Autopsie d’un assassinat : ils veulent éradiquer la voiture

AUTOPSIE D’UN ASSASSINAT

Seconde partie1

Après les arguments d’urbanisme et de sécurité, voici maintenant les prétentions écologistes, et non pas écologiques. Rappelons au passage que l’écologie est comme le patriotisme, elle concerne tout le monde et tous deux ne devraient pas être délégués à un ou des partis, idéologiques par nature et donc contraires au Bien commun. Voici que même le pape François fait siens les arguments des prétendus écologistes dans une encyclique. Avec la bénédiction papale, ces nouveaux staliniens s’attaquent donc toujours plus à l’automobile. On retrouve là l’alliance de tous ceux qui s’acharnent à détruire notre civilisation et ses technologies. L’auteur n’oublie pas le GIEC, rappelant que ce machin est un organisme politique et non pas scientifique, créature de l’ONU dont le but est de devenir un gouvernement mondial ; ce à quoi elle travaille dans l’ombre tranquille assurée par sa reconnaissance universelle dans les chancelleries et les esprits simples, ce que dénonce aussi Jean-Marie Le Pen dans son dernier livre Tribun du peuple auquel j’ai consacré un récent article2.

La multiplication des normes européennes concernant les véhicules conduit à envoyer à la casse un grand nombre de véhicules qui, sans cela, auraient duré beaucoup plus longtemps, gage de non-gaspillage et donc de non-pollution. Cela serait d’autant plus intéressant que le coût de roulage concerne beaucoup l’entretien d’un véhicule, et moins, selon l’auteur, le budget de carburant. Pour qu’un véhicule soit rentable, il faut qu’il parcoure plusieurs centaines de milliers de kilomètres, ce qui est peu le cas. Me voici avec une bonne motivation de plus de garder ma vieille voiture. Un véhicule actuel comportant beaucoup de plastiques, métaux rares, filtre à particules, et plus encore s’il est électrique avec ses batteries peu recyclables, ne répond pas aux prétendues exigences des écologistes. Pas plus d’ailleurs que les éoliennes et pour les mêmes raisons. La production de gaz à effet de serre a bon dos. Il s’agit bien d’assassiner une référence de société basée depuis plus d’un siècle sur le développement et l’usage des véhicules automobiles, le plus souvent privés.

Voici venu le temps des multiples piqûres de moustiques insaisissables : les petits empoisonnements du quotidien. Citons un célèbre Khmer vert : « Nous ferons en sorte que l’automobile, à Paris, devienne le moyen de transport le plus inconfortable, le plus lent et le plus cher. » Depuis lors, il n’y a plus seulement qu’à Paris ! Plaignons les livreurs, ambulanciers et artisans travaillant dans les grandes villes aux mains des écolos-dingos ! Pensons à ces voitures qui détectent les voitures n’ayant pas de stationnement payé et qui verbalisent automatiquement ceux qui travaillent ! C’est à cela que sert l’identification minéralogique de votre stationnement, et là où ces voitures ne circulent pas encore, cela arrivera bientôt ! L’incitation au vélo, avec ses nombreuses pistes cyclables si peu utilisées mais engorgeant les voies restantes aux voitures, est une pure considération de pseudo-intellectuels. Les personnes handicapées, les très jeunes et les plus âgés n’y trouvent pas leur compte, et l’ensemble des gens par mauvais temps, sur les reliefs et la nuit. Récemment, la Mairie de Paris a décidé de supprimer encore bien davantage de places de stationnement dans la ville. Mais ne sachant pas quoi faire de l’espace ainsi « libéré » un concours d’idées a été lancé pour l’utiliser. Il s’agit bien là de supprimer pour supprimer, puisqu’il n’y a pas de projet concret de remplacement. Les Parisiens ont-ils été consultés à ce sujet ? Les discriminations, culpabilisations et dénigrements se multiplient au gré de l’imagination débordante des Khmers verts et de ceux qui veulent leur plaire. Il fut un temps où l’on était fier de sa nouvelle voiture ou moto, on la montrait à ses amis, on y invitait les copines… Aujourd’hui, tourner la clef de contact c’est être un pollueur égoïste et inconscient, dégrader les générations futures et tuer la planète !

L’auteur propose une intéressante comparaison entre dépenser son argent pour soi ou pour les autres, dépenser l’argent des autres pour soi ou pour les autres. La première option garantit la meilleure gestion, la meilleure économie, le moindre gaspillage. C’est celle, par exemple, du transport individuel. La dernière option est la plus grande source de non-vigilance, de gabegie, de gaspillage, de pollution, de double ou triple dépense. C’est celle des transports publics. Je précise que cela est d’autant plus vrai aujourd’hui que l’on a, sur directives de l’UE, transformé le brillant service public de la SNCF en une myriade de sous-entités plus ou moins concurrentes, gérées par des technocrates étrangers au domaine ferroviaire. L’esprit de corps de jadis y a disparu, fait aggravé récemment par les contrats de travail de droit commun ; il n’y a plus de cheminots, juste des employés. Ce véritable sabotage de service public s’intègre dans la mondialisation dont l’auteur du livre relève deux origines distinctes, apparemment antagonistes mais complémentaires : la révolution marxiste violente et l’organisation sociale conforme à la Fabian Society créée à la fin du XIXe siècle par le patronat anglais, dont est issue la London Schools of Economics où furent formés les Trudeau, Prodi, Soros et bien d’autres. Ces deux origines ayant pour but de créer le paradis sur terre dans la plus grande négation de celui proposé dans les religions. Notons cependant que l’auteur considère le chemin de fer comme étant un concurrent plutôt déloyal de l’automobile.

Après ces considérations, Bernard Gantois amène le lecteur à observer de nombreux éléments apparemment sans rapports entre eux, mais qui s’avèrent complémentaires pour arriver à déraciner les individus et les peuples, à remettre en cause toute forme de spiritualité et même de simple bon sens. Les sujets sont multiples quant à cette entreprise de mondialisation. Du gauchisme introduit dans l’Église catholique dont le pape actuel est un maillon important au recyclage de l’élan marxiste dans l’écologisme militant, du subtil projet de gouvernement mondial onusien à ses émanations moins discrètes tels que Bilderberg, Le Siècle, Davos, etc… Du développement organisé dès l’enfance du cerveau droit, siège des émotions et de l’irrationnel opposé au gauche raisonné et logique à la remise en cause des fondamentaux religieux ayant maintenu leurs adeptes dans une morale acceptable pendant des siècles (les Dix Commandements)… De l’interdiction décidée par un président issu du milieu bancaire d’emprunter à notre banque centrale nationale au positionnement arbitraire du Bien et du Mal… Du contrôle politique des naissances à la remise en cause du mariage hétérosexuel séculaire… De la prétention d’un réchauffement climatique d’origine anthropique à celle de l’épuisement des ressources naturelles… Du transhumanisme violent à l’écologie de pacotille… De la remise en cause de la propriété privée au cas particulier de l’islam… L’auteur traite aussi de l’indifférenciation, dont nous voyons les ravages dans le mode actuel de considération sexuée des individus. Il rassemble ce qu’il appelle « les petites mains » culturelles, sexuelles ou biologiques, ces groupes minoritaires pratiquant l’entrisme, les charges incessantes, les revendications de toutes sortes remettant en cause des siècles, des millénaires de traditions ayant forgé l’humanité avec ses racines, ses us et coutumes, ses traditions et son avancée permanente dans le progrès technologique. Ces « petites mains » utilisent la réaction du cerveau droit cité supra et non pas celle du gauche dont les mondialistes ne veulent surtout pas que nous nous servions. C’est avec cette réaction qu’ils veulent nous imposer leur paradis sur terre et nous interdire de réfléchir afin que nous nous conformions à cette prison planétaire qu’ils préparent.

Fort heureusement, Bernard Gantois conclut en considérant, objectivement, que les mondialistes perdront la partie, mais qu’il feront payer très cher cet échec à l’ensemble de l’humanité. À chacun d’entre-nous de participer à cette victoire de la Liberté en commençant par défendre notre droit à circuler librement dans tout notre pays, dans toutes nos villes, même avec une vieille voiture que les effets naturels du temps et de l’usage finiront par faire disparaître, mais après une utilisation et une rentabilité financière et écologique optimales. Tous ceux qui veulent interdire ce qui leur déplaît ou rendre obligatoire ce qui leur convient sont les servants de la mondialisation et les ennemis des peuples et de l’humanité. Défendons nos vieilles voitures !

Daniel Pollett

1 Première partie : https://ripostelaique.com/autopsie-dun-assassinat-de-bernard-gantois-a-mort-la-bagnole.html

2 https://ripostelaique.com/tribun-du-peuple-encore-merci-jean-marie-le-pen.html

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. avec le concours de la majorite des francais(qui ne savent plus raisonner,pour suivre des modes )

  2. Nous avons subi le démantèlement industriel insidieux mais révélateur d’une certaine classe politique. Maintenant ces assassins de notre pays s’attaquent à notre industrie automobile qui aurait du, il est vrai, se recentrer il y a quelque temps déjà comme l’ont fait d’ailleurs d’autres pays. Une nouvelle religion, parmi les plus destructrices, a vu le jour qui balaye tout sur son passage. Les dégâts à prévoir font peur.

  3. Affreter des centaines de charters pour les supporters de l Euro ne semble pas gêner les écolos.

  4. ILS veulent IMPOSER leurs bagnoles électriques tout comme ILS veulent IMPOSER leur vaccin et les éoliennes. Peu importe s’il y a de nombreux INCONVEGNANTS et POLLUTION avec les batteries, sans parler de la longue recharge et de l’hiver où elles déchargent très vites,( bonjour les embouteillages dans la neige ) Du moment que cela RAPPORTE pas mal de fric à un petit nombre !

  5. J’ai une vieille PT Cruiser et je l’aime encore. Je ne veux pas la remplacer pour un vélo.

  6. Pourquoi les marxistes faux écolos khmers verts haïssent-ils l’automobile ? Pour 3 raisons :
    1°) C’est un objet de liberté individuelle. Les marxistes sont des collectivistes. D’où la tentative (ratée) de faire de la voiture individuelle un véhicule collectif via le covoiturage. A présent, ils tentent de contrôler l’utilisation des voitures via des ordinateurs de bord qui feront du conducteur un passager et de la voiture un robot-flic qui imposera un mode de conduite, qui interdira d’aller là où l’Etat le refuse et qui dénoncera.
    2°) C’est un produit industriel, donc capitaliste. Les marxistes en sont l’ennemi irréductible.
    3°) C’est un marqueur de réussite sociale. Oh, l’horrible mot ! Le Peuple doit rester pauvre et dépendant de l’Etat Big Mother et ne jamais réussir individuellement !

    • Moi , j’ai trois cadillac et une camaro vivent les gros V8 et les Ricaines et merde aux fossoyeurs d’escrolos à la botte du N O M ! j’espère que ce sera le top départ pour une guerre qui est de toute façon inévitable … « europe » de merde …

      • Ah les belles bagnoles américaines, toute ma jeunesse. On pouvait monter dedans à 14 enfants et trois adultes sans que cela pose problème. Que du bonheur, leurs glaces, les barbecook façon américaine.

  7. Soros va mourir sous peu.
    Trudreau, Merkel et Macron vont être virés dans moins d’un an.
    Les écolos ne survivront pas,à ,la prochaine élection municipale.
    Bill Gates va être mis en prison au titre du Nuremberg du Covid…
    Quand à Biden, il a perdu son cerveau lors du dernier voyage officiel.
    Le FBI le recherche activement.

    La vie est belle, non ?

Les commentaires sont fermés.