Avec Valls-Hollande, fin de la liberté d’expression, la France devient fasciste

Publié le 3 février 2015 - par - 1 387 vues
Share

Ri7On est foutusEn Avril 1943, mon grand-père paternel a été raflé avec cinquante otages innocents et fusillé en représailles sur une petite route de campagne à proximité de la commune de Gignac, pendant que mon père moisissait dans un camp de prisonniers. Pour moi. Pour que je puisse vivre dans une France heureuse ou régnerait la liberté et la douceur de vivre.

J’aime la France, son esprit, sa culture, et c’est bien là mon crime.

Je n’ai jamais tenu de propos antisémites, je ne le suis pas. Je n’ai jamais tenu de propos racistes, je ne le suis pas.

J’ai simplement affirmé mon soutien à Marine Le Pen, car je crois avec sincérité que cette femme exceptionnelle est la seule planche de salut pour notre pauvre pays que l’on est en train de tuer.

A la suite de cette prise de position, les portes se sont fermées les unes après les autres.

Gardanne, Livry-Gargan, Coutances, Saint-Maximin, et aujourd’hui Saint-Pierre des Corps. J’ai été interdit et boycotté dans toutes ces villes d’obédience socialo-communistes.

Que faut-il en déduire ? Que le liberté d’expression n’existe pas pour les autres. Souvenez-vous de Faudel et d’Enrico Macias, traités comme des criminels dans les merdias simplement parce qu’ils avaient soutenu Nicolas Sarkozy. Enrico Macias, pour sauver la gamelle, a rallié Anne Hidalgo aux municipales, mais là, c’était franchement comique!

N’attendez pas de moi un tel retournement, je ne suis pas un petit oiseau de toutes les couleurs.

Le 11 Janvier, les maires de toutes ces communes ont défilé sous la bannière Charlie au nom de la liberté d’expression. C’est à classer avec les pantalonnades de Guy Bedos défilant avec les immigrés de Calais.

Une belle démonstration de la Tartufferie de la gauche.

Un pays dans lequel la liberté de s’exprimer devient le privilège des gens de pouvoir et de ceux qui les soutiennent est un pays fasciste. Comprenons-le avant qu’il ne soit trop tard.

Conservez Hollande ou élisez Valls, et demain ils rétabliront le délit d’opinion, les organes de presse au service du pouvoir et la prison pour les opposants.

Cette phrase de Danton résonne aujourd’hui cruellement à mes oreilles : « citoyens! on tue la liberté sous vos yeux, et vous laissez faire ? »

Un homme libre, aujourd’hui et à jamais. 

Jean Roucas

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.