1

Grenoble : une guerre de conquête des colons, occultée par les médias

J’ai habité 25 ans en face de la cité Paul Mistral, mes parents y vivent toujours.

J’ai vu le quartier se salir, s’abêtir, s’islamiser. En 1977 toute cette zone était populaire mais digne. Comme dans une grande partie de Grenoble, les constructions sont des barres d’immeubles, avec toutes les commodités des années 70. L’urbanisme a bon dos dans certains cas ! Les Français de souche, les Italiens et les Espagnols étaient heureux de vivre dans cette cité encore industrielle. Il y avait pas loin la cité viscose, le dépôt de bus de la SGTE et sa cohorte d’ouvriers, pas de dégradation, peu de délinquance.

Puis est venu le regroupement familial…

Suite à l’accident du 2 mars dernier, les médias ont parlé des violences. Elles ont duré 5 jours jusqu’à mercredi soir, avec un « jeu » du chat et de la souris entre les « jeunes » (mais lesquels, pas les miens en tous cas) et la police et les pompiers. Une poubelle renversée ici, une poubelle brûlée là, un cocktail Molotov un peu plus loin.

J’ai parcouru ma rue jeudi matin et voici ce qu’on peut voir, amoureux de la grammaire et de l’orthographe c’est pour vous :

Coordonnées pour s’y rendre (virtuellement c’est moins dangereux : 45.172681° ;  5.706195°)

Inscriptions sur le mur du gymnase Ampère.

Inscriptions sur le mur du gymnase Ampère.

Inscriptions sur l’école primaire Anatole France

Inscriptions sur la palissade entourant le chantier de démolition d’une barre, payé par nos impôts.

Sur ces gamins en scooter, la réaction est forte parce que d’habitude on leur laisse faire leur petit manège sans les perturber. Tous les étés, les allées et venues des scooters à longueur de nuit, dans la chaleur étouffante de Grenoble, sont un enfer pour les riverains. Quand les voisins se plaignent à la police, elle leur dit de ne surtout rien faire directement. Les représailles ne tarderaient pas.

Ce qui se joue là est une guerre de conquête.

Une conquête de la rue, de la MJC, de l’école, etc.

Ceux qui croient pouvoir y échapper sont des naïfs ou des cyniques, les colons veulent tout le territoire. Pourquoi s’arrêteraient-ils alors que Macron menace les entreprises qui n’embaucheraient pas de voilées ?

Les services de police et de pompiers sont sur les dents, ils évoluent en terrain hostile. La nuit dernière, je les ai vus intervenir sur un feu de poubelle, sur le qui-vive comme en zone de guerre. Ils doivent être harassés par ce harcèlement permanent. Un jour l’un d’eux va craquer et tirer dans le tas. C’est probablement l’étincelle qu’attendent les colons, selon le scénario de Laurent Obertone dans son ouvrage « Guérilla ». Leurs prétendus martyrs permettront la coalition de tous les ennemis des Français.

Sur l’origine de cette situation, de ma propre expérience dans ce quartier, dans les années 1980 et 1990 la majeure partie des immigrés du Maghreb pensaient repartir et vivaient ici en transit. D’ailleurs j’ai connu des Italiens et des Espagnols qui sont repartis après quelques années, et qui gardent un excellent souvenir de Grenoble. Les Maghrébins n’ont jamais eu le courage de le faire ou ils ont réalisé que la situation chez eux était encore plus mauvaise. Pour se dédouaner, ils ont accusé les autorités, l’école, et tutti quanti et ont transmis leur ressentiment à leurs gosses.

Maintenant la situation est très différente et on assiste à une volonté de colonisation de la France, avec la plus terrible des armes pourtant annoncée en 1974 par Houari Boumedienne à la tribune de l’ONU : « le ventre de nos femmes nous donnera la victoire ». Quand on voit la sortie de l’école Anatole France (sic) on n’en doute plus.

Honte à ceux qui voient et qui se taisent, honte à ceux qui tiennent des beaux discours et qui ne vivraient pour rien au monde dans ce quartier ! J’ai tellement de peine pour mes parents, mes anciens voisins qui voient leur environnement s’effacer sous les coups de boutoir des islamistes et de leurs alliés écolos. Ceux qui payent cette politique insensée ce sont eux les oubliés, pas ceux qui conduisent des scooters volés.

Robert Durand

 




Résistants : haut les cœurs !

Je constate depuis quelques temps sur le site de Riposte Laïque des articles défaitistes(1) sur le combat des résistants français et européens contre l’islam et l’immigration.

Peut-être me trompé-je mais je perçois là une sorte d’appel à l’aide. En quelque sorte, les contributeurs lancent un cri dans le désert pour trouver des raisons d’espérer en ces temps si tristes. J’ai moi aussi parfois des périodes d’abattement pendant lesquelles aucune raison objective ne me permet de m’extraire du profond désarroi où je suis plongé. J’en suis même à m’en vouloir d’avoir donné la vie à des enfants alors que leur avenir est si sombre.

Il est vrai qu’il y a peu d’éléments objectifs qui pourraient nous donner du baume au cœur. Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles, que ce soit par les médias mainstream tous collabos avec les envahisseurs, l’entourage où l’on constate un couple « mixte » qui est en fait un « love Jihad », les programmes de l’éducation nationale glorifiant l’islam et l’immigration, etc. Parfois même une sortie pour se changer les idées se termine par la triste constatation de la progression des envahisseurs : « même ici il y en a ! ».

Pourtant nous devons rester confiants, le pessimisme sur le constat n’empêche pas l’optimisme dans le résultat final. Pour rassurer les inquiets sur notre victoire finale je m’appuierai sur trois piliers : la conviction, l’histoire, et la science.

La conviction :

Le défaitisme est l’arme de l’ennemi. Un certain nombre de commentateurs de riposte Laïque en sont bien conscients, comme par exemple Dominique Martin lorsqu’il fait référence à l’ex agent du KGB Yuri Bezmenoz « Pour démolir un pays, la première étape est de le démoraliser, de dire que rien ne va bien, que tout est foutu. Et ça marche ».

Nous devons garder à l’esprit que les seuls combats perdus sont ceux qu’on n’a pas livrés. Bien sûr cela sera long et difficile, mais par notre conviction nous ferons grossir nos troupes et lentement nous regagnerons notre territoire. Les muzz sont des lâches, ils attaquent un curé de 85 ans, une vieille dame juive, deux filles sur le parvis d’une gare, un otage… Jamais des hommes armés. Quand ils sentiront que c’est solide en face ils fuiront comme des lavettes.

Pour ma part je n’hésite pas à lancer le sujet avec des collègues de travail ou des connaissances. Il suffit souvent de mettre les gens en face de leurs contradictions pour que des failles apparaissent et doucement on peut arriver à faire passer des idées. Parfois aussi j’ai des bonnes surprises et je constate qu’une personne a ouvert les yeux et agit plus ou moins ouvertement.

L’histoire :

Depuis son invention par un sinistre berger analphabète, l’islam par ses adeptes a toujours tenté d’envahir et pervertir le monde libre. Nous ne les changerons pas et la fable d’Esope sur la grenouille et le scorpion devrait convaincre les derniers incrédules. Par contre lorsqu’en face une volonté farouche est apparue, l’islam a reculé. Charles Martel en 732 fournit un remarquable exemple, mais il y a aussi le siège de Vienne en 1529. Les Espagnols même s’ils ont mis 700 ans pour bouter les maures hors de leurs terres ont retrouvé la liberté. De même la Crête a été envahie deux fois par les muzz et a fini par triompher. On voit dans tous ces exemples que même lorsqu’une population musulmane nombreuse occupe un territoire, elle peut être mise dehors.

Les retournements de situation sont fréquents dans l’histoire mondiale. J’en ai eu l’illustration il y a quelques années au cours d’une mission au Vietnam. A cette époque (2009) il y avait des troubles avec la Chine. Lors d’une discussion avec mes collègues vietnamiens, un jeune d’une vingtaine d’années, qui n’avait donc pas connu la période française ni la guerre avec les Américains, m’a regardé fièrement et m’a dit qu’ils avaient mis dehors les Français, et ensuite la si puissante armée américaine. Il y avait sans doute à la fois de la naïveté sur la réalité de la guerre et du bombement de torse, mais ce garçon était un descendant des pugnaces Viet-Congs. A n’en pas douter il aurait été un farouche combattant s’il avait dû aller au feu. Ce petit peuple fier et intelligent (il est vrai aidé par les armes russes et chinoises) avait par deux fois renversé une situation qui aurait pu paraître perdue d’avance. Il y a chez nous les zadistes, les punks à chien ou autres bloqueurs d’université mais en discutant avec des jeunes on perçoit aussi le courage et la fierté.

L’histoire récente va aussi dans notre sens. En Europe la prise de conscience des dangers de l’islam et progressive mais elle avance : les Hongrois ont gardé le souvenir des exactions musulmanes et montrent une voie d’espoir par les urnes. Qui plus est lorsqu’ils voyagent en Europe de l’ouest ils constatent les dommages de l’invasion ce qui renforce encore leur confiance dans leur choix. Les autrichiens les italiens, la progression de l’AfD en Allemagne sont autant de signes du retournement de la tendance. Je concède que c’est une course contre la montre entre le djihad du ventre des africano-muzz, et notre lente prise de conscience mais l’inversion de la courbe (pas celle de F. Hollande) est là.

La science :

Enfin la dernière raison qui nous assure du succès de notre entreprise est les progrès scientifiques et plus particulièrement le big data. J’ai l’intuition que dans un avenir proche nous pourrons simuler des organismes vivants réagissant à leur environnement, et ainsi montrer ainsi que la vie n’est autre que l’application extrêmement complexe de lois physiques générales. Il n’y aura alors plus de dieu ou autre croyance valable donc exit l’islam et ses sornettes. Cette perspective peut sembler lointaine mais l’accélération de l’histoire et du progrès scientifique font que mon hypothèse n’est pas absurde. Pensons donc à tous les miracles et autres croyances qui ont quitté le domaine du sacré suite à des découvertes scientifiques. De la tectonique des plaques en passant par la photosynthèse ou la reproduction. Autre exemple probant avec la physique nucléaire : de la découverte de la radioactivité par Becquerel en 1896 au calcul numérique des explosions (programme Simulation lancé en 1996) il ne s’est écoulé qu’un siècle. L’intelligence artificielle laisse entrevoir des découvertes majeures, même si elle prend le problème dans l’autre sens puisqu’elle part du programme et pas des lois physiques.

Bien sûr une fois débarrassés de l’islam il nous restera les adeptes, forcément incrédules, sur les bras. Mais puisqu’il n’y aura plus de divinité, plus de raison de tolérer le halal ou autres sottises. Je fais le pari que malgré la CAF ils ne pourront accepter de vivre en terre impie et retourneront dans leurs contrées.

Robert Durand

(1) article de Bruno Courcelle notamment.




Nîmes : Sympa la mixité, le garçon blanc n’en fait pas partie !

A Nîmes comme partout en France la partition entre les populations allogènes et françaises s’observe à tous niveaux. A l’école, elle est flagrante avec une fuite des Français ou assimilés des écoles et collèges colonisés. Le taux de scolarisation dans le privé est monté de 20% dans les années 90 à 38% en 2016 (34% en 2015).

Pour tenter de réduire cette partition, les pouvoirs publics essayent diverses actions de mélange. La carte scolaire a été remaniée en 2015, avec la fuite vers le privé déjà mentionnée, et à présent Nîmes participe à une expérience où les collèges « défavorisés » sont fermés avec leurs élèves répartis dans les autres établissement. Bigot e fermé l’année dernière et Diderot fermera à la fin de cette année scolaire. L’annonce a été faite par voie de presse et les parents sont conviés à la concertation. Enfin concertation, pas vraiment car la chose est imposée (réf. 2 articles du Midi Libre).

Le CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire) qui est une institution chargée d’une évaluation indépendante, créée par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République, du 8 juillet 2013 (réf : http://www.cnesco.fr/fr/qui-sommes-nous/ ), assiste le rectorat et dans ce cadre M. Butzbach a animé un débat samedi dernier.

J’y étais et propose une synthèse, forcément plus nuancée que ce que les autres participants –forte proportion d’enseignants et de syndicats marqués à gauche – auraient pu proposer.

D’abord une présentation particulièrement mal préparée, avec des graphiques trop petits pour pouvoir être lus même au premier rang. Des diapos copiées de rapports (http://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2017/04/Mixites_Dossier_synthese.pdf    et http://www.cnesco.fr/wp-content/uploads/2015/05/Etat-des-lieux-Mixit%C3%A9-%C3%A0-l%C3%A9coleFrance1.pdf) donc mal adaptées à un débat.  Ensuite un jargon visant probablement à décourager les auditeurs, mais ils ont tenu.

Sur le contenu, l’explication de la ségrégation  est uniquement « sociale », c’est-à-dire la volonté des parents riches de rester avec des riches. Les diapositives mentionnant l’immigration ont été sautées. D’après M. Butzbach si un collège fournit un enseignement de qualité avec la sécurité pour leurs enfants, les parents n’ont pas de problème avec la mixité. L’expérience vécue de la modification de la carte scolaire en 2015 montre que c’est un peu plus compliqué que cela… J’imagine que quelques enquêtes de terrain ont été menées et les raisons profondes sont connues de ces gens, mais en affichage tout ne peut être écrit.

Comme d’habitude on culpabilise les Français qui auraient le vice de vouloir rester entre eux. Les immigrés récents manifestent et revendiquent leur rejet des mœurs du pays d’accueil mais ce sont les Français les coupables.

Sur les propositions des expériences de classes d’excellence avec des options sont tentées par exemple à Montpellier. Une classe de 12 élèves a été ouverte avec très majoritairement des Français. Donc mixité mais de pas trop près !

Le risque de fuite vers le privé conditionne toutes les actions.

En définitive des deux côtés cette opération est vue comme une punition :

–          Du coté des allogènes une des 2 familles présentes (2 femmes voilées parlant arabe entre elles, un homme ne comprenant visiblement pas les débats, et ne tenant pas jusqu’au bout malgré cet exposé parfaitement à leur portée) a indiqué en off ne pas comprendre la fermeture et ne pas la vouloir. Ils sont visiblement très bien entre eux et n’ont pas envie de converger vers nous.

De plus  leur collège de proximité étant fermé, leurs enfants seront obligés de faire de longs trajets en bus, ce qui pèsera certainement sur leur motivation.

Il n’y a pas eu d’information auprès de ces populations, pas de message.

–  Du coté des Français il est prévu de bloquer les inscriptions dans le privé, donc de restreindre le droit au choix de l’éducation de ses enfants. Les parents des collèges concernés ne sont pas vraiment d’accord. M. Butzbach mentionne le problème des fausses adresses, il va s’amplifier !

J’ai quand même bien rigolé en voyant certains gauchistes patauger dans leurs contradictions : je suis pour la mixité mais les conditions, les options linguistiques, les traumatismes pour nos enfants,… Pitoyables !

Au final, les pouvoirs publics constatent la partition et voient la montée de l’extrême droite partout en Europe. Ils tentent d’y remédier mais 2 choses sont flagrantes :

1 – Ils n’osent pas nommer les processus en cours : la population française subit une invasion qu’elle n’a pas souhaitée et dont elle n’est pas responsable (sur les bateaux on ne voit que des Maliens, Ivoiriens, Sénégalais…)

2 – Tant qu’ils diront aux immigrés de faire comme chez eux, qu’ils sont une richesse et autres sottises, ces gens là vont continuer dans leur séparation. Ils n’adopteront nos mœurs que si ceux des leurs qui sont en contradiction avec nos lois sont interdits (M. René Marchand a pleinement raison). Sans contrainte forte ils se moqueront toujours de nos lois.

Autre aspect qui ressortira un jour ou l’autre sur nos feuilles d’impôts : le coût. Il faudra entretenir, réhabiliter ou démolir les collèges abandonnés. Il est bien évident que les bâtiments n’ont pas une valeur foncière gigantesque, la ville ne va pas toucher le pactole immobilier. On voit mal un investisseur venir bâtir des résidences de standing, maintenant éloignées du collège. On imagine le slogan « vue imprenable sur la cité Valdegour ».

Robert Durand




Eau et Huile : France Culture donne raison à de Gaulle

DeGaulleracisme
Deux reportages diffusés le mardi 30 août 2016 sur France Culture ont donné une parfaite illustration de la différence d’étoffe entre nous et les remplaceurs. Le contraste était si criant qu’après l’écoute on ne pouvait que conclure que la cohabitation est ontologiquement impossible, ils seront toujours eux, différents de nous.

J’engage les lecteurs de Riposte laïque à se faire une idée par eux-mêmes :

http://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/les-plus-belles-defaites

Qui raconte comment deux jeunes Français surmontent les difficultés de la vie.

Et,

http://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/de-la-radicalisation-au-djihadisme-chroniques-intimes-dun-1

Qui traite de la radicalisation dans les « quartiers ».

Il n’est pas besoin d’interprétation, les intervenants expriment clairement leurs valeurs :

Côté français le deuxième intervenant dit « il n’y a pas d’échec, c’est seulement une façon de voir les évènements ». Chapeau !

Côté des remplaceurs : « c’est pas la faute de nos parents, ils ont tout fait bien…. C’est la faute à l’état…. ». Sans commentaire.

Même dans ce temple de l’islamo-gauchisme qu’est France Culture la vérité arrive à poindre. Pour être un auditeur régulier je dois bien avouer que cela est assez rare, le filtre de la bien-pensance laisse rarement échapper des fragments de réel, surtout depuis la mise en retrait de Brice Couturier qui tentait (souvent vainement) d’apporter un peu de rigueur. Savourons donc ce moment.

Dans le reportage sur les défaites on voit deux jeunes Français responsables d’eux-mêmes qui se bougent pour réussir et qui, par leur travail et leur persévérance, arrivent à réussir. Ce qui me semble marquant est qu’en définitive ils cherchent à s’accomplir intérieurement. Ils ne recherchent pas la célébrité ou le profit, juste le bonheur. Je me suis senti en totale fraternité avec ces gens-là. Je suis fier d’être Français comme eux.

Dans leur parcours on voit que ce que leur ont transmis leur famille est le sens de la responsabilité, la persévérance, loin de toute vénalité. Ils n’ont visiblement pas bénéficié de passe-droit ou de privilège. Ils ont mérité ce qui leur est arrivé et à aucun moment ils ne blâment quelqu’un d’autre. Ils sont capables d’analyser leurs échecs parce qu’ils se remettent en question. Et cela n’est possible que parce qu’ils ont l’humilité d’accepter les conséquences de leurs actes.

En face je n’ai vu que des pauvres (intellectuellement) pour qui c’est toujours la faute des autres. Aucune remise en question de leur comportement, de leurs coutumes, de leurs paroles. On a l’impression que cela ne leur est pas accessible. Ils sont pourtant allés à la même école publique que moi ou que mes enfants, mais comme clients. Ils attendent les places auxquelles ils ont droit mais ne doivent surtout rien changer dans leur façon d’être. Et qui oserait leur demander quoi que ce soit serait un méchant raciste. Ils vivent dans les contradictions les plus flagrantes (Islam et république, voile et égalité de la femme,…) mais ne les voient pas. C’était vraiment désespérant. Comment voulez vous survivre dans la compétition mondiale avec des boulets pareils. Pour avoir travaillé au Vietnam je ne peux qu’être affligé par ces « richesses » qui nous plombent.

Un élément aussi ressort : ils veulent des places. Ils estiment qu’on leur doit des choses. Quel contraste avec les Français du reportage sur les défaites! Et bien non, on ne vous doit rien. Ce que je possède je l’ai eu par mon travail, idem pour ma famille, et ça doit être pareil pour vous. Ah bien sûr il y a la stigmatisation ! Que c’est pratique, il ne faut pas longtemps pour que ça ressorte. La jeune fille qui dit qu’elle parle bien le français avec des formules à la wesh-wesh m’a bien fait rire. C’est pas moi c’est les autres résume tout.

Sur l’Islam et la violence, on voit que loin d’être un repoussoir les attentats les fascinent. Un esprit normalement constitué est désespéré par L’Etat Islamique (enfin moi je le suis), mais eux voient cela avec envie et fierté. Partout où il y a des musulmans il y a des problèmes et à aucun moment je n’ai senti qu’ils en avaient conscience. Aucun espoir pour qu’ils modifient quoi que ce soit… Leurs frères sont les autres musulmans, pas moi. Ce sont eux qui prennent la nationalité mais ne sont bien que dans leur communauté. Ils refusent la fraternité.

Même les éducateurs sont affligeants de lâcheté. Ils confortent ces « pauvres » jeunes dans leur médiocrité et incriminent les pouvoirs publics. C’est tellement facile. Je peux comprendre que pour maintenir le lien et ne pas avoir de cassure irréversible on peut être tenté de faire des pas vers les remplaceurs. Mais c’est à sens unique. Etre tolérant avec les intolérants c’est être lâche. Du coup les « jeunes » attendent qu’on les cajole et ils menacent quand ils n’ont pas ce qu’ils attendent. Les éducateurs les traitent comme des enfants, ils établissent une infériorité, ce qui est la définition stricte du raciste.

La seule chose que j’espère est que petit à petit les Français ouvrent les yeux, enfin de préférence avant mai 2017.

Robert Durand




L’imam d’Al Azhar vient nous insulter chez nous et personne ne bouge

ImamAlazhar
Mardi 24 mai 2016, le cheikh Ahmed Al Tayyeb, le grand imam d’Al-Azhar, président du Conseil des sages musulmans est venu à Paris et s’est recueilli devant le Bataclan. Le journal « La Croix » a relaté cette visite :

http://www.la-croix.com/Religion/Pape/Le-grand-imam-d-Al-Azhar-a-Paris-2016-05-24-1200762478

Le compte-rendu est proprement hallucinant, surtout quand on pense que la journaliste a probablement dû édulcorer son texte. Le verbatim aurait probablement délivré quelques perles supplémentaires.

La première chose qui pose question est qu’aucun autre journal n’a rapporté cet évènement surréaliste. Il y avait pourtant matière. Mais cela aurait contraire à la soumission des médias, et l’auto-censure a marché à plein régime. Il vaut mieux parler du bruit des manifs et laisser sous le tapis l’invasion massive que nous subissons.

Ensuite on voit que cet imam dit modéré pratique les mêmes méthodes que tous les islamistes, il inverse les rôles et les valeurs : les agresseurs (les musulmans) sont victimes, les Européens sont les oppresseurs. Il appelle à l’égalité entre l’envahisseur et l’envahi et met sur le même plan nos traditions et notre culture avec celles d’une civilisation qui actuellement ne produit pas grand chose.

Mais le passage le plus incroyable est le suivant :

« Si certaines lois imposent aux musulmans de faire quelque chose qui s’oppose vraiment à leur religion, ils doivent recourir aux voies juridiques qui permettent de faire valoir son droit et qui permettent l’amendement des lois. »

Vous lisez bien, ce personnage dit « modéré » souhaite changer les lois européennes pour les rendre compatibles avec la loi islamique ! Quel toupet. Cela montre bien le noir dessein que les imams nourrissent en venant chez nous. Ils viennent en colons et méprisent notre tolérance. Face à un tel appel à la guerre, les autres participants auraient dû protester, relayer l’information pour que le plus de monde possible soit au courant de cet affront. Mais non, ils sont déjà soumis. Ce sont eux les islamophobes, ils sont paralysés par la peur de l’islam.

Quand on pense que le « souverain » pontife a reçu ce sinistre personnage. Mais qu’espère-t-il donc ? Le convertir ? ou bien c’est lui qui est déjà converti ? Ce pape est soit très naïf, soit terriblement manipulateur. Pour ma part, j’ai bien peur qu’il n’ait pas la clairvoyance de Benoit XVI vis-à-vis de l’islam.

Robert Durand




Henri IV avait compris qu'on ne peut vivre avec les musulmans

Hollande-Arabie-saoudite-1Un bon conseil d’Henri IV à François Hollande : si tu veux éviter une nouvelle guerre de religion, interdis la pratique de l’islam sur le sol de France.
J’écris cela en m’appuyant sur un épisode injustement oublié de l’histoire de France : en 1610, lors de l’expulsion des morisques d’Espagne, environ 60 000 musulmans se sont présentés aux frontières du royaume. Comparativement aux 20 à 25 millions d’habitants de la France à l’époque cela représente beaucoup. Une bonne partie fut expédiée en barbarie et principalement à Tunis, mais ce bon roi Henri IV, par ordonnance du 22 février 1610, permit à ceux qui « voulaient faire profession de la religion catholique pourvu qu’ils s’établissent au-delà de la Garonne et de la Dordogne » à demeurer dans le royaume (1). Ces gens-là se sont progressivement mélangés à la population locale et n’ont pas reproduit les problèmes qu’ils créaient du côté espagnol (2).
Ceci montre qu’à l’époque, sans disposer du recul historique et des moyens de renseignement actuels, Henri IV qui, rappelons-le, sortait d’un conflit religieux sanglant, a parfaitement compris qu’il était impossible de vivre avec les musulmans. Les Arabes, les Berbères, les Espagnols oui, mais pas les musulmans.
Les évènements tragiques que nous vivons aujourd’hui devraient nous inciter à nous replonger dans l’histoire des tentatives d’invasion musulmanes. Nous ne pouvons pas vivre avec les musulmans, leur idéologie les enferme dans l’intolérance et la haine, ils sont inaptes à la vie avec d’autres peuples. Au mieux nous vivrons un certain temps à côté d’eux, jusqu’à ce qu’ils soient suffisamment nombreux pour nous asservir, mais ensemble c’est impossible. Ils chercheront toujours à prendre le pouvoir si nous ne leur imposons pas des conditions strictes.
Comme beaucoup, j’ai mis 10 ans à le voir et encore 10 ans à l’accepter, maintenant c’est clair, cette idéologie est incompatible avec la France. Il faut interdire sa pratique sur notre terre.
Robert Durand
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Morisques
(2) http://cdlm.revues.org/4930




Lettre ouverte à mon Maire, contre les repas de substitution

 
 

porc-cantine-chimulus

Amis patriotes,
Voici le courrier que j’ai envoyé à mon maire et que j’ai diffusé auprès de mon entourage. Au moins deux autres familles vont faire de même et si la chaine se poursuit les maires ne pourront pas rester sourds aux revendications des Français. Au contraire, s’ils reçoivent un seul courrier demandant l’arrêt des menus de substitution ils mettront mon courrier au panier.
Il faut dont y aller maintenant, faire du bruit. L’exemple de Chalon-sur-Saône a marqué les esprit, à droite comme à gauche, nous allons reprendre les territoires perdus.
 
Robert Durand
LETTRE TYPE A ENVOYER A VOTRE MAIRE
Objet : menu de substitution dans les cantines scolaires publiques
Monsieur le Maire,
Nous sommes parents de trois enfants scolarisés dans des établissements publics de la ville de Nîmes et nous constatons cette année encore que lorsque le menu comporte du porc, un plat de substitution est systématiquement proposé.
En tant que citoyens et contribuables nous estimons que le service de cantine –facultatif—ne doit pas accentuer les différences, mais au contraire les effacer. Nous souhaitons donc la suppression des repas de substitution afin que tous les petits nîmois mangent la même chose à la même table.
Les menus sont publiés longtemps à l’avance ce qui permet aux parents qui désirent inculquer des interdits alimentaires à leurs enfants de s’organiser. Si la viande ne leur convient pas (porc ou autre) l’enfant peut toujours apporter son déjeuner ou avoir un repas équilibré avec l’accompagnement, les entrées et le dessert.
L’accusation de « stigmatisation » est usée et re-usée. Le menu de substitution a été introduit il y a plus de 30 ans dans l’espoir que cela allait intégrer certaines communautés, qui au fil du temps, finiraient par l’abandonner. C’est exactement le contraire qui s’est produit.
Des villes dirigées par des maires les Républicains, comme Chalons sur Saône ou Chilly-Mazarin ont fait le choix courageux de supprimer les menus satisfaisants une confession ; cela se traduira très certainement dans les urnes lors des prochaines élections.
Dans le contexte actuel, nous estimons qu’il ne faut plus céder aux revendications communautaires. Si la voie choisie par vos collègues vous semble trop autoritaire pourquoi ne pas organiser une consultation citoyenne ?
Dans l’attente de vous lire, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.




Pourquoi les versets du coran forment un fatras désorganisé

LE CORAN NUIT A LA SANTE MENTALEEn écho à l’excellent article du professeur Sami Aldeeb sur l’organisation des versets dans le coran, je souhaite partager une réflexion avec les patriotes.
www.ripostelaique.com/sami-aldeeb-il-faut-interdire-la-diffusion-du-coran-dans-sa-forme-actuelle.html
Je pense que le fatras dans l’organisation du Coran est voulu et même nécessaire. Je m’explique : Que verrait-on si on organisait les sourates chronologiquement voire si on ne montrait pas celles qui sont abrogées ?
Comme le montre magistralement le professeur Aldeeb on verrait clairement les deux périodes de l’islam et surtout que l’islam définitif est le funeste islam de la Mecque.
Le stratagème du coran actuel fonctionne à merveille, même avec les esprits soi-disant brillants. Lors d’une récente confrontation télévisuelle dans le Grand Journal de Canal+, Michel Onfray en esprit rigoureux, a reproché à Alain Juppé de ne pas avoir lu le coran. Ce dernier a piteusement avoué ne pas y être arrivé parce que « c’est très difficile » et a finalement promis de le lire.
Outre l’aveu de légèreté de ce monsieur Juppé qui a la prétention de nous gouverner la question de l’organisation du coran se pose. On voit qu’un homme si intelligent a été noyé dans le texte et n’en est pas arrivé au bout. Le fatras permet donc aux islamistes de rebuter la lecture du coran. Pire, ils peuvent se défiler en citant des versets abrogés. S’ils ne disposent pas de clés de compréhension telles que celles apportées par les sites de réinformation les français se font ainsi rouler dans la farine par les adeptes de la religion de « tolérance et de paix ».
Enfin le fatras permet aux musulmans de cacher la vraie nature de leur idéologie représentée par la période mecquoise : guerrière, misogyne et surtout d’une infinie tristesse.
D’où un point de désaccord avec M. Aldeeb, je pense qu’il faut impérativement lire le coran tel qu’il existe pour comprendre le mécanisme de pensée des musulmans, et ainsi pouvoir les contrer. Il faut que les gens sachent les raisons qui conduisent les musulmans à se montrer d’abord séducteurs, ouverts et tolérants quand ils sont en infériorité, puis sanguinaires et implacables quand ils sont en supériorité. Cela à toute échelle : au niveau de la famille c’est la terrible histoire de « Jamais sans ma fille » vécue par l’américaine Betty Mahmoody et dans bien d’autres cas de jeunes français, au niveau d’une population avec le drame des Yezidis en Syrie.
Au final je pense qu’il faudrait agrafer une note de lecture – rédigée par le pr. Aldeeb – à tout exemplaire du Coran.
Robert Durand
 
 




Gresh, une caricature de la fascination gauchiste pour l’islam

AlainGreshArticle comique au Monde Diplomatique : si les arabo-musulmans volent et violent les juifs c’est à cause de l’islamophobie. Rendez vous pour une grande tawa le 13 décembre !

Quel déconneur cet Alain Gresh, il trouve toujours le mot juste pour faire poiler tout le monde quand l’ambiance est trop lourde. Jugez par vous-même :

http://blog.mondediplo.net/2014-12-08-Mobilisation-europeenne-contre-l-islamophobie

Signalons d’abord qu’il s’agit seulement d’un billet d’un blog et pas d’un vrai article, mais en le plaçant sur le site web  la rédaction appuie cette tribune.

M. Gresh passe très (trop) rapidement sur les faits, sur l’interview du jeune victime de l’agression, sur l’accumulation des faits divers. L’agression sur une femme enceinte par le même type de population (http://www.metronews.fr/info/une-femme-enceinte-agressee-et-sauvee-par-des-passants-au-plessis-trevise/mnlf!6eTbh9ShZR7Y/) ne réveille aucune réflexion, il conclut autoritairement : « Racisme d’Etat qui se traduit de mille et une manières — du comportement agressif des policiers jusqu’aux enseignants et autres « bons citoyens » qui humilient, contrôlent les Noirs ou les musulmans de façon abusive. Pendant ce temps, on laisse se répandre l’idée que se manifesterait un antisémitisme spécifique lié au conflit israélo-arabe »

Il ne peut y avoir que les Français qui sont racistes, l’antisémitisme arabo-musulman est un fantasme.  La meilleure défense c’est l’attaque, c’est bien connu. Il ne faut pas prendre le temps d’analyser,  il faut réagir à chaud, immédiatement et surtout nier le réel. Alors que Malika Sorel a bien démontré les effets désastreux de la victimisation des musulmans M. Gresh fonce tout droit.

Alors que les Français réfléchissent sur leur histoire au travers des épisodes de la Grande Guerre, de Vichy les arabo-musulmans sont exemptés de réflexion sur le Jihad, sur leur comportement dans un pays étranger. C’est finalement ça le racisme, considérer qu’une catégorie n’a rien à se reprocher et peut attaquer continuellement ceux qui l’accueille.

Un jour, quand nous serons libérés de ces fanatiques, il faudra que nous nous retournions et que nous recherchions les raisons de cette fascination de l’extrême gauche pour l’islam. Pourquoi dès qu’il est question d’islam leur cerveau se met en veille ? Pourquoi perdent-ils  toute capacité d’analyse ? Est-ce par solidarité des gens qui se sont trompés sur à peu près tout depuis au moins 100 ans ? Est-ce par haine commune de l’occident ? Par fascination commune pour le totalitarisme ?

Alors pour ne pas déconner tout seul dans son coin, on est tous invités à une grande sôterie le 13 décembre à  l’université Saint-Denis :  http://www.fichier-pdf.fr/2014/11/19/programme-conference-islamophobie-2014/programme-conference-islamophobie-2014.pdf

9h30 – 12h30 Table ronde – L’islamophobie dans tous ses états

13h45 – 16h15 Ateliers thématiques – Six ateliers au choix

16h30 – 17h – Relevé de conclusion des ateliers

17h – 19h – Table ronde – Vaincre le racisme et (re)conquérir nos droits

19h – 20h – Performance artistique – « Musulman » roman

On en savoure d’avance !

Heureusement les commentaires à la suite de l’article sont plus censés que l’article lui-même. La provocation est décelée par un bon nombre de commentateurs. Même sur le Diplo il reste des gens censés, ça rassure !

Robert Durand




Bijoutier de Nice : l’autodéfense n’est pas la solution

Dans cette affaire une personne a entre ses mains la clé du devenir de la justice en France, c’est l’autre braqueur qui s’est enfui sur le scooter et qui à ce jour n’a pas été retrouvé.

Il a deux options :

– Soit il continue à se cacher et il démontre que le bijoutier a eu raison de tirer.

– Soit il se rend à la police et il va au devant de la justice, et transforme le bijoutier en assassin.

Je ne me fais pas trop d’illusion sur son choix. Ces petits délinquants sans foi ni loi ne pensent pas, ils volent et pillent sans état d’âme et sans remords.

La conséquence immédiate est qu’il légitime ainsi le geste de Stéphan Turk. Si ce dernier n’avait pas tiré, les deux malfrats s’en seraient sortis et se taperaient dans le dos (!) en pensant à cet idiot de bijoutier qu’ils avaient terrorisé. Ils auraient fait la fierté de leurs copains et peut-être même de leur famille.

En se cachant le braqueur montre que la France est un refuge pour les délinquants et qu’un citoyen est parfaitement fondé à se faire justice lui-même. C’est la fin de la justice et le début de la barbarie.

Dans cette affaire la vraie victime c’est la France, ce pays qui était il n’y a pas si longtemps celui de l’égalité et de la justice, et qui devient une contrée sauvage. La civilisation se délite et laisse la place au règne de la barbarie.

En lisant les premiers contours de la future loi pénale de Mme Taubira, comment ne pas penser que c’est justement ce que cette femme recherche. En laissant en liberté les malfrats comme Anthony Asli, ne souhaite-t-elle pas détruire l’édifice judiciaire patiemment construit par les français ? Je pense que Mme Taubira ne souhaite pas que le braqueur soit retrouvé, afin qu’il puisse à son tour se venger. Si cela se produit, alors le peuple s’armera à son tour et l’escalade de la violence continuera. L’auto-défense laisse entrevoir l’éclatement de la France, une victoire absolue pour cette fervente militante indépendantiste.

C’est pour cela que je le dis à mes amis de Riposte Laique : ne tombons pas dans ce piège. Il faut être plus intelligents que nos ennemis, il faut affirmer notre volonté de justice en nous opposant à la réforme Taubira en agissant sur les députés, mais pas en poussant vers l’auto-défense. C’est justement ce que les ennemis de la France attendent. Je n’ai pas « liké » la page de soutien à Stéphan Turk pour cette raison. Ils sont le chaos, nous sommes la civilisation. Il faut nous y tenir car nous ne serons jamais aussi violents  que ces voyous. Notre force c’est la raison et elle vaincra.

Robert Durand