Avec les mondialistes l’imposture climatique continue

Publié le 24 janvier 2021 - par - 6 commentaires - 527 vues
Traduire la page en :

Le Figaro : Pascal Bruckner : La seule identité autorisée pour les blancs est l’identité de contrition !

Pour la propagande des déglingo-progressistes à la con de Macron et de la gauche caviar des beaux quartiers sans les migrants, le naufrage des migrants en Méditerranée, le mythe du réchauffement climatique global-mondialiste, le scandale de la gestion calamiteuse du Coronavirus mondialiste à la con de Macron, les délires indigénistes islamo-gauchistes des décoloniaux, il faut un coupable dans le rôle du bouc émissaire !

Un cartel du réchauffement climatique en pleine décomposition ! Les théories racistes indigénistes et décoloniales à l’université et dans les médias désignent les brebis galeuses qui doivent demander pardon.

Et le footeux racialiste médiocre noir Lilian Thuram dénonce le racisme indécrottable des Français.

Michel Onfray a dit sur CNews ce que Macron pense des Français : “Ce sont des gaulois réfractaires, des gens qui ne travaillent pas. Ce sont les gens qui n’ont pas compris qu’en traversant la rue on trouve un métier. Ce sont les alcooliques et des illettrés. Il a un profond mépris de tout ce qui n’est pas lui. Il n’aime pas les gens, il n’aime pas la France, il n’aime pas le peuple français. Il a envoyé la police et la gendarmerie frapper les Gilets jaunes. On ne peut pas gouverner la France quand on méprise les Français !”

Nathalie MP Meyer, Contrepoints : “Épuisement des ressources naturelles, le démenti. Les famines, les prédictions apocalyptiques des écolo-gauchistes ne se réalisent pas. Au contraire”. La perversion de l’écologie politique idéologique totalitaire consiste à détruire l’homme de façon systématique et à détruire son environnement pour la révolution anti-capitaliste mondiale et le retour au Goulag pour tous, ou presque.

Le pari anti-écolo est gagné : En 2018, le rédacteur en chef de Human Progress Marian Tupy et le Pr Gale Pooley de l’Université Brigham ont conclu leur étude sur la disponibilité des ressources sur une note libérale et optimiste pour l’avenir de l’humanité, contrairement aux prédictions toujours plus idéologiques, mélanges d’apocalypse et d’autoritarisme des écologistes et de leurs clones anticapitalistes décroissants.

L’écologie gaucho-révolutionnaire opportuniste, la nouvelle religion de la Terre-mère, une nécessaire réflexion scientifique ou spirituelle ? L’écologie gaucho-révolutionnaire opportuniste met en avant les enjeux de la transition écologique, en réalité la transition idéologique de la macronnerie vulgaire. Comment peut-on comprendre l’insensibilité des chercheurs climato-sceptiques face à la croyance écologique du Giec ?

L’enjeu de l’Église de climatologie du Giec est d’imposer la conversion écologique des incroyants par la puissance de la propagande des médias collabos afin de susciter aujourd’hui les conversions nécessaires.

C’est tous les enjeux religieux du réchauffement climatique pour imposer la transition écologique mais en réalité la transition idéologique par la méthode soviétique totalitaire. La nouvelle religion écologique de la Terre permet de dépasser le conflit entre matérialisme et spiritualisme. Gaïa selon la théologie écologique où Gaïa ne désigne pas seulement la déesse païenne, mais une religion écologique énigmatique de la Terre !

L’Église de climatologie du Giec doit prêcher l’apocalypse pour faire peur aux gens et pour combattre l’insensibilité écologique des incroyants, sans vouloir comprendre d’où elle vient, ni comment y remédier.

Pour l’Église de climatologie, seul le dogmatisme religieux avec ses liturgies, ses sacrements, et ses rituels peuvent être mobilisés pour vaincre l’insensibilité des incroyants et pour produire une mobilisation des masses à la hauteur des enjeux politiques et financiers $$$ de la nouvelle religion écologique de la Terre.

Aujourd’hui, parmi tous ceux qui ont en permanence la parole dans les médias collabos corrompus, les faux scientifiques du Giec sont les nouveaux théologiens qui prêchent l’apocalypse en train d’arriver à la Terre et la malédiction des humains. La peur de l’apocalypse climatique doit devenir le bien commun.

Il ne s’agit pas d’une réconciliation impossible de la religion avec la science, mais d’une soumission !

Il ne s’agit pas d’une harmonie impossible entre les savoirs et les croyances, mais seulement de voir comment les clivages peuvent bouger à partir des balbutiements de Bergoglio dans l’encyclique Laudato si’.

La science, qui n’est pas chrétienne, doit apprécier en profondeur la parole de gratitude devant la Terre de Bergoglio. Avant de dire qu’il faut respecter la Terre, il faut ressentir de la gratitude. La gratitude face à l’ingratitude est cruciale pour la religion de la Terre-mère. La désinvolture irresponsable envers la Terre prise comme ressource pour le progrès religieux est une manifestation de l’ingratitude des humains. (???)

L’interdépendance entre tous les êtres vivants et au centre de la nouvelle religion de la mondialisation de la Terre-mère. La nouvelle religion de la mondialisation écologique et de la culpabilisation heureuse doit témoigner de l’amour de la Terre-mère et de la solidarité car les hommes ne sont rien les uns sans les autres.

L’amour de la Terre-mère doit pouvoir circuler entre les scientifiques et les adeptes religieux du Giec.

La propagande de Laudato si’ doit installer un travail théologique à long terme au côté de la théologie pour imposer une théologie de l’espérance face au temps des catastrophes avec l’apocalypse climatique !

C’est pourquoi le Giec doit remettre en scène la mythologie climatique de la fin des temps et du salut imaginaire grâce à une théologie de la Terre-mère et cesser enfin d’opposer le ciel et la terre ! Ben voyons !

C’est la volonté du Giec bureaucratique d’élever l’Église de climatologie au statut de pseudo-science, en s’inspirant de la méthode soviétique totalitaire qui motive les militants écolo-post-marxistes du Giec.

Comme pseudo-science, l’Église de climatologie se distingue par sa conviction qu’il existerait des lois religieuses partisanes écolo-marxistes exactes et universelles du Giec au caractère totalement invérifiable, mais qui sont défaites par l’unique recours à la logique scientifique des chercheurs climato-sceptiques.

Cette approche de l’Église de climatologie a valu aux militants du Giec d’être accusés de dogmatisme et traités justement pour ce qu’ils sont : des vulgaires idéologues écolo-gauchistes révolutionnaires ignares.

Au contraire, la logique scientifique des chercheurs climato-sceptiques vise à montrer qu’à l’inverse, c’est la volonté d’élever la climatologie au statut de vraie science, en s’inspirant exclusivement de la méthode scientifique, qui motive les chercheurs climato-sceptiques contrairement à l’Église de climatologie du Giec.

La logique scientifique des chercheurs climato-sceptiques ne se limite pas à la théorie pure du Giec alors que la science étudie des faits objectifs concrets qui ont toute leur place. La science étudie ce qui existe, ce qui est connaissable, indépendamment des croyances de l’Église de climatologie du Giec.

Si la réalité n’existait pas de manière objective, c’est-à-dire en dehors des croyances, alors la vraie science ne serait pas possible. Ce que le Giec ignore, c’est que la réalité continue d’exister quand on cesse d’y croire ! La recherche scientifique consiste à élaborer des méthodes et des théories pour comprendre la réalité en dehors des croyances proclamées par l’Église de climatologie. C’est pourquoi les capacités de l’entendement humain permettent de dire que l’adéquation entre l’intelligence et le réel qui en résulte, c’est-à-dire le réel construit par la pensée scientifique, c’est ce qu’on appelle la vérité scientifique ou connaissance objective. Pour la science, la connaissance objective s’acquiert par l’observation des faits concrets. Pour l’Église de climatologie du Giec, la vérité du réchauffement climatique s’acquiert avant tout par la foi.

Chacun est invité à se convertir, comme avec la propagande et le coup des vaccins qui n’en sont pas.

C’est l’opposition principale qui divise les chercheurs climato-sceptiques qui se positionnent du côté des rationalistes et le Giec, du côté de la foi. L’originalité et la prouesse des climato-sceptiques est d’avoir appliqué au climat la méthode scientifique. La méthode scientifique consiste à partir des observations tenues pour vraies pour en déduire toutes les conséquences logiques et aboutir à une théorie complète. Si les observations scientifiques sont vraies, alors tout ce qui en découle logiquement est forcément vrai.

Ces vérités sont absolument nécessaires et on ne saurait nier la nécessité logique de la science pour ne pas devoir être mené à toutes les absurdités du Giec. C’est pourquoi il est possible de bâtir des systèmes qui représentent une vision cohérente, rationnelle et objective des phénomèmes climatiques en dehors de la religion. Le concept de l’action humaine sur le climat impose à la science du climat de se pencher sur la nature religieuse de la croyance dans la culpabilité humaine et dans des vérités éternelles tenues pour vraies par le Giec, sans démonstration possible, car la religion de la culpabilité humaine est tenue par le Giec pour une évidence en soi. Mais comment savoir si la culpabilité humaine est une notion évidente en soi ? Sur ce point, le Giec croit que la culpabilité humaine est une évidence en soi, car il ne veut pas se contredire !

Si le Giec veut croire que la culpabilité humaine est évidente à propos du scandale imaginaire du CO2 d’origine humaine, c’est qu’il ne peut pas nier la responsabilité humaine sans se contredire absolument.

Malgré cela, la pseudo-science religieuse du réchauffement climatique de l’Église de climatologie du Giec se voit contredite par la vraie science du climat et par les chercheurs climato-sceptiques !

Vincent Courtillot l’affirme : “Il n’y a plus aucun réchauffement“. Résistance républicaine a rediffusé une vidéo du professeur Vincent Courtillot publiée il y a sept ans : À voir absolument ! Pourquoi ? Parce que c’est une arnaque mondiale organisée par des incapables et des irresponsables politiques !

Vincent Courtillot y démontre les incohérences du GIEC et montre les vraies courbes du changement climatique. L’excellente intervention de Vincent Courtillot, en 2011, à l’Université de Strasbourg, montre avec des données scientifiques une stabilisation voir une baisse des températures depuis l’an 2000.

Vincent Courtillot apporte un éclaircissement sans précédent des études sur le climat. Tout ceci est étudié au sein des forums de la Terre du Futur : https://www.laterredufutur.com/forum/index.php

Personne ne peut oublier la teneur très exagérée des discours alarmistes du Démocrate milliardaire Al Gore en 1989 et 1990 ! En 1989, alors qu’il était sénateur, Al Gore avait publié un éditorial catastrophiste dans le Washington Post pour diffuser la politique de la peur aux gens (avant le Coronavirus !) dans lequel il affirmait : “L’humanité est soudainement entrée dans une toute nouvelle relation (???) avec la planète Terre. Les forêts du monde sont détruites. Un énorme trou (aujourd’hui comblé) s’ouvre dans la couche d’ozone. Les espèces vivantes meurent à un rythme sans précédent“. Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Le trou dans la couche d’ozone, c’était partout chez les journaleux paresseux des médias ignares.

Résistance républicaine : Nous allions tous mourir parce que ces trous devaient s’étendre sur toute la planète et nous serions tous tués par les radiations des vents solaires. Les scientifiques étaient moqués par les médias paresseux et par les politiques ignares parce qu’ils disaient que les trous dans la couche d’ozone n’étaient pas dus aux activités humaines, mais à l’inversion des pôles et du champ magnétique terrestre.

Lire : https://fr.sputniknews.com/sci_tech/202101081045040137-le-plus-grand-et-durabletrou-dans-la-couche-dozone-sest-referme. L’un des trous les plus grands et les plus durables de la couche d’ozone de l’Antarctique s’est refermé en déc. 2020, selon l’Organisation météorologique mondiale des Nations unies !

Al Gore et la clique médiatique corrompue terrorisaient la population mondiale avec le mythe politique du réchauffement climatique dont les humains sont tous la cause. En 1990, le sénateur Gore avait présidé une conférence de trois jours avec des législateurs de plus de 42 pays. Il cherchait à créer un plan Marshall profitable mondial $$$ dans le cadre duquel les pays industrialisés racketteraient les pays moins développés pour se développer économiquement tout en protégeant l’environnement. C’était enrichir financièrement les pays riches et empêcher les pays pauvres de se développer. Al Gore déroulait une carte qui montrait les inondations dues à la fonte des glaces du pôle Nord. San Francisco disparaissait sous les eaux. Tout comme la Floride, les Pays Bas, une partie de la France et des Iles Britanniques, les Maldives, et bien d’autres. (???)

Référence : https://www.nationalgeographic.fr/environnement/voici-quoi-ressemblerait-le-monde-si-la-glace-continentale-venait-fondre. Depuis longtemps, le National Geographic est un outil de propagande.

La carte alarmiste de Al Gore représente une projection hypothétique de toute la fonte de la calotte glaciaire sur terre, et si cette fonte hypothétique se produisait, cela prendrait environ trois mille ans (Vincent Courtillot). Mais les glaces du pôle Nord sont toujours là. Et leur épaisseur aurait augmenté au cours des vingt dernières années ! Toutes les prédictions de Al Gore se sont révélées être fausses, absolument fausses !

La propagande du Réchauffement climatique de Al Gore s’est retrouvée face à un problème majeur, la réalité des faits. Les faits sont les meilleurs contradicteurs des mensonges de Al Gore et de tous les pro-Réchauffement climatique. C’est pourquoi ce mouvement à changé de nom avec le Changement climatique.

Cette appellation est bien plus sûre car, quel que soit le climat, froid ou chaud, ensoleillé ou orageux, les pros-Changement climatique ont toujours raison, le climat change et c’est de notre faute. Ben voyons !

C’est dire qu’en essayant de nier cette réalité, le Giec admettrait implicitement sa propre nullité.

Pourquoi ? Parce que c’est un fait directement observable par tout spécialiste du climat compétent.

JeanRen : où est donc la courbe des températures moyennes depuis 1850 ? Vous citez la courbe de Météo France qui se réfère encore à la moyenne des années 1980-2010 pour étudier les années 1850-2019 !

Si on étudie 170 années, on les compare à la moyenne de ces 170 années ! Pourquoi donc se référer à seulement 30 années sur 170, et pourquoi précisément celles-ci ? La question ne sera pas posée !

Vincent Courtillot a collationné les données de l’office météo des États-Unis : 9 millions de km2 ne seraient pas concernés par le réchauffement climatique global, ni la France qui ne serait donc pas concernée par la transition écologique car la France est épargnée par le réchauffement climatique global. Même si la météo de 120 mois de janvier est un événement météo que Météo France ose nommer “CLIMAT de janvier” !

Y a alors de quoi se poser des questions ! S’il fait chaud, c’est dû au réchauffement climatique ! Et s’il fait froid, pendant des mois, c’est un événement météo. Pour le Coronavirus, c’est pareil ! Si vous êtes mort et vacciné, c’est dû à vos co-morbidités. Mais si vous êtes mort et non vacciné, c’est dû au Coronavirus ! C’est bon pour les statistiques des épidémiologistes payés par la mafia des labos pour faire peur aux gens.

Moralité : La croyance climato-fanatique n’est pas réfutable car elle ne constitue pas une hypothèse scientifique mais seulement une croyance religieuse. C’est pourquoi aucun fait ne peut la remettre en cause.

Où les émissions de CO2 sont plutôt la conséquence que la cause du changement climatique !

Claude Allègre dénonce dans L’imposture climatique la tendance profonde de l’écologie politique qui est d’être totalitaire. “Cette contagion de la peur, au nom d’une menace hypothétique, est, pour notre société, un signe inquiétant. La température moyenne de l’océan, cet immense réservoir de CO2, d’eau et de chaleur, n’augmente pas depuis 2003. Depuis dix ans, la température moyenne du globe a tendance à être stable.”

Claude Allègre écrit : “Supposons que la température de l’atmosphère augmente.

“L’évaporation de l’eau de surface, dans les océans, va augmenter. Donc la teneur en vapeur d’eau de l’atmosphère va augmenter. Ce qui va amplifier l’effet de serre puisque la vapeur d’eau est un gaz à effet de serre. En réalité, les modèles utilisés depuis 1994 pour prédire le climat ne sont pas capables de rendre compte correctement du climat actuel. Les simulateurs de modèles tentent de les corriger en ajustant le taux des échanges atmosphère/océan. Si ces manipulations donnent une apparence de sérieux, elles affaiblissent la prédiction, comme le montre une étude du MIT (Massachusetts Institute of Technology).

Comme le dit un auteur de la revue Science : “Dans la modélisation du climat, tout le monde triche“.

Au début, la communauté scientifique avait tendance à faire confiance au GIEC mais, depuis que le débat s’est ouvert, beaucoup ont changé d’avis et ont rejoint le camp des climato-sceptiques. On sait que le GIEC sera passé totalement à côté le comportement du gaz carbonique en présence de l’océan.

On sait que l’océan contient de grandes quantités de CO2 en solution.

Vincent Courtillot a dit simplement : “Quand le climat se réchauffe, l’évaporation de l’eau des océans augmente et libère du gaz carbonique. Le réchauffement libère du CO2 en solution dans les océans.”

Quand le climat refroidit, les océans capturent du CO2 atmosphérique ! L’océan régule le climat par absorption de CO2. Les océans absorbant du CO2 présent dans l’atmosphère contribuent à réguler le climat à l’échelle mondiale. Avec le réchauffement climatique, les océans se réchauffent, rendant difficile la dissolution du CO2 dans les mers. C’est pourquoi on comprend que le CO2 augmente dans l’atmosphère à cause du réchauffement climatique, et non le contraire. Et si le carbone n’était qu’un prétexte pour faire peur aux gens et pour inventer des taxes ? Le mouvement de contestation des taxes sur le carburant a mis le projecteur sur ce mensonge du “réchauffement climatique d’origine humaine” et sur un “effet de serre” par le CO2 censé être à l’origine du phénomène du réchauffement climatique et des taxes anti-CO2 à la con des écolo-gauchistes !

Le réchauffement climatique réduit l’absorption de CO2 par l’océan ! Le réchauffement du climat a réduit la capacité de l’océan à absorber le dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique, une situation jugée très préoccupante par les auteurs d’une étude publiée dans la revue Science. Tous les modèles informatiques d’évolution du climat montrent que ce phénomène va persister et même s’intensifier au cours du siècle !

Les Crises, site climato-gauchiste : Climat : Comment expliquer la saison cyclonique record de 2020 ? Source : CBS News, Jeff Berardelli. Certains facteurs sont des phénomènes naturels, mais d’autres sont le résultat de l’impact humain sur le climat. Mais où sont les preuves ? Les crises ne les donne pas.

Les Crises, site climato-gauchiste se contente d’affirmer sans la moindre preuve : une chose est sûre : tant que nos sociétés continueront d’émettre une pollution à effet de serre qui emprisonne la chaleur, le changement climatique continuera de favoriser des saisons cycloniques qui déjouent toutes les prévisions.

Les Crises, site climato-gauchiste à propos des incertitudes météo : Depuis 1900, les températures de l’océan Atlantique ont augmenté de 2 degrés Fahrenheit (1,11°C). Si des températures océaniques plus chaudes renforcent les tempêtes, la question de savoir si des eaux plus chaudes entraînent un plus grand nombre de systèmes tropicaux fait toujours l’objet d’un débat passionné entre les meilleurs climatologues !

Soumis au mythe du réchauffement climatique et à ses fondements religieux, le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) juge qu’il faudra diminuer drastiquement les émissions de CO2 pour que le réchauffement climatique ne dépasse pas 1,5 °C. Où sont les preuves ? Nulle part !

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
patphil

j’adore tous ces gens qui intiment l’ordre aux russes de ne pas arrêter les opposants alors que les giletsjaunes ont été éborgnés, matraqués, gazés, mis en garde à vue et condamnés pour avoir osé respecter les valeurs de la république

Prosper la vipère

Je ne suis pas un connaisseur en la matière, mais j’ai constaté la chose suivante ces dernières années: tous les climatosceptiques ont été éjectés du paysage audiovisuel français.

Jill

La planète elle se sauve toute seule depuis des millénaires ;les réchauffement et refroidissement sont cycliques ;l’action de l’homme dans tout cela est anecdotique.
Par contre il y a quelque chose à faire :lutter contre la pollution des mers ;mais çà c’est pas spectaculaire et n’intéresse vraiment personne.

patphil

ces salopards de néandertaliens qui ont déréglé le climat sibérien en europe car ils faisaient cuire leurs bifteck sur des feux de bois!

Hoplite

Et en plus ils mangeaient de la bonne viande les salauds 🤣

ROGER

La bible évoque cette fin de cycle accompagnée de changements climatiques,
elle contient de l’astronomie et +.
Donc réduire le CO2 etc… est illusoire.
Respecter la 🌎 est bien mais le diagnostic
est FAUX.

Lire Aussi