Comment peut-on, au 20e siècle, défendre encore l’abattage casher ?

Publié le 20 juillet 2016 - par - 27 commentaires - 1 129 vues
Share

halalcasherVous avez dit cacher ? Comme c’est bizarre ! Attention! Comme aurait dit Audiard « c’est du brutal »! « En France ce qui a trait aux juifs est abordé sous l’angle du mépris et du rejet ». Ainsi commence la Réponse à Rama Yade qui veut interdire l’abattage rituel juif  que  M. Feigenbaum a donné sur Riposte laïque le 27 juin. Sauf que la dame est sénégalaise  (ethnie Léboue ) musulmane, mariée à un juif et professe que le Français de souche n’existe pas. En somme De Gaulle évoquait « la France  de Dunkerque à Tamanrasset ». Pour les besoins de sa cause M. Feigenbaum, lui, pousse carrément jusqu’à Dakar . Mais quelle cause au juste?

http://ripostelaique.com/reponse-a-rama-yade-veut-interdire-labattage-rituel-juif.html

Ladite Rama Yade, candidate à la présidentielle prévoit dans son programme (Le Point 6 juin) d’« interdire l’abattage rituel sans assommage en France comme l’Islande la Norvège, la Suède, la Pologne, le Danemark et bien d’autres pays européens. Accueillir au préalable en France un sommet de la conférence islamique sur la question ». Et M. Feigenbaum de s’indigner. Quelle mouche le pique pour embrayer illico sur l’abattage rituel juif ? Certes, cacher ou halal, l’abattage rituel qui consiste  à couper jusqu’aux vertèbres. le cou de l’animal en pleine conscience pour le saigner jusqu’à ce que mort s’ensuive,  c’est tout un. Ce faisant M. Feigenbaum rompt bruyamment la discrétion généralement observée sur ce point, vexé peut-être qu’à ne viser que l’islam Rama Yade  fasse le coup du mépris au judaïsme. Est-ce  bien raisonnable par les temps qui courent  de claironner « Yaveh et  Allah même combat »? Honni soit qui mal y pense mais comme disait le Cardinal de Retz on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment.

Outre M. Feigenbaum pourrait reconnaître que la France qu’il répute si malveillante, n’en a pas moins toujours consenti à l’abattage rituel aux juifs quand  la Suisse l’a interdit dès le 19ème siècle. A défaut de dire merci, il devrait actualiser son logiciel car les données changent.. Présumant que ce directeur de recherches a l’outillage intellectuel nécessaire, je lui conseille vivement le livre du philosophe Olivier Rey Une question de taille (ed. Stock 2014). Il comprendra sûrement que lorsqu’une chose change d’échelle, elle change de nature. Dans un pays  où l’étourdissement préalable des bêtes de boucherie est la loi, l’égorgement à vif est possiblement tolérable tant qu’il est marginal. Or il procure désormais 60% de la viande consommée en France selon l’estimation d’Anne de Loisy après 3 ans d’enquête ( Bon appétit ed Presses de la cité 2015).  Quoique méconnus du public, de nombreux travaux scientifiques ont établis les graves risques infectieux inhérents au mode opératoire de l’abattage rituel. A condition que l’expression bien commun ait un sens pour M. Feigenbaum, il conviendra alors peut-être qu’une femme politique est dans son rôle en proposant  de revoir la question.

Toutefois selon M. Feigenbaum Mme Rama Yade serait motivée par le souci de la souffrance inutile que l’abattage rituel inflige à l’animal. Qu’il s’empresse de nier car« les articles  ‘prouvant’ que l’abattage selon le rite juif ferait souffrir d’avantage (sic) ne sont pas plus fondés que les tests de pollution Volkswagen ». Voilà ce qu’on appelle se moquer du monde. Ce ne sont pas des « articles » mais des études  menées par des experts qui disent la douleur de l’animal pendant une agonie qui peut durer ¼ d’heure. Citons le rapport 2009 de l’INRA (cet institut national de la recherche agronomique auquel, sauf erreur, M. Feigenbaum a appartenu) intitulé Douleurs animales ou encore la thèse vétérinaire de Martine Saget Conditions d’abattage et protection de l’animal (1995). Même pas mal vraiment? Faut-il  des experts là où le bon sens suffit?  Que M. Feigenbaum songe que les djihadistes ne raffoleraient pas autant du procédé  pour liquider leurs prisonniers, s’il n’était pas torturant et s’il a le coeur bien accroché qu’il visionne les videos prises dans les abattoirs par l’association L214. Enfin si ça ne lui suffit pas qu’il teste sur son chien.

Quant à citer comme le fait M. Feigenbaum, assez confusément d’ailleurs, le Pr Grandin en défense  de l’abattage rituel juif, il fallait oser. Il table sans doute sur l’ignorance où l’on est en France des travaux de cette chercheuse mondialement connue. Tout au contraire, pour y avoir assisté un jour elle en a conçu  une répugnance  qui est en grande partie à l’origine de ses travaux ainsi qu’elle le raconte dans son livre L’interprète des animaux (ed Odile Jacob 2006). Enfin, pour asseoir définitivement l’excellence de cette pratique, M. Feigenbaum allègue qu’elle est « millénaire ». A quoi l’on répondra que ce n’est pas forcément dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Elle serait également « éthique » sauf  qu’on ne voit pas bien ce que la morale vient faire ici. Au temps de Moïse, être inconscient c’était, semble-t-il, comme être mort. On jugeait prudent de ne consommer que la viande d’une bête saignée à vif pour être certain qu’elle n’était pas avariée. Seulement depuis, observera-t-on, les connaissances sur les états de conscience ont un peu progressé. au point que pour opérer un être vivant on préfère l’anesthésier préalablement. Pourquoi s’obstiner à refuser cette miséricorde  aux animaux de boucherie?  A défaut de faire  un dessin à M. Feigenbaum, je lui propose de goûter le sel de cette blague qui court sur le Net: au patient allongé sur la table d’opération  qui signale au chirurgien qu’il n’est pas encore anesthésié, celui-ci lui répond que c’est un jour où il opère halal.

Serait-ce qu’avec cette Réponse M. Feigenbaum ait voulu nous donner un échantillon de ce qu’en yiddish on appelle chutzpah, un terme  que « culot » traduit imparfaitement? Pour mieux le faire comprendre, Leo Rosen dans son ouvrage  Les joies du yiddish (Poche 1995)  l’illustre par l’histoire de ce parricide qui implore ainsi la clémence des juges: « Ayez pitié d’un pauvre orphelin ».

Anne Buisse

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de

Il est indiscutable qu’un animal égorgé à vif souffre plusieurs minutes. Je ne comprends pas non plus l’argumentaire des défenseurs de l’abattage « rituel » — casher ou halal. *Pourquoi* refuser l’étourdissement électrique préalable ? Quelle serait la différence au niveau du consommateur ??

David

ANNE BUISSE : Les animaux tues de facon non cachers sont massacres de la pire des facons dans les abattoirs  »normaux » (nous avons tous vus avec effarement les images horribles diffuses par l’ association L214 !). Et quid du homard – animal non cacher – que vous jetez VIVANTS dans l’eau bouillante ?!!! Vous n’ avez pas autre chose a faire que de vous attaquer (encore et encore) aux Juifs ?

Jacques

… ou des huîtres, que tout un chacun mange vivantes !

Lumière

L’aninal, et…………………….les hommes

Yves ESSYLU

Avant l’afflux de l’immigration arabo-musulmane cette coutume des juifs était tout à fait minoritaire et ne posait pas de problème, cependant il est vrai qu’elle mériterait de changer et comme les juifs, ne sont pas bornés du moins ceux qui ne sont pas bolcheviques, cela devrait évoluer

Antitotalitaire

Il faut interdire cet abattage , qu’il soit cacher ou halal, sur les sol de France et d’Europe, ils peuvent très bien importer les viandes qu’ils consomment.
Ce qui est sidérant c’est de voir le silence des mêmes, qui sont par exemple les corridas (qui ne sont d’ailleurs pas non plus ma tasse de thé) et se taisent dès qu’on touche à ces rituels cruels d’abattage animal.
L’idéal serait certes de ne pas manger de viande comme les hindous ou les ba’hais.

BALT

Le mieux serait de ne pas manger de viande du tout. De quel droit tuer des vaches,des veaux, des chèvres?

Lug

Parce que nous leur sommes supérieurs, et que c’est dans l’ordre des choses. Evidemment cela n’implique pas de leur faire connaître des souffrances inutiles. Mais si on suit cette logique, pourquoi devrions nous manger des légumes ? ce sont des êtres vivants après tout. Et même suicidons nous pour évider de produire des anticorps qui pourraient tuer nos frères bactériens !

Patrick Zbinden

En effet, car si les prédateurs naturels sont indispensables aux équilibres (sinon surpopulation et famine, si par exemple les lions ne mangeaient pas les antilopes les deux espèces disparaitraient rapidement) les hommes par contre n’équilibrent pas, au contraire, d’ailleurs vu leur nombre il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’animaux s’ils comptaient sur la chasse pour manger de la viande. D’où les élevages, mais là un autre problème se pose quand on connait les conditions concentrationnaires de détention qui deviennent la norme ! C’est moralement inadmissible. Donc l’homme n’est pas un prédateur légitime, puisque sa prédation ne s’inscrit pas… lire la suite

Lug

Ce Feigenbaum se fout de notre gueule, mais j’aimerais quand même faire remarquer que la façon industrielle d’abattre les animaux ne vaut pas mieux que les méthodes sémitiques combattues ici. Il semble y avoir malheureusement énormément de nombreuses « bavures » dans les abattoirs normaux, comme le montre effectivement L214. Sans parler de l’élevage évidemment.

ania

Tout à fait d’accord Madame Buisse.
Article a mettre en parallèle avec les mutilations génitales hallal et casher, nommées circoncisions rituelles.

Monsieur Feigenbaum, Le christianisme a évolué. Les gens non religieux ont évolué et ne comprennent plus cette obstination a suivre des rites d’un autre âge. Est ce que vous vous éclairez chez vous avec des lampes à huile comme au temps d’Abraham ? L’abattage rituel n’est qu’un rite et non une obligation soi disant divine. J’ai beaucoup de respect pour Israël, qui sait défendre ses citoyens et sa nation. J’aime beaucoup moins les Juifs pratiquants car ils sont incapables, comme les musulmans, de se remettre en cause. Et l’abattage rituel en est une composante. Si les juifs de France renonçaient… lire la suite

gabriel zallas

Comment peut-on mettre en comparaison un système d’abattage d’un animal dans un pays ou il y a des siècles on ne connaissait pas les chambres froides et ou la viande se gâtait très rapidement après quelques heures sous une chaleur de 45° à l’ombre et notre époque moderne ou (presque) toutes les précautions d’hygiène sont réunies ! L’étiquette de la religion est une facade hypocrite car d’où je vis (en Afrique) les abattoirs sont en plein air sans précaution aucune, y compris pour les porcs. Les seules troubles de santé proviennent plutôt de l’ingestion des poissons et crustacés en certaines… lire la suite

hathoriti

si la rama yade veut faire de la politique, y’a pas un pays qu’elle aimerait ? Le sénégal par exemple ?

Et si.....

Excellent!
Elle la ferme sur les égorgements à la chaîne des moutons dans la rue par les arabes mahométans et devant les enfants!?

JILL

Quand va t’on arrêter ces conneries ? Quel dieu exige la barbarie envers les animaux ?
Arrêtons ces superstitions ;à fortiori dans un pays laïc .

Opinion

les français sont-ils prêts au boycott ? cela serait une première mondiale.
De toutes les viandes par principe de précaution, le cochon aussi bien entendu, la souffrance animale il doit la connaître aussi…
Il y a bien d’autres produits protéinés et cela ne durerait pas très longtemps mais juste assez pour faire avancer le smilblick

Au 21è siècle qu’il y ait encore un abattage rituel, sorte de sacrifice aux Dieux comme dans l’Antiquité, dans les civilisations pré-colombiennes d’Amérique ou en Afrique me sidère. C’est justement le propre de la civilisation et des progrès qu’elle fait accomplir à l’humanité au fil des siècles de prendre en compte le bien-être de l’animal sans en faire bien sûr une nouvelle idole (les animaux sacrés d’ailleurs relèvent de la même pensée moyenâgeuse). Donc, casher ou halal n’ont pas leur place dans une société moderne civilisée. Et cela n’a aucun rapport avec croire en Dieu, sauf à en rester à… lire la suite

Alexandre Feigenbaum

Des lecteurs de Riposte Laïque réagissent à mon article au nom de préjugés d’un autre âge et en se référant à des auteurs qui, eux-mêmes reproduisent des préjugés et non des faits scientifiques. Ces « 14 minutes » de souffrance sont des affirmations lamentables. Si les lecteurs de RL voulaient vraiment connaître le sujet, s’ils s’intéressaient aux procédés barbares avec lesquels, pendant des siècles, on abattait les animaux dans les fermes françaises, et jusqu’à très récemment dans les abattoirs. Aujourd’hui encore, la méthode officielle, l’étourdissement, comporte jusqu’à 10, peut-être 15 % de ratés : l’animal souffre mais ne peut pas bouger pendant… lire la suite

casher=hallal

arrêtez votre chutzpa, hallal ou casher c’est du pareil au même, cessez d’imposer vos vues en France.

Lug

Bien sûr bien sûr. C’est en réalité un complot mondial pour heurter les sentiments des non-blancs, et surtout des Juifs, à l’édifice duquel RL vient juste d’ajouter sa pierre. La Haine. Une nouvelle Shoah. La totale. Sinon, monsieur, quand en aurez-vous fini avec votre Chutzpah ? Les vidéos sur Internet, c’est quoi ? des animaux qui simulent par antisémitisme ? Bon remarquez, dans le même style, vos congénères licrasseux nous expliquent que le multiculturalisme est une richesse et que les Blancs sont très méchants. Aussi, plutôt que de chialer comme les Arabes, Noirs, muzzs et compagnie…balayez devant votre porte, assumez… lire la suite

Et si.....

Bien au moins vous vous ne cachez pas votre antisémitisme! N’ayez aucune crainte, les Juifs – qui vous emmerdent, ceci dit en passant,
la quitteront cette France qui n’a plus de France que le nom et, vous laisseront jouir avec les PASDAMLGAME et leur rituel « hallal » auquel vous n’y POURREZ RIEN! BONNE CHANCE L’ANTISEMITE!

Patrick Zbinden

L’abattage rituel doit être totalement interdit, qu’il soit halal ou casher.
Tant que cette immonde barbarie subsistera notre société sera bien mal placée pour fustiger « la barbarie nazie » alors que le IIIème Reich avait interdit l’abattage religieux et imposé le pistolet automatique comme le rappelle la philosophe Savitri Devi:
http://www.the-savoisien.com/blog/index.php?post/2012/03/09/Savitri-Devi-Souvenirs-et-reflexions-d-une-aryenne

Jacques

Donc à vous entendre, abattre un animal de façon casher est plus criminel que d’assassiner 6 millions d’êtres humains ?

Et si.....

C’est la France pétainiste Jacques! Chasse le naturel il revient au galop!

Gretsch

L’abattage rituel qu’il soit Halal ou Casher est une pratique barbare moyenâgeuse inacceptable en 2016.
Rappel : le site http://verifiez-abattage.fr permet de savoir comment l’animal a été abattu.
Dans la région lyonnaise, Carrefour (Francheville), Auchan (Limonest), Simply Market (Tarare), Intermarché (Oullins) : en tapant systématiquement les codes des barquettes, je n’ai trouvé absolument aucune viande pouvant être garantie non rituelle dans ces supermarchés.
Chez Leclerc (Tarare) : la plupart des viandes peuvent être garanties non rituelles d’après le numéro d’abattoir, lidl (Tarare) : certaines peuvent être garanties non rituelles, d’autres pas …

Garay

Certes, certes, chacun défend son beafsteak ! Il y a quelques années, très peu de Francais de souche connaissaient l’existence du casher. À vrai dire, ils s’en balançaient car les juifs avaient leur place et n’emmerdaient petsonnes. Ah oui, si ils emmetdaient les antisem ites et anti sionistes ! Les extrêmes gauches, les socialos perdus sortis du communisme et l’extrême-droite. Et puis, les adorateurs d’hallah (que son n soit béni) ont voulu prendre leur place et celles de tous !!! Tiens, on va imposer le hallal partout !! Et depuis c’est la metde! Partout où ils passent, ils foutent la… lire la suite