1

Le maire UMP de Mantes-la-Jolie se croit dans une république catholique

En matière de laïcité,
Monsieur le Maire de Mantes-la-Jolie,
n’a que faire de la loi !
En plaçant une illumination sur le fronton de la mairie du quartier de Gassicourt représentant une crèche, malgré notre courrier du 16 décembre* demandant le remplacement de cette illumination par une décoration plus neutre, courrier qui n’a reçu, à ce jour, aucune réponse, M. Vialay, maire de Mantes-la-Jolie, se moque délibérément de la laïcité républicaine et, accessoirement, de la demande de notre Association des Libres Penseurs des Yvelines.

Notre Association ne peut que regretter une telle attitude indigne du premier magistrat de la commune, chargé de l’application de la loi, en particulier celle du 9 décembre 1905 instituant la séparation des églises et de l’Etat.
En privilégiant une communauté religieuse sur un édifice public, Monsieur le Maire témoigne d’une conception de la Laïcité et de l’ordre républicain pour le moins curieuse, en tous les cas, contraire à ses obligations de neutralité.
Roland BOSDEVEIX
* Monsieur le Maire,
Notre Association a été interpellée par des habitants de votre commune concernant l’illumination de la Mairie de quartier à Gassicourt.
En effet, cette illumination en fronton, symbolisant une représentation religieuse placée au-dessus du triptyque républicain « Liberté, Egalité, Fraternité », nous apparaît comme une atteinte caractérisée à la Laïcité de nos institutions. Nous ne nous opposons pas, en cette période de Noël, à une représentation lumineuse de la nativité, mais nous considérons que sa place n’est certes pas au fronton de l’édifice public qu’est la mairie annexe.
Après votre décision d’établir des carrés confessionnels au sein du cimetière de ce quartier, décision que notre Association désapprouve catégoriquement, avec cette illumination faut-il considérer que vous procédez à un rééquilibrage entre les communautés religieuses sur votre commune ? En tous les cas, avec ou sans intention, notre Association ainsi que les habitants qui nous ont signalé cette illumination considèrent cet éclairage festif sur un bâtiment public comme un précédent et une pratique contraire à la Laïcité républicaine. Nous souhaiterions donc que vous la supprimiez au profit d’un éclairage décoratif neutre.
Dans l’attente de vous lire et d’en faire part à ces habitants…..

Roland Bosdeveix, président de l’Alpy




Carrés confessionnels au cimetière : cela ne tourne pas rond à Mantes-la-Jolie !

L’Association des Libres Penseurs des Yvelines (adhérente à l’ADLPF) a été scandalisée d’apprendre que, le 6 octobre, le Conseil municipal de Mantes-la-Jolie a voté à l’unanimité, moins une voix (celle de Marc JAMMET, élu PCF), la modification du règlement des cimetières. Il s’agit, selon la proposition du maire M. Michel VIALAY, d’organiser « au sein de son cimetière de Gassicourt, des carrés confessionnels islamique et israélite ».

La loi de 1905, dite de séparation des églises et de l’Etat, donne une réponse claire sur la question. Seuls les départements soumis au régime du Concordat (Alsace-Moselle et quelques territoires d’outre-mer) peuvent créer, s’ils le veulent, de tels carrés. Or, pour notre département, la règle commune, celle de la loi de 1905, reste toujours en vigueur. Alors, ne s’agit-il pas, une fois de plus, d’une enième tentative pour modifier les termes du vivre ensemble républicain ? Sur notre site Internet : http://alpy78.free.fr, notre camarade Denis PELLETIER a travaillé sur ce dossier. Nous vous convions à vous y reporter afin de mieux comprendre le cadre législatif (lois des 14.2.1881, 15.11.1887 et 9.12.1905) dans lequel les carrés confessionnels n’ont pas leur place. Toutefois, une circulaire en date du 14 février 1991 – dépourvue de base légale – tente de donner à ces carrés une légitimité. C’est ainsi que des villes, pour des raisons à forts relents électoralistes, tentent de réintroduire des zones réservées. Dans cette perspective, il est envisageable de craindre, à terme, que chacune des communautés cultuelles existantes, exige de disposer de sa propre zone dans les cimetières. Ainsi, selon notre camarade, “par deux arrêts récents du Conseil d’Etat, les Témoins de Jéhovah se sont vu reconnaître la qualité d’association cultuelle, donc de religion. Ils seraient alors, bien entendu, en droit d’exiger, eux aussi, et bien d’autres encore, que leur soient réservés des espaces spécifiques dans les cimetières”.
En procédant de la sorte, la Ville de Mantes-la-Jolie participe au détricotage de la Laïcité (reconnaissance du communautarisme dans un espace public) et au développement d’une forme insidieuse de ségrégationnisme : création de carrés uniquement dans l’un de ses deux cimetières existants, celui du centre ville étant épargné. Comment ne pas s’interroger sur les conséquences qu’une telle décision municipale, en apparence mineure, peut susciter ?
Pour nous l’Association des Libres Penseurs des Yvelines, il s’agit d’un dérapage caractérisée de la Laïcité au sein de nos institutions. Enfin, notre association ne peut que mettre en garde la municipalité mantaise des conséquences liées à la création de tels carrés. Ils ne peuvent être qu’un facteur supplémentaire de risque de troubles et de dégradations, malheureusement récurrent et maintes fois constatés, dans divers endroits du pays.
Roland BOSDEVEIX
Président de l’ALPY
Aux Lecteurs : Dans le dernier numéro (62) de Riposte Laïque, un article signé Christine TASIN titre :  »Quand la Libre Pensée du 78 ne veut surtout pas qu’on interdise la burka ».
En fait de Libre Pensée du 78, il s’agit de la Fédération de la Libre Pensée des Yvelines, adhérente à la Fédération Nationale de la Libre Pensée (F.N.L.P.) et non de notre propre Association qui, elle, adhère à l’Association des Libres Penseurs de France (A.D.L.P.F.). Cette dernière est issue de la scission opérée en 1995, suite à des divergences apparues au sein de la F.N.L.P
A l’avenir et afin d’éviter toute confusion, nous vous saurions gré de rappeler l’appartenance nationale de chaque structure précitée.