1

La nouvelle lutte des classes : prolétariat contre islam, colonisés contre colonisateurs

Le populisme de gauche est en pleine maturation vers le « poujadisme communautaire islamophile » et oeuvrera de plus en plus pour la défense exclusive des intérêts des communautés issues de cette diversité importée, synonyme de manne électorable non négligeable à moyen et long termes, et ce évidemment, au dépens des citoyens de souche, nouvelle forme de prolétariat idéologique et victimes de la dictature de la bien-pensance et du joug du politiquement correct.

Ce nouveau prolétariat idéologique trouvera de plus en plus sa défense dans les partis nationalistes, identitaires qualifiés de nos jours du doux sobriquet d' »extrêmes »..

De plus, l’outil de propagande de cette gauche collabo a sciemment toujours eu une profonde altération du sens de la réalité voire même un déni profond de celle-ci et ces apparatchiks de la police de la pensée unique osent systématiquement affirmer d’un ton péremptoire et convaincu à peu près n’importe quelle ineptie surtout quand celle-ci est ostensiblement démentie par le réel.

L’islam est une idéologie mortifère et conquérante. Réalité.

L’islam n’est pas synonyme de paix mais de soumission. Réalité.

L’islam est la seule « religion » qui  applique actuellement les recours à la violence inscrits dans ses dogmes fondateurs. Réalité.

L’immigration musulmane et le remplacement de population qui en découle sont une catastrophe pour les citoyens de souche. Réalité.

Le changement démographique en faveur de la communauté musulmane dans certaines régions coincident intimement avec des zones de non droit. Réalité.

La diversité issue de l’idéologie d’amour et de paix n’est pas une richesse mais un nivellement vers le bas de nos acquis culturels et sociaux. Réalité.

Le dialogue démocratique avec l’islam est synonyme d’accomodements raisonnables et de capitulations face à ses revendications illégitimes. Réalité.

L’islamo-populisme de gauche est destructeur et source inévitable de futurs conflits. Réalité.

La gauche « moralisatrice » et « multiculturelle » est synonyme de domination d’un système totalitaire de la pensée unique et d’un appauvrissement collectif. Réalité.

Les collabos de gauche et de pseudo-droite auront des comptes à rendre à leurs concitoyens. Réalité?

Une nouvelle lutte des classe se profile ainsi à l’horizon : la classe des colonisateurs et celle des colonisés et l’histoire nous a bien montré que cette lutte a rarement débouché sur une issue pacifique.

Pierre Mylestin




Les jeunes délinquants issus de la « diversité » ont compris que désormais tout leur était permis

Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent que leurs exactions demeureront impunies.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent qu’ils seront libérés après leur inculpation et qu’ils n’accompliront jamais leur peine.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent que les associations subsidiées de la bien-pensance existent dans l’unique but de les défendre exclusivement.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent qu’ils sont soutenus par une caste politico-médiatique islamophile.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent que nos lois permissives leurs sont favorables.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent que les autorités publiques et juridiques les craignent.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent que les collabos et les traîtres qui trônent dans nos gouvernements servent éhontément la cause de la communauté sectaire dont ils sont issus.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent qu’ils peuvent manifester librement et impunément leur haine de notre culture et notre morale.
Les jeunes délinquants issus de la « diversité » savent que la majorité des citoyens de souche s’en foutent.

Il est étonnant que le milieu familial ascendant de jeunes issus d’une « certaine diversité » ne leur inculquent pas la reconnaissance envers le pays qui les a accueillis à l’instar d’autres diversités qui se sont, elles, parfaitement assimilées.

En résumé, les islamistes savent qu’ils sont en pays conquis et qu’ils vivent déjà au milieu des dhimmis.

Pierre Mylestin




A quand un musulthon ?

Nous attendons avec impatience que nos chaînes publiques daignent, par souci d’équité et surtout de probité journalistique, de nous proposer une série sur l’histoire merveilleuse du prophète de la religion d’amour et de paix, en n’occultant aucune vérité sur sa riche contribution à l’humanité, et ce en se basant ni plus ni moins que sur les textes de la Sunna, afin de respecter scrupuleusement la vérité historique de ce noble personnage.

On pourrait également proposer un Musulthon.

En effet, afin de subsidier l’exécutif des musulmans de France, organe représentatif de notre richesse multiculturelle importée, on pourrait envisager l’organisation d’une soirée spéciale Musulthon sur les chaïnes de notre Aljazzira nationale, France Télévision pour une collecte de dons.

Soirée Musulthon qui serait animée par notre pétillant Pujadas, l’exotique Debbouze et parrainée par la pétillante Yamina Benguigui.
On y verrait notamment des personnalités politiques patriotiques notoires comme Martine Brochen, Harlem Désir et cerise sur le loukoum la ministre Taubira en personne pour ainsi égayer la soirée et stimuler les dons en tout genre (dirham, dinar et surtout riyal acceptés).

Il y aurait également un défilé de mode en burka, des recettes de cuisine halal, des expériences ludiques de laboratoire multiculturel par le professseur Bernard Henry-Levy, auteur de « La philosophie pour les nuls », des documentaires sur le terrain de nos dynamiques djeunes issus de la diversité (principalement des documents de vidéosurveillance commentés en duplex par des représentants du MRAP et de SOS racisme), des visites guidées de colonies de vacances de style détention provisoire, des conseils pratiques pour égorger -rassurez-vous- un mouton de même que les modalités pratiques pour battre -et si le temps le permet, de lapider – une des ses femmes sans en mettre partout.

Pour clôturer cette soirée, une lecture interactive et objective de l’histoire de la religion de paix et d’amour sera proposée à partir de 21h00 (une fois que les enfants seront au lit pour cause de contenu à caractère explicitement sexuel et violent) suivie d’un débat thématique pacifique (pas l’océan mais plutôt l’ambiance sereine du débat sus-mentionné) sur les apports ostensibles de cette richesse sur notre civilisation, et sur d’autres civilisations dans l’histoire, décimées depuis lors par cette même richesse.

Une telle intitiative nous aiderait en outre, nous occidentaux mécréants, à mieux cerner voire comprendre ces douces populations importées beaucoup trop stigmatisées et qui ne cherchent en fait qu’à être appréciées à leur juste valeur.

Pierre Mylestin




Radicaux et modérés se partagent les rôles, mais mènent la même guerre : le djihad islamiste

Nous sommes en période de guerre.

Pourtant, c’est une guerre bien particulière qui nous est menée, sur plusieurs fronts et de manière insidieusement calculée. Etrangement, cette guerre n’est que rarement relayée par les organes traditionnels de propagande du politiquement correct et de manipulation culpabilisatrice des masses.

Cette guerre, nous allons la nommer : c’est ni plus ni moins le jihad islamique.

Face à ce jihad sur le sol européen, nous sommes face à une désespérante cécité des politiques, de la plupart des médias bienpensants, des « intellectuels » autoproclamés et des collabobos de gauche ou de pseudo-droite  ardents défenseurs du multiculturalisme béat.

Ce jihad mené contre notre civilisation sur notre propre terre ne se décline pas uniquement sous forme de fanatiques barbus vociférant contre les mécréants occidentaux que nous sommes. Il existe un jihad bien plus fourbe et probablement bien plus efficace qui se base sur une transformation socio-culturelle lente mais inexorable de notre mode de vie occidental.

Ce jihad non violent mais néanmoins bien dangereux est autant efficace que sa variante terroriste -qui n’est que l’expression la plus violente de la pression islamique- car il utilise un arsenal de méthodes de coercition « pacifiques » à tous les degrés imaginables de notre structure sociétale.

Pour citer quelques exemples, en commençant par le plus banal comme « le menu de substitution » dans les cantines scolaires, qui instaure déjà de fait « l’apartheid alimentaire », la nourriture Hallal imposée dans les fastfood, vêtements spécifiques sur les lieux publics, construction de mosquées-cathédrales , de piscines pour les femmes ou d’horaires décalés, incidents dans les hôpitaux pour que les femmes soient soignées par des femmes, émissions de télévisions pour fêter le Ramadan …

En vérité, les terroristes (« les islamistes ») et les non-terroristes (« les musulmans modérés ») jouent la même pièce de théâtre, dont la fin est patiemment programmée, en se partageant les rôles et un fine, le butin.

Pierre Mylestin




La déchéance de nos sociétés, face à l’islam, sera plus rapide que celle de l’empire romain

L’Islam, n’en déplaise aux intégristes de la pensée unique n’est pas une religion comme les autres. Un parti islamique n’en déplaise aux ayatollahs du politiquement correct n’est pas un parti comme les autres. L’idéologie islamique a un but ultime, une fin en soi : celle d’instaurer une théocratie, une oumma qui recouvrira de son voile de plomb les deux berges du bassin méditerranéen.

Nos gouvernements européens courtisés par des élites béates aux principes philosophiques autant obscurs que simplistes ont aidé à la réalisation partielle de ce triste dessein au sud de la Méditerranée, berceau de notre civilisation occidentale, et se sont rendus complices sinon coupables pour l’Histoire du passage d’une dictature à l’obscurantisme islamique irréversible.

Ces mêmes élites autoproclamées mues d’une insondable bêtise essaient consciemment ou inconsciemment d’imposer ce triste état des choses au nord et accumulent en conséquence les ingrédients d’une situation explosive à moyen terme en Europe, fomentée par les tensions futures qui  surgiront entre le nord et le sud du bassin méditerranéen.

Notre civilisation occidentale est confrontée à deux types de jihad islamique : le jihad guerrier du sud de la Méditerranée et le jihad sociétal, économique et culturel, actuellement relativement pacifique mais faussement pacifiste, qui est en train de se tramer ostensiblement avec l’aide de nos collabobos islamophiles dans notre vieille Europe historiquement démente, culturellement déracinée et spirituellement exsangue.

Je prends pour exemple d’actualité, la polémique sur la viande halal soulevée à raison par Marine Le Pen à l’occasion des élections présidentielles en France. L’implémentation systématique de l’abattage selon les dogmes islamiques sous prétexte d’une flambée incontrôlable des prix de la viande dans le cas de l’abattage conventionnel après étourdissement, n’est plus ni moins qu’un exemple parmi tant d’autres de l’islamisation passive subie, et de son acceptation tacite sous couvert d’argumentaires économiques.

Cette rhétorique n’est pas sans rappeler le mécanisme de conversion des vaincus à l’idéologie islamique qui était dans sa grande majorité nullement motivée par une conviction personnelle et pieuse, en dépit du bon sens de tout être humain normalement cérébré souhaitant embrasser une telle idéologie.

Les conversions à cette entreprise sectaire étaient souvent mais de manière non exclusive réalisées par le biais du sabre et des razzias opérées du temps du prophète et surtout plus tard après sa mort. Mais il est un fait historique qu’une proportion significative des conversions l’a été pour des raisons purement économiques afin de fuir la djizya, l’impôt imposé par l’envahisseur arabe. Consentir à consommer halal, à retirer nos signes cultuels d’appartenance chrétienne, à adapter les tenues vestimentaires de nos femmes en fonction de la population de certains quartiers etc etc, est-ce cela la nouvelle djizya des occidentaux ?

Il aura fallu deux siècles à l’empire romain pour choir, mais la déchéance de nos sociétés contemporaines spirituellement démunies face à cette islamisation par défaut – économique, éducative, sociale, culturelle, démographique… – et  qui se sont laissées envahir par une idéologie fourbe, conquérante et irrespectueuse de notre identité, sera bien plus rapide.

Notre seul espoir de pouvoir contrer cette invasion musulmane est d’oser affirmer sans ambiguïté notre identité et clamer haut et fort nos fondements communs profondément inspirés du christianisme. Car le bilan de notre laïcisation qui n’a pas su se fédérer face à l’envahisseur et aux pièges de ses contradictions n’est pas difficile à faire. Elle a eu comme conséquence notre transformation en dhimmis involontaires et à permettre subrepticement à l’islam de nous dominer, jusqu’au point où une remise en cause de cet état de fait s’avérerait trop coûteuse.

Pierre Mylestin