1

Théocratie contre Libertés

IslamectomieOUI, OUI, ALLAH EXISTE ! Tu n’imagines pas ta chance, Mémed : tu as la plus grande liberté de penser, de dire, voire de clamer sur tous les toits du haut des minarets d’autobus qu’Allah existe ! C’est bien la preuve que le Royaume du Maroc est un pays de liberté !… Mais il y a bien sûr une petite contrepartie, la liberté ça se paie tu comprends : il t’est juste interdit de douter.
Tu vois, Mémed, c’est pas grand chose, mais sache que si t’es incrédule au Maroc, ou même si t’es croyant mais que tu estimes que le Prophète Muhammad (sallallâhu ‘alayhi wa sallam, si je me souviens bien) était juste un tout petit peu égorgeur, pédophile, sexiste, antisémite et esclavagiste (c’est pas moi qui le dis c’est mektoub dans la Sunna), tu seras puni de un à cinq ans de prison et d’une amende de 20.000 à 200.000 dirhams (1.800 à 18.000 euros), selon le projet de nouveau Code Pénal disponible depuis hier sur le site du « Ministère de la Justice et des Libertés » — oui, tu as bien lu, Mémed : « des LIBERTÉS » !
C’est vraiment prendre les Marocains pour des cons.
Ah ! J’oubliais que le doute est puni de mort par notre saint Coran. Même que c’est Allah qui l’a dit. Par Jibrael interposé qui, lui, parlait l’arabe. Allah, on sait pas.
http://www.aujourdhui.ma/une/actualite/nouveau-code-penale-5-ans-de-prison-pour-qui-%C2%ABinsulte%C2%BB-dieu-et-les-prophetes-117596#.VR7IdmZuiq4
(je pense que la faute d’orthographe dans le titre du journal est volontaire, probablement afin d’exprimer la parité homme-femme — ce qui constitue en soi une violation flagrante de notre saint Coran et mérite un grand bravo au courageux journaliste pour sa témérité !)
Croire est donc une obligation dans mon pays d’origine. Dans le même esprit cela me rappelle cet incroyable jugement rendu au Danemark il y a quelques années : « Vous avez peut-être raison mais vous n’avez pas le droit de le dire ! » (il s’agissait d’une critique de l’islam). Contester le droit d’avoir une opinion n’est-il pas antidémocratique ? Allez savoir… De toutes façons faut pas rêver, la démocratie n’est qu’un rêve. Tandis que la théocrassie, ça, c’est du sérieux !
Mais quand même… Il y a quelque chose qui me dérange le neurone sur le plan de la logique : COMMENT PEUT-ON S’OBLIGER À CROIRE ? Voilà déjà une incitation à l’hypocrisie : si tu ne crois pas en un dieu, même s’il est le plus grand entre mille autres depuis la nuit des temps, si tu n’y crois pas pour ne l’avoir jamais vu ni entendu ni même reniflé, si tu n’y crois pas pour n’avoir pas encore compris pourquoi il faudrait le prier, pour satisfaire son ego ? ou bien pour le remercier d’avoir tout créé y compris la misère, le malheur, les juifs, la souffrance, la mort et les islamistes ? Bref, Mémed, si tu estimes que cette hypothèse d’illuminé ne tient pas la route, eh bien tu dois faire semblant ! Tu dois t’ablutionner les roupettes, dérouler ton p’tit tapis de prière et ne surtout pas tourner ton derrière en direction de La Mecque : c’est la loi !
Fais semblant de croire, hypocrite… Ben voyons, je comprends maintenant pourquoi le musulment !
Voilà que me revient ce vieil adage arabe : « Embrasse la main que tu ne peux couper ! » Et après ça on s’étonne que les chiens d’infidèles nous qualifient de « fourbes et cruels » !
Moi, Mémed, j’ai fait mon choix : pas question de renoncer aux 72 vierges aux grand yeux noirs innocents… J’espère que Carole me pardonnera !
Yidir Aberkane




Chère Madame D., que ferez-vous quand la police religieuse vous demandera de vous voiler ?

Que ferez-vous, Madame, lorsque vous recevrez cette lettre ?

    Chère Madame D.,
Nous avons remarqué que vous vous affichez dans l’espace public en exhibant vos cheveux et vos jambes nues.
Or vous ne devez pas ignorer que cette tenue indécente offense gravement notre communauté musulmane puisqu’elle enfreint les préceptes de notre cher prophète Muhammad (Sallallâhu ‘alayhi wa sallam), clairement retranscrits dans notre Saint Coran sous la dictée d’Allah.
Aussi nous vous demandons de mettre un terme à ce genre de provocation à l’encontre de notre religion.
Vous devez comprendre que cela nous stigmatise et que nous ne pouvons vous garantir que l’un de nos fidèles, échappant à notre contrôle malgré toute notre vigilance, n’en vienne un jour à vous agresser physiquement.
Nous sommes sûrs de votre compréhension et nous formons l’espoir de vous voir rejoindre bientôt, inch’Allah, la Umma des croyants.
Allahu Akbar !

Islamectomie1Oui, « chère Madame D. », vous recevrez sans doute un jour une lettre portant votre nom et s’exprimant à peu près dans ces termes…
Que ferez-vous alors ?
Vous irez porter plainte auprès de votre commissariat ou de la gendarmerie ? Il est fort à parier alors que votre plainte sera refusée ! On vous répondra que la gendarmerie (ou la police nationale, selon votre adresse) n’a pas les moyens d’enquêter sur une lettre anonyme… Ou bien qu’il s’agit certainement d’une mauvaise plaisanterie… Ou encore que vous êtes la dix millième personne à avoir reçu cette lettre et que faire ?…
Pensez-vous que chaque citoyen peut être protégé par un fonctionnaire de police ? Non, ne rêvez pas.
Après tout, porter un fichu, ou une casquette fantaisie selon votre âge, et un pantalon ou un jean, ce n’est pas si terrible n’est-ce pas ?
Sachez que cette politique de terreur est pratiquée par les islamistes dans la plupart des pays musulmans (tout récemment en Tunisie), généralement sous forme verbale murmurée à l’oreille dans la rue ou le bus et accompagnée du geste du rasoir sous la gorge. Le Coran lui-même recommande de recourir à la terreur. Et ça marche !
La plupart des femmes ainsi menacées cèdent en effet à la peur. Et je parie que vous, Madame D., ferez de même.
Alors, l’islam religion d’état en France, on laisse faire ?
C’est maintenant que vous devez agir pour éradiquer cette peste.
Demain, il sera trop tard.

Yidir Aberkane*

(*) Aux côtés de Carole Maillac, Yidir Aberkane est l’auteur du livre « Pronostic vital engagé : ISLAMECTOMIE ! » que viennent de publier les éditions Riposte Laïque. Rappelons que, sous une présentation romancée de politique-fiction, cet ouvrage constitue un excellent recueil de citations et d’extraits de textes islamophobes bien étayés émanant d’auteurs de tous horizons et d’époques diverses, la plupart célèbres dans le monde entier, bon nombre issus du monde musulman — c’est dire s’ils savent de quoi ils parlent ! — que l’on serait en peine d’accuser de « racisme »… envers eux-mêmes ! Le lecteur y trouvera une source d’arguments incontournables contre l’idéologie totalitaire de l’islam, responsable de la stagnation du monde arabo-musulman. Un outil de travail et de compréhension pour les chercheurs autant que distrayant par l’humour, parfois noir, qui en constitue la trame. On y reconnaîtra notamment certains acteurs nocifs de la sphère politique, dont le carriérisme le dispute à la lâcheté et à la trahison…