Balance ton porc : Un homme de gauche, ça ne s’empêche pas

Depuis un an ou deux, harceleurs et violeurs sont dénoncés, démasqués, pourchassés. Il y a un porc à tous les étages, qu’on balance hardiment. Moi aussi, et moi, et moi, et moi, répondent en écho des millions de femmes. Weinstein, Strauss-Kahn, les chefs de l’UNEF, les Jeunes Socialistes, les écolos (Hulot, Baupin et tutti quanti), le directeur d’école de l’Isère, Ramadan, Mao, Staline, etc., et les innombrables amateurs de chair fraîche et de promotions canapé qui hantent les palais de la République, la liste est interminable…

Ces agresseurs sont tous ou quasiment tous gauchistes. S’ils ne le sont plus, ils l’ont été. S’ils ne le sont pas, ils sont nouvelle gauche, multicul (on ne saurait mieux dire), accueilliste, internationaliste, métissée… Tous, mais aucun journaleux ou gloseur officiel ne le dit ou n’ose le dire. C’est l’omerta imposée à tous avec infibulation obligatoire. Cette vérité ne doit pas passer la barrière des lèvres ou celle de la plume. On balance les porcs, sans jamais préciser que ces porcs sont de gauche : la gauche libertaire, celle qui proclame depuis un demi-siècle que tout est possible, que vouloir, c’est pouvoir, qu’il faut détruire le vieux monde ; la gauche des affranchis de tout, celle qui fait de la vieille morale commune la bête immonde et des pères la pudeur des fascistes à abattre ou à égorger.

Chaque connaît la phrase que le père d’Albert Camus, petit ouvrier agricole en Algérie, aurait dite en apprenant qu’un crime horrible avait été commis dans le voisinage : égorgement, castration et parties génitales du malheureux égorgé brandies comme un trophée… A cette barbarie, il aurait opposé cet impératif : Un homme, ça s’empêche.

Albert Camus, en hommage à son père, en a fait le fondement de son éthique ou de sa morale. Que n’avait-il pas fait ? Cette naïveté lui a valu d’être agoni de quolibets, d’injures et de ricanements de la part de ses camarades, soi-disant philosophes, engagés ici ou là, nulle part et partout dans le monde, au côté des tyrans ou de tous les gros porcs du monde, et qui, contrairement à Camus, avaient décidé de s’affranchir de tout ce qui aurait pu entraver ou refouler leurs désirs, leurs pulsions, leurs envies ou leur volonté : limite, borne, contrainte, devoir, convenances, scrupule, prudence, bienséance, etc. Les hommes de gauche ne sont empêchés de rien et rien ne les arrête : c’est même à cela qu’on les reconnaît. La satisfaction immédiate de leur ego ou de leurs instincts, même les plus bestiaux, prime sur tout. Elle est devenue le seul horizon de la gauche donneuse de leçons et tartuffe en chef.

Ce nouvel ordre du monde a été parfaitement compris et assimilé par Weinstein, Strauss-Kahn, Baupin, Hulot, le directeur d’école socialo de l’Isère, etc. Ce sont de bons élèves. Il faut leur reconnaître ce mérite. Et les femmes qui se sont laissées prendre à leurs simagrées sont, hélas pour elles, de pauvres oies blanches. Rien ne les obligeait à faire des œillades à Strauss-Kahn ou à Weinstein ou à Hulot.

Etienne Dolet

image_pdf
0
0

17 Commentaires

  1. Tss tss tss… Rien de tout cela ! « Balance ton porc » n’est qu’un caca nerveux des féministes en mal d’arguments contre les hommes. Si ça continue, tout mâle vivant sur terre sera « rattrapé » par les femmes à qui il a un jour déclaré sa flamme ou eu une simple aventure. Le problème est qu’à long terme le seul résultat de ce cirque risque d’être l’installation d’une haine réciproque entre hommes et femmes.

  2. Peut on éplucher les CV des magistrats, qui aprés avoir balancer der cailloux, sont devenus des donneurs de leçon et juges infatigables pour discriminer les patriotes et disculper les cagoulards anti fa et agents de DAESH ?
    L’histoire de la bonne du curé de Pagnol est toujours à réchauffer …. Les Comités de Salut Publique méritent un retour en affaires historiquement fondé.

  3. C’est vrai qu’on est étonné que pas un homme de droite n’ait encore été trouvé dans le troupeau !
    Mediapart et Elise Lucet doivent pourtant être en chasse !
    Sinon, on se rabattra sur une histoire de curé, il y a quarante ans !

  4. Sur le même sujet ? « Festival » de Cannes !
    Je regardais, ébahi, des centaines de « garçons de café » en uniforme noir, identiques,
    et cette myriade de Konnes déguisées, déshabillées, fardées, toutes amatrices de canapés (pas ceux du bar..).
    Un peu de bon sens ! Merde ! Qui provoque ????
    Mais « après coup » les plaintes (non orgasmiques), ça rapporte !
    Festival de Cannes ? Non ! de Connes !

  5. Bien d’accord avec ce papier sauf à balancer le nom de Mr
    Hulot dans le même sac. Que je sache , Hulot n’a été condamné à rien jusqu’à présent et dans le climat d’hystérie qui règne – voir encore « l’affaire Besson  » il serait bien de faire preuve de réserve en la matière.

  6. C’est marrant, c’est toujours les femmes qui se disent victimes. Et si les hommes pouvaient déposer plainte pour avoir été aguichés par des femmes. C’est bien de la provocation. Pourquoi pas!

  7. souvent oui…. Et ils ne sont pas pédophile, pauvre bouffon, car 90 % des victimes sont des adolescents. Ils ne sont pas pédophiles mais PEDERASTES, c’est à dire GAYS !!!

    • Ç’est vrai, il vaut mieux être pédéraste que pédophile, ça fait plus sérieux ..

      • C’est surtout pas la même chose. Un pédophile homme peut être gay, hétéro ou bi et ne s’en prend qu’aux enfants. Un pédéraste s’en prends aux jeunes pubères et est FORCEMENT HOMO. Compris ou il faut que je réexplique…

  8. C’est vrai quoi, pourquoi les Juifs refusaient parfois de mettre leur étoile jaune ?

  9. Pour bien condamner les ‘porcs’ il faudrait équitablement condamner les ‘truies’ qui se vendent… et protestent des années après…

Les commentaires sont fermés.