Avant d’aller voter, n’oubliez pas le regard assassin que Belkacem jetait à Marine

Publié le 29 mars 2014 - par - 3 789 vues
Share

Je suppose que bon nombre d’entre vous, tout comme moi ont suivi au moins en partie la soirée électorale de dimanche dernier. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai été dans un premier temps à la fois très satisfait du score du FN et joyeux de la déroute en cours de l’UMPS. Puis, au fur et à mesure, j’ai commencé à m’inquiéter. Pourquoi ? Car comme vous j’ai pu constater le regard haineux de la ministre Belkacem, regard qui semblait même inquiéter son collègue Le Foll (entre nous un nom comme ça ne s’invente pas sauf que le personnage n’est pas un dingue loin de là) qui ne savait plus quoi faire de ses dix doigts.

Leurs deux attitudes sont intéressantes car éloquentes et par analogie, on peut les comparer aux comportements animaux. En effet, dans un cas, vous avez l’attitude du ministre de l’agriculture (fait rillettes Le Foll ça te changera de la patée….) qui n’est pas inquiétante car il prend la posture de la proie qui se sait condamnée et qui, se sachant perdue, se prépare avec courage à affronter son triste sort après tout, le destin des proies est en général d’être tuée par leurs prédateurs et il faut donc l’accepter dignement. Par contre, la ministre qui est celle que l’on appelle dans le monde animal un prédateur montre par sa férocité qu’elle ne l’entend pas comme cela et qu’elle fera tout ce qu’elle peux avec toutes ses forces avant d’y laisser sa peau. Et c’est là que, pour moi, c’est devenu inquiétant. Je m’explique. Quand on constate l’attitude haineuse des Valls, Taubira, Fabius et d’autres, on se dit qu’ils vont être prêts à tout (et Bacchus sait ce dont ils sont déjà capables….) pour vendre chèrement leurs peaux. Mais, pourquoi ? A ce que je sache, la France a depuis longtemps rangé ses guillotines. Alors pourquoi ?

J’ai dans l’idée que ce qu’ils redoutent le plus n’est pas la mort mais le ridicule. Après tout la mort est notre lot à tous, mais le ridicule, et bien….., il faut vivre avec !!! Et si il y avait pire ? Avez-vous lu le livre de l’ancien maire d’Hénin-Beaumont Gérard Dalongeville intitulé “Rose Mafia”  (ed Jacob-Duvernet 19,95€) ? Sur la couverture, en dessous du titre on y lit : “Blanchiment d’argent, appels d’offres truqués, clientélisme : pour la première fois, un socialiste raconte l’inavouable”. Et donc, je repose la question : et si il y avait pire ? Ce qui implique une autre question : et si le pouvoir changeait de mains ? J’ai une intuition depuis longtemps mais cette intuition est en train de devenir une conviction. Imaginons que demain le FN, comme on dit, arrive aux affaires. N’y a-t’il pas bon nombre de magistrats, de policiers et de gendarmes intègres qui rongent leur frein car tenus en laisse par une hiérarchie complice du Pouvoir ? Et si demain, cette hiérarchie, par le truchement des urnes était de facto aux ordres du nouveau pouvoir en place avec tout ce que ça implique (lever du secret défense par exemple….) ? Comme on dit vulgairement : on lâche les chiens…

Alors, c’est là que ça devient encore plus inquiétant mais aussi encore plus intéressant. Plus intéressant parce que nous apprendrions plein de choses sur toutes les magouilles que ça en est déjà banal (on connaitrait les détails ça serait croustillant), mais aussi plus inquiétant parce que les concernés sont ceux qui nous gouvernent depuis 40 ans. Et là, une question s’impose : jusqu’où sont-ils capables d’aller ? Faire tirer sur la foule ? Assassinats de témoins, de magistrats, de flics, de militants ? Méfions-nous, la Bête est acculée, elle sait que son heure arrive et elle ne reculera devant rien pour échapper à sa déchéance. Néanmoins, pour l’instant, la chasse n’est pas encore ouverte et je vous invite à continuer le combat en vue de son ouverture ! Justice doit être faite ! On ne lâche rien !

Francis Régnier

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.