Avortement : le grand mensonge des bobos tarés

Les bobos tarés sont en plein délire une fois de plus. À force de vivre entre Paris et New-York, physiquement ou uniquement psychiquement pour les moins fortunés, ils se sentent visés par les lois des USA. Et en plus ils
mentent comme des arracheurs de dents. Interdiction de l’avortement aux USA ? Vraiment ? Eh bien non, juste une décision qui rend libre chaque État des USA de faire ce qu’il veut chez lui. Donc, si en Californie ils veulent tuer des enfants viables à 8 mois de gestation, ils pourront.

Je me demande juste pourquoi nous sauvons des prématurés ? À la poubelle et hop ! au suivant. Le bon sens voudrait que l’on sépare l’enfant de la mère puisqu’elle n’en veut pas au point de le tuer. Cela fera un prématuré de plus, mais bon, au point de déficit où nous en sommes, nous ne sommes plus à quelques millions près. Et une fois sorti de l’hôpital, l’enfant serait adopté sans difficulté vu le nombre de couples en attente d’enfants adoptables en France. Évidemment, pas de délais de rétractation de la mère biologique pour récupérer le nourrisson. Elle a voulu le tuer. La société la sépare définitivement de sa victime.

Très bonne surprise cette vidéo de Philippe Favry sur l’avortement, la Constitution, l’enfant :

https://www.youtube.com/watch?v=KrRDJ0fy1Ac

Comme il est avocat et que la Constitution est son dada, il commence par cela. En France, si les tarés de la classe dirigeante veulent vraiment mettre l’avortement dans la Constitution, ils pourraient avoir besoin d’un
référendum. Le cauchemar, demander l’avis du peuple. Pendant des semaines ils devraient s’adresser aux gueux que nous sommes. Pire, au moins pour la forme, ils devraient laisser parler des anti-avortements dans les grands médias. Le tout devant une majorité de Français qui n’en a rien à faire du oui ou non à l’avortement dans la Constitution. Et pourquoi pas les largeurs des trottoirs dans la Constitution ?

Il aborde également le rapport des femmes et des jeunes enfants, et la possibilité que les 200 000 avortements pour les 700 000 naissances annuelles en France sont finalement du même ordre de grandeur que la mortalité enfantine des autres époques. Je n’avais pas vu le problème sous cet angle. Mais effectivement, le fait que même avec des contraceptifs variés et remboursés par la Sécu, nous en soyons à 2 grossesses sur 9 qui finissent en avortement, pose question. J’y voyais plus une volonté de la classe dirigeante de changer de peuple et de remplacer les Gaulois réfractaires par des esclaves du tiers-monde. Mais peut-être que le Grand Remplacement n’est que facilité par la part d’infanticide inhérente à la société française depuis les Romains et peut-être encore avant.

Il faut donc gérer cette pulsion de mort. L’interdire ne servirait à rien. Des femmes se feraient avorter clandestinement et en mourraient ou deviendraient stériles pour certaines. L’autoriser jusqu’à 9 mois de gestation pour raison de détresse sociale de la mère est un assassinat. Légal ou non dans certain pays, tuer un enfant viable qui, né prématuré, aurait survécu, c’est donner la mort volontairement en ayant préparé son coup, donné rendez-vous à la mère, préparé la salle et les instruments de mise à mort ; c’est donc un assassinat.

Ma limite personnelle à l’avortement est donc : est-ce que l’enfant est séparable de la mère ou non ? D’autres limites existent : dès la conception, les premiers battements du cœur, le jour de la naissance, deux ans après la naissance dans les régions du monde où la mortalité infantile est catastrophique.

La médiocrité de la caste au pouvoir nous prive d’un débat public intéressant sur l’avortement. Heureusement, grâce à internet, nous pouvons tomber sur de bonnes vidéos sur le sujet comme celle de Favry. Je ne m’attendais pas à cela de lui car je le connaissais sur l’organisation politique des sociétés et les cycles historiques.

Comme les « élites » veulent nous faire taire, alors OUVRONS-LA ! Et si nos « élites » veulent d’un référendum sur l’avortement dans la Constitution, c’est avec enthousiasme que j’irai voter NON. Mais je peux voter oui à la déchéance de nationalité française des délinquants et criminels bi-nationaux, oui à la priorité nationale dans les HLM, l’emploi, la formation, la santé, les aides publiques, oui à la fin des subventions à la presse et au cinéma « français ».

Quentin Neuf

image_pdfimage_print
13

19 Commentaires

  1. Moi pas de problème pour voter oui à l’avortement dans la constitution, dans des délais raisonnables bien entendu, sous contrôle médical et remboursé par la sécurité sociale. Puisque c’est ça le sujet : les femmes avortaient et se faisaient charcuter parce qu’elles n’avaient pas les moyens de se faire avorter. Complètement absurde de considérer que l’avortement relève d’une pulsion morbide. Les femmes qui avortent ont eu ou auront des enfants. Dégueulasse également de leur faire porter le chapeau comme si elles tombaient enceintes par l’opération du saint esprit. Mais d’abord éduquer à la sexualité et à l’usage des préservatifs. Le grand remplacement résulte du capitalisme et du fait que les africains ne régulent pas leur natalité. De fait, ils constituent un réservoir humain pour que les patrons profitent au mieux d’une main d’œuvre à bas coût, au pire, via l’assistanat, d’un marché de consommateurs sans cesse élargi.

    • La destruction d’une vie humaine ne vous effleure pas l’esprit ! Il y a décidément quelque chose de pourri dans cette humanité. Ça fait plus de cinquante ans que l’on éduque à la contraception ! Les gamines de 15 ans ont leur boîte de pilules dans leur sac sur le conseil de leur chère maman, pour pouvoir se faire déflorer sans risques par un gamin un peu plus déluré que la moyenne, quand ce n’est pas un jeune adulte déjà un tantinet pervers. Mais ce n’est pas grave, il y a l’avortement en dernier recours. Ce serait dommage de rater ta vie, ma fille !

      • Complètement idiot comme raisonnement. Soit elles sont en couple. Auquel cas leur conjoint est aussi partie prenante. Dans le cas contraire, elles ont eu une relation sexuelle avec un partenaire occasionnel et il n’a n’a pas mis de capote, ce qui est particulièrement inconscient. Concevez-vous que ce sont des hommes qui mettent enceintes des femmes et qu’elles n’ont pas forcément envie de tomber enceintes à certains moments de leur vie pour différentes raisons ? Elles doivent rester abstinentes ou vierges jusqu’au mariage, contrairement aux hommes ? Vous pensez qu’un homme couche avec une femme pour lui faire un enfant ? Ça ne vous vient pas à l’esprit que les hommes n’ont pas non plus envie de s’emmerder avec un môme après avoir tiré leur coup ? Pourquoi vous en prenez vous aux femmes ? Qu’il faut être lâche ! Seriez vous misogyne ?

    • « et remboursé par la sécurité sociale »
      Et pourquoi le faire rembourser ? Être enceinte n’est pas une maladie, bien au contraire. Je ne suis pas contre l’avortement qui évite les drames d’autrefois, les femmes qui mouraient suite à un avortement mal fait) mais ce remboursement systématique pour toutes et dans tous les cas est à l’origine des abus de celles qui considèrent l’avortement comme une contraception ce qu’elle n’est pas du tout.
      Je suggère de rembourser la première IVG disons par compassion, et basta (sauf cas vraiment particuliers, à étudier, par exemple précarité, viols, fœtus anormal, etc).

      • Quel rapport avec la maladie ? Un avortement doit rester un acte médical. Vous préférez les aiguilles à tricoter ? Qui considère que l’avortement remplace la contraception ? Il faut vous faire soigner. Oui par contre pourquoi ne pas étudier votre suggestion qui me paraît intéressante.

    • La main d’œuvre à bon marché cela n’existe plus depuis longtemps pour les entreprises ayant pignon sur rue. Le travail au noir est en fait très limité, et n’a rien à voir de toute manière avec l’immigration massive

      • Comme vous avez raison. Le modèle d’affaire des entreprises les plus lucratives au monde qui ont plus que pignon sur rue est basé sur des petites mains étrangères ou d’origine étrangère qui travaillent comme des esclaves. Toutes les entreprises nativement digitales notamment qui optimisent leur chaîne d’approvisionnement, en amont ou en aval. Ça peut être un GAFAM comme Amazon ou quelques jolies licornes comme Uber. Le travail au noir est la règle dans la restauration. Il existe dans le BTP et dans d’autres secteurs. Dans quel monde vivez-vous ?

  2. S. Veil a organisé transfert dons d’organes français vers Israël.
    «Très peu le savent. Elle avait signé accord franco-israéliens de dons d’organes. Cet accord appliqué avec une très grande discrétion a permis à de nombreux israéliens de rester en vie.»
    D’un côté open bar pour tuer des bébés avec l’avortement, et de l’autre grande « héroine ».
    https://israelvalley.com/2017/06/30/disparition-de-simone-weil-beaucoup-disraeliens-lui-doivent-vie/

    • Toi y’en a pas être fini Moi 1. Ta mère aurait dû faire le nécessaire pour nous épargner ton verbiage malsain.

    • Vous, sympathique et brave moi1 vous êtes plutôt open bar pour laisser crever une femme dans un avortement mal fait par des non-professionnels ou par la femme enceinte elle-même avec son aiguille à tricoter car non autorisé ? Comme il y en a eu des milliers avant la loi Veil.
      Quant au transfert d’organes, cela peut se justifier par le fait qu’Israël est un tout petit pays ce qui entraîne des dons d’organes très peu nombreux. Il n’y a qu’un antisémite pour en être choqué.

      • @ carole et @ khamsa
        En quoi moi1 mérite-t-il/elle voscstupides réactions ? Il ou elle n’a fait qu’énoncer des faits que, manufestement, vous dérangent. Avorter c’est interdire le développement de cellules jusqu’à son terme, à fortiori lorsque l’enfant est arrivé à son terme, c’est factuel. Pragmatiquement, cruellement factuel.

  3. le gouvernement des juges !!! s’il s’agit de la justice française, c’est bien mais quand il s’agit des usa, alors c’est pire que poutine

  4. Les députés RN devraient rappeler qu’en France, le cordon ombilical, comme tout fœtus où bébé à naître qui est abandonné par la mère se nomme «  un déchet ». Si le cordon profite à la médecine pour récupérer de précieux éléments biologiques, il en va de même pour tout abandon d’embryon, fœtus ou bébé à naître ( bébé dont la vie intra-utérine ( battement du cœur est devenu indépendant de la mère). Question à poser «  que deviennent ces « déchets médicaux «  après l’avortement ?

  5. Une femme n’a pas besoin d’attendre 14 semaines pour savoir qu’elle est enceinte. Huit semaines, c’est un délai raisonnable pour prendre une décision. Après, c’est un assassinat.

  6. La désinvolture glauque d’un pouvoir qui ne sait plus répondre aux préoccupations essentielles d’une société en constante mutation mais soucieuse d’être constamment rassurée pour ne pas mélanger le bien du mal, vaut que je m’associe à la détermination de l’auteur Quentin Neuf.

  7. Vive l’Amérique qui a donné une excellente opportunité à notre gouvernement de ne rien foutre tout en faisant croire qu’il gère des choses essentielles. En France le droit à l’avortement n’est nullement menacé et point besoin de l’inscrire dans la constitution. Mais le peuple bêta se prosternera devant ce gouvernement tellement prompt à défendre les libertés à coup d’obligation vaccinale et de passe sanitaire…..

  8. Pour avoir travaillé 12 ans dans un planning familial je peux assurer que pas mal de femmes ou jeunes filles se servent de L’IVG comme contraceptif il y en a qui en font 4, 5 pas de problème certaines ne savent pas si le fœtus est du mari ou de l’amant d’autres se sont équipées en electro menager alors plus d’argent pour élever un enfant,il y a tout ce qu’il faut maintenantpour éviter l’IVG la pilule du lendemain
    Il faut montrer à la TV en gros l’évolution du fœtus dans l’utérus dans les années 80 l’IVG Sse pratiquait jusqu’à 12 semaines d’aménorrhée le bébé était déjà pas mal formé maintenant IVG jusqu’à presque 9 mois c’est un assassinat.

Les commentaires sont fermés.