1

Avec la proportionnelle, le FN aurait 75 députés

Cette droite pourrie, ainsi que la gauche complice, qui ont toujours combattu le FN et tout fait pour interdire aux millions de patriotes frontistes d’être représentés au Parlement, découvrent à leur tour les effets vicieux du scrutin majoritaire à deux tours. Leur gueule de losers éliminés dès le premier tour fait plaisir à voir.

Les frontistes peuvent d’ailleurs se réjouir du coup de balai salutaire qui s’est enfin opéré dans les rangs de tous ces bons à rien de l’UMPS, ces parasites qui ont sévi pendant 40 ans sur les bancs de l’Assemblée en abandonnant la France au déclin.

Macron a  au moins le mérite d’avoir viré tous ces nuisibles accrochés à leurs privilèges depuis des décennies. Tous des anti FN.

Avec 32% des suffrages exprimés La République en Marche va rafler plus de 400 sièges. L’effet amplificateur est dévastateur pour ses adversaires.

Avec 22% des voix la droite n’en aura que 80. Un désastre historique, mais largement mérité tant leur incompétence et leur trahison envers le pays sont impardonnables.

Et avec 13% des voix le FN en aura 2 ou 3 au maximum. Comme toujours…

On entend donc les partis écrasés par le tsunami macroniste, réclamer une dose de proportionnelle pour éviter une Assemblée de type république bananière sans aucune opposition.

Quand le FN faisait les frais de cette injustice anti-démocratique, Républicains et socialistes ricanaient, toujours complices pour écarter les millions d’électeurs frontistes, dont le seul tort est de préférer la France au reste du monde.

Chirac, en bon démocrate, s’était empressé de supprimer la proportionnelle instaurée par Mitterrand. Mais la roue tourne… et ceux qui ricanaient rient jaune.

Et ce raz de marée aussi inattendu qu’anti-démocratique, va enfin obliger Macron à modifier le mode de scrutin, promesse maintes fois avancée mais jamais tenue.

Avec la proportionnelle intégrale et les résultats du premier tour, la répartition serait la suivante :

LEM  190 sièges

LR-UDI 130 sièges

FN  75 sièges (en 1986 le FN avait obtenu 35 sièges avec la proportionnelle)

FI  63 sièges

PS 57 sièges.

Macron n’aurait donc pas de majorité absolue !

On mesure ainsi la scandaleuse injustice dont sont victimes en priorité les “petits” partis. Reste à trouver le bon dosage.

Au prétexte d’assurer une majorité présidentielle et d’éviter une instabilité gouvernementale de type 4ème République, le scrutin majoritaire à deux tours s’est emballé et donne le contrôle de l’Assemblée à un “parti unique” !

L’Assemblée n’a jamais été représentative puisque le FN, qui était le premier parti de France lors des régionales, n’avait que 2 députés. Mais aujourd’hui, nous sommes en face d’un véritable contre-modèle de démocratie, indigne de notre pays.

Pendant 40 ans, droite et gauche se sont partagées le gâteau à eux seuls, et ont refusé toute dose de proportionnelle. Mais la fête est finie.

François Bayrou a fait de la proportionnelle une des deux conditions incontournables pour se rallier à Macron. Nous allons voir le maçon au pied du mur.

Emmanuel Macron a promis cette dose de proportionnelle ainsi que la baisse du nombre de parlementaires.

Espérons que pour une fois la promesse sera tenue.

Mais en attendant, les 11 millions de patriotes qui ont voté Marine à la présidentielle, seront encore les dindons de la farce pendant cinq ans.

Jacques Guillemain