Auvergne-Rhône-Alpes : l'ivrognerie PS du pouvoir sanctionnée

av élect ivrognerie PS du pouvoir

av électi Christophe Boudot, tête de liste du FNav élecLe Front National Christophe Boudot devance « l’éléphant du PS » Jean-Jack Queyranne
La grande surprise en Auvergne-Rhône-Alpes, c’est l’effondrement des socialistes, relégués en 3 ème position (23,1% des suffrages, soit moins d’un électeur sur quatre), et devancés par le Front National qui totalise 26,7% des suffrages au premier tour. Du coup, le Front National Christophe Boudot devance « l’éléphant du PS » Jean-Jack Queyranne, compagnon de route de Charles Hernu et plusieurs fois ministre, et talonne « le mamouth des Républicains » Laurent Wauquiez.

C’est une gauche usée, par le pouvoir, par les mauvaises gestions départementales, par le vieillissement des chefs de file (69 ans), qui abordait, sous la bannière de Jean-Jack Queyranne, le premier tour des élections régionales.

Même s’il a reçu le soutien officiel de Najat Vallaud-Belkacem, présidente de son comité de campagne, le socialiste Jean-Jack Queyranne a rencontré d’autres soucis internes. Dix-huit candidats socialistes se sont soudainement retirés de sa liste dans le Rhône, pour protester contre la deuxième position de Farida Boudaoud, vice-présidente à la culture, exclue du PS pour avoir rallié une liste dissidente aux municipales de Décines-Charpieu, entraînant la chute du maire socialiste sortant.

Pendant que se joue un duel entre Laurent Wauquiez et Jean-Jack Queyranne, deux personnalités au style diamétralement opposé, le candidat du Front national attendait de compter les points. Même s’il n’a pas les ambitions du FN en Provence-Alpes-Côte-d’Azur ou dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Christophe Boudot, 45 ans, à l’image plus lisse, espérait dépasser le plafond de 14,5 % atteint par Bruno Gollnish lors des deux précédents scrutins. Les urnes lui ont accordé plus de 26,7% au premier tour, et le Front National Christophe Boudot devance le PS et talonne Laurent Wauquiez.

En Auvergne et en Rhône-Alpes, la campagne des régionales a été ponctuée par des « tirs au 105 », comme disent les artilleurs et par une multitude d’incidents, visant, la plupart du temps, à discréditer Laurent Wauquiez, ou à diaboliser la tête de liste du FN Christophe Boudot. Les électeurs ont sanctionné les arroseurs et manipulateurs, en accordant majoritairement leurs suffrages au Républicain Wauquiez et au Front National Boudot.
Les principaux incidents ont d’abord visé Laurent Wauquiez et ont été initiés par Jean-Jack Queyranne, tête de liste PS, qui a porte plainte pour détournements de données publiques dans la campagne de Laurent Wauquiez. Comme le relaye Lyon Mag le vendredi 4 décembre, Jean-Jacques Queyranne, tête de liste PS en Rhône-Alpes-Auvergne, a « décidé de porter plainte contre X pour détournement de données publiques après de nombreux cas d’irrégularités repérés ces derniers jours dans la campagne de son adversaire LR, Laurent Wauquiez. »                                              
Puis, lors du dernier jour de campagne avant le premier tour des régionales (hasard ou non ?) les professionnels du cirque et de la marionnette ont répondu à Laurent Wauquiez. Ils n’ont pas tellement apprécié que la tête de liste LR-UDI-MoDem en Auvergne-Rhône-Alpes qualifie leur formation de « fantaisiste »”, et l’ont fait savoir dans une lettre ouverte.
Dans cette lettre ouverte publiée sur le site de l’Association nationale des théâtres de marionnette et datée du 3 décembre, les professionnels du cirque et de la marionnette rappellent que l’art et la culture « représent[ent] 1,3 million d’emplois en France ». Et d’ajouter que cette « distance à l’égard de ces formes artistiques populaires […] semble aller à l’encontre de cette fameuse relation au peuple dont [Laurent Wauquiez] sembl[e] [se] réclamer« .
Comme le relève Le Progrès le 30 novembre dernier, le maire LR Jérôme Moroge, de Pierre-Bénite (69), candidat sur la liste de Laurent Wauquiez en Rhônes-Alpes-Auvergne, a proposé aux sympathisants de sa ville de mettre son cabinet à disposition pour réaliser leurs procurations. Une pratique totalement interdite par le code électoral.

Dans un mail envoyé en début de semaine, le maire propose le service de son cabinet pour aider les électeurs qui ne pourront se rendre aux urnes. Le but : les aider dans leurs démarches pour faire des procurations. Amateurisme ou volonté politique ? Toujours est-il que le maire reconnaît la boulette en expliquant donc que tout le dispositif a été annulé.

Laurent Wauquiez et le FN Christophe Boudot ont laminé le socialiste Queyranne
Laurent Wauquiez (31,4%) est arrivée en tête au premier tour des élections régionales 2015 en Auvergne-Rhône-Alpes, ce dimanche 6 décembre 2015. La liste Wauquiez devance de quelques points la liste Front national de Christophe Boudot (26,7%) et de presque 9 points la liste du Parti socialiste-Parti radical de gauche de Jean-Jack Queyranne (23,1%). Laurent Wauquiez, Christophe Boudot et Jean-Jack Queyranne s’affronteront donc au second tour dans le cadre d’une triangulaire, le 13 décembre prochain.
Pour mémoire, en 2010, la liste d’union de la gauche (PS, PRG, MRC, EE, FG, M’PEP) avait remporté les élections régionales en Auvergne (59,68%), obtenant 33 sièges au Conseil régional. La liste de droite (40,32%) avait remporté 14 sièges. René Souchon (PS) avait été réélu à la présidence du Conseil régional d’Auvergne pour la deuxième fois.
En Rhône-Alpes, toujours en 2010, la liste d’union de la gauche (PS, PRG, MRC, EE, MRS, FG, PCOF, DVG, Alternatifs) l’avait emporté avec 50,75% des voix, obtenant 99 sièges au Conseil régional. La liste de la majorité présidentielle (34,02%), soutenue par Nicolas Sarkozy, avait obtenu 40 sièges, et la liste du Front national (15,22%) 17 sièges. Jean-Jack Queyranne avait donc été réélu à la tête du Conseil régional du Rhône-Alpes pour la deuxième fois.
Le cas de l’Ardèche où le PS chute à 26,20 %
Président socialiste du département de l’Ardèche et tête de liste aux régionales, Hervé Saulignac a d’abord été sanctionné pour sa désastreuse gestion du secteur enfance du département de l’Ardèche, au bord du gouffre… Notamment du côté de la Maison Pour Vivre à Tournon-sur-Rhône dans le Nord Ardèche ! Car les sous vont ailleurs…

De plus, ces derniers mois, le socialiste Hervé Saulignac avait démultiplié les apparitions locales, préjudiciables à sa popularité, aux côtés de François Hollande (du côté de la Caverne de Vallon-Pont-D’arc), d’Emmanuel Macron (à l’usine Irisbus d’Annonay), de Manuel Valls ou encore de R2 D2 Cazeneuve, alors que de nombreux Ardéchois reprochent à « Hervé Saulignac et à sa majorité socialiste d’avoir sacrifié l’enfance (l’Ardèche de demain), avec un petit 25 millions de budget pour tout ce secteur, l’agriculture et le soutien aux productions sensibles (l’Ardèche d’aujourd’hui) à la Grotte Chauvet et la caverne de restitution de Vallon-Pont-d’Arc (l’Ardèche d’avant hier) avec un engagement de 15 millions cette année, avant l’inauguration en grande pompe par François Hollande ».
Alors même qu’une suspicion d’arnaque ressort des entrailles de la Grotte Chauvet.
Du coup, les électeurs Ardéchois ont fermement sanctionné le socialiste et président du département de l’Ardèche Hervé Saulignac. Laurent Wauquiez (LR) et sa tête de liste Ardéchoise Isabelle Massebeuf recueillent 29,60% des voix dans ce fief de gauche (ayant fourni un Ministre, Xavier Valla, au Maréchal Pétain, de 1940 à 1944; un secrétaire d’état à l’enseignement technique Robert Chapuis à François Mitterand de 1988 à 1991; et un ministre du commerce extérieur Jacques Dondoux à Lionel Jospin en 1997), devant le socialiste Hervé Saulignac (liste Jean-Jack Queyranne PS) qui chute à 26,20%, le Front National de Christophe Boudot réalisant 25,76%. Du jamais vu à Annonay !
Antoine Mellies, tête de liste FN en Ardèche, confie « notre score est un coup de tonnerre en terre socialiste ». Dans certaines communes Ardéchoises, à l’image de Bourg-Saint-Andéol, le FN Christophe Boudot arrive en tête (42,56%), devant Jean-Jack Queyranne (23,40%) et Laurent Wauquiez (22,66%). Christophe Boudot (FN) arrive aussi largement en tête à Viviers avec 39,03%, devant Jean-Jack Queyranne (PS), 24,58% et Laurent Wauquiez (LR), 18,20%. Même scénario à Cruas, où le FN et Christophe Boudot sont en tête avec 30,11%, devant Jean-Jack Queyranne (PS), 22,29% et Cécile Cukierman (PCF), 22,19%.
A Annonay, première ville du département et fief de gauche, la liste de droite et du centre menée par Laurent Wauquiez arrive en tête, avec 30,36%, devant Hervé Saulignac (liste Queyranne/PS) qui recueille 30%, et le FN Christophe Boudot, qui rassemble 21,06 % des suffrages exprimés.
image_pdfimage_print