1

Critique irrationnelle du Manifeste contre le nouvel antisémitisme

L’essentiel du manifeste contre le nouvel antisémitisme, signé par 300 personnalités en France :

“Nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime”  https://goo.gl/uZahHa.

Voilà ce qui a provoqué la colère irrationnelle de dirigeants religieux musulmans en France et ailleurs.

Sauf erreur de ma part, aucun journal ou télévision arabe n’a traduit ce passage… tout en condamnant le Manifeste contre le nouvel antisémitisme sans appel.

Ceux qui ont critiqué ce manifeste estiment qu’on n’a pas le droit de supprimer des versets du Coran, de l’Evangile ou de la Bible. Or, ce manifeste ne demande pas de supprimer des versets, mais simplement de les frapper d’obsolescence.

Rien donc dans cette demande ne semble critiquable. Pour ceux qui l’ont critiquée, toucher au Coran est une ligne rouge. Et c’est leur erreur qui perdra les musulmans et l’humanité. La Bible, l’Evangile et le Coran ne sont que des ouvrages humains, et comme tout ouvrage, ils peuvent être sujets à des critiques. Ceux qui refusent une telle critique manquent d’esprit critique et préfèrent l’obscurantisme religieux à la lumière de la raison.

Conseil aux signataires de ce manifeste et au gouvernement français

Si j’avais à donner un conseil aux signataires de ce manifeste et au gouvernement français, je leur conseillerai d’interdire la circulation du Coran dans sa forme confuse actuelle qui mélange les chapitres mecquois plus ou moins pacifiques et les chapitres médinois violents et contraires aux droits de l’homme, et d’exiger une édition du Coran par ordre chronologique similaire à la mienne en mettant au début de cette édition l’avertissement suivant :

Comme les autres Livres sacrés, le Coran comporte directement, ou indirectement par le biais de la sunnah de Mahomet que les musulmans doivent suivre, des normes contraires aux droits de l’homme reconnus aujourd’hui dans les documents internationaux. Nous invitons donc les lecteurs à le lire avec un esprit critique et à le placer dans son contexte historique, à savoir le VIIe siècle. Parmi les normes qui violent les droits de l’homme, qui inspirent les lois des pays arabes et musulmans, et que les mouvements islamistes voudraient appliquer, en tout ou en partie, nous signalons à titre d’exemples :

–      L’inégalité entre les hommes et les femmes dans le mariage, le divorce, l’héritage, le témoignage, les sanctions et l’emploi, le mariage de filles impubères, et la circoncision masculine et féminine pratiquée sur des enfants.

–      L’inégalité entre musulmans et non-musulmans dans le mariage, le divorce, l’héritage, le témoignage, les sanctions et l’emploi.

–      La non-reconnaissance de la liberté religieuse, en particulier la liberté de changer de religion.

–      L’exhortation à combattre les non-musulmans, à occuper leurs pays, à imposer aux non-musulmans le paiement d’un tribut (jizya) et à tuer ceux qui ne suivent pas les religions monothéistes.

–      L’esclavage, la capture des ennemis et l’appropriation de leurs femmes.

–      Les sanctions cruelles comme la mise à mort de l’apostat (qui abandonne l’islam), la lapidation de l’adultère, l’amputation des mains du voleur, la crucifixion, la flagellation et la loi du talion (œil pour œil, dent pour dent).

–      La destruction des statues, des peintures et des instruments de musique, et l’interdiction des arts.

–      La maltraitance envers les animaux et le meurtre des chiens de compagnie.

Que pensez-vous de ces versets et récits ?

Je souhaite mettre devant les yeux de mes lecteurs quelques versets et récits de Mahomet (parmi tant d’autres) et leur demander ce qu’ils en pensent :

Une fois écoulés les mois interdits, tuez les associateurs où que vous les trouviez, prenez-les, assiégez-les, et restez assis contre eux dans tout aguet. Mais s’ils se repentent, élèvent la prière, et donnent la dîme, alors dégagez leur voie (Coran 9:5).

Ô vous qui avez cru ! Les associateurs ne sont qu’impurs. Qu’ils ne s’approchent plus du Sanctuaire interdit, après cette année-ci (Coran 9:28).

Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et son envoyé ont interdit, et ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux auxquels le livre fut donné, jusqu’à ce qu’ils donnent le tribut par une main, et en état de mépris (Coran 9:29).

J’ai reçu pour commandement de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils disent : Il n’est de dieu que Dieu. Aussi, quiconque dit : Il n’est de dieu que Dieu, préserve de moi ses biens et sa vie (récit).

Quiconque change sa religion tuez-le (récit).

Ne viendra l’Heure que lorsque vous combattrez les Juifs, que lorsque la pierre derrière laquelle se cache le Juif dira: Musulman! Voici un Juif derrière moi, tue-le ! (récit).

Sami Aldeeb, Dr en droit, professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman: http://www.sami-aldeeb.com  
Auteur d’une édition arabe annotée du Coran et d’une traduction française, une traduction anglaise et une traduction italienne par ordre chronologique, et d’autres ouvrages




Protectorat pour les réfugiés sur la moitié de l’Arabie saoudite

Dans un précédent article, j’ai proposé de prendre la moitié de l’Arabie saoudite et la moitié de ses ressources pétrolières pour créer un protectorat international afin de résoudre le problème des réfugiés musulmans.

Cette proposition a été présentée lors d’une conférence à huis clos dans un endroit ensoleillé que je ne nommerai pas, et dont je ne mentionnerai pas non plus les organisateurs et les participants. 
La réponse des participants occidentaux et non-occidentaux à cette conférence a consisté à affirmer qu’il s’agit d’une solution idéale, car les réfugiés sont majoritairement musulmans, et les pays musulmans ne leur procurent pas de refuge sûr. D’autre part, il n’est pas juste que les pays occidentaux portent seuls le fardeau de ces réfugiés qui menacent leur sécurité. Il faut en effet craindre que les organisations terroristes utilisent ces réfugiés comme une cinquième colonne pour déstabiliser les pays occidentaux et les détruire de l’intérieur. Et ceci n’est dans l’intérêt ni des pays occidentaux, ni des réfugiés eux-mêmes. La seule objection formulée contre cette proposition est la question de sa mise en œuvre. L’Arabie Saoudite va-t-elle accepter de céder la moitié de son territoire, même en faveur de musulmans? Ma réponse a été: bien sûr, elle ne l’acceptera pas. Par conséquent, on doit lui imposer cette solution, si nécessaire par l’occupation militaire.
Il est clair que chaque attaque terroriste se produisant dans les pays occidentaux par des terroristes musulmans conduira à plus de haine entre musulmans et non-musulmans. Les communautés musulmanes et les réfugiés musulmans feront les frais de ces actes terroristes dont le nombre est croissant. Quelles que soient les tentatives des musulmans des pays occidentaux visant à disculper l’islam de ces actes terroristes, les Occidentaux ne sont pas stupides au point de croire encore à ces déclarations. L’Islam porte dans ses racines des enseignements violents, visibles depuis 14 siècles et qui n’échappent à personne.
Ces enseignements islamiques ont besoin d’une remise en question en profondeur afin de séparer le Coran médinois violent du Coran mecquois plus ou moins pacifique, tel que proposé par feu Mahmoud Muhammad Taha, pendu en 1985 sur instigation de l’Azhar. Cette remise en question est impérative si les musulmans veulent vivre en paix entre eux et coexister avec les autres. Mais cette remise en question affecte le Coran. Par conséquent, elle ne peut avoir lieu aussi rapidement que souhaité, car les pays arabes et musulmans ne peuvent pas toucher au Coran. Ainsi, les intellectuels musulmans tentent de trouver une formule acceptable par les musulmans sans toucher au Coran. Mais ce procédé est absurde. Et comme le dit le proverbe arabe, ce que la nature a gâché ne saurait être réparé par les parfumeurs. Pour cette raison, les pays arabes et musulmans connaîtront des catastrophes sans précédent et seront placés devant deux choix: la disparition de la face de la terre, ou l’élimination des enseignements de l’Islam tels qu’acceptés aujourd’hui et enseignés par Al-Azhar et toutes les universités arabes et musulmanes, sans oublier les écoles, les mosquées et les médias.
D’autre part, les pays occidentaux ne peuvent pas imposer la remise en question des enseignements de l’islam aux communautés musulmanes sur leurs territoires. Et il est clair que le nombre de réfugiés en provenance des pays musulmans va augmenter. Les pays arabes et musulmans deviendront un enfer invivable. De ce fait, les musulmans vont essayer d’en échapper … apportant avec eux les enseignements de leur religion qui ont ravagé leurs pays … tout comme un patient atteint de l’Ebola porte les virus de la maladie. Ni les immigrés musulmans, ni les pays d’accueil, ne sauront se protéger contre un tel virus. Ce fléau pourrait alors contaminer l’ensemble de l’humanité.
Personne ne se réjouit à l’idée de subir une intervention chirurgicale dans le cerveau, ni même une simple appendicectomie, à moins que les médecins parviennent à convaincre le patient que le choix se résume à l’opération et la mort. Et si le patient est un mineur, sa famille peut donner l’autorisation. En l’absence des parents, les médecins effectuent l’opération sans besoin de consentement. Quand quelqu’un vient d’une région touchée par le virus Ebola, les autorités le placent en quarantaine même si le patient lui-même s’y oppose. On sacrifie dans ce cas la liberté du patient afin d’assurer la sécurité de la communauté.
L’intellectuel doit précéder sa société dans le diagnostic de la maladie de la société et l’identification d’un traitement efficace. Il fait souvent l’objet de moqueries de la communauté. La tradition arabe rapporte la légende d’une jeune fille appelée Zarqa Al-Yamama qui pouvait voir une personne à une distance de trois jours de marche. Selon cette légende, elle avait averti que des ennemis venaient camouflés derrière des arbres, mais son peuple ne la croyait pas. Et quand les ennemis sont arrivés, c’était trop tard, et son peuple a été exterminé.
Retenez de moi ce que je vous écris aujourd’hui … avant qu’il ne soit trop tard. Ceci est un avertissement pour toute personne qui raisonne:
La seule solution à la question des réfugiés musulmans provenant des pays arabes et musulmans consiste à établir un protectorat international pouvant contenir plus de 100 millions de réfugiés qui vont fuir l’enfer de leur pays, et que les pays occidentaux ne seront pas en mesure d’accueillir par peur de compromettre leur sécurité. Plus tôt nous établirons ce protectorat, mieux cela permettra de réduire les souffrances de ces réfugiés. Cela peut être réalisé en prenant la moitié du territoire de l’Arabie saoudite et la moitié de ses revenus pétroliers. Cette solution est la plus juste, parce qu’il n’est pas équitable que quelques centaines de princes corrompus se partagent les richesses de l’Arabie Saoudite alors que des millions de musulmans souffrent de la pauvreté, de la faim et de l’injustice.
Selon certaines informations, une trentaine de migrants pakistanais s’étant rendus en Europe ont été renvoyés. Mais une fois à Islamabad, le gouvernement les a remis dans un avion en direction du Vieux Continent, prétextant qu’ils ne possédaient pas de papiers en règle. Voir cet article. Or des milliers de réfugiés cachent leur identité. Ils ne peuvent donc pas être renvoyés dans leurs pays d’origine. Et les prisons occidentales sont pleines de musulmans emprisonnés pour séjour illégal ou menaces à la sécurité du pays. En France, plus de 70% des détenus sont musulmans … dont un grand nombre de terroristes qui ne peuvent pas être expulsés vers leurs pays d’origine. On ne sait pas comment traiter ces cas, et ces gens ne peuvent pas être condamnés à mort. Ce qui vaut pour la France vaut aussi pour la Suisse et d’autres pays occidentaux. La création d’un protectorat international permettrait d’y transférer ces réfugiés et ces prisonniers, au lieu de les garder dans les rues ou dans les prisons et centres de détention … à prix d’or.
Pour la petite histoire, en Suisse, chaque détenu coûte pas moins de 300 francs par jour, soit 9000 francs par mois, l’équivalent du salaire d’un professeur à l’université… sans rien faire, aux frais de la princesse. Des détenus sont gardés en prison après exécution de deux tiers de leurs peines parce qu’on ne sait pas où les renvoyer, du fait qu’ils ne possèdent pas de papiers en règle… et refusent d’entreprendre des démarches pour les obtenir auprès de leurs ambassades.
 
Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Traducteur du Coran en français et auteur de nombreux ouvrages
www.sami-aldeeb.com
www.blog.sami-aldeeb.com
Version originale arabe de cet article




Prendre la moitié de l'Arabie saoudite et y installer les réfugiés

Arabiesaoudite3milllionstentes

Pèlerinage de La Mecque : de quoi installer 2 millions de personnes, et il y a encore de la place…

L’écrasante majorité des réfugiés qui arrivent en Europe sont des musulmans, appartenant à une nation qui prétend être “la meilleure nation suscitée pour les humains”, selon le Coran 3:110. 

Les pays européens dans lesquels ces réfugiés viennent pour demander l’asile sont considérés par les musulmans comme des pays de mécréants contre lesquels ils ne cessent d’invoquer Dieu, nuit et jour, et à longueur d’année, pour “qu’Il rende orphelins leurs enfants, et veuves leurs femmes”. Selon le droit musulman, ces pays forment ce qu’on appelle Dar al-kufr (pays de mécréance) et Dar al-harb (pays de guerre), donc à conquérir par le jihad avec ce que cela implique comme butins de guerre et enlèvement des femmes pour en faire des esclaves.
Le cheikh égyptien Abu Ishaq Al-Huwayni le dit sans détour: “La pauvreté dans laquelle nous sommes, n’est-ce pas parce que nous avons abandonné le jihad? Si nous faisions chaque année une, deux ou trois razzias, beaucoup de gens deviendraient musulmans. Et ceux qui refusent de se convertir et empêchent d’appeler les gens à l’islam seraient combattus et nous les prendrions comme esclaves, mettrions la main sur leurs biens, leurs enfants et leurs femmes. Et tout cela, c’est de l’argent. Chaque combattant reviendrait du jihad avec les poches pleines, ramenant chez lui deux ou trois filles, trois ou quatre femmes, trois ou quatre enfants. Faites le calcul: chaque tête au prix de 900 ou de 600 dirhams. Ainsi il revient avec une bonne somme d’argent. S’il allait faire des affaires dans un pays occidental, jamais il n’en tirerait autant. Chaque fois qu’il se trouve en difficulté financière, il en vend une tête pour s’en sortir.”  Ces propos ne sont pas une invention de la part du cheikh en question. C’est ce qui est enseigné par l’Université de l’Azhar. Voir à cet effet cette vidéo en arabe:
https://www.youtube.com/watch?v=snjomuNtX_w
https://www.youtube.com/watch?v=snjomuNtX_w
Le cheikh saoudien Saleh Fawzan, membre du Comité permanent des avis religieux (ifta’) et membre du Conseil des Oulémas en Arabie Saoudite, dit: “L’islam n’interdit pas de prendre les femmes comme captives, et celui qui appelle à interdire l’enlèvement des femmes est un ignorant et un athée.” Il a ajouté dans un court Tweet de son compte Twitter: “Cette norme découle du Coran, et on ne peut l’abroger tant que dure le jihad pour Allah.” Il poursuit: “Voilà le jugement de Dieu, qui ne fait de faveur à personne et ne ménage personne. Si l’esclavage était interdit, l’Islam l’aurait clairement énoncé comme il l’a fait avec l’usure et l’adultère. L’Islam est fort et ne ménage personne.” (Http://goo.gl/Mye1qK)
L’imam chiite Ahmed Hassani Al-Baghdadi n’est pas moins catégorique dans ce domaine que ses collègues sunnites. Je vous invite à regarder cette interview en arabe sur la chaîne de Bagdad
https://www.youtube.com/watch?v=UIXlaawzcoY
https://www.youtube.com/watch?v=UIXlaawzcoY
Toutes ces positions sont pleinement en accord avec ce qui se trouve dans les ouvrages reconnus de droit musulman, y compris l’ouvrage du philosophe et juriste Averroès (Ibn Rushd): “Bidayat al-mujtahid wa-nihayat al-muqtasid”, et que les occidentaux adulent sans en connaître l’enseignement juridique. Ces positions sont encore enseignées dans les écoles, les instituts et les universités des pays arabes et islamiques, y compris Al-Azhar et les Hawzah chiites.
Il y a beaucoup d’articles et d’informations qu’il faudrait compiler et analyser pour voir les éléments cachés, les motifs et le financement de l’immigration actuelle vers les pays européens. Certaines de ces informations indiquent que cette immigration vise à déstabiliser l’Europe. Et certains considèrent les immigrés comme une cinquième colonne en préparation de l’invasion de l’Europe. La Turquie, autrefois le centre du Califat ottoman, est l’un des pays qui soutiennent cette immigration. Notez que l’Empire ottoman a occupé un certain nombre de pays occidentaux dans lesquels viennent ces immigrés … y compris la Grèce et les pays des Balkans. Il a assiégé Vienne en 1529, et en 1532 il a lancé une campagne militaire contre les Allemands. La Turquie rêve-t-elle de la réoccupation des pays qui étaient sous la domination ottomane? Rêve-t-elle du Jihad, des razzias et du rapt des femmes par le biais des réfugiés? Les semaines et les mois prochains vont révéler beaucoup de secrets.
Quoi qu’il en soit, les pays européens ont commencé à prendre des mesures pour limiter cette immigration et déporter ceux qui ne remplissent pas les conditions prévues par la Convention relative au statut des réfugiés. La mesure la plus récente est  la réunion euro-africaine à Malte pour discuter de la crise de la migration. Le problème est qu’il est presque impossible de renvoyer les réfugiés dans leur pays. Il y a des centaines de milliers d’immigrants qui ne possèdent pas de papiers d’identité pour une raison ou une autre, et dont on ne peut pas vérifier la nationalité. Ils ne peuvent donc pas être renvoyés dans leurs pays d’origine. Et il est devenu impossible de limiter l’entrée de nouveaux immigrants dans les pays occidentaux … à moins que ces pays n’érigent des barrières pour empêcher leur infiltration. Et cela est impossible pour les pays ayant accès à la mer comme la Grèce et l’Italie. Vous ne pouvez pas non plus laisser les immigrés se noyer sans les secourir.
Ainsi, les pays européens se retrouvent devant un véritable dilemme qui peut conduire à une guerre civile à l’intérieur de ces pays eux-mêmes, guerre qui détruira tout et les transformera en champ de ruines comme la Syrie, l’Irak et ailleurs. Certes, vous ne pouvez pas blâmer les réfugiés fuyant les guerres de sauver leur vie. Mais vous ne pouvez pas non plus blâmer les pays occidentaux qui prennent des mesures afin d’empêcher des guerres sur leurs territoires., guerres  qui ne sont dans l’intérêt  des pays européens ou des réfugiés eux-mêmes.
Alors, quelle est la solution? J’ai fait part dans un article précédent http://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=485147 deux propositions:

  • L’aménagement d’une ou de plusieurs îles grecques vers lesquelles les réfugiés musulmans seraient dirigés. On y ferait construire des logements par les réfugiés eux-mêmes, et on y ouvrirait des hôpitaux, des écoles, des universités et des usines.
  • Prendre la moitié de l’immense territoire saoudien et la placer sous la protection des Nations Unies, d’autant que 60% des Saoudiens, selon certaines sources, soutiennent l’Etat islamique (Daesh), et les Saoudiens sont ceux qui financent le terrorisme dans la région. Ce sera une sorte de compensation pour les crimes de l’Arabie saoudite.

Le problème avec les îles grecques est que le nombre des réfugiés ne cesse d’augmenter, pouvant atteindre plusieurs millions dans un avenir proche. D’autre part, la Grèce a été sous la domination turco-ottomane pendant des siècles, et elle a lancé une guerre de libération entre 1821 et 1832 pour se débarrasser de cette domination. Prendre des îles grecques pour y placer des immigrants de pays musulmans provenant de l’ennemi historique Turquie ne ferait que raviver les plaies ouvertes des Grecs.
.
Par conséquent, la seconde solution est préférable, à savoir prendre la moitié de l’Arabie Saoudite, pour les raisons suivantes:
– La Péninsule arabique est le berceau de l’Islam, et l’écrasante majorité des réfugiés sont des musulmans.
– La superficie de l’Arabie saoudite est de deux millions de kilomètres carrés, équivalente à quatre fois la superficie de la France. Et ce territoire peut accueillir plus de 100 millions de migrants, qui ont envie de quitter leurs pays à cause de la faim et de la guerre.
– L’énorme richesse pétrolifère en Arabie Saoudite peut être exploitée au profit des réfugiés musulmans. Selon la loi islamique, les musulmans appartiennent à une seule nation, et ils ont droit aux richesses des pays islamiques.
– La richesse de l’Arabie saoudite ne profite aujourd’hui qu’à un petit nombre de princes, tandis que des millions de musulmans en Arabie Saoudite et à l’étranger sont en train de mourir de faim et de pauvreté.
– L’Arabie saoudite est le principal bailleur de fonds du terrorisme dans le monde. Pour rappel, les attaques terroristes aux États-Unis le 11 Septembre 2001, qui ont tué plus de 3.000 personnes, ont été menées par 19 personnes liées à Al-Qaïda, dont quinze avaient la nationalité saoudienne.
Bien sûr, certains objecteront que les immigrants vers les pays occidentaux ne veulent pas vivre sous un système saoudien violant les droits de l’homme. Pour cette raison, vous devez prendre la moitié du territoire de l’Arabie saoudite et la moitié de sa richesse pétrolière et les mettre sous protection internationale. On pourra l’appeler, par exemple: l’État des réfugiés. Ce doit être un Etat démilitarisé, protégé par une force supervisée par le Conseil de sécurité, et il doit respecter les droits humains. Cet État ​​peut devenir un modèle pour d’autres pays musulmans.
Dans la pratique, on doit amener tous les réfugiés musulmans venant dans les pays occidentaux à aller vers ce territoire protégé et assurer leur sécurité, en leur permettant de retourner dans leur pays d’origine quand ils le veulent.

Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Traducteur du Coran en français et auteur de nombreux ouvrages
www.sami-aldeeb.com
www.blog.sami-aldeeb.com

Version originale arabe de cet article




Solution du problème des réfugiés

Migrants from North Africa arrive at the southern Italian island of Lampedusa March 14, 2011. Thousands of Tunisians have fled this year in the wake of the uprising that toppled long-time ruler Zine al-Abidine Ben Ali and sparked a wave of upheaval across North Africa and the Middle East. REUTERS/Stefano Rellandini (ITALY - Tags: POLITICS SOCIETY)

Il est facile de faire des théories sur la question des réfugiés lorsqu’on est assis à l’aise devant la télévision, à observer ce qui se passe sur terre et sur mer, avec un toit au-dessus de la tête, un lit bien chaud près de soi, et assez à manger et à boire sur la table. Certainement, on est attristé en voyant des milliers de réfugiés fuyant leur sort amer, cherchant un endroit sûr pour eux-mêmes et leurs familles. Mais comme on dit en arabe: “Celui qui compte les coups de bâton n’est pas aussi bien renseigné que celui qui les reçoit.”

Toutefois, il est indispensable de proposer des solutions à ce problème. Il ne faut pas forcément un médecin atteint du cancer pour soigner un cancéreux.
Zone infestée
———
Le Moyen-Orient est devenu une zone infestée. Personne n’est à l’abri. Chacun tente de fuir pour sauver sa vie. Le seul espoir de paix est la paix des cimetières. Lorsque la terre couvrira tous les habitants de cette région, alors la paix y régnera. Les habitants de cette région ne sont plus aptes à se supporter mutuellement, et chacun se presse de liquider l’autre. Massacre inégalé, impitoyable, n’épargnant ni bébés, ni femmes, ni vieillards. Même la pierre n’y échappe pas. La dévastation s’étend partout. Et toute trace de civilisation est menacée par des groupes terroristes venus de partout pour diffuser leurs venins.
Les réfugiés portent avec eux leur héritage
——————–
Personne n’a le droit de blâmer les réfugiés qui fuient cette zone infestée, à la recherche d’un endroit sûr. Dans le même temps, on n’a pas le droit de blâmer les pays occidentaux qui refusent de prendre toute personne qui veut entrer sur leur territoire. Si les pays occidentaux ouvraient leurs frontières à tous ceux qui veulent y avoir accès, il ne resterait personne dans les pays arabes et musulmans. Les chefs de ces pays seront même en tête des réfugiés. C’est dire que les pays occidentaux seraient submergés par des flots de réfugiés qui engendreraient le chaos et la destruction, d’autant plus que la grande majorité de ces réfugiés portent avec eux l’héritage culturel et religieux qui a causé des ravages dans leur pays.
Tout comme les réfugiés en quête de sécurité, les populations des pays occidentaux ont le droit à la sécurité dans leurs pays et à ce que ces pays ne soient pas infestés comme la Syrie et l’Irak. Ceux qui accusent les pays occidentaux de refuser les réfugiés ont en fait une intention malveillante. Ils cherchent à islamiser les pays occidentaux … et à les transformer en régions infestées comme la Syrie et l’Irak. Partout où l’islam se propage, il amène avec lui la destruction et la dévastation. À moins que l’islam ne soit vidé de ses enseignements criminels et inhumains, et de ses processus de lavage de cerveau pour les musulmans. Mais cela ne sera pas faisable du jour au lendemain avec l’afflux de milliers de réfugiés musulmans dans les pays occidentaux.
Alors, quelle est la solution?
———
La meilleure solution pourrait être la création d’un protectorat international accueillant tous ceux qui ne trouvent pas la sécurité dans leur pays. Dans ce protectorat, il faut  former de nouvelles générations libérées des enseignements criminels de l’Islam, en permettant à toute personne qui le souhaite de retourner dans son pays quand la sécurité y est restaurée.
Certains ont proposé l’aménagement d’une île ou de plusieurs îles grecques vers lesquelles les réfugiés musulmans seraient dirigés. On y ferait construire des logements par les réfugiés eux-mêmes, et on y ouvrirait des hôpitaux, des écoles, des universités et des usines.
On peut aussi  prendre la moitié de l’immense territoire saoudien et la placer sous la protection des Nations Unies, d’autant que 60% des Saoudiens, selon certaines sources, soutiennent l’Etat islamique (Daesh), et les Saoudiens sont ceux qui financent le terrorisme dans la région. Ce sera une sorte de compensation pour les crimes de l’Arabie saoudite.
Dans le même temps, les pays occidentaux doivent mener une opération militaire efficace pour éradiquer toutes les organisations terroristes en Irak et en Syrie, et imposer des conditions permettant le renouvellement de la pensée islamique, afin de vider l’islam de ses enseignements criminels, comme suggéré précédemment par feu Mohamed Taha Mahmoud (pendu en 1985 sur incitation de l’Azhar) qui a vu la nécessité d’abandonner le Coran de Médine et de ne retenir que le Coran de La Mecque. Cela nécessitera la fermeture de l’Azhar et de toutes ses écoles, car elles sont à la base du terrorisme islamique dans le monde. Il faut aussi imposer un changement radical de l’islam en Arabie saoudite, le principal bailleur de fonds du terrorisme islamique. La même chose doit être faite dans les pays occidentaux avec les communautés musulmanes.
Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Traducteur du Coran en français et auteur de nombreux ouvrages
www.sami-aldeeb.com
www.blog.sami-aldeeb.com
Version originale arabe de cet article



Conseils pour les pays qui reçoivent les réfugiés musulmans

_85692630_85692629
Si l’Europe ne veut pas se suicider sur le plan de la civilisation, elle doit savoir que les réfugiés musulmans accueillis ces derniers temps par milliers mettent les enseignements du Coran et de Mahomet au-dessus des droits de l’homme et de toute autre loi.

Partant de cette vérité, les pays occidentaux qui reçoivent les réfugiés musulmans doivent les avertir que ces enseignements islamiques n’ont pas de place sur leurs territoires, et que seules les lois votées par le parlement sont applicables.
Cet avertissement doit être fait par écrit, et chaque réfugié doit s’engager par écrit à laisser de côté les enseignements de l’islam contraires aux droits de l’homme et aux lois du pays d’accueil. Toute violation de cet engagement conduit au retrait du droit d’asile et l’expulsion immédiate du pays.
Ces pays doivent indiquer, noir sur blanc, les normes islamiques qui entrent en conflit avec les droits de l’homme et les lois du pays d’accueil afin que tout soit clair.
Ces pays doivent enseigner aux enfants de ces requérants que les normes islamiques contraires aux droits de l’homme et aux lois du pays n’ont de place dans ce dernier.
En outre, ils doivent contrôler strictement les mosquées qui sont malheureusement devenus des nids de terroristes dans tous les pays occidentaux. Tout imam qui enseignerait des normes islamiques contraires aux droits de l’homme et aux lois du pays doit être expulsé et sa mosquée doit être fermée.
Vaut mieux se fâcher au début que regretter à la fin… et voir les pays occidentaux dévastés. Il faut en effet savoir que les enseignements de l’islam sont la cause de la destruction des pays dont proviennent ces réfugiés… et ces enseignements vont détruire les pays d’accueil s’ils ne sont pas interdits sur leurs territoires.
Signalons ici que la Convention relative aux réfugié stipule à son article 2:
“Tout réfugié a, à l’égard du pays où il se trouve, des devoirs qui comportent notamment l’obligation de se conformer aux lois et règlements ainsi qu’aux mesures prises pour le maintien de l’ordre public”.
Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Traducteur du Coran en français et auteur de nombreux ouvrages
www.sami-aldeeb.com
www.blog.sami-aldeeb.com



Lettre ouverte au Président français : écarter Bachar ou écarter l’Islam?

 
1
J’ai été un partisan du Printemps arabe et je l’ai regretté

Lorsque les premières manifestations ont éclaté en Tunisie, suivies de manifestations en Égypte, puis en Libye, j’ai mis ma main sur mon cœur, de peur. Mais j’ai fini par accepter ces manifestations comme tant de gens, en espérant qu’elles apportent quelque chose de positif pour les pays arabes. Malheureusement, très vite, ces révolutions ont commencé à montrer leur vrai visage, avec la domination du courant islamiste. Je me suis alors souvenu d’une phrase célèbre du général Moshe Dayan de 1968:
«Si nous pouvons évincer l’armée de Nasser et mettre au pouvoir les Frères musulmans en Égypte, nous sentirons l’odeur de la mort et du sang dans tous les endroits de la terre d’Égypte. Cela doit être notre objectif et notre guerre, avec l’aide de nos amis américains.”
Les massacres et les destructions en Syrie programmés depuis des siècles
Deux ans avant le début des manifestations en Syrie, j’ai rencontré un collègue Alaouite, qui m’a rendu visite à mon institut en Suisse. Il m’a pris par la main et m’a fait lire une fatwa du grand recueil d’Ibn-Taymiyyah (décédé en 1328, à Damas):
“Ces gens appelés les Nussayrites (un autre nom des Alaouites, qui gouvernent la Syrie actuelle) ainsi que les Qarmates, sont plus mécréants que les juifs et les chrétiens, voire que les polythéistes, et le danger qu’ils représentent pour la nation de Mahomet est plus grand encore que celui causé par les guerriers mécréants des Tatars, des Francs et des autres (…) Il ne fait aucun doute que le jihad et l’application des sanctions islamiques contre eux constituent les actes d’obéissance les plus méritoires et le devoir le plus important, meilleurs même que le jihad contre les polythéistes et les gens du livre, qui ne font pas la guerre contre les musulmans. Le combat contre eux est similaire au combat contre les apostats. Or le Calife Abu-Bakr et les compagnons de Mahomet ont entamé le combat contre les apostats avant le combat contre les mécréants.”
Mon collègue me dit: “Tu verras, Sami, les Frères musulmans prendront le pouvoir en Syrie dans les deux prochaines années.” J’ai été surpris de ses paroles et je lui ai demandé: “Quelles seraient les conséquences de la prise du pouvoir par les Frères musulmans?” Il répondit: “Ils vont appliquer la fatwa d’Ibn-Taymiyyah et il y aura des massacres en Syrie. Tu vas voir. Rappelle-toi alors de mes paroles.”
Lorsque les manifestations ont éclaté en Syrie, et à la lumière du revirement de la révolution en Tunisie, en Égypte, et en Libye, j’ai exprimé des réserves concernant les manifestations en Syrie contre le régime d’Assad… en dépit du fait que certains amis musulmans et chrétiens syriens aient été en leur faveur. Je leur ai expliqué la raison de mon opposition, mais ils ont souligné la nécessité de débarrasser la Syrie du régime d’Assad à cause de l’injustice subie par le peuple syrien.
L’Islam est responsable des destructions et des massacres en Syrie et en Irak
Dieu sait que je ne soutiens aucun régime qui opprime son peuple. Mais en même temps, nous devons traiter les choses rationnellement. Le système politique, quel qu’il soit, ne descend pas du ciel. Il est le produit de la communauté. Comme on dit en arabe: «Vous serez gouvernés comme vous êtes.» En Occident, on dit: «Le peuple a le gouvernement qu’il mérite.» Ce qui se passe en Syrie et en Irak montre que la population est assoiffée de sang et ancrée dans la barbarie.
J’ai demandé à une amie musulmane irakienne: «Comment expliques-tu que les Irakiens ravissent les femmes et les vendent comme esclaves, massacrent les minorités, les expulsent et prennent possession de leurs biens?»
Elle m’a répondu: «Mais leur prophète n’a-t-il pas fait cela?»
Je lui ai dit: «Cela est contraire à toutes les valeurs morales enseignées dans les écoles et les universités en Irak. N’avez-vous pas d’écoles et d’universités en Irak?»
Elle m’a répondu: «Mais ne sais-tu pas que la religion est plus importante que l’éducation scolaire et universitaire dans notre société? La religion islamique comporte des normes prescrivant ces actes barbares, normes enseignées encore aujourd’hui dans les écoles d’Al-Azhar.»
Pour revenir à la Syrie, le président Assad a commis une erreur fatale quand il a fondé des instituts religieux islamiques portant son nom. Dans une interview donnée le 17 avril 2013, il a déclaré fièrement:
«En Syrie, depuis 1970 et jusqu’à aujourd’hui, nous avons construit 18000 mosquées, 220 écoles religieuses secondaires et autres, et des dizaines d’instituts de formation pour les prédicateurs.»
Aujourd’hui, la Syrie récolte ce qu’elle a semé: des milliers de morts, de blessés et de déplacés, sans parler des destructions.
Ce qui vaut pour la Syrie vaut aussi pour l’Égypte et d’autres pays arabes et musulmans. Même en Occident, où le nombre de mosquées progresse jour après jour… parallèlement à l’intensification des actes terroristes et du nombre de terroristes. Et l’Occident, désormais, est au bord d’une guerre civile qui promet de tout détruire. Tout cela à cause de la stupidité des hommes politiques, de leur complicité avec  le clergé musulman et de l’échec des universités occidentales, qui devaient tirer la sonnette d’alarme. Semez la superstition religieuse, construisez des mosquées, répandez l’ignorance et soutenez le mensonge, et vous récolterez des flots de sang et des dévastations.
Changer ce qui est dans les têtes ou changez les chefs?
Les Irakiens aiment à dire: «C’est le même âne, seule la selle a changé» — toutes mes excuses pour les ânes.
Le président français, tout sourire, a déclaré le 7 septembre 2015 aux journalistes: «Bachar Al-Assad doit partir» (de Syrie).
Mais qui va gouverner la Syrie si Bachar Al-Assad quitte le pouvoir? Qui garantira que son remplacement par un autre amènera la paix en Syrie?
Il ne fait pas l’ombre d’un doute que le départ de Bachar Al-Assad conduira à la prise du pouvoir par les Frères musulmans, et la Syrie sera tout entière sous l’emprise de Daesh, qui est l’enfant légitime du mouvement des Frères musulmans.
Au lieu de changer les chefs à la tête du pouvoir, nous devons nous efforcer de changer le contenu des têtes.
Et c’est la responsabilité des intellectuels arabes. Nous devons comprendre que les maux des pays arabes, depuis 14 siècles, découlent de la religion musulmane. Sans une mutation radicale de la religion musulmane, les flots de sang et les destructions continueront de ravager les pays arabes.
Et cette mutation doit passer nécessairement par la levée de la sainteté du Coran et de l’infaillibilité de Mahomet.
L’Occident est au bord de la guerre civile en raison de l’Islam
L’Occident doit se rendre compte que l’islam est non seulement un danger pour les pays arabes, mais aussi pour l’Occident, à moins d’une mutation radicale de la religion musulmane.
Si l’Occident ne se rend pas compte de ce problème, il devra rapidement faire face à des guerres civiles à caractère religieux, alimentées par des cellules terroristes musulmanes dormantes… d’autant plus avec l’afflux de milliers de réfugiés musulmans de Syrie, d’Irak, de Somalie, d’Afghanistan et d’ailleurs, qui portent avec eux le même virus de la religion musulmane qui a entraîné la destruction de leurs pays. Les Occidentaux regretteront alors amèrement d’avoir ouvert leurs portes aux réfugiés musulmans.
Mais quelle est la solution? Avant d’accepter les musulmans, l’Occident doit prendre les précautions nécessaires pour assurer sa sécurité en imposant la mise à l’écart de l’Islam ou une mutation radicale de cette religion: une quarantaine, comme on le fait avec les porteurs de maladies contagieuses telles que la peste et autres maladies mortelles. Et ce dans l’intérêt des pays occidentaux comme dans celui des musulmans eux-mêmes.
Au lieu de demander la destitution du président Bachar Al-Assad, le président français doit demander la mise à l’écart de l’Islam, ou du moins sa mutation radicale, parce que cette religion menace la France à l’intérieur de ses frontières.
Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Traducteur du Coran en français et auteur de nombreux ouvrages
www.sami-aldeeb.com
www.blog.sami-aldeeb.com
Version originale arabe de cet article



Nulle contrainte en religion

Ici Version arabe de cet article

Ouvrages autour de certains versets du Coran
J’essaie actuellement de publier en français et en anglais des ouvrages autour de certains versets du Coran tels que présentés dans les exégèses reconnues depuis le début de l’islam jusqu’à aujourd’hui.
Ces ouvrages comportent les textes de ces exégèses en rapport avec ces versets, avec une traduction littérale ou sommaire du contenu et une analyse détaillée en langue française ou anglaise. Ces ouvrages sont ensuite publiés chez Amazon en version papier, et ils sont mis gratuitement à la disposition des lecteurs dans mon propre site. J’estime en effet que les droits du lecteur passent avant les droits de l’auteur. Celui qui ne dispose pas de moyens pour les acheter pourra les télécharger gratuitement, mais j’espère que celui qui a les moyens procèdera à leur achat en signe de solidarité avec l’auteur.
Deux ouvrages sont déjà terminés:
1) Le premier, intitulé « La Fatiha et la culture de la haine » porte sur les sixième et septième versets du premier chapitre du Coran: « Dirige-nous vers le chemin droit. Le chemin de ceux que tu as gratifiés, contre lesquels [tu n’es] pas en colère [les juifs] et qui ne sont pas égarés [les chrétiens] ». Cet ouvrage est sorti en français et en anglais.
2) Le deuxième, intitulé « Nulle contrainte dans la religion » porte sur le verset 2:256: « Nulle contrainte dans la religion! La bonne direction s’est distinguée du fourvoiement. Quiconque mécroit aux idoles et croit en Dieu, tient à l’attache la plus sûre et imbrisable. Dieu est écouteur, connaisseur ». Cet ouvrage est sorti pour le moment seulement en français, mais il sera traduit et publié en anglais prochainement.
Pour acheter ces ouvrages il vous suffit de cliquer sur le titre:
La Fatiha et la culture de la haine
The Fatiha and the culture of hate
Nulle contrainte dans la religion

31gwNq2Gv7L

BookCoverImage

31AOPE66OAL

Mais si vous n’avez pas les moyens, vous pouvez aussi les télécharger gratuitement de ces liens:
http://www.sami-aldeeb.com/files/fetch.php?id=338
http://www.sami-aldeeb.com/files/fetch.php?id=345
http://www.sami-aldeeb.com/files/fetch.php?id=346
Nulle contrainte dans la religion
Ce deuxième ouvrage de 203 pages, sorti pour le moment seulement en français, comporte les textes arabes d’environ 80 exégèses anciennes et contemporaines avec une traduction littérale ou sommaire du contenu et une analyse détaillée en langue française en rapport avec le verset 2:256. Ce verset est souvent cité par les musulmans pour démontrer que l’islam reconnaît la liberté religieuse. Mais les exégèses prouvent sans le moindre doute que ce verset ne garantit qu’une partie infime de la liberté religieuse, et ne saurait en aucun cas être considéré comme conforme au principe de la liberté religieuse prônée par les documents internationaux, dont nous citons l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme:
Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion: ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.
La clause de cet article qui parle de la liberté de changer de religion ou de conviction a provoqué une réaction très vive de la part des pays musulmans. Et jusqu’à ce jour aucun pays arabe ou musulman n’a accepté cet article et aucun de ces pays ne l’a intégré dans ses constitutions et ses lois.
Et pour rappel, à titre d’exemple, le Code pénal arabe uniforme, adopté à l’unanimité par le Conseil des ministres arabes de la justice en 1996, dit:
Article 162 – L’apostat est le musulman, homme ou femme, qui abandonne la religion islamique par une parole explicite ou un fait dont le sens est indiscutable, insulte Dieu, ses apôtres ou la religion musulmane, ou falsifie sciemment le Coran.
Article 163 – L’apostat est puni de la peine de mort s’il est prouvé qu’il a apostasié volontairement et s’y maintient après avoir été invité à se repentir dans un délai de trois jours.
Article 164 – Le repentir de l’apostat se réalise par le renoncement à ce qui a constitué sa mécréance; son repentir est inacceptable s’il apostasie plus de deux fois.
Article 165 – Tous les actes de l’apostat après son apostasie sont considérés comme nuls de nullité absolue, et tous ses biens acquis par ces actes reviennent à la caisse de l’État.
Et il existe des centaines de fatwas issues de l’Azhar et autres institutions religieuses musulmans qui prévoient la peine de mort contre l’apostat, le privent de l’héritage et du mariage. Ce qui constitue une violation flagrante du principe de la liberté religieuse telle que prônée par les documents internationaux.
Que disent les exégèses du verset « Nulle contrainte dans la religion »?
La position des exégèses de ce verset peut être résumée dans les points suivants:
1) Les polythéistes arabes, n’ayant pas de livre révélé, ne sont pas tolérés. Ils n’ont le choix qu’entre l’islam et l’épée.
2) Les gens du livre, à savoir les juifs et les chrétiens, ont le choix entre se convertir à l’islam, conserver leur religion en payant le tribut, ou (mourir par) l’épée. Cette norme s’applique aussi aux sabéens et aux zoroastriens.
3) Les polythéistes qui se convertissent au judaïsme ou au christianisme sont traités comme les polythéistes; ils n’ont le choix qu’entre l’islam et l’épée.
4) Les captives et captifs juifs et chrétiens devenus esclaves ne sont pas contraints à devenir musulmans. Mais les captives et captifs polythéistes, sabéens et zoroastriens n’ont le choix qu’entre l’islam et l’épée, car leur maître ne peut épouser leurs femmes ni manger de la viande d’animaux saignés par eux. Les enfants captifs en revanche sont convertis de force.
5) On entend par contrainte, en règle générale, la contrainte physique, ou plus concrètement la mise à mort. On ne tient compte des restrictions imposées aux non-musulmans pour les inciter à se convertir l’islam, ni le paiement du tribut, ni les normes discriminatoires (comme l’interdiction du mariage avec une musulmane).
6) Aucun exégète ne comprend le principe « Nulle contrainte en religion » dans le sens du droit de quitter l’islam, ou du droit de ne pas pratiquer les obligations cultuelles telles que la prière ou le jeûne. Celui qui quitte l’islam ou refuse de prier et de jeûner, il doit être mis à mort. Ceci s’applique aussi aux enfants nés musulmans: on ne leur donne pas le droit de choisir une autre religion lorsqu’ils sont majeurs.
Prochaine recherche et demande d’aide de la part des lecteurs
Ces prochains jours je complèterai mon étude en langue française http://goo.gl/3gDuCy qui parle de la destruction des statues dans le judaïsme, le christianisme et l’islam. Cet ouvrage sera publié chez Amazon. Pour mener à bien cette recherche je prie les lecteurs de m’indiquer toute information à leur disposition, avec les liens, à mon email: sami.aldeeb@yahoo.fr portant sur les questions suivantes:
– Destruction des statues de la Kaaba par Mahomet
– Tentatives de la destruction des Pyramides et des statues par les musulmans
– Les fatwas en rapport avec la destruction des statues et des images
– Les fatwas de Daesh justifiant la destruction des statues de Mossoul et autres.
Sami Aldeeb




Recourir à l'ONU ou à Strasbourg pour annuler la votation suisse ? Pure folie !

Ceux qui pensent recourir contre la décision du peuple suisse refusant la construction de minarets en Suisse se mettent le doigt dans l’œil et commettent un acte de pure folie:
– La décision d’interdire les minarets en Suisse ne viole aucune norme internationale, contrairement à ce que prétendent certains ignares. Elle ne viole pas la liberté religieuse puisque la présence de minarets n’est pas nécessaire pour la pratique du culte musulman. La Mosquée avec le dôme doré de Jérusalem, troisième lieu saint de l’Islam, n’a pas de minaret, et pourtant on y prie. De même, cette décision ne viole nullement le principe de l’égalité: ceux qui veulent interdire les cloches et les clochers peuvent toujours lancer leur propre initiative. Et ainsi l’égalité de traitement est garantie.
– Ceux qui oseront recourir contre la décision du peuple prouveront qu’ils sont pour la dictature et contre la démocratie. Et si les musulmans s’y associeront, ils ne feront qu’aggraver leur cas. Cela signifiera qu’ils considèrent leurs lois religieuses au-dessus du droit suisse et ainsi ils se mettront à dos la majorité de la population suisse qui ne veut pas de minarets.
– Les pays musulmans qui critiquent la Suisse devraient commencer par balayer devant leur propre porte. Quant aux pays occidentaux, ils feraient mieux de demander l’avis de leurs peuples avant de critiquer la Suisse.
Dr. Sami Aldeeb Abu-Sahlieh
Centre de droit arabe et musulman
Ochettaz 17, CH-1025 Saint-Sulpice