1

« Vol à l’italienne » : la chasse au « Français de souche » est ouverte…

Je suis Français parce que mes parents l’étaient, mes grands-parents aussi et tous mes ascendants jusqu’à une époque que je n’ai jamais cherché à dater. Dans mon village, déjà, mes aïeux avaient signé les « cahiers de doléance ».

Je ne me suis jamais posé la question de savoir pourquoi j’étais né ici, pourquoi j’y ai toujours travaillé, élevé ma famille et pourquoi j’y mourrai sans doute. Pourquoi j’y ai payé mes cotisations et impôts sans jamais le moindre retard et sans rechigner. Pourquoi j’en ai toujours respecté les lois. C’est mon pays, tout simplement, et c’est ma vie.

Mais il paraît que je ne suis plus au goût du jour et qu’il faut que je m’adapte à des mœurs nouvelles, venues d’ailleurs…

Je suis plutôt du genre débrouillard : changer une roue de voiture, bricoler, acheter du matériel chez de « bonnes adresses » pour faire des économies en toute légalité, tout faire moi-même car la vie coûte cher, je sais faire.

J’ai travaillé toute ma vie, j’ai commencé à 16 ans dans un garage, je pourrais déjà prendre ma retraite s’il n’y avait pas d’âge minimal car je suis « carrière longue ».

Il y a quelques jours, je me suis fait voler sur le parking d’un supermarché mon permis de conduire, la carte grise de ma voiture de 20 ans, mon téléphone portable, de l’argent liquide, ma carte bancaire et encore bien d’autres documents que j’avais eu le malheur de mettre dans un sac en bandoulière très pratique pour les déplacements à cette saison.

C’était la première fois que je me faisais voler. Je m’étais garé au bout du parking, c’était un samedi, noir de monde. Je voulais être plus tranquille pour ranger mes courses et éviter qu’un véhicule mal stationné abîme ma voiture. Je suis quelqu’un de prévoyant…

Je fais mes achats, je reviens à la voiture, tout est dans le coffre. Je repars. J’entends un bruit étrange, j’ai fait 500 mètres et je comprends : j’ai un problème de pneu. Étonnant, ils sont neufs, je viens juste de les changer.

J’ouvre ma portière, je regarde, c’est incontestable : le pneu gauche avant est crevé. Il va falloir le changer.

Je pose mon sac sur le siège avant droit, celui du passager. C’est plus pratique pour changer une roue. Et même si ma voiture est vieille, déjà à cette époque, quand on ouvre une porte, toutes se déverrouillent.

Je m’y colle. Hors de question d’appeler un dépanneur, ça coûte cher, je vais me débrouiller, c’est ce que j’ai toujours fait.

Quelques secondes suffisent pour que je comprenne qu’on a mis des coups de couteau dans mon pneu. Trois. Pourquoi ?

Sursaut.

Mon sac !

Disparu.

J’étais suivi. Ils étaient quatre dans la voiture. Je les ai vus mais je n’ai pas compris. Je pensais au pneu, au bruit. C’est trop tard.

Ils ont réussi à détourner mon attention. Ils m’ont volé pour au moins 1.000 euros, plus la valeur du pneu foutu.

Des oppositions à faire, un portable à racheter, des papiers à refaire.

En tout et pour tout, un mois de salaire parti en quelques minutes.

Je n’avais jamais été habitué à dépenser autant en si peu de temps ; oui, moi, je ne fais pas partie des gens qui dépensent un SMIC par jour sans être en mesure d’expliquer comment. Vous savez à qui je pense…

Je suis un « Sans-dents ». Ma dentition est pourrie. Je pourrais la refaire, mais on n’est jamais à l’abri d’une tuile, je préfère mettre l’argent de côté. Les prothèses dentaires, ce n’est pas donné et c’est très peu remboursé. Je mourrai avec.

Je vais à la gendarmerie.

On m’explique que ce n’est pas la première fois que ça arrive, que la technique est répandue chez les Roms délinquants.

Ce type de vol est dit « à l’italienne » car il a commencé à être pratiqué à Rome :

http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/14/1330891-vols-a-l-italienne-ils-crevent-les-pneus-et-volent-le-sac-a-main.html

Ce que ne nous dit pas la presse, c’est qui commet ce genre de vols.

Dans mon cas, on se doute de qui c’est, on me l’a dit, mais puis-je espérer récupérer mes biens ?
On peut rêver, à mon avis.

Je n’ai jamais ouvert ma porte aux gens du voyage me rendant visite chaque année. Je les connais : une façade à nettoyer, des branches à tailler, je suis habitué, ça ne m’intéresse pas, « je le ferai moi-même ».

Jean-Marie Le Pen a été condamné pour avoir dit que les Roms « volent naturellement ».  http://www.ouest-france.fr/societe/justice/propos-sur-les-roms-jean-marie-le-pen-deboute-de-sa-requete-4878592

Pas surprenant quand on sait l’état de la liberté d’expression dans notre pays.

Pourtant, l’urgence est d’abolir ces délits d’opinion pour concentrer l’effort pénal notamment sur les infractions violentes telles que celle dont j’ai été victime.

Quand la délinquance n’est pas assez punie, on ne la dissuade pas assez, c’est la loi de la jungle et toujours les mêmes qui en paient les conséquences.

Une loi du début de l’année améliore le sort des gens du voyage. Les communes vont devoir faire des efforts financiers supplémentaires. Les communes, donc les contribuables locaux, comme moi. Les enracinés, les captifs, ceux qui ne veulent pas quitter leur pays.

http://www.lagazettedescommunes.com/486756/publication-de-la-loi-egalite-et-citoyennete/

Et il n’y aura plus de « livret de circulation ».

Sans doute pour mieux assurer la « liberté de circulation des personnes » chère aux soi-disant élites de Bruxelles… pour le meilleur, et pour le pire.

Théodore Gece




« Osons Poitiers » ose tout, c’est à ça qu’on les reconnaît…

Le groupe d’extrême-gauche « Osons Poitiers » (http://osonspoitiers.fr/) dénonce dans le mensuel d’information de la ville de Poitiers (n°243, mars 2017, p. 28) une soi-disant menace que feraient peser sur le droit des femmes Donald Trump, François Fillon et Marine le Pen en ces termes :

« Les droits des femmes sont en permanence menacés, que ce soit aux USA avec Trump ou encore en France avec Fillon et le Pen » (Manon Labaye du NPA, pour le groupe Osons Poitiers). Cette courte tribune d’expression politique sera prochainement en ligne (https://www.poitiers.fr/c__99_268__Poitiers_Magazine.html).

Quelle stupéfaction à la lecture de cette tribune prenant comme prétexte le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, pour essayer de s’en prendre notamment à la seule femme candidate à la présidence de la République en France !

Que, de façon imagée, Marine le Pen ait des couilles, ou qu’on souhaite qu’elle en ait, ne signifie pas qu’elle est un homme ! Veut-on nous faire croire qu’elle serait monstrueuse, au point de s’en prendre à son propre sexe ? Vous avez dit « diabolisation » ?

En quoi les programmes de Fillon et Marine le Pen menaceraient-ils les droits des femmes ? Il n’y a rien d’évident dans une telle affirmation.

Aucun ne propose de revenir sur le droit d’avorter, notamment.

http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/pouvoir-d-achat-immigration-laicite-comment-le-programme-de-marine-le-pen-a-change-entre-2012-et-2017_2053145.html

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/primaires-droite/2016/11/22/35004-20161122ARTFIG00192-qu-a-vraiment-dit-francois-fillon-sur-l-avortement.php

Pourtant, Manon Labaye précise : « que ce soit pour le droit à l’avortement, pour l’égalité salariale ou contre les violences, nous apportons notre solidarité aux femmes du monde entier ».

Aucun ne propose de revenir sur l’égalité salariale ou d’autoriser les violences contre les femmes non plus.

Alors, puisqu’il est question du « monde entier », on ne peut qu’être frappé par le silence coupable de cette tribune sur le sort de la femme en pays islamique, là où l’islam est religion d’Etat, surtout quand on sait qu’ils exportent leur idéologie en Occident par divers moyens.

Quant aux mesures adoptées par D. Trump, elles concernent l’incitation à avorter et le financement de l’opération (http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/01/25/donald-trump-s-attaque-a-l-avortement_5069145_3222.html).

C’est bien moins contre les femmes qu’elles interviennent qu’au profit de la natalité américaine, dont l’accroissement pourra compenser la nécessaire politique sécuritaire anti-immigration, et de conceptions bioéthiques qui relèvent d’une certaine marge de manœuvre, tant le problème est complexe. Il existe donc une logique et une cohérence dans ce programme et surtout, il n’est pas question d’interdire l’avortement purement et simplement…

On peut certes penser qu’il existe une certaine maladresse dans le comportement de D. Trump et ses remarques un peu sexistes, mais qui s’étonnera qu’une personnalité aussi atypique, dans un monde terne et formaté, un géant aussi truculent, un homme aussi plein d’ambition et de désir de vie, pour lui et sa nation ait un tel défaut ?

  1. Trump est un géant de la politique comme G. Depardieu fut un géant du cinéma, engloutissant tout sur son passage tel un Gargantua, mais pour un résultat ô combien prometteur et d’ores et déjà excellent, compte tenu de sa campagne et ses premières décisions.

Une personnalité est faite de qualités et de défauts ; mieux vaut un dirigeant compétent qui déclare quelques quelques âneries pas bien méchantes qu’un roi fainéant bien élevé. Telle est aussi dans une certaine mesure la psychologie masculine que d’aimer taquiner les femmes.

D’ailleurs, les femmes américaines ne s’y sont pas trompées, qui ne lui ont pas tenu rigueur de cette légère misogynie, estimant que D. Trump les protègerait mieux que Hillary Clinton. On peut être une femme terriblement et sournoisement misogyne par le choix d’une politique dangereuse pour les femmes.

http://www.20minutes.fr/monde/1959823-20161110-presidentielle-americaine-pourquoi-femmes-vote-donald-trump

http://www.elle.fr/Societe/News/Qui-sont-les-femmes-qui-ont-vote-pour-Donald-Trump-3382535

Ce qui frappe, dans le discours de « Osons Poitiers », c’est aussi le silence assourdissant sur les femmes dans le reste du monde. En effet, les frasques de Trump sont sans gravité quand on les compare avec le sort horrible des femmes dans le monde arabo-musulman.

Les pays occidentaux baignés dans la culture chrétienne, l’héritage païen aussi, influencés également par les vents révolutionnaires qui ont soufflé de France et d’Angleterre jusque chez eux, consacrent tous l’égalité de l’homme et de la femme et s’emploient à faire le plus qu’ils peuvent pour y parvenir. Notre droit pénal sanctionne ainsi les violences contre les femmes et les discriminations sexistes ; il existe des politiques publiques pour lutter contre (donc de l’argent public fourni par le contribuable). L’égalité est dans notre corpus constitutionnel, fille de la Révolution et le vingtième siècle a permis qu’elle soit vraiment effective entre femmes et hommes français, grâce au rôle qu’ont joué les femmes pendant les guerres notamment.

En revanche, dans la charia, la femme fait l’objet de nombreuses discriminations. Elle n’a droit qu’à la moitié de l’héritage. Surtout, elle encourt de terribles sanctions dans certains cas, y compris pour des raisons qui nous paraissent complètement folles (tout aussi aberrants que les peines infligées, à commencer par la lapidation, ainsi que les modes de preuve variant selon le sexe des témoins : http://www.slate.fr/story/25895/Iran-lapidation-femmes-justice-Islam ).

Le viol de la femme, analysé comme une relation hors mariage, est sanctionné de la peine de mort. On n’a jamais vu cela en Occident, même aux temps de la Rome antique où la femme subissait une certaine infériorité juridique. Nous n’avons jamais traité, dans la civilisation gréco-romaine et judéo-chrétienne, la femme d’une façon aussi monstrueuse. Lucrèce s’est suicidée après son viol, on ne l’a pas tuée, et elle fut vengée. Les femmes médiavales bénéficièrent d’une grande liberté, comme Hildegarde de Bingen ou Aliénor d’Aquitaine.

La liste des infériorités actuellement subies par les femmes dans le monde musulman et infligées par des Etats présentés comme nos alliés serait trop longue à établir, mais on peut lire par exemple ce qui est arrivé ces derniers temps à Malak al Shehri en Arabie saoudite :

http://ripostelaique.com/arabie-saoudite-ils-ont-ose-arreter-malak-al-shehri.html

C’est alors dans la loi que se traduit l’hostilité aux femmes, considérées comme des mineures, et c’est éminemment plus grave qu’une blague sexiste ou le déremboursement d’un acte médical (http://info.arte.tv/fr/la-femme-est-consideree-legalement-comme-une-mineure-en-arabie-saoudite).

Que dire encore du port obligatoire du voile en Iran : n’est-ce pas une violence faite aux femmes, bien qu’elle soit légale dans ce pays, que de ne pas les laisser libres de choisir leur apparence en société ?

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160517.OBS0638/iran-arrestations-de-mannequins-qui-s-affichent-sans-voile-sur-instagram.html

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/une-joueuse-d-echecs-viree-de-l-equipe-d-iran-pour-non-port-du-voile_1881422.html

http://www.bfmtv.com/international/des-hommes-iraniens-portent-le-voile-par-solidarite-avec-les-femmes-1020914.html

Autant de silences qui ne sont pas étonnants et participent de « l’islamo-gauchisme » :

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/26/31001-20160826ARTFIG00315-jacques-julliardqu-est-ce-que-l-islamo-gauchisme.php

« Osons Poitiers » a donc osé encore une fois, car ce groupe qui se place dans l’opposition à la majorité PC-PS n’en est pas à son premier exploit. Ils osent tout, ou presque :

* Scandale autour d’une charte rappelant que les associations para-administratives doivent respecter la laïcité, ce qui va mieux effectivement en le disant, compte tenu de leur statut particulier et de l’ambiguïté relative de notre Constitution, assez peu explicite sur la question :

http://www.centre-presse.fr/article-510341-la-charte-de-la-laicite-divise-la-gauche-au-conseil-municipal.html

* Proposition de faire Marwan Barghouti citoyen d’honneur de la ville : http://resistancerepublicaine.eu/2016/07/02/poitiers-les-jeunes-communistes-veulent-faire-le-terroriste-marwan-barghouti-citoyen-dhonneur/

* Discours « padamalgam » à la saveur inattendue : ne pas faire d’amalgame entre radicalisation et terrorisme ! « Nous sommes invités à faire l’amalgame entre radicalisation et terrorisme » (http://osonspoitiers.fr/intervention-de-christiane-fraysse-sur-le-plan-de-prevention-de-la-radicalisation-5122016/).

Qu’on ne s’étonne pas que le terme effectivement inapproprié de « radicalisation » ratisse large, puisque c’est une question devenue tabou, dans le but de ne pas se mettre à dos une partie de l’électorat particulièrement choyé par certaines forces politiques…

Théodore Gece