Baby-Loup : la pétition Badinter-Fourest est un cautère sur une jambe de bois

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/cr%C3%A8che-baby-loup-appel-%C3%A0-toutes-les-consciences-r%C3%A9publicaines?utm_campaign=petition_created&utm_medium=email&utm_source=guides

L’arrêt de la Cour de cassation, donnant raison à une salariée voilée, Madame Afif, contre la directrice de la crèche Baby-Loup, Natalia Baleato, a fait l’effet d’une douche froide pour toute la gauche qui se prétend encore laïque. Il faut rappeler qu’Elisabeth Badinter était marraine de la crêche, et que Manuel Valls avait soutenu la démarche de la directrice, quand il était encore dans l’opposition. Il fallait donc que le camp des laïques, qui a fait semblant de croire Hollande et ses promesses, réagisse, pour prouver qu’il existe encore, lui qui est aux abonnés absents depuis des années devant l’offensive islamiste. Pour cela, probablement sous l’impulsion de Caroline Fourest et d’Elisabeth Badinter, ils nous proposent une pétition pour demander de changer la loi.

Ce texte est loin d’avoir la clarté de celui de Pierre Cassen, exigeant l’interdiction du voile en France, seule solution, selon nous, pour venir vraiment à bout de cette offensive qui, sinon, n’en finira jamais.

http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/baby-loup-il-faut-interdire-le-voile-en-france,15768

Les signataires, parmi lesquels on retrouve d’anciens collaborateurs de Riposte Laïque, comme Annie Sugier ou Guylain Chevrier, et une participante aux Assises internationales sur l’islamisation de nos pays, Michèle Vianès, ont certes le mérite de s’indigner que dans une crèche privée, la loi manque de clarté pour interdire le voile. Ils évoquent même la protection de la petite enfance, pour exiger que le législateur corrige ces lacunes judiciaires.

Nous ne pouvons, néanmoins, que rappeler certaines positions passées de quelques signataires, qui nous ont fait perdre un temps précieux, et ont provoqué la situation de la crèche Baby-Loup, en refusant, au nom des accommodements raisonnables avec le voile, de prendre les mesures qu’il fallait, quand il le fallait.

Caroline Fourest a toujours défendu bec et ongles le droit des mamans voilées à accompagner les enfants lors des sorties scolaires. Elle a ainsi préparé le terrain à la voilée de Baby-Loup et aux nounous enfoulardées. Elle a craché sur Fanny Truchelut, qui, elle aussi, entendait pouvoir bénéficier d’un gite laïque, et ne pas subir l’uniforme de l’islam chez elle.

Catherine Kintzler a toujours défendu mordicus le voile à l’université, pourtant service public, et expliqué qu’on ne pouvait pas interdire la burqa dans la rue au nom de la laïcité. Elle accusait ceux qui soutenaient Fanny Truchelut d’ultra-laïcistes. Quelle est sa crédibilité aujourd’hui pour réclamer, dans une crèche privée, au nom de la défense de la petite enfance, le renforcement de la loi ?

Abdenour Bidar, qualifié par René Marchand de « taupe de l’islam » a tombé le masque, dans un débat face à Christine Tasin, en stigmatisant, allié à Malek Chebel, les islamophobes, et en nous vendant son islam réformable. S’il est vraiment sincère, qu’il demande l’interdiction du voile en France.

Henri Pena Ruiz a certes défendu, lors de la commission Stasi, l’idée d’une loi contre les signes religieux, dont le voile. Mais il a été totalement absent des débats sur le cas Truchelut, et n’a pas été capable de prendre position sur l’interdiction du voile intégral, devant la mission parlementaire, nous faisant un grand exposé, sans amener une réponse claire à la question. Il peut parler 3 heures de laïcité, et ne taper que sur l’église catholique, et jamais sur l’islam. Par ailleurs, il n’a jamais rien dit sur l’offensive du halal, du voile chez les nounous, du voile dans l’entreprise, préférant taper sur « la secte vaticane ».

Jean Glavany, M. Laïcité du PS, est un défenseur acharné du concept de laïcité ouverte, avec les accommodements raisonnables avec l’islam qui vont avec. Il marche main dans la main avec la communautariste Dounia Bouzar, qui estime que nos entreprises doivent s’adapter à l’islam, à ses tenues, son halal, ses salles de prières et son ramadan. Il réclame le rattachement de la religion musulmane au concordat d’Alsace-Moselle.

Quant à Harlem Desir, premier secrétaire du PS, il insulta grossièrement, quand il était président de Sos Racisme, toutes celles et ceux qui, en 1989, s’opposaient à l’offensive du voile à l’école. Il a fait partie de cette clique de socialistes qui se sont opposés, pour préserver le vote musulman, à ce que le Parlement vote la loi des sénateurs socialistes, interdisant les nounous voilées.

Nous n’oublions pas, parmi les signataires, les quelques insultes dont nous ont gratifiés, outre l’ineffable gourou des Femen Caroline Fourest, Elisabeth Badinter en personne, qui a osé nous qualifer, sous la plume de l’islamo-collabo Claude Askolovitch, de « fachos de Riposte Laïque ».

Disons le, cette pétition ressemble davantage à un cautère sur une jambe de bois, qu’à une réelle volonté d’en finir avec l’islam, dont le voile est l’uniforme de guerre, ce que n’ont pas encore compris les candides signataires laïques, qui croient toujours que ce totalitarisme guerrier est compatible avec la République.

Alors, on peut avoir deux lectures concerant les signataires de cette pétition, par ailleurs fort insuffisante, puisqu’abandonnant les salariés du privé, les patrons de salles de sports, de gite ou de restaurant, au seul profit d’une crèche, par ailleurs exemplaire, fortement médiatisée.

La première hypothèse est qu’une lente prise de conscience commence à germer chez nos laïques de gauche.

La deuxième est qu’il leur faut occuper le terrain médiatique, le temps d’une pétition sans lendemain, pour montrer que les laïques existent encore, de temps en temps, dans ce pays.

A chacun de faire son choix…

Martine Chapouton

image_pdf
0
0