Avortement ou euthanasie avant la naissance ?

” (…) Guerroyant toute sa vie contre le contransmagnificandyouditamtamtantialisme. Malchanceux hérésiarque. Dans un water-closet grec il a rendu son dernier souffle : euthanasie. (…)” (James Joyce, Ulysse, (1929) Paris, Folio/Gallimard, 1980, T.1, p.58).

À quel “moment” devient-on “femme”, “homme”, ni “homme/femme”  ou “I” (indifférencié ) ?  Mais quand vous voulez ! S’exclame-t-“on” aujourd’hui dans les “marches” dites de “fierté” (quoique bien sectionnées, voir le tableau ci-dessous) :

Du moins si vous êtes “né(e)” sinon rien, “vivant”, peut-être, “humain”, non, puisque l’OMS préconise un “avortement sans condition jusqu’à neuf mois” ; mais  n’allons pas si loin (!) 14 semaines en France sans être considéré comme “humain” juste “vivant” (peut-être) soit 16 semaines “après les premières règles” bref pas moins de quatre mois… Or le squelette se constitue bien avant. Mais bon, ce n’est pas “humain” juste “vivant” puisque, nous clame un quotidien “néo-libéral” (sartrien), ” selon l’état actuel des connaissances, le fœtus n’est pas capable de ressentir la douleur avant 22 semaines“. C’est ce que le “on” disait des bêtes autrefois, catalogués comme “meubles” d’ailleurs selon le Droit (de “l’État de droit”) avant que cela ne change récemment : “doués de sensibilité” mais pas le “fœtus” de moins de 22 semaines (7 mois et quelques tout de même).

Deux réflexions :

1/ il est curieux qu’un être tout de même “vivant” mais non “humain” avant sa naissance ne soit même pas considéré comme ayant le rang “d’animal”…

2/ Pour les partisans invétérés d’une alimentation “végane” adeptes de respecter le “vivant”, le fait de l’éliminer dans un ventre “humain” ne pose pas de problèmes puisque cela ne se mange pas sans doute…

CQFD.

Pendant ce temps, et comme l’indique Sophie Durand, nombre de couples en souffrance aimeraient adopter, mais ne trouvent guère de possibilités ; aussi sommes-nous confinés dans cette quadrature du cercle où la natalité en Occident chute dramatiquement tandis que l’immigration non désirée se trouve en hausse suite à la corruption des États et la complicité mondiale des ONG et autres instances censées “aider au développement” (cette blague).

Qu’à cela ne tienne ! Vive le suicide collectif prônés par certaines micro-sectes : aujourd’hui l’euthanasie avant naissance se fait par un grand bond en avant dans le charcutage de la Constitution, le tout au nom “du droit à”  alors que, comme l’avait indiqué Laurent Fidès dans son ouvrage sur “le discours intimidant“, il n’est pas sûr  que ce “vivant” à naître “humain” puisse ainsi passer de l’un à l’autre “état” sous le seul bon vouloir de l’un des deux acteurs et non point des deux ; sans oublier “la” société qui a tout de même son mot à dire : sinon cela s’appellerait un infanticide (mot guère usité ces temps-ci… D’autant que diverses « obligations » injectables pointent leur nez…).

Il est d’ailleurs paradoxal d’observer que le ne “touchez pas au corps des femmes” que d’aucuns veulent donc sacraliser (constitutionnaliser) soit battu en brèche en matière de “santé”, l’obligation injectable non seulement pour les “soignants” mais pour tout “corps” (de manière plus tartufienne il est vrai) a été prôné sans vergogne pour un virus à la mortalité pas plus virulente que les infections respiratoires annuelles ; et il y en aurait bien plus si celles-ci ne pouvaient pas être soignées de façon conventionnelles à la différence de la C_19 pour laquelle cela reste toujours interdit hormis l’injection qui non seulement ne protège pas mais répand la maladie, contrairement à ce que racontent les supposés vérificateurs éradicateurs de vérité, mot honni depuis des lustres alors qu’il existe bien une accumulation de connaissances certaines désormais et non pas seulement « non fausses » non seulement en (astro)physique mais aussi en sciences de la Société : sans liberté de penser et d’entreprendre les peuples périclitent, surtout sans institutions pour les protéger et les aider à se développer, ce qui suppose solidarité et fraternité au-delà du conflit permanent secrété par « l’envie » (Helmut Schoeck)….

Plus précisément ici, cette diatribe visant à “protéger” le “corps des femmes” cherche plutôt à l’instrumentaliser, au même titre que le corps “vivant” en général qui ne devient ainsi “humain” que lorsque cela arrange certaines idéocraties issues (croient-elles) des “Lumières” cherchant à remodeler leurs offres de marché depuis que leurs vieilles utopies sont mortes (socialisme) ou sont sur le point de l’être (l’international socialisme du demain on rase gratis grâce au Q.E de l’U.E au vu de l’hyperinflation et récession déjà là…).

Joyce avait donc bien eu cette prémonition d’observer que l’avenir de l’humain en particulier “Cisgenre”  est le déchet potentiel finissant dans un water-closet sanitaire mais “grec” ouf ! “L’union nationale”peut être donc mise en branle. Et la LFI suivra le pas (cadencé) en tout cas sur cette euthanasie avant naissance permettant alors de reléguer le RN au rang d’hérétiques trumpistes, la césure enfin émergente entre (faux) progressistes (vie et mort buffet à volonté) et “réactionnaires” ou plutôt ici préservateurs/innovateurs (vie et mort selon sa destinée élaborée en un Noûs).

Lucien Samir Oulahbib

image_pdfimage_print
3
1

25 Commentaires

  1. La guillotine, ce n’était certainement pas douloureux. La mort est immédiate. Je dirais même que le peloton d’exécution n’est pas très douloureux, avec 5 ou 6 balles dans le coeur, la mort est encore là quasi immédiate.

    Pourquoi donc avoir aboli la peine de mort ?

    Si le fait que le foetus ne souffre pas est suffisant pour que certains s’arrogent le droit de le détruire, alors il faut trouver des façons d’éliminer sans douleur les Michel Fourniret et autres déchets du même genre et rétablir la peine capitale. Parce que des façons indolores de tuer quelqu’un, ça existe largement, c’est juste qu’elles ne sont pas mises en application.

    • Bien sur que le foetus souffre! Etre demambre et charcute par un aspirateur hyper puissant. Vous n avez qu a regarder une echographie d avort.ainsi que le « resultat »..

  2. Ni avortement, ni euthanasie, c’est un crime qui devrait été passible de la peine de mort !
    Parce que la prochaine étape sera l’avortement des enfants de 5ans, de 12 ans, de 20 ans , etc …
    Et après les « zelites » décrèteront qui a le droit de vivre .
    Vous n’avez pas compris le projet ?

    • C’est en 1974 que l.avortement a été dépénalisé.il suffirait donc de revenir à cette « belle « époque où les filles des beaux quartiers partaient en suisse,les autres moins fortunées s’en remettant aux « faiseuses d’anges » travaillant à l.aiguille à tricoter ou à l.ergot de seigle, pour ne pas parler des spéculums qui s.echappaient des facultés de médecine ou des ets hospitaliers. Reculant devant ce qui était un crime, des femmes conservaient les enfants faisant le « choix» de les élever seules. En dépit de la réprobation publique que leur valait en plusl l’abandon dont elles avaient été victimes . C.est certainement encore le cas, même si les procès en reconnaissance sont plus nombreux ,ll.administration de la preuve plus simple. Ce temps ne doit pas être regretté.

  3. Pourquoi les femmes paieraient toujours? Nous pourrions envisager la vasectomie du monsieur-géniteur dès le premier enfant abandonné! Les familles monoparentales diminueraient et nous ne serions plus des tueurs d’enfants.

  4. Ne jamais oublier que hétérosexualité a empêché l’extinction globale depuis 2 millions d’années.

  5. Ne jamais oublier qu’avant le droit à l’avortement il y avait des faiseuses d’anges et que beaucoup de femmes en sont mortes ou rendu stériles. L’avortement est un traumatisme chez beaucoup de femmes. Il faut absolument qu’il soit pratiqué très vite et non après des mois de grossesse, sauf cas de malformations du fétus ou danger de mort pour la mère. Les américains sont cinglés, cela va donner à nouveau la remise en place des faiseuses d’anges avec des avortements fait dans une hygiène déplorable qui va encore provoquer des morts parce que les plus pauvres ne pourront pas aller dans un autre pays se faire avorter. TT comme l’interdiction d’avortement après un viol c’est scandaleux !

    • Patriote,
      Faites l’effort de comprendre que ce ne sont pas les États-Unis qui interdisent l’avortement, mais que désormais ce sont les états américains qui ont la liberté de légiférer !

      Pour les faiseuses d’anges et les conditions épouvantables d’autrefois, vous avez raison…

    • Patriote – Personne ne nie qu’il y ait des drames humains. Ni qu’il y ait des cas particuliers. Mais il faut d’abord se mettre d’accord sur les principes avant d’étudier ces cas. Comme l’observe Lucien Oulahbib, il existe des éco-féministes qui refusent de manger un œuf mais qui ne voient aucun problème dans l’avortement. C’est tout de même incohérent! Idem pour ceux qui se disent humanistes et rejettent la peine de mort pour des terroristes, mais ne voient aucun inconvénient à supprimer physiquement un embryon qui toutes les caractéristiques de l’espèce humaine. Le principal argument que je souhaite mettre en évidence est celui-ci: comment une femme qui a eu le droit de rester en vie peut-elle refuser ce même droit à son enfant sans commettre une injustice?

      • Il existe même des antispécistes (Aymeric Caron) qui refusent de tuer des moustiques femelles pour éviter de détruire leurs « bébés » (!) mais qui défendent le « droit à l’avortement » !!!!!!

      • L. Fidès. Il est vrai aussi qu’avant certains couples faisaient attention et n’avaient que le nombre d’enfants désirés, au moment où ils les voulaient et sans pilule. Aujourd’hui, les moeurs ont changées et pas en bien. TT le monde couche avec tt le monde et on ne se préoccupe des conséquences qu’une fois le problème en place. Il y a aussi le cas des femmes qui ont déjà plusieurs enfants et qui ne pourront pas subvenir aux besoins d’un nouvel enfant. D’après ce qu’il en ressort, toutes les femmes qui pratiquent un avortement n’en ressortent pas sans peine et douleur morale. Ca ne doit pas être si simple de prendre la décision d’ôter la vie à l’enfant, même si ça n’est qu’un embryon. C’est facile aussi de toujours s’en prendre aux femmes qui avortent alors que l’homme a autant de responsabilités dans cette grossesse. Aujourd’hui les hommes peuvent se faire opérer pour que le problème d’avortement ne se pose plus dans leur couple.

    • Une patriote, maintenant nous avons la contraception, et même la pilule du lendemain. On comprend évidemment l’avortement suite à un viol. Quel pourcentage par rapport à l’avortement suite à un simple changement d’avis? Et le père potentiel a-t-il quelque chose à dire? Le slogan « mon corps m’appartient » est un peu réducteur: il y a 3 personnes, la femme, l’homme, et le bébé en devenir.
      Les avortements sont une aubaine pour les labos, toujours à l’affût de « matériel » biologique. J’ai d’ailleurs entendu dire (quelqu’un peut-il confirmer?) qu’on ne peut pas avoir son enfant quand il y a eu fausse couche. Et si les parents voulaient lui donner une sépulture?

      • A Lucie: « il y a trois personnes ». Voilà une parole de bon sens. Et une parole humaine. Le macronisme est un anti-humanisme. Ex: Prolongement du seul d’avortement inconsidéré, contre l’avis du corps médical. Autre ex: les députés LREM contre un projet de loi visant à donner 12 jours de deuil, en entreprise, pour mort d’un enfant. Qui peut accepter une telle inhumanité?

      • Lucie; le problème est que maintenant tt le monde couche avec tt le monde et bien souvent le 1er soir pour ne plus se revoir après. La femme est donc bien souvent toute seule au moment où elle découvre qu’elle est enceinte et ne peut bien souvent en parler à personne. Ils ont été deux, pour se retrouver toujours à deux = elle et le futur bébé. De nos jours, il y a encore des parents qui mettent leur fille à la porte lorsqu’elle leur annonce être enceinte. Une fois dans la rue qu’est qu’elle peut faire ? Il n’y a pas plein de foyer et plein de place dans ces foyers pour futures mères. C’est pour ça que chaque cas est différent et qu’il doit être traité entre soi et sa conscience, voir sa religion.

    • « L’avortement est un traumatisme chez beaucoup de femmes. Il faut absolument qu’il soit pratiqué très vite et non après des mois de grossesse » = Non ! Il faut absolument qu’il ne soit pas pratiqué (sauf en cas de problème mettant vraiment en danger la vie de la maman, mais à ce moment là on ne parle plus d’IVG).
      En France plus de NEUF millions de petits bébés à naitre (F. de souche à la quasi totalité) exterminés depuis la loi Veil. Grand-remplacés par autant de mahométans. Vous êtes « une patriote » ? Défendez donc votre Patrie et tous ses enfants.

      • JJP. Je ne suis pas pour l’avortement, mais vous ne pourrez pas empêcher une femme d’avorter si elle ne veut pas ou ne peut pas assurer l’avenir de cet enfant. Le mieux serait de le faire adopter, il y a tant de couples qui ne peuvent concevoir et veulent adopter. Il faudrait aussi que le mode d’adoption soit revu en France, il est tellement long que les couples vont à l’étranger pour avoir un enfant ou font comme en Ukraine !

        • Je sais bien chère patriote que l’on ne pourra rien empêcher. Mais si tous, autour de nous, nous répandons cette vérité que l’avortement est un meurtre, et un meurtre planifié dans les loges, peut-être que petit à petit nous arriverons à épargner quelques vies…

    • Encore une qui n’a rien compris!

      Avant sa récente décision, la Cour Suprême pouvait forcer les Etats américains (environ la moitié) disposant d’une loi contre l’avortement approuvée par la majorité des citoyens à ne pas l’appliquer. Depuis quelques jours, la Cour suprême ne peut plus leur forcer la main et les Etats ont recouvré en ce domaine le droit au self-government.

      Les Américaines vivant dans ces Etats et qui utilisent l’avortement comme un contraceptif n’auront qu’à se rendre dans un Etat voisin où il est autorisé par la loi pour y recevoir les ‘soins’ de Plannned Parenthood ou tout autre clinique de ‘faiseuse d’anges’.

      Alternativement, elles pourront utiliser l’un des nombreux contraceptifs en vente libre – ou exiger de leurs partenaires qu’ils se munissent d’un condom – ou même garder les jambes croisées. L’avortement n’a jamais été l’unique choix!

  6. Moi je m’interroge! a mon modeste avis comment avec tous les moyens de contraceptions qu’ils existent a ce jour nous devons encore avoir recours a l’avortement ? et comment devons nous attendre des délais de plus en plus long et nous rapprocher ainsi de plus en plus de l’accouchement. Désolé de dire cela la dite loi que la femme doit disposer de son corps ne peu pas autoriser tout , car nous rentrons bien dans l’organisation de …… organisés . Pour des gens qui arrêtent et détournent des routes en construction pour ne porter atteinte a la vie des tritons ou grenouilles ou de scarabées a pattes dorées je les trouve peu respectueux des embryons humains . Car lorsque l’on respecte la vie on doit la respecter sur toutes formes , c’est le moins que l’on puisse dire . Les amis musulmans de la gauche ils en pensent quoi de cette posture face a l’avortement je suis certain qu’Allah que je respecte est certainement loin d’approuver ?

    • Aalexcendre? Comparons ce qui est comparable. Les musulmanes qui sont en France ne risquent pas de faire des avortements. Elles ne font pas chacune une dizaine de gosses pour le plaisir, mais parce que leur gros porc les engrosse, elle et les deux ou trois autres concubines afin que trop feignants, ils puissent vivre royalement des toutes les allocs sur le dos de leurs gosses, dont ils ne vont pas s’occuper et qui finiront délinquants ! Allah n’a rien à voir là dedans, que le gouvernement arrête les allocs au 3e enfant et vous verrez que les musulmanes ne passeront pas leur vie avec le gros ventre !

      • Une patriote : Chère amie je regrette que vous n’ayez retenu que les deux dernières lignes de mon commentaire et pas son ensemble , c’est dommage car il y avait matière a réfléchir et peut être a méditer .

  7. Au point ou l’on en est, pourquoi ne pas instaurer légalement le DROIT A L’EUTHANASIE post accouchement jusqu’à un an… sinon plus par amendement ? La déchéance morale actuelle n’a plus de limite ! Si des femmes sont en danger morale, physique, financière pour moult raisons, AIDONS-LES ! Nous en avons les moyens, plutôt que d’entretenir des parasites importés n’ayant jamais cotisé un € de leur vie dans notre pays et que nous accueillons, logeons et payons des retraites injustifiées sinon par le pacte de Marakech. Mais çà, c’est une volonté politique qui n’est pas au programme gouvernemental, seuls comptent compte l’EGO présidentiel et l’Union Européennes (une utopie), ce qui sous entend la destruction de ce qui fut le prestige de la France.

    • G. Zallas, le problème en France est qu’aujourd’hui l’étranger est plus considéré que le français de souche. Combien de français ne peuvent plus se faire soigner pendant que les robinets coulent à flot pour soigner gratuitement tt les envahisseurs. Ils reviennent même de l’étranger avec la famille au complet pour se faire soigner gratuitement. On ramène par avion des enfants pour les opérer gratuitement pendant que certains parents français sont obligé de mettre en place un appel aux dont pour avoir un fauteuil roulant, une voiture plus grande pour leur enfant handicapé, pendant que des voisins se relais auprès d’un enfant pour soulager les parents. Avec la gauche caviar c’est tt pour les étrangers et qu’une bonne partie des français se débrouillent tt seul ou crèvent !

Les commentaires sont fermés.