1

Je ne voterai Sarkozy que s’il s’engage à ne plus subventionner les associations anti-racistes

Madame la Députée Brunel,

Je vous écris bien que n’étant pas toujours d’accord avec vous, car j’ai de l’estime pour le travail important et efficace que vous réalisez dans le cadre de vos fonctions politiques, et pour vos prises de positions libres et courageuses qui vous valent parfois des remontrances injustifiées de la part du parti  coupé des réalités auquel vous appartenez  ou un silence indifférent (violences faites aux femmes, Lampedusa….).

J’ai voté MODEM en 2007, et en 2012 compte tenu des palinodies du candidat Bayrou concernant les sujets sociétaux (abattage rituel, horaires spécifiques dans les piscines de Lille, affaire Merah…) , j’ai voté FN (apparemment compte tenu de son score, je ne suis pas la seule dans ce cas).

Je me pose la question de mon report de voix le 6 mai sur Nicolas Sarkozy dont le programme économique me semble le plus pertinent, mais compte tenu des trahisons habituelles de ce candidat vis-à-vis de son électorat, je ne compte pas lui signer un chèque en blanc sans garantie.

Je n’impute pas à Nicolas Sarkozy les difficultés économiques auxquelles il a dû faire face et qui sont des données exogènes (crise mondiale) dont il n’est pas responsable.

Par contre sa responsabilité est immense dans la non-tenue de ses promesses dans un domaine où il avait tout pouvoir d’action, et qui est la marque de son échec le plus patent : l’absence de contrôle de l’immigration, l’augmentation considérable de l’insécurité, le développement du communautarisme appuyé par l’octroi de subventions aux associations  se présentant « anti-racistes » telles que le MRAP, la LDH, SOS Racisme, la LICRA etc….

C’est pourquoi je porterai mon vote sur Nicolas Sarkozy uniquement s’il prend l’engagement comme preuve de sa bonne foi de ne plus accorder un euro de fonds publics à ces associations commensales pour ne pas dire parasites, et dont l’unique fonction est de favoriser le communautarisme, combattre la liberté d’expression et de racketter judiciairement toute forme de pensée « déviante ».

Je pense par exemple aux dommages exorbitants demandés, et obtenus en première instance, à Riposte Laïque par ces associations vivant de prébendes et de racket.

Je vous demande de faire remonter cette observation aux instances de votre parti.

Cette mesure de bon sens ne couterait rien aux finances de l’Etat et constituerait même un premier pas dans la résorption de notre dette abyssale due à la gabegie de dépenses publiques injustifiées.

La seule chance de réélection de Nicolas Sarkozy consiste en un bon report des voix du FN.

Cette mesure serait applicable immédiatement et prouverait la bonne volonté de Nicolas Sarkozy envers  l’électorat Frontiste.

La balle est dans votre camp pour une issue positive le 6 mai.

Très cordialement,

Roxane Legal




A quand un homme ou une femme pour nettoyer les écuries d'Augias ?

François Fillon qui avait manifesté en son temps un peu de d’esprit d’indépendance et de lucidité en déclarant qu’il était à la tête d’un Etat en faillite avait été très vite été rappelé à l’ordre par son mentor et ses conseillers déguisés en sicaires. Il avait alors plus vite que son ombre, réintégré son rang et s’était contenté de n’être plus que le porte-parole de son maître. Ses velléités d’indépendance et son abandon rapide devant l’adversité laissaient déjà planer des doutes sur sa capacité à être un véritable homme d’Etat.
Depuis, plus de doute, en inaugurant une mosquée, il a définitivement montré qu’il n’avait pas la carrure d’un homme d’Etat, et qu’il n’était qu’une « dhimmi-portion » méritant le surnom de « la voix de son maître ». Après nous avoir joué le couplet de l’Etat en faillite, Fillon ajoute à son registre la faillite de l’Etat. Alors que la majorité connaît une succession de scandales moraux, que les contribuables vont connaître un plan de rigueur qui n’ose même pas dire son nom, rien de plus important que de donner des gages à une communauté soucieuse de diviser à son profit la communauté nationale.
Il était en effet indispensable de continuer à décevoir encore plus l’électorat UMP en dilapidant l’argent public au service d’une communauté qui aura sans doute le bon goût de ne pas apporter son vote à une formation politique aussi lâche… En effet les musulmans en bons stratèges ont l’intelligence de ne pas gaspiller leurs forces pour combattre un adversaire qui s’est déjà volontairement soumis. Puisque le mot d’ordre de notre premier ministre est « courage Fillon », autant tout de suite donner des gages de soumission en se travestissant avec les oripeaux ridicules dont on recouvre les chevaux venant de faire une course. Il est vrai que le comportement chevalin et non chevaleresque de notre ministre 1er mérite largement une photo sur la ligne d’arrivée, car il n’a pas refusé l’obstacle en acceptant de s’humilier ainsi en public.
Il ne manquait au tableau qu’une prosternation la tête bien enfouie dans le sable pour ne pas voir la réalité, et le postérieur bien offert aux futurs conquérants pour gagner le grand prix de la soumission…. Mais patience ce sera pour la prochaine course…… Christine Tasin a rappelé avec beaucoup d’à-propos le mot de Daladier « ah les cons s’ils savaient », montrant qu’au moins Daladier ne se faisait pas d’illusion sur sa lâcheté, et manifestait une certaine lucidité quant au danger de la situation de l’époque. Un autre mot lui est attribué : à un journaliste qui lui demandait après les accords de Munich « alors vous devez être soulagé d’avoir évité la guerre », Daladier aurait répondu « oui comme lorsque, après une envie pressante, on vient de faire dans sa culotte…. » Je ne suis même pas sûr que Fillon réalise la brèche qu’il vient d’ouvrir et l’immensité de la défaite qu’il vient de signer et de nous faire subir. Brèche dans laquelle vient de s’engouffrer Dalil Boubakeur qui, en homme intelligent, profite de la cécité de son adversaire pour demander aussitôt à doubler ses conquêtes territoriales.
J’en pleure de voir par quels incompétents nous sommes représentés. Nous sommes dirigés par un général Gamelin qui nous mène sûrement et avec conviction à la défaite. Tout est à revoir : la clairvoyance, les moyens, la volonté, la stratégie.
A quand un homme politique (ou peut-être une femme, qui pour le coup serait vraiment l’avenir de l’homme comme le chantait Ferrat) pour nettoyer ces écuries d’Augias et nous débarrasser au plus vite de ce personnel politique.
Roxane Legal