1

Journaliste, j’ai été agressé, à Nantes, par un groupe de gauchistes masqués

Quand un membre de la réinfosphère est condamné par la justice, c’est toute la réinfosphère qui l’est. Quand il est agressé par de véritables fascistes qui se disent de gauche, c’est la même chose. Nous avons appris qu’un journaliste de Breizh Info, Nicolas Faure, a été violemment frappé, en plein reportage, par des miliciens, protégés par ce régime. Nous ne pouvions donc que lui donner la parole, pour expliquer à nos lecteurs ce qui s’est passé…

Riposte Laïque : Nous vous avons interviewé il y a quelque temps, alors que vous aviez lancé un site de soutien aux communes et aux habitants victimes de la venue de migrants, imposés par les préfets. Où en est cette action, et quel bilan en tirez-vous ?

Nicolas Faure : L’association Libertés & Entraide (LiEn), a aidé, conseillé et accompagné près de 20 collectifs dans toute la France. Partis de rien, avec aucun moyen financier ou matériel, nous avons réussi à diminuer, parfois fortement, le nombre de migrants imposés dans les communes dont les habitants nous ont sollicité.

Aujourd’hui, l’afflux de migrants s’est temporairement calmé. En parallèle, le média breton Breizh-Info m’a proposé de venir travailler à ses côtés. C’est donc depuis quelques semaines devenu une activité importante pour moi. Nous sommes encore au début de l’aventure journalistique mais cela me plaît énormément. Par conséquent, je suis en train de finaliser mon retrait de l’association LiEn afin de ne pas mélanger les genres entre militantisme et journalisme. L’association continuera à vivre et un nouveau porte-parole sera désigné dans les jours à venir. Pour ma part, je vais tenter l’aventure du journalisme à plein temps, en totale liberté.

Riposte Laïque : Si on en croit le site Breizh Info, vous avez eu quelques ennuis, pour ne dire que cela, en couvrant une manifestation d’extrême gauche hostile à Marine Le Pen…

Nicolas Faure : Effectivement, alors que je couvrais une énième manifestation d’extrême-gauche à Nantes, un groupe d’individus masqués s’est précipité sur moi pour m’agresser. Après un vif échange sur mon appartenance à Breizh-Info, ils m’ont mis à terre et roué de coups au sol. Ils ont également détruit ma caméra, l’objectif, mon micro et volé une carte SD.

Riposte Laïque : Vous avez des grosses séquelles ?

Nicolas Faure : Heureusement, comme beaucoup de journalistes, j’étais équipé d’un casque qui m’a évité le pire. Au sol, j’ai néanmoins pris de nombreux coups. Mais, pas de souci, je suis Breton et, dans notre pays, on a les os solides ! Le problème principal c’est la perte de mon matériel. En tout, c’est plus de 1 500 € de matériel. Pour une petite structure comme la nôtre, c’est un drame !

Riposte Laïque : Ce genre d’agressions est-il fréquent, à Nantes et à Rennes, de la part de cette mouvance ? Pensez-vous, d’autre part, qu’elle bénéficie, comme le laissent entendre de nombreux sites, de la complaisance de la police et de la justice ?

Nicolas Faure : Les mouvements d’humeur contre les journalistes sont très nombreux dans ce genre de manifestations. Mais les agressions physiques sont plus rares. Ce que j’ai subi est donc particulièrement grave.

Je ne pense pas que les militants d’extrême-gauche bénéficient véritablement de complaisance au sein de la police. La justice fait également un travail assez honorable à mon avis. La vraie complaisance, elle est à chercher au niveau des donneurs d’ordre.

Riposte Laïque : Comment envisagez-vous la suite, pour vous ? Vous pensez pouvoir continuer ce métier, dans un tel contexte ?

Nicolas Faure : Ce qui est certain, c’est que je ne m’arrêterai pas pour quelques coups et du matériel cassé. Cela renforce au contraire ma détermination à continuer mon travail. Je suis un journaliste novice mais j’apprécie ce métier et je pense m’y consacrer pleinement.

Riposte Laïque : A part cela, pour finir, parlez-nous du site Breizh-Info, qui paraît connaître un gros succès, en Bretagne…

Nicolas Faure : Breizh-Info est parmi les sites les plus influents de Bretagne. Nous avons près de 16 000 visiteurs uniques par jour ce qui en fait le 3e ou le 4e site d’information breton le plus visité ! Nous sommes lus par tous les décideurs régionaux et nous produisons un travail le plus professionnel possible malgré un budget infiniment moins élevé que celui des grosses écuries comme Ouest-France ou Le Télégramme.

Avec entre 9 et 12 articles par jour, nous produisons réellement de l’information de qualité. Notre objectif est simple : proposer une information de qualité et un point de vue alternatif à des Bretons qui en ont bien besoin !

Propos recueillis par Pierre Cassen




Ils vous imposent des migrants : contactez Liberté et Entraide, c’est gratuit

migrantsvousnetesplusseulsAlors que la crise migratoire ne peut que s’amplifier, et que les associations immigrationnistes sont gavées de subventions par le gouvernement socialiste, notre fondateur a rencontré Nicolas Faure, un jeune Nantais, qui, à la tête de l’association « Liberté et Entraide », se propose, gratuitement, de venir en aide aux Français à qui les préfets imposent des migrants sur leur commune. Pour nos compatriotes abandonnés de tous, un outil efficace ? L’avenir le dira.

Riposte Laïque : Avant de commencer notre échange, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Nicolas Faure : Bonjour, je suis un entrepreneur Nantais de 27 ans avec une double formation juridique et marketing. 
Passé par le monde de l’entreprise, j’ai décidé de créer un site de commerce en ligne au mois d’août dernier. Entre-temps, la crise migratoire s’est dramatiquement aggravée en France avec la dispersion des migrants de Calais dans tout le pays.
Avec quelques amis, nous avons donc décidé de créer cette association à laquelle nous réfléchissons depuis des mois.

Riposte Laïque : Notre attention a été attirée par votre site « Liberté et Entraide ». Vous annoncez que « Face à l’arrivée de migrants dans votre commune, vous n’êtes plus seuls ». A qui vous adressez-vous ? Aux maires ou aux habitants des communes ?
http://www.libertes-entraide.fr/

Nicolas Faure : Nous nous adressons avant tout aux habitants des communes. Nous nous sommes rendus compte que les habitants des petites communes françaises étaient souvent démunis face aux discours plein de morgue des autorités françaises. 
Il est parfois compliqué de répondre calmement à un sous-préfet qui agite l’impératif humanitaire à tout va en jouant de son statut de représentant de l’autorité pour clore le débat.
C’est d’autant plus compliqué que les informations utiles sont ignorées ou cachées par les grands médias, les autorités et les associations d’aide aux migrants.

Nous avons donc pour vocation d’aider ces populations peu habituées au débat d’idées avec des hommes politiques et peu documentées sur la crise migratoire.

Mais nous sommes évidemment capables de soutenir également les maires opposés à l’implantation dans leur commune d’un centre d’accueil.

nicolasfaure2Riposte Laïque : Dans les faits, qu’avez-vous à proposer aux habitants de ces communes, confrontés au coup de force de préfets leur imposant la présence de migrants ?

Nicolas Faure : La première des batailles à mener concerne l’information des habitants des communes. Beaucoup ne sont pas du tout au courant de la réalité de la crise migratoire.

Nous mettons donc à disposition des argumentaires sur plusieurs sujets.
La page www.libertes-entraide.fr/argumentaires comporte plusieurs textes rigoureusement documentés permettant de répondre aux principaux arguments des militants favorables à l’accueil aveugle des migrants.
Cette page sera mise à jour de manière régulière. Nous sommes également capables de produire des argumentaires précis sur demande d’un collectif citoyen ou d’un maire.

profilmigrants

Nous proposons également l’accompagnement à la création ou à la structuration des collectifs citoyens.
Nous mettons à la disposition des habitants des communes visées un « kit de démarrage » du collectif citoyen avec un guide pratique, un modèle de pétition, un modèle de tract et un modèle de communiqué de presse à envoyer à la presse locale et nationale.

Enfin, nous sommes capables de nous déplacer lors de réunions publiques afin de porter la contradiction à tous les partisans de l’accueil des migrants. Le débat ne nous effraie pas.

Riposte Laïque : Votre démarche est sans doute militante, mais cela a-t-il un coût pour ceux qui font appel à vos services ?

Nicolas Faure : Nos services sont gratuits de A à Z ! Des argumentaires jusqu’aux éventuels déplacements, rien n’est payant.

Il s’agit d’une association militante et nous ne facturons rien à ceux qui ont besoin de notre aide.

Notre récompense c’est de voir des collectifs citoyens s’armer pour faire face à la volonté étatique, médiatique et associative d’étouffer leurs revendications.

Riposte Laïque : Que faut-il faire pour vous contacter ?

Nicolas Faure : Pour nous contacter, il suffit d’envoyer un mail à l’adresse suivante : contact@libertes-entraide.fr

Que ce soit pour nous demander de l’aide à la structuration d’un collectif citoyen, pour des précisions sur un argumentaire ou bien pour rejoindre notre équipe, nous vous répondrons rapidement.
Propos recueillis par Pierre Cassen