1

Municipales : situation dramatique pour les Calaisiens, sauf si…


Quelle est la situation à Calais, lieu emblématique de l’invasion migratoire, à deux semaines du premier tour des élections municipales ? Pour le savoir, nous avons rencontré un militant patriote de toujours, Rudy Vercucque, tête de liste de « Avenir Commun ».
Riposte Laïque : Avant d’évoquer les prochaines élections municipales, à Calais, pourriez-vous d’abord vous présenter à nos lecteurs ?
Rudy Vercucque : Né à Calais le 26 février 1981, j’ai grandi au Beau-Marais (quartier de la ZUP). Je suis marié et père de deux enfants. Ancien militaire au sein de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris, je suis actuellement responsable Qualité, Hygiène, Sécurité Environnement dans les domaines de l’industrie Oil and Gas, Chimique, nucléaire, métallurgique ainsi que dans les énergies renouvelables. Mon fer de lance : analyser et anticiper les problèmes.
Riposte Laïque : Quelle est, à l’heure où nous vous posons ces questions, la situation à Calais, depuis la destruction de la Jungle ? Subissez-vous toujours la présence des milliers de migrants, et des associations qui les soutiennent ?
Rudy Vercucque : Il est bon de rappeler que la Jungle est née suite à la mise à disposition du terrain de « La lande » par Natacha Bouchart à l’État en 2016. Depuis, la jungle a été démantelée et la plupart les migrants dispersés en France. Néanmoins, Calais reste le cul-de-sac de l’immigration de par sa position géographique et sa frontière naturelle (la Manche), Schengen et les Accords du Touquet fixant la frontière à Calais. Aujourd’hui, la ville connaît une pression migratoire moins importante mais cependant toujours présente, environ 1 000 clandestins à ce jour. Des squats naissent un peu partout, c’est le jeu du chat et de la souris entre les migrants et les compagnies de CRS présentes à Calais.
Concernant les associations, il est intolérable que ces dernières fassent la loi, génèrent des points de tension par des distributions sauvages et encouragent les points d’ancrage. Le préfet doit prendre ses responsabilités en mettant au pas les associations et s’il ne le fait pas, je ne manquerai pas de lui rappeler systématiquement ses devoirs dans l’intérêt des Calaisiennes et des Calaisiens.
Riposte Laïque : Vous avez donc été élu conseiller régional sur une liste Front national, mais vous avez quitté ce parti, et aujourd’hui, vous faites donc une liste contre la liste officielle du RN. Pouvez-vous nous en expliquer les raisons ?
Rudy Vercucque : J’ai quitté le RN car j’ai fait le choix de la transparence, de l’intégrité et du respect envers les militants, les électeurs et les citoyens calaisiens.
Suite à mon départ, j’ai été sollicité par beaucoup de citoyens, commerçants… Ces derniers m’ont incité à me présenter à la municipale et à monter une liste dissidente, ce que j’ai refusé.
Partant du principe que je n’étais pas dans une démarche de « faire une liste contre » et que j’ai une vraie vision politique, que je suis connecté avec la réalité, il fallait que je propose quelque chose de nouveau, il fallait que je nous inscrive sur le long terme, de ce fait, la chose la plus sensée et logique était de créer un parti politique, ce que nous avons fait au travers d’« Avenir Commun ».
Le mouvement Avenir Commun s’inscrit dans une démarche d’union des droites, nous défendons une politique de droite, ferme, humaine et sociale.  Notre mouvement incarne une nouvelle façon de faire de la politique. Nous souhaitons mettre fin aux clans qui desservent les citoyens et rétablir le lien de confiance par une exemplarité et une transparence totale des élus. Nous souhaitons remettre les citoyens au cœur du débat politique en redonnant à la démocratie les éléments les plus évidents à son bon fonctionnement.
Riposte Laïque : Quelle est la situation politique à Calais, lors de cette élection ? Pouvez-vous nous en dresser un tableau ?
Rudy Vercucque : La situation est dramatique, entre une LREM avec Natacha Bouchart qui cumule 12 années d’immobilisme et qui laisse aujourd’hui la ville dans un état anémique, un rassemblement de gauche représenté par Virginie Quenez, composé de communistes qui ne s’assument plus et qui ont fait leur temps, de militants d’extrême gauche voire de No Border. Ce rassemblement de gauche espère, avec sa stratégie de deuxième tour, dès le premier tour faire un score honorable, Le RN avec Marc de Fleurian, parachuté de Bretagne, qui a commencé la politique en juillet 2019 via un poste d’assistant parlementaire à l’Europe et qui a découvert Calais sur la carte de France en septembre 2019, et dont la liste est composée de parachutés (lui-même, Marie Caroline Le Pen, Philippe Olivier, Christine Engrand).
Qu’on se le dise, on ne résoudra pas les problèmes avec ceux qui les ont créés, encore moins avec ceux qui ne les connaissent pas.
Aujourd’hui, il est clair qu’Avenir Commun et la liste que je mène pour la municipale « Ensemble, libérons Calais » sont la seule alternative de droite capable de travailler dans l’intérêt commun des citoyens et de réellement faire changer les choses.
Riposte Laïque : Et vous voyez cela tourner comment ? 
Rudy Vercucque : Je pense que les citoyens ne sont pas dupes. Natacha Bouchart n’a plus aucune légitimité, le RN est inaudible malgré ses gesticulations, la gauche n’est pas crédible et les Calaisiens n’en veulent plus. Je pense que nous serons dans une configuration de triangulaire de droite pour le 2e tour. La droite macronisée de Natacha Bouchart, l’extrême droite de Marc de Fleurian et l’unique parti d’union des droites que nous représentons avec Avenir Commun
Riposte Laïque : Si vous n’étiez pas au deuxième tour, quelle serait votre attitude ?
Rudy Vercucque : Nous ne donnerons aucune consigne de vote, chacun est libre de ses choix, chacun assumera les conséquences de cette élection.
Riposte Laïque : Comment voyez-vous la situation française, et comment sentez-vous l’échéance capitale qui attend la mouvance patriote, pour 2022 ?
Rudy Vercucque : Je pense qu’une nouvelle figure va émerger d’ici 2022. Les Français ont compris que Marine Le Pen n’était pas capable de gérer son propre parti et par conséquent qu’elle serait incapable de gérer la France.
Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Rudy ? 
Rudy Vercucque : Un débat sur FR3 aura lieu le 26/02. Je suis évincé de ce débat pour des raisons qui ne sont aujourd’hui pas fondées. On évoque par téléphone un trop grand nombre de candidats (environ 9 : N. Bouchart, V. Quenez, L. Roussel, M. De Fleurian, R. Vercucque, P.Taverne, F. Millot, D.Melin et A.Vankerkhove) alors que réellement, il n’y a que 5 candidats qui ont déposé officiellement leur liste à ce jour, 2 candidats qui se sont présentés en 2018 (sic) (D. Melin et A. Vankerkhove) et 2 qui n’ont pas déposé leur liste (F. Millot et P. Taverne).
FR3 se permet de sélectionner des candidats sans aucune connaissance de la campagne municipale de Calais, un choix antidémocratique mais surtout qui favorise certains candidats, tout cela avec l’argent public.
FR3 me propose, comme lot de consolation, 45 secondes d’interview pendant que les 4 autres candidats débattront 45 minutes sur une chaîne publique régionale. Il y a une volonté de me museler et de ne pas me permettre d’évoquer mon programme et de mettre les candidats face à leurs responsabilités lors du débat.
Propos recueillis par Pierre Cassen