1

Supprimons la Halde !

Quelle est la définition de « discrimination » ? Il faut toujours revenir au sens des mots pour pouvoir discuter sur des bases saines. Ce mot a deux sens très différents, qu’il est utile de distinguer :
Discrimination
1. [Sans idée de traitement inégal] Action, fait de différencier en vue d’un traitement séparé (des éléments) les uns des autres en (les) identifiant comme distincts. Synon. distinction.
2. [Avec une idée de traitement inégal]
a. ÉCON. Pratique consistant à vendre le même produit, dans le même moment, à des prix différents selon divers critères (acheteur, lieu, usage, etc.).
b. Souvent péj. Traitement différencié, inégalitaire, appliqué à des personnes sur la base de critères variables. Par ex. Discrimination raciale. Synon. ségrégation (raciale).
La discrimination, avant d’être l’épouvantail que l’on connait (qui se focalise sur le dernier sens du mot, péjoratif), est donc l’action de traiter différemment les choses en les distinguant. C’est une des actions de bases de l’intelligence humaine. Etre capable de saisir des rapports, identifier les différences, et en tenir compte dans ses actes. La vie de tous les jours, pour chacun d’entre nous, est synonyme de discrimination : je choisis d’aller dans tel ou tel restaurant, je préfère fréquenter telle ou telle personne, selon des critères qui me sont propres, et qui ne sont pas nécessairement les mêmes pour tout le monde. Vouloir supprimer toute discrimination, c’est vouloir faire taire l’intelligence, et la subjectivité des individus. Discriminer, c’est choisir. Choisir, c’est être libre. La discrimination est donc indispensable, et utile.
Un monde sans discrimination, dans cette acception du terme, est un monde sans liberté, et sans individus. Seules les masses statistiques y ont droit de cité : qui ne voit pas les dérives totalitaires contenues dans cette vision de la société ?
Il y a toutes les différences du monde entre traiter les gens de façon égale et tenter de les rendre égaux. Si le premier est la condition d’une société libre, le second n’est qu’une forme de servitude. — F. Hayek

Le seul domaine où la discrimination n’est pas acceptable, et doit donc être combattu, c’est en ce qui concerne l’égalité de traitement des individus devant la Loi. La base d’une société ouverte, démocratique, fondée sur l’état de droit, c’est justement cela : la non-discrimination des individus devant la Loi. Chacun, quelle que soit sa couleur, son sexe, sa religion, sa profession, etc… doit être traité de la même manière par la Loi. Sur ce point, et seulement sur ce point, combattre la discrimination est indispensable. Mais il n’y a pas besoin d’un organisme pour cela ; le respect de notre constitution et des droits de l’homme suffisent. C’est le sens du mot « Egalité » dans la devise nationale.
Les lecteurs de Riposte Laïque connaissent bien les attaques dont est l’objet, quotidiennement, la laïcité de la part des religieux et des communautaristes. En voulant faire passer le rejet du prosélytisme religieux pour de la ségrégation raciale (voir le récent cas dans la crèche BabyLoup), la HALDE se rend coupable de deux choses :
– Elle assimile les religions à des races, ce qui est une erreur intellectuelle grave. Toute idéologie, religieuse ou politique, doit pouvoir être critiquée, sans que cette critique soit associé à du racisme. L’esprit critique fait parti de nos valeurs.
– Elle contribue à faire croire que l’islam n’est qu’une religion, alors qu’il s’agit d’une idéologie politico-religieuse. C’est bien tout le problème posé par l’islam : la laïcité n’existe pas pour l’islam. Prétendre qu’une militante islamique défend sa liberté d’exercice religieux quand elle essaye d’imposer ses pratiques dans le cadre d’une crèche, c’est nier la laïcité.
La HALDE, financée par l’argent des citoyens français, œuvre donc contre la liberté, fausse le débat public en faisant peser des menaces sur la liberté d’expression, et apporte son soutien aux adversaires de la laïcité (http://www.ripostelaique.com/Un-dossier-complet-de-Riposte.html). Elle prétend lutter pour protéger des minorités oppressées, là où elle participe simplement à la négation du socle commun de notre société, socle qui permet justement à chaque individu, à chaque minorité, d’exister librement, et en paix.
Pour toutes ces raisons, les citoyens épris de liberté, d’égalité et de fraternité devraient s’associer pour demander la suppression de la HALDE, purement et simplement. Une pétition (http://www.pro-petition.com/reseau-lhc/suppression-de-la-halde) a été lancée en ce sens : soyez nombreux à la signer, et à la faire circuler autour de vous…!
Pacôme de Champignac