Avec le bac pour tous, la fabrique des crétins est En Marche !

Depuis longtemps, l’idéologie et le pédagogisme ont refusé de concevoir l’enseignement en fonction des seuls besoins de l’élève, à savoir ses besoins de progrès, alors que le bac pour tous de la gauche n’est que la valorisation absurde de son ignorance, mais même pas de son adaptation à son ignorance inutile !

À l’instar des politiciens corrompus de la gauche caviar, les profs et les instits se disent probablement que, grâce à la médiocratie de la paresse organisée au sein de l’Éducation Nationale, le fascisme ne passera pas ! C’est pourquoi ils ne font que fabriquer des crétins et un lumpenprolétariat dangereux et sûrement pas des nouveaux électeurs pour un parti socialiste à la dérive. Lorsque est apparue la Droite Nationale, les socialistes GOF-LGBT, sans avoir réfléchi, ne l’ont pas analysée. Mais ils l’avaient exploitée dans les médias collabos pour accuser les LR de complicité avec elle. À l’inverse, les électeurs du Rassemblement national s’entassaient dans les sondages même trafiqués. La Droite Nationale rassemble des idées simples pour des électeurs qui, sans avoir beaucoup d’idées, ont compris que la gauche caviar les mène à la catastrophe !

Le régime égalitariste avec le nivellement par le bas et le bac pour tous est anti-démocratique. Le ni-gauche-ni-droite de Macron LREM-socialiste ne représente qu’une version édulcorée du socialisme égalitaire et une version progressiste du mercantilisme et de la mondialisation avant le revenu universel socialiste pour les cancres. Par son égalitarisme anti-culturel, Macron est un idéologue ami des socialistes de la profitation comme Jack Lang ! Pour cette raison, la démocratie LREM-socialiste est devenue une supercherie !

Le régime égalitariste avec le bac pour tous pour les autres se voit imposé par voie autoritaire comme doctrine officielle et obligatoire pour tromper l’opinion publique, et même I’opinion universitaire de gauche ! Et pas besoin de recourir à autre chose que la police politique et la contrainte étatique. Macron ne se prive pas d’employer la contrainte hiérarchique et d’exploiter la bureaucratie universitaire corrompue avec des agents disposant d’une position hiérarchique élevée pour promouvoir ses conceptions égalitaristes absurdes. Mais ce n’est là qu’un adjuvant de la gauche caviar mondialisée. Parce que l’essentiel reste la force de persuasion des médias de gauche en forme de pseudo-démonstration que I’on substitue à la démonstration par la preuve.

De nos jours, I’un des plus gros et des plus néfastes mensonges scientifiques des temps modernes est le mythe décolonialiste indigéniste racialiste. Cette idéologie conduit nombre d’universitaires de gauche à postuler, derrière une unité corporatiste, I’unité d’un mythe racial post-colonial. Ils fabriquèrent ainsi de toutes pièces le mythe indigéniste racialiste, fondement inattendu de la supériorité des noirs et des métisses…

Au XXe siècle, des sociologues communistes bourdieusiens ont modifié les résultats des enquêtes pour montrer par des chiffres manipulés que les élèves des classes terminales de l’enseignement secondaire qui accédaient ensuite à l’enseignement universitaire provenaient tous de la « reproduction de la bourgeoisie« .

On accréditait l’idée que l’éducation dans les sociétés non communistes, loin de remplir la fonction de l’égalité des chances qu’on prête aux démocraties, ne constitue qu’un instrument totalement aux mains des zélites bourgeoisies pour assurer la passation du pouvoir entre générations au sein de la classe dominante.

Ces sociologues communistes bourdieusiens s’abstenaient de remonter à la génération des grands-parents, dans l’échantillon scolaire choisi, ce qui aurait détruit leur thèse politique partisane sans la réduction des données au stade des parents. Surtout, Ies enquêteurs ne tenaient pas compte des élèves « bourgeois » qui ne parvenaient pas à terminer leurs études secondaires ni à suivre le moindre enseignement supérieur.

Un recueil honnête et complet des données sur deux ou trois générations aurait mis en évidence un double mouvement : un mouvement de progrès depuis les catégories des pauvres vers les diplômes donnant accès aux carrières des classes moyennes et supérieures, et un mouvement de déclin des enfants des familles aisées vers des occupations médiocres, moins bonnes que celles des parents, faute de diplômes !

Une étude exacte non mensongère de gauche aurait révélé, dans l’ascension professionnelle liée aux études, I’action de deux facteurs : un facteur social, procurant aux enfants de professeurs de milieux cultivés et des milieux aisés des conditions souvent plus favorables qu’aux autres. Mais surtout, un facteur personnel, I’intelligence, le sérieux dans le travail et le goût d’apprendre, tout cela restant ignoré des racailles socialistes.

En clair, au fil de l’évolution historique et au fur et à mesure de la démocratisation de l’enseignement, I’intelligence, le sérieux dans le travail et le goût d’apprendre de l’élève deviennent plus déterminants !

La théorie communiste de l’origine socio-économique bourgeoise du succès scolaire et universitaire s’accompagne d’un postulat qui consiste à nier toute inégalité des qualités intellectuelles entre les enfants et aussi toute diversité des qualités morales. Pour les sociologues communistes bourdieusiens il n’y a pas et il ne doit pas y avoir de bons et de mauvais élèves, il n’y a que les résultats des injustices sociales.

On voit comment le mensonge, niant tout effet égalitariste par le bas d’une éducation communiste, conduit à un autre mensonge, niant qu’il existe des dispositions intellectuelles et aussi morales plus ou moins prononcées chez les élèves et un goût différent pour le travail intellectuel. Les sociologues communistes bourdieusiens doivent à tout prix masquer le fait que de nombreux enfants issus de milieux modestes réussissent dans leurs études et dans leur carrière mieux que nombre d’enfants issus des milieux aisés.

Pour y parvenir, les sociologues communistes bourdieusiens sont allés, passant de la théorie à la pratique, jusqu’à proposer des réformes de l’enseignement conçues pour empêcher les enfants pauvres parmi les plus doués et les plus travailleurs de progresser plus vite que les autres.

Pour les sociologues communistes bourdieusiens, tout bon élève est suspect de ne l’être que parce qu’il appartient aux classes soi-disant privilégiées. En conséquence, le bon élève pauvre qui n’y appartient pas a le grand tort d’infirmer la théorie communiste. C’est pourquoi le régime égalitariste de gauche avec le bac pour tous exige que tous les élèves deviennent mauvais, afin que tous puissent repartir « tous ensemble » vers un chômage de masse communiste vulgaire égalitaire et radieux. Bien que la frontière reste floue, chez les sociologues communistes bourdieusiens, entre le mensonge flagrant et la déformation idéologique plus ou moins consciente, qui constitue un phénomène de gauche permanent, on peut parler de mensonge quand on a affaire à une falsification communiste évidente des études, des chiffres, des données, et donc des faits.

Mais rien n’autorise le mensonge d’une analyse aussi réductrice par des sociologues communistes. Ils n’ignorent pas la notion d’aliénation pour désigner la démarche par laquelle ils adoptent l’idéologie de gauche de la caste qui domine l’Éducation Nationale. Ce mensonge repose sur une sociologie irrationnelle, puisqu’on admet que la caste qui domine l’Éducation Nationale dispose des moyens de communication, de culture, d’enseignement, de diffusion, d’endoctrinement politique et moral qui lui permettent de modeler la mentalité et les croyances des élèves des classes dominées. Mais aussi irrationnelle, et tout aussi manifeste, est l’aliénation inverse, celle d’une gauche adhérant à une idéologie contraire à ses intérêts, comme celle d’une civilisation entière souscrivant aux constructions islamo-gauchistes qui visent à justifier sa destruction.

En outre, la gauche prétend imposer aux indigénistes des convictions violemment hostiles à la classe dirigeante et totalement fausses. L’idéologie racialiste présente une complexité qui déborde l’alternative de la super-structure blanche dominatrice superposée à l’aliénation suicidaire de gauche et de la civilisation de l’Occident chrétien. Plus que le vulgaire travestissement idéologique des rapports sociaux, les sociologues communistes bourdieusiens n’expriment la plupart du temps que leur médiocrité et leur rancœur de gauche.

L’idéologie communiste vulgaire croit s’incarner dans l’hypocrisie LREM-socialiste pour satisfaire un besoin idéologique constant de propagande et de mensonge. La fin de l’Éducation Nationale par l’idéologie communiste découle du besoin de falsification de la réalité par les sociologues communistes bourdieusiens !

Le Monde de gauche se demande : Maintenir ou pas les concours, les grandes écoles en rangs dispersés ! Si le réseau islamo-gauchiste LGBT des différentes Sciences Po a renoncé à ses épreuves écrites sur table, des écoles plus sérieuses qui recrutent « en Prépa » maintiennent leurs examens, écrits et oraux.

Eric Nunès, Le Monde de gauche : Malgré la crise sanitaire, la plupart des écoles maintiennent leurs concours, un dispositif de sélection auquel elles sont très attachées ! Envoyé par la plate-forme Parcoursup, le message s’adresse aux 17 000 candidats au concours commun des Sciences Po. Compte tenu de la situation sanitaire, cette formation a décidé d’adapter (de supprimer) ses modalités de sélection.

En clair, le concours n’aura pas lieu. Comme en 2020, les sept Instituts d’études politiques (IEP) du concours commun modifient leur mode de sélection ! Les candidats seront sélectionnés sur dossier, seule une épreuve écrite de questions contemporaines (LGBT ?), à distance, est maintenue. Il faut recruter des nouveaux profils de la diversitude immigrationniste ! C’est pourquoi Sciences Po Paris et Sciences Po Bordeaux ont supprimé leurs concours pour une sélection partisane sur dossier et entretien. Une modalité partisane qui doit limiter les biais des concours pour recruter des cancres plus divers socialement !

Et en même temps, l’État de New York adopte une loi légalisant l’usage récréatif de la marijuana ! Le Figaro : Les New-yorkais pourront acheter du cannabis et en cultiver pour leur consommation personnelle. Pourquoi quand le cannabis récréatif est si dangereux à l’adolescence ? Parce que, pendant trop longtemps, l’interdiction du cannabis a ciblé de manière disproportionnée les communautés de couleur en leur infligeant de lourdes peines de prison, a déclaré le gouverneur de l’État de New York dans un communiqué racisé.

« Cela rend justice aux communautés marginalisées et fera croître l’économie », a dit Andrew Cuomo.

L’État de New York effacera automatiquement les condamnations pour des délits liés à la marijuana !

Andrew Cuomo a dit que ce changement pourrait rapporter 350 millions de dollars en recettes fiscales supplémentaires. L’État prévoit de taxer les ventes de marijuana à 9%. Et en même temps, Andrew Cuomo de gauche fait l’objet d’une enquête pour harcèlement sexuel et intimidation, et son administration de gauche est accusée d’avoir orchestré la dissimulation de décès dans des maisons de retraite liés au Covid-19.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

3 Commentaires

  1. Faire des cretins pour mieux asservir ….quelle honte et tristesse …

  2. à mon avis, on a pas attendu le bac pour tous pour fabriquer des crétins………la « fabrique  » fonctionne depuis 40 ans…..et n’est pas prête à fermer…..et moins il y a d’énergie, plus ça marche………

  3. bobard avrilien ? (fakeniouze )
    macron ferme les écoles, universités etc. pour protéger les jeunes

Les commentaires sont fermés.