Avec Belkacem et Valls, les Femen ont une souteneuse et un protecteur

Ri7FemenL’ineffable ministre de l’Education nationale a confirmé, ce dimanche, l’article culte que lui avait consacré notre ami Alain Falento : « Le fabuleux destin de Najat Vallaud-Belkacem, parasite incompétent devenu ministre« .
http://ripostelaique.com/le-fabuleux-destin-de-najat-belkacem-parasite-incompetent-devenu-ministre.html
Depuis la sortie de ce texte, chose encore plus grave, elle est devenue ministre de l’Education nationale, et a donc décidé d’accélérer la fin de notre école, en mettant fin aux cours de latin et de grec, en rendant l’apprentissage de l’islam obligatoire, mais celui du christianisme facultatif, et en occultant nos figures historiques des programmes d’histoire, remplacées par des héros plus exotiques.
Histoire de montrer qu’elle avait parfaitement intégré qu’elle était responsable de l’école, elle s’est même permis de faire à Marine Le Pen le coup de « C’est celui qui le dit qui y est ! », rien de moins. En effet, alors que la présidente du FN, interrogée ce dimanche par Jean-Pierre Elkabbach, qualifiait de « harpies » les Femen, super-Najat a osé répliquer que c’était Marine Le Pen qui était une harpie ! Avec une telle ministre, nul doute que nos chers enfants vont atteindre les 102 % de réussite au prochain bac, ce qui serait logique, puisqu’on peut être crédité, à présent, de 22 sur 20 !
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/05/03/25002-20150503ARTFIG00101-marine-le-pen-est-une-harpie-lance-najat-vallaud-belkacem.php
Bref, avec notre vaillante ministre de l’Education nationale, les Femen ont une souteneuse (j’aurai pu dire supportrice) de poids.
On remarquera, d’autre part, que pas davantage Najat Belkacem que Manuel Valls (qui n’a trouvé qu’à parler du retour de la vieille extrême droite) et aucun autre ministre n’ont eu un seul mot pour condamner une grave entorse au droit de manifester, commis par les Femen, dont la porte-parole, Sarah Constantin, se vante d’avoir « saboté » le 1er mai d’un parti légal, qui pèse juste entre 25 et 30 % des voix aux élections.
On ne pourra que s’étonner de la facilité avec laquelle ces femmes, pourtant connues, ont pu troubler le rassemblement, et la lenteur de la réaction policière.
On peut donc, sans risque de se tromper, affirmer que le Premier ministre, ancien ministre de l’Intérieur, est, pour le mouvement, un protecteur de poids.
Complaisamment invitée sur tous les plateaux, Sarah Constantin se permet même de gémir contre les méchants DPS, qui auraient été tellement violents avec elle… qu’elle n’a aucune marque prouvant les coups qu’elle aurait reçus…


Il est par ailleurs intéressant de noter que cette charmante personne est également journaliste, collabore ponctuellement aux Inrocks et à Charlie Hebdo, et a même œuvré dans un salon pornographique avec Luz, le vaillant dessinateur de l’hebdomadaire qui ne dessinera plus Mahomet, mais qui, à l’époque, avait réalisé ses œuvres sur une Bible rédigé en latin, ce qui parait moins dangereux.
http://www.prechi-precha.fr/manipulation-et-journalisme-militant-sarah-constantin-femen-et-journaliste-a-charlie-hebdo-et-a-le-mouv/
Donc, on sait à présent (ce que personne n’a révélé sur les plateaux) que cette jeune personne est une consoeur de tous les journaleux qui lui ont généreusement servi la soupe, dans les heures qui ont suivi l’agression.
Personne, pas davantage un journaliste qu’un ministre PS ou un leader UMP, n’a fait remarquer que les Femen s’étaient livrées à trois délits, ce 1er mai : perturbation d’une manifestation autorisée, saluts nazis, et exhibition publique.
Elles n’ont même pas été placées en garde à vue, et pouvaient fanfaronner sur tous les plateaux, dans les heures qui ont suivi l’agression.
Imaginons que cela soient des Identitaires qui troublent un discours de Valls, cela se serait-il passé de la même manière ? Damien Rieu, Fabrice Robert ou Richard Roudier seraient-ils invités dans tout-Paris médiatique dans les heures qui suivent ?
Quoi d’étonnant ? Au-delà de la solidarité corporatiste et idéologique des journaleux du système, ce régime utilise à fond les Femen, en toutes circonstances, pour attaquer ses adversaires politiques : La Manif Pour tous, hier, avec Fourest dans le rôle de la propagandiste officielle invitée partout pour inverser les rôles, et le FN maintenant, avec Constantin en supplétive de super-Caro. Dans les deux épisodes, les agresseurs deviennent les agressés, et vice-versa.
Faut-il oublier le rôle de Fourest, qui se prétend journaliste, dans l’obtention plus que scandaleuse du droit d’asile d’Inna Schevchenko, dont elle se dit l’amoureuse transie. Française, à présent, la cheftaine des Femen, qui, en France depuis 2012, ne parle pas un mot de notre langue. Celle qui a qualifié, ce samedi, Aymeric Caron de « petit con » a même été jusqu’à donner son adresse personnelle, pour accélérer la procédure.
Quant au fait de bousculer la présidente d’un parti qui s’apprête à déposer une gerbe sous la statue de Jeanne d’Arc, et d’avoir fait tomber le bouquet de fleurs, cela n’a pas davantage ému nos ministres, ni nos journalistes.
Là encore, quoi d’étonnant, quand on se souvient que ce régime avait fait d’Inna Shevchenko le symbole de Marianne, oubliant sans doute qu’à Kiev, elle avait détruit à la tronçonneuse une croix chrétienne à la mémoire des victimes du nazisme.

Bref, elles peuvent faire des saluts nazis en France, scier une croix chrétienne à l’hommage des victimes de l’armée allemande à Kiev, elles sont intouchables.
Najat Vallaud-Belkacem calomnie quiconque les critique, et Manuel Valls les couvre. Bref, avec ces deux personnages, au sommet de l’Etat, les Femen ont une souteneuse et un protecteur de poids, deux mots qui leur vont très bien.
Jeanne Bourdillon

image_pdfimage_print