Avons-nous les moyens d’une division imbécile des patriotes ?

Deux articles ont retenu mon attention, dans le dernier Riposte Laïque. Celui de Robert Albarèdes, appelant à se regrouper derrière la seule formation politique qui représente une alternative (le Front national) et celui de Lazare Zilbergleitt, dont j’avoue certains propos m’ont quelque peu décontenancé.

Autant je me retrouve dans le premier texte, autant, dans le deuxième, je découvre le meilleur (la réponse à l’anti-judaïsme de l’islamogauchiste belge Michel Collon) mais aussi le pire (les invraisemblables accusations portées contre Marion Maréchal et Florian Philippot). Sous le prétexte que ces derniers auraient pointé du doigt la responsabilité de la banque Goldman Sachs dans la faillite grecque, voilà les deux dirigeants du Front national traînés dans la boue, et accusés d’être les pires antisémites, dans la lignée de la vieille extrême droite française.

Certes, je connais la volonté du débat de Riposte Laïque, et sa capacité d’ouvrir ses colonnes à un réseau très large de contributeurs. J’ai lu des articles de qualité de Lazare Zilbergleitt. Je ne doute pas qu’au Front national, il demeure des militants proches des thèses de Soral, qui voient le monde influencé par le fameux complot juif. Mais, à moins de ne pas vouloir ouvrir les yeux, l’auteur de cet article ne sait-il pas que Marine Le Pen a fait, sur cette question, évolué favorablement l’image de son parti, depuis qu’elle le préside. Il faut, que l’auteur me pardonne, un sens de la persécutionnite bien aiguë pour voir dans Marion et Florian les héritiers de Celine ou de Drieu La Rochelle !

En accusant ainsi grossièrement une des deux députés FN, et celui qui défend remarquablement la cause sur les plateaux de télévision, Lazare croit-il sincèrement oeuvrer utilement à l’organisation indispensable du camp des patriotes, et à son rassemblement ?

A une époque où l’ensemble de la gauche, soutenue par l’UMP, va ratifier, à la fin du mois de septembre, le Mécanisme Européen de Stabilité (MES), privant notre pays d’un des derniers pans de sa souveraineté, quand ce gouvernement se prépare à donner le droit de vote aux immigrés, à accueillir encore davantage de musulmans en France, à ouvrir les prisons, et développe quotidiennement une politique de préférence immigrée, ne faut-il pas, au contraire, se regrouper dans le plus large rassemblement possible des patriotes ?

Il est certes du devoir du Front national de ne pas se cantonner dans son parti, et de le dépasser. Nicolas Dupont-Aignan ne peut continuer à cultiver son 1 %, et à considérer que c’est une fin en soi. Paul-Marie et le Siel sont fort sympathiques, tout comme Alain Bournazel et le RIF. Certes, des échanges sont nécessaires, certes des approfondissements sont indispensables. Mais la maison France est en feu, et les traîtres socialistes se préparent à ponctionner gravement le budget des Français, en augmentant les impôts des Français, pour satisfaire les désidératas de Bruxelles.

Il y a donc une urgence patriotique, et j’espère que les esprits de chapelle et les polémiques à deux balles sauront s’effacer devant la seule chose qui compte : l’intérêt supérieur de la Nation, et la construction d’une force politique patriote alternative, qui soit prête à prendre les commandes du pays quand la faillite et l’impopularité de la clique au pouvoir les obligera à partir.

Bernard Bayle

 

image_pdf
0
0