Bac Nord : Lellouche et Jimenez se couchent pour ne pas être traités de fachos

Alors que se profile la 47e cérémonie des Césars – qui, sait-on jamais, pourrait surpasser en vulgarité la précédente ! –, le film Bac Nord est nominé dans sept catégories, dont meilleur acteur pour Gilles Lellouche et meilleur réalisateur pour Cédric Jimenez.

Ce film – qui fait preuve d’un réalisme violent en exposant crûment la réalité du travail de policier dans certains quartiers estampillés        « chances pour la France » par la gauche apatride et bouffie d’exotisme – a « déjà fait couler beaucoup d’ancre depuis sa sortie », comme l’écrit, avec un grand sens de l’homonymie, France Info sur son site.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/bac-nord-7-nominations-pour-les-cesar-et-c-est-l-affolement-sur-les-reseaux-sociaux-2435629.html

Car si Bac Nord se déroule à Marseille, il concerne autant Lyon, Nantes, Paris, Rennes, Strasbourg, etc. Enfin, toutes les villes où règne une certaine diversité et dont on nous vante les mérites à grands coups de propagande, financée la plupart du temps par nos deniers de « sales Blancs », ainsi que des militants du Rassemblement national ont été désignés vendredi dernier par des diversitaires qui caillassaient leur car à Marseille.

Mais là c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase progressiste. Pensez donc : sept nominations pour un film « récupéré » par l’extrême droite et surtout qui ose décrire les faits comme ils se produisent et non comme certains voudraient les maquiller grossièrement d’euphémismes. Et ce, malgré la profession de foi du réalisateur :

Et la Toile de s’exciter sur ce film « tendance cinquante nuances de droite » (dixit : Libération), comme on peut le constater sur ce tweet relevé par France info : « Zéro nominations pour Gagarine, 7 nominations pour Bac Nord. Toujours une vision mortifère, violente et raciste de la banlieue qu’on choisit d’encenser. »


Cette banlieue pourtant si « paisible » où, récemment, tandis que je me rendais au cimetière de Pantin (93) pour aller visiter les tombes de Jean-Pierre Melville et Fréhel, je croisais sur mon chemin des bandes d’agneaux de cités ne vendant visiblement pas des calendriers pour gagner de l’argent, ou encore des voilées et leurs barbus, ces derniers ne préparant vraisemblablement pas un remake de Blanche-Neige et les Sept Nains à la salle communale !

Le cinéma français étant très généreusement subventionné, il provoque souvent une certaine couardise de la part de ceux qui en bénéficient. Et c’est ainsi que Cédric Jimenez s’est couché sur le tapis de la doxa vivre-ensembliste, regrettant presque son film et jurant sa bonne foi « antifasciste » : « J’espère que Marine Le Pen ne va pas passer grâce à moi, ça m’emmerderait. »

https://www.rtl.fr/culture/cine-series/bac-nord-le-realisateur-regrette-une-recuperation-politique-malheureuse-7900120590

Réagissant à la diffusion de son film par le syndicat de police Alliance, au Club de l’Étoile à Paris, dans le cadre d’une rencontre avec certains candidats à la présidentielle, Jimenez s’est donc lamentablement renié, en déclarant : « Je sais qu’ils ont demandé au producteur la bande annonce, ce qu’on a refusé. Malgré ça, on ne peut rien faire, on ne peut pas empêcher les gens de visionner le film. On n’a pas été prévenus, on a encore moins donné notre accord. On ne peut rien faire. […] Je le répète, c’est un film, pas un documentaire ni une caméra cachée. J’ai fait un film avec un point de vue. C’est une affaire très particulière, exceptionnelle, où des flics se sont retrouvés en prison. Cela n’arrive pas tous les jours. Ça ne représente ni le quotidien des quartiers, ni celui de la police. Ils ne font pas des opérations comme ça tous les jours, toutes les semaines, c’est faux, donc c’est un film, une fiction, qui se concentre sur une affaire judiciaire. »

https://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Bac-Nord-diffuse-par-un-syndicat-de-police-Son-realisateur-Cedric-Jimenez-reagit

Gilles Lellouche – qui avait, lors de la campagne présidentielle de 2017, insulté Nicolas Dupont-Aignan pour son ralliement à Marine Le Pen en le traitant d’« espèce de grosse merde » – a lui aussi rampé en dénonçant à son tour ladite récupération, ainsi que ses deux camarades de jeu : François Civil et Karim Leklou.

S’ils avaient tous à ce point la trouille de passer pour des vilains pas beaux d’extrême droite, ils n’avaient qu’à faire un film de cailleras – l’offre ne manque pas dans le cinéma français ! – plutôt que de chouiner, de peur de ne plus avoir de travail. Gérard Lanvin a eu, quant à lui, un peu plus de tenue en venant soutenir la police devant l’Assemblée nationale en mai 2021. Mais Gilles Lellouche, il est vrai, n’a ni l’allure ni la filmographie de Gérard Lanvin, entre Le Choix des armes (Alain Corneau), Le Prix du danger (Yves Boisset), Le Fils préféré (Nicole Garcia) ou Les Lyonnais (Olivier Marchal, un ancien flic au passage).

Tout ça est bien la preuve que si « ventre affamé n’a pas d’oreille », ventre gavé – de subventions et de cachets mirobolants ! – n’en a pas non plus…

Charles Demassieux

image_pdfimage_print
18

13 Commentaires

  1. Beaucoup d’acteurs me décoivent quand ils se renient ….. lelouch, rouve, daroussin, berléand, etc…..

  2. tous ces « acteurs » qui n’ont aucun talent à mon gout, sont tous des gauchos collabos. Il ne tiendrait qu’à moi, ils se retrouveraient à laver des voitures. Aucun n’est à la cheville des anciens ( Ventura, Gabin etc)

  3. Magnifique article Charles, comme toujours. Bravo. Amitié, Philippe Decousset

  4. Pour tous ces gens du monde du show bizz, même talentueux, il est de bon ton de rester bien vu par la majorité des habitants de ce pays. Etre de gauche ou même faire semblant d’être de gauche est indispensable pour leurs carrières, certains sont sans doute sincères dans leur appartenance politique, même s’ils sont dans le déni d’une certaine réalité qui nous rattrape tous. D’autres préfèrent se mentir à eux même, ou se taire pour ne pas perdre leur popularité et leur place dans ces milieux de privilégiés parfois très hypocrites, et plein de faux semblant. Dans 10 ou 15 ans quand être de droite plus ou moins stricte, ou du moins ne plus être de gauche sera bien vu, ils seront toujours là pour assurer leurs carrières et aussi leurs trains de vie bien au dessus de celui du simple citoyen.

  5. « Bac Nord » est un film d’action et très bien fait. Il n’a aucune visée sociale sur le travail des policiers etc… A coté ça, vous (RL en général) avez démoli « les misérables », sans l’avoir vu probablement, qui lui décrivait l’état de la banlieue, et sans aucune idéologie.
    Le constat final (et l’image finale) était d’ailleurs autrement plus glaçant que celui de « bac nord ».

  6. Etre acteur ou autre dans le milieu du show bizz, n’a jamais été la garantie d’être une personne sincère, ou même d’être psychologiquement équilibrée. Il suffit de voir la vie privée agitée et névrotique de bon nombre d’entre eux, qui malgré l’opulence matérielle et financière, ont les même défauts que le commun des mortels. De plus être acteur c’est « jouer » à être un « autre » certes avec talent pour beaucoup, mais pour certains ce jeu doit plus ou moins inconsciemment continuer dans leur vie courante. Beaucoup savent, cacher, taire ou travestir facilement leurs propres convictions, pour maintenir leur notoriété et leur popularité face au public. D’ailleurs, par convention sans doute, il est rare qu’un journaliste pose des questions sur certaines de leurs idées, sauf s’il est convaincu que l’artiste en face de lui adhère ouvertement à l’idéologie de gauche.

  7. Ce qui est ennuyeux avec les « artistes » français , c’est qu’ils représentent l’une des rares professions ou la préférence nationale est une réalité : subventions , quotas de diffusions notamment.
    Autrement dit ils jouent sur les deux tableaux tout en crachant sur ceux qui osent demander la préférence nationale pour une autre profession que celles d' »artiste »
    ..
    Ils ont bien raison de se faire appeler des « enfoirés »

  8. Cette « grosse merde » d’acteur est bien content de gagner de l’argent sur le dos des policiers et des banlieues, il a peut être compris pourquoi tant de personnes votent « extrême droite » comme ils disent, même si l’argent masque toutes les réalités.

Les commentaires sont fermés.