Charlie Hebdo : Serge Federbusch nous parle de la ballade des cocus

Publié le 30 mai 2015 - par
Share

Moutons-suis-CharlieManifestation Charlie du 11 janvier 2015 : la ballade des cocus

Serge FEDERBUSCH parle de son livre « La marche des lemmings ».

Les 7, 8 et 9 janvier, 3 islamistes tuent à Paris plusieurs journalistes pour « venger » un supposé prophète mort depuis 15 siècles, 3 policiers pour leur fonction et 4 juifs pour leur origine.

Le 11 janvier, ont lieu des manifestations massives organisées par les communicants du gouvernement.

Serge FEDERBUSCH, magistrat et président du Parti des Libertés, écrit alors un livre « La marche des lemmings », dans lequel son analyse très fine de l’imposture cynique du chef de l’Etat fait œuvre de réinformation.

Il y dénonce, avec arguments incontestables et forte intelligence synthétique, les mises en scène des manifestations et leurs objectifs politiciens de restauration de l’image déplorable de François Hollande.

Les objectifs :

  • Escamoter la responsabilité de la faillite de la protection des personnes menacées, par un MENSONGE d’ETAT : le ministère de l’Intérieur avait convoqué des journalistes pour leur annoncer que la surveillance de Charlie avait été allégée sur demande de la CNCIS (Commission Nationale du Contrôle des Interceptions de Sécurité), composée de magistrats indépendants, ce qui fut formellement démenti par cette même Commission le 12 janvier, et donc passé inaperçu au lendemain de la manifestation.
  • Détourner l’émotion générale des français vers un discours compassionnel destiné à éviter d’analyser les données véritables de la tuerie : pas de questionnements sur les coupables, mais une dilution en boucle sur le ne-pas-stigmatiser, le pas-d’amalgame, le vivre-ensemble, le ce-n’est-pas-ça-l’islam et autres fadaises du déni de réalité.

Rien sur la quasi absence de musulmans aux manifestations et malaise silencieux devant les justifications que beaucoup avançaient, sous couvert de « condamnation » du bout des lèvres : « ils l’ont bien cherché ».

Rien sur les politiques laxistes et irresponsables des gouvernements concernant les islamistes et l’absence de voies vers de nouveaux traitements du problème, autres que dénégations, emplâtres périphériques et décisions précipitées à courte vue.

La grande mise en scène :

Tous les communicants, les médias, presse, télévisions, radios ont convié massivement les gens à rendre hommage aux victimes, dans une hystérisation conduisant à s’identifier aux victimes, sans trop précisément identifier les coupables. Comme si la liberté d’expression prenait le pas sur la vengeance religieuse dans les motivations des tueurs.

Les journalistes ont encensé la posture et les mots creux de Hollande, alors qu’il réussissait seulement à restaurer momentanément sa prochaine candidature. Ils ont aussi émis la proposition osée que ceux qui dénoncent le danger islamiste sont eux-mêmes le danger (d’ouvrir les yeux ?).

Les transports gratuits facilitaient les afflux, et la fusion des 2 jours de manifestations en 1 grossissait les effectifs.

Quant à la mascarade des chefs d’Etat, dont les pires, posaient, bien isolés de la foule, pour la photo en se bousculant pour les premières places , autour du petit chef de notre Etat, cela en rajoutait encore au pitoyable et au cynisme.

Les Français sont des veaux, disait De GAULLE.

Les français sont des lemmings (petits rongeurs grégaires), nous dit Serge FEDERBUSCH.

Le seront-ils encore lors des très prochains attentats…?

Lorsque les autruches ne feront plus la loi ?

Guy SAUVAGE

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.