1

Balance commerciale 2020 : un désastre historique nommé Macron

Balance commerciale : un désastre historique nommé Macron

On savait déjà que la France de Macron c’était :

– le pays le plus endetté de l’UE avec 3000 milliards de dettes

– le pays le plus écrasé d’impôts de l’OCDE

– le pays le plus dangereux d’Europe avec 1000 agressions et 120 attaques au couteau par jour

– le pays totalisant 44 % des attentats islamistes en Europe et 42 % des victimes

Mais aujourd’hui, un nouveau record est à ajouter au bilan de Macron : la France aligne en 2020 le pire déficit commercial jamais enregistré en Europe : – 83 milliards !

https://www.fdesouche.com/2021/12/08/en-2020-la-france-a-connu-le-pire-deficit-commercial-jamais-enregistre-par-un-pays-europeen/

https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/covid-le-deficit-commercial-de-la-france-sest-dangereusement-creuse-en-2020-1287617

Et qu’on ne mette pas ce désastre sur le dos du Covid !

L’Allemagne affiche un excédent de 182 milliards et l’Italie de 63 milliards !

Le banquier Macron et son ministre Bruno Le Maire forment le duo de l’Apocalypse économique.

Nous sommes ruinés par l’immigration et ce pays n’est plus géré.

Bruno Le Maire fut ministre de l’Agriculture en 2011. Où est son bilan ?

Notre agriculture se paupérise et périclite. Le tiers de nos agriculteurs vit avec 350 euros par mois et on compte 600 suicides annuels dans le monde paysan ! Deux par jour !

Mais on s’émeut davantage du sort d’un migrant noyé que de celui d’un paysan désespéré qui se suicide ! Pourtant, c’est un drame quotidien que vit le monde agricole.

https://www.lefigaro.fr/social/il-se-sentait-seul-et-isole-pourquoi-600-agriculteurs-se-suicident-chaque-annee-20201201

Si notre balance commerciale, équilibrée il y a 20 ans, s’est effondrée, c’est parce que nos entreprises sont écrasées d’impôts. 

D’abord avec les impôts de production démentiels, ensuite avec l’impôt sur les sociétés.

Rappelons avant tout ce que sont les impôts de production. Ils sont dus avant tout bénéfice.

« Ils peuvent être dus sur les terrains, les actifs fixes, la main-d’œuvre occupée ou certaines activités ou opérations. Les autres impôts sur la production recouvrent pour l’essentiel la taxe sur les salaires, les versements compensatoires liés au transport, la contribution économique territoriale, les taxes foncières ».

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Les-impots-sur-la-production-en-France-c-est-quatre-fois-plus-qu-en-Allemagne-et-deux-fois-plus-que

Selon Eurostat, le produit des impôts sur la production était égal à 4,9 % du PIB en France en 2019, contre, 2,3 % dans l’Union européenne et seulement 0,7 % en Allemagne.

Vient ensuite l’impôt sur les bénéfices.

https://www.touteleurope.eu/economie-et-social/taxation-des-entreprises-comprendre-la-concurrence-fiscale-en-europe/

« Le taux légal de l’impôt sur les bénéfices des sociétés, qui correspond au taux nominal auquel sont soumises les entreprises, ne permet toutefois pas de connaître précisément le régime fiscal attribuable à un État : il ne prend en compte ni l’ampleur de l’assiette à laquelle s’applique ce taux, ni les taux spécifiques et préférentiels éventuellement prévus pour certains secteurs économiques. »

« C’est pour cette raison que le taux d’imposition effectif moyen (TIEM), calculé par l’OCDE, lui est préféré ici. Cet indicateur “mesure l’impôt moyen qu’une entreprise acquitte dans le cadre d’un projet d’investissement qui génère des profits économiques positifs”, indique l’organisation internationale. »

Selon un récent rapport de la Fondation Concorde (laboratoire d’idées français proche du monde des entreprises), la France actuelle « ne produit pas plus de biens manufacturés qu’en 1996 » alors que la consommation française de ces biens « a augmenté de plus de 60 % depuis cette date ».

C’est ainsi que la France en 20 ans, totalise un déficit commercial cumulé de 1000 milliards.

Un appauvrissement ahurissant quand on sait que dans le même temps, l’Allemagne engrange 200 à 300 milliards d’excédent commercial par an !

128 000 entreprises françaises exportent tant bien que mal, mais écrasées de taxes et impôts, beaucoup de sociétés ne peuvent se développer pour atteindre la taille critique permettant d’exporter.

96% sont en effet des microentreprises. La France manque d’entreprises moyennes. Dès qu’une société grossit, l’Etat l’écrase et la saigne.

La France n’est plus qu’un pays moribond, en voie de paupérisation accélérée. Elle vit sur son héritage passé.

Le mondialisme l’a tuée et Macron n’aspire qu’à pratiquer la fuite en avant. Il a perdu les pédales.

S’il est réélu, il nous amènera au mieux la révolution, au pire la guerre civile.

Jacques Guillemain