1

Je n'ai pas envie de payer pour les Grecs

billetsLa Grèce, hélas ! Je commence avec ce jeu de mots, car HELLAS est le nom attribué à la Grèce antique sous le premier règne de l’empereur Justinien II. Et qui est maintenant utilisé par des spécialistes et les Grecs eux-mêmes avec ses dérivés : hellénisme, hellénistes, période hellénistique.
Mais hélas, la Grèce de la période moderne, n’est plus, loin de ça, la Grèce d’antan, la Grèce qui a largement contribué à la science, à la culture et à la création de notre civilisation. Quelle décadence, triste décadence.
Je suis saisi, meurtri par le résultat du référendum de dimanche 5 juillet 2015, proposé par les actuels dirigeants grecs. Manière de se disculper de leur aventurisme doublé d’un incroyable dilettantisme que le gouvernement Tsipras a mis en place comme ligne politique depuis son arrivé au pouvoir. Avec les conséquences connues qui ont accentué dramatiquement le sort du peuple grec.
Les raisons à l’origine du chaos actuel son bien connues : l’entrée de la Grèce dans la zone euro, basée sur des comptes grossièrement falsifiés. Mais la responsabilité des dirigeants grecs de l’époque est à partager avec l’incompétence de la Commission Européenne, de ceux qui ont acté cette entrée. Par ailleurs, toute la création de cette zone fut une erreur, car regrouper dans une monnaie commune des pays si disparates économiquement, fiscalement, du droit du travail comme des lois sociales est un contre sens, une aberration dont nous tous payons et payerons les conséquences. Nous, mais pas les responsables de cette faute grave, les bureaucrates de Bruxelles.
Revenons à la Grèce ; dans l’état où l’économie de ce pays se présente, le remboursement de l’énorme dette contractée (environs 320Md d’euro) est une chimère, malgré les sacrifices imposés au gens. Aux gens du peuple, mais pas aux richissimes armateurs, non plus à la puissante et aussi très riche église orthodoxe. Encore un exemple de l’incurie des gouvernants grecs (de tous bords) sans compter les fraudes fiscales qui étaient devenues un sport national, tout aussi bien que la corruption endémique. Corruption qui émane de son histoire, l’appartenance de la Grèce à l’Empire Ottoman qui a hissé la corruption à un dogme, a imprégné tous les pays et les peuples du croissant ottoman, de l’Afrique du Nord, le Proche et Moyen Orient jusqu’aux Balkans. J’ai analysé ce phénomène quand la crise grecque s’est relevée pour la première fois, en 2010 :
http://zissus.blogspot.fr/2010/03/corruption-et-geo-politique.html
Alors, comment ne pas être meurtri, quand une majorité de ce peuple se réjouit du résultat de ce référendum qui a un seul but : ne pas payer leur dette colossale (315 Md d’euro) et en plus obtenir d’autre « prêts » qui auront la même finalité. Et tout cela au nom de la fierté du peuple grec !
C’est le tonneau des Danaïdes, pour utiliser un conte issu de cette merveilleuse mythologie gréco-romaine ! Que pensent les pays européens qui ont toujours mené une politique économique et budgétaire sérieuse ? Que pensent d’autres pays européens (Italie, Portugal et Espagne) qui, au prix d’une cure d’austérité drastique arrivent à s’en sortir. Et que pensent les citoyens européens condamnés à payer sans cesse pour remplir les caisses vides d’un Etat faillitaire et qui ne remboursera jamais les sommes versées ?
Je suis interloqué, j’attends la suite de ce mauvais feuilleton qui n’a que trop duré.
Sorel ZISSU




Vivre ensemble, mais pas avec des fous dangereux déséquilibrés…

Ici ou là, des tueurs isolés aux cris Allahou Akbar ont été traités de déséquilibrés par la plupart des média et des représentants de l’Etat, suscitant l’hilarité de la majorité de nos concitoyens. Pour ma part, je soutiens que oui, deux fois oui, ils sont des déséquilibrés, des malades mentaux, des psychopathes sanguinaires, mais tous au nom d’Allah et surtout de son prophète. Partout, en Irak et Syrie, au Nigéria, au Mali, en Algérie, en Israël, au Pakistan et Afghanistan, aux USA, en Russie et en Inde, au Canada, Angleterre et Espagne, en France, la liste est loin d’être exhaustive. C’est la barbarie à l’état pur, une barbarie sinistre que le monde n’a pas connue depuis la chute du 3e Reich. Et encore, si la lutte pour démanteler la puissance nazie fut assez difficile, avec les fous d’Allah elle sera bien au-delà et la victoire est loin d’être assurée. Je l’ai déjà analysé, il y a peu de temps, dans un article sur la nature de l’islamisme.
http://zissus.blogspot.fr/2014/11/non-lislamisme-nest-pas-fascisme.html
Mais faisons une brève corrélation avec une tuerie sanglante perpétrée par un islamiste bien de chez nous : Mohamed Merah qui a tué de sang froid 7 personnes dont trois petits enfants. Quelle leçon pouvons-nous tirer de la suite de cette affaire, suite qui se reproduira, j’en suis certain, avec  le massacre de Charlie Hebdo ?
islam-modéréDes grandes messes, des déclarations plus ou moins tonitruantes de la part des personnalités, des médias et des organismes, des rassemblements, etc. Ils ont occupé le devant de la scène pendant une semaine ou deux, et nous sommes passés à autre chose. Par contre, l’engouement des milliers (ou dizaine de milliers) de jeunes des cités pour « l’acte glorieux » de M. Merah transformé en héros, ceci n’a pas troublé du tout le gotha des bien pensants. Par contre, des appels à la « non stigmatisation » et « pas d’amalgame », des protestations et mises au pilori d’une islamophobie (réelle ou supposée) des excommunications, des procès, des intimidations à l’égard de Zemmour, Finkielkraut, Rioufol, Onfray, Richard Millet, Laurent Obertone, Pierre Cassen, Christine Tasin et d’autres, avec des incitations à leur éviction de tout moyen d’expression publique, à foison.
Exactement la même chose se produit à l’heure actuelle : tout le monde manifeste l’indignation, la stupeur, la condamnation, appels au châtiment exemplaire. A ce chapitre, on sait ce que veut dire, Mme Taubira et son Syndicat de la Magistrature nous ont habitués : perpétuité avec maximum 22 ans incompressibles et sorties après 15 ans pour bonne conduite. Ca veut dire que s’ils ont 20-25 ans, ils sortiront vers 35-40 ans, en pleine forme, entretenus aux frais du contribuable français.
La suite on la mesure déjà : un écho enthousiaste dans les cités (et pas uniquement dans les cités…)  une satisfaction non-dissimulée chez les inconditionnels du Prophète ; nous avons déjà, à quelques heures de l’événement un aperçu dans les réseaux sociaux :
Or, nous sommes, depuis un bon moment, devant une hydre multicéphale, disposant chez nous d’une cinquième colonne de farouches ennemis de notre pays, de notre civilisation, de nos libertés les plus élémentaires. Et cette cinquième colonne n’est pas composée de quelques centaines ou un millier d’individus comme avant la 2eme guerre mondiale, mais de cellules agissantes ou dormantes comprenant un vivier potentiel de dizaines sinon des centaines de milliers de personnes, prêts à agir n’importe où, à n’importe quel moment et sur n’importe quelles cibles.
De plus, ils sont formés, formatés et entrainés (militairement et/ou idéologiquement) par des soi-disants prêcheurs de tous poils et des groupes para militaires ; l’organisation du massacre chez Charlie Hebdo n’est pas l’œuvre d’amateurs : l’action, l’organisation, l’armement, montrent un repérage minutieux, des informations complètes, une action rapide et bien ciblée.
Que ferons les pouvoirs publics contre les agents de l’islamisme les plus acerbes et bien connus ? Tarik Ramadan, l’homme à deux discours (un devant un auditoire en français, le contraire devant un auditoire en langue arabe) qui prêche la haine à l’état pur ? Et que dire d’Alain Soral, grassement rétribué par les ayatollahs iraniens qui fulmine contre tout ce qui dérange ses bailleurs de fonds ? Et l’islamo-trotskiste de MEDIAPART, de nom Edwy Plenel, qui se fait le procureur de toute dérive « islamophobe » demandant l’interdiction d’antenne à tous ceux qui transgressent sa doxa ? La liste est longue…Sans compter les idiots utiles de l’islamisme en France.
Je ne me fais pas d’illusion, cette « affaire » ne laissera pas de traces dans l’inconscient collectif, ni ne suscitera une réaction forte, déterminée et sans hésitations des forces publiques qui sont tétanisés actuellement par le politiquement correct et le « vivre ensemble ».
Vivre ensemble, oui, mais pas avec des fous dangereux.
Sorel Zissu




Le nouveau fascisme en France : Mélenchon, Plenel et les écolo-gauchos…

melenchon-staline2Un nouveau fascisme, protéiforme, violent et envahissant, se manifeste de plus en plus dans notre pays. Et ce fascisme constitue le tsunami le plus dangereux depuis la fin de la 2e guerre mondiale.

Il s’agit d’un regroupement des micro partis et des groupes d’extrême gauche, des anarchistes et des écolo fascistes qui manifestent violemment dans toutes les occasions en essayant d’entrainer et manipuler des étudiants et élèves par des appâts idéologiques dans la droite ligne de « l’agit-prop » ( la machine de propagande stalinienne) de triste mémoire.

Nous trouvons dans ce magma hideux des forces éclectiques, très minoritaires mais d’une énorme puissance de nuisance. Ce sont les ennemis de notre société, les ennemis de la liberté, les ennemis de la pensée libre, les ennemis de la démocratie, les ennemis de l’être humain qui doit être préformé à leur image : l’homme nouveau d’après le modèle de « l’homo sovieticus ».

Et je les énonce :
En tête de gondole (car leur rabatteur utilise le verbiage des camelots de hypermarché) voilà Le Front de Gauche et son gourou le stalino-castriste Jean-Luc Mélenchon, celui que j’appelais jadis le Pol Pot d’opérette. Maintenant il se dévoile de plus en plus avec ces méthodes staliniennes de conquête du pouvoir : il est partout, dans toutes les manifs, dans tous les meetings de « protestation » dans tous les médias pour casser, pour détruire tout ce qui reste de l’autorité publique. Un évènement récent démontre ses pulsions staliniennes : il s’insurge avec son homme de main Alexis Corbière (le futur Beria du Parti de Gauche) contre un jeu vidéo « Assassin’s Creed Unity » qui a osé décrire la terreur de la Révolution Française sous un angle déplaisant aux tenants du « réalisme socialiste ». C’est tellement grotesque, si ce n’était inquiétant…

Maintenant, il est sur tous les fronts : contre le barrage de Sivens, contre la ferme de 1000 vaches, conte l’aéroport de Nantes, contre la guerre à Gaza, contre la gauche, la droite et le centre, contre le FN, contre tout et pour l’anarchie. Il éructe, crie, la bave aux lèvres jusqu’à l’épuisement.

Si dans un pamphlet écrit en 2012 je tirais la sonnette d’alarme sur la dangerosité du personnage, je pense que tous ses agissements ultérieurs me donnent malheureusement raison : il souhaite une dictature nette d’après le modèle de son ami Fidel Castro.
http://zissus.blogspot.fr/2012/04/appel-en-faveur-de-j-l-melenchon-qui.html
Et il entraine à sa suite les dépouilles malodorantes du PCF et son inconnu dirigeant Pierre Laurent. Voilà qui prend la succession des collaborateurs actifs des plus grands criminels de l’histoire, coupables d’environs 80 millions de gens assassinés et des centaines de millions de détenus dans les goulags.

En appui intellectuel, des caïds de la nébuleuse cryptocommuniste, avec en tête leur propagandiste en chef, Edwy Plenel, créateur du torchon MEDIAPART :
http://zissus.blogspot.fr/2010/07/edwy-plenel-fasciste.html
Passons au deuxième groupuscule, celui-ci de tendance claire, trotskiste pur jus, et quand même en alliance avec leurs anciens ennemis héréditaires, les staliniens du Front de Gauche : il s’agit, bien sur, du parti du rondouillard postier- pédaleur Besancenot – le NPA – qu’on croyait moribond sinon trépassé, pour le grand regret de personne. Il ressuscite, grâce aux manifs –casseurs de biens publics, commerces, policiers, gendarmes, juifs, catholiques et autres gens qui ne demandent que de vivre en paix.

J’étais, il y a peu de temps, en train de plaindre le pauvre Besancenot, obligé de vivre de son salaire de postier et de sa compagne la richissime Stéphanie Chevrier directrice chez Flammarion et soumise à l’ISF. Très malin, sentant venir la catastrophe, il s’est retiré pour la candidature aux élections présidentielles du 2012, laissant l’inconnu Poutou aller au casse-pipe.

Maintenant que nos dirigeants – les petits pieds socialistes – ont laissé pourrir la situation par leur incapacité congénitale de gérer un pays, il a retrouvé la joie de vivre et se fait voir partout : avec les islamistes de Hamas, les anarchistes, les écolo-gauchistes, les partisans de mariage pour tous, toujours à manifester bruyamment et violemment afin de créer les bases de la révolution prolétarienne et la dictature du « prolétariat ». Le prolétariat n’existe pratiquement plus, mais sa dictature est toujours souhaitée par les trotzkistes.

Je parle d’écolo-gauchistes ? Plutôt des ayatollahs de l’écologie ! Ils sont également là, présents en première ligne dans la liste de nouveaux fascistes. Des moustachus Bové et Mamère (ce dernier malgré sa démission du parti EELV considéré trop mou…) à l’hystérique Duflot, ils sont vaillamment en tête des luttes « anti-système », en clair antirépublicains et anti démocratiques, présents dans les mêmes manifestations que les deux sus-citées. Avec une particularité par rapport aux autres, ils veulent revenir à l’âge de pierre et l’éclairage à la bougie. Belle promesse !

Et vive l’anarchie, la chienlit, le désordre et le mépris de la légalité républicaine. Sauf en période pré-électorale, quand ils partent à la pèche aux postes, en faisant copains-copains avec les socialistes. Bien sûr, la révolution est bonne, mais un poste de dépité (faute volontaire) ou sénateur est bien meilleure. Spécialisé dans la « lutte commune » avec les dépouilles du PCF dont la représentativité réelle est due à des alliances électorale avec le PS.

Enfin, en complément aux trois groupes décrits ci-dessus, une agglomération des individus ultra-minoritaires mais d’un activisme aussi violent que les troupes SA du colonel Röhm.
Qui sont-ils ? Des black-block, décrits assez bien dans Libé,
http://www.liberation.fr/societe/2014/02/23/qui-sont-les-black-blocs_982388
en passant par des anarchistes de tout poil, des soi-disant antifas (plutôt fas que anti) des individus désœuvrés et fanatisés par la haine contre l’ordre et la paix civile.

Tout ceci ne serait que du folklore si deux phénomènes ne se superposaient :
– L’entrainement des masses de jeunes étudiants et surtout des élèves immatures et à la recherche des aventures.
– Et surtout, le plus dangereux et inquiétant phénomène, l’alliance (contre nature) avec les groupes islamistes ayant un grand réservoir de recrutement et animés de leur « idéal » : l’imposition de la charia sur des zones de plus en plus nombreuses du pays.
Bel avenir en perspective !

Sorel Zissu




Regard sans concession sur la réalité du monde arabe

Nous sommes vers la fin de cette année 2013 et le constat de l’état dans lequel est plongé le monde arabe est consternant et déprimant, surtout  pour les peuples qui y vivent. Je ferai un très succinct survol sur la situation de la plupart des pays de la région.

–        L’Egypte, l’état arabe le plus peuplé, vit dans une situation instable, avec des tueries quotidiennes entre les pros et anti Morsi, arrestations plus ou moins arbitraires et attentats terroristes.

–        Pour la Syrie, c’est encore pire ; on compte à ce jour approximativement 120000 morts dans la guerre entre le régime alaouite et ses alliés, contre des insurgés divers dont une nébuleuse de groupes djihadistes, tous marqués par des actes d’une barbarie indescriptible,  des crimes contre l’humanité des deux cotés.

–        Le pauvre Liban, autrefois appelé « la Suisse du Moyen Orient » subit fortement les dégâts  collatéraux de la guerre en Syrie,  sous la coupe militaro-intégriste des Hezbollah. Entre parenthèses, je rappelle que justement trente ans en arrière les « gentils » Hezbollah assassinaient 57 de nos soldats envoyés pour restaurer la paix après une meurtrière guerre civile qui avait déjà dévasté le pays. Quelle reconnaissance…

–        Dans l’Irak, presque deux ans après le retrait des troupes américaines, les attentats des insurgés sunnites, plus ou moins affiliés à Al Qu’aida, sont le lot quotidien de la population, attentats commis même dans des mosquées, lieux de prière… Je pense que l’Irak est menacé d’un éclatement entre la région kurde (déjà dans une autonomie très avancée) une autre sunnite et la troisième chiite inféodée à l’Iran.

–        La Lybie, récemment débarrassée de son dictateur sanguinaire et fou se débat dans des luttes tribales incessantes, puisant dans des stocks d’armes complaisamment dispensés par un Occident imprudent et ignorant des réalités locales.

–        La Tunisie, deux ans après la « révolution de jasmin » (sic) vit dans le rythme des attentats, assassinats perpétrés par des groupuscules djihadistes et une situation économique catastrophique.

–        Dans l’Algérie, après les massacres des années 90 quand environ 150000 personnes ont été tuées dans le bras de fer entre l’armée et les islamistes, il règne une paix précaire. A chaque visite d’un haut responsable français, l’Algérie est coupée en deux : les « élites » conspuent la France – barbare colonialiste – et demandent  des incessantes repentances pendant que la population sollicite des visas pour s’établir chez le même colonialiste.

–        Le Yémen est confronté  aussi à des attentats des groupes djihadistes, les chiffres sont moins connus.

–        Bahreïn, dirigé par la minorité sunnite, a réprimé dans le sang la révolte de la population majoritairement chiite avec l’aide de l’armée saoudienne.

–        L’Arabie Saoudite et certains pays du golfe, du haut de leurs milliards de pétrodollars accumulés par leur richesse naturelle, achètent la paix civile par des concessions envers une théocratie lourde et étouffante.

–        Enfin, les deux seuls pays arabes qui vivent dans un calme relatif sont la Jordanie et le Maroc, dont les rois jouissent encore d’une certaine autorité politique et religieuse, bien que fragile. Pour combien de temps, vu que leur stabilité est menacée en Jordanie par une majorité palestinienne turbulente et le Maroc par une économie défaillante et une corruption endémique ?

Paradoxalement, le seul pays où les arabes peuvent vivre en paix, c’est dans un pays non arabe, Israël. On peut lui trouver des nombreux côtés  critiquables et les citoyens israéliens sont les premiers à les dénoncer vigoureusement ;  mais la cohorte des gens et groupuscules qui se déchainent perpétuellement sur ce pays, mettant en exergue des tares et défauts imaginaires,  donne l’impression que tout le mal vivre du monde arabe était le résultat de l’existence de ce petit état. Le pire, ces « bonnes âmes » inventent souvent des accusations de la pire espèce, en occultant toutes les horreurs perpétrées autour.

Or quelle est la réalité de la vie des arabes israéliens ?

La minorité arabe vit dans une totale liberté, conséquence d’une véritable démocratie. Les citoyens arabes peuvent exercer librement leur culte, ils élisent leurs députés dans le Parlement (actuellement 10 % des députés arabes), ils accèdent à des situations d’excellence (des prestigieux médecins, juristes, professeurs, etc.) ayant même un ancien ministre et un actuel juge à la Cour Suprême, des généraux druzes et j’en passe.

Voilà pourquoi les citoyens arabes d’Israël ne créent pas des émeutes, révoltes et exactions brutales semblables à ceux des pays environnants.

Ceci me fait soulever plusieurs questions :

–        Les groupuscules et associations de militants « antisionistes » dans les pays occidentaux ont-ils des raisons spécifiques pour concentrer leurs attaques obsessionnelles sur ce petit pays ?

–        Malgré leur nombre réduit, ils possèdent des ressources financières énormes, vu la profusion des manifestations, matériels de propagande, sites et locaux, expositions, pièces de théâtre « engagées » (sic), jusqu’à la création d’un parti politique présent aux élections ; quelle est la provenance de ces moyens ?

–        Enfin, si Israël disparaissait, souhait ultime des antisionistes, toutes les misères du monde arabe, (qui sont bien plus nombreuses que le rapide survol ci-dessus) seront-elles résolues ?

Sorel ZISSU




La mascarade de la moralisation socialiste de la vie politique

Nous avons tous entendu ou regardé le Président de la République se forcer (sans succès) d’annoncer des mesures destinées, d’après lui, de moraliser la vie politique française. Quelle farce, de la tartufferie au plus haut degré.

D’abord, ce n’est pas uniquement la vie politique, mais la vie de la totalité de nos concitoyens  qu’il faut moraliser ! Car il faut avoir le courage de voir la réalité en face, nous vivons dans un environnement d’un degré de délitement moral insoupçonnable.

N’en déplaise à ceux qui ont contribué ou qui ont la nostalgie du mai ’68 avec son célèbre slogan « il est interdit d’interdire »  je déclare haut et fort que nous devons – en grande mesure – la triste actualité à cette action d’anéantissement des valeurs morales. Elle a agi comme un virus qui s’est répandue partout, dans toutes les couches, à tous les niveaux, détruisant une valeur de base d’un monde civilisée : l’honnêteté. Car s’il ne faut rien interdire, il est tout permis : de mentir, de voler, de tricher, de tuer même (sans se faire prendre, s’il vous plait…) de faire n’importe quoi. Et ce virus, entretenu et développé par toute une bonne partie de l’intelligentsia, des personnalités politiques, des médias, de la finance, de l’entreprise et des individus lambda, a  enfanté la société  d’aujourd’hui, dominée par la religion des seuls valeurs fétiches : le pouvoir et l’argent, souvent le pouvoir pour l’argent. Et nous tous, nous supportons les conséquences (quand nous ne sommes pas nous même acteurs…)  Comment ne pas voir cette gangrène de notre société qui dépasse de loin des cas individuels ?

Regardez ces lobbies, puissants et destructeurs, qui nous empoisonnent régulièrement, sans cesse et génèrent des milliers de mort et des millions de personnes malades ! Il s’agit des  lobbies PHARMACEUTIQUES, PETROLIERS et de l’INDUSTRIE  AGROALIMENTAIRE,  des grands tueurs en séries dont personne n’a la capacité de mettre un frein à leurs actions maléfiques.

Que dire des accointances coupables entre le monde des affaires et particulièrement des acteurs de BTP avec le monde politique (certes, en diminution notable depuis la loi du financement des parties politiques) et les agents des collectivités locales liés aux activités de bâtiments ? Exactement le même « phénomène » se perpétue entre les sociétés des services aux collectivités (eau, énergie, propreté) et certains agents des collectivités.

Passons sur les agissements de certains syndicats (qui ont du syndicalisme que le nom)  comités d’entreprises ou associations, qui engraissent des partis politiques ou des personnalités privés avec l’argent  provenant des subventions, donc du contribuable.

La liste des exemples et tellement longue qu’il faudrait des pages entières pour décrire plus en détail la triste désagrégation morale de notre société. Ce qui vaut à la France  la peu flatteuse position dans le classement du « Transparency International » pour les pays rongés par la corruption en 2012, bien derrière la totalité des pays anglo-saxons !

http://www.touteleurope.eu/fr/organisation/etats-membres/irlande/analyses-et-opinions/analyses-vue-detaillee/afficher/fiche/4412/t/126220/from/5244/breve/la-corruption-reste-un-defi-pour-lue-27.html?cHash=87082db0da

Revenant à la triste et lamentable prestation de François Hollande sur le sujet ; il y a exactement un an, je soulignais l’incompatibilité entre la personnalité de François Hollande et sa capacité de diriger notre pays.

http://zissus.blogspot.fr/2012/04/francois-hollande-president.html

Car pendant les dix ans à la direction du Parti Socialiste, M. Hollande n’a pas vu et encore moins empêché des magouilles faramineuses, perpétrées par des personnalités de premier rang dans les plus importantes fédérations du PS. Nous assistons maintenant aux  répercutions judicaires des M. Guérini  et Mme Andrieux dans la fédé du Bouche du Rhône, Kuchéida et Dalongeville dans la fédé du Nord-Pas de Calais, Navarro dans la fédé de l’Hérault, pour ne pas citer que les plus importantes. Bien entendu, la droite n’est pas exempte de ce genre d’exemple, mais pas à cette échelle et non plus aussi nombreuses.

L’épisode Cahuzac était à prévoir et ce n’est finalement qu’un épisode négligeable par rapport à l’immensité du fléau !

Alors, il faut dire bravo M. le Président de la République exemplaire, vous récoltez le fruit des quatre décennies de tout permis, de rien interdire -même les pires turpitudes- et vous nous offrez des sucettes comme remède miracle.

Sorel Zissu

 

 

 




Les Roms sont en France pour ramener des fortunes aux mafieux

J’ai lu avec intérêt l’article de Mme Caroline Alamachère sous la forme d’une lettre adressée au Ministre de l’Intérieur concernant les problèmes soulevés par la présence de (trop) nombreux campements de Roms originaires majoritairement de Roumanie et un peu moins de Bulgarie.

Je lui donne raison, l’article est bien écrit et étayés par les nuisances provoqués aux citoyens et aux collectivités territoriales, sans compter les dépenses engendrés.

Une seule remarque, l’article est incomplet car il faut connaître les causes profondes de l’arrivé massive des Roms et l’organisation qui est derrière.

Ce qui me semble le plus important dans l’analyse du phénomène c’est le fait que les Roms n’arrivent pas en France par une sorte d’émigration individuelle et spontanée. Ils sont organisés sur une base clanique, avec des chefs des groupes de familles  et des  chefs plus important jusqu’au titre de « Roi des Roms ».

L’envoi de ces populations dans les pays occidentaux est organisée par ces chefs, sur la base d’un système quasi mafieux, avec le but précis, d’amasser des fortunes ; il s’agit des sommes très importantes provenant des vols à la tire (souvent par des mineurs) des vols des métaux (voir les incidents provoqués à la SNCF et Orange par le vol des câbles de cuivre) des braquages et attaques, du trafic des voitures volés et j’en passe.

Les campements misérables, les mendiants malheureux, les femmes avec des enfants dans la rue, la plupart (pas tous) font partie d’une mise en scène pour s’attirer la sympathie de la population et de certaines associations. Ils sont appuyés par des formations propres qui les soutiennent activement..

L‘argent amassé est entièrement  collecté  par les chefs, appelés « boulibachas » qui sont d’une richesse éclatante. Une partie de cet argent est redistribué aux « travailleurs de base » qui, à leur retour au pays, peuvent se construire des maisons et acquérir des biens.

Pour étayer mes affirmations, vous trouverez en PJ un article publié en 2010, où je relate plus en détail la richesse des grands et plus petits dirigeants Roms de Roumanie.

http://zissus..blogspot.fr/2010/08/sur-le-probleme-des-roms-nous-sommes.html

Ces éléments sont, à mon humble avis, bien connu par nos services du Ministère de l’Intérieur. Mais de le résoudre, c’est bien plus compliqué de par l’appartenance de ces pays à l’Europe et de la politique démagogique de la Commission Européenne. Souvenez-vous de la réaction de Mme Reding, commissaire européen au droit de l’homme à la déclaration du Président Sarkozy sur le problème des Roms. J’ai émis une  protestation auprès du chef de cabine de la dite dame, bien sur sans aucune conséquence.

Quoi faire ? Je crains que M. Valls, malgré ses bonnes intentions n’ait aucun pouvoir d’action.

Sorel Zissu




Mélenchon pleurant Chavez me fait penser à la mort de Staline le 6 mars 1953

Je me souviens comme aujourd’hui, ce jour de 6 mars 1953 !

J’étais un (sale) gosse, à peine 15 ans et je défilais dans une énorme masse de gens qui pleurait la mort du « petit père des peuples », l’inoubliable – dans tous les sens du terme – Joseph Vissarionovitch Djougashvili, appelé STALINE.

Je n’ai aucun mérite de dire que sa mort ne me faisait pas du tout pleurer ! Car je « goûtais » de l’intérieur les bienfaits d’un régime imposé par les soviétiques aux peuples du glacis communiste. Et encore, j’étais loin, très loin, de connaître l’amplitude inimaginable des crimes perpétrés  par ce monstre.

Melenchon-staline1En France, je découvre  avec stupéfaction l’immense impact du marxisme-léninisme sur toute une  partie de l’intelligentsia et ceci depuis la fin de la guerre, sans interruption. Les expressions dithyrambiques, le culte de la personnalité et la déification de Staline (bizarre pour des personnalités laïques) de la part de la majorité des intellectuels français de l’époque m’étonne encore aujourd’hui. Les mêmes, (ou presque) qui, une fois la vérité connue par tout le monde sont passé avec le même enthousiasme, avec la même ignorance et/ou mauvaise foi vers le culte d’autres personnages de même acabit : le grand Mao (grand pour le nombre des morts) le Pol Pot et autres Castro.

Pensez-vous qu’ils se sont non pas excusés d’avoir menti, d’avoir embrigadés des quantités des jeunes dans des paradis artificiels, mais au  moins de présenter quelques regrets ! Que nenni, la plupart se sont contenté de passer sous un total silence leur égarement sinon collaboration passive aux atrocités commises.

Aujourd’hui, presque jour pour jour, nous assistons à la mort d’une autre « idole des peuples opprimés » le camarade-commandante-président à vie Chavez. La même hystérie devant son catafalque, sa momification, les pleures de toute une partie de la gauche bien pensante.

Je passe sur le ridicule de notre Pol Pot d’opérette – Jean-Luc Mélenchon – avec  des larmes préfabriquées à la TV,  personnage qui me  conforte dans l’idée de la dangerosité de son accession au pouvoir, heureusement très improbable.

http://zissus.blogspot.fr/2012/04/appel-en-faveur-de-j-l-melenchon-qui.html

Mais combien d’autres figures inévitables du microcosme parisianiste de gauche se sont engouffrés dans l’éloge panégyrique de ce personnage. Sans aucune esprit d’analyse critique qui aurait conduit, s’il était aux commandes de Venezuela encore une dizaine d’années, aux mêmes exactions de Staline, Mao et consorts, pour trouver des bouc-émissaires à ses échecs successifs dans le domaine économique et social. Car d’utiliser les ressources naturelles très riches pour s’assurer une popularité électoraliste c’est facile ; mais quand ces mêmes ressources deviennent inexploitables suite aux erreurs répétées, la seule solution pour tout bon dictateur de la sorte c’est la mise au pilori des « ennemis de classe » des « ennemis de l’extérieur », des « agents de l’impérialisme » et j’en passe, la terminologie est très riche.

Et la palme de l’idiotie institutionnalisée revient à l’inconnu Victorin Lurel, un genre de sous-secrétaire d’Etat à je ne sais pas quoi. Il est vrai que dans le gouvernement du M. Ayrault on ne trouve pas que des lumières, mais comme celui-ci, difficile de trouver pire ! Envoyé prudemment aux obsèques de Chavez (pas bêtes, les autres se sont bien abstenus d’y figurer) il fallait trouver l’idiot du village (pardon, du gouvernement) pour représenter la France. Mais personne ne s’est penché sur son « discours ». Alors, le bonhomme s’est empressé de comparer Chavez aux de Gaulle et Blum réunis  (parce que d’une valeur supérieure à chacun de deux, voyons !) Il aurait fallu rajouter Clémenceau, Napoléon et Jaurès à la liste, mais je pense que notre Lurel n’a pas continué les études jusqu’à apprendre quelque chose sur ces personnalités.

Bon représentant pour étayer la grandeur de la France…

Sorel ZISSU

http://zissus.blogspot.com

 




Racisme anti-blanc ou haine de la France et de la République ?

Consternant mais assez significatif de l’état d’esprit d’une certaine gauche française et de la majorité des journalistes qui louchent du même coté !

Jean-François Copé a « osé » d’écrire que dans certaines couches de la population se manifeste un racisme anti blanc. Quelle horreur ! Toute la bien-pensance de gauche, de l’extrême gauche et nos journalistes se sont jetés plein la g…sur le candidat à la présidence de l’UMP.

Tout à fait tendance, diriez-vous ; mais le hic, c’est que Mme Najat Belkassem, porte-parole du gouvernement (après avoir été celle du candidat Hollande), a écrit exactement la même chose dans son dernier ouvrage intitulé « Raison de plus! », publié pendant la campagne présidentielle.  Je la cite : «Il n’y a plus guère d’ailleurs qu’Éric Zemmour, ‘rigolard populiste’, pour parler encore de race, comme s’il y avait besoin de cela pour dénoncer le racisme anti-Blanc dont chacun peut convenir sans mal ni complaisance qu’il existe et qu’il est aussi condamnable et stupide que tout autre».

Alors MM. les politiques et MM. les journalistes ?  Pas uniquement aveugles, pas uniquement avec des œillères, pas uniquement dogmatiques et de mauvaise foi, mais en plus incompétents et incapables de se documenter, de lire un livre signé par la porte-parole de votre propre gouvernement ? Votre nullité est affolante, les pauvres gogos qui ont voté pour vous et qui commencent déjà se mordre les doigts, vous vouer aux gémonies, ont vraiment de quoi se faire des soucis…

Mais revenons au fond de la question ; il s’agit bien du racisme ? Car le racisme est une idéologie, basée sur des « travaux » (faussement scientifiques) émanant d’un Gobineau ou d’un Rosemberg, dont la plupart des imbéciles qui manifestent ce genre de propos n’ont jamais entendu parler et encore moins avoir lu. Qu’ils soient des « Indigènes », des « Indivisibles » et autres  prétentieux donneurs de leçons, aussi ignares qu’irresponsables, ou simplement les bandes des illettrés furibards et braillards, agressifs quand ils sont nombreux et lâches le reste du temps, des idiots embrigadés par des  religieux autoproclamés, ils ne savent rien de cette idéologie nauséabonde.

Ils pratiquent simplement une haine contre la France, contre la République, ses valeurs et ses symboles, ils ont une haine viscérale pour la démocratie. L’Occident qui a produit et continue de produire les plus grandes richesses intellectuelles, scientifiques et humanistes contrairement à la stérilité d’un monde soumis aux pratiques religieux  basés sur des préceptes  d’un autre temps, c’est leur ennemi.

Voilà l’explication, c’est tout simple et le racisme n’a rien à voir dans ces actes, aussi ignobles et condamnables qu’ils soient…

Sorel ZISSU




Rions de la gauche avant qu’elle ne nous fasse pleurer

Rions, rions, prochainement nous n’aurons même pas assez d’argent pour payer les mouchoirs afin d’assécher les larmes crées par la politique des nouveaux dirigeants.

Mais profitons du moment pour rire, souvent rire…jaune) car le rire est un bon médicament et les élections nous offrent des occasions en nombre. 

Je passe rapidement sur l’énorme buzz médiatique provoqué par le tweet de la Première Dame – énième maitresse –  invitant  les électeurs de La Rochelle de voter contre la favorite (dans les deux sens du terme) de son Président de compagnon. Mais c’est bien naturel, citoyens ! C’est elle, Mme Trierweiller qui l’a transformé de Flamby (appellation charmante inventée par son futur Ministre) en Président de la République. Manque plus que ca, qu’il essaye de  l’empêcher de faire ce qu’elle veut. Il verra ce que veut dire scène de ménage…

Mais le comique vient d’ailleurs ; la dame du chabichou, spécialiste dans le harcèlement des hommes politiques (voir le siège du domicile de M. Bayrou entre les deux tours de 2007) a obligé le pauvre adversaire actuel, homme auquel elle n’adressait la parole depuis 3 ans, à fermer son portable, tellement ses innombrables coups de fil l’encombrait. Heureusement que la loi du harcèlement sexuel a été momentanément abrogée…

Le comble du comique, la Royale nous l’a offert comme représentation en avant première vers 19 h 50 le soir du 17 juin ! Je me demandais si elle n’était pas droguée, (mais fortement droguée, pas simplement un joint), tellement la scène était surannée. Passons sur l’illégalité de la présentation des résultats avant l’heure, mais le ton d’un dramatisme à l’Achille Zavatta, combiné avec des cris répétés de « trahison » me confortait dans l’idée qu’elle a sniffé durement. Le tragique de la situation c’est qu’un personnage avec des prétentions au plus grand niveau national arrive à définir publiquement une majorité des 63 % des électeurs qui l’ont envoyé dans les cordes comme des sous-citoyens pour ne pas dire un gros mot. Stupéfiant !   

Le même feuilleton monte en couleur, en voyant arriver Martine Aubry à la rescousse de la Royal, d’abord à la Rochelle, après au studio de France 2 ; oui sa  terrible adversaire, celle qui a falsifiée les votes pour l’évincer du poste de première secrétaire du PS, celle qui la traite de…blonde et dont l’inimitié (euphémisme) est archi connue, s’efforce de lui venir   en aide. Peut-être pour « l’aider » à oublier tout avenir politique national. Si c’était encore nécessaire pour l’oiseau de proie qui rêvait d’un perchoir.

Un bon prix de la  meilleure phrase au tombeur de Mme Royal qui a rappelé au Président Hollande que « le candidat unique c’était du temps de l’Union Soviétique » Rappel utile quand on sait que la gauche détiendra tous les pouvoirs politiques nationaux et la très grande majorité des territoriaux, chose inédite depuis la guerre. Ca peut donner des idées, qui sait ; moi, j’ai de la mémoire et je me rappelle d’un responsable socialiste du temps du Président-Maréchaliste qui criait : « vous avez juridiquement torts, parce que vous êtes politiquement minoritaires » Et ce n’était pas pour rire…

Continuons  avec le comique national  Jack Lang, tellement national qu’il a écumé les circonscriptions de l’ouest à l’est, passant par le centre de la France. Il est arrivé en Lorraine par les airs, dans les Vosges qu’il n’a pas vu depuis des lustres. N’aurait-il confondu la place des Vosges, son domicile bien connu, avec le département du même nom ?

 Manque de peau, les vosgiens sont de gens têtues et le font savoir dans les urnes aussi. Dans les montagnes vosgiennes, les parachutes se déchirent prestement.

Passons au cher Pol Pot d’opérette, le Méluche, qui se voyait déjà ! Il se voyait, mais les citoyens ne le voient pas du même œil ; une première déception aux présidentielles, malgré ses diatribes fulgurantes, ses insultes et anathèmes répétés : après, il s’est rêvé le tombeur de Marine le Pen dans le Nord ;  encore une parachute qui ne s’est pas ouverte, il est tombé vachement bas, avec une mine déconfite. Même son électorat d’outre méditerranée qu’il a chéri en long et en large ne l’a pas sauvé. Et maintenant, celui qui avait apparemment ressuscité le cadavre de la Place Fabien se verra craché dessus par les « camarades » qui se sont laissés entrainés dans l’aventure du FdG. Car dans le passé, les chers rares sortants communistes sauvaient des places au Palais Bourbon faisant les caniches du PS, tandis que maintenant le « charismatique » Pierre Laurent pleure à grosses larmes sur le drame de la perte d’un groupe parlementaire. Vous me demandez qui est Pierre Laurent ? Mais vous avez raison car qui a entendu de ce nouveau secrétaire Général du Parti Communiste Français ? Pas grande monde, à la limite sa famille de sang, car je pense que même certains des rares militants du PCF ne le connaissent pas.

Enfin, ce n’est pas la gauche, mais c’est comme si ; le néo-archéo-berger béarnais, lui aussi se rêvait la réincarnation d’Henry IV et il le croyait dur comme fer. Tête dure aussi, tenace et surtout rancunier comme tout, jusqu’à laisser sa propre peau. (Je pense à la peau de député) Mais qui donnait cher encore de sa peau à Pau, maintenant que les socialistes ne lui ont fait aucun cadeau en revanche de son appel en faveur d’Hollande ? Comme disait l’autre, il a appelé voter socialiste, il aura un socialiste chez lui, c’est normal. Et, si en 2007 je lui ai écrit personnellement avec le titre : « M. Bayrou, vous êtes un mauvais perdant et vous serez un perdant tout court» (1) ca ne lui est pas servi, il a continué tout droit vers…l’abime. Il parait qu’il veut poursuivre son « œuvre » tout seul dans sa bergerie.

Changeons du registre électoral et arrivons aux nouveaux ministres, car il y a de la rigolade aussi, même si quelques fois on ne rit mais pas du tout.

La brave Taubira ! Mais qui a pu dégauchir cette bestiole pour la mettre à la Justice, même si je suppose que c’est pour une courte période ? Une ancienne indépendantiste à un poste pareil ? Ca ne fait pas sourire. Mais le summum c’est qu’elle est insupportable même au sein de son propre parti guyanais et aux citoyens de ce territoire, ce  qui explique son « courage » de refuser se présenter aux élections. Quand il s’agit de s’accrocher au maroquin…

Premier pas de la ministresse, elle inaugure un match dans une prison arrivant à faire évader un détenu malin. Comme action pour désengorger les prisons, on connait des meilleures. Mais c’est une broutille pour cette Ministre de la Justice qui ignore la signification du mot génocide, à propos de la traite négrière. Esclavagisme qu’elle réduit uniquement à celle transatlantique, quand tout historien sait qu’elle ne couvre qu’un peu plus de 20 % de la traite négrière, le reste étant « l’œuvre » des arabo-musulmans ou des africains eux-mêmes.

 En revanche, Mme Taubira préfère ouvertement les délinquants aux victimes, pour la grande satisfaction des magistrats affiliés au Syndicats de la Magistrature, bien chez eux, au chaud et dans la sécurité de leurs habitations situées dans des endroits chic-bobo.

Et de gauche, la Taubira, bien de gauche, mais avec le portefeuille accroché à droite. Le  comportement ne parait pas trop à gauche non plus, elle a « bénéficié » d’une condamnation aux prud’hommes pour le licenciement abusif d’une collaboratrice. Joli palmarès pour une seule personne, un gros boulet pour le gouvernement Ayrault.

Coté courage politique, un exemple similaire, la belle Najat-Belkassem porte parole du gouvernement et du roi du Maroc (parait-il qu’elle ait quitté précipitamment le deuxième poste peu de temps avant les élections) Elle, qui, comme la précédente, refuse se prêter aux choix des électeurs .C’est un journaliste marocain qui l’appelle « l’espionne du roi » (Mohamed VI) en raison de son appartenance au CCME (Conseil Consultatif des Marocains à l’Etranger) conseil dont les membres sont nommés directement par le Roi du Maroc, et « machine de propagande du royaume à l’international » d’après l’auteur de l’article. (1)

Je fais une parenthèse : pourquoi une ministre comme Aurélie Filipetti, supposée dans une circonscription difficile a eu le courage de se présenter devant les électeurs pendant que les dames Taubira et Belkassem ont fait preuve de lâcheté politique ? Cherchez l’explication…

Pour les autres rigolades, je m’accorde un répit et ce sera pour une prochaine fois.

Sorel ZISSU

(1)   http://voxmaroc.blog.lemonde.fr/2012/02/10/najat-belkacem-l%E2%80%99espionne-du-roi-qui-se-reve-a-l%E2%80%99elysee/




Merci à Riposte Laïque de permettre un tel débat sur le deuxième tour

Riposte Laïque c’est un des magazines web parmi les plus ouverts, donnant la possibilité à (presque) toutes les opinions, à toutes les prises de position sur les sujets qui sont le cœur de la lutte de ses créateurs et animateurs : la défense de notre laïcité, des valeurs de la République, l’attachement à notre pays. Et ceci sans aucune censure, sans ostracisme ; quoi de plus démocratique ?

Il est évident que ceci donne comme résultat, quelque fois dans un même numéro, à l’apparition des options politiques ou de société totalement opposées, mais émanant de personnes de bonne foi, adhérant  sincèrement aux idéaux de base de notre revue et croyant que leur propre vision est la bonne. Ceci c’est très enrichissant et si je me permets de faire ici une lecture critique et bien sur partisane de certains contributions à propos du choix et des solutions pour le deuxième tour de la présidentielle, je rends grâce à l’ouverture d’esprit de la rédaction de R. L.

Aussi,  je demande à ceux qui en sont l’objet de mes modestes lignes, de les prendre dans le sens d’une discussion contradictoire mais amicale, ouverte, sans anathèmes et dans l’esprit d’un enrichissement mutuel.

Je commence avec la solution à la crise présenté par un contributeur : le refus de payer une partie de la dette exorbitante de la France, d’une valeur d’environs 1700 Md d’euro. Je me permets d’affirmer que cette solution serait déshonorante et aussi suicidaire pour la France.

Déshonorante, car quand une personne physique, mais encore plus un Etat de droit souscrit un emprunt, la moindre des choses c’est de payer ses dettes. Pour donner un exemple vulgaire, supposons que moi-même, suite à un train de vie qui dépasse mes moyens je demande à des dizaines d’amis et connaissances de me prêter de l’argent pour une durée indéterminée, m’obligeant à leur rémunérer l’emprunt au taux du livret A. Si après des années de gabegie je me rends compte qu’il me  se sera très dur à payer et je réfute un partie de créance, comment serais-je coté par notre contributeur ?

Suicidaire, car pensez à la réaction de l’ensemble de préteurs internationaux (qui ne sont pas uniquement des banques, mais aussi des Etats et des citoyens aussi) ; la France, qui continuent d’avoir des budgets déficitaires, n’aura plus aucune source d’emprunt, d’où la faillite immédiate, avec des conséquences catastrophiques : impossibilité de  payer les fonctionnaires, les prestations sociales, ses fournisseurs, disparition de l’ensemble d’entreprises qui travaillent pour l’Etat, le chaos généralisé dont les suites je n’ose même pas les envisager. Pas nécessaire de faire un dessin…

Un autre contributeur critique la position de Christine Tasin quant au choix qu’elle propose pour le deuxième tour, en appelant Mme le Pen de faire barrage à F. Hollande. Je suis d’accord avec notre ami quand il analyse que Marine sera gagnante dans tous les cas de figure que ce soit Sarkozy ou Hollande.

Par contre, quel est  l’intérêt supérieur de la Nation ?

–          D’accepter 5 ans de domination totale (pouvoir national –exécutif et législatif -, la majorité des pouvoirs territoriaux et des corps intermédiaires) de la gauche sur le pays, sans pratiquement aucun contre-pouvoir ?

–          D’accepter l’ouverture massive des frontières et la régularisation de tous les « sans papiers » ?

–          D’accepter le vote de tous les étrangers (en sachant que environs 80 % des immigrés extra-européens votent à gauche, sinécure assurée pour les mêmes) ?

–          De continuer avec la politique d’encourager l’assistanat et non l’activité productive ?

–          De créer des postes supplémentaires de fonctionnaires, en aggravant la dette de l’Etat ?

–          De supprimer des dispositifs tel que les peines plancher et la rétention de sureté pour les récidivistes dangereux ?      

 Je m’arrêté ici pour ne pas être trop long. Dans ce cas de figure, il est évident que Marine le Pen serait assuré d’une élection en 2017, mais elle trouvera une France dans un état si délabré qu’elle n’aura plus les moyens de la redresser.

Dans l’autre cas, elle sera probablement gagnante aussi, vu qu’une cure d’austérité inévitable et d’une vigueur sans précédant sera mis en place par Sarkozy ; mais celui-ci sera en même temps plus ouvert pour sauvegarder les intérêts supérieures du pays, d’autant plus qu’il  ne pourra pas être réélu ;  il laissera donc la France dans une situation bien meilleure.

Voilà mon analyse, à vous de la critiquer.

Sorel ZISSU