1

Trudeau vient de s’enfuir, à quand le tour de Macron ?

MacronTrudeau.jpg

Face à la colère des camionneurs américains, le fanfaron d’Ottawa vient d’être exfiltré avec sa famille. Vers où ? Qui l’accueille ? Ses maitres les oligarques ?

Car la colère du peuple est légitime.  Des militaires lanceurs d’alerte donnent les chiffres des effets secondaires du « vaccin » dans l’armée étasunienne : selon le Saker Francophone, « dans une déclaration sous peine de parjure que Renz prévoit d’utiliser devant un tribunal fédéral, les docteurs Samuel Sigoloff, Peter Chambers et Theresa Long – trois médecins militaires – ont révélé qu’il y a eu une augmentation de 300% des codes DMED enregistrés pour des fausses couches dans l’armée en 2021 par rapport à la moyenne sur cinq ans. La moyenne sur cinq ans était de 1 499 codes pour des fausses couches par an. Au cours des 10 premiers mois de 2021, elle était de 4 182.  […]  Outre le pic des diagnostics de fausses couches (code CIM O03 pour les avortements spontanés), on constate une augmentation de près de 300 % des diagnostics de cancer (d’une moyenne de 38 700 par an sur cinq ans à 114 645 au cours des 11 premiers mois de 2021). Il y a également eu une augmentation de 1 000 % des codes de diagnostic pour les problèmes neurologiques, qui sont passés d’une moyenne de base de 82 000 à 863 000 ! Voici d’autres chiffres qu’il n’a pas mentionnés lors de l’audition mais qu’il m’a donnés lors de l’interview : infarctus du myocarde. 269% d’augmentation – paralysie de Bell. 291 % d’augmentation – malformations congénitales (pour les enfants de militaires). 156 % d’augmentation – infertilité féminine. augmentation de 471% – embolies pulmonaires. augmentation de 467%  ».  –(https://lesakerfrancophone.fr/des-militaires-lanceurs-dalerte-donnent-les-chiffres-des-effets-secondaires-du-vaccin-dans-larmee-etasunienne).

Nos dirigeants qui, nonobstant les preuves multiples et les appels de médecins et de scientifiques par milliers, s’obstinent à vouloir « vacciner », c’est-à-dire empoisonner leurs peuples, commencent à trembler. Tout de même un Trudeau qui s’enfuit avec sa famille, la queue entre les jambes comme un péteux, démontre la frousse qui s’est emparée de lui. Et Macronet ? Eh bien  le petit a annoncé qu’il refuse de débattre.  Avant des élections ! Donc il a peur. Il tremble. Attendons que les camionneurs d’Europe se mettent à leur tour en branle, comme ils ont prévu de le faire,  comme au Canada et en Australie , et le minet s’envolera dans son hélico dernier modèle qui patiente sur la pelouse de l’Elysée. Bientôt, quelque part chez Soros, chez Zuckelberg, chez Rockfeller ou chez l’une de ces éminences grises du gouvernement mondial, tous ces beaux ex-présidents et chefs de gouvernements pourront faire la ronde en chantant you-you-les petits cailloux.

Paul Chalon




Camionneurs : la grande révolution des peuples a commencé

UNE VERITE QUI SE FAIT JOUR
Confinés, sanctionnés, piqués de force, masqués, interdits de vivre, de travailler sans piquouzes, de sortir, de vivre, les peuples se révoltent. En Australie les affrontements avec une police nazifiée dans un pays qui a construit des camps de concentration provisoires pour les cas contacts (!) sont de plus en plus violents. C’est que la vérité se fait jour un peu partout dans le monde. Les grands professeurs, des associations de médecins, des chercheurs et même d’anciens directeurs de ces laboratoires génocidaires font entendre la voix de la raison par milliers. Les vaccins ne servent à rien. Vous avez tous, pour la plupart, été vaccinés contre la tuberculose, les oreillons, la méningite, la coqueluche, la diphtérie, le tétanos, la variole, la rougeole, la poliomyélite, la rubéole, et j’en passe sans doute. Avez-vous entendu parler d’un vaccin qui n’empêche pas d’attraper le virus contre lequel il vous a été injecté ? Et si vous n’avez pas été vacciné contre toutes ces maladies, vous fait-on des procès pour cela ? Vous masque-t-on ? Voyez-vous vos libertés réduites ? Que nenni ! Vous dit-on que vous êtes une menace pour la société et ceux que vous aimez ? Pas davantage. Pire, ce soi-disant vaccin anti Covid ne fait pas ce pour quoi il a été créé puisqu’il ne protège pas de la maladie, les vaccinés y étant plus exposés que les non vaccinés. Il y a donc lieu de se poser la question : pourquoi nous pique-t-on ? Et surtout pourquoi nous pique-t-on avec une telle rage, une telle insistance, en utilisant la coercition ?

DES GOUVERNEMENTS QUI RECULENT
Devant la colère légitime des peuples, certains gouvernements reculent, les uns fortement, les autres timidement. Voyez l’Espagne, qui a abandonné l’idée du passe considérant qu’il s’agit d’un e grippe dont auront raison nos défenses naturelles ; l’Angleterre qui a eu l’honnêteté d’admettre enfi que la double vaccination a endommagé l’immunité naturelle et affaibli nos défenses, et a renoncé au passe et aux masques ; l’OMS entrée en guerre contre les rappels ; la Bosnie qui a rejeté les passeports vaccinaux ; les Tchèques qui refusent l’obligation vaccinale.

A l’inverse, Macron et ses affidés s’obstinent. La raison en est simple : ceux qui ne sont pas vaccinés sont les témoins privilégiés des dérapages – le mot est faible – de l’Etat macronien, car ils ne développeront pas les maladies qui attendent les vaccinés. Et les non vaccinés sont au bas mot 40% de la population. Si l’on vaccine tout le monde, il n’y aura plus moyen de faire des comparaisons, on dira donc la situation normale, et les génocidaires du gouvernement ne pourront être poursuivis.
Au Canada où l’Etat s’est totalement fascisé, rendant ls obligations « sanitaires » draconiennes, les gens en ont plus qu’assez. Car c’est là où la situation est la pire que la réaction est la pire, comme on l’a vu en Australie.

AU CANADA, LA REVOLUTION A COMMENCE.
100.000 routiers – Canadiens rejoints par des Etatsuniens – pas forcément opposés à la vaccination, mais opposés à la privation des libertés, convergent vers Ottawa, applaudis tout au long de leurs trajets par les populations.

Cent mille ! Comprenez-vous ce nombre ? De partout ils viennent et traversent cet immense pays pour faire le blocus du Parlement et du Gouvernement.

Fermiers et transporteurs, ils sont décidés à en découdre et à se débarrasser de Justin Trudeau, le président et fils de l’ancien président, un incapable mis en place par son père et qui traine derrière lui un nombre impressionnant de casseroles, dont des affaires sexuelles pas jolies jolies. Un petit tyranneau comme l’est le nôtre, aussi imbu de lui-même, dénué de tout sens moral, laquais des oligarques américains, plus que grassement arrosé pour mettre en esclavage son peuple et le soumettre au nouvel ordre mondial et au grand remplacement qui ne sont pas de vains mots ni des mots de complotistes mais l’énoncé d’une réalité sordide que nous vivons tous.

(photo Réseau International)

« REPRENDRE LES LIBERTES QU’ILS N’AURAIENT JAMAIS DU CEDER ».
Ils entendent dénoncer la politique sanitaire, la dictature, et renverser les tyrans. Ils refusent la vaccination obligatoire pour traverser les frontières, eux dont le métier consiste justement en activités transfrontalières. Le Canada est devenu dinguer. France Soir rapporte « Le passe vaccinal y est requis pour les plus de 13 ans. Par ailleurs, depuis le 18 janvier, le sésame est requis pour accéder à la vente d’alcool et de cannabis. Enfin, et ce depuis lundi dernier, les grandes surfaces de plus de 1 500 mètres carrés sont aussi fermées aux non-vaccinés. Dans la catégorie « Commerces », on lit sur le site du gouvernement québecois que les lieux qui ne sont pas concernés par le passe vaccinal sont : les ventes « au détail de produits alimentaires, les pharmacies, les aires communes d’un centre commercial, et les stations-services. On y apprend aussi que si un non-vacciné veut accéder à une pharmacie qui se trouve dans un centre de plus de 1 500 m², il « doit être accompagné en tout temps, lors de ses déplacements, par un employé de ce commerce et ne peut acheter d’autres produits que ceux liés au service pharmaceutique. »
-Ces gens ont organisé le Freedom Convoy, le « Convoi de la Liberté ». Leur mot d’ordre : « Reprendre les libertés qu’ils n’auraient jamais dû céder ». Cala quel qu’en soit le prix car tous le savent : l’action va totalement paralyser le pays.

Paul Chalon

 




Vidéo-choc : Le modèle australien, le peuple charge la police

Nous avions dénoncé il y a quelques semaines l’attitude monstrueuse des autorités australiennes dans l’affaire de la vaccination obligatoire contre le Covid-19, lequel n’existe plus puisqu’il a muté et que la soi-disant vaccination n’aurait été efficace – pour peu qu’elle l’ait jamais été – que contre cette première forme du virus. Une vaccination donc inutile actuellement mais qu’on continue à imposer aux peuples, faisant fi des dizaines de milliers de drames qu’elle engendre.

Pour rappel, police et armée australiennes sont entrées en force dans les familles, leur ont arraché brutalement les enfants qu’ils ont regroupés dans une sorte de stade, et les ont piqués de force. Du nazisme à l’état brut.

Mais voilà, les gens ne sont pas du bétail, des moutons qu’on mène à l’abattoir. Les gens sont réputés des hommes libres, responsables, qui au nom des droits de l’homme reconnus dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, peuvent décider de ce que l’on impose à leur corps.

Eh bien, maintenant, ça y est : les gens réagissent, en proportion de la violence engagée contre eux. À Melbourne, ce 18 septembre 2021, la foule a chargé la police qui s’opposait aux manifestations. Quelle joie de voir qu’enfin les peuples commencent à comprendre que seule la violence peut endiguer la violence. Et de constater que la résistance a entraîné la débandade des forces de répression. N’hésitez pas à regarder cette vidéo, elle vous mettra du baume au cœur.

Constatons que ce ne sont pas les RoboCops gouvernementaux qui tiennent le gros bout du bâton mais le peuple, dont toute légitimité émane.

https://reseauinternational.net/melbourne-18-septembre-2021-debandade-des-forces-de-repression-devant-les-manifestants-en-colere/

Macron, lui, vient d’équiper ses mercenaires d’armures propres à écraser notre peuple. Eh bien, comme le montre le modèle australien que bien entendu les médias officiels s’efforceront de cacher, les politiciens qui pensent pouvoir nous dominer comme si nous étions leurs inférieurs – les sans-dents de Hollande, les ivrognes, les analphabètes, ceux qui ne sont rien pour Macron – les renverront dans la fange de laquelle ils n’auraient jamais dû émerger, n’eût été le soutien de ces oligarques qui se baladent dans l’espace, brûlant à eux seuls autant de carburant que toute la circulation annuelle dans Paris.

Il est maintenant proche, le temps où les hommes de France chargeront. Souvenons-nous du boxeur Dettinger qui à lui seul avait fait reculer une escouade de policiers sur un pont durant les manifestations des Gilets jaunes. Et maintenant imaginons cent, deux-cents, cinq-cents Detinger. Finies les agressions envers le peuple.

La roue tourne. Tremblez, Messieurs-Dames, votre temps prend fin.

Paul Chalon




Nous ne leur appartenons pas !

« Nous ne leur appartenons pas ! ». C’est ce que m’a dit un ami, Peter M., au sujet de ceux qui nous gouvernent. « Nous ne leur appartenons pas, nous appartenons à cette terre. À rien d’autre ».

Nos corps sont à nous et personne n’a le droit d’en faire l’usage qu’il veut et de nous piquouzer. Ni même d’en disposer à notre mort.

Nos enfants sont à nous et personne ne peut nous imposer de les piquouzer ou nous les enlever sous de faux prétextes afin de satisfaire aux désirs malsains de gens qui ne peuvent en avoir du fait de leurs orientations sexuelles car nier la réalité biologique est un non-sens…

Nos idées sont à nous et personne ne peut nous imposer ce que nous devons penser.

Nos propriétés sont à nous et personne ne peut juger que ceux qui s’y installent indûment y ont plus de droits que nous et nous condamner si nous voulons les récupérer.

Notre liberté est à nous, et personne ne peut nous empêcher d’aller ou nous voulons, restaurants, musées, centres commerciaux ou tout autre lieu.

Notre santé est à nous et personne n’a le droit de la mettre en danger en nous imposant dans notre nourriture des pesticides ou autres produits nocifs jamais indiqués sur les étiquettes, ou en faisant des expériences douteuses sur nous.  Et surtout pas en nous barrant la route de NOS hôpitaux.

Notre religion judéo-chrétienne est à nous et personne n’a le droit de nous interdire les sapins de Noël.

Nos rues sont bien à nous et personne ne peut nous empêcher de nous y installer afin d’y boire et de manger librement, ni de nous barrer NOS rues par des prières de rues.

Par contre :

Ce qui est à nous, c’est ce pays et personne n’a le droit de le brader à l’étranger ni de faire entrer à nos dépens des ennemis de la République puisque la loi islamique ne reconnaît pas nos lois républicaines mais seules les lois coraniques.

Les impôts que nous payons nous appartiennent et personne n’a le droit de les utiliser comme il lui plaît, versant des émoluments insensés à nos ministres, nos représentants, nos administrations qui se rincent à nos dépens ou des étrangers qui n’ont jamais travaillé ici, ni cotisé, et pourtant reçoivent de soi-disant retraites françaises dans leurs pays.

L’Assemblée nationale nous appartient et les députés sont dans l’obligation de respecter les ordres que nous leurs donnons.

Le Sénat nous appartient et les sénateurs sont dans l’obligation de respecter les ordres que nous leurs donnons.

Le Conseil constitutionnel nous appartient et ses membres sont dans l’obligation de respecter les ordres que nous leurs donnons.

Sinon ils nous trahissent et devront être condamnés pour haute trahison.

Il est temps d’en finir, mais cela ne peut se faire que dans le combat puisque toutes les voies démocratiques ont été épuisées. Et puisque c’est EUX ou NOUS,  qu’ils crèvent, les ennemis du peuple, car nous sommes les plus forts. Comme l’a écrit Rousseau il y a près de 3 siècles, le pouvoir qui s’acquiert par la force ne dure qu’autant que la force de celui qui gouverne l’emporte sur celle de ceux qui sont commandés. À bon entendeur, salut !

Paul Chalon




Ce n’est pas les talibans qu’on reçoit mais les terroristes de Daesch

C’est terriblement agaçant de ne recevoir que des nouvelles falsifiées et il est temps de mettre les choses au point. On confond : Afghans, talibans et terroristes (en réalité Daesch).

Alors essayons de rétablir un peu les faits.

Le renversement de la monarchie. 1973

La République d’Afghanistan est née en juillet 1973, succédant à un royaume lorsque le roi Mohammed Zaher Shah a été déposé à la suite d’un coup d’État par le général Mohammed Daoud Khan, soutenu par le commandant Massoud afin de protéger son pays contre les visées étrangères.

En effet, situé entre le Pakistan, l’Iran et les républiques musulmanes d’Asie centrale, l’Afghanistan occupe une position stratégique pour qui veut atteindre l’URSS – puis la Russie – sans passer par l’Iran et l’Inde.

Un régime communiste. 1978

En 1978 l’URSS, gagnant la course d’influence, instaure un gouvernement communiste en aidant le parti démocratique populaire de Nur Mohammed Taraki à renverser à son tour le gouvernement de Mohammed Daoud Khan.

Ce gouvernement communiste instaure des réformes profondes : alphabétisation, réforme agraire, abolition des dettes paysannes, mais surtout droits des femmes, interdiction des mariages forcés, rehaussement de l’âge du mariage pour les filles, école obligatoire, droit de ne pas porter le voile, droit de déplacement libre, avec un résultat exceptionnel puisqu’en 5 ans seulement le pays peut compter 40 % de médecins femmes et 60 % d’enseignantes. C’est certainement la plus belle période qu’auront vécue les femmes afghanes.

Une opposition féroce et la guerre contre l’URSS 1979-1989

Cependant les structures traditionnelles restent très fortes dans le pays, essentiellement fondé sur un patriarcat tribal féroce qui maltraite les femmes. Les réformes instaurées par les communistes, en particulier dans les populations rudes des montagnes, sont mal comprises, d’autant que les opposants sont réprimés, et ces populations n’admettent pas que des étrangers viennent bouleverser leur mode de vie. L’opposition s’organise avec l’aide du Pakistan voisin et des Américains qui n’ont pas du tout le souci des femmes afghanes, et envoient aux « rebelles » (les moudjahidines)  des milliards de dollars, entre autres en armement.

La guerre, qui dure 10 ans, de 1979 à 1989 et s’achève par la défaite de l’URSS devenue en 1989 la Russie de Gorbatchev, pose le problème du rôle joué par Oussama Ben Laden. Son histoire est des plus troubles. C’est un Français, directeur des services secrets, Alexandre de Marenches qui a proposé à ses homologues américains de piéger la Russie dans une guerre impossible à tenir. J’ignore quels étaient ses intérêts mais il devait bien y en avoir. C’est ainsi que Zbigniew Brezinsky,  l’auteur du « Grand échiquier » (= l’Europe sur laquelle les Américains déplacent leurs pions), conseiller du Président Carter (1977-1981) , demande au milliardaire Oussama Ben Laden de constituer une armée de mercenaires contre le gouvernement communiste afghan : « la légion arabe », formée de Frères musulmans dont il était un membre.

La guerre civile 1989 …

La défaite soviétique est pour l’Afghanistan un retour en arrière et la guerre civile qui suit le retrait de la Russie voit s’affronter les moudjahidine et les progressistes qui, seuls contre des gens soutenus par les États-Unis, la perdent. Elle aura duré trois ans et s’achève par la prise de pouvoir des moudjahidine et l’instauration de leur gouvernement : l’État islamique d’Afghanistan, qui sera par la suite connu sous le nom de Daesh.  Les grandes perdantes étant les femmes qui subissent une terrible répression.

En 1996 le pouvoir passe dans une partie du pays (les deux tiers sud du territoire) aux mains des talibans, un mouvement fondamentaliste islamiste armé formé par les anciens chefs de tribus, les anciens nobles du pays, qui sur le territoire qu’ils contrôlent l’émirat islamique d’Afghanistan dirigé par le mollah Omar entre 1996 et 2001.

Une guerre oppose les deux mouvements : l’Etat islamique d’Afghanistan des moudjahidine et l’Émirat islamique d’Afghanistan des talibans. Guerre à laquelle prennent part les forces de l’OTAN qui renversent le mollah Omar en 2001. Ainsi les Américains ont soutenu … et armé… Daesh. Les exécutions sommaires, les massacres dont celui de 5 000 Hazaras, l’une des 4 ethnies du pays, la destruction des antiques statues de Bouddha, rendent la situation extrêmement difficile pour les populations.

L’entrée en guerre des États-Unis et de l’OTAN.  2001

En 2001 une coalition menée par les États-Unis renverse le régime taliban et peu après Hamid Kharzai constitue un gouvernement dont sont exclus les chefs de guerre tandis que la guerre civile se poursuit dans certaines parties du pays. Des femmes participent à ce gouvernement soutenu par les États-Unis. Mais le 11 septembre ont lieu – ou pas, l’Histoire le dira dans 60 ans quand les archives seront déclassifiées – les fameux attentats qui permettent l’intervention militaire de l’OTAN contre l’Afghanistan. 37 pays y participent. Le pays est occupé par des dizaines de milliers d’hommes. Et le pays est renommé République islamique d’Afghanistan. Après l’État et l’émirat on a la république, mais dans les trois cas cela reste « islamique ».

En aucun cas cela ne met fin aux conflits intérieurs et les talibans reprennent peu à peu le contrôle du pays tandis que ceux qui ont servi les Américains se sauvent, terrorisés, en août 2021. Et ceux-là, ceux qui sont paniqués parce qu’ils ont servi l’ennemi, c’est Daesh. C’est Al Qaïda.

Ce n’est donc pas les talibans que nous recevons aujourd’hui en France et en Europe, ce sont les terroristes de DAESH. Et Macron le sait fort bien.

Paul Chalon




L’autotest est légal, bientôt la fin de la vaccination forcée ?

L’autotest est légal et n’a pas besoin  de personne tierce, la vaccination forcée  touche à sa fin

Je viens de regarder sur réseauinternational  la vidéo censurée par YouTube de Me Carlo BRUSA qui, depuis plus d’un an, se bat par le biais de la loi contre les dérives sanitaires du gouvernement. Cette vidéo est pour l’instant visible sur https://reseauinternational.net/bonnes-nouvelles/   mais vu la tournure que prennent les choses, il va de soi que cette dernière piste ne tardera pas à être également censurée par les GAFA.

En premier lieu Me Brusa démontre que la loi exigeant la présence d’une tierce personne lorsque vous faites un autotest est contraire à la loi. Vous pourrez donc vous faire vous-mêmes vos autotests seuls, sans contrôle indiscret car le décret sur le passe sanitaire pour les tests antigéniques déroge à la loi. Exit le pharmacien, exit l’infirmière ! Vous n’êtes pas des mineurs et vous n’avez pas à être contrôlés comme de petits enfants. Cette infantilisation généralisée qu’on essaie de nous imposer a eu l’effet inverse : réveiller en nous l’homme qui s’était un peu endormi. Vous n’avez donc plus qu’à établir votre propre attestation de négativité sous l’honneur pour accéder aux espaces où l’ausweis (le passe sanitaire) est demandé. Conséquence : vous n’êtes plus obligé (pour autant que vous vous soyez sentis obligés, ce qui n’est pas mon cas) de vous faire vacciner si vous ne le désirez pas, ni de faire un test PCR. Dans le cas où votre attestation serait refusée, vous seriez bien fondé à déposer une plainte pour discrimination (avec éventuellement des dommages et intérêts, une condamnation du refuseur, etc). Me Brusa vous propose un modèle d’attestation sur son site réaction19 : 180821 – Attestation sur l’honneur autotest – Réaction19 Et dans le cas où vous souhaiteriez avoir recours à la justice, vous trouverez sur son site les preuves juridiques démontrant que le passe sanitaire est absolument illégal. (document à imprimer et à mettre sous le nez de ceux qui vous refusent l’entrée, ça devrait les faire réfléchir).

Ensuite Me Brusa nous informe également qu’aucun employeur ne peut exiger la vaccination de son personnel, en dehors du personnel soignant et des pompiers (lesquels ne sont pas du tout d’accord). (la vidéo de Me Brusa vous explique comment procéder dans le cas de désaccord).

Et maintenant concernant les vaccins, c’est une sacrée nouvelle : la Commission européenne vient d’autoriser les anticorps monoclonaux pour traiter l’épidémie, et depuis le 7 août, l’Italie accorde aux médecins le droit d’utiliser ces traitements ! Si TRAITEMENT il y a, le (soi-disant)  VACCIN devinent inutile et ceux qui ont pu attendre sont les gagnants de l’affaire. Refusez en conséquence la vaccination de vos enfants, informez vos employeurs, vos commerçants, vos amis. La fin de la folie vaccinale est là, et les pressions gouvernementales pour écouler leurs stocks de pseudo-vaccins ne doivent pas vous impressionner.

Paul Chalon




L’Australie fer de lance du totalitarisme sanitaire occidental

Nous vivons en plein fascisme. Vous n’y croyez pas ? Pourtant l’Occident est devenu totalitaire.

Je vous donne ici un exemple qui ne tardera pas à venir chez nous : l’Australie.

Étape numéro 1 : le Premier ministre australien a annoncé le 14 juillet 2021 que l’Australie était entrée dans le premier jour du Nouvel ordre mondial !

https://www.youtube.com/watch?v=cyel-V7W4nk

Vous n’y croyez toujours pas ?

Étape numéro 2 : la rafle de 24 000 enfants.

Oui, il y a en Australie 24 000 enfants que leurs parents refusent de faire vacciner. Alors la police et l’armée vont aller les chercher chez eux et les enfermer dans un stade où leurs famille ne pourront entrer et où on les vaccinera de force. Je vous invite à regarder la vidéo de l’annonce gouvernementale sur le site ci-dessous avant qu’elle ne disparaisse.

https://www.businessbourse.com/2021/08/17/en-australie-24-000-enfants-seront-amenes-dans-un-stade-pour-les-vacciner-les-parents-nayant-pas-le-droit-dentrer-le-tout-sous-controle-policier-experimentation-de-therapie-genique-en-cours/

Vous n’y croyez toujours pas ?

Étape n°3 : en Australie on construit des camps de concentration (ils appellent cela des camps de quarantaine) dans lesquels on pourra entasser jusqu’à 3 000 personnes !

En théorie, le camp de Mickleham,  c’est pour y mettre les Australiens de retour au pays. Ben oui, c’est toujours sa propre population que les États totalitaires commencent à mettre dans des camps. Celui-ci se trouve poche d’un autre camp, réservé, celui-là, aux bestiaux. On a déjà vu cela à l’époque nazie, ce me semble. Mais… lorsque chez nous on marque les gens avec des bracelets bleus ou des codes, on n’en est pas loin.

Vous voulez des photos du camp ? C’est ici : https://www.wikistrike.com/2021/08/australie-debut-de-la-construction-du-camp-de-quarantaine-de-mickleham.html

Il vous faut quoi de plus, pour comprendre que l’Occident est sur une très mauvaise pente et que le fascisme est de retour, en force ?  Je voudrais maintenant vous rappeler comment Hannah Arendt a qualifié les régimes totalitaires.

Lorsque Hannah Arendt a décrit le totalitarisme, elle faisait essentiellement allusion à un monde qu’on croyait ne plus revoir. Qu’il ait pu s’agir de système fasciste, communiste ou nazi. Sans entrer dans l’intégralité du raisonnement de Hannah Arendt, ce qui n’est pas ici notre propos, nous en retiendrons quelques points :

1°) Le totalitarisme assure la prédominance d’un parti et de son chef. Autrefois le parti nazi en Allemagne, le parti fasciste en Italie, le parti bolchevique en URSS. Un parti qui exige avant tout l’adhésion populaire, avec la mise au ban de la société de tous ceux qui ne marchent pas au pas. Un parti dont le chef,  investi d’un pouvoir total, décide de tout et se met en scène de façon quasi permanente. : il recherche la domination totale, sans limites. C’est le culte de la personnalité. Et aujourd’hui en France ? Mais non, je ne fais pas allusion à Macron qui se met un tee shirt « jeune » pour s’adresser aux ados. Qui  reçoit ces amuseurs publics qui ne m’amusent pas personnellement que sont Carlito et Mac Fly. Qui enlace un voyou des îles au torse nu. Qui… qui… qui…). Dans un  tel système, l’espace public disparaît par  une dynamique de destruction de la réalité et des structures sociales. N’est-ce pas ce qu’il se passe lorsque l’on détruit la famille, jusqu’au déni de la réalité biologique et sexuelle des gens ? Le parti totalitaire est sectaire et n’admet aucune forme de pensée autre.

2°) le totalitarisme se veut planétaire. Aujourd’hui, n’est ce pas la même politique qui est administrée dans tous les États occidentaux ? Hannah Arendt écrit que le totalitarisme est « international dans son organisation, universel dans sa visée idéologique, planétaire dans ses aspirations politiques ». Nous voilà bien ! Le seul moyen pour y mettre fin étant de restaurer les nationalismes à l’intérieur de territoires bien délimités par leurs frontières.

3°) le totalitarisme s’appuie sur la conjonction de la terreur qu’on inflige aux masses. Elle permet la suppression de toute liberté et elle ne craint pas d’user à volonté du mensonge répandu par ses force de communication : publicité, presse, justice, toutes mentant à qui mieux mieux malgré les faits parfaitement vérifiables. En vertu de quoi des catégories d’individus, ceux qui ne correspondent pas à la doxa officielle, sont perçus par les masses comme des ennemis du régime avant d’être déshumanisés. Tout groupe, toute organisation autonome qui permettrait une restructuration devient hors la loi. Aujourd’hui, la terreur, c’est le Covid, et pourtant les morts sont loin de joncher le sol.

Paul Chalon




Ils sont prêts à tout pour piquer de force nos amis antillais

Tout le monde se souviendra de ce scandale d’État du 2 août dernier lorsque le préfet de la Guadeloupe, Alexandre ROCHATTE, a demandé à Valérie DENUX, directrice de l’Agence régionale de santé (ARS) de prendre un ton « grave et catastrophique » lors d’une conférence télévisée ; et quant à Denux, elle s’est exécutée sans état d’âme. Ah ! ils sont beaux, les serviteurs de l’État. Tous menteurs et compagnie, et c’est bien pourquoi les Français ne reconnaissent plus la légitimité du régime macronien et haïssent ses valets.

En Martinique, même intolérable imposture et c’est pourquoi des collectifs de défense des populations se sont constitués. Contre un pouvoir qui a dépassé toutes les limites. Pour faire peur aux métropolitains et les pousser à se faire « vacciner », comme si Pfizer et AstraZeneca étaient des vaccins, on a raconté que les rues de Martinique sont jonchées de cadavres et que l’épidémie y est considérable. Aussi faux que les propos du préfet Rochatte et de la directrice Denux.

À grands renforts de la presse mainstream qui n’est plus ni lue ni écoutée, s’en plaint, et ne tire ses revenus que des généreux subsides de l’État – payés par NOS sous sans notre accord – on a mis sur pied l’envoi de soignants métropolitains en Martinique. Les faits ont été dénoncés par le député martiniquais Jean-Philippe Nilor ainsi que par les collectifs de Martiniquais en colère.

La situation est la suivante. Voici les étapes du Grand-Guignol :

1- Guadeloupéens et Martiniquais, peut-être moins naïfs que les métropolitains – du moins ceux qui se sont fait piquer – refusent en masse de se faire injecter le poison Pfizer/Astra, ce qui agace les capricieux du gouvernement qui se sont engagés auprès des labos à écouler leur marchandise avariée.

2- On met en scène des annonces « graves et catastrophiques » en annonçant l’envoi d’équipes soignantes.

3- Aussitôt les soignants martiniquais installés en métropole se portent volontaires, ce qui est normal. Mais tous, sans exception, sont refusés. Pourquoi ? Eh bien, selon les collectifs de défense des populations, parce que ceux qui sont envoyés, tous des métropolitains piquouzés arrivés sans le moindre matériel (!) doivent remplacer les soignants martiniquais qui refusent les ordres gouvernementaux.

4- Cependant, puisqu’il n’y a pas de monceaux de cadavres, puisque la Martinique était au 7 août dernier la 17e région sur 18 en termes de mortalité Covid, c’est-à-dire l’avant-dernière, autrement dit le Covid y est quasiment absent,  il faut pour les pouvoir publics créer une situation catastrophique en ne soignant pas les malades. La gendarmerie qui, décidément, n’est pas du côté du peuple, a été envoyée par l’ARS sur ordre gouvernemental pour rafler dans TOUTES les pharmacies les stocks d’Ivermectine, d’azithomycine et d’oxygène liquide (ces derniers représentaient 5 ans de stock ! ), pour les entreposer sous bonne garde au niveau moins 1 du CHU de Fort-de- France.

5- les cadavres ne s’amoncelant cependant pas, on  profite de la grave épidémie de dengue qui touche en ce moment la Martinique pour déclarer que les morts issus de cette maladie sont décédés du Covid.

6- Mais comme cela ne suffit toujours pas pour accréditer la thèse d’une effroyable épidémie, on compte les mêmes morts chaque jour. Ainsi certains seraient morts 4 ou 5 fois.

C’est du Grand-Guignol. Et comme l’a dit le député Jean-Philippe Nilor dans une vidéo postée sur Facebook :  « Au lendemain de la visite éclair de deux ministres, il y a de quoi être interpellé. De toute évidence ces ministres ne sont pas venus pour voir, pour comprendre, pour écouter… mais pour nous asséner un discours bien rodé, bien préparé depuis Paris. […]  Le ministre de la Santé va plus loin contre les élus qui ne relaieraient pas clairement le discours pro-vaccination forcée et ces élus seraient tenus responsables de la situation. Mais qui est responsable de la gestion des hôpitaux ? […] Pourquoi aujourd’hui, en Martinique et en Guadeloupe, nous nous retrouvons en rupture de stock d’Ivermectine ? Et plutôt que de réapprovisionner les pharmacies en Ivermectine ou autres médicaments alternatifs, on envoie deux cents militaires, qui, comble du paradoxe, ne sont pas vaccinés. »

Il ne s’agit donc pas d’une action médicale mais d’une action politique sur fond de corruption et de commissions colossales.

Pour ceux que cela intéresse, il y a d’autres alternatives à l’Ivermectine comme me l’a confirmé mon pharmacien : en homéopathie, l’équivalent de l’Ivermectine est le 4 granules de China Rubra 9 CH trois fois par jour. Elle est pas belle la vie ?

Mais voici une autre nouvelle des plus intéressantes : aucun des 4 labos de vaccins à ARN n’a renouvelé sa demande d’AMM conditionnelle qui devait être faite à 6 mois. DONC LES « VACCINS » PFIZER ET ASTRA N’ONT PLUS D’AMM : ILS NE PEUVENT DONC ÊTRE IMPOSÉS comme l’a fait remarquer Me Emmanuel Ludot, avocat contentieux au barreau de Reims.

Conclusion, continuons à lutter et soutenons nos camarades citoyens des Antilles.

Paul Chalon




Dépopulation : dès 2013, ils évoquaient une pandémie et une vaccination

En 2013 j’étais tombé par hasard sur une vidéo Dailymotion : une enquête menée par Jessie Ventura, 38ème gouverneur du Minnesota. Ce que montrait cette enquête était trop gros pour que je puisse y adhérer à l’époque. Pourtant Ventura annonçait il y a 8 ans la pandémie covid et les la pseudo vaccination qu’on veut nous imposer !!!!!    Et cela fait froid dans le dos.

https://www.dailymotion.com/video/x50k7cq

https://www.dailymotion.com/video/x50k7cq

Jessie Ventura, ancien membre des unités d’élite de l’US Navy, professeur à la John F. Kennedy University d’Harvard, est un homme solide. Il nous expose sa longue enquête sur le Bilderberg, dont aujourd’hui nul ne songerait à contester l’existence. Une société dont l’objectif clairement affirmé est de contrôler toutes les ressources de la planète, qui s’est réunie la première fois en 1954. Ses participants sont les « élites » du monde, parmi lesquelles des souverains, des membres des institutions européennes, des grandes banques (BCE, FMI, réserve fédérale), des plus grosses sociétés du monde, des médias officiels (Washington Post, New York Times, Time Magazine, Newsweek, Wallstreet Journal …) , des ministères dans le monde. Il n’y a pas de hiérarchie entre eux, c’est une sorte de gouvernance.

Ventura interroge Daniel Estulin, un journaliste indépendant spécialiste du Groupe Bilderberg, qu’il qualifie de « maîtres du monde ». Il a passé plusieurs années a enquêter dessus. Il révèle qu’ils veulent la maitrise de l’air, du soleil, des biens, des terres, des populations, de tout ce qui se trouve sur cette planète. Ainsi se sont-ils entendus sur la date de l’invasion de l’Irak, prétendant faussement pour justifier cette ingérence que Saddam Hussein avait amoncelé des armes de destruction massive.

(note de l’auteur de cet article : J’ajoute personnellement que c’est également eux qui ont renversé le gouvernant de la Lybie, Khadafi, encore sous des réflexes fallacieux, détruisant totalement ce pays et le réduisant à la misère, alors que la Lybie était à l’époque un pays laique – ce qui est exceptionnel dans les Etats arabes – agréable à vivre, disposant de structures modernes, d’universités, avec un PIB par habitant confortable. Car Khadafi voulait mettre fin dans les pays du Golfe et ailleurs au sacré saint pétrodollar. On l’aura compris, le groupe Bilderberg mène une politique favorable aux intérêts des grands groupes mondialistes.)

C’est ce groupe qui décidé des prix du pétrole à l’origine de la crise économique mondiale, et qui a investi la candidature présidentielle d’Obama, Pour réaliser leur gouvernement mondial, Ils veulent créer un gouvernement mondial, ils visent la destruction de la souveraineté des Etats, mais aussi la dépopulation car des peuples trop nombreux sont pour eux ingérables. Et là nous atteignons quelque chose de gravissime car en conséquence ils envisagent d’en éliminer une partie. Le but du Bilderberg, nous dit Estulin : faire un seul pays dans le monde, avec une constitution mondiale, et pour cela annihiler les cultures nationales.

D’autres enquêteurs confirment ces visées. Entre Jon Ronson, journaliste de The Guardian, de la chaine Channel 4 et de  la BBC, et Jim Tucker, journaliste d’investigation qui a réuni de nombreux documents sur leurs activités grâce aux personnels travaillant dans les salles réunion qui lui ont ramené le contenu des poubelles

Ventura a interrogé Lord Denis Healey, membre du Bilderberg, qui reconnait que « ce n’est pas totalement faux » de dire qu’ils veulent un gouvernement unique ! C’est énorme !!!

Le journaliste canadien, Alex Jones, animateur de radio et réalisateur que les valets du pouvoir mondial traitent de complotiste, ce qui est pratique pour salir ceux qui en savent trop, compare leurs renions à celles de la Mafia.  Il précise qu’ils veulent exterminer 80% de la population mondiale et ne s’en cachent même pas, les gens étant trop bêtes pour y croire.  

Avant de continuer à explorer l’enquête de Ventura, nous dévons expliquer à quel point l’augmentation de la population mondiale est une des préoccupations majeures de l’ONU, et de sa section OMS. La question qui se pose est de savoir si la croissance mondiale va s’arrêter d’ici 2050.  Et si oui par un processus naturel ou par la limitation des ressources naturelles et la pollution ? La population des pays développés a vu ses taux de natalité baisser drastiquement tandis que ceux des pays émergents se révèlent problématiques. La fécondité par femme représente 1,61 enfant en Europe, mais  2,15 en Asie et 4,72 en Afrique. Et on envisage d’ici 2050 une population mondiale comprise entre 9,5 et 11 milliards d’individus, que notre planète ne pourra nourrir. Mais pourquoi s’en prendre aux pays développés ?  Eh bien parce qu’ils sont les plus grands consommateurs de ressources agricoles et énergétiques et les plus grands pollueurs. On court donc à une catastrophe humanitaire. Mais est-ce une raison pour assassiner sans états d’âme des milliards d’hommes qui n’ont pas demandé à naitre ? C’est pourtant le parti qu’ont adopté les Bilderbergers.

Jones explique que pour amener la population mondiale à niveau « gérable », ils ont deux options. La première, qualifiée de « manière douce », consiste à empoisonner les populations. La seconde, la manière violente, donne lieu à des guerres. Mais dans les deux cas il s’agit, selon leurs propres mots, de « tailler dans la masse ». Et Jones d’émettre l’opinion qu’ils pourraient non seulement empoisonner les réserves alimentaires de la planète – nous verrons plus bas que cela n’est plus une simple hypothèse – MAIS PAR L’UTILISATION DE MEDICAMENTS ! Et je vous fais remarquer que cette interview date de 2013. Ils ont donc eu le temps de mettre au point leurs méthodes de mort. On touche ici au fond du problème.

David Icke, journaliste sportif à la BBC et membre du Parti vert britannique. qui enquête lui aussi depuis des décennies sur les maitres du monde, parle d’un complot meurtrier à visée internationale. « Ça fait longtemps qu’ils y pensent. Qu’ils contrôlent les médias, la politique, les labos pharmaceutiques (comprenez que cette vidéo date de 2013), les partis politiques à la tête des gouvernements, les lobbies ( à ce sujet, j’aimerais rappeler que les lobbyistes ont des bureaux dans les locaux de l’assemblée nationale et du Sénat et leurs entrées libres … afin d’acheter nos députés et sénateurs ou faire pression sur eux),  …. mais Il y a une chose qu’ils ne maitrisent pas, c’est le nombre, nous dit-il. Ils veulent drastiquement réduire la population mondiale car ils ne peuvent gérer une telle masse humaine. SUR LE MODE OPERATOIRE, ILS VEULENT ATTAQUER LE SYSTEME IMMUNITAIRE DE L’HOMME, ILS MENENT LA GUERRE AUX DEFENSES DE L’ORGANISME A TRAVERS LES ADDITIFS ALIMENTAIRES, LEUR COMPOSITION AFFAIBLIT LE SYSTEME IMMUNITAIRE »    !!!!!!!!! 

Le Dr Stanley Monteith, une sommité dans le monde de l’agro alimentaire, nous confirme que les produits injectés dans l’agriculture sont toxiques. L’aspartam par exemple, composé chimique qui combine l’acide aspartique à la phénylalamine et produit en se décomposant elle du méthanol, qui provoque des troubles mentaux et impacte sérieusement tous les organes. Tout le monde le sait, or on en retrouve dans la plupart des plats préparés. Et jusque dans les aliments pour bébés. Quant à nos eaux, elles sont traitées au fluor qui diminue la fertilité, et ils y ajoutent même de l’acide hydrofluorosilicique, un produit que l’on retrouve au sortir des cheminées des usines d’engrais, un acide extrêmement toxique. Mais les médias veulent ignorer les scientifiques car ils sont contrôlés par les Bilderbergers.  Mais il n’y a pas que le Bilderberg. Il y a quantité d’autres organisations dont la plupart des gens n’ont jamais entendu parler et  qui ont ce même point de vue mondialiste. Ils parlent d’autoriser 500 M de personnes à rester en vie. A Eberton en Géorgie se trouve un immense monument qu’on a baptisé le stonnehenge américain, ou le  Georgia Guidestones, 6 tables de granit contenant un message répété en 8 langues : « Punir l’humanité avec une nouvelle langue vivante. Et maintenir l’humanité en dessous 500 millions de personnes » . Le message effroyable est littéralement gravé dans la pierre.

Pour Alex Jones, qui le dit en 2013, « ON PARLE D’UN PROGRAMME QUI CONTRAINDRAIT LES GENS A SUIVRE UN TRAITEMENT MEDICAL. LES OBLIGER A SE FAIRE VACCINER. UNE SORTE DE DICTATURE MEDICALE QUI SERAIT MISE EN PLACE. DANS LE MONDE ENTIER. SOUS L’EGIDE DE L’ONU ET DE L’OMS. C’est le groupe Bilderberg qui est derrière tout ça. Ils veulent établir une dictature planétaire pour mettre en place leur programme de dépopulation. A travers le système de santé. Et c’est là qu’interviennent les vaccins car beaucoup d’entre eux ont des effets secondaires graves et c’est fait à dessein, ils tuent lentement et progressivement.

Le Dr Rima Laibow, une femme courageuse poursuivie par l’Etat américain en novembre 2020 (https://www.justice.gov/opa/press-release/file/1336991/download) pour avoir révélé, avec quelques autres personnalités médicales,  que le codex Alimentarius ne sert pas les intérêts des consommateurs mais plutôt ceux des grandes multinationales de l’industrie agroalimentaire, de la pharmacie, de la chimie ou de la biotechnologie,  a dû se réfugier au Panama par peur d’être assassinée. Ex médecin des pointures du gouvernement américain, elle déclare en 2013 :  « DANS UN AVENIR PROCHE, NOUS CONNAITRONS UNE VAGUE DE VACCINATIONS FORCEES, FALLACIEUSEMENT PRESENTEE COMME UNE VACCINATION VOLONTAIRE. L’OMS considère que la population mondiale est en excès de 90%, et  travaille depuis 1974 à l’élaboration de vaccins provoquant une stérilité définitive. Pour ne rien arranger nous savons que les vaccins illégalement approuvés par la FDA, l’autorité américaine des médicaments, contiennent une substance appelée squalène. Un composé organique utilisé pour les rendre plus immunogènes, et augmenter la réponse du système immunitaire. Si je vous injecte du squalène, votre système immunitaire s’attaquera à votre propre organisme. Et l’Etat américain a un autre tour dans son sac : provoquer une pandémie en utilisant le vaccin à vaporisation nasale, qui est un virus vivant atténué. Si je me fais vacciner je peux vous contaminer. Et tout votre entourage aussi.

L’Etat américain s’appuyant sur les déclarations qu’il a déjà faites annoncera la pandémie. Ils diront oh, mais on n’a pas assez de doses, il y a une pandémie, il faut ajouter du squalène, qu’on enverra aux centres de vaccination. Ce sera un holocauste. Un véritable génocide. Et les survivants seront infertiles. Ceux qui refuseront de se faire vacciner seront placés dans des sortes camps de concentration, désociabilisés. En 2003 je soignais une cheffe d’Etat dans un centre anti drogues,  elle m’a dit « le gd abattage va bientôt commencer. Les parasites,  Ces gens qui consomment nos ressources naturelles, vont bientôt être sacrifiés ».

Paul Chalon




La prison de Bentham ou l’homme devenu son propre bourreau

La soumission à l’autorité, même illégitime, est une constante des sociétés humaines… sauf qu’il existera toujours des esprits rebelles qui jamais, eux, ne se soumettront aux principes qui choquent leur conscience.

Pour comprendre ce qu’il se passe aujourd’hui avec les vaccinations obligatoires et les passes sanitaires, nous devons regarder les résultat des expériences de soumission, et parmi elles les plus célèbres : l’expérience de Milgram, l’expérience de Stanford et la prison de Bentham.

C’est par la connaissance de ces expériences que ceux qui se soumettent aux diktats de Macron et de ses ministres et obligés parviendront peut-être à s’affranchir des obligations qu’on leur impose, ou plus justement qu’on semble leur imposer, comme nous le verrons plus bas.

L’EXPERIENCE DU PSYCHOLOGUE MILGRAM est la plus connue et elle nous laisse pantois car elle montre comment certains deviennent des tortionnaires dans le seul objectif d’obéir aux ordres qu’ils réprouveraient en temps normal mais qui sont « venus d’en haut ».

L’expérience, menée en 1963, visait à évaluer le degré d’obéissance des individus à une autorité perçue comme légitime. Elle mettait en action trois personnages : le sujet qui était l’objet de l’étude et auquel on avait donné le nom de « professeur », l’élève et l’expérimentateur qui était censé représenter l’autorité et qui était affublé d’une blouse, ce qui  lui donnait l’air supérieur de celui qui contrôle.  Ces deux derniers personnages étaient des acteurs qui jouaient un rôle, ce que « le professeur » ignorait. Les trois rôles étaient soi-disant tirés au sort mais le résultat était truqué.  « L’élève », attaché à un siège et relié à des électrodes, devait retenir une liste de mots, puis le professeur l’interrogeait et lorsque l’élève échouait, « le professeur » – le sujet de l’expérimentation –  lui envoyait une décharge électrique – du moins le croyait-il. Plus il y avait de mauvaises réponses, plus les décharges étaient censées être fortes, et l’élève devait simuler la douleur. Pour 75 volts, un gémissement. Pour 120 il protestait disant à l’expérimentateur qu’il souffrait. Puis selon les décharges il y avait les hurlements, de plus en plus forts et la demande d’arrêter.

Devant les souffrances qu’il pensait infliger, « le professeur » hésitait mais l’expérimentateur lui demandait de continuer puisqu’il s’était engagé à faire l’expérience. Et, ce qui est effroyable, c’est que la plupart des « professeurs » continuaient sous la pression de l’expérimentateur, car celui-ci était l’autorité.

N’est-ce pas insupportable de constater que les professeurs, les sujets de l’expérience, se transforment en tortionnaires afin d’obéir à celui qu’ils prenaient pour l’autorité ? Qu’ils se transforment en tortionnaires contre  un malheureux qui hurlait d’arrêter l’expérience ? Qu’ils prennent le risque de tuer « les élèves » en leur infligeant des électrochocs de 450 volts ? Bref qu’ils aillent aussi loin ? N’est-ce pas terriblement inquiétant ? 62% des « professeurs » allèrent jusqu’au bout de l’expérience ! Deux sur trois. C’est énorme. L’autre tiers refusa de poursuivre, à des stades différents de l’expérience, et il semble que 15% seulement s’y refusèrent dès la première ou la seconde décharge. Ceux là sont les rebelles. Et dans toute population il y a des rebelles, des esprits libres qui agissent selon leur conscience. C’est parmi eux que durant la seconde guerre mondiale les résistants apparurent. Les autres, les conformistes, s’étaient soumis à ce qu’ils croyaient être l’autorité. C’est chez eux que se trouvent les collabos.

L’EXPERIENCE DE STANFORD  démontre également la soumission à l’autorité. Des étudiants en psychologie de l’université de Stanford avaient joué au prisonnier et au maton, et les rôles avaient été véritablement tirés au sort. Au début tous riaient, les prisonniers avaient été enfermés dans leurs chambres, mais bientôt le « costume » que les uns et les autres avaient enfilé déteignirent sur leur mental : les gardiens devinrent de plus en plus brutaux, maltraitant les prisonniers, et ces derniers se recroquevillèrent sur eux-mêmes, baissant la tête devant les brimades. Au bout de 6 jours la situation était devenue telle que l’expérience fut prématurément arrêtée. Ainsi dans cette autre expérience les étudiants jouant les prisonniers s’étaient soumis aux gardiens, parce que ceux-ci, même dans un  jeu, représentaient l’autorité. Et sur les 50 participants à l’expérience, seul UN SEUL se révolta et fut à l’origine de l’arrêt de l’expérience. Il était le rebelle.

LA PRISON DE BENTHAM

Il s’agit cette fois-ci d’une expérience qui fut menée en 1791, lorsque le philosophe Bentham proposa une alternative au bagne dans les colonies. Dans une prison ronde organisée en galeries sur plusieurs étages autour d’une cour ronde dans laquelle sont censés demeurer les gardiens, seuls les gardiens ont la possibilité de voir les prisonniers. Mais ces derniers, eux, ne peuvent voir personne. Pourtant il n’existe dans cette prison aucun gardien  installé dans la tour centrale de surveillance. Toute l’affaire tient dans la croyance des prisonniers en cette surveillance permanente. C’est cette croyance qui fait qu’ils se soumettent au système et ne songent guère à se révolter.

EH BIEN C’EST CE QU’IL SE PASSE AUJOURD’HUI. Les gens faibles se croient observés à chaque instant alors que l’Etat ne dispose d’aucun moyen pour ce faire. Aucun.  Mais ils se soumettent à l’autorité qu’ils vouent en Macron qui, pourtant, a perdu toute légitimité. Qu’importe, un certain nombre d’entre eux agissent en collabos. Ils n’ont pas compris que grâce aux autres, les résistants, Macron et ses ministres sont en train de reculer. Désormais il n’est plus nécessaire de se faire vacciner pour disposer du passe sanitaire, il suffit d’utiliser les autotests ! Vraiment quelle reculade. Cela ne convient cependant pas aux résistants qui sont au moins 50% de la population, ce qui est particulièrement énorme, loin des moins de 15% que l’on trouve généralement dans les expériences de soumission ,qui  veulent mettre fin au passe sanitaire. Et ils y réussiront. Car la France n’est qu’une prison de Bentham.

Paul Chalon