1

Sans indignation, il n'y a pas de résistance, sans résistance, il n'y a que des dictatures

Quand un président de la République propose de faire financer la construction de mosquées au mépris de la loi de 1905, je m’indigne.
Quand j’entends dans les citées, des jeunes issues de la diversité, abreuvés de haine crachant leur anti-sémitisme ou leur racisme anti-« céfran » en me traitant de « souchien » ou « sous-chien », je m’indigne.
Quand 95% des décisions des Juges aux Affaires Familiales envoie les enfants vivre avec leur mère au mépris du père, je m’indigne.
Quand il faut attendre janvier 2010 pour qu’une loi interdise la violence psychologique et le harcèlement moral, je m’indigne.
Quand un Ministre cède un terrain 10 fois en dessous de son prix, je m’indigne.
Quand un autre achète pour des millions un inutile vaccin qui profite aux groupes pharmaceutiques, je m’indigne.
Quand le maire d’Ivry-sur-Seine cède un terrain communal à une communauté musulmane sous couvert d’un bail emphytéotique pour s’affranchir de la loi de 1905, je m’indigne.
Quand un homme rabaisse une femme en lui faisant porter un voile pour cacher ses cheveux, je m’indigne.
Quand des associations prétendant combattre le racisme se positionne pour rétablir le délit de blasphème, je m’indigne.
Quand Christian Vanneste propose une loi à l’Assemblée Nationale pour légaliser la discrimination des homosexuel(les) en argumentant que le Lévitique déclare que c’est une abomination, je m’indigne.
Quand Richard Dell’Agnola, député-maire de Thiais propose en 2004 de rétablir la peine de mort en France et que 52 députés UMP lui emboite le pas, je m’indigne (tout comme Jacques Chirac qui fit entrer l’abolition dans la Constution à cette occasion).
Chaque fois qu’un élu, qu’un citoyen, crache sur la Liberté, sur l’Egalité et la Fraternité, il y a une raison de s’indigner.
Les valeurs morales pronées par les Bible, Coran, Talmud, Torah, et autres oeuvres intellectuelles ne sont pas nées sous la plume d’un auteur réellement motivé par le Vivre Ensemble.
La vision dogmatique d’un seul être (souvent un homme, rarement une femme) ne saurait être imposée au plus grand nombre sur la seule base que sa doctrine aurait une valeur supérieure aux doctrines des autres.
Il n’y a qu’une seule vérité : nous devons avoir une liberté absolue de conscience.
Toutes entraves imposées à ma pensée par un autre ne saurait être une loi morale digne d’intégrer le corpus des Lois de la République.
Seule la Raison est commune à tous : appuyons-nous sur Elle et non sur une hypothétique entité qui serait au Ciel … ou sous la Terre !
Merci à Monsieur Hessel qui est allé à l’essentiel.
Sans indignation, il n’y a pas de Résistance. Sans Résistance, il n’y a que des dictatures.
Raoul Andresy
Franc-Maçon du GODF




Sans indignation, il n’y a pas de résistance, sans résistance, il n’y a que des dictatures

Quand un président de la République propose de faire financer la construction de mosquées au mépris de la loi de 1905, je m’indigne.

Quand j’entends dans les citées, des jeunes issues de la diversité, abreuvés de haine crachant leur anti-sémitisme ou leur racisme anti-« céfran » en me traitant de « souchien » ou « sous-chien », je m’indigne.

Quand 95% des décisions des Juges aux Affaires Familiales envoie les enfants vivre avec leur mère au mépris du père, je m’indigne.

Quand il faut attendre janvier 2010 pour qu’une loi interdise la violence psychologique et le harcèlement moral, je m’indigne.

Quand un Ministre cède un terrain 10 fois en dessous de son prix, je m’indigne.
Quand un autre achète pour des millions un inutile vaccin qui profite aux groupes pharmaceutiques, je m’indigne.

Quand le maire d’Ivry-sur-Seine cède un terrain communal à une communauté musulmane sous couvert d’un bail emphytéotique pour s’affranchir de la loi de 1905, je m’indigne.

Quand un homme rabaisse une femme en lui faisant porter un voile pour cacher ses cheveux, je m’indigne.

Quand des associations prétendant combattre le racisme se positionne pour rétablir le délit de blasphème, je m’indigne.

Quand Christian Vanneste propose une loi à l’Assemblée Nationale pour légaliser la discrimination des homosexuel(les) en argumentant que le Lévitique déclare que c’est une abomination, je m’indigne.

Quand Richard Dell’Agnola, député-maire de Thiais propose en 2004 de rétablir la peine de mort en France et que 52 députés UMP lui emboite le pas, je m’indigne (tout comme Jacques Chirac qui fit entrer l’abolition dans la Constution à cette occasion).

Chaque fois qu’un élu, qu’un citoyen, crache sur la Liberté, sur l’Egalité et la Fraternité, il y a une raison de s’indigner.
Les valeurs morales pronées par les Bible, Coran, Talmud, Torah, et autres oeuvres intellectuelles ne sont pas nées sous la plume d’un auteur réellement motivé par le Vivre Ensemble.
La vision dogmatique d’un seul être (souvent un homme, rarement une femme) ne saurait être imposée au plus grand nombre sur la seule base que sa doctrine aurait une valeur supérieure aux doctrines des autres.

Il n’y a qu’une seule vérité : nous devons avoir une liberté absolue de conscience.
Toutes entraves imposées à ma pensée par un autre ne saurait être une loi morale digne d’intégrer le corpus des Lois de la République.
Seule la Raison est commune à tous : appuyons-nous sur Elle et non sur une hypothétique entité qui serait au Ciel … ou sous la Terre !

Merci à Monsieur Hessel qui est allé à l’essentiel.
Sans indignation, il n’y a pas de Résistance. Sans Résistance, il n’y a que des dictatures.

Raoul Andresy

Franc-Maçon du GODF




Occupation : Marine Le Pen a tort… mais l'UMPS n'est pas plus à la hauteur !

Lorsque Marine Le Pen compare les rues envahies par des prieurs musulmans à l’Occupation Allemande (avec ou sans majuscule à « occupation » l’allusion est toujours là), n’allez pas croire qu’elle défend la République : ce qu’elle affirme ne sert pas les intérêts des citoyens français qui en subissent les désagréments.
Et quand de Hamon à Copé, l’UMPS crie « bouh la vilaine raciste », elle ne pouvait pas trouver davantage d’idiots utiles à sa cause : les présidentielles de 2012.
Car enfin, ces prieurs musulmans sont français ! Ils doivent donc être traités en français et rien d’autre ! Et quand bien même certains d’entre eux seraient étrangers, ils restent soumis au droit français (du moment qu’ils y sont en situation régulière). Alors à moins de se rendre sur place et faire un contrôle d’identité scrupuleux … il est préférable de partir de l’hypothèse que le sol français, le droit français prime.
La comparaison avec l’Occupation Allemande des années 40 n’est là que pour assimiler « musulman = étranger » dans une équation aussi stupide qu’elle est incohérente : depuis quand appartenir à une religion et appartenir à une nation est-il la même chose ?
Mais puis-je en vouloir à l’extrême droite française d’être dans la continuité d’un discours qui n’a jamais changé depuis un siècle ? D’un Le Pen à l’autre, rien de nouveau sous le soleil de France et je constate que Marine Le Pen est tout aussi intelligente (et prudente !) dans son discours que l’était son père : tenir un propos raciste est un délit et elle le sait très bien. Il serait donc idiot (comme les pantins bobocrates de l’UMPS) de la traiter de raciste alors que techniquement ce qu’elle a dit ne relève pas d’un délit. Pas si bête la Marine !
J’en veux en revanche à tous ces élus de droite comme de gauche, infoutus de tenir un discours véritable à la hauteur des seuls faits. Et quels sont ces faits ?
Des français se rassemblent dans des rues pour prier. Ce rassemblement a-t-il été autorisé par la Préfecture ? Non. Gardons le silence : il est urgent de ne rien faire, et n’allons surtout pas froisser « une minorité ».
Même silence assourdissant du côté des mairies de Paris comme de Marseille où l’on vous ressort le même discours « de compréhension et de respect ». J’entends même qu’il faudrait « permettre à ces gens de prier dans la dignité » et se presser de mettre la main au porte-monnaie du Trésor Public !
Peu importe que d’autres français ne puissent plus circuler librement dans certaines rues.
Peu importe que d’autres français soient dérangés par des tapages diurnes hebdomadaires.
Et que dire des conditions de sécurité ? Il suffit que les freins d’un camion lâchent, d’un verre de trop au volant ? D’un incendie que sais-je ? D’un acte de haine idiot ?
Aussi lorsqu’un maire ou un préfet n’agit pas selon nos lois faut-il se poser la question de savoir pourquoi : peut-être pour caresser dans le sens du poil un électorat ? Ou peut-être parce qu’il considère que les musulmans ainsi rassemblés sont des étrangers qu’il ne faut pas déranger … auquel cas notre fonctionnaire partagerait la même vision que Marine Le Pen (mais se défend à corps et à cris d’être raciste !).
N’est-ce pas du racisme que de prendre en compte ces considérations communautaristes en présupposant des « origines » qu’un prieur musulman pourrait avoir ?
Je me pose la question et je souhaite que chaque Hamon, Copé, Delanoë et tant d’autres se la posent … Racistes en silence ?
Il n’y a ni France d’en haut, ni France d’en bas, pas plus qu’être musulman implique une lignée avec un aïeul né dans le Maghreb, l’Arabie, le Pakistan, l’Inde ou l’Indonésie : cela fait déjà plusieurs siècles que l’Islam, le Christianisme et le Judaïsme se sont mondialisés !
« La France est une et indivisible » : cette affirmation constitutionnelle est bien plus que des mots, elle définit le principe fondamental qui détermine notre Nation.
Le triptyque « Liberté, Egalité, Fraternité » vient alors en corollaire de ce principe supérieur introduisant 3 valeurs, 3 symboles qui résument à eux seuls ce que être citoyen veut dire.
Et c’est en filigrane que ces trois piliers de la République s’appuient sur un socle : la laïcité.
Ce principe philosophique consiste à écarter les dogmes pour créer une Nation s’arc-boutant sur la Raison et non sur le droit divin ou des « lois métaphysiques ou morales » prétendument « naturelles ».
Une riposte laïque est donc nécessaire face à la montée des intégrismes qui sont aujourd’hui beaucoup trop écoutés des élus. Là est le problème. Il y aurait un ennemi appelé Islam ? N’est il pas plutôt en nous-mêmes cet ennemi à combattre ? N’est-il pas ce relâchement de nos politiques et de nos fonctionnaires enfoncés dans les pantoufles franchouillardes des adeptes de la sieste face aux idéologies fascistes et/ou religieuses ?
Depuis plusieurs dizaines d’années, des pans entiers de l’Instruction ont été abandonnés aux religions par des ministres sensés être garants du Pacte Républicain.
Aussi lorsqu’une brèche aussi béante est affichée par l’Etat, ne faut-il pas s’étonner que des groupes religieux en profitent pour monter au créneau dans la sphère publique, illégalement dans nos rues : ils savent déjà qu’ils ne seront pas sanctionnés, qu’ils vivent dans une institution qui ferme les yeux.
Ce peut être des musulmans rue Myrha à Paris, mais c’est aussi l’Eglise de Scientologie chaque semaine à l’entrée de la Gare Saint Lazare, ou des témoins de Jéhovah qui vous garde une tour, des catholiques intégristes place Notre-Dame à Paris … ou un élu qui dresse une statue d’un pape au frais de sa commune en Bretagne.
Vous allez me dire « mais cher monsieur Itié, et la Liberté d’expression ? ». Il est vrai qu’une manifestation sur la voie publique est un témoignage de la capacité à s’exprimer : une interdiction reviendrait alors à transformer notre République en une forme totalitaire qui n’est pas acceptable.
Mais c’est oublier qu’une manifestation sur la voie publique doit faire l’objet d’une déclaration préalable en Préfecture pour être licite. Avec le temps, nos fonctionnaires et élus ont pris l’habitude d’une forme de bienveillance en laissant des manifestations spontanées se dérouler, chose que je peux comprendre dès lors que les dites manifestations sont ponctuelles.
Ainsi, nos charmants catholiques intégristes se réunissent chaque 31 octobre en scandant « Holly win » (La Bible vaincra) pour dénoncer la fête celte de Samin, la fête des morts, vieille de 4000 ans et que vous connaissez aujourd’hui sous le nom commercial d’Halloween.
La Préfecture fermera les yeux : cela se produit une fois par an.
En revanche, nos prieurs musulmans se réunissent et bloquent les rues tous les vendredis depuis maintenant plus d’un an. Et peu importe que les commerçants du quartier aient besoin de la voie publique pour ravitailler les stocks de leur magasin … il faut croire que la liberté de circuler (pourtant garantie aussi par les lois de la CE !) passe après la liberté de prier !
Mais là, nous touchons à un domaine de la délinquance très précis : la multi récidive.
Et celle-ci n’est toujours pas sanctionnée !
Nous ne sommes donc plus dans le même contexte d’une manifestation ponctuelle tolérée par les pouvoirs publics : il y a abus et les prieurs sont de faits des français (ou des étrangers selon ce que montrera leur carte d’identité s’ils en ont une) qui sont délinquants multi récidivistes.
Voici les faits « bruts de décoffrage ».
Alors, un Benoît Hamon peut toujours évoquer dans la presse que cette situation d’occupation des rues n’est plus acceptable et qu’il « faut trouver des solutions et un calendrier ». Je me marre !
La solution est toute trouvée : envoyer les forces de l’ordre pour rétablir la paix dans l’espace public. Quant à nos prieurs, il est tout aussi digne de prier chez soi.
Digne, gratuit et plus hygiénique que de s’agenouiller au milieu des excréments des chiens parisiens, au milieu de gaz d’échappement et sous la pluie.
Et s’ils souhaitent se réunir ? Qu’ils fassent comme le font de nombreux autres musulmans en France : qu’ils se cotisent pour faire construire leur mosquée.
Et enfin, si le principe laïc les emmerde, je les invite à renoncer à la nationalité française et aller vivre en Arabie Saoudite : là-bas, il n’y a aucune obligation républicaine … mais il n’y a pas la CAF, les Assedics ou le RSA non plus … en fait, il n’y a plus grand-chose en matière de liberté surtout si vous êtes une femme.
Il est tout de même curieux qu’il se trouve des français musulmans capables de financer eux-mêmes leurs édifices religieux et organisations (comme chez moi !) : c’est donc bien que c’est possible !
La majorité silencieuse des musulmans républicains français (pour certains patriotes d’ailleurs puisque militaire engagé en mission en Afghanistan !) ne revendique rien, n’est pas visible. Et pourvu qu’elle ose parfois s’exprimer (sait-on jamais que cela soit risqué ? y compris pour des imams susceptibles de se prendre une fatwa dans la gueule ?), cette majorité silencieuse dira à quel point l’islamisme est un danger pour les libertés individuelles. Les musulmans savent de quoi ils parlent : l’Islam radical n’a jamais créé de démocratie, que des dictatures.
J’invite donc tous les français sans distinction d’origine à ne pas faire d’amalgame comme Marine Le Pen : vous n’êtes envahi par aucun ennemi.
En revanche, devenez vigilant et faites pression sur vos élus : donner leur des coups de pied au cul estampillé « Laïcité ».
Car si vous ne le faites pas, demain vous ne pourrez peut-être plus garer votre voiture devant chez vous.
Raoul Andresy




Occupation : Marine Le Pen a tort… mais l’UMPS n’est pas plus à la hauteur !

Lorsque Marine Le Pen compare les rues envahies par des prieurs musulmans à l’Occupation Allemande (avec ou sans majuscule à « occupation » l’allusion est toujours là), n’allez pas croire qu’elle défend la République : ce qu’elle affirme ne sert pas les intérêts des citoyens français qui en subissent les désagréments.
Et quand de Hamon à Copé, l’UMPS crie « bouh la vilaine raciste », elle ne pouvait pas trouver davantage d’idiots utiles à sa cause : les présidentielles de 2012.

Car enfin, ces prieurs musulmans sont français ! Ils doivent donc être traités en français et rien d’autre ! Et quand bien même certains d’entre eux seraient étrangers, ils restent soumis au droit français (du moment qu’ils y sont en situation régulière). Alors à moins de se rendre sur place et faire un contrôle d’identité scrupuleux … il est préférable de partir de l’hypothèse que le sol français, le droit français prime.

La comparaison avec l’Occupation Allemande des années 40 n’est là que pour assimiler « musulman = étranger » dans une équation aussi stupide qu’elle est incohérente : depuis quand appartenir à une religion et appartenir à une nation est-il la même chose ?

Mais puis-je en vouloir à l’extrême droite française d’être dans la continuité d’un discours qui n’a jamais changé depuis un siècle ? D’un Le Pen à l’autre, rien de nouveau sous le soleil de France et je constate que Marine Le Pen est tout aussi intelligente (et prudente !) dans son discours que l’était son père : tenir un propos raciste est un délit et elle le sait très bien. Il serait donc idiot (comme les pantins bobocrates de l’UMPS) de la traiter de raciste alors que techniquement ce qu’elle a dit ne relève pas d’un délit. Pas si bête la Marine !

J’en veux en revanche à tous ces élus de droite comme de gauche, infoutus de tenir un discours véritable à la hauteur des seuls faits. Et quels sont ces faits ?
Des français se rassemblent dans des rues pour prier. Ce rassemblement a-t-il été autorisé par la Préfecture ? Non. Gardons le silence : il est urgent de ne rien faire, et n’allons surtout pas froisser « une minorité ».

Même silence assourdissant du côté des mairies de Paris comme de Marseille où l’on vous ressort le même discours « de compréhension et de respect ». J’entends même qu’il faudrait « permettre à ces gens de prier dans la dignité » et se presser de mettre la main au porte-monnaie du Trésor Public !

Peu importe que d’autres français ne puissent plus circuler librement dans certaines rues.
Peu importe que d’autres français soient dérangés par des tapages diurnes hebdomadaires.
Et que dire des conditions de sécurité ? Il suffit que les freins d’un camion lâchent, d’un verre de trop au volant ? D’un incendie que sais-je ? D’un acte de haine idiot ?

Aussi lorsqu’un maire ou un préfet n’agit pas selon nos lois faut-il se poser la question de savoir pourquoi : peut-être pour caresser dans le sens du poil un électorat ? Ou peut-être parce qu’il considère que les musulmans ainsi rassemblés sont des étrangers qu’il ne faut pas déranger … auquel cas notre fonctionnaire partagerait la même vision que Marine Le Pen (mais se défend à corps et à cris d’être raciste !).

N’est-ce pas du racisme que de prendre en compte ces considérations communautaristes en présupposant des « origines » qu’un prieur musulman pourrait avoir ?
Je me pose la question et je souhaite que chaque Hamon, Copé, Delanoë et tant d’autres se la posent … Racistes en silence ?

Il n’y a ni France d’en haut, ni France d’en bas, pas plus qu’être musulman implique une lignée avec un aïeul né dans le Maghreb, l’Arabie, le Pakistan, l’Inde ou l’Indonésie : cela fait déjà plusieurs siècles que l’Islam, le Christianisme et le Judaïsme se sont mondialisés !

« La France est une et indivisible » : cette affirmation constitutionnelle est bien plus que des mots, elle définit le principe fondamental qui détermine notre Nation.

Le triptyque « Liberté, Egalité, Fraternité » vient alors en corollaire de ce principe supérieur introduisant 3 valeurs, 3 symboles qui résument à eux seuls ce que être citoyen veut dire.
Et c’est en filigrane que ces trois piliers de la République s’appuient sur un socle : la laïcité.
Ce principe philosophique consiste à écarter les dogmes pour créer une Nation s’arc-boutant sur la Raison et non sur le droit divin ou des « lois métaphysiques ou morales » prétendument « naturelles ».

Une riposte laïque est donc nécessaire face à la montée des intégrismes qui sont aujourd’hui beaucoup trop écoutés des élus. Là est le problème. Il y aurait un ennemi appelé Islam ? N’est il pas plutôt en nous-mêmes cet ennemi à combattre ? N’est-il pas ce relâchement de nos politiques et de nos fonctionnaires enfoncés dans les pantoufles franchouillardes des adeptes de la sieste face aux idéologies fascistes et/ou religieuses ?

Depuis plusieurs dizaines d’années, des pans entiers de l’Instruction ont été abandonnés aux religions par des ministres sensés être garants du Pacte Républicain.

Aussi lorsqu’une brèche aussi béante est affichée par l’Etat, ne faut-il pas s’étonner que des groupes religieux en profitent pour monter au créneau dans la sphère publique, illégalement dans nos rues : ils savent déjà qu’ils ne seront pas sanctionnés, qu’ils vivent dans une institution qui ferme les yeux.

Ce peut être des musulmans rue Myrha à Paris, mais c’est aussi l’Eglise de Scientologie chaque semaine à l’entrée de la Gare Saint Lazare, ou des témoins de Jéhovah qui vous garde une tour, des catholiques intégristes place Notre-Dame à Paris … ou un élu qui dresse une statue d’un pape au frais de sa commune en Bretagne.

Vous allez me dire « mais cher monsieur Itié, et la Liberté d’expression ? ». Il est vrai qu’une manifestation sur la voie publique est un témoignage de la capacité à s’exprimer : une interdiction reviendrait alors à transformer notre République en une forme totalitaire qui n’est pas acceptable.

Mais c’est oublier qu’une manifestation sur la voie publique doit faire l’objet d’une déclaration préalable en Préfecture pour être licite. Avec le temps, nos fonctionnaires et élus ont pris l’habitude d’une forme de bienveillance en laissant des manifestations spontanées se dérouler, chose que je peux comprendre dès lors que les dites manifestations sont ponctuelles.

Ainsi, nos charmants catholiques intégristes se réunissent chaque 31 octobre en scandant « Holly win » (La Bible vaincra) pour dénoncer la fête celte de Samin, la fête des morts, vieille de 4000 ans et que vous connaissez aujourd’hui sous le nom commercial d’Halloween.
La Préfecture fermera les yeux : cela se produit une fois par an.

En revanche, nos prieurs musulmans se réunissent et bloquent les rues tous les vendredis depuis maintenant plus d’un an. Et peu importe que les commerçants du quartier aient besoin de la voie publique pour ravitailler les stocks de leur magasin … il faut croire que la liberté de circuler (pourtant garantie aussi par les lois de la CE !) passe après la liberté de prier !
Mais là, nous touchons à un domaine de la délinquance très précis : la multi récidive.
Et celle-ci n’est toujours pas sanctionnée !

Nous ne sommes donc plus dans le même contexte d’une manifestation ponctuelle tolérée par les pouvoirs publics : il y a abus et les prieurs sont de faits des français (ou des étrangers selon ce que montrera leur carte d’identité s’ils en ont une) qui sont délinquants multi récidivistes.
Voici les faits « bruts de décoffrage ».

Alors, un Benoît Hamon peut toujours évoquer dans la presse que cette situation d’occupation des rues n’est plus acceptable et qu’il « faut trouver des solutions et un calendrier ». Je me marre !
La solution est toute trouvée : envoyer les forces de l’ordre pour rétablir la paix dans l’espace public. Quant à nos prieurs, il est tout aussi digne de prier chez soi.

Digne, gratuit et plus hygiénique que de s’agenouiller au milieu des excréments des chiens parisiens, au milieu de gaz d’échappement et sous la pluie.
Et s’ils souhaitent se réunir ? Qu’ils fassent comme le font de nombreux autres musulmans en France : qu’ils se cotisent pour faire construire leur mosquée.

Et enfin, si le principe laïc les emmerde, je les invite à renoncer à la nationalité française et aller vivre en Arabie Saoudite : là-bas, il n’y a aucune obligation républicaine … mais il n’y a pas la CAF, les Assedics ou le RSA non plus … en fait, il n’y a plus grand-chose en matière de liberté surtout si vous êtes une femme.

Il est tout de même curieux qu’il se trouve des français musulmans capables de financer eux-mêmes leurs édifices religieux et organisations (comme chez moi !) : c’est donc bien que c’est possible !

La majorité silencieuse des musulmans républicains français (pour certains patriotes d’ailleurs puisque militaire engagé en mission en Afghanistan !) ne revendique rien, n’est pas visible. Et pourvu qu’elle ose parfois s’exprimer (sait-on jamais que cela soit risqué ? y compris pour des imams susceptibles de se prendre une fatwa dans la gueule ?), cette majorité silencieuse dira à quel point l’islamisme est un danger pour les libertés individuelles. Les musulmans savent de quoi ils parlent : l’Islam radical n’a jamais créé de démocratie, que des dictatures.

J’invite donc tous les français sans distinction d’origine à ne pas faire d’amalgame comme Marine Le Pen : vous n’êtes envahi par aucun ennemi.

En revanche, devenez vigilant et faites pression sur vos élus : donner leur des coups de pied au cul estampillé « Laïcité ».
Car si vous ne le faites pas, demain vous ne pourrez peut-être plus garer votre voiture devant chez vous.

Raoul Andresy




Je boycotte Quick depuis plus d'un mois, et de manière définitive

Lettre ouverte à madame Anne Gleizes, Directrice de Marketing du Groupe Quick

Madame, je tenais à vous informer que je boycotte depuis maintenant plus d’un mois, l’enseigne de votre entreprise, et cela de manière définitive.
N’étant pas homme à avoir sa plume dans la poche, je m’invite dans les colonnes de Riposte Laïque pour m’expliquer sur ce choix en toute clarté : Quick dépasse les bornes.
Une entreprise telle que la vôtre est implantée sur le sol français et à ce titre, est donc déclarée au Registre National du Commerce. Cette qualité confère donc aux établissements situés sur notre sol une obligation : vous soumettre à nos lois.
Mais elle confère également une autre qualité : c’est que les hommes et les femmes qui la composent sont avant toute chose, des citoyens français, salariés ou gérants, au service d’autres citoyens français dans la sphère publique.
C’est uniquement ce seul contexte démocratique qui fait que vous et l’ensemble du groupe Quick êtes libre d’exercer une activité économique sur notre territoire.
Vous seriez en Iran, vous n’auriez pas cette liberté. Vous n’auriez d’ailleurs plus droit à grand’chose d’une manière plus générale dans ce pays où la charria prévaut sur tout … d’autant plus que vous êtes une femme (paraît-il un être inférieur et impur dont les cheveux doivent être cachés aux yeux des hommes si j’en crois le Coran).
A ce titre, votre entreprise est donc redevable à l’État français : et oui, une personne morale a autant de devoirs citoyens que les citoyens qui la composent ont des devoirs envers lui !
Et quels sont ces devoirs ?
En premier lieu, Madame, la France est « une et indivisible » tant sur le plan de son intégrité géographique que du Peuple Français qui, ayant ainsi la nationalité française, embrasse la qualité de Citoyen non seulement à la naissance, mais également au cours du processus de naturalisation pour quiconque en fait la demande légalement.
Ceci signifie que Quick ne peut pas considérer que les lieux de son implantation tomberait sous sa souveraineté : locataire ou propriétaire, vous demeurez de manière inaliénable, sur le sol français, assujetti aux lois françaises.
Mais cela signifie aussi que vous ne pouvez en aucune manière faire de différence entre les citoyens français : vous avez un devoir du respect le plus strict d’appliquer l’Égalité Républicaine, et donc de reconnaître dans vos clients tout comme dans vos salariés, le Citoyen d’abord, en en aucun cas voir comme qualité première une appartenance religieuse, philosophique, idéologique ou communautaire quelle qu’elle soit, à commencer par la religion musulmane.
Citoyen par devoir, musulman optionnellement : tel sont vos clients sur notre sol.
En effet, l’appartenance à une religion est optionnelle. Tout comme être membre d’un parti politique ou d’un syndicat. Un musulman n’est rien de plus que le membre d’une association loi 1901 et le livre dans lequel il place sa foi, une œuvre intellectuelle.
Aussi, lorsque certains de vos établissements s’affichent en « toute nourriture est hallal, pas de porc servi dans cet établissement », vous ne respectez pas ce principe de citoyenneté.
Dois-je m’attendre demain à voir fleurir des Quick où l’on ne servirait que les membres de l’UMP ? Ou bien les anti-sarkosistes ? (vous feriez fortune sur ce créneau en ce moment : 70% des français sont concernés).
A moins peut-être que vous ne passiez un contrat avec la CGT pour ne servir que les syndicalistes rouges ?
Je ne sais pas quelle vision peut avoir une directrice de marketing dans votre situation, mais qu’en dit la Citoyenne ? N’avez-vous pas des devoirs envers l’État au même titre que vos clients ?
Que votre groupe cherche à faire des profits est tout à son honneur – et c’est même une obligation que d’être financièrement en bonne santé.
Mais qu’il outrepasse ses obligations citoyennes au profit d’une communauté religieuse n’est pas acceptable.
Les musulmans pratiquant veulent manger hallal ? Pourquoi pas – ils ont d’ailleurs déjà développé ce marché parallèle dans leur propre communauté.
Mais de quel droit m’imposer vous de me nourrir avec un animal qui aurait été sanctifié par un imam ?
La seule chose qui m’importe est le respect des normes sanitaires.
Et en outre, je trouve particulièrement difficile de mettre dans ma bouche de la nourriture ayant été rituellement égorgée.
Certains politiques parlent de discrimination, comme monsieur Charles Aslangul à Bry-sur-Marne. D’autres musulmans aussi, mais dans l’autre sens.
Personnellement, je crois aussi qu’il y a discrimination. Mais pire, je sais maintenant que chez Quick, je ne suis pas considéré comme ce que je suis : un citoyen.
Je ne suis pour vous qu’un de ces animaux qu’on mène à l’abattoir : un moyen de vous nourrir et vous repaître avec mon argent.
Votre société ne me respecte pas dans ma qualité première, celle dont j’ai hérité il y a presque 40 ans et que je peux regarder avec fierté sur ma Carte Nationale d’Identité : « République Française, Liberté, Égalité, Fraternité ».
Votre société ne voit pas cela en moi, elle ne voit que des valeurs trop restrictives : Communauté, Rentabilité, Consommation, Chiffre d’Affaire, Rapport d’Exploitation, Image, Marketing.
Et là, vous commettriez une erreur impardonnable : croire que je suis le seul à penser cela de votre entreprise en France.
Salutations républicaines
Raoul Andresy




Quand M6 casse la mixité dans les écoles

L’émission E=M6 du 29 aout dernier, toujours animée par le journaliste scientifique Mac Lesggy, a offert aux téléspectateurs la diffusion d’une idée que j’estime rétrograde, sous couvert d’un « progrès scientifique ». Jugez plutôt par vous-même sur http://www.m6.fr/emission-e_m6/ : vous avez la possibilité de revoir l’émission.
Figurez-vous que nos amis d’outre-manche font une expérience « scientifique » : ils séparent les enfants à l’école selon leur sexe dans les matières principales et comparent leurs résultats ! 28% de réussites en plus si les enfants de sexes différents sont séparés ! Quel miracle de performance !
Le tout appuyé par des commentaires de neurologues vous expliquant que les cerveaux de la femme et de l’homme ne fonctionnent pas pareil, mais attention, sans remettre en question l’efficacité de celui de la femme relativement à l’homme : là, le neurologue sent bien qu’il touche un sujet sensible …
Et notre présentateur aux célèbres montures colorées de s’émerveiler des résultats de cette « expérience ».
Seulement voilà, monsieur Lesggy oublie certains aspects pour le moins inquiétant dans cette expérience anglaise.
Tout d’abord, quel est le rôle de l’école ? Former des enfants à être des rouages bien huilés dans une industrie capitaliste qui vise le rendement à outrance ou rechercher l’épanouissement intellectuel des individus et leur permettre de penser par eux-mêmes afin d’être des citoyens acteurs de la Citée ?
La sacro-sainte rentabilité anglo-saxonne ne deviendrait-elle pas prioriraire sur l’individu ? Prioritaire sur le principe même de l’égalité des sexes ? Pourquoi ne pas tolérer alors une discrimination sexuelle et séparer selon leur sexe les écoliers si cela accroit leur aptitude au rendement ? Il faudrait accepter de sacrifier cela ?
Le vivre ensemble entre sexe n’a plus sa place dans cette « expérience » : le garçon et la fille y sont considérés comme des êtres capables d’avoir une attention détournée par un membre du sexe opposé. De coupables attirances les détourneraient de l’objectif, être performant ?
Au diable l’apprentissage du respect du corps de la femme : éduquons les garçons à être performants entre eux, les filles de leur côté, et les vaches seront bien gardées.
Dans cette expérience, on ne se soucie pas que ces écoliers et écolières soient quelques années plus tard des citoyens vivant ensemble dans la même société : ils ne sont perçus qu’avec la loupe très étroite de la rentabilité à apprendre des connaissances utiles en vue d’être à une place donnée dans l’appareil productif de l’économie anglaise.
Mais poussons l’analyse plus loin puisque notre journaliste de M6 n’a pas su le faire. Une expérience réellement rigoureuse aurait pris en compte un autre facteur : l’homosexualité latente chez certains individus.
Ainsi, évoquer que l’hétérosexualité est générateur d’inattention est partiellement faux. Mais là, silence radio sur la mesure de la performance des garçons entre eux. Idem pour les filles. Le facteur d’homosexualité est-il négligeable à l’age des écoliers et écolières en question ? Ou bien est-ce le puritanisme britannique qui écarte ce qui était encore considéré comme une maladie mentale dans les années 60 ?
Gageons que l’expérience ne sera pas tentée de séparer les hétérosexuels et homosexuels dans une prochaine « expérience scientifique » : le politiquement correct est un élastique qui ne peut pas être tendu au de-là de la loi … à moins qu’un Christian Vanneste ne s’en mêle !
Mais allons encore plus loin dans la compréhension de cette soi-disante expérience … comme par hasard menée dans un pays qui est une monarchie et dont le chef suprême est également chef religieux !
La laïcité en Grande Bretagne n’est pas pour demain malheureusement : on a trop tendance à oublier que la Reine est également chef de l’Eglise Anglicane.
Et là, tout s’éclaire : sous couvert d’une expérience scientifique, ne doit-on pas voir un retour à une forme rétrograde de l’enseignement que nous avons connu avec « une certaine Eglise » ?
N’est-il pas étrange que le silence soit fait sur l’école où l’expérience est menée ? Est-ce une école publique anglaise … de l’Eglise Anglicane ? Est-ce une école affichant une relation avec une autre Eglise ?
Un journaliste digne de ce nom se pencherait davantage sur les causes de l’expérience : les scientifiques ne sont jamais que des fonctionnaires au service de l’Etat, y compris en Grande Bretagne. Le scientifique fait ses mesures, étudient les cerveaux, les résultats des écoliers … mais il perçoit un salaire pour cela : ce projet a un coût.
Si tout cet argent est dépensé par l’Etat anglais pour cette expérience, il y a bien une raison à cela, mais aussi un décideur. Qui est ce décideur ? Et dans quel but ?
Ne peut-on pas s’interroger sur les motivations des commanditaires de cette « expérience » ? A l’initiative de qui et pourquoi cela est-il conduit ? Le chef de projet de cette expérience a-t-il une orientation religieuse particulière ?
Est-ce l’Etat anglican qui souhaite réintroduire la séparation des sexes chez les écoliers dans les écoles mixtes ?
Personnellement, je n’ai pas été émerveillé par cette soi-disante expérience. Qu’un homme puisse avoir son attention attirée par une autre personne lorsqu’il étudie n’est pas un fait nouveau : c’est même naturel.
Selon moi, une école véritablement formatrice doit apprendre aux garçons et aux filles à vivre ensemble, c’est-à-dire éprouver des pulsions afin de les comprendre et les gérer. L’école n’est pas que le lieu de l’instruction, elle est aussi le creuset où sont formés les esprits des citoyens de demain.
Séparer les sexes à l’école est une bien mauvaise idée et je trouve extrêmement inquiétant qu’une chaîne de télévision se fasse le porte parole d’un mode d’éducation religieux du siècle dernier au nom de la performance et sous couvert d’une expérience scientifique de laquelle on écarte toute portée philosophique et morale pour se focaliser sur le seul paramètre très discutable du rendement.
L’égalité des sexes est un concept qui est loin d’être dans les mœurs et le combat des Femmes est loin d’être terminé.
Et il n’y a aucun émerveillement scientifique à voir dans cette expérience : cette école anglaise ne m’inspire aucun sentiment de progrès. Elle me fait dire que la bétise est monnaie courante et qu’elle devient rétrograde lorsqu’elle est bêtement relayée par un journaliste … qui a peut être oublié de nettoyer les verres de ses lunettes avant de parler.
Raoul Andresy




Réponse à une lettre insultante du premier adjoint d'Ivry, sur le financement de la mosquée

Monsieur BOUYSSOU,
Le jour de la Fête Nationale m’a semblé être le meilleur jour pour répondre à votre courrier. Je reprends ici de manière concise vos propos et suis contraint à publier un démenti de l’ensemble des allégations que vous portez à mon encontre pour le cas où votre courrier eût été publié.
1) Ce que vous affirmez de vous-même et de vos actes
 vous déclarez ne pas financer un culte, que votre conseil municipal a voté l’attribution d’un terrain par bail emphytéotique à la communauté musulmane d’Ivry-sur-Seine, que cela n’est pas contraire à la loi de 1905
 vous affirmez vouloir développer une ville métissée, populaire et solidaire
 vous affirmez être républicain, laïque et progressiste
 par allusion, vous réaffirmez votre progressisme en évoquant (pour une raison obscure) le mariage homosexuel que visiblement vous approuveriez sans le dire
2) Ce que vous projetez sur ma personne
 vous affirmez que je connais rien à la loi de 1905, que je ne la comprends pas
 vous affirmez que ma vision de la laïcité est orienté exclusivement à l’encontre des musulmans, propos qui sont les vôtres
 vous affirmez que je fais un amalgame scandaleux entre musulman et terrorisme
 vous affirmez que je ferai preuve d’islamophobie aggravée
 vous affirmez que mon propos est attaquable sur le plan pénal
 vous affirmez que je fais l’amalgame entre étranger et Islam
 et d’une manière générale que j’aurais une vision étroite de la société française
 par allusion, vous supposez donc que je serais raciste sans l’écrire, d’extrême droite sans l’écrire … et l’évocation du mariage homosexuel pré-cité me semble croire que vous tentez aussi d’ajouter l’homophobie sur mon dos
Bref, vous dressez le portrait d’une personne que vous n’avez jamais vu d’une manière si caricaturale qu’elle en serait risible si vous n’étiez pas un élu de la République.
Simple question : avez-vous lu mes écrits dans des journaux électroniques tels que Respublica (la Gauche Républicaine) et avez-vous lu les articles publiés par les différents auteurs de Riposte Laïque, dont les miens ?
Je crains que non car vous me servez-là une soupe qui démontre davantage que vous vous contentez d’une presse prédigérée et surtout très orientée.
3) Qui suis-je en réalité ?
 Ingénieur de 39 ans, je suis diplômé de l’Université des Sciences de Montpellier. J’ai également complété mon parcours universitaire par des études d’architecture et des études d’égyptologie à l’Institut Kheops Égyptologie de Paris (pendant 5 ans). Je sais partiellement déchiffrer les hiéroglyphes.
 Je suis né au Maroc, issu d’une famille modeste qui est implantée dans le Maghreb depuis 5 générations, et revenu en France en 1973. Ma mère parlait l’arabe dialectal, nous vivions dans la médinah (pas dans le quartier français) où mon père enseignait l’Histoire et Géographie. A cette époque, les femmes n’étaient pas voilées dans le pays qui m’a vu naître.
 Fils et petit-fils de communistes, je suis de Gauche, proche de la CGT, ancien membre du Mouvement des Citoyens (MDC de Jean Pierre Chevènement)
 Membre du Grand Orient de France, je suis extrêmement attaché à la laïcité
 Je suis également bénévole dans une association au profit des victimes du génocide rwandais (nous menons des chantiers de réhabilitation de logements)
 Je suis également ancien membre d’une association militant pour l’égalité parentale, je reconnais l’homoparentalité et suis favorable au mariage homosexuel
 Enfin, j’ai eu pour compagne pendant quatre ans une femme « de couleur » et j’ai un fils nommé Hugo en mémoire à Victor Hugo, auteur qui occupait le siège de sénateur aujourd’hui occupé par tradition par le sénateur le plus à gauche du Sénat
Comme vous le constatez Monsieur, vous êtes dans l’erreur. Et si vous aviez lu les autres articles dont je suis l’auteur, vous auriez pu mieux cerner ma personne et surtout mesurer vos propos.
A l’évidence, l’homme prétendument progressiste que vous êtes, réfléchit après avoir écrit … si jamais il réfléchit.
4) Je démens vos propos
 vous affirmez que je connais rien à la loi de 1905, que je ne la comprends pas
 vous affirmez que ma vision de la laïcité est orienté exclusivement à l’encontre des musulmans, propos qui sont les vôtres
Étant membre du Grand Orient de France et assidu sur les colonnes des Temples de la rue Cadet, qui ont vu entre autres mon Frère Aristide Briand, passé à l’Orient Éternel, rapporteur de la Loi de 1905, je crois pouvoir estimer sans exagération que je connais et comprends ce texte qui a été forgé dans nos Ateliers et présenté à l’Assemblée Nationale par mes Frères députés.
Je ne trahirai pas le Secret Maçonnique en écrivant ici que mon Obédience et des Obédiences Amies (comme le Droit Humain) débattent chaque année avec richesse de la laïcité : c’est de notoriété publique !
Ce que vous affirmez est donc plus que discutable, en particulier cette orientation anti-musulmane que vous me prêtez : mes Frères musulmans ne voient rien d’anti-musulman chez moi, pas plus que les musulmans profanes avec qui je travaille au quotidien.
 vous affirmez que je fais un amalgame scandaleux entre musulman et terrorisme
 vous affirmez que je ferai preuve d’islamophobie aggravée
 vous affirmez que mon propos est attaquable sur le plan pénal
 vous affirmez que je fais l’amalgame entre étranger et Islam
Je crains, Monsieur, que cela ne soit vous qui faîtes un amalgame entre racisme (doctrine qui peut amener à des peines selon les infractions commises) et « critique d’une religion », chose parfaitement légale et qui doit être recherchée comme toute critique d’une idéologie doit l’être, qu’elle soit religieuse, économique ou politique. L’Islam est critiquable au même titre que le capitalisme, le communisme, le socialisme et l’écologisme peuvent l’être.
Seriez-vous adepte du projet de loi d’Éric Raoult visant à rétablir le délit de blasphème ? Parce que si tel est le cas, j’émets un doute sérieux quant à votre progressisme.
Puisqu’il faut vous l’écrire, l’Islamie n’existe pas : ce n’est pas un pays.
Contrairement à vous, je ne fais pas l’amalgame entre culture et culte : une personne issue d’un pays où l’on pratique la religion musulmane et qui vient en France a une double qualité.
D’un côté elle est issue d’une culture qui doit être respectée (sa langue, ses coutumes, …) et de l’autre elle est musulmane ce qui signifie être membre d’une association loi 1901, qualité strictement optionnelle dans notre pays.
Le musulman d’hier peut être catholique demain, ou athée, ou agnostique, ou protestant, ou malachite, ou salafiste, ou sunnite, ou scientologue … bref, cela le regarde et appartient à la sphère privée.
Je souligne d’ailleurs que son appartenance politique ou syndicale est une qualité tout aussi optionnelle puisque comme la religion, relève d’une idéologie et non d’une culture. Et tout cela constitue le plus souvent une liberté que ce nouveau venu n’a généralement pas dans son pays d’origine … ou parfois la charria est justement appliquée !
En premier lieu, mes propos visaient à dénoncer l’intégrisme musulman (que je peux désigner sous le terme d’islamisme, c’est à dire le détournement de la doctrine musulmane à des fins politiques) et le terrorisme islamique, contre lequel plusieurs pays sont actuellement en guerre, dont la France qui à ce jour a perdu 59 français sur le sol afghan (j’aurais tout aussi bien pu évoquer la Rue des Rosiers, la station du Châtelet, Madrid, New York, l’Algérie, …).
C’est donc votre amalgame culte-culture qui est à l’origine du détournement de mes propos : c’est vous qui introduisez le racisme, pas moi. Je vous invite à assister à nos Tenues Blanches Ouvertes à Cadet, dans le Grand Temple Groussier. Les TBO sont ouvertes au public et je ne doute pas que vous trouviez une conférence sur la différence entre racisme et critique d’une religion. Vous qui vous dîtes laïque et progressiste, vous devriez trouver-là des colloques d’un grand intérêt.
En deuxième lieu, mes propos ne constituent en rien un délit. Et je constate d’ailleurs que les journaux ayant diffusé les caricatures de Mahomet n’ont pas été condamnés, laissant les attaquants (associations musulmanes CFCM et UOIF, main dans la main avec la LDH et SOS Racisme) dans une position des plus fâcheuses : celle de ceux qui n’acceptent pas la critique d’une idéologie et de ses dérives.
Les fascistes ne seraient-ils pas ceux-là même que vous soutenez et qui veulent faire taire toute critique de leur religion ?
Il semble que telle soit votre position : vous me menacez donc d’un délit qui n’existe que dans votre bouche. Souhaitez-vous qu’il me soit impossible de critiquer l’Islam ? Êtes-vous certain d’être progressiste ?
Le progrès, s’est se remettre en question, ce n’est pas embrasser la pensée unique en interdisant aux autres de penser différemment.
Et en corolaire à mon propos, celui qui impose aux autres son dogme (la Charria avec le Coran, le Talmud pour les Juifs, la Bible pour les Chrétiens, les écrits de Ron Hubbard pour les Scientologues, etc …) comme principes supérieurs aux lois de la République, est un adepte d’une pensée intolérante, liberticide, fascisante et rétrograde.

J’ai énoncé des faits : nous sommes en guerre contre le terrorisme islamiste de par le monde. L’intégrisme islamiste est une réalité en France (puisqu’il convient de légiférer contre ces dérives sectaires en ce moment même) et ceci constitue un terrain de recrutement pour les terroristes, dont des français, dont certains ont d’ailleurs été condamnés !
Il est donc factuel d’affirmer que dans toute communauté musulmane en France, il est possible de trouver un intégriste susceptible de commettre un acte de terrorisme.
Et il est tout aussi factuel d’affirmer que vous n’êtes aucunement garant que la communauté musulmane localement située à Ivry-sur-Seine face exception à cette probabilité : êtes-vous derrière chaque membre de cette communauté comme Staline était derrière chaque russe ?
 et d’une manière générale que j’aurais une vision étroite de la société française
 par allusion, vous supposez donc que je serais raciste sans l’écrire, d’extrême droite sans l’écrire … et l’évocation du mariage homosexuel pré-cité me semble croire que vous tentez aussi d’ajouter l’homophobie sur mon dos par insinuation.
J’ai au contraire une vision très élargie de la société française : je reconnais comme français un enfant de 5 ans, mon voisin, né sur un sol qui est le sien, la France, alors qu’il affirme « je suis algérien d’ailleurs ma maman porte le voile à la maison ». Chose paradoxale puisque les parents en question sont français et que je les reconnais comme tels eux aussi !
En couple avec une femme « typée » pendant 4 ans, nous avons eu à subir les attaques racistes de maghrébins à Saint Ouen qui s’adressaient à elle en arabe (peu observateur, il ne voyait pas ses origines antillaises), puis l’insultaient en français de ne pas répondre dans une langue dont elle ignore tout.
Quant à moi, mon véhicule prenait des coups de pied et je pouvais entendre « qu’est ce que tu fouts avec notre sœur ».
J’ai également pu constater du manque de respect à l’égard des femmes d’un collègue de travail de nationalité algérienne pro-islamiste qui répétait à qui veut l’entendre qu’il est anormal qu’une femme soit juge, qu’un juge devrait refuser à une femme de se séparer de son mari « sur un coup de tête ».
Et ce même monsieur de me reprocher les 137 ans d’occupation française en Algérie, alors que je suis né bien après cet épisode honteux de l’histoire de son pays.
Mais j’ai aussi et surtout entendu des (ex-)musulmans dirent combien ils étaient heureux de pouvoir pratiquer (ou ne plus pratiquer) leur culte et d’être français, comme mon beau-frère, turc naturalisé. J’entends ces musulmans dire qu’il est anormal de « filer du fric au Vatican » comme en Alsace-Moselle, des musulmans qui étaient tout comme moi contre l’objectif de la commission Machelon si chère à Nicolas Sarkozy et un Dalil Boukakeur qui demandaient la suspension provisoire de la loi de 1905 … pour les 20 prochaines années !
J’entends également le français d’origine turque ou marocaine, qui tient un kebab, se plaindre de devoir fermer son magasin les jours d’un ramadan qu’il ne pratique pas par seul soucis de ne pas perdre sa clientèle musulmane qui de fait est intolérante puisqu’elle n’accepte pas qu’un musulman quitte ses rangs. Croyez-vous qu’un français originaire de Tunisie qui mange du porc peut l’afficher dans son restaurant ?
Il fait ainsi l’objet d’une pression insoutenable de la part d’un groupe qui érige son communautarisme et son dogme au dessus de la liberté individuelle d’un commerçant à ne pas être membre de leur association. Qui est fasciste ?
Ma vision de la société française n’est pas née d’idées reçues mais de ce que j’observe autour de moi, et, ne vous en déplaise, j’observe le communautarisme, le fascisme, le racisme, la pratique de l’exclusion et de la violence verbale ou physique, la victimisation, l’intolérance et un manque de respect à l’égard des femmes considérées comme le simple support d’un message religieux et asservies à l’homme.
L’Islam n’est qu’une idéologie comme une autre et ses dérives y sont tout aussi nombreuses que dans d’autres idéologies. Elle doit donc être combattue pour protéger les citoyens.
N’est-ce pas vous qui avez une vision étroite de la société française en voyant la minorité qui revendique pour obtenir une mosquée quand 4 millions de français musulmans restent chez eux et ne manifestent pas dans la rue leur non-revendication ?
5) Je démontre ce que vous n’êtes pas
Vous n’êtes pas laïque : c’est vous qui n’avez rien compris au sens de la loi de 1905. Et cela se démontre.
Si demain un mouvement religieux (par exemple l’Église de Scientologie ou les Témoins de Jéhovah) vient frapper à la porte de votre mairie pour bénéficier d’un bail emphytéotique, que ferez-vous ?
Si vous acceptez (par un vote) au nom du droit à prier dans la dignité comme pour votre communauté musulmane, vous aurez prêté main forte à une secte ce qui entachera définitivement votre fonction d’élu auprès de vos administrés.
Si vous refusez (par un vote) prétextant qu’il s’agit d’un mouvement sectaire, vous aurez commis une discrimination, délit qui lui est passible d’une peine de prison et d’une forte amende. Car il n’y a pas de définition juridique d’une secte ! (D’ailleurs, Lutte Ouvrière est classée comme secte par le Ministère de l’Intérieur mais bénéficie de locaux …)
Aujourd’hui, votre conseil municipal s’est donc posé en juge de la bonne moralité d’une religion : vous avez décidé collectivement qu’il y avait de « bonnes religions » d’un côté et implicitement qu’il y en aurait de « mauvaises » de l’autre.
En substance, vous n’avez donc pas respecté la loi de 1905 dans son article 2 : « l’État ne reconnaît aucun culte ». Vous venez de reconnaître un culte.
Il vous est interdit de reconnaître le culte musulman pour cette raison qu’il ne vous appartient pas de juger qu’une idéologie mérite plus qu’une autre : votre vote est inégalitaire.
Concernant le financement d’un culte, s’il est vrai qu’aucune somme d’argent n’est virée entre le Trésor Public et la communauté musulmane d’Ivry, vous ne respectez pas plus la loi de 1905 en effectuant un don en nature sous couvert d’un bail emphytéotique.
Le bail emphytéotique confère au locataire (l’emphytéote) les mêmes droits qu’un propriétaire privé, à commencer par le droit de louer, et cela pour une période pouvant aller jusqu’à 99 ans.
Le canon emphytéotique (loyer) est toujours modique : cette décision ne rapporte rien à la commune.
Quant à la valeur du don en nature, il est relativement facile de l’évaluer : le prix de la location au mètre-carré à Ivry-sur-Seine est de 16,95 Euros en décembre 2009 (source Internet).
J’estime la surface de la mosquée à 1000 m2 par comparaison avec d’autres mosquées et Établissement Recevant du Public (vous corrigerez cette évaluation vous-même).
Le don en nature que votre municipalité s’élèverait alors à 16.950 euros par mois soit 203.400 euros par an. Ce qui représente plus de 17 SMIC annuels, la masse salariale de 17 employés municipaux.
Le fait que d’autres municipalités procèdent de cette manière n’est en rien une excuse ni un signe de progressisme. Le fait est surtout que vous ne pouvez pas être poursuivi en raison de l’incomplétude de la loi de 1905 : aucune peine n’est prévue par cette loi en cas de non respect (j’ai lu son texte plusieurs fois et j’ai personnellement débattu du sujet).
Vous apportez donc de manière évidente un soutien matériel valorisable à un culte … au détriment de tous les autres cultes, ce qui constitue doublement un non respect de l’article 2 de la loi de 1905.
En conséquence, vous ne pouvez affirmer être républicain non plus puisque vous n’appliquez pas le principe d’Égalité.
Et étant donné que vous m’interdisez de critiquer une religion, et que vous me menacez d’un soi-disant délit d’islamophobie, je doute également que la Liberté soit une valeur à laquelle vous souscrivez pleinement : de mon point de vue, vous n’êtes donc probablement pas républicain non plus sur cet aspect.
Quant à la Fraternité, il suffit de lire le jugement que vous faites de ma personne pour voir que vous vous souciez peu d’être fraternel envers un autre citoyen.
Vous n’êtes pas progressiste non plus : vous commencez par me critiquer sans vérification aucune de qui je suis alors qu’une simple recherche via Google sur mon nom vous donnera la liste des articles que j’ai publié et qui ont été validé par un webmestre pénalement responsable du contenu des sites administrés (jamais eu à souffrir d’une modération ou d’un retrait pour mes propos). Pas une once de racisme mais la défense des travailleurs et de la laïcité. Toujours. Un progressiste ne saurait vivre d’à-peu-près et surtout d’idées reçues.
Pire, un progressiste ne confondrait pas culture et culte, appartenance à une nationalité et association loi 1901, critique d’une idéologie et racisme.
Et vous faites tout cela, pour mieux me le reprocher ensuite, pour imposer le résultat du vote illégal de votre conseil municipal. Est-ce l’attitude d’un homme progressiste ou celle d’un stalinien rétrograde qui casse toute critique avec « sa grande gueule » et en jouant des coudes ?
Par ailleurs, votre évocation du mariage homosexuel tend à me faire dire que vous vendez votre « progressisme » en brandissant l’étendard d’un autre pour mieux cacher le vide idéique et les manoeuvres purement électoralistes de votre parti politique.
Vous dites souhaiter une ville métissée, solidaire et populaire ?
Amusant, j’ai les mêmes aspirations que vous mais au niveau national.
Seulement voilà, le prix au mètre-carré de la location immobilière dans votre municipalité ne me permet pas de vivre dans la dignité avec ma femme et nos trois enfants : nous n’avons pas les moyens de payer un 130m2 à 2200 euros par mois sur votre commune : nous ne gagnons pas les 6600 euros nécessaires à cela avec nos deux salaires.
Votre municipalité a bien construit 8500 logements sociaux, mais je gagne trop pour en bénéficier : votre mixité sociale consiste a avoir d’un côté de riches bourgeois et de l’autre des pauvres subventionnés. La classe intermédiaire n’a pas sa place à Ivry-sur-Seine.
Votre dernière décision municipale anti-laïque démontre au contraire que vous appliquez une politique qui favorise le communautarisme : vous juxtaposez couches sociales et communautés, recherchant vainement un interlocuteur des dites communautés comme relais de votre politique sur le terrain … politique qui a vu ses limites et ses échecs les plus cuisants aux États-Unis, au Canada, au Liban, … et en France (j’ai une pensée particulière pour le maire de Perpignan et sa théorie ridicule des îlots !)
Je vous fiche mon billet que dans moins de 10 ans vous aurez des affrontements communautaristes violents sur votre commune. Et vous en serez pleinement responsable.
Le communautarisme islamique tout comme celui des autres religions est incompatible avec le concept même de République et les valeurs républicaines.
Les exemples que j’ai évoqué l’illustrent : des français s’identifient d’abord comme appartenant à une religion puis comme citoyen … d’un autre pays que celui où ils vivent ! Pire, ils font même la confusion entre religion et origine culturelle comme vous … mais sont français quand il s’agit de pouvoir pleinement profiter des garanties et avantages qu’offre notre démocratie. Et pourquoi cette confusion gagne t’elle autant du terrain si elle n’est pas largement relayée par des imams ? Par les musulmans eux-mêmes ? (du moins ceux qui ne veulent que la charria comme loi et n’ont rien à foutre du code civil et du code pénal … voire même de celui de la Sécurité Sociale)
6) Pour conclure
Je suis une personne claire, précise, progressiste, antiraciste et qui a parfaitement intégré le concept de laïcité, comme l’expose la plupart des articles de presse ayant déjà été publiés et dont je suis l’auteur depuis plusieurs années (essentiellement sur Internet).
Quant à vous, je constate d’un progressisme qui tient plus du marketing politique que d’un attachement profond à une démarche intellectuelle.
Votre vision de la société est partisane, communautaire et vous affichez une laïcité « de principe », notion que vous n’appliquez pas ensuite car elle ne sert pas vos objectifs personnels politiques et locaux.
En fait, votre vision de la société est comme l’étiquette de racisme que vous collez sur mon front pour me discréditer : petite (car mon front n’est pas grand).
Vous employez le terme d’islamophobie, inventé par les intégristes eux-mêmes et brandi comme une sorte de racisme anti-musulman dont ils seraient victimes de la part des français. Pourtant, si je prends le Petit Larousse grand format en page 560 (édition 2001), ce mot est absent du dictionnaire français. En revanche, le mot Islam est présent et signifie « soumission à Dieu » De même que « islamisme », « Mouvement politico-religieux préconisant l’islamisation complète, radicale du droit, des institutions, du gouvernement ».
Voilà plusieurs dizaines d’années que les partis de droite comme de gauche ont abandonné les principes républicains et laïques à « un gros rougeaud de Basse Normandie » (j’aime Desproges) ou à un comte vendéen aussi pompeux que ces idées sont nauséeuses.
Le Pen ou Devilliers sont dangereux et constituent « une verrue sur le beau visage de Marianne » pour reprendre Jean-Pierre Chevènement, mais ils peinent à eux deux pour arriver à 15% dans les élections ce qui en fait des partis à surveiller mais relativement inoffensifs.
En revanche, des gens comme vous, vous vous faites élire et faites plus de mal à la République qu’une personne d’extrême-droite.
« Il n’est de pire lâcheté que de savoir ce qui est juste et ne rien faire » écrivait Confucius. Ce qui est juste, ce n’est pas de financer le culte musulman pour que ses adeptes puissent prier dans la dignité.
Ce qui est juste, c’est de donner les moyens à tous les français sans exception de se loger dans la dignité, de travailler dans la dignité et vivre dans la dignité afin d’avoir les moyens financiers, lorsqu’ils le souhaitent, de faire construire un édifice religieux avec leurs propres deniers sans l’aide d’un Etat-Providence dont la seule mission consiste à s’assurer de ce qui est d’ordre strictement public.
Quant au terrorisme, qui est une horreur, il est une réalité quotidienne (comme ce colis suspect en gare de Clamart hier qui a entraîné des retards de train), et j’espère pour vous que jamais un réseau ne sera en activité ou démantelé à Ivry-sur-Seine surtout s’il y a des blessés ou pire.
Maintenant, cela constituerait aussi une preuve de l’échec évident de votre politique et également un « coup de pied au cul républicain » qui me paraît nécessaire.
Moi, je vous salue, car vous reconnais citoyen français (bien que naïf). En revanche, vous n’êtes pas digne de l’écharpe que vous portez.
Raoul Andresy
LETTRE DE PHILIPPE BOUYSSOU A RAOUL ANDRESY

Monsieur ANDRESY,
J’avais déjà pris connaissance de votre courrier via une alerte google sur le site « riposte laïque ».
Permettez-moi de rétablir la réalité : le conseil municipal d’Ivry a décidé, à une très large majorité, d’adopter un protocole préfigurant la mise à disposition de terrains dans le cadre d’un bail emphytéotique en vue de la construction d’une mosquée. Cette pratique (qui ne contrevient pas à la loi de 1905) est désormais courante de la part de nombreuses villes progressistes qui reconnaissent aux musulmans le droit de pratiquer leur culte dans des conditions dignes.
Vous semblez, Monsieur, avoir une vision restrictive de la notion de laïcité. Cette loi, que vous citez sans la comprendre, vise à permettre à tous les habitants de ce pays de vivre ensemble, quelles que soient leurs croyances ou leur non-croyance. Elle vise également à préserver la République des influences des institutions religieuses. A cet égard, que pensez-vous de l’interdiction du mariage républicain pour les couples homosexuels ? Que pensez-vous de l’obligation faite aux communes d’entretenir les lieux de culte construits avant 1905 ou de financer les écoles privées confessionnelles sous contrat d’association ? Que pensez-vous de la survivance du concordat ? Il est curieux de constater à quel point votre attachement à la laïcité s’exprime exclusivement à l’encontre des musulmans. L’amalgame scandaleux que vous faites entre musulmans et terroristes relève clairement d’une forme aggravée de l’islamophobie qui, je pense, est tout à fait attaquable du point de vue de la loi.
Par ailleurs, vous amalgamez de la même façon « islam » et « étrangers » opposant outrageusement, d’une part « les voix du peuple français » et de l’autre « l’ennemi potentiel qui est sur notre sol ». Est-il utile de vous rappeler que l’histoire de notre pays est également faite de la colonisation et de l’immigration ? Aujourd’hui, la très grande majorité des musulmans sont pleinement français et leur citoyenneté ne peut se résumer à leur pratique religieuse. Aspirez-vous, Monsieur, à un retour aux guerres de religions et à une nouvelle Saint-Barthélemy ?
Pour notre part, nous entendons développer une ville métissée, populaire et solidaire ; le soutien que nous avons décidé d’apporter aux musulmans et aux musulmanes d’Ivry dans leur projet de Mosquée s’inscrit pleinement dans cette perspective. Au regard de la dimension réactionnaire et intolérante de votre écrit, le fait que vous ne vouliez pas venir « payer vos impôts » à Ivry, constitue pour nous un encouragement à poursuivre dans ce sens. Je ne doute malheureusement pas que vous trouviez des villes de la région parisienne dont les politiques publiques correspondent davantage à votre vision étroite de la société.
Un républicain laïque et progressiste qui, lui, ne vous salue pas.
BOUYSSOU Philippe
1er adjoint au maire d’Ivry-sur-Seine
Ivry-sur-Seine, le 1er juillet 2010




Lettre au maire d'Ivry, Pierre Gosnat, qui va financer la construction d'une mosquée

Monsieur le Maire,
Je viens d’apprendre que vous financiez la construction d’une mosquée sur votre commune.
Je vous rappele l’article 2 de la loi de 1905 : « l’Etat ne subventionne aucun culte ».
Etant actuellement en recherche d’un logement en région parisienne, je ne viendrai donc pas participer à l’effort collectif avec mes impôts locaux sur le sol de la République qui vous a été confié par les voix du Peuple Français : je ne peux accepter qu’un élu s’acoquine ainsi avec des « associations culturelles »
bidons pour sortir l’argent des caisses de l’Etat.
Par ailleurs, la montée de l’intégrisme islamique est un fait (2500 morts aux USA, avez-vous déjà oublié le 11 septembre ?) De mon point de vue, il ne fait aucun doute qu’une partie de cet argent servira la cause du terrorisme !!!
Il faudrait être complètement naïf pour d’un côté faire la guerre aux talibans et de l’autre donner de l’argent à un ennemi potentiel qui est sur notre sol !!!
Vous rendez-vous compte de l’absurdité de la chose ??
Vous aurez l’air bien malin le jour où des journalistes prouveront le lien entre une mosquée française et Al Qaïda.
Et si ce jour arrive, je serai le premier à demander non pas votre démission, mais votre comparution en Justice pour Haute Trahison.
Emmanuel Itié
Un républicain lucide vous salue




Le célèbre restaurant parisien "Le Pied de cochon" accusé de racisme

Le Pied de Cochon, tenu par les frères Blanc est situé non loin des Halles, derrière l’Eglise Saint Eustache. Cette antre de la nourriture porcine sévit depuis 1946.
Il ne fait aucun doute qu’avec un nom pareil, ce restaurant fait tout pour ne pas recevoir une clientèle ciblée : ceux qui ne mangent pas de porc pour raison philosophique.
Est-ce suite à la montée de l’antijudaïsme de l’Occupation que les fondateurs du Pied de Cochon se sont décidés à créer leur établissement ? On peut se poser la question …
Des nostaligues sans doute ?
Qui plus est, le patronyme des maîtres des lieux ne peut que laisser supposer que les personnes de couleur seront mal reçues.
Mais fort heureusement SOS Racisme était là pour dénoncer ces possibles délinquants. Nous avons saisi la Justice pour contraindre l’établissement à changer son enseigne.
Nous examinerons de manière scrupuleuse les menus afin de garantir qu’aucune discrimination ne sera désormais pratiquée.

————————————————————
Je précise que le présent article est purement fictif et qu’il relate des faits imaginaires.
Cette précaution, je me dois de la prendre puisque j’ai moi-même fréquenté le restaurant mentionné. J’avoue être gourmand.
Et je ne connais rien de meilleur qu’une assiette de charcuterie suivie d’un confit de canard agrémenté d’une purée maison. Arrosons le tout d’un coup de jaja et terminons par un claquos a faire tomber la tapisserie, et je suis aux anges.
Je suis français et j’aime la bonne bouffe. Je sais, la gourmandise est un des 7 péchés capitaux.
Mais mon athéisme me permet d’éviter le pire !
Bon, d’accord, je culpabilise lorsque je monte sur le pèse-personne.
Mais sorti de là, dans le cochon tout est bon et nous aurions tort de nous priver de nos rondelles de sauciflard et du sang du Christ.
ça se passe rue Mirrha ? Et alors ? Que je sache, c’est un bout du territoire français comme il y en a tant d’autres.
Ce n’est pas la place St Pierre de Rome, encore moins la Grande Mosquée de Rabat.
Aussi lorsque je lis que SOS Racisme veut faire interdire un apéro saucisson pinard, j’ai vaguement l’impression de lire un passage de Candide.
Vous savez, ce passage où Voltaire dénonce le fonctionnement de la Justice selon l’Inquisition Espagnole.
C’est à dire qu’un simple citoyen est soupçonné d’être juif parce qu’il ne manque pas le lard et le laisse sur le côté de son assiette.
Ce que je trouve surtout grave, c’est que le racisme véritable, celui qui doit être combattu, s’en trouve renforcé. Lorsque la délation et le dogmatisme font place à la Justice, le pire est à craindre.
Et lorsqu’une association nommée SOS Racisme se positionne ainsi en accusateur, elle désigne de faux-coupables et permet aux plus dangereux de sévir.
« Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. »
Chroniques de la Haine Ordinaire – Pierre Desproges.
Bon appétit
Raoul Andresy
PS : Ma femme est végétarienne et bouddhiste. Elle ne s’est pas sentie attaquée par la présence possible de viande lors de cet apéro et a trouvé l’attitude de SOS Racisme ridicule.
Et lorsqu’elle voit un musulman manger le cadavre d’un mouton (rue Mirrha ou ailleurs), elle ne s’apesantit pas à lui reprocher d’alourdir son kharma.
Chacun ses choix.




Etre laïque, être anti-raciste : même combat !

Je suis de gauche et me situe volontier entre le PC et le PS.
J’écris très occasionnellement dans RL et je dois dire que je n’ai jamais rien lu de raciste dans ses colonnes. Heureusement ! Car à la première suspicion d’embrasser cette doctrine, je serai le premier illico à me boycotter ce journal !
Donc aujourd’hui, si j’en crois certains journalistes je serai suspecté d’être raciste parce que je rejoins RL dans son message ?!?!!
Il faut avouer que le paradoxe serait amusant s’il n’en était pas grave.
J’ai tenu à expliquer ici comment je comprends ce paradoxe et surtout à quel point je peux être anti-raciste et laïque, valeurs qui sont pour moi les deux faces opposées d’un même dé.
Qu’est ce que le racisme ?
C’est une doctrine politique qui considère que les Êtres Humains se divisent en race, dont l’appartenance s’identifierait grâce à des caractéristiques morphologiques, comme la couleur de peau.
Aujourd’hui, nous savons grâce à la génétique que cette doctrine est infondée :
il n’y a qu’une seule race sur Terre et nous en sommes tous membres.
Tout homme peut avoir un enfant avec toute femme. Et cette universalité est tout simplement magnifique.
Sur quoi s’appuie le racisme ?
Sur le refus de la différence, tout comme l’homophobie qui s’appuie sur la non acceptation des comportements homosexuels jugés abominables (dans la plupart des ouvrages religieux comme le Lévitique par exemple) ou assimilés à une maladie mentale (comme dans une loi britannique heureusement révolue).
L’observation de Mère Nature nous montre cependant que nous devons être humble :
l’homosexualité existe chez les chats, les chiens, les chevaux, les boeufs, les cochons, les moutons … et dans tout le règne animal.

Il m’arrive donc de manger du porc qui a eu des relations homosexuelles (peut être ?) et n’en déplaisent aux musulmans que je ne souhaite nullement offenser, ils leur arrivent de se régaler d’un bon méchoui avec un mouton hallal qui n’a pas nécessairement eu une vie totalement hétérosexuelle.
C’est ainsi, l’homosexualité fait partie de la vie. Elle est tout aussi universelle que l’hétérosexualité entre un homme et une femme, indépendamment de la couleur de sa peau, de la forme de son nez, de la couleur de ses yeux, …
Et donc, l’homme qui vous écrit ces lignes serait raciste parce qu’il s’exprime contre l’Islam radical ? parce qu’il est contre le port de la burka dans son pays ?
Je refuserai la différence entre une femme portant le voile intégral et moi-même ?
Curieusement, mes amis musulmans n’ont aucun problème avec moi, pas plus que mes amis juifs, catholiques, protestants, bouddhistes, de droite comme de gauche (je ne suis pas sectaire, j’ai aussi des amis à l’UMP depuis qu’ils ne sont plus au PS – proximité de frontière oblige).
Bien entendu, je ne suis pas raciste. Car j’aime la différence.
Je ne suis pas intolérant non plus et je considère que voir la différence au quotidien dans la rue est le meilleur des exercices pour apprendre la citoyenneté.
Et j’aime à tel point la différence que voir deux femmes intégralement voilées côte à côte me pose un sérieux problème : il n’y a plus de couleur de peau, il n’y a plus de caractéristiques morphologiques, il n’y a plus rien d’autre qu’une ignoble uniformisation imposée en message politique par une doctrine religieuse.
Comment intégrer le respect de la différence si on ne peut plus la voir ?
On ne mettra pas fin au racisme en obligeant les non-blancs à se décolorer la peau. Pas plus qu’en faisant faire une superbronzette à ma petite face de craie.
Et on ne mettra pas fin au refus de la différence en cachant toutes les femmes sous du tissu : cet accoutrement n’inspire pas le respect.
Tout au contraire : il empêche l’acceptation de la différence entre les femmes qui la portent et l’acceptation de la différence par les hommes qui ne peuvent plus les percevoir comme citoyenne.
Car je respecte l’autre en l’acceptant tel qu’il est DONC LORSQUE JE LE VOIS tel qu’il est.
Si je ne vois pas mon prochain, je ne suis pas face à mon devoir de l’accepter dans sa différence.
Le message de diversité offert aux citoyens dans leurs rues est fondamental. Et que ce passe t’il lorsque ce message disparait ?
Tout comme l’espace privé, l’espace public est un lieu d’expression de l’individualité mais dans le respect des libertés des autres.
Détruire cette diversité par un uniforme outrancier revient à nier le droit à la différence entre les citoyens qu’ils le portent ou ne le portent pas.
Ainsi vous et moi, nous ne sommes jamais que les tristes spectateurs d’un paysage citoyen défiguré.
Alors on critique l’observateur qui parle, pour le contraindre au silence.
En admettant qu’on me fasse taire (chose très hardue !!!), l’inégalité et l’atteinte portée à la diversité demeurent.
Insultez-moi autant que vous pouvez : si c’est là le seul arme qu’il vous reste …
De mon côté, comme ma conscience est libre, je ne peux que me saisir du bouclier de la laïcité et inviter mes amis musulmans, catholiques, juifs, orthodoxes, protestants, bouddhistes, …. à venir se réfugier derrière – mieux, à m’aider à le tenir – pour qu’une doctrine politique, l’Islam radical, ne vienne pas empiéter sur les valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité que porte notre République démocratique.
Hier, c’etait le Vatican. Aujourd’hui, c’est l’Islam radical. Et demain ? Ce sera l’Eglise de Scientologie ?
Face aux doctrines politico-religieuses, il n’existe qu’une seule arme pour protéger l’Etat : la loi de 1905.
Celui qui est profondément laïque ne saurait être raciste : il se doit d’intégrer un amour inconditionnel pour la diversité.
Et il se doit aussi d’intégrer un sens aigü de ses responsabilités envers les autres.
Voilà pourquoi j’écris dans Riposte Laïque et pourquoi moi, qui suis anti-raciste, je me reconnais en tout point avec les valeurs portées par ce journal.
Je m’y reconnais d’autant plus que la langue de bois, ce n’est pas mon truc non plus.
« Une fois qu’on a accueilli le mal chez soi, il n’exige plus qu’on le croie. » – Franz Kafka.
Raoul Andresy