AVS, organisme de certificat halal, ou pilori électronique ?

Publié le 17 mai 2010 - par - 4 654 vues

AVS (A votre Service) (1) est une association et un site internet qui, d’après sa page d’accueil, se consacre au « Contrôle strict de la viande halal ». En réalité, en feuilletant le site page par page, nous irons de surprise en surprise.

L’œil est d’abord attiré, sur la gauche de l’écran, par des pop-up verts, très flashy, qui se succèdent toutes les quelques secondes : « La boucherie … (nom, adresse) n’est plus agréée AVS. La garantie halal n’est plus assurée par nos soins. » Un vrai pilori électronique.

Nous allons en feuilleter quelques pages.

Allons d’abord consulter la page « Nos objectifs » (2). Nous y lisons en particulier :

« Le refus de l’électronarcose avant la saignée, la nécessité de la présence de plusieurs contrôleurs sur un même site pour garantir la licéité du produit, la diversification des outils d’authentification génèrent des dépenses et se répercutent sur les prix, ceux de la volaille essentiellement. »

Merci de nous le dire ! On remarquera, en particulier, la présence de plusieurs contrôleurs sur un même site. Avis à ceux qui croient que la certification halal ne coûte que quelques petits centimes !

En page « Notre organisation » (3), on trouve un organigramme digne d’une grande entreprise.

Passons maintenant à la lecture de la « Charte AVS » (4) ; on y trouve quelques perles, par exemple :

Recrutement sur critère religieux :

« AVS sélectionne, forme, recrute des sacrificateurs et certificateurs et supervise rigoureusement leurs activités. Leur sélection repose sur le critère fondamental de la pratique assidue et consciencieuse de l’Islam. »

En page spécifique boucherie (5), nous trouvons l’interdiction qu’un même magasin vende des viandes AVS et non-AVS :

« Le contrôle AVS consiste à visiter quotidiennement l’ensemble des boucheries agréées afin de vérifier que toutes les viandes et dérivés répondent aux normes AVS.
Le contrôle est effectué par des contrôleurs AVS ayant préalablement reçu une formation adéquate.
Tout produit carné ou dérivé non AVS ne doit pas transiter dans ces commerces et ce conformément aux engagements contractuels des partenaires AVS (abattoirs et bouchers). »

Passons maintenant à la Foire aux Questions (6).

Voici ce à quoi s’engage une boucherie contrôlée AVS :

« Salam ‘alaykoum. Une boucherie agréée AVS s’engage à respecter un contrat et un cahier des charges qui stipulent, entre autres l’approvisionnement exclusif en viandes contrôlées AVS et uniquement auprès des fournisseurs sous contrat avec AVS. Il s’engage aussi à accepter un contrôle quotidien par nos contrôleurs. Par exemple il doit aussi accepter toute saisie de viande non authentifiées par nos contrôleurs (pour plus d’information : www.halal-avs.com) »

Voici ce qu’AVS reproche aux autres organismes de contrôle :

« Il existe effectivement d’autres organismes de contrôle qui ont pour vocation la certification du halâl et répertoriés comme tels. Cependant, depuis treize années d’activité passées sur les sites, il nous est arrivé de constater parfois des incohérences et des tromperies telles que :

– une absence totale de personnel de contrôle sur le site ;

– un matériel d’authentification (tampons, étiquettes à l’effigie du halâl) en possession des dirigeants des abattoirs ;

– un sous-effectif du personnel de contrôle chargé d’assurer toutes les étapes de transformation des viandes (1 poste de contrôle au lieu de plusieurs), pour raisons économiques. »

Voici pourquoi les volailles certifiées AVS sont chères :

« La mise en place d’un contrôle halâl strict en abattoir ralentit inévitablement les cadences de rendement. Chaque volaille doit être vérifiée après la saignée, ce qui entraîne ce ralentissement. De plus, la mise en place de plusieurs contrôleurs est nécessaire pour un suivi complet des volailles (découpe, marquage, conditionnement, emballage), ce qui implique un salaire pour chacun de ces agents. »

Voici encore quelques informations glanée au fil des pages :

Difficulté de « réussir » le sacrifice d’un poulet (7) :

« L’abattage des volailles, à la différence de celui des bovins et des ovins, requiert une certaine habilité étant donné la petite taille du cou de l’animal et sachant que seuls les jugulaires, les carotides, l’oesophage et la trachée artère doivent être sectionnés. Afin de garantir une qualité de saignée correcte, nous sacrifions au maximum 2000 volailles par heure, contre 6000 pour un mode d’abattage traditionnel, réalisé par des disques. »

On aimerait savoir ce que deviennent les poulets dont le sacrifice serait « raté » parce que le geste sacrificiel les décapiterait d’un coup. On craint de comprendre qu’ils se retrouveront dans l’assiette du consommateur laïc sans bien sûr que ce dernier soit prévenu.

Multiplication des points de contrôle (7):

« L’activité de découpe des volailles nécessite aussi la présence de plusieurs contrôleurs. Ils sont disposés à des endroits stratégiques afin de suivre les différentes étapes du process :

• Contrôle de la propreté de la salle de découpe ;

• Vérification des volailles marquées AVS ;

• Suivi de l’activité de découpe ;

• Conditionnement et scellage AVS. Cette quatrième étape est nécessaire pour notre contrôleur en boucherie, qui vérifiera les découpes dans la vitrine de la boucherie.

La certification des conditionnements et emballages finalise le process du contrôle en abattoir de volailles. Elle est essentielle pour le contrôle en boucherie et en restaurant et consiste à apposer différents modes de marquage AVS. »

Quatre contrôleurs pour un seul poulet, sans compter le sacrificateur … heureusement que le consommateur, et pas seulement le consommateur musulman, est là pour payer !

Du personnel musulman tout au long de la chaîne (8) :

« Aujourd’hui, il n’y a pas un protocole unique de sécurisation de ces chaînes. Pour AVS, cela consiste en amont à nettoyer les machines avant toute utilisation, puis à placer du personnel de confiance, musulman pratiquant, tout au long de la chaîne afin de suivre et de marquer les viandes obtenues rituellement. »

Etant donné que la viande certifiée halal tend à devenir la règle au lieu de rester l’exception (puisqu’on l’impose au consommateur laïc), il est à craindre que ces emplois réservés aux musulmans pratiquants ne tendent eux-aussi à se multiplier.

Jeanne Bourdillon

(1) http://www.halal-avs.com/

(2) http://www.halal-avs.com/index.php?act=obj

(3) http://www.halal-avs.com/index.php?act=org

(4) http://www.halal-avs.com/index.php?act=charte

(5) http://www.halal-avs.com/index.php?act=t_exp

(6) http://www.halal-avs.com/index.php?act=faq

(7) http://www.halal-avs.com/index.php?news=53

(8) http://www.halal-avs.com/index.php?news=45

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi