propositions concernant l’Éducation, va aider la France à sortir de son effondrement en matière  éducative ? Ceux et celles qui comme moi ont servi la république à l’Éducation Nationale , ne peuvent que confirmer que la grande « dégringolade «  a commencé en 1989 lors- de la loi, d’orientation de Monsieur Jospin, la création des IUFM(n’est-ce pas, » monsieur le pégagogo »Philippe Mérieux qui a réussi à se faire élire sur une liste EELV).Aune réflexion sur le contenu des programmes, aucune ambition sur le socle impératif de connaissances ; aucune remise en cause du collège unique qui, comme je l’ai déjà signalé était remis en question en 2001 par M.Mélanchon qui semble bien amnésique.

La laïcité

Quand on parle de la jeunesse, on ne peut faire l’économie d’une réflexion plus globale sur la société et notamment la laïcité ;puisqu’il a abordé ce thème ;il serait intéressant de savoir si M.Hollande a fait partie de la grande majorité des députés socialistes qui n’ s’est abstenue lors du vote sur la burka.A ce propos, je ne peux m’empêcher de citer une réponse d’un éminent représentant et élu du PS qui lors d’une interpellation sur sa position concernant la burka en 2009, m’avait courageusement répondu  :

Monsieur le député

Je vous ai écrit, il y a quelques mois au sujet du port de la burka et autre nikab dans l’espace public, courrier auquel vous n’avez pas jugé bon de répondre. Actuellement, des députés de tous horizons politiques demandent la constitution d’une commission d’enquête parlementaire sur ce sujet ; cette dérive communautarisme ne peut que choquer les citoyens de notre pays laïque. En tant que femme, citoyenne, enseignante pendant 25 ans en ZEP, je ne peux que m’insurger devant ces femmes emprisonnées, en situation d’exclusion et d’humiliation insupportable. J’espère que le parti socialiste ne va  pas comme en 1989 « botter en touche », mais aura à cœur d’assumer ses responsabilités.

J’’attends de vous, Monsieur le Député,une réponse claire sur ce sujet.

Voici la réponse claire !

« J’ai bien reçu votre mail et je vous remercie pour votre sollicitation sur ce sujet.

J’estime que la constitution d’une commission  parlementaire pour étudier cette réalité n’est pas une initiative sans intérêt.

C’est pour cette raison que je suivrai avec beaucoup d’intérêt les travaux de cette commission. »

« Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites. »

Le Font National

Là, on croit rêver ! Il y a quelques jours à peine, oser dire que les électeurs du Front National exprimaient des souffrances, et se tournaient vers un parti qui, pensaient-ils, saurait  apporter des réponse à leurs difficultés,suscitait de la part des nantis de gauche des anathèmes , des insultes… D’où mon étonnement lorsque j’‘entends M.Hollande déclarer :

  • « L’extrême droite, c’était l’ennemie. La gauche a toujours considéré la famille Le Pen comme absolument infréquen­table. Mais l’électorat du FN s’installant dans le paysage politique, il a bien fallu changer de discours. Avec 17,9 % au premier tour, Marine Le Pen trouble le second tour et force le favori François Hollande à regarder cette réalité. «Le vote FN a changé de nature entre 2002 et 2012», a-t-il expliqué mardi dans Libération.

Une part de cet électorat «vient de la gauche et devrait se retrouver du côté du progrès, de l’égalité, du changement, de l’effort partagé, de la justice, parce qu’il est contre les privilèges, contre la mondialisation financière, contre une Europe défaillante», a-t-il ajouté. «À moi de les convaincre que c’est la gauche qui les défend, a-t-il poursuivi. C’est ma responsabilité de m’adresser tout de suite à ces électeurs qui n’adhèrent pas forcément aux idées du FN mais qui expriment, avant tout, une colère sociale. »

Qu’en pense Monsieur Mélenchon et son électorat bobo ?

Les socialistes ont un long chemin à parcourir, pour ne plus confondre ces deux termes qui ont la même racine mais pas la même signification : « le compromis et la compromission ! »

Mireille Kukawka




Tuerie de Toulouse : MM. Hessel et Gaillot, vous ne vous posez pas de questions ?

Certains, avec un cynisme rare, font semblant de s’étonner, prononcent quelques mots de compassion pour faire bonne figure, ou ne s’expriment pas du tout.

Mais comment peut-on s’étonner lorsque depuis des années, on a laissé s’installer des comportements que l’on a qualifiés pudiquement d’incivilités, ou que l’on a essayé d’expliquer par une référence à une cause « sacrée », celle des Palestiniens ?

N’est-ce pas Monsieur Hessel ? Vous sentez-vous un peu responsable de ce qui vient de se passer ? Allez-vous défendre cet assassin qui après avoir exécuté des militaires, a accompli vis-à-vis de jeunes enfants « l’irréparable » ? La mort d’un enfant, Monsieur Hessel est le malheur absolu.

Pourquoi, je m’adresse à vous ?

Je m’adresse à vous, car l’assassin des soldats et des enfants juifs a déclaré qu’il voulait venger les enfants palestiniens ; j’attends de vous une prise de position publique.

Je m’adresse à vous parce que vous portez une lourde responsabilité dans la dégradation de l’image d’Israël et des Juifs ; vous vous servez de votre notoriété pour exciter chez de jeunes esprits fragiles les sentiments les plus primaires ! Vous vous mettez hors la loi lorsque vous appelez et soutenez le boycott des produits d’Israël.

Comment en est-on arrivé là ?

Ce n’est pas la génération spontanée ; c’est le fruit d’une démarche entreprise depuis la fin des années 1980. Je ne suis pas naïve ; je ne pense pas que l’on puisse exonérer le Front National de tout antisémitisme mais force est de constater que la relève a été plus qu’assurée par l’antisémitisme des Islamistes, soutenus, encouragés par des partis de l’ultra gauche, qui n’ayant plus leur fond de commerce habituel ont jeté leur dévolu, sur les nouveaux damnés de la terre( !), diabolisant Israël et les Juifs, solidaires de M.Hessel et de Monseigneur Gaillot.

Est-il normal que dans le pays des Droits de l’homme et du citoyen », il est nécessaire de « protéger » les écoles juives ?

Est-il normal que des Universités où les Islamistes et les bien-pensants de la gauche germanopratine sont pléthoriques ,demandent l’abandon des échanges avec les Universités israéliennes ?

Est-il normal que telle élue des Verts participent activement au boycott des produits israéliens, en violation de la loi, elle qui est censée la représenter et la défendre ?

Est-il normal que lors des festivals de films israéliens, un portique de sécurité soit installé pour prévenir toute attaque ?

Est-il normal qu’un membre éminent du parti socialiste ait parlé « d’aparheid » israélien lors d’un colloque sur l’eau ?

Cette liste non exhaustive traduit bien le climat qui s’est installé en France depuis une vingtaine d’années.Elle correspond à l’arrivée de l’Islam  extrémiste dans notre pays :

1989 : on teste le République avec les premiers voiles ;je ne m’étendrai pas sur la lâche réponse  de Jospin alors ministre de l’Éducation Nationale.

Dans les années qui suivent , on assiste à la 2ème phase, la conquête ou la reconquête des Musulmans de France ;c’est l’essor des voiles, des tenues importées d’ailleurs, des modes de vie et de pensée qui s’opposent à l’intégration des musulmans.

Nous sommes dans la 3ème phase :l’islamisation rampante de la France ; le dernier exemple avec la viande halal ; je rappelle pour mémoire que tout est parti d’un reportage « d’Envoyé Spécial », sur la deux et non de Marine Le Pen.Très vite, certains beaux esprits ont voulu faire un amalgame avec le casher mais qui impose la viande casher dans les établissements scolaires ? Personne ! Ce n’est pas le cas de la viande halal.

Là aussi nous avons assisté à une lente mais inexorable progression .De tout temps, les établissements scolaires ont proposé un plat de substitution lorsqu’il y avait du porc au menu. Puis les islamistes ont demandé la suppression du porc qui était impropre et « contaminait » les autres plats.  des chefs d’établissement, pour avoir la paix ont obtempéré. Puis , ils ont exigé la viande halal et c’est ainsi que la plupart des écoles de la région parisienne l’imposent aux élèves. Je rappelle que l’offre de repas n’est pas une obligation ; dans les écoles elle est réservée aux familles dont les deux parents travaillent ; ce qui n’est pas le cas dans les exemples cités.

Tout ceci a conduit comme je l’ai dit précédemment, à la diabolisation d’Israël et des Juifs.

Ceux qui continuent à jouer aux apprentis sorciers porteront et portent déjà devant l’histoire le triste étendard de l’infamie.

Pour conclure, je vais citer Camus :  « Ne pas nommer les choses,c’est ajouter au malheur du monde. »

Mireille Kukawka

 

 

 

:

 

 

 

 

 

 

 

 




Collège unique : En 2012, le candidat Mélenchon dit le contraire du ministre Mélenchon en 2001

J’a eu la curiosité d’aller consulter le programme des Socialistes, des Verts,du Front de Gauche, concernant l’Éducation.

En ce qui concerne les premiers, c’est un véritable catalogue de la Redoute , sans aune réflexion en profondeur ; les seconds n’ont rien à dire sur le sujet, ne s’étant jamais livrés à une véritable analyse de ce que devrait représenter, l’Éducation dans notre société.

Ma surprise ( ?) vint du Front de Gauche, et notamment de Monsieur Mélenchon.

En mars 2001, alors qu’il est « sous les ordres » du Ministre de l’Éducation, Jack Lang,en qualité de ministre délégué à l’enseignement professionnel, il répond à une longue interview dans l’Express :

Il dit entre autre, que le « collège unique est une thèse dépassée et une machine à casser. » Il souhaite la réouverture des classes de 4ème et 3ème techno, « casser le moule d’un enseignement uniforme. » Il dit notamment que « le collège unique est une fiction, un égalitarisme formel» défendu par des archéos de gauche qui n’a rien à voir avec l’égalité réelle. »
Il conclut de la manière suivante :

« Le rôle de l’école est d’émanciper l’être humain en lui transmettant non seulement des savoirs, mais aussi des savoir-faire et des vertus. C’est par le mérite et le travail qu’on s’élève. Si vous brisez quelqu’un, à quoi lui servira ce bagage commun? Un jeune qui passe par une troisième technologique, continue en bac pro et décroche un BTS, vous appelez cela un échec? Pitié! Tout le monde n’est pas fait du même bois. Certains ont besoin d’éléments concrets pour acquérir des savoirs abstraits. On bride leurs talents.

Vous êtes le porte-parole de la Gauche socialiste, et vous voilà applaudi par le Snalc, syndicat enseignant de droite. Plutôt curieux, non?
J’aimerais savoir par quel mystère les socialistes défendraient aujourd’hui un modèle qui date de 1975 et qui a été porté par un ministre de droite. C’est la gauche qui a inventé les troisièmes et quatrièmes technologiques en 1987 et c’est Lionel Jospin qui les a généralisées en 1989! Aujourd’hui, être de gauche, c’est refuser de soutenir un collège uniforme qui dédaigne la diversité des intelligences et pratique l’acharnement académique par mépris pour la technologie et les savoirs professionnels.

Pensez-vous que Jack Lang entendra le message?
Évidemment. »

On connaît la suite : Jack Lang n’a pas entendu le message !
Mais plus grave, M. Mélenchon, vous dites aujourd’hui le contraire de ce que vous disiez à cette époque, illustrant par votre attitude le fait que les Français n’ont pas la culture du compromis, nécessaire dans tout parcours politique, mais celle de la compromission ; pour vous faire accepter par les communistes, vous avez pris à votre compte, la « politique » éducative défendue par le PC : dans l’article du programme du Front de Gauche concernant l’éducation, vous reprenez à votre compte les déclarations suivantes : « les mêmes programmes doivent être enseignés à tous jusqu’à la fin du collège. »

Honte à vous !

Mireille Kukawka




M. Hollande, votre modèle, Mitterrand, était-il vraiment socialiste ?

Il y a une grande indécence, assortie d’une grande imprudence ,que de continuer à rendre hommage à un homme qui , toute sa vie, fut l’illustration « de la discordance entre le discours et les actes » ou plutôt qui poussa le cynisme jusqu’à un point rarement égalé pour brouiller les pistes.

Une jeunesse pendant laquelle il flirta avec l’extrême-droite, la période vichyste, en acceptant la francisque, son « ralliement » à la Résistance quand il a senti que la cause à laquelle il s’était attaché, était perdue.

Son passage sulfureux au gouvernement sous la 4ème république : pendant la guerre d’Algérie, ministre de la justice, après un passage au ministère de l’intérieur, il s’est  encore une fois déshonoré en refusant la grâce de nombreux condamnés dont celle de  Fernand Yveton. , membre du parti communiste algérien. Il couvre l’exécution de 45 militants algériens .Il aurait pu ,comme certains  l’ont fait, démissionné, mais son ambition politique démesurée a prévalu :il briguait la Présidence du Conseil qui va lui échapper.

Le combat contre le général de Gaulle et la constitution de 1958 

Le 1er juin 1958 , il refuse de voter la confiance à Charles de Gaulle, expliquant ainsi son vote :

« Lorsque, le 10 septembre 1944, le général de Gaulle s’est présenté devant l’Assemblée consultative provisoire issue des combats de l’extérieur ou de la Résistance, il avait près de lui deux compagnons qui s’appelaient l’honneur et la patrie. Ses compagnons d’aujourd’hui, qu’il n’a sans doute pas choisis, mais qui l’ont suivi jusqu’ici, se nomment le coup de force et la sédition. […] En droit, le général de Gaulle tiendra ce soir ses pouvoirs de la représentation nationale ; en fait, il les détient déjà du coup de force.]. »

En ce qui concerne Mitterrand, on pourrait dire qu’il n’a jamais eu comme compagnon l’honneur et la patrie mais plutôt, le déshonneur et le mensonge.

Constitution qu’il s’est bien gardé, une fois élu, de remettre en cause ; mieux , il fut de tous les présidents celui qui resta le plus longtemps au pouvoir, 2 septennats !

Avoir voulu, toute sa vie, se présenter comme un humaniste et homme de gauche relève d’une véritable imposture. Imposture que ses proches continuent d’entretenir.

Mensonges sur son passé, mensonge, une fois élu, sur sa santé, sa vie privée, les écoutes téléphoniques, ses amitiés sulfureuses et intéressées( Bousquet)…la lise serait longue de toutes ses compromissions qui n’ont rien à voir avec le compromis..

Alors qu’approchent les prochaines élections présidentielles et législatives, ceux qui se prétendent de gauche, socialistes ,feraient bien de prendre leur distance avec celui qui leur sert de référence et ne pas avoir à son encontre toutes les indulgences.

Mais eux-mêmes sont-ils plus clairs et courageux face aux bouleversements mondiaux (les « printemps arabes » qui ont vu la prise de pouvoir par les islamistes)?

Ont-ils fait preuve de courage quand il s’est agi de défendre un des piliers de notre République, la Laïcité ?

C’est la droite qui a fait voter la loi sur l’interdiction des signes religieux en milieu scolaire. C’est la droite qui a fait voter l’interdiction de la burqa  ! Les socialistes se sont courageusement abstenus, à l’exception de 20 d’entre eux.

Est-ce cela que l’on attend d’un parti qui prétend défendre les valeurs humanistes ?

Les promesses (qui n’engagent, comme le dit le sage, que ceux qui y croient), sont faciles à faire .

La loi sur le non cumul des mandats :combien de socialistes sont-ils prêts à la voter ; une loi sur la limitation de la durée des mandats ,combien sont-ils prêts à la voter ?

La dénonciation de « trouble à l’ordre public », occasionné par les prières de rues ?Combien  de socialistes sont-ils prêts à la reprendre à leur compte ? Ils préfèrent s’enfermer dans le déni de réalité et l’autisme politique  qui leur semblent moins dangereux mais qui risquent une fois de plus de les conduire à la défaite.

Alors que l’on reparle de l’opposition entre Camus et Sartre, à l’heure où les petits marquis de l’information sévissent sur nos radios publiques, parlant avec arrogance et mépris aux invités qui ne sont pas de leur bord, celui du politiquement correct bien implanté dans la gauche et ce qui reste de l’extrême gauche française, j’ai envie de citer ce grand humaniste que fut Camus, qui ne s’est pas déshonoré pendant la Deuxième Guerre Mondiale, qui a eu sur la guerre d’Algérie la  vision de « l’honnête homme », j’ai envie de citer cette parole sur laquelle devraient méditer nombre de ceux qui   veulent faire le bonheur de l’humanité :

Ne pas nommer les choses, c’est ajouter au malheur du Monde.

Mireille Kukawka




Le seul mérite de Chirac : la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs

Dans l’article intitulé « Génocide français en Algérie : Hollande sera-t-il le porte-parole d’Erdogan ?» vous soulevez avec raison le problème de la pertinence d’une loi sur le génocide arménien. Mais là où je suis en total désaccord, c’est lorsque vous faites un amalgame et une comparaison avec la condamnation des lois édictées par Vichy. Je vous cite : « Le précédent , ce sont les excuses présentées par Jacques Chirac, au nom de la France, pour les crimes de Vichy. Discours indigne, comme si le régime de Vichy, qui avait renié les principes républicains, après la défaite militaire de notre pays, était encore celui d’une France souveraine. »

En préambule, sachez, chère Madame, que mon parcours politique m’a conduit toute ma vie à combattre les idées de Jacques Chirac, mais que je lui pardonne tout grâce à ce discours qui, à chaque fois que je le lis ou l’entends, m’émeut aux larmes…

Si une loi pour interdire la négation du génocide arménien n’a pas à être votée dans un pays étranger, il n’en est pas de même pour la France qui a été partie prenante dans la déportation des Juifs.

Je voudrais rafraîchir vos souvenirs d’histoire et apporter ma modeste contribution à un débat qui a fait couler beaucoup d’encre et auquel la position de François Mitterrand, que vous reprenez à votre compte, n’est pas étrangère.

Le 10 juillet 1940, est soumise à l’assemblée nationale, Chambre des Députés et Sénat, une proposition de révision de la Constitution permettant d’attribuer les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain, président du Conseil.
La législature qui vote les pleins pouvoirs à Pétain est constituée de la chambre des députés, issue des élections législatives du 3 mai 1936 qui avaient vu la victoire du Front Populaire( !!!) et du Sénat qui s’y révélait plus hostile.
Sur 649 suffrages exprimés :

569 approuvent (357 députés et 212 sénateurs) soit 87,67 % des suffrages .
20 autres s’abstiennent.
80 parlementaires votent non ; par leur civisme républicain et leur courage, ils ont sauvé l’honneur de la France !

Il est vrai que la France a des difficultés à regarder son passé lorsqu’il n’est pas glorieux ; mais le déni de réalité ne fait qu’encourager les difficultés présentes et à venir !

Mireille kukawka




M. Joffrin, qui êtes-vous pour vous permettre, depuis Paris, de traiter Moubarak de « crétin » ?

2ème lettre ouverte à Monsieur Joffrin

Cher Monsieur Joffrin

J’ai toujours pensé que votre réflexion politique était, disons un peu limitée .mais votre dernier éditorial concernant M. Moubarak, atteint le sommet d’un manque de discernement que l’on peut mettre au choix, soit sur une méconnaissance totale de la situation, soit sur un désir de ne pas dire la vérité.

J’ai envie de vous retourner le compliment que vous adressez au chef de l’état égyptien : « Depuis Nasser, dites vous ,chaque raïs est remplacé par un raïs plus bête que lui ; et s’il est toujours en place, c’est qu’il n’aurait pas trouvé plus bête que lui. » J’ai envie de faire une analogie avec la situation à Libération, mais aux dernières nouvelles, vous avez trouvé un remplaçant : la valse des « petits marquis « du paysage médiatique a commencé !

Vous vous autorisez à traiter le chef de l’état égyptien de « brutal crétin ». Qu’est-ce qui vous autorise à parler de la sorte ?On peut ne pas être d’accord et condamner un régime qui a brimé la liberté d’expression, qui n’a pas donné les moyens à une grande partie de la population d’ atteindre un niveau de vie convenable.C’est vrai, mais votre jugement péremptoire montre que vous vous contentez de jeter des anathèmes qui ne peuvent plus être pris pour vérité incontestable , même par vos lecteurs, car ils ont maintenant la possibilité de trouver ,ailleurs, d’autres sources d’information.

Vous vous félicitez du nouveau mot à la mode repris « dégage » par certains manifestants dont la maturité politique est un peu courte ;mais elle correspond à votre propre analyse et c’est certainement la raison pour laquelle vous la relayez avec une telle admiration !

Vous terminez dans un envol qui, risque de vous déconsidérez dans les jours qui viennent :qui vous autorise à dire que « les combattants de la liberté manifestent au nom des valeurs qui sont les nôtres , qu’ils méritent l’admiration et le soutien de tous les démocrates dans le monde ? »

Pas un mot sur le retour de Mohamed El Baradey, dont j’avais dénoncé , il y a plusieurs années,le manque de clarté et c’est un euphémisme, lorsque président de l’AIEA, il avait montré pour l’Iran plus que les yeux de Chimène ! Ce même El Baradey qui fait alliance avec les islamistes pour s’emparer du pouvoir. Cela ne vous dérange pas ? Ce qui s est passé en Iran , lors de la prise de pouvoir par Khomény ne vous pose pas de problème ?De même que, plus de 30 ans plus tard, la confiscation du pouvoir en Iran par Ahmadinejad aux dernières élections? Et le Liban ? cela ne vous intéresse pas ? La prise du pouvoir par un pion du Hezbollah au mépris de la constitution , cela ne vous intéresse pas ?

Alors au risque de choquer je préfère un Ben Ali qui a continué sur les traces de Bourguiba et un Moubarak qui a une véritable stature de chef d’état, qui a continué sur les traces de Sadate plutôt que l’arrivée au pouvoir des Frères Musulmans .Car ceux qui minimisent le danger comme Foucault qui, en son temps penseur très écouté, avait soutenu la « révolution iranienne », avec enthousiasme et sans aucune clairvoyance( !Il avait déclaré « : il n’y a pas lieu de s’inquiéter ; il n’y aura pas de parti de Khomeyni et il n’y aura pas de gouvernement khomeyni ! »), ceux-là feraient bien de « brider « leur enthousiasme de « révolutionnaires romantiques en chambre » ;de même que Barak Hussen Obama et les pays européens qui exigent un « processus de transition dès maintenant ».

Les Islamistes sont tout de suite revenus en Tunisie comme en Egypte. Ils sont très présents dans tout le Moyen Orient. Est-ce ceux-là nous devons soutenir ? Nous les voyons à l’œuvre en Iran où rares sont les journalistes français qui font état régulièrement des crimes commis par une bande qui a usurpé le pouvoir ! Avons-nous envie de voir revenir dans nos pays des pratiques moyenâgeuses, redoutables ? Ils essaient de nous imposer ces pratiques par un grignotage permanent, et sournois ?les petits marquis de l’information sont –ils vigilants pour tirer les sonnettes d’alarme ? Non, ils minimisent les « accomodements raisonnables », ils défendent des pratiques inadmissibles telles que le mariage forcé, le port de la burqua, les prières dans la rue, au nom de prétendues identités culturelles ..

Alors la véritable question qui se pose est la suivante :est-ce qu’au nom de la démocratie , l’on doit tolérer,dans nos pays, un régime qui, s’il parvient au pouvoir grâce à elle, la confisquera ? Et bien, et malgré toutes les réticences alimentées par une tradition humaniste, la réponse est non.

Quant aux pays où la démocratie a été dès le départ confisquée par des dictateurs soutenus par nos démocraties, il ; faut les aider à une transition vers la démocratie qui sera peut-être aussi longue qu’elle l’a été en France (presqu’un siècle) mais ce qui est certain c’est qu’elle doit se faire en tenant à l’écart les islamistes !

Mireille Kukawa




M. Joffrin, qui êtes-vous pour vous permettre, depuis Paris, de traiter Moubarak de "crétin" ?

2ème lettre ouverte à Monsieur Joffrin

Cher Monsieur Joffrin
J’ai toujours pensé que votre réflexion politique était, disons un peu limitée .mais votre dernier éditorial concernant M. Moubarak, atteint le sommet d’un manque de discernement que l’on peut mettre au choix, soit sur une méconnaissance totale de la situation, soit sur un désir de ne pas dire la vérité.
J’ai envie de vous retourner le compliment que vous adressez au chef de l’état égyptien : « Depuis Nasser, dites vous ,chaque raïs est remplacé par un raïs plus bête que lui ; et s’il est toujours en place, c’est qu’il n’aurait pas trouvé plus bête que lui. » J’ai envie de faire une analogie avec la situation à Libération, mais aux dernières nouvelles, vous avez trouvé un remplaçant : la valse des « petits marquis « du paysage médiatique a commencé !
Vous vous autorisez à traiter le chef de l’état égyptien de « brutal crétin ». Qu’est-ce qui vous autorise à parler de la sorte ?On peut ne pas être d’accord et condamner un régime qui a brimé la liberté d’expression, qui n’a pas donné les moyens à une grande partie de la population d’ atteindre un niveau de vie convenable.C’est vrai, mais votre jugement péremptoire montre que vous vous contentez de jeter des anathèmes qui ne peuvent plus être pris pour vérité incontestable , même par vos lecteurs, car ils ont maintenant la possibilité de trouver ,ailleurs, d’autres sources d’information.
Vous vous félicitez du nouveau mot à la mode repris « dégage » par certains manifestants dont la maturité politique est un peu courte ;mais elle correspond à votre propre analyse et c’est certainement la raison pour laquelle vous la relayez avec une telle admiration !
Vous terminez dans un envol qui, risque de vous déconsidérez dans les jours qui viennent :qui vous autorise à dire que « les combattants de la liberté manifestent au nom des valeurs qui sont les nôtres , qu’ils méritent l’admiration et le soutien de tous les démocrates dans le monde ? »
Pas un mot sur le retour de Mohamed El Baradey, dont j’avais dénoncé , il y a plusieurs années,le manque de clarté et c’est un euphémisme, lorsque président de l’AIEA, il avait montré pour l’Iran plus que les yeux de Chimène ! Ce même El Baradey qui fait alliance avec les islamistes pour s’emparer du pouvoir. Cela ne vous dérange pas ? Ce qui s est passé en Iran , lors de la prise de pouvoir par Khomény ne vous pose pas de problème ?De même que, plus de 30 ans plus tard, la confiscation du pouvoir en Iran par Ahmadinejad aux dernières élections? Et le Liban ? cela ne vous intéresse pas ? La prise du pouvoir par un pion du Hezbollah au mépris de la constitution , cela ne vous intéresse pas ?
Alors au risque de choquer je préfère un Ben Ali qui a continué sur les traces de Bourguiba et un Moubarak qui a une véritable stature de chef d’état, qui a continué sur les traces de Sadate plutôt que l’arrivée au pouvoir des Frères Musulmans .Car ceux qui minimisent le danger comme Foucault qui, en son temps penseur très écouté, avait soutenu la « révolution iranienne », avec enthousiasme et sans aucune clairvoyance( !Il avait déclaré « : il n’y a pas lieu de s’inquiéter ; il n’y aura pas de parti de Khomeyni et il n’y aura pas de gouvernement khomeyni ! »), ceux-là feraient bien de « brider « leur enthousiasme de « révolutionnaires romantiques en chambre » ;de même que Barak Hussen Obama et les pays européens qui exigent un « processus de transition dès maintenant ».
Les Islamistes sont tout de suite revenus en Tunisie comme en Egypte. Ils sont très présents dans tout le Moyen Orient. Est-ce ceux-là nous devons soutenir ? Nous les voyons à l’œuvre en Iran où rares sont les journalistes français qui font état régulièrement des crimes commis par une bande qui a usurpé le pouvoir ! Avons-nous envie de voir revenir dans nos pays des pratiques moyenâgeuses, redoutables ? Ils essaient de nous imposer ces pratiques par un grignotage permanent, et sournois ?les petits marquis de l’information sont –ils vigilants pour tirer les sonnettes d’alarme ? Non, ils minimisent les « accomodements raisonnables », ils défendent des pratiques inadmissibles telles que le mariage forcé, le port de la burqua, les prières dans la rue, au nom de prétendues identités culturelles ..
Alors la véritable question qui se pose est la suivante :est-ce qu’au nom de la démocratie , l’on doit tolérer,dans nos pays, un régime qui, s’il parvient au pouvoir grâce à elle, la confisquera ? Et bien, et malgré toutes les réticences alimentées par une tradition humaniste, la réponse est non.
Quant aux pays où la démocratie a été dès le départ confisquée par des dictateurs soutenus par nos démocraties, il ; faut les aider à une transition vers la démocratie qui sera peut-être aussi longue qu’elle l’a été en France (presqu’un siècle) mais ce qui est certain c’est qu’elle doit se faire en tenant à l’écart les islamistes !
Mireille Kukawa




Quand France Inter parle laïcité, qu’il invite quelqu’un d’autre que Bauberot !

Vous avez décidé d’ouvrir un espace sur la laïcité tous les dimanches matins. Quelle n’a pas été pas ma surprise d’entendre pérorer M.Bauberot (considéré comme le spécialiste de la laÏcité, notammant par Patricia Martin) lorsque l’on sait qu’il a été le seul lors de la commission stasi, à s’élever contre la loi interdisant le port de signes religieux. Il serait temps que France Inter se décide à inviter des personnes ayant eu à connaître de la réalité du terrain. En ce qui me concerne,je suis scandalisée par les prises de position d’une radio dite publique, qui vit avec les fonds publics et qui ne respecte pas une véritable déontologie de l’information. J’en veux pour preuve le silence assourdissant concernant les prières dans la rue, tous les vendredis au mépris et de la laïcité et de l’ordre public;vous avez du, comme l’ensemble des médias,mais contraint et forcé par la dénonciation de Marine Le Pen, vous résoudre à aborder le sujet.

De même que vous laissez M. Bauberot énoncer des propos incomplets et tronqués concernant la viande hallal;s’il est vrai que chacun est , dans nos démocraties, en droit de se nourrir comme il l’entend, on ne peut ignorer les pressions faites par les islamistes en direction des établissements sclolaires pour imposer la viande hallal. Alors, chiche, quittez vos bureaux feutrés et aller faire une enquête à la caisse des écoles et demander la liste des fournisseurs !

Mais je vous rassure tout de suite. Je ne suis ni fasciste, ni lepéniste; je suis une ex-élue parisienne de gauche, qui a passé 30 ans en ZEP, qui connait bien le terrain, qui milite pour la laïcité, seule garante du bon fonctionnement du système scolaire où se cotoient comme c’est le cas dans de nombreux établissements des jeunes issus d’une cinquantaine de pays différents!Je suis prête à venir apporter la contradiction à Mr. Bauberot ou dans toutre émission concernant la laïcité.

Mireille kukawka

Ex élue parisienne